Skip to main content

Full text of "Le quincaillier (Octobre-Decembre 1913)"

See other formats


T R I A 1 




Library 

of the 

University of Toronto 



Digitized by the Internet Archive 

in 2012 with funding from 

University of Toronto 



http://archive.org/details/lequincaioctdec1913mont 
{ 






'<?£&? 





Fonde en 1887. 



MONTREAL, VENDREDI, LE 3 OCTOBRE 1913. 



Vol. XLVI— No 40 




DEWM 

SCOTCH 

WHISKY/ 



(.'article qui procu- 
re les plus fortes 
ventes. 



En vente partout. 







J. M. DOUGLAS & CO., MONTREAL. 



Agents Canadiens. 

MA1SON FONDEE EN 1857. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 40. 



aim l 



p 

J 



p 

J 







DIPLOMAHWARDEOBV 

THE COUNCIL OF AHTS 
AND MANUFACTURES 
PREPARED BV 

Henri Jonas 8 Cs 

MONTREAL 

mnh NEW Y ORK!) 



Tout homme actif, quel que soit son genre de Com- 
merce, doit rechercher les moyens de le rendre chaque 
jour MEILLEUR. Le meilleur moyen d'obtenir ce 
resultat, c'est d'attirer et de retenir la clientele en tenant 
des marchandises de tout premier ordre. En tenant et 

recommandant les 



ESSENCES CULINAIRES 

E T 

VERMIS A CHAUSSURES 



D E 



JONAS 




vous etes en mesure d'of frir a vos clients des articles eta- 
blis pour creer une bonne impression en faveur de votre 
magasin, parces qu'il donnent toujours des resultats satis- 
faisants. lis sont le prototype de Texcellence et sont 
toujours hautement apprecies. 

Si vous voulez attirer et retenir la clientele, vendez les 

PRODUITS DE 

HENRI JONAS & CIE 



FABRICANTS. 
Maison Fondee en 1870. 



389 et 391 rue St-Paul, 



Montreal 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Les Pois Qui Plaisent au Palais ! 




Au lieu de vendre des Pois Etrangers pour sati.sfaire a la demande 
de pois de qualite sup^rieure, -achetez des pois des marques "Sweet 
Wrinkle" et "Early June". 

tflTCe sont les lignes qui aideront a augrnenter la demande de pois de 
Jj qualite superieure et qui donneront a vos clients plus de satisfaction et 
vous rapporteront plus de profit. 

JTTLa couleur claire eclatante, qui est si remarquable dans les Pois Etran- 
^Igers, est produite par une matiere chimique; ceci non-seulement d^truit 
la vraie saveur des pois, mais est aussi pernicieux pour le systeme humain. 

tfTTLss Pois de la Dominion Canners, ne sont adulteres d'aucune facon, on 
^n'emploie aucun colorant chimique, ils gardent toute la saveur naturelle 
des pois fraichement cueillis et soigneusement choisis, mis en boites quel- 
ques heures apres leur arrivee du lieu de culture. 

fjTCela vous rapportera d'etudier de pres la question des pois et de vous 
Prendre compte, pour votre propre satisfaction, de la grande marge de 
profit que vous vous assurerez, en vendant les pois de quality supirieure 

tfTTSi vous nous ecrivez, nous vous donnerons des renseignements comple- 
^mentaires au sujet des "Pois". 



Dominion Canners, - - Limited 

Hamilton Ontario 











EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT" 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 40. 




' EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



is $2.25 
is 2.50 

IS 2.10 
IS 2.10 

is 1.50 
is 2.25 



l'KIX <OI KAMs 

Dans la hste qui suit, sont comprises uniquement les marques speciales de marchandises dont If a maisons irmiqu^es en 

poirs, out l'agence on l;i representation directeau Canada, ou que ces maisons mamifacturent eil s-nieines. Us prix mdiuuli 
11'apre s lesdernu-rs rens.-i^ieimnts fournis par les agents, n-presentants ou maiiufacturiers eux-memes. 

WALTER BAKER & CO., LTD. 

La lb. 
Chocolat, Prime No 
I, bte 12 lbs., pains 
de i lb. et i lb. 0.34 

Chocolat a la Vanille, 
bte de 6 lbs. 0.44 

German's Sweet, J 
s. et i bte de 6 lbs. 0.26 
Breakfast Cocoa, bte 
de i/s, i, I, 1 s., 12 
lbs. to box et 5 lbs. 
tins. 0.39 

Chocolat sucre, cin- 
quieme bte 6 lbs. 
pains de 1/5 lb. 0.21 
Chocolat sucre, Ca- 
racas, bte de 6 lbs. 0.32 
Falcon Cocoa (Soda 
chaud ou froid), btes 
de 12 lbs., 1 lb. tins. 0.34 
Caracas Tablets, cartons de 5c, 

40 cartons par boite 1.25 

Chocolat sucre, Auto, bte de 6 lbs. 0.32 
Ces prix sont F.O.B. Montreal. 



< arai 

1 It- soul 




Registered 
Trade-Mark 



L. CHAPUT, FILS & CIE, 
Montreal. 

The Noir Ceylan "Owl" 

No 5, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 5, \ lb. 30 lbs. par cse 
No 10, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 10, i lb. 30 lbs. par cse 
No 15, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 15, i lb. 30 lbs. par cse 
No 30, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 30, I lb. 30 lbs. par cse 
The Vert Ceylan "Owl" 
No s, 1 lb. 30 lbs. par cse 

i lb. 30 lbs. par cse 

1 s. 30 lbs. par cse 

i s. 30 lbs. par cse 

CHURCH & DWIGHT 
Soda Cow Brand 



No 5, 
No 10, 
No 10. 



La lb. 
20c 
21c 
26c 
27c 
32c 
33c 
40c 
41c 

La lb. 
20c 
21c 
26c 
27c 



Compressed Corned Beef 

Lunch Ham 

Lunch Ham 

Ready Lunch Beef 

Geneva Sausage 

English Brown 

Boneless Pigs Feet 

Sliced Smoked Beef 

Roast Beef 

Ready Lunch Loaves, Veau 

Jambon, Boeuf, assortis 
Ditto 

Boeuf Bouilli 
Boeuf Bouilli 
Boeuf Bouilli 



2S 

is 

2S 
2S 
2S 
2S 
2S 
IS 
2S 

is 

IS 
IS 
2S 

6s 



3-75 
2.25 
3-50 
3-75 
425 
3-50 
3-50 
2.50 
3-75 

1 .60 

2-75 
2.25 

3- 75 
13.00 



BRODIE & HARVIE, LIMITED. 
Farines preparees de Brodie La doz. 




de 1 



Caisse, 60 paquets 

lb., $300. 
Caisse, 120 paquets de 4 

lb., $3.00. 
Caisse, 30 pqts. 1 lb 

60 pqts. i lb., $3.00 
de paquets de 5c, contenant 




Red XXX 
Red XXX 

Crescent 

Crescent 

Superb 

Superb 

Buckwheat 

Buckwheat 

Griddle-Cake 

Griddle-Cake 



pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 



3-io 
1 .60 
2.90 
1.50 
2.70 
1 .40 
1.60 
3.10 
3.10 
1 60 



Caisse 
paquets, $3.00. 

CIE. CANADIENNE DES 
DUITS AGRICOLES 
Montreal 



et 



90 



PRO- 



Pork and Beans, sauce tomates 
Pork and Beans, sauce tomates 

boites plates 
Pork and Beans, 

sauce tomates 



boites hautes 



Cartons contenant 4 doz. paquets de 6 
lbs. ou 1 doz. paquets 3 lbs., sans charge 
extra. 



Lait Laurentia cse 12 pintes 


1.50 


Lait Laurentia cse 20 chopines 


1.50 


Lait Laurentia cse 24 demiards 


I.20 


WILLIAM CLARK 




Montreal 




Conserves 


La doz. 


Viandes assorties 


is 2.25 


Compressed Corned Beef 


is 2.25 





Pork and Beans, Plain 


IS 





60 


Pork and Beans, Plain 


2S 





QS 


Pork and Beans, Plain, 


boites 






plates 


3S 


1 


15 



LA MACHINE A 10 TOUCHES 




EST RECONNUE ETRE 

SANS RIVALE 

POUR LES 

Additions, 
Soustractions, 
Divisions 
et Multiplications. 



Demandez notre catalogue, ou verier nous voir. 

CIE. DALTON 

12 Edifice Coristine nONTREAL 

Telephone : MAIN 1346 




LES PLANCHES 
A LAVER DE GANE 

Amenent les affaires. 

Elles donnent toujours entiere 
satisfaction a l'acheteur, parce 
qu'elles sont bien faites avec les 
materiaux les plus durables. 



jwi 



Nous fabriquons ces plan- 
ches a laver en 13 divers 
modeles et qualites pour 
r£pondre a toutes les deman- 
des. Chaque genre est lemeil- 
leur qu'on puisse se procurer 
pour le prix. 

Ecrivez-nous, pour avoir no- 
tre catalogue en franqais des 
articles en bois, de 'Cane', 
pour le jour du lavage. 




THE WM. CANE & SONS CO., LIMITED. 

NEWMARKET, ONT. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



3S 


1-35 


IS 


0.60 


2S 


0.95 


3s 


1. IS 


lis 


9.00 


2S 


10.00 


2js 


11.00 


is 


1.50 


IS 


3 00 


2S 


3-75 


2S 


3 So 


6s 


11.00 




La lb. 


is 


1. 00 


is 


1.20 


is 


0.90 


is 


1.35 



Pork and Beans, boites hautes 

Plain 
Pork and Beans, sauce Chili 
Pork and Beans, sauce Chili 
Pork and Beans, sauce Chili 
Ox tongue 
Ox tongue 
Ox tongue 
Jellied Veal 
Jellied Veal 
Jellied Veal 
Gelees de Bouillon 
Gelees de Bouillon 

Potted Meats 

Ham, Tongue, Beef and Veal, 

I 0.50 
Tongue, Ham and Veal, pate 
Pates de Foie 
Pates de Foie 

Soupes La doz. 

Chicken pqts 1.10 

Mulligataknay, Oxtail, Kidney To- 
mato, Vegetable, Mock Turtle, 
Consomme, Pois PQts 1.00 

Mince Meat La doz. 

(Tins fermees hermetiquement.) 
is $1.25, 25 1.95. 3s 300, 4s 4.00, ss 5-00 

Plum-Pudding 

Anglais is 1.90 
Plum-Pudding 

Anglais 2s 2.40 

Boeuf fume en tran 

ches "Inglass" is 1.50 

Boeuf fume en tranches "In- 
glass" is 2.10 

Boeuf fume en tranches "In- 
glass" is 3.35 










lata 





J. M. DOUGLAS & Co., 
Montreal. 

Bleus a laver 

La lb. 

"Bleuol", boites 

10 lbs., 50 pqts 

de 4 carres, 15c 

"Sapphire" 

btes de 14 lbs. 

pqts de i lb. 
"Union", boites 
de 14 lbs., pqts 
de i et 1 lb. 10c 

WM. H. DUNN, 

Montreal. 
Edward's Soups 
(Potages Granules, Prepares en Irlande) 

Varietes: Bdun — Aux Tomates — 
Blanc. 
Paquets, 5c. Cartons 1 doz. par 

carton 
Paquets, 5c. Boites 3 doz. chaque 

(assorties), par doz. 
Paquets, 5c, par doz. de bandes 

de 5 chaque 

(ou en boites de 40 bandes 
$7.50 par boite.) 
Canistres, 15c. Boites 3 doz., 

grandeur, 4 oz., par doz. 
Canistres, 25c. Boites 2 doz., 

deur, 8 oz., par doz. 

BORDEN MILK CO., LIMITED, 
Montreal. 
Liste de prix pour l'Est, Fort William 
inclus. 

Prix au 
Lait Condense (sucre) Detaillant 



Marque Reindeer (4 doz. par cse). $6.00 
Marque Mayflower (4 doz. par cse) 5.25 
Marque Clover (4 doz. par cse) . . 4.75 

Lait evapore (non sucre) 
Marque Reindeer Jersey, Boite de 

Famille (4 doz. par caisse) 3 90 

Marque Reindeer Jersey, Boite 

moyenne (4 doz. par caisse) 4.50 

Marque Reindeer Jersey, Boite 

d'hotel (2 doz. par caisse) 4.25 

Carque Reindeer Jersey, Gallon 

(y 2 douzaine par caisse) 4.75 

Cafe (avec Lait et Sucre) 
Marque Reindeer (2 doz. par cse) 5.00 
Marque Regal (2 doz. par cse) 4.50 

Marque Reindeer, en jarres en 

verre (2 doz. par caisse) 6.20 

Cacao (avec Lait et Sucre) 
Marque Reindeer (2 doz. par cse) 4.80 
Limite de fret: 50c par cwt. 

Co nditio ns: Net 30 jours, sans escompte. 

Lait et Cremes Condenses. 

St. Charles "Family" 3.90 

St. Charles "Hatel" 4.25 

Lait "Silver Cow" 5.40 

"Purity" 5.25 

Lait condense. 

La cse 
Marque Eagle, 4 

doz., chaque 6.00 

Marque Gold Seal, 

doz., chaque 5.25 

Marque Challenge^ 

doz., chaque 4-75 



Lait evapore. 
Marque Peerless "Hotel". 2 doz., 
chaque 4.25 








PROFIT foites-yous 



SUT 

I'huile 





II y a une bonne marge de profit a. faire sur I'huile. C'est un article de ndcessite" cons- 
taiite et vous en vendez beaucoup. Quel profit faitei-vous ? Vous ne pouvez le 
savoir a moins d'avoir un Reservoir a Mesure Automatique Bowser. Le reservoir 
vieux genre gaspille I'huile et cela r£duit vos profits. Le Bowser est muni d'une 
soupape automatique qui empeche l'6coulement et la perte et Protege Vos Profits. 
II se paye de lui-meme par ce qu'il Economise en quelques mois. Non seulement il 
Economise I'huile, mais il epargne les autres articles que I'huile affecte. Qund vous 
avez un Bowser, vous n'aiez qu'd pendre le bidon du client au robinet et a potnper. 
Vous n'avez pas les ennuis des mesures huileuses etde l'entonnoir. Lorsquele bidon 
est plein, le Calculateur Bowser vous indique la note a charger, tout comme vos ba- 
lances calculatrices. Plus d'incertitude ! Renseignez-vous a ce sujet. Demandez notre 
catalogue et toutes informations. Laissez-nous vous apprendre comment gagner de l'ar- 
^ent avec I'huile. 
S. F. BOWSER & COMPANY, Inc. 66-68 Avenue Frazer, - TORONTO, Ont. 

Etablie an 1885 

Bi re ux dans toutes les villes et repr£sentants partout. 

Fabriqu6 par des O ivriers Canadiens et vendu mr des Vendeurs Caaadiens. 
Concessionnaires du brevet et fabrioints d»s pompes a main ou a force niotrice artificielle enregistrant d'elles-roemes leur debit des reservoirs 
He toutes dimension 1 -, de* pystemefc d emma gasinei le petrole et I'hniile, des couduitea a enregistrer la cousommation, des systemes pour la 
filtration et circulati ,n du petrole, des sysldmeS de nettoy^ge a see etc 






Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vcndredi, 3 Octobre 101 



W^A^AAA^A^A%V^N^V^^VVSA^VV\A^/^A^VVVSA^VW\*V 



QUAND UN ARTICLE PORTE 
CETTE MARQUE, 



TRADE m 



MARK 



^ WW» y 



Vous pouvez avoir 
Confiance en sa Qualite 



United Shoe Machinery Company of Canada 

Montreal, Que. 



<IW**<WM^^MVW<»M*W^<WWVW^^^WW»^«^^WWW^WW^^WIV>»*A<^»^WV<WW ^ <¥W ^ 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



Marque Peerless "Boite Haute", 4 

doz., chaque 4. 50 

Marque Peerless "Pour Famille", 4 

doz., chaque 3-90 

Marque Peerless "Petite Boite", 4 

doz., chaque 2.00 

CANADIAN FAIRBANKS-MORSE 
CO., LIMITED. 

Montreal. 



"Paos" ("Le savon qui 
nettoie".) 

Par douzaine de boi- 
tes 0.80 




Yankee Cleaner. 



$1.00 
0.60 
0.32 
0.20 



Boite de 1 gallon 

Boite de i gallon 

Boite de 1 pinte 

Boite de 1 chopine 

Dix pour cent d'escompte sur toute 
commande de douze boites assorties. 

THE CANADA STARCH CO., Ltd., 
Manufacturiere de marques Edwards- 
burg. 

Empois de buanderie. La lb. 

Canada Laundry Starch (caisse de 

40 lbs.) 
Canada White Gloss (caisse de 40 

lbs.) paquets de 1 lb. 
Empois No 1, Blanc ou Bleu (cais- 

ses de 48 lbs.), boites en carton 

de 4 lbs. 
Empois No 1, Blanc ou Bleu (cais- 
ses- de 48 lbs.), boites en carton 

de 3 lbs. 
Kegs No 1 d'Empois Blanc No 1 

(caisse de 100 lbs.) 



Barils No 1 (200 lbs.) 
Edwardsburg Silver Gloss, paquets 

chromo de 1 lb. (30 lbs.) 
Empois Silver Gloss (48 lbs.) en 

canistres de 6 lbs. 
Empois Silver Gloss en boites a 

coulisse de 6 lbs. 
Kegs Silver Gloss, gros cristaux 

(100 lbs.) 
Benson's Satin (28 lbs.) boites en 

carton de 1 lb., etiquette chromo 
Benson's Enamel (eau froide) 

(40 lbs.) la caisse 
Benson's Enamel (eau froide) 

la caisse (20 lbs.) 
Casco Potato Flour (20 lbs.) 

Celluloid. 
Boite contenant 45 boites en car- 
ton, par caisse 

Empois de cuisine. 
W. T. Benson & Co.'s Celebrated 

Prepared Corn (40 lbs.) 
Canada Pure Corn Starch 

(40 lbs.) 

(Boite de 20 lbs., !c en plus. 1 ) 

ELIE CHAKBONNEAU 

Marche Bonsecours 

Montreal 



E. W GILLETT COMPANY LIMITED 
Toronto. Ont. 



■i'see &iii pom!* & 
listribuiion de groa dau» Ontario e> 
^ueooc, except© la oil des listes epeciiv 
.-1 d« prir plus e.eve: »oot en Tig 
'..;■) >9u. BQjitBa Tarioreans ari§. 



0.06 
0.06 J 

0.07 

0.07 
0.06A 



Bananes $2 

Citrons, la caisse 
Tomates 

Choux nouveaux, la douzaine 
Patates, par 80 lbs. 
Prunes Cal., la caisse 
Peches 

Oranges navel 
Concombres, la douzair-e 
Pommes nouvelles, la boite 
Pruneaux panier 
Peches, panier 
Poires, la caisse 




Lev 


en Tablettess 




val." 


1 . ■■ 


paquets a 


i)0 . 


. ia botte $1.15 


Les&ive 


en Poudre de 




Qillett. 




La cse 


4 doz. 


a la caisse 53.50 



3 caisse3 



S.40 



■ 50 

3 .00 

o.75 

0.50 
1. 00 

2.50 
i .25 
375 

1 . 2; 
n "O 
O.80 

4 00 



lowtfB 



5 caisses ou plus 3-35 
Poudre a Pate "Magic" 
Ne contient pa3 d'alun. 

La doz. 
$0.50 
0.75 
1.00 
1.30 
1.30 
1.8E 
2.25 
2.3C 
5.00 
9.60 



doz. de 
doz. de 4 
doz. de 6 
doz. de 8 
doz. de 12 
doz. de 12 
doz. de 16 
doz. de 16 
doz. de 

3 doz. de 

2 doz. de 

1 doz. de 12 

1 



5c. 
oz. 
oz. 
oz. 
oz. 
oz. 
oz. 
oz. 
2J lbs. 

5 lbs. 

6 oz 
oz 
oz. 



z. ) A, 
z. viaCse 

doz. de 16 oz. ) $6.0C 

Vendue en cartistres seulement. 
Remise speciale de 5% accordee sur lei 
commaades de 5 caisses «t d1u*i d« li 



T-~ 



Profits et Livres 

Chaque fois que vous vendez quoi que 
ce soit a votre comptoir, la justess- de vos 
balances determine votre profit ou votre 
perte. II vaut mieux pour vous ne pas 
avoir de balance du tout que d'en avoir 
une inexacte, car les erreurs qu'el e vous 
fait comtnettre vous causeront bi n d s 
ennuis. Si la pesee est trop lege re, vos 
clients mettront en doute votre ho'nne- 
tete" et vous perdrez 
leur clientele. Si la 
pes£e est trop lourde 
vous perdrez tie l'ar- 
gent a partir du jour 
ou vous commencerez 
a vous en servir. 

FAIRBANKS 

"Les balances qui ont rendu le pesage juste." 

Ellrs sont manufacturers depuis p'us de 80 a us et ont une 
reputation intcuationalc pour la ju,tesse tt la durabi ite. Les 
Balances Fairbanks out etc- adoptees par les gouvern ntents 
rles Ktats-Unis, du Canada et etrangers et sotit universelle- 
inent employees dans pre que tous les cas ou 1 'exactitude des 
poidsentree.. lignedecotn te pour rdaliser des benefices. La 
BascuK- Transportable llustreeici est noire type£talon pourla 
pes£e de tous les gen -eg de marchandises g^nerales. Comme 
pour touies les Kalances Fairbanks, toutes ses parties sont 
fabriqu£esaumoyendesmeilieursmate>iaux ; les supports et 
pivots sont en acier fineinent trempe. On les livre avec ou 
sans roues. Diverse- grandeurs, pesaut de4oo a 2.500 livres. 
Ecrivez pour avoir notre Catalogue et nos prix. 

THE CANADIAN FAIRBANKS-MORSE CO., Limited. 

444, rue St Jacques, MONTREAL. 




SHORTENING 

EXCELS 



CHEZ TODS LES EPICIERS. 

GUNN, LANGLOIS & CIE, Limitee 

Agents pour Montreal et la province de Quebe c . 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Pris adroitement et mis 

en boites juste oil 

on les prenri 

Les fabricants de conserves de Haddies en boites marque 
"Thistle" viennent d'aine iorer encore leurs procddes pour 
la ruise en boites de leur produit en adoptaut une boi e sans 
joints, hygienique. C«S bottes contieniient '/, \b. o\x lib. 
et sout oruees d'^tiquettes particulierement a'.trayante. 

L'adoption de ces nouvelles boites aura pour effet de 
conserver encore uiidix la s iveur dedcieuse di poisson 
qu'on vient dr prendre et fournira un nouvel argument t n 
inarchand pour f jciliter scs ventes 

Les Haddies Marque 
"THISTLE" 

sont soutenus par 1'expeVience de toute une vie, ils sont 
absolument exempts de va>-e ou de toute autre impurei^ ! 

Parmi les aut es sp£cialites portant la Marque '•Thistle" 
il y a le Hareng sale et se>he, e Hareng a la Sauce Tomate, 
le Thon, etc , tous de quaint lior- ligue. 

Travaillez dans otre interet tt dans celui de vos clients 
en exposant bien et en recommaudant la meideure marque 
la marque "Thistle". 

ARTHUR P. TIPPET & COMPANY, 

MONTREAL Agents TORONTO 



PANIERS et MANNES en OSIER 

LES PLUS BAS PRIX COMMERCIALS 
ET PROMPTE LIVRAISON GARANTIE. 

Assortment complet des Celebres Bros- 
ses et Balais de BOECKH. Nous 
sommes heureux d exhiber un a^sortiment 
tres considerable d'Echantiilons. 

Conseih d Experts au sujet du Choix 
des L ignes se Vendant le iMieux. 

Venez, Ecrivez ou Telephonez pour 
avoir notre Liste de Pri . 

The Harold E. Smith Sales Co. 

Agents de Ventes et Distributeurs 

130. RTJK CRAIG EST 

(Deux Portes a I'Ouest de l'Kotel des Poates) 

MONTRHAL 




Dites cela avec conviction 

''Madame, voici le meilleursel de table que nous vendons 
— II est toujours propre, sec et fin — il ne se pdtrifie pas 
II glisse faci lenient de lasaliere et don neaux aliments la saveur 
exacte qu'ils doivent avoir. 

Sel de Table 

WINDSOR 

est le seul qui se puisse employer pour la cuisine ou la 
patisserie — L,a pate devient croustillante et floconneuse 
sans laisser aucune "trace d'arriere-gout auier". 

Sou emploi vous demontrera que c'est le meilleur sel. 

THE CANADIAN SALT COMPANY LIMITED 
WINDSOR ONTARIO 



Saindoux Compose 



AJfJWG* 




Reconnu comme le meilleur 
sur le marche. 

II n'en existe pas qui ait un 
gout plus fin. 

Son Prix est raisonnable. 

MATTHEWS-LAING LIMITED 



Rue Mill, 



MONTREAL. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



IO 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



1.86 



Sotfa "Magic" _ tea cw« 

No. 1 eaisae 60 pqta de 1 lb . . . 2.8S 

6 caissea 2.76 

No. 2 caisse 120 pqta de % lb . . 2.8S 
5 caissea ...... 2.71 

No 3 caisse 
30 pqts. de 1 lb. .1 
et 60 pqts. de J lb. ) ' 

5 caisses 2.75 

I No. 5 caisse 

100 pqts. de 10 02. 2.9U 

5 caisses 2.86 

Creme de Tartre de 
"Gillett" 

La dot 

I lb. pqts. (4 doz. dans 

„ la caisse) .... $1.00 

i lb. pqts. (4 doz. dans 

ja caisse - ) .... 2.00 

La cse 

i doz. pqts., I lb ( assor- l $g 00 

5". doz. pqts., J lb \ tis. / ' 

h lb. canistres rondes, avec couver- ^ Q% 
cles fermant a vis (4 doz. dans la 

caisse) Z.2G 

t lb. canistres rondes, avec coir- 
clea fermant a vis (3 doz. dan? U 
•ae) s <"' 

«i ib. canistres carreea (% doz uaue 

la caisse) . 0-*3 

10 lb. boites en bois 0,30* 

25 lb. seaux en bois 0.30 J 

100 lb. baril3 « . • 0-286 

460 lb. bar' 1 -- „...-.-.«■» * ^ 




N. K. FAIRBANK COMPANY 

LIMITED 

Montreal 

Prix du Saindoux 
Compose, Marque 
BOAR'S HEAD. F. 
O. B. Montreal. 
Tinettes 60 !b. o. 11 
Tierces o.iof 




Seaux en bois, 20 lbs. 
Chaudieres, 20 lbs. 
Caisses, 3 lbs., 20 a la caisse 
Chaudieres, 5 lbs., 12 a la caisse 
Caisses. 10 lbs., 6 a la caisse 
GUNN, LANGLOIS & CIE, Lirnitee, 
Montreal 



o.iit 

0.11 

o.ii2 

o.ii3 

0.11A 




Prix du Saindoux 

Compose, Marque 

EASIFIRST 

Tinettes 60 lb. 0.11} 
Tierces o.it 



Seaux en bois. 20 lbs. 
Chaudieres, 20 lbs. 
Caisses, 3 lbs. 
Caisses, 5 lbs. 
Caisses, 10 lbs. 
Pains moules d'une livre 

IMPERIAL TOBACCO CO. 
NADA, LIMITED. 
Cigarettea 

Athlete 

Bouquet, boite 350, par boite 

Calabash 

Columbia (tout tabac) 



2.345 


2.34? 


lb 0.12 


lb. 0.12 


lb. 0.12 


0.12J 


OF CA- 


Le 1,000 


8.50 


5-75 


11.00 


11.00 



Coronet 

Dardanelles (Turques) bouts unis 

Dardanelles (Turques) bout liege 

ou argent 
Derby, boite de 600, la boite 
Empire Navy Cut 
Fatima 
Guinea Gold 
Gloria 
Gold Crest 
Hassan (Turques) 
Imperial A. A. 
Imperial A. A. 1 
Mecca (Egyptiennes) 
Mogul (Egyptiennes) bouts unis 
Mogul (Egyptiennes) bouts en 

liege 
Murad (Turques) bouts unis 
New Light (tout tabac) 
Niobe (Turques) 
Old Chum 
Old Gold 

Pall Mall (format ordinaire) 
Pall Mall (format royal) 
Players' Navy Cut 
Richmond Straight Cut 
Sweet Caporal 
Sweet Sixteen 
Sub-Rosa (tout tabac) 

Cigarettes importeea. Le 

Capstan (douces et medium) 
Capstan, boites de 10 avec porte- 

cigarettes 
Soussa (importees du Caire, Egyp- 

te), extra fine No 25 
Extra fine No 30 
Khedivial 
Three Castles, boites de ferblanc, 

50 s. et boites de carton 10 s. 
Three Castles, boites de fantaisie 

Tabac a Cigarettea. 
B. C. No 1, 1/12 s. 



18.50 
12.25 

12.50 
4.00 
8.00 

10.00 
8.00 

5-75 

6.00 

8.50 

27.00 

35. 00 

8.50 

12.00 

12.00 

12.00 

8.50 

8.00 

8.00 

6.30 

18.50 

25.00 

8.20 

11.00 

8.50 

5-75 

8.50 

1,000 

12.00 

12.50 



20 


00 


23 


00 


30 


00 


IS 


od 


16 


.00 


La lb. 


1 


02 



Pnr 



Digne de confiance 




N'hesitez pas 

a einmagasiner et recommander le 

SODA A PATE 

"COW BRAND" 

II est remarque" pour sa force, sa purete, et le fait 
qu'il est digne de confiance : c'est un des grands 
favoris de la cuisiniere. 

Examinez vos stocks. Commandezen a votie 

fournisseur en gros. 

CHURCH & DWIGHT 

Manufacturiers LIMITED 

MONTREAL 



CONNAISSEZ-VOUS TRISCUITS ? 

Si vous ne le connaissez pas, emportez chez 
vous une boite de cette galette de SHREDDED 
WHEAT, faites-la cuire dans le fourneau 
pour lui rendre son croustillant, puis mangez- 
la chaude et croustillante, avec du beurre, du 
fromagemou ou des marmelades. Elle posse- 
de toute la matiere reconstituante du grain 
de ble entier, rendu facile a digerer par la 
cuisson a la vapeur, la maniere dont il est 
hache et cuit au four. Si vos clients aiment 
Shredded Wheat Biscuits au dejeuner, ils 
auront cei tainement du gout pour Triscuit 
comme mets de dejeuner ou de tout autre 
repas. Essayez-le avec du cacao chaud, du 
lait malte, ou autres breuvages. 

THE CANADIAN SHREDDED WHEAT CO., LTD. 

NIACARAFALLS, Ont. 
Bureau a Toronto : 

49, rue Wellington Est. 




Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



I r 



La campagae de p iblicii6 qui se poursuit actuellement assure aux marchands qui tiennent 

LES POUDRES NERVINES DE MATHIEU 

une vente rapide et de bona profits. Quelle que soit la cause des inaux de t6te, il n'y a pas de remdde qui atteigne le sidge du ma 
aussi rapilement et avec au'ant d'efflcacit* que les Poudres Neivines de Mathieu. ^ 



POUDRES NERVINES 

De MATHIEU 

PourlouslesMauxdeTeteet Nevralje 







Essayez vous-menie le« Poudres Nervines 
de Mathieu a uos frais, au tuoyen du coupon 
ci-joint, si vous ou quelqu'un de votre famille 
souffrez de raaux de tete. 

LA CIE J. L. MATHIEU, 

Proprietaire. 
Sherbrooke, • • P.Q. 

MM. L. Chaput. Filt & Cie., Limitee. 

D£posit*ire < n Gros Montreal, P. Q 



Veuillez m'envoyer une boite r£gili£re 
de Poudret Nervines de Mathieu a l'adrease 
suivante : 

Nom 

(Nom de la maiion de commerce). 



Ville ou village. 
Province 




Pour Vous 
Rapprocher 




En dehors de la visite per- 
sonnels et d'une conversation 
intime avec votre client ou votre 
associe, le Telephone a Longue 
Distance vous met en relation 
plus intime que n'importe quel 
autre mode de communication ! 

Quelques minutes de conver- 
sation par telephone ont sou vent 
plus de portee qu'une douzaine 
de lettres d'expllcations. 




Essayez le mode de conversa- 
tion — demandez les tarifs du 
Telephone a Longue Distance! 



La Compagnie Canadienne du 
Telephone Bell. 



Le JAPON est le seul pays 

producteur de THE au monde 

qui prepare un the pur, et il 

est le premier au monde qui 

condamne la pratique de la 

* 
coloration desTHES. 




Su^ar 



Granule Etalon Extra 

L'Etalon Canadien de qualite. Le meilleur sucre fabrique. 

Etiquette bleue. Etiquette rouge. Etiquette verte. 



I 2 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 40. 



Athlete. 1/12 s. 
Sweet Caporal, 1/13 s. 

Tabacs coupes. 
Old Chum, 10 s. 
Lord Stanley, Tins i lb. 
Meerschaum, 10 s. 



I.07 
1. 15 
La lb. 
0.82 
1. 11 
0.81 



Athlete Mixture, Tins i et i lb. 1.37 

Old Gold, 12 s. 0.97 

Seal of North Carolina, 12 s. o.97 

Duke's Mixture (Cut Plug), 1 lb. 0.84 
Old Virginia, pqts J et 1 lb. 0.00 0.65 
Duke's Mixture (Granule), 

1/10 s. Bags 5 lbs. carton 0.87 
Bull Durham, 

1/10 bags, 5 lbs. carton 1.25 

1/16 bgs, 5 lbs. carton 1.25 

Old Virginia, pqts 1/16 lb. 0.65 

Snap, pqts 1/12 et 1/6 lb. 0.48 

Calabash Mixture, tins i et 1 lb. I. IS 

Calabash Mixture, tins I lb. 1.20 

Calabash Mixture, tins J lb. 1.35 
Capstan Navy Cut (importe) tins 

i lb. Medium et Fort * i-5< 
Capstan Mixture (importe) tins 

y & lb. Medium 1-50 
Pride of Virginia (importe) tins 

1/10 lb. 1-35 
Old English Curve Cut (importe) 

tins 1/10 lb. 1-35 

Tuxedo (importe) tins 1/10 lb. 1.37 

Lucky Strike (importe) tins 1/10 1.35 

Rose Leaf (importe, a chiquer), 

pqts 1 oz. 1.24 

Tabacs a chiquer (importes) La lb. 

Piper Hiedsieck 1.22 

Tabacs en poudre. La lb. 

Copenhagen en boites j/12 lb. 0.00 

Horseshoe 0.90 

Rose No 1 de Landry 0.32 

Rose No 1 de Houde 0.34 

12 lbs., boites 6 lbs. 0.39 

(Empire Branch) 
Tabacs a chiquer. La lb. 

Club barres, 5 a la barre, 6 more. 

a la lb., boites 5 lbs. 0.42 

Moose 11 s. ^ 0.40 

Snow Shoe barres, 6J more, a la lb. 0.45 

Stag 51/3 more, a la lb., i butts 0.39 

Black Watch 6 s. 0.45 
Bobs, 5 s. et 10 s. 0.39 

Currency. 10 s. 0.39 

Pay Roll 74 s. 0.59 
Empire Navy Chewing barres 14 

oz., boites 7 lbs. 0.53 
Tabacs a fumer en palettes La lb. 
Rosebud, 3 x 3, 7 s. T /2 cads, 8 lbs 0.50 

Pedro barres, 16 oz., 5 more, a la 

lb., boites 6 lbs. 0.58 

Empire 6 s. et 12 s. - 'O.44 

Rosebud 6 s. 0.45 

Ivy 7 s. 0.50 

Shamrock 6 s. «/-45 



Tabacs haches. La lb. 

Great West (Sac) 8 s. 0.59 

Regal, cube cut en boites 9 s. 0.70 

Taxi, Crimp cut, boites 10 s. 0.78 

HENRI JONAS & CIE, 
Montreal. 



Pates Alimentaires. 
Macaroni "Bertrand" 
Vermicelle "Bertrand" 
Spaghetti "Bertrand" 
Alphabets "Bertrand" 
Nouilles "Bertrand" 
Coquilles "Bertrand" 
Petites Pates, etc. 

Extraits Culinaires. 



La lb. 

0.08 
0.08 
0.08 
0.08 
0.08 
0.08 
0.08 
La doz. 



1 Oz. Plates. Triple concentre 0.84 

2 oz. Plates. Triple concentre 1.57 
2 oz. Carrees. Triple concentre 1.88 

4 oz. Carrees. Triple concentre 3.34 
8 oz. Carrees. Triple concentre 6.25 

16 oz. Carrees. Triple concentre. 12.00 

2 oz. Rondes. Quintessences 1.96 

2i o Rondes. Quintessences 2.19 

5 oz. Rondes. Quintessences 3-75 
8 oz. Rondes. Quintessences 6.67 
4 oz. Carrees. Quintessences. Bou- 

chons emeri 3.75 

8 oz. Carrees. Quintessences. Bou- 

chons emeri 7.50 

2 oz. Anchor. 1.00 

4 oz. Anchor. 1.75 

8 oz. Anchor. 3.00 

16 oz. Anchor. 6.00 

2 oz. Golden Star "Double Force" 0.75 
4 oz. Golden Star "Double Force" 1.25 
8 oz. Golden Star "Double Force" 2.25 

16 oz. Golden Star "Double Force" 4.25 
2 oz. Plates. Soluble. 0.75 

4 oz. Plates. Soluble. 1.25 

8 oz. Plates. Soluble. 2.25 

16 oz. Plates. Soluble. 4.25 

1 oz. London. 0.50 

2 oz. London. 0.75 
Extraits a la livre de $1.00 a 3.00 
Extraits au gallon de $6.00 a 24.00 
Memes prix pour extraits de tous fruit*. 



Moutarde Francaise. 



La grosse 



No 66 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 24.00 
No 68 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 15.00 
No 69 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 24.00 
Molasses Jugs Must., 1 d. a la cse 21.00 
Jarres i gal. Mustard, 1 d. 4 la cse 36.00 
Jarres \ gal. Mustard, i d. a la cse 54.00 
Vernis a chaussures. La doz. 

1 doz. a la caisse. 
Marques Froment. 0.75 

Marque Jonas. 0.75 

Vernis Militaire a 1'epreuve de l'eau. 2.00 

MATTHEWS-LAING, LIMITED, 
Montreal, Canada. 



I N 



Pony Mustard, 2 doz. a la cse 8.40 

Small Mustard, 2 doz. a la cse 7.80 

Medium Mustard, 2 doz. a la cse 10.80 
Large Mustard, 2 doz. a la cse 12.00 

Tumblers Mustard, 2 doz. a la cse 10.80 
Muggs Mustard, 2 doz. a la cse 13.20 
Nugget Tumblers, 2 doz. a la cs 13.20 
Athenian Tumblers, 2 doz. a la cse 13.20 
Gold Band Tumblers, 2 d. a la cse 13.80 
No 67 Jars Mustard, 2 doz. a la cse 13.20 
No 64 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 18.00 
No 65 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 21.00 




Cut, 
Cut, 
Cut, 



Lard en Baril Marque "Anchor" 
Lard pesant, Canada Short Cut, 

Mess brl. 35/45 
Lard pesant, Canada Short 

Mess l / 2 brl. 
„ard pesant, Canada Short 

brl. 45/55 
Lard pesant, Canada Short 

V2 brl. 
Lard pesant, Brown Brand, desos- 

se, tout gras, brl. 20/35 
Lard clair, pesant, brl. 20/35. 
Pickled Rolls, brl. 
Lard a feves, (petits morceaux, 

mais gras), brl. 
Heavy, clear fat backs 40/50 
Heavy, clear fat backs 60/70 

Saindoux Compose Raffine, choix. 
Marque "Anchor". 

Tierces, 375 lbs. lb. 

Boites 50 lbs. net (doublure par- 
chemin) 

Tinettes, 50 lbs. net (Tinette imi- 
tee) 

Seaux de bois, 20 lbs., net, $2.20 

Seaux de fer-blanc, 20 lbs., $2.10 

Caisses 10 lbs. tins, 60 lbs. en cais- 
ses, bleu 

Caisses 5 lbs. tins, 60 lbs. en cais- 
ses, bleu 

Caisses 3 lbs. tins, 60 lbs., en cais- 
ses 

Briques de saindoux, 60 lbs, en 
caisse 



30.00 
15-50 
30.00 

15.25 
29.00 
30.00 

23.00 

2,7.00 
25.50 



o.ioi 

o.ioi 

o.iof 

0.11 

o.ioi 

o.ni 

o.ni 

0.11J 



Saindoux Marque 
pur). 



0.12J 
'Anchor" (garanti 



AUX CULTIVATORS 

Nous recevons la creme desse 
parateurs a main. 




290 Ave. Papineau 
MONTREAL 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No 40. LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 13 



Ne negligez pas les possibilites de 
faire de belles affaires sur le cacao. 
Les gens en consomment de plus en 
plus, sur tout le 

COWANS 

PERFECTION 

COCOA 

(Etiquette Maple Leaf) 

parce qu'ils constatent qu'ila nom- 
bre d'avantages sur le the et le 
cafe. 

Les epiciers clairvoyants accordent 
une attention speciale, de nos jours, 
au cacao. 



The COWAN COMPANY, U 

TORONTO. - CANADA. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



14 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



mm «■ mm iii in 1 r f 1 1 • rarmiir-r ■ — — ~Iii 



PERFECTION 

t 11 MOONEV BliCUIT.v t.'.NOY CC 
STRATfORD CA-nftOf. 



LES 



BISCUITS 



Qui Edifient un Commerce. 

Tout Spicier actif et intelligent de- 

vrait maintenant faire un effort 

special pour pousser la ven- 

te des biscuits 

Soda a la 

Creme Perfection 

de Mooney 

II a une occasion de le faire en cette 
grande saison des receptions et 
des "TheV. II n'y a rien de plus 
agr^able au gout, de plus croustil- 
lant et de plus delectable en fait de 
biscuits. Tous les gourmets le savent 

The Mooney Biscuit 

AND CANDY CO., LIMITED 

Manufactures a 

Montreal, Stratford, Winnipeg, 
Vancouver. 

Succursale8 a Hamilton, Ottawa, Syd- 
ney, C. B., Halifax, N. E., Fort Will 
iam, Calgary, Vancouver, C. B., St- 
Jean, T. N. 



La FarinePreparee deBrodie 

Vous Conserve Vos Clients. 

Toujours digne de confiance, elle e»t preferee a 
toutes les autret farines 

UN BON VENDEUR. 

Voyez le coupon des epiciert dam chaque 
carton- 

Brodie & Harvie, Limited. 

14 et 16 Rue Bleury, 

Tel. Main 436. MONTREAL. 



Ne demandez paB plus a votre pubti- 
dte qn'tlle ne peut vous donner. Son 
action, est limitee de meme que son ren- 
demMf, 



Tierces, 75 lbs. 

Boites, 50 lbs., net (doublure par- 
chemin) 

Tinettes, 50 lbs., net (tinette imi- 
tee) 

Seaux de bois, 20 lbs., net (dou- 
blure parchemin) $3-00 

Seaux en fer-blanc, 20 lbs. 



brut 



$2.90 



0.14^ 

0.14J 

0.143 

0.15 

o.i4i 

o.isJ 

o.isi 

o.isi 

o.isl 



Caisses, 10 lbs., tins, 60 lbs., en 

caisses rouges 
Caisses, 5 lbs., tins, 60 lbs., en 

caisses rouges 
Caisses, 3 lbs., tins, 60 lbs., en 

caisse 
Saindoux en carre d'une livre, 60 
lbs., en caisse 
Viandes fumees. 
Jambons: Premiere qualite. 
Extra gros, 28 a 40 lbs. 
Gros, 20 a 28 lbs. 
Moyens, 15 a 19 1 bs. 
Petits, 10 a 13 lbs. 
Jambons desosses, roules, gros 

16 a 25 lbs. 
Jambons desosses, roules, petits 

9 a 12 lbs. 
Bacon, Special Rose Brand 
Bacon Anchor Brand, a dejeuner, 

sans os, choisi 
Bacon Brown Brand, a dejeuner, 
marque anglaise, sans os, choisi 
Bacon Windsor, dos pele 
Bacon Windsor, sans os 
Jambons de Laing, choisis, Pique- 

que-Nique", 10 a 14 lbs. 
Petit bacon roul'e, epice, desosse, 

8 a 12 lbs. 
Bacon choisi, Wiltshire, cote, 50 

lbs. 
Cottage Rolls 

Saucisses fumees. 
Bologna (Bondon de Boeuf) 
Bologna (Enveloppe ciree) 
Brunswick (Beef Middles) 
Frankfurts 
Polish 
Garlic 

Empress (Poulet, jambon et lan- 
gue) doz. 

Saucisses fraiches. 
Saucisses de pore (tripes de pore) 0.09J 
Saucisses de pore (tripes de mou- 

ton) 
Petites saucisses de pore (pur 

pore) 
Saucisses Cambridge (paquets de 

1 lb. 
Saucisses de fermier 
Chair a saucisses (seaux de 20 

lbs.) 
Boudin blanc 
Boudin noir 

AGENCES 
LAPORTE, MARTIN, LIMITEE, 
Montreal. 
Legumes. 
Petits Pois Importes "Soleil" 
Extra fins, 50 boites 
Extra fins, iooi boites 
Tres fin, 100} boites 
Fins, iooi boites 
Mi-fins, iooi boites 
Moyens, No 2, iooi boites 
Moyens, No 3, iooi boites 

Petits Pois "Frs. Petit & Cie." 
Fins, iooi boites 
Moyens, iooi boites 
Legumes "Soleil". 
Haricots: — 

Verts, extra fins, iooi boites 
Verts, extra fins, 40 flacons 
Verts, moyens, iooi boites 
Verts, coupes, iooi boites 
Coupes, iooi boites 



o.i8i 

0.19 

0.21 

0.2li 

0.22 

0.23 
0.23 

0.20 

0.18 
0.23 
0.25 

0.17 

0.l6i 

0.20 
0.20 

0.08 

o.o7i 

0.08 

0.10 

0.09 

0.09 

I. 10 



0.10 

0.16 
o.ioi 

0.10 

o.o8i 
0.07 
o 08 



14-50 
15.00 
i3-5o 
11.50 
11.00 
9.50 
O.00 

0.00 
7-5° 



14.00 
8.50 
8.25 
8.00 
8.00 



IMPORTANT 

Les Epiciers detail Ian ts 

qui d^sirent plaire a 1 e u r a 
clients devraient etre certains 
de pouvoir leur fournir les v£ri- 
tables 




Baker's 
Cocoa 



and 



Chocolate 



Registered*" avec la marque de com 
Trade-Mark merce sur i es paquets. 

Ce sont des marcbandises 
de premier ordre, les meilleures 
du monde au point de vue de la 
purete" et du gout. 

Manufactures uniquemeat par 

WALTER BAKER & CO., 

Limited. 

Montreal, Can. Dorchester, Macs 

ETABLIE EN 1780. 



LACAILLE, GENDREAU & CIE 

Successeurs de CHS. LACAILLB & CIB. 
EPICIERS EN QROS 

Importatenrs de Melasses, St- 
rops, Frnlts Sees, The, Vine, 
Liqueurs, Sucrea, Etc., Etc. 



Speciality de Vins de Mease de Sicile 
et de Tarragone. 



329 Rue St-Pau) et 14 Rue St-Dizi 

MONTBBAL 



CONFITURES PURES DE UPTON 



confines nm 

IOOVELLE S.iSO!i 

•® DE DPTOI <5* 

mihiekjui mm 




Absclument puree 
et de saveur deli- 
cieuse, co»servee« 
iaus des seaux de 
5 lbs. et des iarrcs 
en verre de 16 oz., 
doubles or, scelles 
hermetiquement. 

mi IHIcllSE 

rouiK 

UPTON 

Bien et favorablement connue de 
1 'ericier et de ses clients dans tout le 

Canada, on elle eat faite et Yendne 

depais plat de quint* ana. 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



>5 



LE HAGHIS DE CLARK 

N'est-cs pas a peu pros le 
moment, M. l'Epicier, de com- 
mencer a vous preparer a votre 
commerce de hacbis '. 

Le Hachis de Clark est 

pret a servir 

et 

les produits de Clark sont 

prets pour vos affaires 

On n'emploie dans sa prepa- 
ration, que des fruits et des 
Apices de premier choix. Garanti 
absolument pur. 

Mi* en pots enverre. Une gran- 
deur seulement. 

En boites en fer-blanc cachetees 
hermetiquement, grandeurs No 1 , 
2, 3, 4 et 5. 

En seaux, caisses et barils do 
5, 10, 25, 45, 85 et 300 livres. 

Yos clients en veulent. 
Cela vous rapporte d'en vendre. 

W. Clark = Montreal 



Le Pret Immobilier, Limitee 

244 Rue Ste-Catherine Est, 
Montreal. 
Phone Bell Bat 5779 

BUREAU DE DIRECTION : 
President i M. J.-A -E. Gauviu, pharmacien 
ancien echevin ; Vice-Pre.ident : M. L -A. La 
valine, maire de Montieal ; Secretaire-Treso 
rier : M. Arthur Gagne, avocat ; Directeurt : M 
L. H. Geoffrion, anaen president de la Chambre 
de Commerce dn District de Muntr6al, membre 
de la Commission du Havre de Montreal ; M. le 
Dr J.-O Goyetle, ancien maire de Magog ; M. le 
I)r P -P. Renaud, capitalists; M. F -H. Fontaine, 
directeur-gerant de "The Canadian Adver ising 
Limited" ; Gerant : M. L.-W. Gauvin, ex-inspec- 
teur et auriutendant de la Metropolitan Life 
Ins. Co. 

SI VOUS AVEZ BESOIN DE CAPITAL 

pour acbeter uue propriety ou pour vous bfitir 
i "Prtt Immobilie r. Limitee,' 

qu vous pretera ce capital sans interd, avec 
grandes facilites de remboursement 

Les facllitesde remr-oursement des prftts faits 
a ses membtes par le "Pret Immobilier, Limitee" 
sont telles qu'elles repr«-se.atent a peu pres 
l'interet que l'on aurait a payer sur un emprunt 
ordinaire. 

REPRESENTANTS DEMANDES-Le "P T 8t 
Immobilier, Limitee" n'a pas encore d'agence 
dans tous les Districts et est dispose a entrer en 
pourparlers avec des reprgsentants bien quali- 
fies. 

Eorivez ou telephonez pour avoir la 
brochurette explicative gratuite. 



Puree de tomates, 50 boites 
Julienne, iooi boites 
Cerfeuil, iooi boites 

Asperges. 
Pointes tetes seulement, iooi btes 
Branches geantes, iooi boites 
Branches geantes, 50 boites 
Branches grosses, 100/ boites 
Branches grosses, 50 boites 
Branches Extra, 50 boites 
Branches Fines, iooi boites 
Branches Fines, 50 boites 

Flageolets. 
Moyens, iooi boites 

Sardines. 
Petit Caporal Club i 
White Bear i s . 
White Bear i s. 
Le Pilote i 
Victoria i s. 

Savons de Castille. 
Le Soleil 72% d'huile d'Olive. 
more, de 10 oz., 200 a la caisse 
more, de 10 oz., 100 a la caisse 
more, de 7 oz., 200 a la caisse 
more, de 1 lb., 50 a la caisse 
more, de 1 lb. long, 50 a la c/s 
more, de i lb., so a la caisse 
more, de 3 lbs., 12 a la caisse 
barres de 11 lb., 25 a la caisse 
La Lune 65% d'huile d'Olive. 
more, de f lb., 50 a la caisse 
c/s 12 barres, 3 lbs. 
Huile d'Olive "Minerva" 
12 bouteilles, 1 litre 
12 bouteilles, qts. 
24 bouteilles, pts. 
24 bouteilles, i pts. 



Macedoines, No 1 extra, 100} btes 12.00 

Macedoines, No 1 extra, 40 flacons 9.00 

Cotes de Celeri, iooi boites 8.00 

Cotes de Celeri. 50 boites 7.50 

Soupes (Pois, Oseilles et Cerfeuil, etc.) 

Oseilles, iooi boites 9.50 

Puree de torn, concentrees, iooi b. 9.00 



9.00 
8.50 
9.5<J 
C/S 

30.00 
28.00 
26.50 
26.00 
22.00 
24.00 
23.50 
22.50 

11.00 

C/S 
12.00 
16.00 

9.50 

1450 

8.00 

Lb. 

12.00 
6.00 
7.50 
450 
4-5o 
3-75 

o.ioi 

o.o8i 

Lb. 

3-35 

o.o8i 

C/S 
8.00 
6.00 
6.50 
4-25 
Gall. 
2.00 
2.05 
2.10 

2.-25 
2.60 



c/s 2 estagnons, 5 gall. 
c/s 6 estagnons, 2 gall. 
c/s 10 estagnons, 1 gall, 
c/s 20 estagnons, i gall, 
c/s 48 estagnons, 4 gall. 

LAIT CONDENSE ET EVAPORE. 
Borden Milk Co., Ltd.. a l'Est de Fort 

William, Ont. 

Conserve: — Caisse 

Eagle Brand, 4 doz. $6.00 

Reindeer Brand, 4 doz. 6.00 

Silver Cow Brand, 4 doz. 5.40 

Gold Seal Brand, 4 doz. 5.25 

Mayflower Brand, 4 doz. 5.25 

Purity Brand, 4 doz. 5 25 

Challenge Brand, 4^ doz. 4-75 

Clover Brand, 4 doz. 4. 75 

Evapore (non sucr£) : — 

St. Charles Brand, petit, 4 doz. 2.00 

Peerless Brand, petit, 4 doz. 2.00 

St. Charles Brand, famille, 4 doz. 3.90 

Peerless Brand, famille, 4 doz. 3.90 

Jersey Brand, famille, 4 doz. 3.90 

St. Charles Brand, haute, 4 doz. 4.50 

Peerless Brand, haute, 4 doz. 4.50 

Jersey Brand, haute, 4 doz. 4.50 

St. Charles Brand, hotel, 2 doz. 4.25 

Peerless Brand, hotel, 2 doz. 4.25 

Jersey Brand, hotel, 2 doz. 4.25 
St. Charles Brand, gallons, i doz. 4-75 

"Reindeer" cafe et lait, 2 doz. 5.00 
"Reindeer" cafe et lait, petit, 4 doz. 6.00 

"Regal" cafe et lait, 2 doz. 4.50 

'Reindeer" cacao et lait, 2 doz. 4.80 

JOHN P. MOTT & CO. 
Elite, per doz 



^,0T^ 

{DIAMOND 
C-HOCOIiAlf 



O.OO 

La lb. 

Prepared Cocoa 8.28 

Breakfast Cocoa 0.36 

No 1 Chocolate 0.30 

Diamond Chocolate 0.24 

Navy Chocolate 0.29 

Cocoa Nibbs 0.35 



CWCOLAT 44 



Non Sucre 



ELITE" 



DBS BPICIBBS 
.our tous lea 

Besoins de la Cuisine 

Tablettes de X lb. 

I' brMjutf pur 

JOHN P. MOTT & CO., 

HALIFAX, N. E. 
J.A.TAYLOR, Agen , Montreal 



Dessinateur di patrons. Satisfaction absolue 
Coupe garantie. Prix moderns. 

T(*l., Est 3521. 



A. J. LELIEVRE 

MANCHONNIER 

150, rue St-Denis, Montreal. 

Speciality : 

Manteauxde Mouton de Perse. 
To )S genres de Fourrures reparfees. teintes 
et 11c ttoyees. 



Cocoa Shells 0.05 

Confectionery Chocolate 0.18 4 0.30 

Plain Chocolate Liquors 0.18 a 0.35 

Vanilla Stick la gr. 1.00 

SALADA TEA CO. 



THES DE CEYLAN 
"SALADA" 



Coiit. Vend. 
Etiquette Brune, i's et i's. $0.25 $0.30 
Etiquette Verte, i's et i's. 0.27 0.35 
Etiquette Bleue, i's, i's, i's et 

i's. 0.30 0.40 

Etiquette Rouge, i's et i's. 0.36 0.50 
Etiquette Or, au detail 0.44 0.60 

Noir, mele ou vert, de toutes qualites. 
SAVON. 
The GENUINE, empaquete 100 mor- 

ceaux par caisse. 





Prix pour Ontario et Quebec: 

Moins de 5 caisses 5-°o 

Cinq caisses ou plus 4-95 

SNAP CO., LTD., 



Montreal. 

Snap Hand 

Cleanei 

Cse de 3 do 3.60 

Cse de 6 doz. 7.20 

30 jours. 




i6 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 




fi) 



W 



EpiciCTS I II n'est ni necessaire ni recommandable de tenir 
trop de differentes marques d'un meme article. Vous obtenez 
une vente plus facile et des profits plus considerables en ne ven- 
dant que quelques marques de qualite, bien connues, familieres 
aux clients, et que les manufacturiers appuientde leur confiance 
jusqu'au point de consacrer de fortes sommes pour les annoncer 
et vous aidez a augmenter vos vente s. 

MAGIC BAKING POWDER 



ILA SEULE POUDRE A PATE EN CANADA DONT TOUS 

Iles ingredients sont marques SUR L' etiquette 

MGILLETICOMPANYllMED 

TORONTO, ONT. 

MONTREAL 



mm 

!owd$ 



P o 



V(/pEJi 



WINNIPEG 




£^7 





On ne met en boites portant la MARQUE 
BRUNSWICK que les plus savoureux pois- 
ons, tres soigneusement choisis, peches dans 
la fameuse baie Passamaquoddy. 



\ He 



SARDtNEs"lN OIL 

MOICD BY 

BUdTaHartnw, 
HA 




La haute qualite de nos aliments Marins 
nous a assure une forte clientele qui, par 
suite de la mise en pratique de m^thodes 
c ommerciales consciencieuses, ne cesse de 

s'accroitre. Quand vous tenez la MARQUE CONNORS BROS, vous vendez des marchan- 
dises qui vous gagnent une clientele. 

Notre 6tablissement est gere dans les conditions les plus ideales et nos marchandises 
arrivent en parfait £tat chez le consommateur 



CONNORS BROS., LTD., Blacks Harbour, N. B. 

AGENTS : 

LEONARD BROS., Montreal. - C. H. B. HILLCOAT, Sydney. — A. W. HUBAND, Ottawa. — JAS. HAYWOOD, 
Toronto. - CHAS. DUNCAN, Winnipeg. — GRANT OXLEY & Co., Halifax. N.E.— C. DE CARTERET, Kingston. — 
BUCHANAN & AHERN, Quebec. — J. L. LOVITT, Yarmouth. - SHALLCROSS, McCAULAY Co., Vancouver 
et Victoria, C. A. — SHALLCROSS, McCAULAY, Calgary, Alta. - JOHNSTON & YOCKNEY, Edmonton, Alta. 



LE PRIX COURANT 

REVUE HEBDOMADAIRE 
Commerce, Finance, Industrie, Assurance, Etc. 

EDITEURS 



La Compagme de Publications des Marchands Detailleurs du 
Canada, Limitee, 



Telephone Bell Eat 1185 

ABONNEMENT ; 



MONTREAL. 



Montreal et Banlieue, $2.50 
Canada et Etats-Unis, 2.00 
Union Postale, - Frs. 20.00 



PAR AN. 



Bureau do Montreal : 80 rue St-Denis. 

Bureau de Toronto : Edifice Crown Life, J. S. Robertson & Co., representants. 
Bureau de Chicago : 215 rue South Market, Emmet C. Boyle*, repreaentant. 
BnrMii He New-York : 903-904 Tribune Bid*.. E. F. Olmsted, repretentant. 



II n'eat pas accepte d'abonnement pour moine d'une annee 

A moins d'avis contraire par ecrit, adreaae directement 
a no* bureaux, 15 joura au moins avant la date d'ezpiration, 
I'abonnement est continue de plein droit. 

Toute annee commencee est due en entier. 

L'abonnement ne cesse pas tant que les arrerages ne >onl 
pas payea. 

Tout cheque pour paiement d'abonnement doit etre fait 
payable " au pair a Montreal." 

Cheques, mandats, bona de poste doivent etre faits payables 
a I'ordre de " Le Prix Courant". 

Priere d'adresser les lettres, etc., simplement comme suit : 
" LE PRIX COURANT ". Montreal. 



Fonde en 1887. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 191; 



Vol. XL VI — No 40. 



COMMENT FAIRE LA PERCEPTION 



II est des regies qu'il faut observer pour tous les comp- 
tes. Les factures devraient etre rendues proinptement et sou- 
vent. II est plus facile d'acquitter une petite note qu'une 
grosse. 

D'autre part, les comptes devraient toujours etre pointes 
a date, au jour le jour; et si un client veut savoir combien il 
doit, on peut le lui dire sans le faire attendre. 

Quand vous ouvrez un compte a un client, il ne suffit pas 
de savoir s'il est digne de credit. Vous devez le surveiller de 
tres pres afin d'etre toujours renseigne sur son compte dans 
le cas oil il pourrait lui arriver de changer de ligne de con- 
duite ou de situation financiere. 

Soyez votre propre percepteur, et ne gaspillez pas d'ar- 
gent a vous servir d'une agence qui ne vous donnera que de 
pauvres resultats. 

Si vous avez des clients "durs de paye", prenez les 
moyens de vous faire payer petit a petit si vous ne pouvez 
pas obtenir d'eux le paiement entier et d'une seule fois de vos 
creances. II vaut mieux avoir un demi-pain que pas de pain 
du tout. 

Lorsque vous avez demande paiement d'un compte et 
que votre debiteur vous a promis de l'honorer a une date 
determined, sOyez a point au jour et a l'heure ou il a promis 
de vous donner "quelque chose". S'il n'y a rien pour vous ce 
jour-la, tachez d'obtenir une autre promessc et surveillez de 
pres. Ne lachez pas le debiteur aux promesses, qu'il ne vous 
ait donne ce qu'il vous a promis. Ne lui laissez jamais le 
loisir de dire: "J'ai dit que je vous paierais mardi dernier et 
vous n'etes pas venu." 

Le mauvais payeur devrait etre decourage par tous les 
moyens possible; il faut le talonner, le harceler sans cesse. 
Si on le traitait de cette fagon dans tous les magasins, il 
changerait vite de tactique, deviendrait rapidement "une 
bonne paye" et eviterait des ennuis a tout le monde. 

La plupart des mauvais payeurs le sont devenus parce 
que les marchands les ont laisses faire. Une maison d'affaires 
organisee de fagon a ecarter le credit et a forcer les paie- 
ments rapides, fait plus que toute autre chose pour l'amelio- 
ration du commerce general dans sa ville. Vous seriez sur- 
pris de savoir combien de mauvais payeurs p'euvent etre 
amenes a regler promptement leurs comptes si on les presse 
souvent de verser au moins un a-compte. L'etat de compte 
devrait etre presente le premier de chaque mois a tous le$ 
clients inscrits aux livres. Tous les autres moyens de per- 
ception sont plus ou moins supplementaires. 

Si l'envoi de l'etat de compte n'a pas provoque de re- 



ponse, ecrivez une note polie, selon la formule suivante, par 
exemple : 

"Monsieur: — Nous constatons un debit de $... a votre 
compte, pour marchandises achetees anterieurement au mois 
de fevrier. Nous nous voyons dans la necessite de percevoir 
tous ces comptes si nous voulons continuer a faire face a nos 
obligations et prendre nos escomptes. Ne pourriez-vous pas 
nous faire parvenir votre cheque pour tout ou partie de cette 
somme, aujourd'hui merae. Bien a vous." 

Tout comme pour un nouvel achat, un versement en 
a-compte rafraichit tout le compte a date et empeche la 
prescription. 

Vous ne devez jamais menacer un debiteur d'une pour- 
suite a moins que vous n'ayez veritablement l'intention de 
prendre des procedures. Les menaces sont vaincs si on ne 
les met pas a execution. La meilleure perception est celle 
faite par le patron lui-meme, car rien ne fait un meilleur 
percepteur que le besoin d'argent. Le marchand a court d'ar- 
gent et qui est oblige de courir apres, fait un bien meilleur 
percepteur que celui qui se repose sur un gros capital et qui 
ne connait pas la gene. 

Vous avez peut-etre actuellement dans vos livres des 
comptes que vous croyez perdus, mais que vous pourriez 
faire rentrer, pourvu que vous y mettiez un peu de travail 
persistant. Les methodes routinieres ne suffisent pas; es- 
sayez quelque chose de nouveau de temps a autre. Entrez en 
x relations personnelles avec vos debiteurs et maintenez ces 
relations. Ne froissez pas les clients, mais faites appel a leur 
esprit de justice et d'honnetete. Les debiteurs sont faits de 
meme nature que les creanciers, et la plupart de ceux qui 
croient ne pouvoir pas payer parviendront a le faire si vous 
prenez les moyens de les faire seulement essayer. 

II importe que vos comptes soient exactss et que toutes 
les ventes a credit soient inscrites. Aussi, presumons-nous 
que vous avez rempli toutes ces conditions. 

Lorsqu'un client discute un compte, s'il a une bonne 
reputation chez vous, il conviendra de faire, de conceder ce 
que vous considerez etre une reduction inopportune. Mais 
vous serez toujours justifiable de vous en tenir a vos livres, 
a moins que le client ait la preuve indiscutable que c'est vous 
qui etes dans l'erreur. 

D'autre part, lorsqu'une personne veut payer un compte 
au moyen d'un cheque post date, amenez-le a le dater du 
jour ou il vous est donne et convenez de ne pas le deposer 
avant une date donnee. N'acceptez pas de documents post 
dates. lis ne sont valables qu'a partir de la date inscrite et 



IX 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



courez tous les risques possibles pendant l'intervalle. Le 
signataire peut bien mourir ou devenir subitement insolvable. 
La compagnie, si e'en est une, pent etre dissoute. La banque 
mentionnee peut fermer ses portes. Vous courez tous ces 
risques et beaucoup d'autres enc< re. Le marchand ne doit 
jamais perdre de vue qu'il est en affaires pour gagner de 
L'argent. Se contenter de vendre des marchandises ne suffit 
»ner sa vie, et il ne fait aucun profit tant que 
l'argent n'est pas dans sa caisse. Les comptes de livres peu- 
vent avoir une valeur d'inventaire. et il peut les vendre en 
menu- temps que son commerce; mais il ne peut pas depenser 
l'argent qu'ils represented tant qu'il ne les a pas pergus. 
L'argent, e'est la chose, et l'objet du credit lui-meme e'est la 
rentree de l'encaisse. 

Mais le plus court chemin a l'encaisse, e'est d'exiger 
le paiement an moment on les marchandises sortent du ma- 
gasin. 



COMMENT RECOLTER DU LAIT PROPRE? 



II est devenu banal de dire: 

Le lait destine a l'alimentation humaine doit etre re- 
cueilli d'une fagon "propre", et cependant e'est pour lui une 
condition primordiale. 

D'ailleurs, les precautions rigoureuses qui doivent etre 
prises ne commencent pas a la laiterie, mais a l'etable, dont 
l'atmosphere est toujours riche en poussieres, bacteries et 
moisissures qui se deposent sur les vases, acidifient rapide- 
ment le lait et compromettent sa conservation. II importe, 
par suite au plus haut point, de n'y pas laisser sojourner les 
aliments destines au betail. II est egalement tout a fait con- 
tre-indique d'y effectuer aucune manipulation de litiere 011 
de fourrage au moment de la traite, afin d'eviter de produire 
les ensemencements les plus facheux. Mais il est, a tous les 
points de vue, preferable d'adopter pour traire un local par- 
ticulier, un hangar propre et largement aere par exemple, ou 
les femelles ne sont amenees qu'aprJs avoir subi une toilette 
complete. 

Les pansages frequemment repetes favorisent I'integrite 
des fonctions de la peau, et contribuent a la belle humeur 
des animaux dont ils excitent l'appetit, dont ils activent les 
fonctions digestives* dont ils entretiehnent la sante generale. 
Chaque jour, il faut etriller, brosser, laver longuement les 
vaches, qui se pretent, d'ailleurs, volontiers a ces soins. Le 
meilleur moment, et le plus opportun pour le faire, est celui 
qui precede immediatement la traite. II faut egalement veil- 
ler a ce que les membres posterieurs, tout au moins dans 
la region qui avoisine la mamelle, soient tondus de pres; on 
rend ainsi possible la proprete parfaite d'une region qui 
doit etre particulierement indemne de souillures. 

La mamelle surtout doit etre, chaque jour, lavee avec 
grand soin au savon et a l'eau tiede, pour que la peau fine 
et irritable qui la recouvre ne soit pas exposee a se gercer 
ou a se crevasser. Son nettoyage a sec serait absolument in- 
suffisant. Leufren a trouve dans le lait provenant d'une ma- 
melle bien lavee 47 bacteries seulement par centimetre cube, 
100 apres un brossage a sec, 1210 dans un cas ou il n'avait 
ete procede a aucune toilette. 

II va de soi que toutes ces precautions seraient vaines 
si le trayeur n'ctait pas lui-meme d'une proprete parfaite. 
Dans les laiteries bien tenues, on lui fait revetir, pour traire, 
un sarrcau et un tablier blancs, sur lesquels les moindres 



maculatures sont visibles; on peut ainsi verifier d'un coup 
d'oeil s'il a pris le soin de changer de tenue. Ses bras, nus 
jusqu'au coude, doivent etre, comme ses mains, longuement 
laves au savon et a la brosse avant chaque operation de 
traite, puis rincis a l'eau bouillie ou tout au moins a l'eau 
de source fraichement tiree. 

Par les litieres et par la surface des mamelles, se fait 
souvent la contamination du trayon. Par suite, il est absolu- 
ment indispensable de rejeter et de perdre les premiers jets 
de lait. On ne saurait oublier, en effet, qu'ils sont trois fois 
plus charges en bacteries que ne Test le lait au milieu de la 
traite. 

Les travaux de nombreux specialistes ont montre qu'il 
est impossible de recueillir du lait rigoureusement exempt 
de germes, et cela, quelles que soient les precautions que 
l'on prenne. Mais, precisement parce que notre impuissance 
est totale d'agir, pour le steriliser, sur le lait que contient la 
mamelle, il faut s'attacher a le preserver de toute souillure 
posterieure a sa sortie. 

La vaisselle laitiere doit, elle aussi, etre l'objet de soins 
minutieux. II ne faut l'employer qu'apres lui avoir fait subir 
un nettoyage a fond, complete par une sterilisation a la va- 
peui ou a l'eau bouillante. Sa nature et sa forme ne sont, 
du reste, pas indifferentes. Les recherches de Backhaus ont 
montre que l'eau sterilisee employee pour nettoyer les us- 
tensiles et les vaisseaux de laiterie se charge de vingt fois 
plus de bacteries avec des seaux en bois qu'avec des seaux 
en fer-blanc et surtout en metail emaille. Les premiers doi- 
vent done etre rejetes au profit des seconds; il est a tous 
egards excellent que ceux-ci soient construits avec une ou- 
verture etroite, et munis d'un couvercle. 

A la laiterie meme, la proprete ne doit pas etre moins 
rigoureuse. 

Le lait est, en soi, un excellent milieu de culture pour 
les microbes, et la temperature a laquelle il est emis est a 
tous points de vue favorable au developpement des ferments 
lactiques. Comme, d'autre part, ceux-ci ne se developpent 
plus vers dix ou quinze degres, il importe absolument d'a- 
baisser tres vite la temperature de ce lait, en le placant en 
depot dans un endroit frais. Aussi certains auteurs ont-ils 
preconise pour la traite l'emploi de seaux comportant un 
double fond dans lequel etait place, soit de la glace, soit 
encore mieux un melange refrigerant de glace pilee et ds 
sel de cuisine. 

Malgre tout, l'alterabilite du lait reste tres grande et la 
moindre manipulation a laquelle il est soumis doit etre faite 
dans des conditions d'aseptie rigoureuse. 

En ce qui concerne le local de laiterie, Martel prescrit 
sa non-communication avec les etables, les pieces d'habita- 
tion, les cabinets d'aisance et les greniers; le sol doit en etre 
impermeable, de fagon a permettre l'evacuation immediate 
et parfaite des eaux residuaires et des eaux de lavage, pour 
lesquelles doit etre menagee une canalisation a amorce si- 
phonnee. 

Les murs, rayonnages, consoles, saillies quelconques en 
un mot, doivent etre faits egalement en materiaux imper- 
meables, comme les recipients de reception et de transport: 
pour ceux-ci, le verre, la porcelaine, le metal etame a l'etain 
fin (So grammes par metre carre superficiel) sont recom- 
mandes: un couvercle fermant bien est de toute rigueur. 

Une toile metallique fine fermant les ouvertures de la 
laiterie empeche l'invasion des mouches et des insectes. 

(De "La Laiterie", de Paris.) 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



*9 



ETUDIEZ BIEN LA NATURE HUMAINE. 



On entend tous les jours cles gens qui se plaignent que 
la vie est insupportable; qu'elle est semee d'ennuis; qu'elle 
ne vaut pas toutes les miseres que nous subissons tous les 
jours. Neanmoins, il se trouve des philosophes pour lui 
trouver un bon cote et en jouir jusqu'a un certain point. Un 
de ceux-la, un homme occupant une certaine situation dans 
le monde, disait recemment: "La vie me plait assez; mais ce 
qui m'amuse par-dessus tout, c'est qu'il n'y a pas dans le 
monde deux individus qui se ressemblent!" D'ordinaire, la 
phrase nous eut laisse froid, car elle est une des nombreuses 
platitudes qu'il nous est donne d'entendre a tout instant. 
Mais sa signification avait une telle force dans le moment, 
qu'elle nous a rappele son application au monde commercial 
et elle est restee dans notre memoire. Comme question de 
fait, la plupart des hommes d'affaires dans les villes viennent 
rarement en contact immediat avec leurs clients. 

Mais dans les campagnes, c'est tout different. Les gens 
viennent au magasin acheter ce qu'ils desirent, en meme 
temps qu'ils se rendent chez un client a eux livrer une partie 
de leurs produits. En effet, peu de paysans chargent leurs 
voisins de faire leurs achats. Lorsqu'ils viennent au magasin, 
ils veulent voir le materiel et savoir ce que cela leur coutera. 
De cette maniere le marchand de la campagne entre en rela- 
tion immediate avec son client, il apprend a connaitre son 
caractere, ses manieres et ses methodes de faire les affaires. 
Cela donne a la vie commerciale de la campagne un zest, un 
piquant que les marchands des grandes villes connaissent 
trop peu, et fait que Ton reconnait que l'equation personnelle 
est un facteur important pour le commerce de la campagne. 

C'est la une faculte merveilleuse que celle qui permet de 
discerner les differents caracteres individuels, de les jauger 
et de les amener a s'harmoniser avec ses propres interets. 
Cette faculte a une haute valeur commerciale pour l'hommc 
d'affaires, et il n'est pas rare qu'elle joue un role en sa faveur 
lorsqu'il s'agit de se creer un credit chez les fournisseurs. 
Dans bien des cas, elle supplee a l'absence de capital. II est 
des gens en affaires depuis des annees et qui persistent a y 
rester en depit des propheties perpetuelles de leur faillite. 
Ils se s'ont souvent reveilles sur le bord de l'abime, mais leur 
merveilleuse faculte de disposer des gens et de les influence!" 
leur a permis d'eviter la banqueroute. 

Ce sont des hommes de cette trempe que les grandes 
maisons d'affaires recherchent pour leur Conner un poste 
d'administrateur. Elles ont besoin non seulement d'hommes 
connaissant les affaires, mais encore d'hommes pouvant en 
imposer individuellement aux membres d'une communaute et 
a la communaute dans son ensemble. 

Un magasin de campagne est une fameuse ecole pour la 
formation de la jeunesse presente. II l'a toujours ete, mais il 
y a aujourd'hui dans le commerce de la campagne des ele- 
ments qui n'existaient pas il y a quelques annees. Le niveau 
d'intelligence est en general plus eleve qu'il l'etait il y a 
trente ans, et c'est pourquoi il faut maintenant une clafse 
d'hommes d'affaires differente pour repondre a ses besoins. 
II ne suffit plus a un marchand d'etre l'egal de son client au 
point de vue de Intelligence. II doit en meme temps etre le 
professeur et le maitre dans ses relations commerciales avec 
sa clientele. II ne devrait pas y avoir un seul individu dans 
sa localite qu'il n'ait pas etudie. II devrait connaitre ses re- 
lations avec les autres hommes, ses traits de caractere et de 
temperament et surtout son cote faible. Par cela, nous en- 
tendons son cote le plus facilement abordable, et ses suscep- 
tibilites a etre influence par celui qui le travaille. 

II y a un aspect des affaires par la poste qui frise le mer- 
veilleux. L'idee qu'un homme assis dans son bureau devise ' 
des plans pour faire ses clients des millions de personnes 
qu'il n'a jamais vues et qu'il ne connait que par le nom qu'il 



a devant lui sur une liste dressee par un autre, et ayant tout 
de meme le pouvoir de l'influencer au point de les amener a 
lui envoyer leur argent, a lui, un parfait etranger, voila cer- 
tainement une etude de la puissance du cerveau humain ct 
aussi de la credulite humaine. Reagir et en diminuer les 
effets, voila le grand probleme qui se pose aujourd'hui au 
marchand de la campagne. Pour lui, ce n'est pas une ques- 
tion a etudier dans son ensemble. Au contraire, il doit re- 
connaitre que c'est en grande partie une question personneile 
et de relations personnelles avec les membres de la famille 
commerciale, car, dans ce sens, c'est sa famille. Ils depen- 
dent les uns des autres et tous devraient le comprendre. Une 
localite n'est que l'aggregation de families separees. Chaque 
individu d'une communaute represente une certaine propor- 
tion de ce que nous appelons Va clientele. Cette proportion 
est plus ou moins grande, selon les moyens respectifs et les 
dispositions a acheter de chacun. Quant a se l'assurer, c'est 
l'affaire du commergant local. Et pour y arriver, il doit pou- 
voir exercer une plus grande influence que qui que ce soit. 
Voila ou l'equation personnelle devrait montrer plus de force 
que Pinfluence de l'etranger eloigne. II faut encore se rap- 
procher davantage de sa clientele, e'est-a-dire qu'une fois 
qu'on a commence a reconnaitre que son influence se fait 
sentir, il faut l'accentuer de plus en plus. Ceci implique 
l'habilete a reconnaitre ses besoins, ses inclinations et son 
temperament. Mais pour les fins commerciales, ceci n'est 
pas toujours entierement suffisant. 

II y a un autre facteur important qui entre dans la ques- 
tion de s'assurer la clientele d'un individu, et c'est l'interet 
personnel. Par consequent, il faut lui demontrer et le con- 
vaincre que c'est son interet personnel de donner sa clientele 
au marchand local. 

En relations commerciales, l'interet personnel est sou- 
vent plus fort que l'amitie, que la reconnaissance ou tout 
autre obligation, et, en ses dernieres annees, la prosperite 
toujours croissante des cultivateurs a force les marchands de 
la campagne a en prendre note. II fut un temps ou il pou- 
vait compter sur certaines faveurs accordees pour retenir la 
clientele; mais ces souvenirs se sont effaces de la memoire 
a mesure que les individus acqueraient une certaine indepen- 
dance financiere, et ils se sont faits graduellement a l'idee 
que le marchand ou l'intermediaire est un fardeau qu'il faut 
eliminer. 

L'interet personnel est l'une des lois fondamentales de 
la nature humaine, et un facteur que tout homme d'affaires 
devrait avoir constamment a l'esprit lorsqu'il s'agit de ses 
relations commerciales avec les individus, surtout lorsque 
ceux-la possedent leur liberte d'action comme la plupart des 
paysans d'aujourd'hui. Dans l'antiquite, l'interet personnel 
etait aussi vivace dans l'esprit du cultivateur qu'il Test au- 
jourd'hui, mais il etait sujet au controle des conditions qui le 
tenaient sous la dependance du marchand local. Maintenant 
qu'il est libere de ces conditions, le marchand n'a plus sur lui 
la prise qu'il avait anciennement, et c'est en grande partie 
pour cette raison qu'il eprouve souvent de la difficulte a faire 
comprendre et admettre au fermier que son interet personnel 
exige qu'il coopere avec le marchand local pour sauvegarder 
les interets de la localite en general. De plus, et d'abord, il 
doit convaincre le cultivateur qu'il peut faire tout aussi bien 
en faisant affaires avec lui qu'avec l'etranger d'une ville eloi- 
gnee. Le convaincre, c'est une chose; mais 1'eduquer par la 
pratique en est une autres. Et ceci nous amene a faire line 
autre analyse, celle du marchand lui-meme. ■ 

Les anciennes conditions qui afTectaient les uns et in- 
fluengaient les autres sont disparues, et, par consequent, les 
changements qui ont eleve le fermier a un niveau superieur 
d'independance, doivent necessairement entrainer une meil- 
leure classe de marchands pour correspondre aux nouvelles 
conditions que les changements ont produites, creees. Peu 



20 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



des anciens marchands sont disposes a se conformer aux 
nouvelles conditions qui leur sont faites, et, par consequent, 
c'est aux jeunes qu'il appartient d'eduquer les jeunes fermiers 
qui repondent a l'influence des nouvelles methodes scienti- 
fiques et commerciales. 

II faut qu'ils soient meilleurs hommes d'affaires que leurs 
peres, ou ils sont voues a une defaite certaine dans la lutte 
avec les jeunes cultivateurs. 

La nouvelle generation de fermiers a ete eduquee de fa- 
gon a conduire ses affaires sur une base commerciale. Comme 
clle, il faut que le marchand etudie sa marchandise, ses me- 
thodes, les principes scientifiques de la vente et par-dessus 
tout, la nature et le caractere des individus de sa localite. 
Le fermier scientifique etudie d'abord les proprietes de son 
sol, se familiarise avec ses principales qualites et selon qu'il 
a decouvert, il regie ses semences et sa culture. C'est ainsi 
que le marchand moderne devrait considerer sa localite com- 
me sa ferme et la developper de maniere a en retirer le plus 
fort rendement possible. 



PROVOQUEZ LA DEMANDE. 



La saison d'automne est arrivee et avec elle le besoin dc 
rafraichir les peintures d'interieur et d'exterieur. C'est done 
le moment propice pour tous les marchands qui tiennent de 
la peinture de secouer la poussiere accumulee sur les listes 
de clients possibles et de dresser des plans de campagne. 

Le plus avise de ses rivaux qui s'est tenu en relations 
avec ceux susceptibles d'employer de la peinture a l'automne, 
celui-la aura un avantage marque sur lui au moment de saisir 
les ventes. Et dans la plupart des cas, l'homme actif qui 
n'attend pas que la saison soit ouverte pour dresser ses plans, 
aura etabli ses batteries longtemps avant la presse des 
affaires. 

La prevoyance est une tres grande chose en affaires. 
Celui qui veut regarder un peu en avant, regie generale. 
trouve a occuper ses journees avec profit, tandis que celui 
qui prepare tout au jour le jour, a trop a faire dans sa lutte 
contre les ecueils pour jouir de la scene, du paysage. 

On devrait pousser la peinture en tous temps, mais sur- 
tout lorsqu'arrivent les saisons traditionnelles du peinturage, 
le printemps et l'automne alors que beaucoup de personnes 
achetent par besoin urgent et qu'autant d'autres peuvent etre 
amenees a acheter aussi, quand ce ne serait que par esprit 
d'imitation. Combien de proprietaires estiment leurs mai- 
sons assez propres pour les dispenser d'une nouvelle couche 
de peinture, tant que le voisin ne les a pas induits a la poser 
en faisant lui-meme toilette neuve a sa propre maison. 

Le marchand qui laisse son commerce de peinture tom- 
ber en desuetude durant les mi-saisons, commet une grave 
erreur; le detaillant qui, pendant la saison propice, neglige 
de le pousser de to.utes ses forces, ne devrait pas etre en 
affaires. 

Ainsi done, fouillez vos listes de clients possibles. Ces 
clients possibles et probables, suivez-les attentivement, avec 
perseverance. Poursuivez-les par lettre ou circulaires, ou 
visitez-les personnellement si vous en avez le temps et 
l'occasion. 

Annoncez a profusion et vigoureusement afin d'attirer 
de nouveaux clients. Et une fois que vous avez entame des 
relations, deployez toutes vos ressources pour arriver a faire 
la vente. 

Un bon etalage de peintures est toujours un bon sollici- 
teur d'affaires. Employez done vos vitrines en consequence 
durant la saison. Faites que vos etalages aient quelque chose 
d'original qui arrete les regards. Ne vous contentez pa's de 



remplir la vitrine de boites de peinture et de cartons portan; 
les echantillons de couleurs groupes plus ou moins artiste- 
ment, mais efffforcez-vous, dans chaque etalage, de faire res- 
sortir un argument de vente. Si vous le pouvez, touchez la 
corde sensible dans votre localite. 

La qualite de la peinture est le plus puissant element de 
succes dans la vente; son endurance en est un autre. Il y a 
encore la valeur au point de vue de la vente et qui s'etablit 
par la comparaison entre une maison nouvellement peintu- 
ree et ce qu'elle etait avant de l'etre. II convient aussi d'ap- 
puyer sur la variete des couleurs, des teintes. 

II y a des quantites de gens qui n'ont aucune conception 
des combinaisons de couleurs. Elles voient bien dans leur 
imagination quelques couleurs unies les plus usitees; mais 
dans la plupart des stocks bien assortis, il y a invariablement 
une serie de nuances qui, si on la fait valoir aux yeux de 
l'acheteur, ne manqueront pas d'aider a faire son choix. 

II faut du temps et des soins pour composer un etalage 
attrayant; mais il vaut la peine qu'on le fasse. Chaque fois 
que vous jugez a propos de varier l'installation, donner la 
preseance a une couleur differente. 

La combinaison qui dira beaucoup a l'un, peut ne rien 
dire a l'autre; cependant, il y a dans votre assortiment de 
quoi satisfaire tous les gouts et c'est pourquoi vous devez 
varier les couleurs et ne jamais laisser la meme trop long- 
temps au premier plan. Que chacune ait son tour. 

Si ce qui precede est vrai dans son application au pein- 
turage des maisons, il s'applique avec plus de severite aux 
specialites d'interieurs, la ou au lieu du simple choix d'une 
couleur voyante, la menagere est obligee de trouver une cou- 
leur donnee pour appareiller un meuble special, ou un vernis, 
a finir les boiseries d'une piece particuliere. 

Ce qui s'applique a l'etalage, s'applique egalement a la 
vente. Ici et la, les commis sont susceptibles de contracted 
l'habitude de choisir au hasard deux ou trois combinaisons 
de couleurs et de les pousser aupres du client sans tenir 
compte de ses gouts personnels. 

Le vendeur avertit choisira tout d'abord a decouvrir si 
la personne n'a pas deja fixe son choix sur une combinaison 
de couleurs definies. Si oui, il trouvera peu d'avantages a 
insister pour lui en faire choisir une autre. La personne 
ayant une idee fixe goute generalement tres mal l'avis d'une 
autre. Si elle finit quelques fois par accepter ce qu'on a op- 
pose a son propre jugement, ce ne sera plus qu'une question 
de temps pour s'apercevoir de sa dissatisfaction, de son 
mecontentement. 

Donnez au client ce qu'il veut avoir. Si ce qu'il demande 
peut outrager le sens artistique, offrez-lui en meme temps 
une variete d'articles qui lui permettront de faire un choix; 
il reconnaitra son erreur, et il vous en sera reconnaissant. 
S'il ne s'apergoit pas de son erreur, il sera a la fois content 
de lui-meme, de son choix et de vous. 

Si le client n'a pas deja en vue une combinaison plus ou 
moins determinee, efforcez-vous de trouver pour lui ce qui 
lui conviendra le mieux. Peu de personnes viennent au ma- 
gasin sans avoir une idee plus ou moins precise de ce qu'elles 
veulent. II est done relativement facile de leur aider a faire 
un choix selon leurs propres idees, plutot que de leur impo- 
ser quelque combinaison dont elles n'ont aucune conception. 

Le choix du client doit etre le point de depart du com- 
mis qui a entrepris de faire une vente. Mettez-vous en quel- 
que sorte a sa place, et cherchez comme si e'etait pour vous- 
meme, le plus exactement possible, ce qui peut rencontrer 
les vues du client et le mettre chez vous parfaitement a 
son aise. 

Si ce client qui desire de la peinture n'a pas de gout 
special bien arrete, le vendeur renseigne a un beau role a 
jouer, et c'est la qu'on verra jusqu'ou s'etendent ses ressour- 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



21 



ces comme vendeur. S'il ne connait pas la maison a pein- 
turer, il s'informera des mesures, du genre d'architecture et 
de ce qui l'environne, c'est-a-dire si la maison est degagee 
des autres, ou encore, si elle est environnee d'arbres, etc. 
Si vraiment il s'y connait en peinture, il pourra facilement 
donner a son client des renseignements tels que celui-ci sera 
heureux d'avoir pu rencontrer un homme competent. 

Un service intelligent et energique constitue la clef d'une 
bonne saison d'affaires pour le marchand de peinture. 



LES SPECIALITES DE LA MAISON LAPORTE, 
MARTIN, LIMITEE. 



Nous croyons rendre service a nos lecteurs en attirant 
leur attention sur l'annonce de la grande maison d'epicerie 
en gros Laporte, Martin, Limitee, que nous publions cette 
semaine. Les marques tenues par ces grands importateurs 
jouissent, a juste titre, d'une reputation mondiale et les arti- 
cles que Ton trouve dans cette maison de confiance sont, 
pour ainsi dire, innombrables. La grande majorite des con- 
sommateurs canadiens apprecie, de longue date, les conser- 
ves importees de la marque "Soleil" (Petits Pois, Asperges, 
Haricots, Epinards, Artichauts, Flageolets, Macedoines, 
Choux de Bruxelles, etc.). 

Les thes du Japon sont represented par deux excellentes 
marques "Victoria" et "Princesse Louise". 

Pour les legumes, poissons et fruits canadiens, la marque 
"Victoria" de la maison Laporte, Martin, Limitee, dene toute 
concurrence et les epiciers detaillants auront interet a s'ap- 
provisionner de ces marchandises pour la presente saison 
d'automne. 



L'ART D'EDIFIER UN COMMERCE. 



Mercredi dernier, le 22 septembre, dans les salles de 
l'Ecole Technique, rue Sherbrooke, M. A.-F. Sheldon, prin- 
cipal de l'Ecole Commerciale Pratique de Chicago, a donne 
devant les membres de l'Association des Marchands Detail- 
leurs une tres interessante conference sur l'Art d'Edifier un 
Commerce. 

M. Sheldon, qui est considere aux Etats-Unis comme une 
autorite en matieres d'economie commerciale, a vivement in- 
teresse ses nombreux auditeurs. 

Le conferencier dit avec raison que pour aider tout hom- 
me a devenir un maitre dans sa vocation, il faut lui inculquer 
les principes de la Science qui permet d'edifier un commerce. 

Quant a l'efficacite, il y a quatre categories de personnes 
dans chaque vocation: les indifrerents, les studieux, les 
adeptes et les maitres. 

L'homme indifferent aux problemes du succes, reste 
aussi indifferent par rapport a son propre developpement en 
vue d'atteindre un plus haut point d'efficacite. 

Par consequent, il n'etudie pas. 

Le studieux a reconnu que la science appliquee est une 
puissance. Aussi, etudie-t-il les hommes et les choses; il 
etudie dans les livres et dans tout ce qui l'environne. 

Au fur et a mesure que le studieux apprend et devient 
plus apte a appliquer avec succes la science qu'il a acquise, il 
devient aussi un adepte de tout ce qu'il fait. 

L'adepte est un artiste, c'est-a-dire qu'il met de l'art dans 
tout ce qu'il fait. 

Enfin, comme il contracte l'habitude de bien faire tout 
ce a quoi il touche, l'adepte devient un maitre dans sa sphere. 

Et la raison pour laquelle il y a tant de place au haut de 
l'echelle, c'est qu'il y a trop peu de maitres; et aucun de 
ceux-la n'est devenu un maitre sans avoir ete un adepte d'a- 



bord. Et pour devenir un adepte il faut avoir ete studieux, 
tojut comme pour devenir studieux il faut avoir secoue son 
indifference. 

II n'est pas de plus fort levier que la science, et il va 
sans dire que l'edification et le developpement du commerce 
et des industries dans le monde ont eu besoin d'une fermc 
base de procedes scientifiques. 

Et pour ceux qui sont quelque peu familiers avec "The 
Sheldon School", savent que cette science, ces connaissances 
peuvent s'organiser avec succes. 

Ce travail d'organisation des lois naturelles du succes au 
profit du commerce, marque une ere nouvelle dans la vie 
commerciale qu'il eleve au rang des professions, car la pro- 
fession est la science mise en pratique. 

Cette science, qui doit servir de base a toute entreprise 
commerciale, et sans laquelle aucun commerce ne peut con- 
naitre le succes, cette science, disons-nous, M. A.-F. Sheldon 
la possede et la maitrise. 11 a pose devant les membres de 
l'Association des Marchands Detailleurs des problemes qu'il 
resout avec une extreme facilite, et nul doute qu'il a, grace a 
cette conference, desille les yeux de nombre de nos mar- 
chands routiniers. 

Par cela il nous aura rendu un service inappreciable, en 
plus d'avoir fait comprendre qu'une ecole ou Ton pourrait 
enseigner les methodes commerciales selon ses propres don- 
nees, s'impose d'une iaqon imperieuse a Montreal. 

La Metropole du Canada est lancee dans la voie d'un 
progres dont personne ne saurait aujourd'hui determiner 
l'importance. Aussi, convient-il de lever les yeux' et de re- 
garder en avant. Dans dix ans, que seront devenues les mai- 
sons prosperes d'aujourd'hui si nous ne prenons pas des 
maintenant les precautions necessaires a assurer de dignes 
successeurs a ceux qui ont consacre une vie qui s'acheve, a 
leur edification? 



ACHETEUR vs VENDEUR. 



Les voyageurs de commerce font souvent de l'acheteur 
l'objet de leurs critiques. II les fait attendre trop longtemps 
en dehors de son bureau, ou il se sert d'un voyageur contre 
un autre pour raser les prix; mais il existe beaucoup plus de 
mecontentement contre l'acheteur qui persiste a vouloir 
amoindrir le vendeur au point de vue de l'honnetete. Comme 
question de fait, la moyenne est tres elevee des voyageurs 
sinceres, francs et loyaux. lis disent la verite sur le compte 
de leurs marchandises et sont toujours disposes a bien traiter 
leurs rivaux. Les bons voyageurs savent par experience que 
c'est une tres mauvaise tactique que de tromper l'acheteur 
sur la qualite d'un article et d'exagerer la hausse des prix. 
Les relations entre vendeur et acheteur s'etablissent ou se 
rompent, selon que le vendeur est ou n'est pas digne de foi. 
Par consequent, l'acheteur qui n'agit que de mefiance s'ex- 
pose naturellement a se faire detester. 

Et, comme proprietaire, cette politique, cette ligne de 
conduite est loin de lui etre profitable. Tout homme doit 
etre considere comme honnete tant qu'il n'a pas prouve le 
contraire. 

La franc-magonnerie du commerce est urie puissance in- 
rluente aussi bien pour le bien que pour le mal. 



LES VOYAGEURS DE COMMERCE EN VINS ET 
SPIRITUEUX. 



L'information suivante, que nous extrayons du Bulletin 
Mensuel public par la Chambre de Commerce Franchise de 
Montreal, ne manque pas d'interet pour le commerce en ge- 



22 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



neral, mais surtout les voyageurs de commerce etrangers, 
vendant sur echantillons, et admis a faire au Canada d^es 
placements de leurs vins et spiritueux. 

La legislation portant reglementation de ces articles 
varie considerablement de province en province; elle est de 
plus si frequemment remaniee, qu'il sera toujours preferable 
pour les interesses de s'informer a nouveau par eux-memes 
aupres des differents gouvernements provinciaux, avant de 
tenter leurs premieres demarches, car les infractions a la loi 
sont toujours reprimees par de fortes amendes et meme des 
peines d'emprisonnement. 

Cette reserve faite sur l'instabilite de la situation, nous 
publions ci-dessous les conditions actuellement en vigueur 
sur le territoire de chaque province, de l'Est a l'Ouest: 

He du Prince Edouarc*. — La loi vise tout specialement 
les voyageurs de commerce en vins et spiritueux, qu'ils ven- 
dent sur la production d'echantillons ou de catalogues ou 
meme simplement par offres verbales. 

Elle leur impose une licence de deux cents dollars, 
payable d'avance et valable pour un an a dater du jour ou 
elle a ete accordee. 

Nouvelle-Ecosse. — Dans cette province, il n'y a pas de 
loi speciale; les voyageurs de commerce en vins et spiritueux 
sont done assujettis aux conditions generales du commerce 
et vendent librement sur echantillons, a la condition toute- 
fois que leur maison n'ait aucun bureau ou entrepot sur le 
territoire de la province, ni aucun agent ou representant y 
residant. 

II y a lieu de remarquer que la majeure partie de la 
Nouvelle-Ecosse est sous le regime d'une loi federale de 
temperance, qui donne aux differentes municipalites le droit 
de prohiber l'usage des boissons alcooliques dans leurs limi- 
tes,- ou il n'existe done aucun commerce de ces produits. 

Nouveau-Brunswick. — Ici, le montant de la taxe est de 
cent dollars, etant specine "que le voyageur peut sollicker, 
aupres des marchands de gros, des ordres de gros pour im- 
portation directe d'un pays etranger dans cette province." 
Dans le second cas, la licence est de cinq cents dollars, 
etant specine "qu'il peut vendre a la fois aux commerces 
licencies de gros et de detail". Cette taxe represente d'ail- 
leurs la licence ordinaire du commerce de gros appliquee 
dans les plus grandes villes; independamment des amendes 
encourues pour infraction a la loi, aucune action ne pourrait 
etre exercee legalement en paiement de marchandises ainsi 
indument vendues. 

Ces licences expirent au ier mai suivant la date a la- 
quelle elles ont ete accordees; il n'est pas fait de fraction 
de ces taxes. 

Quebec. — Dans cette province tout agent ou voyageur 
de commerce, sollicitant des commandes de vins ou spiri- 
tueux sur echantillons, doit acquitter une taxe de trois cents 
dollars, echeant au ier mai. 

Cette licence lui donne droit de visiter tout genre de 
clientele, a la condition toutefois qu'il ne possede aucun 
stock de marchandises en douane ou autrement. 

En cas d'infraction a cette disposition de la loi, indepen- 
damment d'une amende et contrainte par corps, s'il y a lieu, 
les marchandises peuvent etre saisies par les autorites, 
qu'elles soient ou non la propriete de la personne les ayant 
offertes en vente. 

Ontario. — Le voyageur de commerce doit prendre une 
licence en son propre nom, lui permettant de vendre sur 
echantillons ou a la commission; le cout en est de trois 
cents dollars. 

Si la marchandise offerte en vente etait la propriete du 
vendeur, elle devrait etre prise au nom de la maison de com- 
merce elle-meme et couterait alors cinq cents dollars, par 
semaine, et donnant droit a un stock de marchandises dans 
les limites de la province. 



L'annee fiscale de la province d'Ontario commence au 
ier mai. 

Manitoba. — Cette province impose une taxe de trois 
cents dollars par an dans les memes conditions generales 
que ci-dessus. 

Saskatchewan. — Le voyageur de commerce ou le repre- 
sentant doit payer une licence de deux cent dix dollars, a la 
condition de ne pas posseder de stock de marchandises dans 
les limites de la province. 

lis ne doivent pas vendre moins de cinq gallons a la fois 
pour les liquides en fut et pas moins de 12 bouteilles ou 24 
demi-bouteilles pour les liquides en caisse. 

Comme l'annee fiscale de la Saskatchewan part du ier 
juillet, les licences prises dans le courant de l'annee prennent 
fin au 30 juin suivant la date a laquelle elles ont ete at- 
tributes. 

Alberta. — Les conditions sont semblables en tout point 
a celles de la Saskatchewan. 

Colombie Britannique. — II n'y a pas de taxe speciale 
dans cette province; la vente sur echantillons y est done libre. 

Toutefois il y a lieu de signaler ici une legislation rela- 
tive a tous les genres de commerce, en vertu de laquelle, une 
Societe anonyme etrangere, faisant affaires dans les limites 
de la province, doit y etre enregistree specialement sous 
peine d'etre frappee d'amende et de perdre tout droit de re- 
cours contre ses debiteurs, le cas echeant. 



L'EXPOSITION DE PRODUITS ALIMENTAIRES. 



Ce qu'elle est destinee a rapporter au commerce en general. 



Depuis un certain nombre d'annees, un grand nombre de 
maisons canadiennes ont pris l'habitude de profiter des oc- 
casions qui leur sont offertes d'exhiber des echantillons de 
leurs marchandises devant le public qui se presse en foule 
aux expositions. Dans certaines localites, l'exposition an- 
nuelle est consideree comme l'un des evenements les plus 
importants de l'annee et les visiteurs y accourent de toutes 
les regions environnantes. 

Ces demonstrations attirent des milliers de personnes et 
creent une multitude de demandes de renseignements. 

L'exposition qui s'ouvrira le 11 du courant dans les salles 
d'exercices du 65e Regiment, sera d'un caractere tout a fait 
different des autres, en ce qu'elle sera restreinte a une seule 
categorie d'articles: les produits alimentaires. Dans les ex- 
positions generales ou Ton montre de tout un peu, le visi- 
teur dispose generalement de tres peu de temps pour s'ar- 
reter a chaque boutique et faire une etude plus ou moins 
serieuse des etalages. Les jeux et amusements qui sont le 
principal attrait, font que l'attention du public est distraite 
du but principal. A l'exposition organisee sous les auspices 
de l'Association des Epiciers de Montreal, on ne verra que 
des produits alimentaires de toutes sortes et de toutes pro- 
venances, et on pourra les examiner a loisir. II n'est pas un 
seul marchand de la province de Quebec qui ne voudra voir 
cette exposition qui promet d'eclipser toutes les precedentes 
du meme genre. Nous avons deja mentionne ici quelques- 
uns des avantages qu'on peut tirer d'une visite a l'exposition. 
Nous pourrions nous etendre beaucoup plus longuement en- 
core sur le sujet; mais il nous semble que nous en avons dit 
suffisamment pour faire comprendre a tous les commergants 
qu'ils ne devraient pas manquer l'occasion. lis devraient 
comprendre que, du moment qu'il leur sera avantageux de 
se deranger, fut-ce dans la moindre mesure, ils ne doivent 
pas reculer. 

Aussi, les organisateurs comptent-ils sur une assistance 
considerable, et nous esperons qu'ils ne seront pas degus. 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi,' 3 Octobre 1913. 



23 



LA CONVENTION ANNUELLE DES MARCHANDS- 
DETAILLEURS, 



La convention annuclle des Marchands-Detailleurs, sec- 
tion de la province de Quebec, aura lieu cette annee a Mont- 
real, tcl qu'annonce, les 15 et 16 octobre, durant la semaine 
d'exposition des produits alimentaires. 

Le programme des seances est tres charge cette annee 
et comporte plusieurs questions de la plus haute importance 
pour le commerce de detail. II est a esperer que tous les 
membres se feront un devoir d'y assister, non seulement pour 
entendre la discussion que souleveront les divers projets mis 
a l'etude, mais aussi pour aider de leurs suggestions. 

Comme nous avons deja eu l'occasion de le signaler ici, 
a l'occasion de cette convention les compagnies de chemins 
de fer ont consenti une reduction de leurs taux de transport 
en faveur de ceux qui desirent prendre part aux deliberations. 
Pour avoir droit a cette reduction, il suffira de se procurer 
de son chef de station un certificat de convention et de le 
faire remplir selon les regies par le secretaire de l'Associa- 
tion a Montreal. 

Pas un seul membre de l'Association ne devrait rester sourd 
a l'appel des chefs. Leur presence aux assemblees s'impose, 
et ils auront en meme temps l'occasion de voir l'exposition 
de produits alimentaires qui est destinee a eclairer la plupart 
d'entre eux sur la production du Canada et sur les avantages 
qu'ils peuvent en retirer en toutes occasions. 



CHEZ LES EPICIERS DETAILLANTS. 



Mercredi soir, dans le local de l'Association, 80 rue St- 
Denis, a eu lieu l'assemblee reguliere mensuelle de la Section 
des Epiciers, Succursale de Montreal, de l'Association des 
Marchands-Detailleurs du Canada, Incorporee. 

Voici le rapport detaille des deliberations: 

Minutes de l'assemblee de la Section des Epiciers, Suc- 
cursale de Montreal, de l'Association des Marchands-Detail- 
leurs du Canada, Inc., tenue le ier octobre 1913, sous la pre- 
sidence de M. G.-A. Archambault. 

Etaient presents: MM. G. A. Archambault, Pierre Filion, 
R. Desautels, J. D. Boileau, J. A. Dore, A. Laniel, R. Ber- 
nard, J. A. Sansregret, E. Bernier, L. Phaneuf, N. Seguin, 
R. Gervais, H. Mailloux, P. Brunet, etc., etc. 

Les minutes de l'assemblee precedente ont ete lues et 
adoptees a l'unanimite. 

La lettre convoquant l'assemblee a aussi ete lue. 

Le president fait ensuite rapport du pique-nique de la 
Section des Epiciers qui a eu lieu au mois de juillet dernier. 
Ce rapport demontre que les recettes du dernier pique-nique 
ont depasse de beaucoup celles de tous les precedents. 

II est propose par M. A. Laniel, seconde par M. J.-A. 
Dore, que le rapport du pique-nique soit adopte tel que lu. 
Adopte. 

II est ensuite propose par M. J.-D. Boileau, seconde par 
M. Pierre Filion, que M. N. Seguin soit nomme president 
honoraire du' comite de reception pour l'exposition d'epice- 
rie qui doit avoir lieu a Montreal, dans les salles de l'arsenal 
du 65eme Regiment, du 11 au 18 octobre courant. Adopte. 

Sur suggestion de M. Pierre Filion, il a ete adopte a 
l'unanimite que tous les membres presents fassent partie du 
comite de reception, pour cette exposition. 

II a ete propose par M. J.-D. Boileau, seconde par M. 
Pierre Filion, qu'une copie du dernier reglement de ferme- 
ture de bonne heure soit affichee en permanence dans la 



salle des assemblees et que M. Seguin soit autorise a nora- 
mer des membres de la Section des Epiciers, qui devrant 
voir les controleurs et le chef de police pour faire observer 
ces reglements. Adopte. 

M. Archambault, avant de clore l'assemblee, fait allusion 
aux elections des officiers qui aura lieu a la prochaine assem- 
bler II remercie tous les membres presents, et invite les 
autres membres a venir en plus grand nombre aux assemblees. 

Rien autre chose n'etant venu devant l'assemblee, celle-ci 
est ajournee. 



LE NOUVEL EMPLOYE. 



Quels sont les moyens a prendre pour en faire un commis 
utile et loyal? 



Quelle que soit l'importance de votre magasin, lorsquc 
arrive le changement de saison, vous devez augmenter votre 
personnel de vente de quelques unites. Fatalement, quelques- 
uns de ces aides, jeunes gens ou jeunes filles, que vous vous 
adjoindrez, ne seront pas des le debut de grande utilite; ils 
sont pour la plupart sans experience, n'ont pour eux que leur 
bonne volonte et leur desir de bien faire, et pour toute re- 
commandation, leur besoin de travailler et leur ambition 
d'arriver. 

Ils connaissent peu ou pas du tout les articles qui vont 
etre mis entre leurs mains, et n'ont aucune notion de l'art de 
vendre. Beaucoup meme n'ont pas encore atteint leur plein 
developpement intellectuel: Ceci n'est pas un defaut, nous 
dirons meme que c'est un avantage pour eux aussi bien que 
pour les hommes qui sont appeles a les former, car ils ap- 
prendront avec plus de facilite et retiendront aisement ce 
qu'ils auront appris. 

Savoir attribuer au plus capable la meilleure place. 

La plus grosse difficulte de cette question n'est pas tant 
la fagon d'enseigner que celle de pressentir 1'homme capable 
et de le destiner a la bonne place. Dans cette evaluation du 
degre de capacite de l'un ou de l'autre, le patron est sujet a 
se tromper et commet souvent autant d'erreurs que le plus 
petit de ses employes. Cela s'explique aisement: 

" Exception faite pour les grands magasins ayant un vaste 
service organise, et dans lesquels le chef du personnel est 
charge du recrutement des vendeurs, c'est au chef de la mai- 
son qu'incombe ordinairement cette mission, d'interroger 
l'employe qui se presente et de reconnaitre sa valeur. Or, un 
chef de maison est en general fort affaire, il a dans la tete 
mille et une choses importantes et urgentes et il n'a que peu 
de temps a consacrer a l'examen du nouveau venu. 

Le choix de l'employe. 

Trop souvent, l'attention apportee au choix d'un em- 
ploye est des plus legeres et des plus negligees; on se con- 
tente de s'enquerir de son age, de son emploi precedent, quel- 
quefois de sa famille et de ses habitudes. Sans doute, ces 
renseignements peuvent fournir quelque indication sur les 
aptitudes du jeune homme comme vendeur, mais ce n'est la 
qu'un expose superficiel et de consideration secondaire. Les 
intentions du jeune homme, ses aspirations, son caractere. 
son ideal, ses preferences, sa mentalite, son tact, sa pre- 
voyance, son energie, sa force de volonte, etc., sont des 
choses qui doivent entrer en ligne de compte. C'est sur ces 
donnees que s'edifiera la capacite du nouveau venu. C'est ce 
qui constituera sa personnalite. Aussi, est-ce cela que Ton 
doit s'attacher a decouvrir et a peser judicieusement. Pour 



24 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 40. 



porter tin jugement en toute equite, il faut reflechir longue- 
ment avant de se decider. 

Quand un liomme ou une femme se presentent pour la 
premiere fois chez un patron, ils ne sont pas vus sous un jour 
tres favorable, leur maintien decontenance et gene affecte le 
plus souvent leur veritable personnalite, leur timidite du pre- 
mier moment relegue au second plan leurs qualites et ac- 
centue la mauvaise impression. C'est pourquoi il est prefe- 
rable de reclamer, si on en a le temps, deux visites du pos- 
tulant, fut-ce dans la meme journee; au second entretien, il 
sera redevenu lui-meme, se rendra mieux compte de ce qu'on 
attend de lui et aura laisse a la porte cette contrainte defavo- 
rable qui caracterise invariablement sa premiere rencontre. 

Apres que l'employe a ete retenu. 

Le patron lui-meme, surtout dans les petits magasins, 
doit donner quelques explications au nouveau venu, sur la 
fagon de tenir l'emploi auquel il l'a affecte. II n'est pas bon 
de le laisser completement a la merci de celui qui travaille a 
ses cotes ou qui est son superieur immediat, car celui-ci peut 
etre un tres bon vendeur, sans pouvoir lui indiquer la ma- 
niere de proceder. A ce propos, il est bon d'ajouter que lors- 
qu'il y a un nouvel employe dans une maison, le patron doit 
reunir les chefs de rayons et leurs subordonnes pour leur en 
faire part, et leur recommander de lui reserver un accueil 
amical et de ne rien negliger pour lui permettre de se mettre 
en valeur. Ils devront l'assister volontiers jusqu'a ce qu'il 
soit parfaitement au courant, et ce, par de multiples petits 
services ou renseignements si faciles a rendre et cependant 
si precieux au debut! Ce sera pour eux un plaisir d'observer 
cette conduite, s'ils y ont ete accoutumes eux-memes en arri- 
vant dans ce magasin et si le chef de maison le leur demande 
simplement. Leur appui decidera de l'avenir de ce nouvel 
employe; s'il devient un bon vendeur, ils y seront pour quel- 
que chose et c'est, par consequent, pour leur maison qu'ils 
auront travaille. 

Inspirez-lui des sentiments de devouement. 



Le devouement est l'element indispensable au succes du 
nouvel employe; elle le stimule dans ses efforts et developpe 
son energie. Quelle que soit la faible importance de sa vente, 
qu'il soit affecte a vendre des cravates a 25 cents ou des 
savons au sous-sol, il doit avoir le meme ideal enthousiaste 
pour arriver a egaler les premiers vendeurs. Le devouement 
croit avec les annees, "mais il faut qu'il soit en germe au plus 
profond de l'etre. 

Dans les grands magasins, c'est l'acheteur qui se charge 
de l'education du nouvel employe. Dans ceux de moindre 
.importance, c'est le patron qui cumule tous les hauts emplois 
et c'est a lui que revient le soin de mettre au courant le nou- 
veau venu. Lorsqu'il arrive, faites plus que de lui indiquer 
un clou pour placer son chapeau et un porte-manteau pour 
suspendre ses vetements; causez-lui.de temps a autre, ne lui 
commandez pas seulement, mais inculquez-lui les grandes 
idees qui vous ont toujours guide. Faites-lui part de vos 
propres ambitions, dites-lui ce que vous comptez arriver a 
faire de votrc magasin et donnez-lui a entendre que vous avez 
besoin de son aide. Des centaines d'hommes d'affaires em- 
ploient cette maniere de faire vis-a-vis de leurs employes, 
mais il en est encore plus qui, pour une raison ou pour une 
autre, agissent de fagon toute differente. 

Le nouvel employe a besoin d'etre stimule autant que 
dirige. Veillez a ce qu'il en soit ainsi dans votre magasin et 
vous vous formerez de precieux auxiliaires. 



COMPAGNIES INCORPOREES. 



Des lettres-patentes ont ete emises par le Lieutenant- 
Gouverneur de la province de Quebec, incorporant: 

"La Compagnie d'Immeubles Mequick, Limitee," pour 
faire le commerce general d'immeubles, louer, acheter et 
transiger sur les immeubles; arpenter, subdiviser, ameliorer 
et developper des terres, dans le but de les vendre, ou autres 
buts et pour faire et accomplir toutes choses necessaires et 
utiles a ces fins pour des residences, des etablissements de 
commerce ou des industries. Capital-actions, $49,000, a 
Quebec. 

"La Maison Carignan, Limitee", pour manufacturer, 
acheter, vendre, importer, exporter des meubles, tapis, pre- 
larts, balayeuses, rideaux, tentures, draperies, ornements de 
maisons et faire le commerce de meubles en general et dans 
toutes ses lignes. Capital-actions, $49,500, a Trois-Rivieres. 

"La Compagnie d'Immeubles et d'Elevateur Champlain, 
Limitee," pour faire en general le commerce d'immeubles et 
toutes transactions immobilieres et mobilieres s'y rapportant; 
construire un ou des elevateurs pour pietons, chevaux, voi- 
tures et faire toutes transactions et passer tous contrats pour 
les fins d'iceux. Capital-actions, $49,000, a Quebec. 

"Pare Saint-Malo, Limitee," pour faire le commerce d'im- 
meubles, acquerir, disposer de la maniere et conditions qui 
seront jugees convenables de tout immeuble generalement 
quelconque. Capital-actions, $199,000, a Quebec. 

"The Montreal Automobile Trade Association, Limited," 
pour promouvoir les interets de personnes interessees dans 
les automobiles, vehicules a moteurs et leurs accessoires de 
quelque nature que ce soit; organiser des expositions tem- 
poraires, courses, etc. Capital-actions, $10,000, a Montreal. 

"La Compagnie des Abattoirs de Quebec," pour acque- 
rir, donner a bail, detenir, louer, eriger, etablir et administrer 
des quais, abattoirs et batisses pour l'emballage, engrais, bou- 
cherie et preparation des viandes. Capital-actions, $299,000, 
a Quebec. 



LES PEINTURES MARTIN-SENOUR. 



Jl nous fait plaisir d'accuser reception d'une tres inte- 
ressante brochure publiee par la maison si avantageusement 
connue Martin-Senour, Limited, a propos de "Paint Salad". 
II y est traite de l'art de vendre de la peinture, d'une ma- 
niere a la fois pratique et quelque peu humoristique. On y 
trouve des articles fourmillant de details qui seront d'un 
grand interet pour tous les marchands-detaillants de pein- 
ture et jusqu'a une poesie, d'un tour vif, intitulee "Mixing 
Paint and Poetry". On y annonce les conditions d'un con- 
cours entre marchands et employes vendant les peintures 
Martin-Senour, ainsi que le nombre et la valeur des prix; 
enfin, un nouveau systeme de vente pour augmenter le chiffre 
des affaires pendant cet automne. 



Soyez toujours circonspect et cour- 
tois. Supportez les fautes des uns, l'im- 
politesse des autres, et pardonnez a tout 
le monde, excepte a vous-meme. 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



2.5 



Epicerie et Provisions 



LA SITUATION. 

Les sucres ont baisse de ioc par cent 
livres, mercredi matin. C'est le seul 
changement notable qui se soit produit 
depuis huit jours. On attend d'un jour 
a l'autre des prix pour la nouvelle im- 
portation d'Europe. On comptait les 
avoir pour le ier octobre. Les affaires 
colitinuent a etre assez actives et la sa- 
tisfaction est generale dans les maisons 
d'epicerie en gros. 

Nous cotons: 

SUCRES 

Nous cotons: 
Extra granule, sac, les 100 lbs. 
Extra granule, ball, 5 x 20, 100 lbs 
Extra ground, baril les 100 lbs. 
Extra ground, bte 50 lbs. 100 lbs. 
Extra ground, 2 bte 25 lbs., 100 lbs 
No 1 Yellow, baril les 100 lbs. 
No 1 Yellow, sac les 100 lbs. 
Powdered, baril 100 lbs. 
Powdered, bte 50 lbs. les 100 lbs. 
Paris Lumps, i bte 25 lbs. 100 lbs. 
Crystal Diamond, btes 100 lbs. 
Crystal Diamond, I bte 50 lbs. 

les 100 lbs. 
Crystal Diamond, I bte 25 lbs. 

les 100 lbs. 
Crystal Diamond, Domino, 20 

cartons 5 lbs. les 100 lbs. 

Sucres bruts cristallises, lb. 
Sucres bruts non cristallises, lb. 0.038 

Ces prix s'entendent au magaski du 
vendeur a Montreal. 

MELASSES 

Tres bonne demande. 
Barbade, choix, tonne 
Barbade, tierce et qrt. 
Barbade, demi qrt. 
Melasse, fancy, tonne 
Melasse, fancy, tierce et 

quart 
Melasse, fancy, demi qrt. 0.43 0.44 0.46 

Les prix s'entendent: iere colonne, 
pour territoire ouvert; 2e colonne, pour 
territoire combine; 3e colonne, pour 
Montreal et ses environs. 

LARD AMERICAIN 
iere qualite, le quart 
2eme qualite, le quart 

SAINDOUX 

Bonne demande. 

La lb. 
Saindoux pur, en tinette 0.15 

Saindoux pur, en seau 3. 10 

Saindoux pur, cse de 10 lbs. 0.153 

Saindoux pur, cse de 5 lbs. 0.15J 

Saindoux pur, cse de 3 lbs. 0.16 

FARINES ET PATES ALIMEN- 
TAIRES 
Pates alimentaires 

Bonne demande. 

Nous cotons- 
Arrow root, boite de 7 lbs. 
Farine Five Roses, qrt. 
Farine Five Roses, sac 
Farine Household, nrt. 
Far. "Regal", qrt. 
Far. oatente hongroise, qrt 
Farine a patis. Ocean, qrt. o.oo 
Par "Regal", sac o.oo 

Far. d'avoine granulee, sac o.oo 
Ear. d'avoine standard, sac 0.00 



4-50 
4.60 
4.90 
5-10 
5-30 
4-15 
4.10 
4.70 
4.90 
5-55 
5- 25 

5-35 

5-55 

0.35 
0.04 



0.36 0.37 0.39 
0.39 0.40 0.42 
0.41 6.42 0.44 
0.38 0.39 0.41 

0.41 0.42 0.44 



28.00 
27.00 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 



0.15 
6.25 

3.25 
6.25 
6.70 

6.40 

5.85 

3.20 

2.70 

2.70 



0.00 


2 . /"O 


0.00 


5-io 


0.00 


2.40 


0.00 


2.75 


0.00 


2.2.5 


0.00 


4.00 


0.00 

0.07 J 

0.06 


5-75 
0.07! 

0.06^ 



0.00 1.35 



0.00 
0.00 
0.00 



0.271 
o.osi 
0.07 



0.00 0.07! 



Farie d'avoine fine, sac 
Farine d'avoine roulee, brl. 
Farine d'avoine roulee, sac 
Farine de sarrasin, sac 
Far. de ble-d'Inde, sac 
Banner, Saxon et Quaker 

Oats, et Ogilvie, caisse 
Cream of wheat, cse 
Fecule de mais, ie qlte, lb. 
Fecule de mais, 2e qlte, lb. 
Fecule de pommes de terre, 

qrts de 1 lb., doz. 
Vermicelle, macaroni et 

spaghetti Canadiens btes 

de 5 lbs., lb. 
En vrac 
Paquets de 1 lb. 

Nouillettes aux oeufs: 
Paquets de i lb., lb. 
Spaghetti, pates assorties: 

alphabets, chiffres, ani- 

maux nouilles, coudes, 

imporues en vrac, 
Fn paquets de 1 lb. 
Tapioca pearl, en sac, 
Tapioca seed, en sac, 
Sagou 

FROMAGES 

Bonne demande. 

Les fromages petits et gros se ven- 
dent aux epiciers 16c et i6^c la livre. 

VINAIGRE 

Nous cotons, prix nets: 
Bollman. cruches paillees, 4 

gall. imp. cruche 
Domestique triple, cruches 

paillees. 4 gal. imp. cruche 0.00 
72 grains, le gall. 
88 grains, le gall. 
118 grains (proof), le gall. 

THES 

Les thes verts de Chine 
sont tres eri demande. 11 



lb. 


0.00 


o7i 


" 


0.00 


08 


:, la '" 


0.04J 


■ 05 


:, la " 


0.04 J 


.05 




0.04* 


05 


CANADIENS 





O.OO 2.20 



O.OO 
O.OO 
0.00 



1-25 

0.12 
0.15 
0.19 



a prix moyen> 
se fait des af- 
faires considerables en thes de toutes 
provenances. 

EPICES PURES, GRAINES ET SEL 
Bonne demande courante. 
Nous cotons: 



Allspice, moulu 

Anis 

Canary Seed 

Cannelle, moulue 

Cannelle en mattes 

Clous de girofle moulus 

Chiccrep canadienne 

Clous de girofle entiers 

Colza 

Crerae de tartre 

Gingembre moulu 

Gingembre en racine 

Graine de lin non moul. 

Graine de lin moulue 

Graine de chanvre 

Macis moulu 

Mixed spices moulues 

Muscade moulue 

Muscade 

Piments (clous ronds) 

Poivre blanc rond 

Poivre blanc moulu 

Poivre noir rand 

Poivre noir moulu 

Poivre de Cayenne pur 

Whole pickle spice 



1!.. 



0.00 

0.08 

0.08* 

0.00 

0.18 

0.00 

0.12 

0.25 

0.06 

0.00 

0.00 

0.17 

0.03 J 

0.06 

0.05 J 

0.00 

0.00 

0.00 

0.20 

0.07} 

0.25 

0.00 

0.15 

0.00 

0.00 

0.16 



0.18 
o 00 
0.09 
0.25 
0.22 
0.30 
0.1.1 
0.27 
0.08 
0.30 
0.25 
0.20 
0.04 
0.07 
0.07 

0.75 
0.25 
o.w 

0.35 

0.10 
0.27 
0.28 
0.17 

0.20 
0.25 
0.20 





1-35 


0.00 


o.45 


0.00 


325 


0.00 


3- IS 


0.00 


3 -&S 


0.00 


1.80 


0.00 


2.05 


0.00 


2.15 


0.00 


2.45 


0.65 


0.80 


0.00 


300 


0.00 


6.75 


0.07 


0.07J 


0.00 


4.85 


0.03 


0.03! 


2.00 


2.10 


0.05 


0.06 


0.06 


0.07 


0.04 J 


0.04$ 


0.03 J 


0.03* 



Sel fin en sac 

Sel fin en i de sac 

Sel fin, quart, 3 lbs. 

Sel fin, quart, 5 lbs. 

Sel fin, quart, 7 lbs. 

Sel fin, en quart de 280 .era. 

Ordinary fine 

Fine 

Dairy 

Cheese 

Gros sel, sac 

ORGE 

Legumes sees. 

Nous cotons: 
Orge monde (pot), sac 
Orge monde (pot), baril 
Feves de Lima de Cal., lb. 
Orge monde (pearl), sac 
Feves blanches, Can., lb. 
Feves jaunes minot 

Lentilles rouges, par sac, lb. 
Lentilles vertes, par sac, lb. 
Pois Verts, No 1 lb. 

Pois casses, le sac 
Ble-d'Inde a soupe, casse, 

le sac 0.00 2.40 

RIZ 

La demande est bonne. 

Nous cotons: 

Riz importes: 
Riz Patna, sacs de 112 lbs., 

suivant quality lb. 

Riz Carolina 
Riz moulu 
Riz souffle (puffed) cse de 

36 paquets de 2 pintes 

Riz decortiques au Canada 

Les prix ci-dessous s'enti 
Montreal. 

Qualite B, sac 250 lbs. 
Qualite C, sac 100 lbs. 
Sparkle 

India Bright (sac de 100 lbs) 0.00 
Lustre 

Polished Patna 
Pearl Patna 
Imperial Glace Patna 
Crystal Japan 
Snow Japan 
Ice Drips Japan 

FRUITS SECS 

Assez bonne demande. 

Nous cotons: 

Dattes et figues: 
Dattes en vrac 1 

Dattes en pqts de 1 

Figues seches en boites, 



o.osi 

0.08 

0.00 


0.06 
0.09 
0.06 


0.00 


4-25 


ndent 


f.o.b 


0.00 
0.00 


330 

3- 20 


0.00 


5-IO 


0.00 
0.00 
0.00 
0.00 


3-4S 
3-55 
4.40 
4.60 


0.00 
0.00 


4.90 
5-10 


o.»o 
0.00 


5 -3o 

5-45 



3 

7 
S 
6 
9 

16 



couronnes 
couronnes 
couronnes 
couronnes 
couronnes 
onces 



to onces 

Raisins de Corinthe. 

Corinthe Filiatras, en 

Corinthe Filiatras en car- 
tons 1 lb. 
Raisins de Malaga 

Rideau 

Balmoral 

Orleans 

Roval Excelsior 
Raisins Sultana. 

F.n vrac 

Cartons, 1 lb. 



lb. 


0.00 


0.05 


lb. 


o.o6i 


0.07 


lb. 


0.09I 


o.io} 


lb. 


0.13J 


0.14 


lb. 


0.11J 


0.12 


lb. 


0.13 


0.13I 


lb. 


o.i 4 £ 


0.15 


bte 


o.ni 


0.12} 


bte 


0.07 J 


0.08 

Lb. 


vrac 


o.o6i 


0.07 




o.o7i 


0.08I 
Lb. 


bte 


0.00 


2.50 


bte 


0.00 


300 


bte 


0.00 


400 


bte 


0.00 


5.<;o 
Lb. 




0.00 


0.10 




0.00 


0. it* 



26 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



0.00 0.00 



o . 00 . 00 



0.00 



Raisins de Valence. Lb. 

Valence fine off Stalk, btei 

de 28 lbs. 
Valence Selected, btes de 

28 lbs. 
Valence Layers, 4 cour., 

btes de 28 lbs. 

Raisins de Californie. 
Epepines, paq. 1 lb., fancy 
Epepines, paq. I lb., choix 

Noix et Amandes. 
Amandes Tarragone 
Amandes Valence ecalees 
Avelines 

Noix de Grenoble Mayette 
Noix Marbot 

Noix de Bordeaux ecalees 
Noix -du Bresil 
Noix de coco rapees, a la lb. 0.204 0.224 
Noix Pecan polies 
Noix Pecan cassees 
Peanuts non roties, Sun 
Peanuts non roties, Bon Ton o.oo 

0.00 
0.09 
0.094 
0.00 
0.10I 



o.l5i 
0.38 
0.13 
0.15 
0.15 
0.31 
0.20 



0.18 
0.00 
0.00 



0.094 
Lb. 

0.094 
0.09 
Lb. 
0.174 
0.40 
0.14 
0.16 
0.16 
o.33 

0.21 



0.19 
O.OO 

0.09 1 
O.II 

0.07 4 
0.09J 
o.io4 
0.08 

O.II* 



i2i 0.13* 
00 O.II 
00 o.ogi 
00 . o84 
00 0.074 
00 0.07 
0.06 J 
0.06 

Lb. 
0.144 

O.II 

0.09! 

0.121 



O.OO 
0.00 

0.00 
0.00 



Peanuts non roties, Coon 
Peanuts roties, Coon 
Peanuts roties, G. 
Peanuts non roties, G. 
Peanuts roties, Sun 
Peanuts roties, Bon Ton o 
Pruneaux 30/40 ' o 

Pruneaux 40/50 O.OO 

Pruneaux 50/60 0.00 

Pruneaux 60/70 0.00 

Pruneaux 70/80 0.00 

Pruneaux 80/90 0.00 

Pruneaux 90/100 0.00 

Fruits evapores. 
Abricots, boite 25 lbs. 
Nectarines 

Peches, boite 25 lbs. 
P.oires, boite 25 lbs. 
Pommes tranchees, evapo 

rees, btes de 50 lbs. 

Pelures de fruits. 
Citron 
Citronelle 
Orange o.u4 0.12 

CONSERVES ALIMENTAIRES 

Conserves de Legumes 

Tres bonne demande. 

Nous cotons: 

No 1 
Asperges (Pointes), 2 lbs. 2.05 
Asperges entieres can., 2 lbs. 
Asperges Californie, 2*. ibs. 
Epinards 2 lbs. 

Betteraves tranchees, 3 lbs. 
Ble d'Inde 2 lbs. 

B14 d'Inde en epis, gal 
Catsup, bte 2 lbs. doz. 

Catsup au gal. doz. 

Champignons hotel, boite 
Champignons, ier choix 
Champignons, choix, btes 
Choux de Bruxelles imn. 
Choux-fleurs 



0.00 

0. io4 
0.164 



o.o64 
Lb. 

O.II 

0.17 



Citrouilles 3 

Citrouilles 
Epinards 

Eoinards 2 

Epinards 3 

Eoinards imp. 
Feves Golden Wax, 2 
Feves Vertes 2 

Feves de Lima 2 

Flageolets importes 
Haricots verts imp. 
Macedoine de legumes, bte 
Marinades en seau. 5 gal. 
Petits oois imp. movens bte 
Petits pois imp. mi-fins hte 
Petits pois imp., fins. bte 
Petits pois imp. ext. fins, bte 



lbs. 
lbs. 
gal. 
eal. 
lbs. 
lbs. 
bte 
lbs. 
lbs. 
lbs. 
bte 
bte 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 

0.95 

0.00 

0.00 

0.00 

0.13J 

0.20 

0.17 

O.T7 

O.OO 

O.OO 

2.52} 

O.OO 

0.00 

0.00 

0.12 

0.824 0.85 
0.824 0.85 

O.OO I.3S 
0.13} 0.15 
0.13 0.17 



No z 

300 

2.25 

3-35 
1.60 
1.30 

0.97? 

4.77* 

O.85 

5 00 

0.14^ 

0.21 

0.18 

o.t8 

1.6s 

0.82? 

2.55 

5.30 

.1 ■ 25 

1-75 

0.13 



o. 10 
0.00 

O.II 
O TT 

O. 16 

0.17 



o.t6 
2.25 

O.II* 
O.T? 
O.I7 
0.l8 



Pois Can. English Garden 0.80 0.82* 

Pois Can. Early June 0.824 0.85 

Pois Can. Ext. Fine Sifted 0.00 1.27* 

Succotash 2 lbs. 0.00 1.15 

Tomates P. S. I., 3 lbs. 0.00 1.60 
Tomates P. S. I., 3 lbs. non 

livrees 0.00 0.00 

Tomates, 3 lbs., doz. 1.35 1.4. 

Tomates, gall. 4.00 4.02$ 

Truffes, 4 boite 5.00 5.40 

i4 lb. 0.00 2.25 

Ananas importes 2I lbs. 0.00 2.40 

Ananas entiers (Can.) 3 lb. 0.00 2.45 

Ananas tranches (Can.) 2 lb. 0.00 1.90 
Ananas rapes (emp. Can.) 

2 lbs. 0.00 1.45 

Bluets Standard doz. 0.00 1.25 

Cerises rouges sans noyau, 

2 lbs. 1.90 1.924 

Fraises, sirop epais, 2 lbs. 1.90 1.92J 
Framboises, sirop epais, 

2 lbs. 1.90 1.924 
Gadelles rouges, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1.90 
Gadelles noires, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1 .90 
Groseilles, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1.75 

Marinades can. 1 gal. gal. 0.00 0.80 

Olives, 1 gal. gal. 1.274 1.70 

Peches jaunes 2 lbs. 0.00 1.50 

Peches 3 lbs. 0.00 2.25 

Poires (Bartlett) 2 lbs. 1.75 1.77* 

Poires 3 lbs. 2.35 2.37I 

Pommes 3 lbs. 0.00 1.10 

Mures, sirop epais 2 lbs. 0.00 1.90 

Pommes Standard gal. 2.52$ 2.55 

Prunes Damson, sirop epais, 

2 lbs. 1. 10 1. 15 
Prunes Lombard, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 

Prunes de Californie, 2} lb. 0.00 
Piunes Greengage, sirop 

epais 2 Ibs. 0.00 

Rhubarbe Preserved, 2 lbs. 0.00 

Cerises blanches doz. 0.00 

Cerises noires doz. 0.00 

Framboises doz. 0.00 

Mures doz. 0.00 

Gadelles rouges doz. 0.00 



1. 02} 
2.74 

1.30 
1.50 
2.25 
2.40 
2.40 
2.40 
2.40 



Petits pois imp., surfins, bte (manquent) 



Conserves de poitsons 



Tres bonne demande. 

Nous cotons: 
Anchois a l'huile (suivant 

format) doz. 

Caviar J lb. doz. 

Caviar J lb. doz. 

Crabes 1 lb. doz. 

Crevettes en saumure, 1 lb. 
Crevettes sans saumure, 1 lb. 
Finnan Haddies doz. 

Harengs frais, importes, 

doz. 
Harengs marines, imp. " 
Harengs aux Tom., imp. " 
Harengs kippered, imp. " 
Harengs canadiens kippered 
Harengs canadiens, sauce 

tomates 
Homards, bte h., 1 lb. " 
Homards, bte plate, 4 lb. " 
Homards, bte plate, 1 lb. " 
Huitres (solid meat), 5 oz. 
doz. 
Huitres (solid meat), 10 oz. 

doz. 
Huitres 1 lb. 

Huitres 2 lb. 

Maquereati. tin 1 lb., la doz. 

Morn? No 2 lh. 

Vonie erosse en auart lb. 
Poyans aux rruffes et aux 



1.60 


4.50 


5-15 


5.25 


[0.00 


10.25 


3.75 


300 


0.00 


1.60 


0.00 


1.80 


i-35 


1.40 


1. 15 


1.20 


1-45 


1.65 


1-45 


1.40 


1.50 


1.70 


0.95 


1 .no 


O.Q5 


t .00 


6.25 


6.40 


3 SO 


360 


6.40 


6.60 


0.00 


I.40 


0.00 


2.00 


0.00 


1.50 


0.00 


2.45 


0.00 


t.4"; 


Cmanaufl 


(manquft 



0.17 


0.18 


3-50 


4.00 


0.164 


0.31 


0.22 


0.50 


7-50 


11.00 


I7.00 


18.00 


O.4O 


0.42 


O.23 


0.24 


0.00 


8.50 



. 00 1 . 40 



1.50 
2.65 



achards bte 

Sardines can. \ bte, cse 

Sardines franchises, i btes 

Sardines franchises, 4 btes 

Sardines Norvege, i bte 

Sardines Norvege, 4 bte 

Sardines Royan a l'huile, 4 

Sardines sans aretes 

Saumon Labrador 100 lbs. 

Saumon Cohoes, Fraser 
River, 1 lb. 

Saumon rouge: 

Horse Shoe et Clover Leaf, 
boite basse, 4 lb. doz. 

Horse Shoe et Clover Leaf, 
boite basse, 1 lb. doz. 

Saumon rouge Sockeye 
(Rivers' Inlet), bte hau- 
te, 1 lb. doz. 

Saumon rouge du printemps, 
bte haute, 1 lb. doz. 0.00 

Saumon Humpback, 1 lb. 

doz. 0.00 

Truite des mers 100 lbs. 0.00 
HARENGS DU LABRADOR 

Quarts 5.25 

4 quarts 3.00 

FROMAGES IMPORTES 

Bonne demande. 

On cote le fromage de Gruyere: 

Fromage entier de 264 lbs. ou de 80 
lbs., 28c a 30c la livre. 

En quantite moindre, 28c la livre. 

Le fromage de Roquefort se vend de 
32c a 33c la lb. et le Limbourg, 24c la 
livre. 

On cote encore: 
Gorgonzola lb. 

Edam 



1.524 
2.674 

1.90 

1.65 

*.95 
7.00 



0.25 
0.24 



PRODUITS CHIMIQUES ET 
DROGUES 

Nous cotons: 
Acide borique, brls de 336 lbs., lb. 0.10 
Alun, barils de 336 lbs. " o.oif 

Alun, barils de 112 lbs. " 0.02 

Arcanson, lb. 0.03I 0.044 

Blanc de ceruse, brls de 336 lbs. 0.55 
Bois de campeche, pqt de J lb. 

100 lbs. 
Borax en cristaux, brls de 336 

lbs. lb. 

Boules a mites " 

Camomille " 

Campeche (Extrait de) : 

boites de 12 Ibs. 

btes 24 lbs., pqt 1 lb. " 
Camphre, la livre 
Carbonate d'ammoniaque, 

brls 112 lbs., 4 lbs. 
Cire blanche lb. 

Couperose, brls 370 lbs. " 
Creme de tartre 
Gelatine rouge en feuilles 
Gelatine blanche en feuilles 
Gelatine Knox en feuil., doz. 
Gomme arabique lb. 

Houblon presse. lb. (manque) 

Lessive commune doz. 0.35 

Lessive commune grosse 3.75 

Paraffine pour cierges, lb. 0.10 0.12 
Platre a terre. sac 100 lbs., 
Poudre Insecticide lh. 

Pesine blanche 
Resine G., suiv quant. 
Salpetre en cristaux, brls 

T12 lbs. lb. 

*>1 a Medecine 
Sel d'Epsom sac 224 lb.. " 
Soda a oate. TI2 lb9. 

Soda a laver: 



lb. 


0.03! 




0.65 


30 
0.05 


0.06 


0.00 


0.00 


0.00 


0.40 


0.00 


O.II 


O.II 


0.12 


0.00 


0.75 


0.15 


0.20 


0.40 


0.45 


0.01 


0.02 


lb. 


O.24 


ffl 


O.60 


«< 


0.35 


1.25 


1.30 


0.15 


O.I6 



sac . 70 
0.00 0.50 
0.034 0.05 

0.02§ O.O34 
0.05 0.0<5 

0.01 0.02 
o.oi4 0.03 
0.00 2.00 



Vol. XLVI — No 40. LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 27 

Saunion en Conserves 

La peche a ete merveilleuse. Les prix sont attrayants. 

Faites votre approvisionnement avant qu'une hausse ne survienne. 

NOUS AV0N8 LES MEILLEURES MARQUES. 

"PRIMUS" red sockeye, "SOVEREIGN" "CLOVER LEAF", 8t "HORSE SHOE ' 
"EAGLE" £ "AUTUMN LEAF" (red cohoes) "CARNATION", 
"SALAD ', "TIP TOP" (pinks) "AUTO" & "FLY" (white.) 
Boites hautes, plates et demi-plates. 



UNE LIGNE INTERESSANTE. 

800 Caisses de PECHES 2's. Sirop epais, la douzaine, $1.25 



HUILES D'OLIVE 

L. A. PRICE 8t CIE. Nice. 
250 Caisses, Qualite Extra Superieure. Bouteilles 16 oz. 8 oz. et 4 oz. 



CONSERVES DE FRUITS ET ANANAS 



UN CHAR de PECHES, ABRICOTS et POIRES de Californie. 
Boites 2% s, Marque "BANQUET". 
ANANAS "HAWAII" HUNT BROS., San Francisco. 
Boites 2% 's, entiers, tranches et rapes. 

LA PLUS BELLE MARCHANDISE SUR LE MARCHE. 



THE JAPONAIS "OWL CHOP" 

Nous avons maintenu notre reputation cette annee. 

La qualite et les prix en sont la preuve. 

1000 Half-Chests recus en magasin, de differentes qualites. ^ a P x e e "OWL CHOP". 



Nous ne craignons pas la competition. Nous avons 1'assortiment. 

Satisfaction g'arantie. 

TOUJOURS A VOTRE DISPOSITION. 

L. CHAPUT FILS & CIE., LIMITEE, MONTREAL. 

EPICIERS EN GROS ET IMPORTATEURS. 
2, 4, 6, 8, 12, 15, RUE DeB RESOLES. 

EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



2b 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XEVI — No 40. 



de 40 


lbs.: 


0.00 


o.o7i 


0.00 


0.10 


0.08 


o.oy 


0.08 J 


0.094 


0.00 


0.124 


0.14 


0.15 


0.00 


o.37i 


1.20 


1.30 



0.00 


0.45 


0.00 


0.90 


0.00 


1.024 


0.00 


o.S7i 


0.00 


0.72* 



Sacs 224 lbs., 100 lbs. 0.75 0.80 

Soude caustique en mor. lb. 0.00 0.02t 
Soufre en batons, brls 336 

lbs. lb. o.oii 0.03 

Soufre moulu sacs 112 lb. 1.65 1.70 

Tourteaux de lin moulu, sac 1.60 1.70 

Vitriol, brls o.o6i 0.07 

BOUGIES. CIERGES ET HUILES 
DE SANCTUAIRE 



Nous cotons: 
b. Paraffine en vrac, boite 
6 a la lb. lb. 

12 a la lb. 
B. Paraffine, 6 a la lb. 
B. Paraffine, 12 a la lb. 
B. Stearique, 14 oz. 6 et 12 
B. Stearique, 16 oz. 6 et8 
Cierges approuves, lb. 

Huile de 8 jours, gallon 



PLATS EN BOIS 

Nous cotons: 
Carres de i lb., crate 
Carres de 1 lb., crate 500 
Carres de 2 lbs., crate 500 
Carres de 3 lbs., crate 
Carres de 5 lbs., cratie 



CUVETTES EN BOIS 

Nous cotons: 

Cuvette No o, la doz. 10.50 

Cuvette No i, la doz. 9.00 

Cuvette No 2, la doz. 7.50 

Cuvette No 3, la doz. 6.50 

BALAIS 

Nous cotons: 

A longs manches 0.00 2.75 

Avec manches ordinaires La doz 

2 cordes 2.25 

3 cordes 2.50 

4 cordes 2.75 

5 cordes 3-50 
Le papier manille, 13 x 17, est coic 

20c. 

EPINGLES A LINGE 

Epingles ordinaires: 
Boites de 5 grosses, la bte 0.75 

Eringles a ressort: 
Boites de 2 grosses, la bte 0.00 

PAPIER D'EMBALLAGE 

Papier Manille en rouleaux 0.03! 

Papier brun en rouleaux 0.03 



MECHES. 



BRULEURS ET VERRES 
DE LAMPES 



Nous cotons: 

Meches No 2 lb. 0.22 

Meches No 2 " 0.15 

Meches No "0.12 

Bruleurs No 2 doz. 0.85 

Bruleurs No 1 " 0.65 

Bruleurs No o " 0.65 

Bruleurs, dessus verre (A) " 1.65 

Bruleurs, dessus verre (B) " 1.00 

Cheminees (climax) No 2 ** 0.60 

Cheminees (climax) No 1 " 0.45 

Cheminees (climax) No o " 0.45 

Cheminees (Bonanza) No 2 " 0.95 

Cheminees (Bonanza) No I " 0.75 

SAVON DE CASTILLE 

Le savon de Marseille en morceaux se 
vend $4.25 la caisse et de 9c a 10c la livre, 
poids net, hlanc ou marbre. 



GRAISSE A ROUES 

On cote: 
Graisse Imperial, en lots de 

grosse doz. 0.57$ 

Caisse de 4 doz. " 0.60 

Graisse au mica. 
Boites de 1 lb. (par 3 doz.) 

doz. 0.00 0.95 

Boites de 3 lbs. (par doz.) doz. 2.25 

HUILE D'OLIVE 

Nous cotons: 

Huile Loublon: 

Pintes 0.00 2.25 

Chopines 0.00 1.20 

J chopines 0.00 0.60 

L'huile d'olive Barton et Guestier est 
cotee: 

Qrts 7-75 8.00 

Pts 4-37i 4-50 

i pts 2.45 2.50 

HUILE DE CASTOR 

Nous cotons: Grosse. Doz. 

Bouteilles de 1 oz. 3.60 0.35 

Bouteilles de 2 oz. 5.Q0 0.45 

Bouteilles de 3 oz. 6.00 0.55 

Bouteilles de 4 oz. 7.25 0.65 

HUILE DE FOIE DE MORUE 

Nous cotons: $1.75 a $2.00. 

Bouteilles carrees de 16 onces, $3.75 
la douzaine; chopines, $2.40 la douzaine; 
4 chopines, $1.75 la douzaine. 

HUILE DE COTON 

Nous cotons: 
An baril 1.10 1.25 

HUILE DE RICIN PHARMACEU- 
TIQUE 

Nous cotons au quart, par 



le gallon, $1.25, en estagnon, 
yc a ioc. 

VASELINE 
Nous cotons: 
"Bleu Seal" 



hvre, 94s. 
par livre, 



Blanche No 
Klanche No 
Jaune No 1 
Jaune No 2 



BALAIS 



grosse 10.00 

19.20 

6.72 

1440 



D'enfant, 2 cordes 0.00 1 . 10 

D'enfant, 1 coHe 0.00 0.85 

Manches de faubert (mop), doz. 1.20 



HUILE DE PETROLE 

Nous cotons: 

Pratt's Astral Oil gol. 

Standard Acme le gal. 



0.S2 

0.I7J 



GRAINS ET FARINES 
Marche de Chicago 

Le marche du ble etait ferme ces jours 
derniers; les prix se sont eleves de %c 
a 3^c. Le mais etait en hausse de %c a 
i r ^c et l'avoine gagnait de ¥%c a %c. En 
depit du fait que les arrivages de ble a 
Winnipeg, Minneapolis et Duluth, depuis 
samedi dernier, s'elevaient au total d'en- 
viron 5,000,000 de boisseaux, ce qui cons- 
titue un record pour la periode, les or- 
dres d'achats etaient tres nombreux, ce 
qui favorise les operations des haussiers. 
Marche de Montreal 
Grains 

II n'y a pas.eu de changement au mar- 
che, sauf que le sentiment est un peu 
plus ferme en ce qui concerne l'avoine, 



par suite de la hausse au marche de Win- 
nipeg, mais comme la demande des 
acheteurs locaux continue a etre limitee, 
il n'y a pas eu de changement notable 
dans les prix. 

Le No 2 de l'Ouest canadien est cote 
de 40J/2C a 41c; le No 1 extra pour four- 
rage, a 40c le boisseau, ex-magasin. 

Nous cotons: 
Avoine C.W. No 2 0.41 0.414 

Avoine C\W. No 1 Ext. Fd 0.404 0.41 
Avoine C.W. No 3 0.40 0.40* 

Avoine Que. et Ont. No 2 0.374 0.38 
Avoine Que. et Ont. No 3 0.364 0.37 
Avoine <Jue. et Ont. No 4 manque 

Sarrasin (48 lbs.) 0.00 0.55 

Ble-d'lnde seche au four manque 

Ble-d'Jnde jaune No 3 0.83 0.84 

(.Ble-d'lnde nouveau.) 
Orge moulee 0.52 0.54 

Marche de Montreal 

Farines 

Pas de nouveaux evenements au mar- 
che local, les prix restent assez fermes, 
mais le marche est calme par suite de la 
demande assez faible des acheteurs lo- 
caux ct de la campagne. Les premieres 
patentes de ble de printemps se vendent 
a $5.60; les secondes a $5.10 le baril, en 
sacs. Affaires peu actives sur la farine 
de ble d'hiver; les straight rollers se ven- 
dent de $4.60 a $4.75 le baril, en barils, 
et de $2.05 a $2.10 en sac. 

Nous cotons: 

Issues de ble et avoine roulee. 

Le ton du marche reste tres ferme en 
raison de la continuation de la bonne de- 
mande de tons cotes. Le son se vend a 
$22, les shorts a $24, les middlings se 
vendent a §27, par tonne, sacs compris. 
La demande de moulees est bonne; le 
marche est assez actif et les ventes de 
moulees pur grain se font de $30 a $32, 
grains melanges $28 a $29 par tonne. 
Pas de changement pour l'avoine roulee, 
les prix restent soutenus, mais la de- 
mande n'est pas considerable. Les ven- 
tes sont lentes de $4.40 a $4.50 le baril, 
en barils, et de $2.10 a $2.12^ le sac. 
Farine de mais ferme a $4.60 par baril, 
en barils, et a $2.15 le sac. 

Nous cotons: 

Patentes du printemps: 
Royal Household 
Five Roses 
Glenora 
Harvest Queen 

.Fortes a Boulanger: 
Bakers Special 
Manitoba S. B. 
Keetob 
Montcalm 

Patentes d'Hiver: 
Straight rollers 
rlurona (a patisserie) 
A do 

Farine de ble-d'lnde blanc 

boulanger s, 2 sacs 4. 40 

Farine de ble-d'lnde pour engrais 

2 sacs 4.50 

Farine d'avoine: 
Avoine roulee, sac de 90 lbs. 
Avoine roulee. baril 

Issues de ble: 
Son Man., au char, tonne 
Gru Atan., au char, tonne 
Middlings d'Ontario, au 

tonne 
Moulee pure, au char 
Moulee melangee, au char 



2 


sacs 


5.60 


2 


sacs 


5.60 


2 


sacs 


5.10 


2 


sacs 


5.10 


2 


sacs 


4.90 


2 


sacs 


4.90 


2 


sacs 


4.90 


2 


sacs 


4.90 


2 


sacs 


5.00 


2 


sacs 


5-8o 


2 


sacs 
pour 


5.30 





2.32 




4.90 




20.00 




22.00 


char. 




27.00 


28.00 


32.00 


34.00 


30.00 


31.00 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vcndredi, 3 Octobre 1913. 



29 



Table Alphabetique des Annonces 



Atnatite Rojfiug 44 

Assurauoe Moat-Royai .... 31 

Bauer &. Co. ( Walter) 14 

tJinque de Montreal 34 

Banque d'Hochelaga 34 

Banque Nationale 34 

8 inque Molson 34 

Banque Provinciale 34 

Belanger & Belanger 32 

Bell Telephone Co 11 

Bowser, b F. & Co 6 

Bright Light Co 33 

British Colonial Fire Ass. .. 31 

Brodie & Harvie 14 

Canada Cement Co., Ltd. . . 46 

Canada Life Assurance Co . 31 

Canada Starch Co. Ltd 4 

Can. Fairbanks Morse Co. . S 

Canadian Poster Co 37 

Canadian Salt Co .. 9 

Can. Shredded Wheat Co. . 8 

Cane Wm. & Sons Co. Ltd. . 5 

Chaput L. Fils & Cie 27 

Church & Dwight 10 

Cie d'Assurance Mutuelle 

du Commerce 31 

Clark, W"i 15 

Connors, Bros 16 

Cottam Bart 32 



Couillard Auguste 32 

Cowan & Co 12 

Dalton Adding Machine Co. 5 

Davis S. & Soqs Ltd 62 

Uesmarteau Alex . 32 

Dam. CannersCo., Ltd.... 3 

Dom. Cartridge Co 41 

Douglas J.M.&Co Couvert et 53 

Bsiuhart & Evans 30 

Ewing, S. H. & Sons 51 

Federal Life Assurance Co. 30 

Fontaine Henri 32 

Fortier Joseph 32 

Gagnon, P. -A 32 

Garand, Terroux &Cie.... 32 

Gendron Mfg. Co 38 

Genin, Trudeau & Cie 62 

Gillett Co. Ltd., [E. W.] 16 

Gonthier & Midgley ... 32 

Grand Trunk Railway ... 44 

Greening Wire Co 40 

Gunn Langlois & Cie 8 

Hamilton Cotton Co 46 

Hebert L. H. & Cie 4 7 

Hotel New Victoria, 32 

Houde, B. Co., Ltd 58 

Hutton Jas .... 38 

Imperial Tobacco Co 60 



Jamieson R. C 45 

Jonas &. Co., Henri Couverture 2 

Lacaille, Gendreau & Cie.. 14 
Laporte, Martin & Cie, 

Limitee Couvert 

La Prevoyance 31 

La Sauvegarde 30 

Lelievre A. J 15 

Leslie & Co., A. C 38 

Liverpool & London & Globe 30 

Lufkin Rule Co 45 

Marion & Marion 32 

Martin-Senour 42 

Matbieu (Cie J. L.) 11 

Matthews- L,aing Co 9 

Maxwell & Sons (David) .. 40 

McArthur, A 38 

iVletropolitan Life Ins. Co.. 30 

McGill Cutlery Co 45 

McLaren & Co. (D.K.) .. 3S 

Molson Bros Couvert 

Montbriand, L. R 32 

Moatreal-Canada Ass. Co. . 31 

Montreal Dairy Co 12 

Mooney Biscuit Mfg Co. 14 
Morrow Screw, Ltd,, The 

John 46 

Mott, John P.&Co 15 

National Breweries 48 



Nova Scotia Steel Co 34 

O'SheaJ. P 38 

Pret Immobilier Limited. . . 15 

Pr6voyants du Canada, (Les) 30 

Prevost & Bedard 32 

Quebec Steamship 34 

Rolland & Fils, J. B 32 

Seagram, Jos. E 53 

Smith Harold E 9 

Societe 1 des Eaux Purgati- 
ves Riga 33 

Stanley Rule & Level 40 

St. Lawrence Sugar Co. ... n 

Sun Life of Canada 31 

Taylor Forbes Co. Ltd 43 

Thes du Japon 11 

Thompson & Norris Co.. . 29 

Tippei & Co., A. P.. 9 

Union Mutual 31 

United Shoe Machinery Co. 

Ltd 10 

Upton & Co. 1 The I" ) 14 

Walker Hiram 59 

Western ass. Co 30 

Wtlks & Burnett. 32 

Wilson Lawrence A. Co. Ltd 51 

Wiser J. P. & Sons Ltd.... 51 



Pour Emballage Rapide, et Economie d'Espace 

Employez les Boites Cellulaires Pliantes en Planche T. et N. poor Expedition. 




Si vous payez des frais d'exp£dition sur les 
marchandises que vous livrez, pourquoi ne 
pas exonomiser en employant les Boites Cel- 
lulaires pliantes en planche T.etN. pour expe- 
dition ? Si vos clients paient, pourquoi ne 
pas vous les attacher en economisant moitie 
du poids sur la boite d'emballage ? 

Ces boites sont solides, resistent aux chocs Planche celtulaire 
de l'exp^dition de marchandises, sont rapi- je'proce^e specia 
dement et ais^ment arrangers sans clous ou 
fil de fer. Elles arrivent "to jtes pretes" et par suite prennent 
de place possible dans votre magasin d'expedition. Elles sont 
niarche aussi que les boites en bcis. 

Elles valent la peine d'etre examinees. Faites-nous savoir vos 
Remplir-sez le coupon ci-dessous et envoyez-nous-le aujourd'h 

The Thompson & Norris Co. 
of Canada, Limited 

NIAGARA FALLS, Ont. 

Brooklyn, N.Y. Boston, Mass. Brookville, Ind 

Londres, Angleterre. Julich, Allemagne. 

The THOMPSON & NORRIS Co. of Canada, Limited. Niagara Fall., Ont 
Envovez des details. 



Nom 
P.C. 



Aires se 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX CQURANT"- 



3° 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 191 3. 



Vol. XLVI — No 40. 



METROPOLITAN 

Life Assurance Co'y 
:-: of New-York :- 

(Compagnie a Fonda Social) 

Actlf $397,965,341.31 

Polices en vigueur au 31 de- 

cembre 1912 12.837.042. 

Bn 19", la compagnie a e- 

mis au Canada des poli- 
ces pour 32,185,993 

Bile a depose entre les 

mains du Gouvernement 

Canadien et de fideicora- 

miscanadiens,-Tdu-'ve- 

mef pour les Canaaiens 

environ $ l6 .OO0.0l0. 

II y a plus de S32.00I Canadlens assures 
dans la METROPOLITAN. 



WESTERN 

ASSURANCE CO. 

INCORPOREE EN 1861 
ACTIP, au-dela de • $3,284,179-93 

Bureau Principal: TORONTO, Oat. 

Hon. GEO. A. COX, President. 

W. R. Brock, Vice-President. 
W. B. Meikle. Gerant-General. 
C. C. Foster, Secretaire. 
Ha«ciirwii> •<•■ ♦fnmreal: 
81 RUE ST-PIERRE. 
Roft. BiCKEBDiKE, Geran 



THE FEDERAL LIFE 

assurance co. 

Bdreau-Chef : Hamilton Can. 
cjhiffres d'affaires 1912 



$440,648.30 

$107,050.90 

J25 555.267 -oo 

C. L. SWEENEY, Gerant Provincia 
Montreal, Quebec. 



ACTIF AUGMENTE DE 
SURPLUS REALISE 
ASSURANCE EN VIGUEUR 



Telephone : Ma in 553 

ESINHART & EVANS 

Courtiers d'Assurance 

Feu, Vie, Accident, Cambriolage, 

Bris de glaces, Automobiles, 

Responsabilite" des Fonctionnaires 



Agents principaux pour : 

Tbe Scottish Union & National is. Co. 

d'Edinbourg. 

German American Insurance Co. 

de New-York. 



Bureau : EDIFICE LAKE of the WOODS 
39 rue St-Sacrement, 



MOTR.EAL 



Assurances 



LA RIMOUSKI FIRE INSURANCE 
COMPANY. 



De tres importants changements ont 
ete effectues dans cette compagnie. Les 
affaires de la compagnie, en ce qui con- 
cerne Quebec, ont ete dirigees et conti- 
nueront a etre dirigees par le bureau- 
chef de Rimouski, Quebec. Le restant 
des affaires a ete dirige par une succur- 
sale a Toronto, dont M. J.-C. Wilgar et 
M. T.-K. Brodie sont les gerants. Les 
methodes appliquees par le bureau de 
Toronto ont ete l'objet de commentaires 
defavorables et on annonce que, main- 
tenant, toutes les affaires de la compa- 
gnie seront dirigees par le bureau-chef 
de Rimouski. Une succursale sera ce- 
pendant maintenue a Toronto, pour les 
souscriptions dans l'Ontario, M. W.-W. 
Walker en sera charge; M. Walker a di- 
rige deja dans l'Ontario les affaires de 
la Hudson Bay Insurance Company. 
M. Walker est bien connu dans les cer- 
cles d'assurance, non seulement comme 
gerant dans l'Ontario de la Hudson Bay 
Insurance Company, mais aussi comme 
secretaire de l'Ontario Fire Prevention 
Association. Nous sommes convaincus 
que, grace au nouvel arrangement, la Ri- 
mouski Fire Insurance Company se fera 
remarquer par sa promptitude et sa 
loyaute envers ses assures. 

Les polices d'assurances. 

i 
Une des plus grandes causes d'aban- 
don des polices, e'est l'habitude de con- 
tracter des emprunts sur les polices. Le 
privilege d'emprunter est indiscutable- 
ment desirable pendant les crises finan- 
cieres, mais la consequence des emprunts 
contractus sans necessite est si souvent 
la perte de 1'assurance que Ton ne de- 
vrait pas recourir a cette methode a la 
legere L'agent ferait bien, en parlant a 
l'assure, de lui faire scntir que lorsqu'il 
contracte un emprunt sur sa police il 
emprunte a sa femme et a ses enfants. 
11 est vrai que la compagnie avance l'ar- 
gent voulu, mais ce montant est deduit 
de la police et tant que le pret n'est pas 
rembourse, e'est au beneficiaire qu'il 
echoit de repondre du montant envers le 
preteur. Le nombre des emprunts con- 
tractus ainsi et jamais regies est tres ele- 
ve. Une enquete minutieuse des rap- 
ports d'un certain nombre de compa- 
gnies demontre que 80 pour cent des em- 
prunts ne sont jamais rembourses par le 
porteur de police. Ce qui est pis, e'est 
qu'une fois qu'on a pris l'habitude d'em- 
prunter sur sa police, on garde cette ha- 
bitude et la consequence finale, e'est la 
de la police. 



ASftUKEZ VOI1S 

DANS 

Ln $JIUU£6JIRD€ 



Ses Taux sont aussi a vantageux 
que ceux de n'importe quelle 
compagnie. 

Ses polices sont plus liberates 
que celles de n'importe quelle 
compagnie. 

Ses garantlas sont superiau- 
ras a la generality de celles des 
au tres compagnies 
La sagasse et I'axparlanca de 
sa dlraction sont une garan- 
tie de succes pour les annees 
futures. 

Par-dessus tout, elle est une 
compagnie Canadlenne- 
Francalse et ses capitaux re - 
tent dans la Province de 
Quebec pour le benefice dsa 
notraa. 



Siege Social 1 7 Placa d'Armas 

IVIONTRR AL 



1o PARCE 
QUE 

2o PARCE 
QUE 

3o PARCE 
QUE 

4o PARCE 
QUE 



So PARCE 
QUE 



*««« 
ifl-56 



Liverpool 

LONDON 

AND 

Globe 



Snccnrsale an Canada, Bureau Chef a Montreal 
DIRECTEURS 

Sir Alexandre tacoste.M. Chevalier, Ecr. .William 
ilolson Micphti.-un, Kcr., T J. Drummond Zct. 

J. Gardner Thompson, G6rant. 
J. W. Binnie, Assistant-Gerant . 



Les Prevoyants du Canada 

Assurance Fonds de Pension 
CAPITAL AUTORISE S500,000 

Achataz des Parts des Prevoyants 1 

Parce que e'est un placement sans 
pareil 

Parce que e'est avec la pins petite 
prime, la plus grosfe rente; 

Parce que e'est la seule compagnie 
a "Fonds Social" faisant nne sp6ciall- 
te" du Fonds 'le Pension 

Total de l'actif du Fonds de Pension 
seulement : 1347,472. 92. 

Bureau a Montreal : 

Chambre 22, 

Edifice "La Patrie" 

Bureau - Chel, 

85, rue Dalhousie, 

QUEBEC. 



Vol. XI/VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



.V 



Union Mutual Life Insurance 
Company, **£* 

FRED. E. RICHARDS, 
President. 



Valeur acceptee de Garanties Ca- 
nadiennes. detenues par le Gouver- 
nement Federal pour la protection 
des Porteurs de Police, $1,206,576 

Toutes les polices £mises avec 
Dividendes Annuels sur pai< merit 
de la prime annuelle de deuxieme 
annee. 

Ouverture exceptionnelle pour 
Agents dans la Province de Quebec 
et l'Est d'Ontario. S'adresser a 

WALTER I. JOSEPH, Gerant. 

151 rue St-Jacques, MONTREAL. 



LES AFFAIRES DE L'UNION LIFE. 



COMPACNIE 

MONTREAL - CANADA 

D'ASSURANCE CONTRE L'INCENDIE 

Fondas an 1 859 

Telephone Bell Main 5381 

Actif $557,885.95 

Reserve $193,071.19 

Autres Valeur* 

passive* 20,68 



S213.759.19 
Surplus pour les assures $344,126.76 

Bureau - Chef : 

EDIFICE OULUTH, 

SO rue Notre-Dame Ouest, 

aDg e de la rue StSulpice. 

MONTREAL. 
L. A. Laval'ee, President 
Ferd. Page, Gerant Provincial 



l Assurance Mont- Royal 

(Compagnle Iudependante (Incendie) 

Bureaux i 74 rue notrt-Danu Ouctt 

Coin St-Francois-Xavier, MONTREAL 

R6dolphb Forget, President. 
J. E. Clement, Jr., G6rant-Genera). 



L'enquete projetee par le gouverne- 
au sujel de I'effondrement de la 
I mi .11 I ifi |i. in .urn in'i deux resultats: 
plongei dans le deuil les actionnaires 
anglais el faire emprisonner un certain 
nombre de .yens. I! esl probable, cepen- 
dant, qu'un seul de ces resultats sera 
obtenu. 



LES HABITUDES ET LES APTITU- 
DES D'UN BON AGENT. 



Tel esl le sujel ( rait e par M. J.-T. La- 
chance, de la Manufacturers' Life Insur- 
ance Company, de Quebec, devant les 
delegates de la Life Underwriters' Asso- 
ciation of Ottawa, a la convention tenue 
a Ottawa, le 21 avril 1913. 

La conference de M. Lachance consti- 
tute un document precieux pour les pro- 
fessionne's de l'assuraiice-vie, et, pour 
etre agreable a nos lecteurs interesses 
dans la profession, nous en commence- 
rons la publication des la semaine pro- 
chaine. 

Merci a l'auteur pour l'envoi d'un ex- 
emplaire. 



Une Police dans la 

CANADA LIFE 

Devient une source de revenu. 
Police No. 35,407 Montant $5,000 

Age d'admissioD 35. 
Vie 20 versements Date, 30 avril 1884 

Total des primes payees $:-S,140. 
Profits pay£s en espeees 

duraut !a p£riode de 

paiement des primes. - - - {720.10 
Profits payes en espeees 

eu 1905 - 1 13.90 

Profits pay£s en espeees 

en 1910 198.00 



Apprenez par vos erreurs, mais ne 
vous lamentez pas trop dessus. II vaut 
mieux les racheter en les oubliant. 



Sun Life of Canada 

Actif $ 49,605,616.49 

Assurances en vigueur. . . . 182,732,420.00 

Ecrivez au Bureau Principal, 
Montreal, pour vous procurer la 
brochure intitulee "Prospere et 
Progressive.'' 



$3,140. $1,071.00 
Cout exact jusqu'en 191u - - 2,060.00 

Remarquez que depuis 1905, sans avoir 
eu a payer d'autres primes, la police a 
donn6 un revenu progressif. 

CANADA LIFE ASSURANCE CO 



Bureau Chef 



TOkONTO, Ont 



Ca eompaanic d'JIsMiraice 
nUTUELLE DU COrinERCE 

Contre I'lncondla 
Actll axoadanl • - $550,000.00 

DEPOT AD GOUVERNEMENT 

en conformite avec la nouvelle Loi des 

Assurances de Quebec, 8 Edouard VII, Chap. 69. 

Bureau-Chef; 1SI rue Qlrouard St-tiyaclnthe 



RESPONSABIUTE PATEONALE 

La Prevoyance 

Capital $500,000.00 



Aussi : — Accidents, Maladies, Glaces, 
Vol, Garantie de Fidelite, Garantie de 
contrats. 

ASSURANCE D'AUTOMOBILES 

Bureau Chef : 

160 me St-Jacques, ■ Montreal 

Tel. Bell : Main 1 626 



BRITISH COLONIAL 

FIRE INSURANCE COMPANY 
EDIFICE ROYAL, 2 PLACE D'ARMES, MONTREAL. 

CAPHAL AUTORISE, $2,000,000 CAPITAL SOUSCRTT, $1,000,000 

Agents demandes pour les districts non represented. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 191 3. 



Vol. XLVI — No 40. 



PATENTE 



[DBTENUES PBDMPTEMENTl 

Marion a marion, 364 r " ?» lver ""f; 

angle de la rue Ste-Catheriue, Edifice de la 
Ranque des Marchands. 



SBW VICTORIA rtOl EL 

H. FONTAINE, PROPRIETAIRE 

QUEBEC 

L'HOtel des commis-voyageura. 

i»lan Americain. Taux, a partir de $2.50. 



JOSEPH FORTIER 

Fabricant-Papetier 

Atelier de Reglure, Reliure, Typo- 
graphic Relief et Gauf rage. Fabri- 
cation de Livres de Comptabihte. 
Formules et fournitures de Bureau. 

210 rue Notre-Dame Ouest, 

(Angle de la rue St-Pierre). MontbAai. 



PA.IN POUR OISBA.T7X. eat le Cottan- 
Seed" fabrique d aprea aix brevet*. Mar 
chandiae de confiance ; rien ne peut I appro 
cber comme valeur et comme populante 
Cbez ton* lea fournisaeura en croa. 



L. K. MoNTBRlAND 

Architecte et Mesureur, 
230 Kue St-Andre Montrea 



AGENCES DEMANDEES 

Un homme avec 25 annees d'expe- 
rience dans les affaires, pouvant fournir 
de bonnes references, desire des agences 
de manufactures pour la ville de Que- 
bec et le district environnant. S'adresser 
a N. L., "Le Prix Courant", Montreal. 



Alex. Desmaeteau 

Comptable, Auditeur 

SPECIALITY i — Liquidation da Falllltes, 

Compromls Effectue. 

54,60, RUE NOTRE-DAME EST 

MONTREAL. 



GARAND, TERROUX & CIE 

Banquiers cT Courtiers 
48 rue Notre-Dame Ouest 

MONTREAL 



TBL. BBLL, MAIN 1859 

BELANGER & BELANGER 

Notaires, Comptables et Commissalres 

TRUST & LOAN BUILDING. 

No 30 rue '-'•Jacques, MONTREAL 

Argent a Preter a 4, 5 et 6% 



ACTES INSCRITS AU BUREAU 
D'ENREGISTREMENT DE TROIS- 
RIVIERES PENDANT LA SEMAI- 
NE TERMINEE LE 20 SEPTEM- 
BRE 1913. 

Ventes. 

Florida Blais a Alex. Isabelle, fils, Baie 
Shawinigan; Maria et Laura Beaudry a 
Banque de Commerce, Trois-Rivieres; 
(vente a remere) Z. Bernaquez a Uld. 
Cure, Trois-Rivieres; Vve Pierre Gre- 
nier a Paul Dumoulin, Ste-Marguerite; 
Vve Henri Hardy a Wilray Bourassa, 
Trois-Rivieres; Adelard Montour a Da- 
me E. S. de Carufel, Pointe du Lac; Al- 
fred Doucet a Alfred Marcoux, Trois- 
Rivieres; Vve C. E. Caron a Corporation 
Trois-Rivieres, Trois-Rivieres; J. A. 
Desy a Anselme Dube, Pointe du Lac; 
Canada Realty Co. a Esdras Asselin et: 
al., Shawinigan Heights; F. X. Dion a 
Celestin Filion, Shawinigan Falls; (ven- 
te a remere) Octavie Dube a J. E. Hetu, 
Trois-Rivieres; Frank E. Haney a Ulde- 
ric Leblanc, Grand'Mere; Dame Adrien 
Desroches a J. H. Desroches, Grand'- 
Mere; Adrien Desroches a Wilfrid Ja- 
cob, Grand'Mere; Dame Alph. Lemay a 
J. H. Desroches et al., Grand'Mere; A. 
S. Deguire et al. a Dame Annie Maurice, 
Shawinigan Heights; Shawinigan Water 
and Power Co. a Charles Thomassin, 
Shawinigan Falls; Shawinigan Water 
and Power Co. a Hormisdas Buisson, 
Shawinigan Falls; Shawinigan Water 
and Power Co. a Geo. Vezina, Shawini- 
gan Falls; J. O. H. Ruard a Jos. Mat- 
tyas, Grand'Mere; Euch. Alane a Jules 
Marchand, Trois-Rivieres; Albert Wea- 
ner a Doriat Blanchet, Trois-Rivieres; 
Shawinigan Water and Power Co. a 
Louis et Jos. Chevalier, Shawinigan 
Falls; J. L. Durand a Leon et Lucien 
Ducharme, Trois-Rivieres; Gedeon Mo- 
rel a Jos. Tremblay, St-Boniface; Alph. 
Gelinas v a Alph. St-Louis, Ste-Flore. 

Testaments. 

Hubert Dussault a Virginie Boisvert 
et al., Trois-Rivieres; Elie Gerbeau a 
Etudienne Bourassa, St-Boniface; Diana 
Garceau a Alexina Bellemare, Yama- 
chiclie. 

Obligations. 

Dame Donat Ayotte a Flavie Labar- 
re, Trois-Rivieres; Leopold Garceau a 
Marie-Anne Dorval, Trois-Rivieres; 
Evariste Garceau a Joseph Boisvert, St- 
Etienne; Joseph Tardif a Ursulines 
Trois-Rivieres, Shawinigan Falls; Ant. 
Lemon a Joseph Cormier, Shawinigan 
Falls; Edmond St-Onge a Veuve Jesse 
Bouvette, Shawinigan Falls; Ulric et 
Leopold Morais a Pierre Jacob, Grand'- 
Mere; Jules Marchand a Eucher Masse, 
Trois-Rivieres; L. E. Alain a Arthur 
Spenard, Trois-Rivieres; Shaw. Pulp and 
Paper Co. a Dame J. L. Marchesseault, 
Shawinigan Falls; Antonin Doucet a 
Onesime Roy, Shawinigan Falls; Joseph 
Gagnon a Vve Jos. de Carufel, Shawini- 
gan Falls; Emile Panneton a Dame J. 
M. Dalton, Shawinigan Falls; Nazaire 
Garceau a Vve Edouard Ferron, Ste- 
Flore; Severe Deziel a Treffle Marcotte, 
Ste-Flore. 

Transports. 

Adelard Provencher a Dame H. Mont- 



GEO. GONTHIER 

I.icencie mstitut 



H. E. M1DGLEY 

Complabic-lucorpore 



GONTHIER & MIDGLEY 

Comptables & Audlteurs 



103 RUE ST-FRS-XAVIER. 

T^K-ph'.ne Adresse tel-jgraphique 

I Main 2701-519 "Gontley"' 



Ouverture des Classes 



Fournitures Classiques, Carriers 
d'exercices, papier qualite supe- 
rieure. Papier Ecolier, Blocs-Notes, 
Papier a lettres. Boites de Papete- 
rie, Plumes, Crayons, Ardoises, 
Boites d'ecoliers, etc., etc. 

Demandez echantillons et prix a 
La Compagoie J. B. Holland & Fils. 

53, Rue St-Sulpice • Montreal. 



Maison Fondee en 1870 

AUQUSTH COU1LLARD 

Importateur de 

Ferronnerl<- et Qaincalllerle, Verres A 
Vltres, Peintures, Btc. 

ipeclallte : Poeles de tontes sortes 

.«»«. *S» A seat* rue Ht Han] 
■'oat.s is et 14 St-Amable, MONTRBAI, 



t<a raaison n'a pas de Commis-voyageurs e 
tait ben6ficier ses clients de cette economie. At 
tention toute speciale aux commandes par Is 
>ialle. Messieurs les marchand!, Je la campagnt 
-eroiit touiours servis au plus baa prix d 
rnarcr e\ 



P. A. GAGNON 

Comptable Licencie 

(Chartered Accountant) 

Chambre 315,316,317 

Edifice Banque Quebec. 

(i Place d'Armea, MONTREAL 

Telephone Bell Main 491a 



Arthur W.Wilks. 



Alexander Burnett 



WILKS & BURNETT 

Comptables, Audlteurs, Commlssalras.pour 
toutes les Provlnoas. 

Reglement d'affaires de Faillites 

602 Batisse Banque des Marchands 



VMephone Bell Main 5500 



MONTRBAI 



EUGENE PREVOST RODOLPHE BEDARD 

PREVOST & BEDARD 

Comptables, 

Liquidateurs, 

Auditeurs. 
Speci0 l: ' f : Reglements de differends 

S"'«<- 506 ^dif.'ce Royal Tru.t 

107 ST-JACQUES 
BELL TEL '1 \l<* 1OS6 MONTREAL. 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



33 



3HI 




Votre mai-oti avec le in rveilleiix 

White Flame Burner. Ce hrnleur 

iluune 1 vos vieiilcs lampes tt lan- 

ternes vine lumiere blanche bnllan- 

te et douce a la fois, et s.iperieure a 

cslle d'i giz ft de l'electiij te Sa 

lumiere epargne la vue et rend la 

lecture et la couture agreables Paa 

de Manteaux a Briaer. Kiable et economi jue Satis 

faction girantie Hait les delices de tous ceux qui 

l'emploient Echantillon Complet Par la Poste a 

tou'e adreaae, 35c ou 3 pour $1 00 Argent rem- 

bourse >i non aatiafait. Commandos par la Poste 

Exped ees Pro mptement. Prlz Speciaux en groa 

aux Marchands et Agenta- 

Bright I ight Co , IVTerrickville, Ontario 




Durant les Yacances 




I.es personnes en »ille- 
giatnre s'entraineut trop 
s invent a des indigestions 
d-ingereuses par des excis 
d ■ ta le provoques par le 
grand anpelit que leur 
donne 1 air libre de la 
cumnagne. 

Le Mar c hand de la Cam- 
pagne dora done s'assu 
rer d avance un bon stock 
de la fameuse 

Eaa Purgative 

RIGA 

s">uveraine contre l'indi- 
jrestion et tous les troubles 
d'estoniftc. 

L'Eau Purgative RIGA amenera des clients 
a son magasin s'il a eu la precaution de faire 
savoir qu'il tient cet article indispensable. 

Societe des Eaux Purgatives " RIGA" 

215 Rue Notre-Dame Est, Montreal. 

Tel. Main 6473 



BONNE OCCASION 



A vendre 10 lots tres bien si- 
tues a Notre-Dame de Grace, — 
a proximite des tramways de la rue 
Sherbrooke — Vendra en block 
ou separ^ment. 

S'adresser a <; B". Le Prix Cou- 
rant 80 rue St-Denis Tel. Bell 
Est 1185. 



BON COMMIS DEMANDE 



On demande un bon commis Spicier, 
tres familier avec les langues franchise et 
anglaise et pouvant fournir de bonces re- 
commaudations. Un bon salaire est assure' 
a un homme competent. 

S'adresser au bureau du "Prix Courant". 



plaisir, Trois-Rivieres; J. L. Durand a 
Edouard Rrunelle et al., Trois-Rivieres. 

Cessions. 

Athanase Grandmont a L. N. Jour- 
dain, Trois-Rivieres; Fabrique Pointe du 



VOYAGEUR 



Un voyageur ayant 
une tres bonne clientele 
dans le commerce de 
farine et provisions, de- 
sire une position dans 
une maison bien recom- 
mandee. 

S'adresser a 

JOS. P . . . 

Poste Restante. 

Ste-Flavie, Station 

P.Q. 



Lac a Soeurs Grises, Pointe du Lac. 
Manages. 

Antonio Vaillancourt a Alexina Lamy, 
Yamachiche; Albert Langevin a Ange- 
line de Carufel, Shawinigan Falls. 

Donations. 

Joseph Blais a Adrien et Alpide Blais, 
Shawinigan Falls; Euch. Bournival a 
Dame Onesime Blais, Ste-Flore. 

Jugements. 

Xavier Paquette vs Ph. Mongrain, 
Trois-Rivieres, $75oo; Olivier St-Cyr vs 
Adrien Turcotte, Champlain, $16.50; J. 
A. Charbonneau vs L. H. Bacque, Trois- 
Rivieres, $67.35; John S. Nichols Co. vs 
Emile Linteau, La Tuque, $26.51; John 
S. Nichols. Co. vs J. E. Simard & Frerc, 
La Tuque, $0.00; The Quebec and St ; 
Maurice Industrial Co. vs Honore 
Marsh, La Tuque, $24.75; The Quebec 
and St. Maurice Industrial Co. vs Nar- 
cisse Gauthier, La Tuque, $7103; The 
Quebec and St. Maurice Industrial Co. 
vs J. A. Caron, La Tuque, $57.60. 



= Ventes par les Sherif s 



SEMAINE DU 4 AU " OCTOBRE. 
District de Chicoutimi. 

Joseph Simard vs J. E. Tremblay et 
Henry Tremblay. 

Un emplacement distrait du lot de 
terre No 54. des plan et livre de renvoi 
officiels du cadastre du village de la 
Grande Baie, paroisse de Saint-Alexis, 
comte de Bagot, avec batisses dessus 
construites, circon'stances et dependan- 
ces. 

Vente a la porte de l'eglise de Saint- 
Alexis, le 7 octobre 19x3, a 11 h. a.m. 

Dame Jessie Tremblay vs Edmour 
McLean. 

Un emplacement connu et designe 



sous le -No -'.1 1 des plan et livi 

yoi ol ficiels do vill j . Hie, 

avec maison dessus construite, apparte- 

nces et dependances. 

Vente a la porte de l'eglise de 
Alphonse le 7 octobre 1913, a 10 h. a.m. 

District de Joliette. 

J. A. I). Renaud et al. vs Camille 
Belisle. 

1 I'ii lot de terre situe an village de 
St-Gabriel de Brandon, dans le district 
de Joliette, connu et designe an cadastre 
ofticiel du village de St-Gabriel de Bran- 
don comme etant le lot No 35 de la sub- 
division du lot No 231. 

2 l'n lot de terre connu et designe au 
cadastre ofticiel du village de St-Gabriel 
de Brandon comme etant le lot partie 
34 de la subdivision du lot No 231. 

3° Une maison et autres dependances, 
construites et erigees sur lesdits lots ci- 
dessus mentionnes et decrits aux para- 
graphes Nos 1 et 2. 

Vente a la porte de l'eglise de la pa- 
roisse de St-Gabriel de Brandon, le 7 
octobre 1913, a 10 hrs. a.m. 

District de Roberval. 



re 



Eugene Couture et Stanislas Coutu 
vs Laureat Pelletier. 

Le tiers indivis du lot de terre mm 
et designe sous le No 25, ou He 



sus erigees, circonstances et uepenaan- 
ces. 

Vente au bureau du sherif, le 7 octobre 
1913, a 2 hrs p.m. 



OCCASIONS D'AFFAIRES 



Nos abonnes que pourraient interesser 
les demandes de representations, d'agen- 
ces, de marchandises, etc., publiees dans 
"Le Prix Courant", n'auront qu'a nous 
faire connaitre le numero de l'occasion 
d'affaires qui les interesse pour que nous 
leur adressions tous les renseignements 
utiles. 

12.586. Montures de lits en fer et ma- 
telas. — - Une maison de Terreneuvc sol- 
licitc de la correspondance de manufac- 
turiers canadiens. 

12.587. Habits en laine pour hommes. — 
Une maison de Terreneuve demande a. 
etre mise en relations avec des manu- 
facturiers canadiens. 

12.588. Bois de charpente. — Un agent 
de Burs'.em cherche a representer une 
maison canadienne. 

12.589. Fruits. — Une maison de Bur- 
ton-sur-Trent aimerait a avoir des cotes 
sur tous les genres de fruits canadiens. 

12.500. Fruits. — Une maison d'Eves- 
ham aimerait a faire des affaires avec 
des expediteurs canadiens de fruits. 

1 2.5') 1. Machines laveuses. — Une mai- 
son de Durban, ayant des succursales 
dans tout le Sud- \fricain. cherche a 
avoir des cotes de manufacturiers de 
machines laveuses. 

12,502. rapier d'eraballage. — Une mai- 
son de Durban, tenant de grandes quan- 
tites de papier d'emballage. demande des 
echantillons et cote-. 

12,593. Sacs en papier. — Une maison 
de gros de Durban demande des echan- 
tillons et des cotes sur les sacs en papier. 



M 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



BANQUE DE MONTREAL 

ONDEE EN 1817 - COW STITUE E PAR ACTE DU PARLEMENT 

Capital tout pays $16,000,000.00 

Fonds de Reserve 16,000,00 0.00 

Profits non Partaoos 802 814.94 

Si ege aoclal : MONTREA L. 

Bureau det Dire ct eur.. — ..e TiSs Hju. word Strathcona and Mount 
Royai, G.C.M G.. G C-V.O , President Honoiaire; R. B. Angus, President; 
H. V.Meredith, Vice-President ; E. B. Greeushields, Sir Wm Macdonald, 
James Ro-s, Hon. Robert Mackay, Sir Thomas Shaughnessy. K. C. 
V.O.; David Morrice, C. R. Hosmer, A. Baumgarten, C. B Gordon, H. R. 
Druinmond, D Forbes Angus. 

H. V. Heredith, G6raut-Geu<*ral; V Macnider, Insp. Chef et Surint. 
des Succursale;., C. Sweeny Surint des "ucc.de la Colomibie Anglaise ; 
A D. Braithwaite, Surint des Succ. de 1 Province d'Ontaro ; F.J. Cock- 
burn, Surint. des Succ. de la Province de mebec ; B P Winslow, Surint 
des Succ. du Nord-Ouest. D R. Clarke, _>urint. des Succ. des Provinces 
MaritimesetdeTerre-Neuve 

Succursales au Canada.— Dans toutes les principales cites etvillesdes 
provinces suivantes : Outario, Quebec. Nouveau-Brunswick, He du Prince^ 
Edouard, Vouvelle-Ecosse, Provinces du Nord-Ouest, Colornbie Anglaise" 

Succursales en dehors du Canada. — irande-Bretagne, Londres' 
Angleterre, «7 Threadneedle Street E.C —Sir Frederic Williams-Taylor, 
ggrant. , 

Etals-rnis, New-York— R.Y Hebden W. A. Bog J. T. Molineux, agts 
64 Wall Street ^nicago Spokane 

Terre-Neuve : St. John's. Birchy Cove. Grand Falls. 

Mexiane Mexique, D. P. 



LA BANQUE NAT10NALE 

FONDEE EN 1860. 



Capital 

Reserve 



$2,000,000 
1,550,000 



Notre service de billets circulates pour les voyageurs " Tra- 
vellers Cheques " a donne" satisff c^ion £l tous nos clients ; nous 
iivitons le public a se pr6valoir >'•• wantages que nous offrons 

Notre bureau de Parts, 

14 RUE AUBER, 

esttr^s propice aux voyageurs canadiens qui visitent 1" Europe. 

Nous eflectuonsles virements de fonda, les collections, les pay- 
ments, les credits cotnmerciaux en Europe, aux Etats-Unis 
etau Canada, aux plus bas taux. 



LA BANQUE MOLSON 

132 erne DIVIDENDE 

Avis est donnd par les pr£sentes aux actionnaires de la Ban- 
que MoIsoh qu'un dividende de deux et trois quarts pour 
cent (soit au taux annuel deonze pour cent) sur le capital-ac- 
tions a et£ declare pour le trim, stre courant, et que ce dividen- 
de sera payable aux bureaux de la Banque.a Montreal, et a ceux 
de ses Succursales, le et apres le Premier Jour d'Octobre 
Prochain, aux Actionnaires inherits au plus tatd le 15 Septem- 
bre 1913. 

I/ASSEMBLEE GENERATE ANNUEU,E 

des Actionnaires de la Banque sera tenue a l'£difice principal 
de la Banque, en cette Ville, le mardi, 21 octobre prochain a 
trois heures p. m. 

Par ordre du Bureau, 

JAMES ELLIOT, Gerant-General. 

Montreal, 26 Aout 1913. 



NOVA SCOTIA STEEL & COAL CO. 



LIMITED 

MANUFACTURIERS 



ACIER en BARRES MARCHAND, MACHINERIE a 
ROUES, TRANSMISSIONS en ACIER COMPRIME 
POLI, TOLES D' ACIER jusqu'a 4 8pc8de large.RAlLS 
en "T" de 12, 18, 28 et 40 lbs a la verge ECLISSES 
ESSIEDX DE CHARS DE CHEMINS DE PER. 

CROSSES PIECES DE FORCE. UNE SPECIALITE 



Mines de Fer, Wabana, Terreneuve.— Mins 

Hants Fonrneanx, Fours a Reverbire a Sydney Mines, 
N. E.— Laminoirs, Forges et Ateliers de Finissage 

a New Glasgow, N. E. 
Bureau Principal : NEW GLASGOW, N. B. 



BANQUE PROVINCIATE 

DU CANADA 

Fondee en 1 900 
Slogs Central > 7 A 9 Place d'Armes, Montreal, Can. 
Capital autorite $2,000,000.00 

Capital paye et surplus »u 31 Dfcerahrf igi2 $1,588,866.11 

Conseil d' Administration : President : M. H. LAPOKTK, de Laporte 
Martin & Cic Administrateur Credit Koucier Franco-Canadien 
Vice President : M, W. F. CARSL,E, de la maisou en gros Carsley 
Sous & Co. ; Houoiable L.. BEAUBIEN, Ex-ministre de 1'Agriculture 
M G. M. BOSWOKTH, Vice-President Canadian Pacific Railway Co." 
gM. ALPHONsfc RACING, de la maison A Racine & Cie, rnarchandsen 
Bros, Montreal; M. I* J. O. bKAUCHEMIN, proprittaire de la Librairie 
Beaucheniin I«tee.; TaNlKKDK BIKNVRNU, Directeur-gerant ; J W. I,. 
FORGET, Inspecteur ; J. R.CHOQTJET Assistant-Insptcteur ; ALEX. 
BOYER, Secretaire. F 

Conseurs: President: Honorable Sir AI.EX. LACOSTE, Ex-Juge 
en chef de la Cour d'Appel ; Docteur K PKRSlIvL,IKR LACHAPELLE 
Administrateur du Credit Foucier Franco-Canadien ; M. CHEVAI.IER 
Directenr-Gerant, Credit Foncier Franco-Canadien. 

58 Succursales dans les Proviucesde Quebec Ontario, Nouveau Brunswick 
Correspondents a I'Etranger : Etats-Onis : New-York, Boston 
R "" al ° Chicago : Angleterr- France. AllrmaBne. Autriche. Italie. 



QUEBEC STEAMSHIP CO , Limited. 

LICNE DU ST-LAURENT, Montreal aux ports de la Cote de Gaspe, a 
Gaspe, Malbaie, Perce, Summerside, Charlottetown et Pictou 

SS. "CAsi. APiiDlA", 1900 TONNES, avec les accommodations les p us 
modernes pout passagers partira de Montreal jendi, les 9 et 23 octobre 
a 4hrsp.n1., et tous les quinze jours par la suite, et de Quebec le jour 
suivant midi. 

ALLEZ AUX BBRMUDES 

Le Steamer "Bermudian." & double helice, 10,51s tonnes de deplace 
ment quittera New-York a it hrs a m. les 11 et 22 octobre et to'is 
les dix jours dans la suite. Signaux sous.tnarins, tfclegraphie sans fil, 
orchesere. 

Voyage Record, 39 heures 20 minutes. Le plus rapide, le plus modern 
et le seul steamer debarquant ses passagers aux quais aux Bermudes san 
transbordement . 

ANTILLES 

Le nouveau steamer "Guiana" et autres steamers, quittent New- York a 
2 hr»p.m,les i, 18 et 31 octobre, pour St-Thomas, Ste-Croix, St-Christo- 
phe Antigua, la Guileloape, la Dominique, la Martinique, Ste- 
I<ucie,la Barbade Demerara. 

Pour renseignements complets s'adresser a W. H, Henry, 286 rue St 
Jacques ; W. H. Clancy, 122 rue St- Jacques ; Ths. Cook & Son, 530 rue :-te 
Catherine-Out-st ; Hone & Rivet, 9 Boulevard Sl-I,aureut, ou ft J G., 
Brock & Co., 221, rue des Commissaiies, Montreal, Quebec Steamship Co. 
Quebec. 



BANQUE D'HOCHELAGA 18741913 

Capital autorise $4,000,000 Capita I paye $4,000 000 

Reserve 3.000,000 Total de l'Actif au-dela de $30 000,000 

DIRECTEURS : M. J. A. Vaillancourt, President; Hon. F.I.. Beique.C.R 
Vice-PiesiUent ; A. Turcotte, Ecr., N. H. l,emay, Ecr. Hon. J M. Wilson 
Col. C. A. Smart, A A. i,arocque, F. G I,educ, Gerant ; Beaudry Lemau 
Surinteudant des Agences; P A Lavallfee. Asssistant-Geiant ; Yvon !,« 
marre, Inspecteur. Bureau Principal— Montreal 

BUREAUX DE QUARTIERS 
Ave. Mont-Royal Pointe St-Charlei Detorimier 

(coinSt-Denis)St-Edouard Quartier Emard 

Ave. Mont-Royal St-Henri Rue Notre-Dame, Ouest 

(Coin de I,anaudiere) St-Viateur Longue-Pointe 

Rue Ste-Catherine, Est Quartier Laurier Aylwin, (coin Ontario) 

RueSte-Catherine, centre Villeray Quartier St. Denis 



Hochelaga 
Longue Pointe 
MaisonHeuve 



Verdun (pres Montreal) Quartier Ste-Marie 
Viauville (pre» Montreal Outremont 



Berthierville, P. Q 
Cartierville, P. Q. 
Edmonton, Alta 
Fournier, Ont. 
Hawkesbury, Ont. 
Joliette, P. Q. 
Machine, P. Q. 
Laprairie, P. Q. 
L'Assomption, P 
Longueuil, P. Q. 
Louiserille, P.Q. 



Q- 



SUCCURSALES 

Maxville, Ont. 
Mont-Laurier, P.Q. 
Prince Albert, Alta. 
Quebec, P. Q. 
St-Roch de Quebec, P.Q 
Sorel, P. Q. 
Sherbrooke, P. Q. 
St. Albert, Alta. 
Ste-Genevieve de 

Pierrefonds, P.Q. 
St-Boniface, Man. 



St-llyacinthe, P. Q. 

St-J»cques l'Achigan, 

St-Jacques L'acbigan, P.O. 

St-Jerome P. Q. 

St-I,ambert, P.Q. 

St-Pierre Man. 

St-Val£rien de 

Shefford, P. Q. 

Trois-Riviere*. P Q. 

Valleyfield, P. Q. 

Vankleek Hill, Ont. 

Winnipeg, Man. 

Bm- td-s Lettres de Credit Circulaires pour les Voyageurs, payables 
d a cs Wtttes les parties du monde ouvre des credits cotnmerciaux ; achete 
t^al tes sur es pays etrangers ; vend des cheques et fait des paiements 
p g aphiquessur lea principales villesdu monde. 



La publicitS bien faite est loyale et 
honnete, documentee et raisonnie, direc- 
te et vivante. 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT. Vendrecti, 3 Octobre 1913. 



3S 



Fin 



ances 



REVUE DE LA SEMAINE. 



La situation aux Etats-Unis. 



D'apres Henry Clews, de New-York: 

La Bourse semble etre dans une position qu'on pent ap- 
peler hesitante. II y a eu des avances substantielles, ces der- 
niers trois mois, et les heureux d'entre les courtiers en pro- 
litent pour realiser. Cct evenemcnt a ete la source de quel- 
que irregularite, mais non pas grosse de consequences, et 
suggere un mieux qui parerait cette faiblesse. Done, il y a 
place pour un vrai courtier encore, qui a l'oeil alerte et sait 
prendre l'occasion aux cheveux. 

La faiblesse prolongee du stock Rock Island fut le point 
saillant de la semaine. On rapporte que la compagnie ne 
pourra rencontrer le paiement des obligations maturees. Mais 
une note officielle fit cesser ces bruits si malheureux, et la 
securite etant retablie, le prix remonta. Un certain depit se 
manifesta chez les courtiers qui avaient achete du Union Pa- 
cific dans l'intention de participer au bonus promis par la 
compagnie. Une note semi-officielle presentee par un mem- 
bre du comite executif du Union Pacific dit que, non seule- 
ment le montant de cette distribution n'a pas ete fixe, mais 
on n'a pas meme discute si Ton devait ou non distribuer aux 
actionnaires un bonus pris sur la somme accumulee. Une 
negation si franche ne fut pas sans deconcerter les gens qui 
s'attendaient a une poire. Des avis de Washington intiment 
que le departement de la Justice commencera sous peu les 
procedures contre le Southern Pacific afin de le forcer a se 
dessaisir des actions du Central Pacific qu'il detient. C'est 
part du plan qui a pour but de dissoudre le controle du 
Southern Pacific par le Union Pacific. Mais les directeurs 
du Southern Pacific ne voulurent pas s'y soumettre, et ce 
detail fut abandonne. Cependant, le departement en veut ar- 
river au meme resultat par le moyen d'une poursuite legale 
separee. Si une decision exige le transfert de Taction Central 
Pacific, I'Union Pacific dont le Central est partie physique 
de cette vote qui gagne la cote du Pacifique. en deviendra 
l'acheteur naturel. Il est sans doute certain que la compa- 
gnie se tiendra prete, financierement, a profiter de la chance. 

La situation monetaire est moins bonne. Les gens 
d'outre-mer insistent a demander des capitaux. En particu- 
lier, des banquiers parisiens se sont provisoirement charges 
de prets internationaux, en association plus ou moins directe 
avec les troubles recents des Balkans. Le gouvernement 
francais n'en veut point entendre parler; il veut que Ton rem- 
plisse d'abord le nouvel emprunt sur la loi militaire et qu'on 
ecoule la nouvelle emission de bons marocains. II y a cu 
beaucoup d'activite en France, vu les taux des plus attrayants, 
au su.iet de ces securites balkaniques. On avail meme dis- 

ecurites, afin d'etre a meme d'acheter cell 
ci. De la. et a cause de trop d'enthousiasme, l'ai >por- 

tune <lu gouvernement. 

II y a pen d'encouragement pour que la situation s'ame- 
liore d'ici a la fin de l'annee. 

Le nouveau bill monetaire est complexe et sera difficile 
d'operation. II a pour but de substitucr aux methodes ami;- 
ricaines de faire les affaires, celles d'Europc, vjeux systemes 
qui out grandi avec le milieu. La banque d'Anglcterre meme 
ne pourrait etre retablie s'il y avait eu quelque lapsus dans 
son existence. Elle est si bien etablie et dirigee qu'elle du- 
rera peut-etre toujours. Mais ce n'est pas un arrangement 



pour etablir ici une banque centrale ou une federation de 
banques centrales. Je ne crois pas, dit M. Clews, qfte le sys- 
teme regional repande le centre financier dans tout le pays. 
En pratique, la banque regionale de New-York sera la ban- 
que dominante. Tant que New- York sera le centre financier 
du pays, il donnera le ton de ce qui doit prevaloir ailleurs. 



Le marche de Montreal. 

MM. McCuaig Freres & Cie, membres de la Bourse de 
Montreal, 17, rue Saint-Sacrement, disent cette semaine du 
marche: 

Pendant les dernieres deux semaines un grand change- 
ment s'est opere sur le marche. Une avance generale dans 
le prix des securites, accompagnee d'un gain considerable 
dans le volume d'affaires, suivit la hausse soudaine de quel- 
ques stocks favoris, parmi lesquels, la tres importante hausse 
du Pacifique. Les gros gains de stocks importants ont eu 
pour effet d'attirer l'attention du public acheteur, et ce re- 
nouveau d'interet se manifeste par une demande plus fo'te 
qu'on ait vue depuis des mois. 

Depuis quelque temps le sentiment general est devenu 
plus optimiste, et bien que le mouvement actuel est trop ra- 
pide pour qu'il soit considere stable, il est d'ailleurs assez 
prononce pour etre l'indice d'une tendance definie. Les rap- 
ports de l'Ouest d'a present indiquent une recolte d'environ 
190,000,000 de boisseaux: en general, la qualite en sera des 
meilleures; et le mouvement de la recolte est si rapide qu'on 
en aura bientot les benefices sous la main. 

Les affaires commencent deja a s'ameliorer; mais on ne 
croit pas que l'argent devienne plus libre cette annee, vu 
qu'on en a besoin pour reduire les obligations presentes qui 
sont tres larges et que la demande pour du nouveau capital 
est encore forte. 

A un point de vue speculatif, le marche promet une 
avance encore plus forte, mais aucun mouvement de quelque 
etendue ne serait bienfaisant au temps present, attendu qu'il 
y a certains points faibles a eviter. 

Le Quebec Railway. 

Bien que le rapport annuel du Quebec Ry. L. H. & 
Power, pour l'annee finissant le 30 juin courant montre un 
gain dans les recettes brutes de $108,375, ou d'environ 7 pour 
cent, les depenses d'operation se sont accrues de- $160,255, ce 
qui est tout pros de t8 pour cent. Les reeetu oar 

consequent, ont diminue de $51,880. 

brutes et revenus divers se chiffrent a $1,761,082, 
duquel montant il faut deduire iperation qui 

sont ml un surplus d egalseule- 

ment a 0.73 pour cent de Taction ordina 

2. 11 pour cent de l'annee derniere. T.e surplus total de la 
compagnie se chiffre maintenant a $147,341. 

Pendant l'annee, on a depi -00 en reparation 

louvoirs varies et proprietes <le la'compagn lans 

un eta( d'efficacite remarquable, 

La baisse dans les recettes fut surtout attribuee a Tatti- 
tude hostile de la ville. mais il appert que les relations s. nt 
maintenant plus amicales, et la compagnie s'attend a recevoir 
de la ville le contrat d'eclairasje pour cette annee. 



36 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 40. 



IlSFOliM^TIOJNS FtN^TsTCIJEliK^ 



Actions Ordinaires et Actions Privilegiees 



Capital pay£ 



Reserve 



_ . . ... I Taux du dtr- 
Pairdes Actions |„ jer 1)ivi ,.., de 



Dernidre cote 



BANQUES 

Banque de Montreal 

Banque de Quebec 

Banque de la Nouvelle-Ecoase 

Banque de Toronto. . . N . '. 

Banque Molson 

Banque Nationalt 

Banque des Marchands du Canada 

Banque Provinciale 

Banque Union du Canada 

Banque Canadienne du Commerce. 

Banque Roy ale du Canada. ^ 

Banque d'Hochelaga 



Banque d' Ottawa 

Banque ImpeViale du Canada 

Banque Internationale du Canada , 

CHEMINS DE FER 

Canadian Paeinc Kail vav (Ordinaires) 

Duluth S.S &A Railway (Ordinaires) 

do do do 1 Prefexe -tieles) 

Minn. St. Paul & Soo Railway (Ordinaires).... 
do do do (Prt»ferentielles) 

rRAYIWAVS ELECTRIQUES 

Detroit United Railway 

Duluth S'tp-rior Tra.-tion 

Halifax Electric Railway 

H-ivana Rlectric R ulway (Ordinaires) 

do do do (PrdfeYentif lies) 

Illinois Tracfon (Ordinaires) 

do do ( Pr6f£rentielles) 

Mexican Light & Power (Ordinaires^ 

do do do ( Pr£feVentielles) 

Montreal Street Railway) , 

Po'to Ri'-o Radway 

Quebec Railway, Light & Power 

St. John Railway 

Brazilian • 

Toledo Railway & Light 

Toronto Railway 

Tri-Ctty Railway & Light (Ordinaires) 

do do do CPreTerentielles) 

['win City Rapid Transit 'Ordinaires) 

do do do (Pr£fe>entielles) , 

;Vianinei; Electric Street Railway. 

VAUEURS INOUSTRIELLES 

Canadian Car & Foundry (Ordinaires) 

do do do (Pr^fexeutielles) 

Canada Cement (Ordinaires) 

do do (Pr£fe>entielles) 

Canadian Converters. .. . 

Dominion Steel Co 

Dominion Textile Co 'Ordinaires)...'... . .' . 

do do (Pr£fe>enti<*lles) 

Lake of the Woods Milling Co. (Ordinaires).... 



do do do (Pr£ferentielles) 
Montreal Cottons Ltd (Ordinaires) 

do do do (Pr6fe>entielles) 

Nova Scotia Steel & Coal (Ordinaires) 

do do do ( Prgf^rentielles) 

O^ilvie Flour Mills Co. (Ordinaires) 

do do do (Pr£f6rentielles) 

Pennians, Limited (Ordinaires) .• 

do do (Pr£f£rentielles) 

DIVERS 

Bell Telephone Co 

Mackay Companies (Ordinaires) ... 

do do (Pre^entnlles) 

Montreal Light, Heat & Power 

Montreal Telegraph 

Ottawa Light, Heat & Power Co 

Richelieu & Ontario Navigation Co 

Shawinigan Water & Power Co 

MIMtS 

Crcwn Reserve .... 

International Coal Mining (Ordinaires) 

1. Ar~ ' 0.£#<. .„»!.!'-, 



*'5 

2, 

3 

4 
4 
2, 

6 
1 

4 

15 

7 

2 



975,220 
500,000 
998,460 

941,455 
700,000 
000,000 

547.159 
000,000 
952,190 
000 000 
661,060 
,885,340 



3,500,000 
6,000,000 
i,3 2 o,439 

(80,000,000 
1 2,000,000 
10,000,000 
20,832,000 
10,416,000 



12,500 
3,5oo 
1,400, 
7,5oo 
5,000 

9,56* 
5,000 

13,585 
2,400 

10,00c 

3,000 

9,3oo 

800 

10,000 

r 2,000 
8,000 
9.000 
2.825 

20, 100 
3.000 
6,000 



,000 
,000 
,000 
000 
,000 
.000 
,600 
,000 
000 
,000 
,000 
,500 
,000 
,000 
,000 
,000 
,000 
000 
000 
,000 
000 



3,500.000 

5 000,000 

13,500,000 

10,500,000 

i,733.5oo 

35,000,000 

5, OOO, coo 

1,859,030 

2,100,000 



500,000 
000,000 



000,000 
030,000 
500,000 
000,000 
150,600 
075,000 

500,000 

50,000 

000,000 

000,000 

000,000 

511,500 

132,000 
000,000 

.999,957 
500,000 

no • 



$16,000,000 
1,250,000 
7.497.412 
5.941,455 
4,700,000 
1,400,000 
5,400,000 
500,000 
3,076,095 
12,500,000 
8,607,166 
2,650,000 

4,000,000 
6,000,000 



Debentures 
[46,283,497 



2 [,8X7,000 

2,500 OOO 

600,000 



24,957,8(3 



4,420,000 
2,941,500 
8,654,400 



6,ooo,oor 

13,257,000 

3,992,326 



8.068,000 
'9.503,000 

5,578,000 



5,500,000 

5,000 coo 
474,000 



3,040,275 



1,000,000 
500,000 



6,000,000 

457,263 

2,000,000 
3,649,000 



10,107,000 
100,000 
730,000 

','23.573 

5,000,000 



$100 00 
100.00 
100 00 
100 00 
100 00 
[00.00 
100.00 
100.00 
100.00 
50 00 
100.00 
100.00 

100.00 
[00.00 
100 00 

I 00 . 00 
100.00 
100 00 

[OO. 1 10 

100.00 

too 00 
100 00 
loo 00 
I 00 . 00 
100.00 

TOO. OO 

I 00 . 00 
100 00 
100 00 
I 00 . 00 
1 00 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
I 00 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
too. 00 
roo.oo 
100.00 

too. 00 
roo.oo 
1 00 . 00 
1 00 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100 00 

[00.00 
100.00 



100.00 
100.00 
100.00 
100 00 
100.00 
500 

100.00 
100 00 
100.00 

[OO.OO 

100 00 
I 00 . 00 
100 00 
100 .00 

1 .00 
100 00 



107J, 

Ifc 

'4# 

n% 

life 

8# 

lofe 

6% 

8% 

10% 

'2% 

9% 

12% 
12% 



\o% 



1% 

7% 

5% 
5% 
1% 



6% 



6% 

4% 

7% 

10% 



6% 
10% 

1% 

6% 

6% 

7% 
10% 



7% 
1% 



4% 
6% 
7% 



1% 



8% 
8% 
1% 
\% 
6% 

%% 
5% 
4% 
8% 
8% 
6% 
6% 
4% 

60 # 
*« 



Au 23 

septembie 



231 

122^ 

257^ 



194^ 

133 

I90 



139^ 
203 
218 
'54^ 



213 

232^ 

I36 



7 2 '4 
l6o 



9-% ex-d. 



61 

n'A 



95% 
139 



[07 



203 

69 
107K 

35 V* 

93 X 

4i 

47X 

85 
103 
132 

120 



100 
82 

125 
117 

53'A 
8i 

151 

"06 

217% e -J, 

140 

165 

"2^ 
'38^ 



1 .63 

4 
7 



Au 30 
septembre 



232 

I22X 



194 
'33 



206 
220 

154^ 



229X 



'33^ 



7*X 

160 



90^ ex-d. 
63 



61 ex-div. 

12^ 



92 



I37ex-div. 



108 



204 

67 
107^ 

34^ 

93 

4i 

46 ex-div. 
f4 ex-liv. 

102 

i34>x-div. 

et f»- 

droits 

I20 

55 
102 

80 
125 
H9fx-div. 



'45 
fo ex.div. 

65 
215 ex-dr. 

140 

162K 
108 V 

136 

1 57ex-dr. 
4 

7 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 




LES ANNONCES 
PAR AFFICHE 

Font appel a 3,000,000 de consommateurs 

TOUS LES JOURS 




Les affiches parlent un langage universel, et c'est le seul moyende 
faire impression sur I'esprit des enfants, des etrangers et des 
milliers d'acheteurs, qui n'ont pas le temps de lire les journaux ou 
autres annonces imprimees. 

Nousvousdonneronslesummum del'annonceattrayante-ineffacable 
et productrice pour chaque dollar qu'elle vous coute. Demandez 
les estimes et schemas a 

H. A. WILLIAMS, gerant, Canadian Poster Co, 

Edifice Dominion Express, Montreal. 

Plus de 75 de la publicite canadienne est faxte par nous. Quoi ! 
Bovril, Baby's Own Soap, Fruitatives, Na-Dru-Co., Montserrat, 
Players Cig'aretttes, Magi and Adanac, Etc., sont affiches par nous 
a l'annee. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



38 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



& 



Manu- 
facturiers 

de 
MIRR0IR8, 



Importateurs de 

Glaces Epaisses 

VERRE A VITRE8, 

^D VERRE CATHEDRALE 

• uni et grave, 

% 



VERRE BRUT 
(cast) 



VITRE8 

PL0MBEE8, 

VITRE8 ORNE- 

MENTEES, 



V 



Raye, 
Arme, 
etc. 



GLACES BI8EAUTEE8, 
DESSUS DE MEUBLE8,etc 



«p 



Tel. Bell, EST 430 et 3751 

COIN PERREAULT & STE - ACATHE , 

MONTRKA.U,Can. 






& 



Courroies Specifies 

Nos Courroies sont recouvertes de 
notre Ciment Impermeable et peu- 
vent etre exposees au froid ou a la 
chaleur sans danger d'etre gatees. 

D. K. McLaren, 

Limited 

351, rue Si-Jacques, 

MONTREAL. 

Tel. Main I >0» 4 ))> et 7 ii j 



JOSEPH RODGERS & SONS, I™ 



Sheffield, Ang 

Evitez les imitations de noire 

COUTELLERIE, 

en vous assurant que cette MARQUE 



__ ** 

Babied vb^ 

Seals Agents poor le Canada : 

JAMES HUTTON& CO.. Montreal. 



EXACTE se trouve sur chaqua lame. 



Toles Galvanisees 

"Queen's Head" ! 

Le type du genre depuis un demi-siecle 
Jamais egalees comme qualite. 




CArtADA 



A. C. LESLIE & CO., LIMITED. 

MONTREAL 



Feutre et Papier 

S' IMPORTS QUELLE QUANTITE 

foit itr» iir.. mien i Kocfinp) prates a poser, 2 et 3 

'".(.i-r- lr <nstructi..i Keutre a Donbler et a Tapisser 

P">.t itu '•■ '-fliidwin, T'iriier a Tapisser et a Imprlmer 

Papier d'Emhallage Brun et Manille. 

Fabrkants du Peutre Goudronne 
"BLACK DIAMOND" 

Wex McArthur & Co., Limited 

Hii iflTR MrOILL. MONTHEAL 

vianiil t- re- <ie Peutrr 1 our Toitures: Rues du Havre et Logan 
vioi li-i papier, Joliette Qu6. 




Y1ANUFAI.TUKIKKS DE 



Vehicuto pew Enfants. Menbles en osier. Accessoires 
pour chambres de toilette, Et chaises pour tnvalides. 




Exigez toujours la Marque de Commerce CENDRON 

DEMANOEZ LE CATALOGUE DESIRE. 

THE GENDRON MFG. CO., Ltd, 

TORONTO, Canada. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



^9 



Ferronnerie, Quincaillerie, Peinture 
Materiaux de Construction, Etc. 



L'APPRECIATION ET LES DIVI- 
DENDES QU'ELLE RAPPORTE. 

On atteint quelqucfois les plus grands 
resultats avec le moindre effort. II suffit 
d'un hasard, au cours du travail, pour 
mettre en evidence une des plus riches 
mines de 1'ouest. Ces exemples de l'in- 
fluence de la chance, du hasard, sont tres 
nombreux. Neanmoins, ce serait folic 
que de compter sur le hasard. 

La question dont nous voulons parler 
aujourd'hui, c'est l'appreciation. L'ap- 
preciation et la loyaute sont choses qui 
ont des relations tres etroites. 

L'appreciation, comme la religion, de- 
vrait commencer a la maison. 

Nous connaissons. par exemple, des 
professeurs de morale religieuse qui peu- 
vent citer a tout bout de champ les 
Ecritures et parler de "l'enfer, de la 
damnation, de l'impie," mais ces memes 
gens chez eux sont des grognons, sa 
femme et son enfant le craignent. Et. 
pourtant ces gens-la sont de bonne foi 
quand ils prechent; si on pouvait leur 
faire sentir combien leur vie a la maison 
affecte leur oeuvre, il pourrait se pro- 
duire un changement dans leur caractere, 
mais pour l'instant ils ne s'en rendent 
pas compte et il est probable qu'ils sui- 
vront le sentier battu jusqu'a ce que les 
jeunes gens les envoient au rancart. 

Cela nous remet en memoire un com- 
mis en ferronnerie de notre connaissan- 
ce. II racdnte a tout le monde qu'on 
doit etre courtois envers les clients, mais 
il est sarcastique envers tons les corn- 
mis du magasin. II remercie ses clients 
avec tant d'effusion qu'on en parle sou- 
vent comme de l'"Agent d'assuranee" 
Sa courtoisie n'est d'ailleurs qu'une cour- 
toisie de surface. 

Dernierement nous causions avec 1'an- 
cien president d'une grande association 
-de ferronnerie qui nous racontait com- 
ment il s'y etait pris pour conserver s<»s 
meilleurs clients. 

"Voyez ce poteau d'attache," dit-il, 
"eh! bien. j'y ai attache l'attelage d'une 
de mi's meilleures clicntes quand j'etais 
jeune homme et depuis je n'ai jamais 
perdu la clientele de cette femme-la 
Elle avait perdu son mari qui lui avait 
laisse une ferme en tres mauvais etat. 
Elle travailla sans relache a tout rcm.'t- 
tre en bon etat. Chaque fois qu'elle ve- 
nait j'avais l'habitude d'attacher son at- 
telage a ce poteau. J'avais coutunx 



faire aiguiser ses instruments de labou- 
rage chez le forgeron et je chargeais sa 
voiture quand elle etait prete a quitter le 
magasin. Bien des marchands ont essaye 
d'avoir sa clientele, mais rien n'y a fait 
et je sais que je l'ai gardee parce que je 
n'ai jamais cess'e d'etre prevenant envers 
elle." 



METALLURGIE ET CHARBON- 
NAGE. 

En Europe, la situation reste la meme 
dans le compartiment de la metallurgies 
le commerce continue a se montrer re- 
serve et, n'etait l'alimentation qu'elles 
trouvent aupres des grandes administra- 
tions, les usines seraient reduites a la 
portion congrue. On estime que la pe- 
riode d'hiver ne sera pas tres brillance, 
mais on espere qu'au printemps pro- 
chain, il y aura une reprise serieuse, car 
de nombreux travaux sont en perspec- 
tive; on peut logiquement escompter que 
la reserve des commandes qui se consti- 
tue ainsi donnera, dans quelques mois, 
une activite nouvelle a l'ensemble du 
marche siderurgique. 

— On connait aujourd'hui la produc- 
tion totale en 1912 des differents char- 
bonnages frangais. Elle est en augmen- 
tation de plus de 2,000,000 de tonnes sur 
191 1 : 41,300,009 tonnes, au lieu de 39.- 
200,000. 

L'augmentation provient presque ex- 
clusivement des bassins du Nord et du 
Pas-de-Calais, , qui ont donne 27,801,080 
au lieu de 26,140,000, soit un excedent de 
1,661,000 tonnes. 

La mine francaise qui a atteint le plus 
fort tonnage est celle de Lens: 3,908,000 
tonnes. 

Pendant la meme annee. la producli »n 
des Etats-Unis a ete de 438,083,000 ton- 
1 celle de l'Allemagne de 259. 43.".- 
000. Malgre ['augmentation de sa pro- 
duction, la France est loin de trouver 
chez elle le combustible qui lui est He- 
re. Sa consommation pendant l'an- 
nee 1012 a etc de 50,622,000 tonnes. II a 
done fallu importer 31 pour 'cent di 
charbon. 

La production houillere de l'Etat 
d'Oklahoma, en 1912, d'apres les statis- 
tiques publiees a Washington par 
l'l'nited State's Geologi-cal Survey, a ete 
de 3 millions 675,418 tonnes, reprcsen- 
tant une valeur, sur le carreau des mines, 



de 7,867,331 dollars, contre 3_millions 
074,242 et 6,291,494 dollars respectivc- 
ment en 191 1. 

La diminution de la production pelro- 
lifere et de gaz naturel dans le continent 
moyen est la cause de l'accroissement de 
la production houillere dans Oklahoma, 
l'annee derniere, lequel a provoque une 
notable hausse des prix. Le cours moyen, 
par tonne de charbon, s'est en effet 
avance de 2 doll. 5 a 2 doll. 14. 



RIEN D'EGAL AU BETON POUR 
UNE COUR DE FERME. 



En couvrant toute sa cour de ferme 
avec du beton, le fermier ameliorera les 
conditions de sa ferme. Ce n'est pas rare, 
au printemps, de voir une cour de ferme 
inondee a tel point que le betail peut 
presque y nager — une condition qui, 
pour ne pas dire plus, est loin d'etre de 
nature a ameliorer l'etat du betail sur 
pied. En couvrant tou.te la cour de fer- 
me d'une couche de beton et en etablis- 
sant des conduits d'ecoulement, vous 
empecherez tout retour de ce deplorable 
etat de choses. Un tel ouvrage, quand il 
s'agit d'une grande cour, constitue une 
entreprise assez importante, si Ton veut 
tout faire d'un coup. Mais il n'est pas 
besoin d'en agir ainsi. On peut y 
ceder a temps perdu, faire betonner une 
petite section chaque annee. 

Retirez le 'fumier et la poussiere, ni- 
velez et relevez le terrain en pente pour 
permettre l'ecoulement des eaux. 

Melangez du beton i:2;X:5 et, en com- 
mencant par le has cote, appliqucz la 
couche en sections de 5 pieds de largeur 
et d'une epaisseur de 4 a 6 pouces. 

Souvenez-vous du fait qu'il faut met- 
tre le beton par sections et quand l'ou- 
vrage d'une journee est termine. p] 
un madrier d'une epai~seur d'un p 
au bord de chaque section et 
directement contre ce madrier. Retirez 
immencer 
u lendemain. 
Des que le l>eton est en place; apl; 

ne resile en bois. 
Le lendemain du jour ou vous 
betonne, jetez sur le beton de la pi 
que vous maintiendrez humide pendant 
au moins une semaine.' Ne tenez pas a 
aplanir trop la sruface; un fini 
convient mieux aux animaux. 



4° 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 




II y a quelques semaines, noi:s avcns illustre les Vilebrequins a Rochet 
Isole de St-inley et pour un Vilebrequni de haute marque et bien f ni, il ne peut 
etre £gd£. Toutefois nous consid£rons que, pour completer votre stock, vous 
devez aussi tenir quelques Vilebrequins a. Rochet qui puissent se vendre a bon 
marche, Les Vilebrequins a Rochet " VICTOR, " de Stanley, represented ci- 
contre, sont d£sign£s pour sat sfaire a une telle demande et, quant a leurs qua- 
lites comme travailleurs, comme force, dessin et bon fini nous les recomman- 
dons comme la meilleur valeur qui soit sur le inarche\ lis sont tres bien d£crits 
dans notre catalogue. En d^sirez-vous un ? 

Stanley Rule & Level Co. 

New Britain, Conn. U.S.A. 



La Baratte "Favourite" de MAXWELL 

Est connue et en usage depuis bientot vingt ans et elle a donne" une si complete 
satisfaction qu'il se vend annuellement plus debarattes 'Favourite" quede barattes 
detoutes les autres marques com binges > 

Le baril est fait du meilleur chene importe, fini naturel, avec cercles en 
aluminium-argent. Coussinets a billes d'une grandeur exceptionnelle, facile a 
actionner et durable. La gravure fait voir la commodity de l'actioune" ent a la 
• main et au pied combines, la legerete' et la force du support en fer, a levier sim- 
ple ou a arc. 

Vous etes d^savantage vis-a vis des autres marchands, si vou9 ne vendez pas 
la "Favourite" de MAXWELL. 

DAVID MAXWELL & SONS, 

ST - MARY'S, ONT. 
ACENCE A MONTREAL 446- 448 RUE ST-PAUL 





Les Attaches de Greening pour Vaches 

sont les plus legeres, les plus Solides et les 
MEILLEURES CHAINES surle marche. 
Fabriquees en six grandeurs et six modeles. 
Ainsi que Licous, chaines pour chiens, chenils, 
chaines d'attache et Longes. 

C'est maintenant le moment de specifier les chai- 
nes qu'il vousfaut pour I'automne. 

Ne manquez pas de mentionner le nom de Greening, 
Manufacture par 

The B. Greening Wire Co., Limited. 

Hamilton, Ont. Montreal, Que. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEU»S, CITEZ "LE PRIX COURANT" 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendrcdi, 3 Octobre 1913. 



4* 



(Ferronnerie) Marche de Montreal 



LA SITUATION. 

| Malgre quelques iluetuations des prix 
d'une journee a I'autre, le niveau general 
reste a peu pres le memo que pendant 
les dernieres scmaines. On constate un 
peu plus d'activite depuis le debut du 
mois de septembre et Ton pense que ce 
mouvement va s'accentuer pendant ce 
mois-ci. Pour les rentrees d'argent et la 
situation monetaire, il n'y a pas eu de 
changement. 

Nous cotons: 

PLOMBERIE 
Tuyaux de plomb 

Les prix sont dc 7.50 moms 5% pour 
tuyaux en plomb et de 9.00 pour tuyaux. 
dc plomb composition mcins 5%. 

Tuyaux de renvoi en font et acces- 
soires 

Les escomptes s ur le s prix de la liste 
sont: tuyaux legers, 6o ( /o; tuyaux moyens 
et extra-forts, 65%, et accessoires legers, 
moyens et extra-forts, 70%. 
Tuyaux en fer 

Nous cotons, prix de la liste: 



2 

3 

3/2 
4 



100 pieds 37.00 
100 pieds 58.50 
100 pieds 76.50 
100 pieds 92.00 
100 pieds 109.00 



G 
G 



Gorbals 
Best Best 
4.40 
4.20 



Queens 
Comet Head 



Les escomptes sont les suivants: 
Tuyaux noirs: i pouce et I pouce, 63 

p.c.; } pouce, 69 p.c; 2 a 4 pouces, 72* 

p.c. 

Tuyaux galvanises: i a I pouce, 48 p. 

c; I pouce, 59 p.c; 3 a 4 pouces, 624 

p.c. 

Tuyaux en acier 

100 pieds 9.60 



28 

26 

22 a 24 G 3.75 

16-20 3.65 



de 

Lis 
4.20 
395 
3-45 
3-35 



2 pouces 
2i pouces 

3 pouces 
3i pouces 

4 pouces 



Vi 
V* 
X 
1 

2 

3 

4 
y/2 



Nous 



% 
X 

X 
1 



100 pieds 6.00 
100 pieds 6.00 
100 pieds 8.50 
100 pieds 11.50 
100 pieds 17.00 
100 pieds 23.00 
100 pieds 27.50 
100 pieds 37.00 
100 pieds 58.50 
100 pieds 76.50 
100 pieds 109.00 
100 pieds 92.00 

Tuyaux galvanises 

tons prix de liste: 

100 pieds 6.00 
100 pieds 6.00 
100 pieds 8.50 
100 pieds it .50 
100 pieds 17.00 
100 pieds 23.00 
100 pieds 27.50 



100 pieds 12.25 
100 pieds 13.30 
100 pieds 15.55 
100 pieds 19.80 
Fer-blanc Charcoal 
Nous cotons: 1 c. 14 x 20 4.65 

Fer-blanc en feuilles 
X. Extra par X et par cse 1.00 

suivant qualite. 
(Caisse de 112 feuilles, 108 lbs. net) 
Au coke — Lydbrook ou egal 
[C, 14 x 20, base bte 4.45 

(Caisse de 112 feuilles, 108 lbs. net) 
Au Charbon — Terne-Dean ou egal 
IC, 20 a 28 bte 7.40 

(Caisse de 112 feuilles, 216 lbs. net) 
(Caisse de 560 lbs.) 
XX, 14 x 60, gauge 26 lb. 0.07 

FeuiHes etamees 
72 x 30 gauge 24, 100 lbs. 
72 x 30 gauge 26, 100 lbs. 

Toles galvanisees "Canada" 
• Nous cotons: 52 feuilles, $4.75; 60 
feuilles, $5.00. 

Toles noiret 
Feuilles: 
22 a 24 
?6 
28 

Toles galvanisees 
Nous cotons a la caisse: 



0.07J 

8.50 
9.00 



2.65 
2.75 
2.85 



Fleur 



3-95 4-40 
3.50 4.20 
3-45 3-75 
3-20 3.65 

Les prix de la marque Comet sont plu- 
tot a la hausse. 

Apollo 
iol oz=28 Anglais 4.35 

28 G.=26 Anglais 4.10 

26 G. 3.85 

24 G. 3.60 

22 G. 3.60 

10 a 20 G. 3.45 

Moms d'une caisse, 25c de plus par 
100 livres. 

28 G. Americain equivaut a 26 G. An- 
glais. 

Petite tole 18 x 24 52 feuilles 4.45 

Petite tole 18 x 24 60 feuilles 4.70 

Soudure 

Les prix sont plus eleves de ic par lb. 

Nous cotons: barre demi et demi, ga- 
rantie, 28J/2C; do., 25^. "Wiping", metal 
pour plombiers. 

QUINCAILLERIE 
Boulons et noix • 

Tres ferme et a la hausse. 

Nous cotons: 
Boulons a voitures Norway ($3.00) 50 

et 10 p.c. 
Boulons a voitures carres ($2.40) 60 et 

10 p.c. 
Boulons a voitures ($1.00): grandeurs, I 

et moindres, 60 et 10 p.c; 7/16 et au- 

dessus, 55c 
Boulons a machine, 8 pee et au-dessous 

60c 
Ball 100 lbs. 11.20 

Boulons a machine, 7/16 pee et au-des- 
sous, 57^c. 
Boulons a lisse, I et plus petits, 60 et 

55 et 10 p.c. 
Boulons a lisse, 7/16 et plus gros, 50 et 

5 P-c 



L A S A ISON DE LA CHASSE EST OUYERTE 

COMMENT SE VEND VOTRE STOCK ? 
Un bon sujet de conversation a propos de vos cartouches DOMINION 
Imperial, Regal et Sovereign pour fusils de chasse. 

Elles ne sont chargees que de poudre sans fum£e Epaisse et de Calibre, la premiere du monde entier et ce ne sont que 
des cartouches refroidies deux fois. 

Les cartouches a. poudre noire Crown, e'es-t un Feu Sur. 

Les Cartouches DOMINION sont fabriqudes entierement au Canada, et sont speVialement adaptees a ses condit : ons 
cliniat£riques variables 

Le But de la DOMINION C s RTRIDGE CO. est d'a'surer les qualit^s re"guli£res de tir de chaque cartouche par la com- 
binaison convenable de la Poudre, de la Balle et de la Bourre, pour que le recul soit le plus faible possible tout en maintenant 
la rapidite, un modele parfait et une penetration sure. 



Vos clients 



DOMINION CARTRIDGE CO, 




connaissent la marque. 



Limited. Montreal, P. Q. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



42 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



II est 

Avantageux 

de Vendre 




lis sont soutenus par 
lasortedeco operation 
qui assure non seule- 
ment de bonnes ventes 
et de bons profits pour 
le marchand, mais de la 
satisfaction reelle a ses 
clients. Laissez-nous 
vous le prouver. .'. .'. 

The 

MartinSenour 

Company, Limited. 

MONTREAL- 
HALIFAX, 

TORONTO, 

WINNIPEG. 



Noix par boites de 100 lbs. 

Nous cotons: 
Noix carres 4c la lb. de la liste 

Boulons a charrue, 50 et 10 p.c. 

La broche barbelee est cotee $2.42* 
les 100 livres a Montreal. 

Crampes a clotures 
Fer poli $2.60 

Fer galvanise 2.80 

Broches pour poulaillers 
J x 20 x 30" 4.10 

I x 30 x 36" ( 4-75 

i x 22 x 24" 5.00 

J x 22 x 30" 6.30 

L'escompte est de 50 p.c. sur la liste. 
§ x 20 x 24" 3.40 

I X 22*X 36" 7.50 

Broche galvanisee, etc. 

Nous cotons: 
No 9 les 100 lbs. 2.30 

No 12 les 100 lbs. 2.45 

No 13 les 100 lbs. 2.55 

Poli brule: 
No 10 les 100 lbs. 2.35 

No o a 9 les 100 lbs. 2.35 

No 11 les 100 lbs. 2.42 

No 12 les 100 lbs. 2.60 

No 13 les 100 lbs. 2.70 

No 14 les 100 lbs. 2.80 

No 15 les 100 lbs. 2.85 

No 16 les 100 lbs. 3.00 

Brule, p. tuyaux 100 lbs. No 18 3.85 
Brule, p. tuyaux ioo lbs. No 19 4.70 
Extra pour broche huilee, ioc p. 100 lbs. 
Broche a foin 

La demande est faible. 

Nous cotons net: 

Marche tres ferme. 

No 13, $2.25: No 14, $2,30, et No 15, 
$2.40. Broche a foin en acier coupe de 
longueur, escompte 25 p.c. sur la liste. 

Plaques d'acier 

V2 pouce 100 livres 2.40 

3/16 pouce 100 livres 2.70 

Zinc en feuilles 

Le marche est ferme. 
Nous cotons: $7.75 a $8.00 les 100 lbs. 
Coudes pour tuyaux 

Nous cotons a la doz. : coudes ronds 
ordinaires 75 feuilles, $1.10; 60 feuilles, 
$i-35, et polis, 60 feuilles, $1.60. 
Broche moustiquaire 

Forte demande. 

Nous cotons: broche noire, $1.55 par 
rouleau de 100 piens 

Broquettes 
Pour boites a fraises 75 et I2i p.c. 

Pour boites a fromage 85 et 10 p.c. 
A valises 80 et T2^ p.c. 

A tapis, bleues 80 p.c. 

A tapis, etamees 80 et 15 p.c. 

A tapis, en barils 40 p.c. 

Toupees bleues. en doz. 75 et 12$ p.c. 
Coupees bleues et i pe- 

santeur 60 p.c. 

Sweeden. coupees. bleues 

et ornees. en doz. 75 p.c. 

A chaussures, en doz. 50 p.c. 

\ chaussures. en uqts t lb. 60 et 10 p.c. 
Clous de broche 

Nous cotons: $2.30 prix de base, f.o.b., 
Montreal. 

Clous coupes 

Nous cotons: prix de base. $2.60 f. o. 
h Montreal 

Clous a cheval 

None roton<s par boite: No 7. $2.qo; 
No R $2.7?: No q. $2 fio: No to. $25:0. 
aver escompte de to r> e. 
Fers a cheval 

Nous cotons f.o.b.. a Montreal- 



Neverslip crampons, i le cent 3.80 

No 2 No 1 
et plus et plus 
grand petit 
Fers. ordinaires et 

pesants, le qrt 3.90 4.15 

Neverslip crampons 7/16, le cent 2.40 

Neverslip crampons 4, le cent 2.60 

Neverslip crampons 9/16, le cent 2.80 

Neverslip crampons 5/16, le cent; 2.00 

Neverslip crampons f, le cent 2.20 

Fer a neige, le qrt 4-15 4-4° 

New Light Pattern, le qrt 4.35 4.60 

Fer "Toe Weight" No 1 a 4 6.75 

Featherweight No o a 4 5.75 
Fers assortis de plus d'une grandeur au 

baril. ioc a 25c extra par baril. 
Chaines en fer 

Tres ferme. 

On cote par 100 lbs.: 

3/16 No 6 10.00 

3/16 exact S 8.50 
3/16 full 5 7.00 

i exact 3 6.50 

i 6. so 
5/16 4.40 

8 3.00 

7/16 3-8o 

i 3-70 

9/16 3.60 

a 3.40 

l 330 

1 3-30 

i 3-30 

Vis a bois 

Les escomptes a la liste sont de 
Tete plate, acier 85 10 et 7i p.c. 

Tette ronde, acier 80 10 et 7J p.c 

Tete plate, cuivre 75 10 et 7$ p.c. 

Tete ronde, cuivre 70 10 et 7$ p.c. 

Tete plate, bronze 70 10 et jl p.c. 

Tete ronde, bronze 65 10 et 7i p.c. 

Fanaux 

Nous cotons: 
Wright No 3 doz. 8.50 

Ordinaires doz. 4.75 

Dashboard C. B. doz. 9. 00 

No 2 doz. 7.00 

Peints, 50c extra par doz. 
Tordeuses a linge 

Nous cotons: 
Royal Canadian doz. 47.75 

Colonial doz. 52.75 

Safety doz. 56.25 

E. Z. E. doz. 51.75 

Rapid doz. 46.75 

Paragon doz. 54-00 

P.iovcle doz 60. "?o 

Moins escompte de 20 p.c. Fore de- 
mande. 

Munitions 

L'escompte sur les cartouches cana- 
diennes est de 30 et 10 pour cent. La 
demande est tres active. 

Plomb de chasse 

Nous cotons net: 

Ordinaire 100 lbs. 10.00 

Chilled 100 lbs. 10.40 

Ruck and Seal 100 lbs. 10.80 

METAUX 

Antimoine 

Le marche est sans changement, $975 
a $10.00. 

Fonte 

Nous cotons: 
Carron Soft 24.50 

Clarence No 3 22.00 

Fer en barre 

Plus ferme. 

Nous cotons; 
T^pr rnarcltnnd hase too Ihs. 2 T = 

■p>r foree base too lbs. 2.30 

Fer fini base too lbs. 2.40 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



43 . 



2.40 
3.20 
2.25 



2.25 
2.25 
2.25 
2.25 
2.25 
2.95 
3-io 



100 
27c 



100 



Fer pour fers a cheval 

base 100 lbs. 
Feuillard mince ii a 2 pes base 
Feuillard epais No 10 base 

Acier en barre 
Nous cotons net, 30 jours: 
Acier doux base 100 lbs. 0.00 
Acier a rivets base 100 lbs. 2. 10 
Acier a lisse base 100 lbs. 0.00 
Acier a bandage base 100 lbs. 0.00 
Acier a machine base 100 lbs. 0.00 
Acier a pince base 100 lbs. 0.00 
Acier a ressorts base 100 lbs. 2.75 
Cuivre en lingots 
Le marche est fort. 
Nous cotons: $18.50 a $19.00 les 
lbs. Le cuivre en feuilles est cote a 
la livre. 

Etain en lingots 

Nous cotons: $50.00 a $50.50 les 
livres. 

Ce metal se fait de plus en plus rare 
sur ies marches primaires et les expe- 
ditions diminuent. 

Plomb en lingots 

Plus fort: $5.75 a $5.85. 

Zinc en lingots 

La demande est faible. 

Nous cotons: $6.50 a $6.75 
vres. 

HUILES, PEINTURES ET VI- 
TRERIE 

Huile de lin 

Forte demande et prix fermes. 
Nous corons au gallon, prix nets: hui- 
le bouillie 65c, huile crue 62c. 
Huile de loup-marin 
Nous cotons au gallon: 



les 100 li- 



70c 



duile extra raffinee 

Essence de terebenthine 
Nous cotons 65c le gallon par quantite 
de 5 gallons et 70c le gallon par baril. 



Blanc de plomb 

Forte demande. 
Blanc de plomb pur 
Blanc de plomb No 1 
Blanc de plomb No 2 
Blanc de plomb No 3 
Blanc de plomb No 4 
Pitch 

Nous cotons: 
Goudron pur, 100 lbs. 
Goudron liquide, brl 



0.70 
0.00 



Peintures prepared 



Nous cotons: 
Gallon 
Demi-gallon 
Quart, le gallon 
En boifes de 1 lb. 



1-45 
I.50 
1-55 
0.10 



8.25 
7.60 
7.40 
6.95 
6-75 



0.80 
4.00 



1.90 
1.95 
1-75 
0.11 



Verres a Vitres 

Les prix sont tres fermes. Forte de- 
mande. 

Le marche Beige augmente continuel- 
lement ses prix. 

Nous cotons: Star, au-dessous de 26 
pouces uni: 50 pieds, $1.85; 100 pieds, 
$3.40; 26 a 40, 50 pieds, $2.00; 100 pieds, 
$3.60; 41 a 50, 100 pieds, $4.00; 51 a 60, 
100 pieds, $4.25; 61 a 70, 100 pieds, $450; 
71 a 80, 100 pieds, $5.00. 

Double Diamond, 100 pieds: o a 25, 
$500: 26 a 40, $5-45; 4i a 50. $6.25: 51 a 
60. $6.75; 61 a 70, $7-25; 7i a 80, $12.50; 
81 a 85, $7-75; 86 a 90, $8.50; 91 a 95- 
$10.00. 



Vert de Paris pur 

Forte demande. 

hauls a petrole 0.00 

Drum de 50 a 100 lbs. 0.00 

Drum de 25 lbs. 0.00 

Bones de papier, 1 lb. 0.00 

Boites de ur-blanc, 1 lb. 0.00 

Boites papier, i lb. 0.00 

Boites ter-blanc, i lb. 0.00 



Cables et cordages 

Best Manilla base lb. 0.00 

British Manilla base lb. 0.00 

Sisal base lb. 0.00 

Lathyarn simple base lb. O.OO 

Lathyarn double base lb. 0.00 

Jute base lb. 0.00 

Coton base lb. 0.00 

Corde a chassis base lb. 0.00 
Papiers de Construction 



Ires ferme. 

Nous cotons: 
Jaune et noir, pesant 
Jaune ordinaire, le rouleau 
Noir ordinaire, le rouleau 
Goudronne, les 100 lbs. 
Papier a tapis, les 100 lbs. 
Papier a.couv., roul., 2 plis 
Papier a couv., roul., 3 plis 



0.19 

0.20* 
0.20) 
0.224 
0.234 
O.244 
0.251 



O.I7 

0.13 

0.12 

O.I2 

0.I2J 

0.11 

0.25 

0.34 



Papier surprise, roul., 15 lbs. 



.00 
.00 
.00 
.00 
.00 
.00 
.00 
.00 



1.80 
0.35 
0.43 
2.25 
2.60 
0.75 
o.95 
0.40 



Charnieres (coupflets) No 840 

ii pouce O.67 

il pouce 0.75 

2 pouces 0.81 
rils, sur char 2. 10 

2i pouces 0.92 

24 pouces 1.07 

3 pouces 1.30 




Hors de toute amalgamation. 

Dans la construction de notre Laveuse Ste- 
phenson, il y a des details speciaux qui me>itent 
et attirent l'attention de toutes les menageres 
soigneuses. Le fond ride ainsi que le dessus 
ride, de forme speciale, assure une action exac- 
tement semblable a celle qu'on fait en frottant 
le linge avec les mains sur une planche a laver, 
de sorte qu'on peut laver les tissus les plus 
delicats sans crainte de les d£chirer. Haute 
qualite. Prix bas. Ecrivez pour connaitre 
nos prix. 

Taylor=Forbes Co. Ltd., 

246, RUE CRAIG OUEST 

MONTREAL 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



44 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



GRAND TRUNK 



RAILWAY 
SYSTEM 



QUATRE TRAINS 
EXPRLSS 
PAR JOUR 



Montreal et Toronto. 

9.00 a.m., 9.40 a.m., 7.30 p.m., 10.30 p.m. 

Wagons Buffets, Salons et de Lecture sur trains 
de jour, et Dortoirs Pullman £clair£s a 1 'electricity 
sur trains de nuit. 

LA SEULE ROUTE A DOUBLE VOIE 

[.'"International Limited" 

LE ME1LLEUR CON'VOI DU CANADA. 

Quitte Montreal pour Toronto et Chicago a 9.00 a.m., 
tous les jours. 

QUIPSMB^r DE PREMIERE CLASSE 

Montreal et Ottawa. 

Quitte Montreal a 8.16 a.m - , et a 9.30 a.m. 
Arrive a Ottawa a 11.30 a.m , et a 12.15 P-m. 
Quitte Montreal a 3 55 p.m., et a 8.00 p.m. 
Arrive a Ottawa a 7 10 p.m., et a 1 1.15 p.m. 

Trains a 9 30 a.m., et a 3.55 p.m , tous les jours diman- 
che excepted ; a 8. 16 a m., et 8 00 p.m. , tous les jours. 

Wagons Salons et Buffets sur tous les convois. Wagon 
Salon-Buffet-Observatoire Pullmau sur les convois de 3.55 
p.m., et de 8.00 p.m. 

BUREAUX DBS BILLETS EN VILLE : 
122 rue St-Jacques. Tel. Main 6905, ou gare Bonaventure 





1L NEST PAS BES01N DE PEINTURE 

La superiority d'Amatite sur tous les autres 
genres de Couverture toute prete estevidente 
pour quiconque s'en sert. 

Amatite dispense de tous les tracas relatifs 
a la couverture et de toutes les defenses inu- 
tiles parce qu'il a une surface mindrale veri- 
table qui n^a pas besoin de peinture. 

II est durable, tres p.eu combustible, pra- 
tique, economique. 

N'achetez pas d'autre Materiel de Couver- 
ture, avant d'avoir yu Amatite. Ecrivez au 
plus prochain bureau pour recevoir des 
echantillons. 

La Peinture Elastique Everjet 

Econotnisei de l'argent en employant cette pein- 
ture noire, chaque fois que la couleur importe peu. 
Elle est elasti ,ue, a lepi euvede lachaleur, durable. 
Ser<rez vous-en pour les toiturts "rubber" et pour 
tous les articles en fer et en bois exposes a l'air. 

THE PATERSON MFG. Co., Limited 

MONTREAL. TORONTO, WIN- IPEG, VAN 

COUVER, ST-JEAN, N. B. HALIFAX. N E. 

SYDNEY, N. E. 



Nos 800 et 838 

1 pouce 0.32 
i| pouce 0.37 
i£ pouce 0.48 
1} pouce 0.59 

2 pouces 0.67 
2i pouces 0.76 
2* pouces 0.81 
2! pouces 0.95 

3 pouces 1.07 
32" pouces 1.49 

4 pouces 2.12 
Meme escompte que pour toutes les 

charnieres d'acier poli. 



FERRAILLES 

Cuivree fort et fil de cuivre 
Cuivre mince et fonds en 

cuivre 
Laiton rouge fort 
I.aiton jaune fort 
Laiton mince 
Plomb 
Zinc 

Fer forge No 1 
Fer fondu et debris de 
machines No 1 



La lb. 
0.00 0.11 



l'laques de poele 

Pontes et aciers malleables 

Pieces d'acier 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 



0.09 
o. 10 
0.08 
0.06 



Vieilles claques 



0.00 12.50 
0.00 9.00 
0.00 5.00 
La lb. 
0.00 0.00 



PLATRE 



0.02J 0.02J 

0.00 0.03 

La tonne 

0.00 12.50 

0.00 16.00 



Platre mele de sable, f.o.b., au char 5.50 
Platre dur (Hard Wall), f. o. b., 20 

tonnes et plus 10.50 

Platre pur (Plaster Paris), en ba- 

rils. sur char, 2 -'° 



LA CONSTRUCTION 



Durant la semaine terminee le 27 sep- 
tembre 1013. la ville a emis 53 permis dc 
construire au cout total de $206,975 pour 
les nouvelles constructions et de $28,345 
pour les reparations. 

Les chiffres ci-dessous indiquent la re- 
partition par quartier et donnent le cout 
approximatif de chaque construction, 
moins les details des permis au-dessous 
de Si. 000. 

Quartier. Montant. 

St-Dcnis $101,975 

Delorimer 21,175 

St-Laurent 75 

Rosemont ... 5.700 

Ste-Anne 125 



Notre-Dame de Graces 38,800 

Laurier 10,500 

St-Joseph 20,150 

Duvernay 5,075 

Emard 2,645 

St-Gabriel 3,600 

Hochelaga 1,700 

St-Hcnri 200 

Ste-Cunegonde 100 

Lafontaine 500 

St-Georges 2.1,000 

Mont-Royal 2,000 

Tota! $235,3-20 

Rue St-Hubert, quartier St-Denis; 4 
maisons, 10 logements, 1 magasin, 3 eta- 
ges, 3e dasse; cout prob., $12,000. Pro- 



prietaire, Philippe Picard, 3026 St-Hu- 
bert. 

Rue Saint-Laurent, quartier Laurier; 1 
maison, 2 logements, 1 magasin, 3 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $4,500. Pro- 
prietaire, Roch Lussier, 2853 St-Laurent. 

Rue Chabot, quartier Delorimier; 2 
maisons, 10 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $8,000. Proprietaire, A. 
Chausse, ii.'O Demontigny Est. 

Rue Chabot, quartier Delorimier; 1 
maison, 3 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $3,500. Proprietaire, Robt. B. 
Hume', 377 Marquette. 

Rue St-Andre, quartier Saint-Denis; 2 
maisons, 8 logements, 2 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $6,000. Proprietaire, Louis 
Gamier, 1094 Cartier. 

Dixieme Avenue, quartier Rosemont; 
I maison, 4 logements, 3 etages, 3e clas- 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



4.S 



ce Que Vos Clients Sont Avertis 

Avantages de la Peinture en Automne ? 

Les beaux jours frais tie septembre et d'octobre sont I'epoque ideale pour peindre 
et on obtient de meilleuis rosultats (pie si ce travail etait fait au printemps, quand 
le soleil est ardent, (ju'il y. a des mouches et de la poussiere. 
Faites bien valoir ce fait aupres de vos clients. 
Faites-leur remarquer aussi que 

Peintures et Vernis Prepares 

° E JAMIESON 

Marques 

CROWN, ANCHOR, 

ISLAND CITY& RAINBOW 

• donnent des resultats 6gaux aux raeilleurs. 

lis sont vendus a un prix raisonnable et ils sont soutenus par notre reputation 
et notre garantie. 

On n'a jamais fabrique de meilleure peinture. 

B. C. JAMTESON & CO., Limited 



MONTREAL 



ETA6LIE EN 1858 
PROPRIETMRES et DIRECTEURS 

D. UODS & CO., Limited. 



VANCOUVER 




La progression du Dominion ouvre un march6 plus vaste et nos ma 
chandises sont les mieux 6tablies dans leur ligne. C'est une bonue raison 
pour tenir les 

REGLES ET GALLONS DE MESURE 



/l/FKIN 



On les demandera. Ils donneront satisfaction. Ils sont faits au Canada 
Ils annonceront tontvotre stock. 

CATALOGUE SUR DEMANDE. 

r i/FKIN RuiE^Ca.OFCANADAj,TIk 

" W/NDSOHONn 



N 



OUS vous offrons ce fusil simple supe>ieur, pour gros gibier, a un tres bas prix. C'est le moment de vous 
en procurer un, calibre llmmi ou 43. Longueur totale, 39 pouces : longueur du canon 20 pouces. 




Pesanteur 7 livre« 



C'est le veritable fusil de l'armte Allemande ("Mauser"), modele 71, que nous avons transforme en fuml 
de cbasse. Aucun gibier n'est trop gros pour ce fusil. II est tres utile pour la foret, pour la ferme ou tout 
autre endroit giboyeux. Tout le mecanisme de la culasse est fait de fin acier a outils. Un levier de surety 
barre le fusil de facon a ce qu'il ne puisse faire feu et la culasse ne peut s'ouvrir que lorsque'ce le V1 er est 
degage, ce qui garantit n^e surete absoh 



lue. 



McCILL CUTLERY COMPANY, REC'STERED. Boite Postal* 580, Montreal, Cana, 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



prob., $5,000. Proprietaire, A. 
Marcotte, 545 Gamier. 

Rue Cartier. quartier Delorimier; i 
batisse a bureaux. 1 etage, 2e classe; 
cout prob.. Si. 500. Proprietaire. Imperial 
Oil Co., Board of Trade Bldg. 

Rues Belanger et St-Zotique, quartier 
St-Denis; 1 maison, 1 logement, 1 etage, 
3e classe; cout prob., $1,000. Proprietai- 
re, A. Graham, 648 Beaubien. 

Rue Guy. 244 en arriere, quartier St- 
ph; 1. ecurie, 4 etages, 2e classe; 
-JO,ooo. Proprietaire, Toilet 
Laundry Co., rue Richmond. 

Rue Mayfair, quartier Notre-Dame de 
Graces; 1 maison, 2 logements, 2 etages, 
2e classe; cout prob., $5,000. Proprie- 
taire, F. L. Chenier, 650 avenue Terre- 
bonne. 



Rue Chabot, quartier Delorimier; 1 
maison, 3 logements. 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $3,000. Proprietaire, Felix 
Larocque, 401 Dufresne. 

Rue Bordeaux, quartier Saint-Denis; T 
maison, 1 logement, 1 etage, 3_e classe; 
coul prob., Si, 500. Proprietaire, Ray- 
mond Lajoie, 2560 St-Hubert. 

Rue Breboeuf, quartier Duvernay; 1 
maison, 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $5,000. Proprietaire, Louis 
Gauthier, 26 Breboeuf. 

Rue St-Hubert, quartier St-Denis; 1 
maison, 1 magasin, 2 logements, 2 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $3,000. Pro- 
prietaire, H. B. Bilodeau, 562 Ste-Cathe- 
rine Est. 

Rue Mazarin, quartier Emard; 1 mai- 
son, 2 logements, 2 etages, 3e classe; 



cout prob., $1,800. Proprietaire, Stanis- 
las Landry, 54 St-Ferdinand. 

Rue Hutchison, quartier Laurier; 1 
maison, 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $6,000. Proprietaire, I. Pro- 
vencher, 135 Mansfield. 

Rue Cartier, quartier Delorimier; 2 
maisons, 6 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $5,000. Proprietaire, Jo- 
seph Chevalier, 140 St-Jerome. 

Boulevard Sherbrooke, quartier Notre- 
Dame de Graces; 1 maison, 1 magasin, 
5 logements, 3 etages. 2e classe; cout 
prob., $25,000. Proprietaire, Thos. Cog- 
ens, rue St-Antoine. 

Rue Old Orchard, quartier Notre- 
Dame de Graces; 2 maisons, 4 loge- 
ments, 2 etages, 3e classe; cout prob., 
$8,000. Proprietaire, F. Lachapelle, 2589 
St-Hubert. 



Achetez le meilleur. 

Corde pour Chassis, marque ''Hercules" 

Corde de Coton, marque "Star" 

Articles de Vetements, en Coton, 

Ficelle de coton, 3 et 4 fils 

En vente dans toutes let Principales MaUons de Gros. 



The Hamilton Cotton Co, 



HAMILTON, Ont. 



fi n'y a qu'une 




saperieure et c'otcellede "MORROW"- 



VIS D'AJTTSTAGE. 
VIS A TETTE. 
DEMI-NOIX. 
FOREUSES TORDUES. 

Quand vous commaudez cs sp£cialit6» 
insistez pour la marque "MORROW" et 
vous recouubitrtz que vous aurez eu le meilleur produit qu'il y ait. 

John Morrow Screw and Nut Co., Limited. » Ingersoll, Out 



POSEZ PES QUESTIONS 

C"est la raison d etre de notre Bureau de Renseignements que de repondre a vos questions. Cela nous 
coute des milliers de dollars par an---mais les reponses ne vous coutent rien. . J ,| i ■■■•:\ 

Quand vos clients veulent savoir que'que chose a propos du beton---quand ils demandent qu on les 
aide a calculer les proportions d'un silo ou d'une allee ou meme d'un montoir et que vous ne pouvez donner 
la reponse " a brule-pourpoint ", adressez-nous la demande de renseignement ; nous y repondrons com- 
pletement et promptement. 

Ce ser-vice de Renseignements est un des secours qui aident a la vente du 

CANADA Portland CEMENT 

L interet que nou* portons a la vente du Ciment Canada ne s'arrete pas, quand le ciment vous 
est vendu. Nous ne leconsideronspas comme VENDU; tant que votre client nel'a pas melange conve- 
nablsment pour en faire du beton et ne la pas employe de a facon qui lui donnera le plus de satis 
faction. Le Ciment Canada est probablement le produit le mieux annonce au Canada. Vous pouvez 
en faire la ligne QUI RAPPORTE LE PLUS parmi cellesque vous tenez. Et une facon d y arriyer, 
e'est de vous adresser a hotre Bureau de Renseignements, chaque fois qu un client afebesoin d'aide. 

Adressez toutes lesdemandes au 

BUREAU DE RENSEIGNEMENTS 

CANADA CEMENT COMPANY! LIMITEE. 

MONTREAL. 

BUREAU DE VENTES A 

MONTREAL. TORONTO. WINNIPEG. CALGARY. 

Cemmandez du Ciment au pus proehe Bureau de Ventes. 




EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. 'Xi.VI — N040. LE PRIX COURANT, Vend'redi, 3 Octob're 1913. 47 



Ferronnerie, Quincaillerie, Peintures 

et Vernis, Huiles, Vitres, Materia ux 

de Construction, etc. 

EN CROS SEULEMENT. 




NOS voyageurs sont actuellement en route pour 
vous visiter ; ils vous offriront les dernieres 
nouveautes de I'annee. 

RESERVEZ queiques minutes d'examen a leurs 
echantillons, ce ne sera pas du temps perdu 
pour vous. 

LEUR collection d'articles est aussi complete que 
possible et presente un assortiment des plus 
varies. 

|OS prix ont ete etablis avec soin, vous ne pou- 
vez manquer de les trouver avantageux et nous 
esperons que vous voudrez bien nous donner la 
ffaveur de vos ordres, que nous remplirons a votre 
entiere satisfaction. 



L H. HEBERT & OIL, LUEL 

IMPORTATEURS 

297 et 299, rue St-Paul, — MONTREAL. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



4 8 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 




BBaaiassBiB 

_____B__BBB 



it 



I WDOW»CO., _______ ; 

1 ".'|l_£j|_lT'B__ii---_- fl B i H _ V 



3 13 



-BIDED 

i _ B B B D p 

BHGEEE '.'•» 



II y a plus de cent ans, les ALES et le PORTER de W. DOW 
& CO., etaient les types ^'excellence au Canada et, aujourd'hui, ils maintiennent 
toujoars leur position ; lew qualite et leur taleur n'ont pas change. 

ALE5 & PORTER 

de DOW. 



Malgre le cout plus eleve de la production, la qualite est toujours la 
meilleure. Aucun procede n'est employe pour diminuer le prix du brassage. 
Les produits de DOW sont toujours a un plein degre* de maturation. 
La demande pour les produits de DOW est enorme. 
En avez-vous un bon stock en mains ? 

The National Breweries, Limited. 

Succeaseura de W. DOW & CO., 
HONTREAL. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



49 



; >^^^A » A^^^^^^^V^WWVVWV^^^^^^^^^^A/^^^^^^^^^^^^^V^^>^^^^^^^^^^^^^^^^VMV^ « ^Wt^^^^V^^^i^t^a^'N^^^^^^Wt'S^*^''.^ 



Vins et Liqueurs 



VINS ET EAUX-DE-VIE 



Sur les marches primaires. 






Nous extrayons de la "Revue des Vins et Liqueurs", de 
Paris, les interessants renseignements qui suivent. 

Vins. 

La temperature du mois de juillet qui avait donne quel- 
que inquietude dans le Bordelais n'a pas cause les degats que 
Ton redoutait. Depuis, le temps a ete beaucoup plus clement. 
Si nous enregistrons dans la premiere quinzaine d'aout plu- 
sieurs orages dont quelques-uns ont endommage assez se- 
rieusement certains vignobles, on peut constater avec satis- 
faction que ces degats ne sont que partiels et que l'ensemble 
du Bordelais permet de compter, si la chaleur se maintient, 
sur une recolte non pas abondante, il ne peut en etre ques- 
tion maintenant, mais de bonne qualite. 

Au point de vue affaires, c'est toujours calme. Cependant 
on constate dans certains rayons un mouvement plus accen- 
tue pour les qualites moyennes de 1912, qui jusqu'a ce jour 
n'avaient trouve que peu d'amateurs. 

Les ventes sur souches sont peu importantes, neanmoins 
d'apres les offres, on constate que les cours de la future re- 
colte seront encore assez eleves. 

La situation generale reste done la meme. Aucune indi- 
cation pour l'avenir ne se manifeste avec precision tant du 
cote du commerce que de celui de la propriete. II est pro- 
bable que cette situation se poursuivra jusqu'a la veille des 
vendanges. 

La situation en Champagne ne s'est pas amelioree depuis 
le mois dernier. Le mois de juillet fut tres pluvieux, moins 
que le mois de juin il est vrai; quant a la chaleur, nous avons 
eu quelques journees chaudes a la fin du mois, mais elles 
n'avaient rien d'excessif. Avec le mois d'aout nous ne som- 
mes pas plus favorises, la pluie reapparait et les nuits sont 
particulierement froides; la temperature s'abaisse parfois jus- 
qu'a 6°, ce qui est tout a fait anormal. 

Dans de telles conditions la vigne, ou plutot le raisin n'a 
fait que souffrir. Nos vignerons ont merveilleusement soigne 
leurs vignes, il les ont sulfatees continuellement et sont ar- 
rives a les conserver en bon etat malgre les attaques repetees 
du mildiou. Depuis six semaines l'oidium a fait son appari- 
tion et pour l'arreter il a fallu proceder a de frequents pou- 
drages de soufre. La plupart de ces poudrages ont suffi pour 
enrayer le mal, mais de nouvelles aataques sont encore a 
craindre. 

Nous vous avons dit le mois dernier que la fleur s'etait 
passee dans de mauvaises conditions et que beaucoup de rai- 
sins avaient coule, mais c'est surtout aujourd'hui que l'on 
peut se rendre compte de l'etendue du mal. De ce fait, nous 
allons avoir une tres faible recolte. Dans la plupart des crus 
on ne compte que de 5 a 7 pieces a l'hectare; en prenant 
comme moyenne le chiffre de 13,000 hectares pour la "Cham- 
pagne Viticole", chiffre qui actuellement serait plutot un peu 
exagere, nous arrivons a cette deduction qu'on ne fera en 
Champagne cette annee que dc 65,000 a 90,000 pieces! ! ! 



C'est dire que nous allons encore avoir une annee deficitaire. 

De nouveau l'Aube recommence a s'agiter! 

MM. Paul Meunier et Thierry-Delanoue, deputes de 
l'Aube, avaient presente a la Chambre des deputes un projet 
ainsi congu: "La Chambre est resolue a faire appliquer avec 
equite les lois existantes, jusqu'au jour oil les delimitations 
administrates pourront etre supprimees par une legislation 
nouvelle, dont l'elaboration peut etre longue et difficile, in- 
vite le gouvernement: 

1° A incorporer le department de l'Aube dans la region 
delimitee sous l'appellation de "Champagne" par le decret du 
17 decembre 1908 et protegee par la loi du 10 fevrier 191 1; 

2° A abroger en consequence, en ce qui concerne le de- 
partement de l'Aube, le decret du 7 juin 1911 qui a constitue 
une region denommee "Champagne 2eme zone". 

Les deputes de l'Aube ont essaye de faire discuter ce 
projet le jour de la cloture de la session parlementaire, mais 
la Chambre n'a pas accepte cette proposition, malgre les pro- 
testations des interesses. 

Ce projet de loi ne pourra maintenant etre discute qu'a- 
pres la rentree des Chambres, e'est-a-dire en novembre pro- 
chain. 

En signe de protestation, les municipalites des communes 
viticoles de l'Aube demissionnent, mais on doute fort que ce 
moyen soit bien efficace pour faire aboutir leurs revendica- 
tion. 

Le mois dernier, nous constations que nos expeditions 
etaient en baisse sur l'annee 1912 et que le mois de mai accu- 
sait une diminution de 435,004 bouteilles sur mai 1912. Cette 
diminution ne fait malheureusement que continuer. 

En juin 1913 nous avons expedie 2,542,350 bouteilles, dont 
1.987,949 bouteilles de Champagne et 554,401 bouteilles de 
vins mousseux; en juin 1912 nous avions expedie 2,442,637 
bouteilles de vin de Champagne et 534,717 bouteilles de vins 
mousseux, soit 2,977,354 bouteilles, ce qui fait pour juin 1913 
une diminution de 435,004 bouteilles. 

Pour le mois de juillet, la diminution n'est pas aussi sen- 
sible. En juillet 1913 nous avons expedie 2,354,651 bouteilles 
dont 1,868,402 bouteilles de champagne et 486,249 bouteilles 
de vins mousseux; en juillet 1912 nous avions expedie 2,424,- 
014 bouteilles dont 1,982,969 bouteilles de Champagne et 
441,045 bouteilles de vins mousseux, soit une diminution de 
69,363 bouteilles pour juillet 1913. 

Nos expeditions en Angleterre ont egalement baisse en 
juin d'une facon assez sensible. En juin 1912 nous avions 
expedie 92,408 gallons d'une valeur de 150,162 liv. sterl., tan- 
dis qu'en juin 1913 nous n'avons expedie que 73,739 gallons 
d'une valeur de 120,606 liv. sterl. La totalite des expeditions 
des six premiers mois de cette annee accuse une legere dimi- 
nution sur le chiffre de l'an dernier pour la meme periode. 
Pour 1913 nous trouvons 537.529 gallons d'une valeur de 
882,837 liv. sterl. contre 552,443 gallons d'une valeur de 898,- 
977 liv. sterl. pour les six premiers mois de 1912. 

Les affaires de speculation sont tres calmes en ce mo- 
ment, cependant l'on cite l'achat d'une excellente cuvee de 
135,000 bouteilles fait dernieremenfc par une importance mai- 



b° 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



•son chez un negociant d'Epernay. 

La speculation ne reprendra guere qu'au moment des 
vendanges, c'est-a-dire vers fin septembre ou commencement 
octobre et il est tres probable qu'il se fera a cette epoque de 
grosses transactions. 

II n'y a guere de changement en Bourgogne depuis le 
mois dernier. 

Les attaques de mildiou n'ont pas ete aussi intensives 
qu'on le craignait. II y a eu neanmoins quelques degats, 
mais partiels surtout dans les vignobles mal exposes. On 
constate que les regions a vins fins ont ete presque indemnes. 
En resume la situation n'est pas plus mauvaise que prece- 
demment et si la temperature se maintenait favorable on 
pourrait encore avoir une qualite superieure a celle qu'on 
prevoyait. Quant a la quantite, les influences atmospheriques 
l'ont beaucoup diminuee. 

Les affaires sont tres faibles; les prix restent fermes. 

Dans le Beaujolais on s'attend aussi a une diminution de 
rendement, mais moins importante que celle que Ton indique 
generalement. De nombreux orages ont cause des degats, 
mais ils sont localises et les attaques du mildiou n'ont pas eu 
toute l'importance que Ton suppose. Neanmoins, on ne peut 
ne pas reconnaitre que le rendement ne sera plus que moyen 
et les prix se raffermissent en consequence, mais les ache- 
teurs sont peu nombreux. 

Depuis le mois dernier, le vignoble d'Anjou a profite du 
beau temps et s'est quelque peu ameliore. Grace a des soins 
energiques, les attaques de l'o'idium et du mildiou ont pu etre 
enrayees sans avoir a enregistrer de gros degats. Neanmoins, 
la diminution dans le rendement est assez manifeste, mais la 
qualite semble acquise, si Ton en juge par la presentation des 
raisins qui sont de belle venue. 

On ne signale pas de reprise importante en affaires. 

Dans la Touraine la situation n'est pas tres belle. 

Le vignoble qui avait deja eu a souffrir des intemperies 
est maintenant gravement affecte par l'invasion de mildiou. 
Les dommages causes paraissent assez importants et Ton 
peut enregistrer de ce nouveau fleau qui s'abat sur le vignoble 
une diminution sensible de la recolte. 

Les vignobles de l'Orleanais et du Cher semblent en 
meilleure posture. Dans cette derniere region, il y a eu aussi 
une deuxieme generation de cochylis, mais heureusement 
sans resultats appreciables. Neanmoins, l'avenir de la recolte 
se trouve compromis et le beau temps est necessaire pour 
mener a bien ce qui reste sur souches. 

Dans le Midi, la situation ne s'est guere modifiee. 

L'Aude reclame de l'eau, mais redoute les orages qui 
pourraient compromettre le rendement de la recolte deja 
diminuee par les intemperies. Les maladies de la vigne ont 
fait peu de ravages. Les affaires sont moyennes a des prix 
toujours fermes. On signale un certain nombre d'affaires 
sur souches. 

Dans l'Herault, la situation est a peu pres la meme que 
ci-dessus. On reclame aussi de la pluie pour faciliter la ve- 
raison. On fait egalement sur ce marche des affaires sur 
souches; les autres transactions sont faibles. 

On signale quelques orages dans le Gard, mais les de- 
gats ne semblent que partiels. La secheresse nuit un peu a 
la vigne. Les affaires sont relativement calmes, surtout pour 
les transactions sur souches. 

On demande aussi de la pluie dans le Roussillon, bien 
que le vignoble ne souffre pas encore trop. Actuellement la 
situation est satisfaisante; on prevoit que le rendement ne 
sera pas trop reduit si la temperature se montre favorable 
d'ici les vendanges. 

II se traite peu d'affaires, tant pour les vins en caves que 
pour les transactions i-ur souches. Les prix gardent leur 
fermete. 



Le vignoble d'Algerie se presente dans des conditions 
favorables. La secheresse se fait parfois sentir, mais dans 
quelques regions seulement. Abstraction faite de la diminu- 
tion de rendement enregis-tree apres les gelees de printemps, 
le vignoble algerien donne une bonne impression en faveur 
de la prochaine recolte qui va commencer sous peu. Les 
affaires pour les vins en caves sont moyennes; pour lei 
affaires sur souches, e'est le calme maintenant que la cueil- 
lette des raisins est proche. 

Eaux-de-vie. 

Le vignoble des Charentes se presente dans de bonnes 
conditions, malgre l'inclemence de la temperature et les at- 
taques des insectes et des maladies cryptogamiques. Au de- 
but du mois d'aoiit on pouvait esperer une recolte egale sinon 
superieure a celle de l'annee derniere. Malheureusement, on 
a a enregistrer le passage de plusieurs orages violents qui, 
dans le departement de la Charente, ont cause quelques ra- 
vages qui diminueront d'autant le chiffre de la recolte. Ce- 
pendant, les raisins qui restent paraissent vigoureux et les 
vignerons estiment que le degre sera en moyenne plus eleve 
qu'en 1912. De ce cote, la distillation sera done un peu 
favorisee. 

Les affaires en eaux-de-vie gardent, a l'exportation, leur 
petit mouvement de hausse sur les envoies de 1912 et se rap- 
prochent de plus en plus des chiffres de 191 1. L'augmenta- 
tion relative a l'exportation en Angleterre concerne aussi 
bien les eaux-de-vie en futs qu'en bouteilles. Par contre, 
pour les autres pays si la plus-value se maintient pour le pro- 
duit en futs, on remarque un flechissement en ce qui con- 
cerne le produit en bouteilles. 



L'ORIGINE DE LA BUVETTE. 



Nous extrayons le passage suivant d'une revue interes- 
sante publiee par le "Ridley's Wine and Spirit Journal," sur 
le brassage de la biere en Angleterre: 

De l'epoquc la plus reculee jusqu'a la fin du dix-huitieme 
siecle, tons les Anglais faisaient leur biere chez eux. En 
1821, un fermier de Sussex, comparaissant devant un comite 
de la Chambre des Communes, disait que "quarante ans au- 
paravant, il n'y avait pas un seul ouvrier dans sa paroisse 
qui ne fabriquat pas sa propre biere, et que maintenant il n'y 
en a pas un qui le fasse, sauf quand par hasard du malt lui 
est donne." Thomas Fuller, dans son ouvrage intitule "The 
Wortheis of England," dit: "La fabrication de l'eau d'orge 
est une invention toute naturelle, qui n'exige que la reunion 
des ingredients, mais la fabrication du malt comme breuvage 
est une invention de genie." 

Le sage Fuller n'etait pas le seul, a son epoque, a louan- 
ger le malteur plus que le brasseur. Toutefois, la distinction 
entre les deux etait faible, car presque tous les gentilshom- 
mes campagnards ou les fermiers etaient eux-memes leurs 
propres malteurs et brasseurs. Le travail pratique etait confie 
aux femmes. La brasserie etait toujours consideree comme 
le domaine special de la menagere, et elle y regnait en sou- 
veraine. L'art de fabriquer l'ale et la biere etait tenu en si 
haute estime, que le roi Alreck choisit, dit-on, Geirhild pour 
reine a cause de l'excellence de la biere qu'elle faisait de ses 
propres mains; une villageoise qui pouvait preparer le malt 
et faire de la biere etait courtisee avec autant d'assiduite 
qu'une riche heritiere est aujourd'hui l'objet des hommages 
de la jeunesse doree dans les bals. 

Les femmes ayant acquis le monopole virtuel de la fa- 
brication dc la biere dans tous les menages, du manoir au 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



5 1 




t»l». MANUFACTURED"' 

''"""RED IN WOOD -BOTTLED IN B0 

GOVERNMENT SUPERVISION T 
*« GUARANTEED BY GOVERN • 







3 



Cette Marque Celebre Mise en 

Pintes, Chopines, # Chopines et Flasks u Book" 

EST EN VENTE DANS LE MONDE ENTIER 

C'est la Quintessence meme du 
Seigle et du B16 d'Inde melanges. 



FABRIQUEE PAR 



J. P. Wiser & Sons, Limited 

Prescott Ontario 

'NEW-YORK" "CANADA" 



Lawrence A. Wilson Compagnie 

Limitee 

La plus importante Maison de Vins et Liqueur* en 
gres du Canada. 

MAGASINS D'ENTREPOT: 

48 rue St-Jacques. 

ENTREPOTS DE DOUANE: 

415 rue Saint-Paul. 

VOUTES D'ENTREPOT: 

84 ruelle Fortification. 

BUREAUX CHEFS: 87 RUE SWACQUES 

Teleph. Bell, Main 2424, 1394, 7400, 2757; 

MONTREAL 



8. 1 [WING I 



IMPORTflTEDRS el 

MANUFACTLJRIERS He 

TONS 



Coupes a la main et a la machine. 

Marchands de Capsules pour bouteilles. de 
Broches d'embouteilleurs, d'Etain en feuilles, 
de Fournitures pour Brasseurs, etc , etc., etc. 



Succursale 
de Toronto 



: 29 me From, OUeS!- PrT.p.i^rue King, Montreal 



Vous vivez dans une epoque ou tout 
est moderne, c'est-a-dire nouveau. Met- 
tez votre publicite au niveau de votre 
epoque. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



52 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



cottage, il n'est pas surprenant d'apprendre que des femmes 
controlerent longtemps cette Industrie. Dc meme que nos 
belles forets sont sorties de graines insignifiantes, de meme 
on retrouve l'origine de nos hotel* semptueux dans les pe- 
ties cabanes occupees uniquement par line femme qui fabri- 
quait de l'ale, cabanes dont le seul ornement etait la branche 
d'arbre attachee a l'extremite d'une longue perche emergeant 
Hun trou sous le chaume. On trouve des gravures repre- 
sentant ces fabricantes de biere du moyen-age dans des 011- 
yrages *raresietl atociens; leurs portraits sont aussi peu at- 
trayants que ceux des.jeunes mariees que Ton voit dans les ■ 
journaux illustres a un demi-penny. 

A mesure que des hameaux et des villages se formaient, 
la cabane se trpnsformait en aul)crge de village, ou la biere 
faite sur une plus grande echelle que dans les cottages adja- 
cents, etait probablement d'une meilleure qualite. Les villa- 
geois se reunissaient a l'auberge apres leur journee de tra- 
vail, pour etancher leur soif avec quelque chose de meilleur 
que la biere de fabrication menagere, mais principalement 
pour y rencontrer leurs camarades et discuter les nouvelles. 
Les cavaliers, comme on appelait alors les voyageurs de 
commerce, s'arretaient souvent a l'auberge pour prendre un 
verre avec les lourdauds de la campagne et leur raconter des 
histoires sur les villes inconnues d'eux, ou sur des accidents 
emouvants, histoires pleines de saveur. 

Toujours galants envers l'hotesse, galanterie qui ne se 
bornait pas toujours aux paroles, on leur servait toujours ce 
qu'il y avait de meilleur, et ils louangeaient sans restreinte 
la cuisine et la cave. Meme quand la reception n'etait pas 
tres satisfaisante, ces voyageurs faisaient rarement des criti- 
ques malveillantes, car la vie rude qu'ils menaient au dehors 
excitait leur appetit et rendait acceptables presque tous les 
menus. On rapporte cerjendant Un cas ou une aubergiste 
avare regut la reprimande qu'elle meritait. Un cavalier as- 
soiffe s'-arretadans une auberge au-bord d'une route pres de 
Norwich et demanda du vin. L'hoteliere lui recommanda 
d'essayer a la place sa biere faite par elle-meme. Apres avoir 
bu un peu de cette ale faible, le cavalier fit remarquer que 
c'etait un breuvage tres satisfaisant. "Oui, dit l'aubergiste, 
c'est de la biere faite par moi-meme — il n'y entre que du 
malt et du houblon." "Vraiment, dit le cavalier, pas d'eau?" 
"Oh! oui, dit-elle, j'oubliais l'eau." "Non, repondit vivement 
le cavalier, je veux etre damne si vous l'avez oubliee." 

Alors que les moyens de transport etaient couteux et 
incertains, la fabrication de la biere chez soi etait en vogue 
partout; car si un menage ne produisait pas ce qui lui etait 
necessaire, il courait le risque d'etre prive de biere, article 
presque aussi important que le pain quotidien. 

Dans toutes les vieilles chansons en l'honneur de l'ale, 
souvent curieuses et generalement bizarres, la caracteristique 
dominante attribute a ce breuvage est sa force; mais il y est 
toujours declare que cette force se communique aux muscles 
du consommateur. C'est a ce puissant breuvage national, 
aide petit-etre d'une forte consommation de rosbif, que les 
archers anglais durent les nombreuses victoires qu'ils rem- 
porterent dans les guerres avec les Frangais. 

L'opposition longtemps manifested contre l'emploi du 
houblon dans la fabrication de la biere etait due a la convic- 
tion que le houblon affaiblirait le bnuvage tenu en honneur 
depuis longtemps. Henri VIII partageait cette idee, car il 
ordonna au' 1>rassenr royal Se Kltliam de ne mettre ni hou- 
blon, ni soufre dans l'ale.' 

Le gout populaire ne se change pas en un jour, comme 
les opinions des homines politiques ou les modes feminines. 
A cette epoque ou les trains express, le transport des lettres 
par la poste pour un penny, les journaux a un demi-penny, 
le telegraphe, le telephone, le gramophone, les teetotalers, et 
tous les autres avantages dont nous jouissons aujourd'hui, 
etaient inconnus, il etait difficile, on le comprendra facile- 



ment, de combattre des idees bien arretees. La nouvelle ale 
au houblon ne pouvait pas etre comparee, aux yeux de nos 
ancetres, a l'ale anglaise douce et epaisse, mais non sophis- 
tiquee. Comme un ecrivain aux sentiments tres patriotiques 
l'a dit: "L'ale faite de malt et d'eau etait la boisson naturelle 
de l'Anglais; la biere, composee de malt, de houblon et d'eau, 
pourrait etre assez bonne pour des Hollandais." On se rap- 
pellera qu'a cette epoque, la Hollande etait la bete noire de 
l'Angleterre, distinction , qui fut, dans la suite, accordee a 
d'autres nations. 

La vieille ale combattit' pour maintenir sa position avec 
une obstination digne de sa renommee; mais de colossales 
structures, une machinerie couteuse et tous les appareils 
crees par la science moderne vinrent a bout a la longue des 
vieux prejuges. C'est dans les venerables centres de l'ins- 
truction que ces prejuges etaient le plus tenaces. 

La fabrication domestique de la biere finit par disparai- 
tre. Comme le systeme des chemins de fer s'etendait, pene- 
trant dans toutes les parties du pays et transportant le pro- 
duit des brasseries modernes dans des endroits ou, il y a un 
demi-siecle, personne ne songeait a ache-ter de l'ale pour la 
consommation domestique, la vogue de la biere menagere 
declina rapidement; et maintenant il serait aussi difficile de 
trouver une maison particuliere faisant sa propre biere que 
de recouvrer la Ple'iade perdue ou un specimen vivant du 
dodo. 



LA PROHIBITION EST-ELLE PRATIQUE 



Ce qui porte tant de personnes a commettre l'erreur de 
se prononcer en faveur de la prohibition, c'est qu'elles con- 
fondent la prohibition avec la temperance. Tout homme bien 
pensant est partisan de la temperance; la temperance est 
' commandee par le Tout-Puissant, mais la prohibition Test 
par i'komme qui desire s'arroger le droit de dieter sa volonte 
aux autres. La temperature est le fruit de la sagesse; la pro- 
hibition est le resultat de l'alliance du fanatisme et de l'hypo- 
crisie. Les reglements efficaces sont preferables a la prohibi- 
tion qui ne prohibe rien. II vaut mieux avoir un nombre 
limite de bars regis par des lois convenables qu'un nombre 
illimite d'etablissements sans reglements. "Pourquoi ne pas 
abolir les ceux categories?" demande le prohibitionniste. 
Parce que les rayons du soleil ont autrefois servi a faire fer- 
menter le raisin et a produire un breuvage dont les rudes 
bergers s'abreuvaient sur les collines de Galilee. Les ou- 
vriers trouvaient un soulagement dans la boisson stimulante 
qui leur etait servie a l'ombre du temple de Salomon en voie 
de construction. 

A toutes les epoques, dalns toutes les conditions et sous 
tous les elimats, l'homme a toujours consomme une liqueur 
quelconque. Les gens spirituels ont trouve a exercer leur 
verve en buvant du vin petillant; fes philosophies ont trouve 
la sagesse dans la biere; un verre plein jusqu'au bord a 
•donne du courage aux guerriers, et la coupe de champagne 
a donne, la paix .aux nations. . L'homme a.. toujours -cherche 
lune boisson stimulante et l'a toujours trouvee. Une demande 
universelle- trouvera.. JquJQurs une offre universelle. 

II n'est pas necessaire de citer des chiffres pour prouver 
que la prohibition . ne prohibe rien; peu de personnes les 
'lisent ct un nombre encore- moindre y'ajoute foi; cependant 
la taxe payee aux Etats-Unis sur la-vente des liqueurs — fer- 
mentees, distillees, brassee^ — prouve que la consommation 
des liqueurs par tete de population a plus,, que double depuis 
1897. Puisque la prbnibition est inefficace, on peut la placer 
dans la categorie des lois insensees; le fait qu'elle cherche 
a rendre l'homme vertueux en eloignant de lui toute tenta- 
tion, la place dans la categorie des lois dangereuses. Si on 
peut rendre la prohibition efficac,e, pourquoi ne pas. reformer 



Vol. XL VI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



53 



^ . >! ♦ . VENDEZ LE •—»-*< — 

GIN de BURNETT 

"LB LONDON DRY ORIGINAL," 

ABSOLUMENT LE PLUS FIN ! 



^5 J. M. DOTJGI/AS & Co., Seuls Agents an Canada, MONTREAL. 



JOSEPH E. SEAGRAM, s 



DI5TILLATEUR DE • • 

Fins Whiskies 



WATERLOO, CANADA 
Old Times," "White Wheat," "No 83 Rye," "Star Rye". 

MEAGHER BROS. & CO., Limited, Agents, Montreal. 



le monde au moyen de lois prohibitives? Rejetez les lois 
contre la cruaute envers les chevaux et adoptez une loi contre 
l'elevage des chevaux. Rejetez les lois contre la diffamation. 
et adoptez une loi defendant de parler. Rejetez les lois 
punissant le vol et adoptant une loi defendant de placer un 
objet la ou il peut tenter un homme et le pousser a voler. 
Rejetez les lois contre le meurtre, et defendez la vente des 
amies avec lesquelles on commet des meurtres. Supprimez 
tout ce qui peut conduire aux abus, supprimez toute tenta- 
tion — faites qu'il soit impossible de mal faire — et ainsi 
rendez l'homme bon. 

Naturellement, ce serait reduire l'homme a l'etat d'idiot, 
et les eglises ne seraient plus necessaires. Cela supprimerait 
la necessite des soins maternels et de l'instruction donnee 
par le pere, mais ce serait la consequence logique des lois de 
prohibition. 



L'ALCOOL EST-IL TOUJOURS NUISIBLE ? 



A la suite des -ass-ants, repetps des societes pour la pro- 
pagande de la temperance, les productcurs europeens ont 
eprouve le besoin d'opposer une defense documented aux 
ayances fallacieux de certains adeptes de la temperance et 
tneme de l'abstinence. 

Ces grands paradeurs. qui n'ont pour tout bagage df 
connaissances que leurs experiences personnelles, nous disent 
avec un aplomb deconcertant que, a boire trop d'alcool, on 
se tue. Lapalisse n'aurait pas trouve mieux. 

Ce qu'ils ne disent pas, neanmoins, c'est qu'on se tue, et 
beaucoup plus facilement, a absorber trop d'aliments solides 
Aussi, parlant un jour, dans l'intimite. de la logique des pro- 
hibitionnistes, un medecin distingue de Montreal disait: 



"Croyez-m'en sur parole, il y a a Cote-des-Neiges beaucoup 
plus de gourmands que d'ivrognes." 

Ce temoignage d'un homme d'une grande experience est 
corrobore par celui de savants qui ont consacre leur vie a 
l'etude des grands problemes scientifiques. et qui en sont 
venus a la conclusion que "l'alcool est vraiment un aliment". 
C'est la la declaration fait par Sir T. Lauder Brunton, F.R.S. 

Le docteur Dixon, une autoriee anglaise, dit: 

"L'alcool a cette propriete remarquable et unique d'etre 
aisement absorbe et d'aider a l'absorption d'autres substan- 
ces. II remplace l'amidon et le sucre dans le systeme humain; 
en petites quantites, il a une action stimulante sur le cocur, 
quoique l'effet devienne contraire, lorsqu'il est administre a 
plus fortes doses. Le sucre agit, du reste, de la meme fagon." 
Et le Dr Dixon ajoutait qu'a son avis le sucre se transformait 
en alcool dans le corps humain." 

Cette opinion est pleinement confirmee par la chimie: le 
sucre, c'est de l'alcool et le sucre ne vaut que pour l'alcool 
iiu'il renferme. Cette constatation nous confirme dans notre 
Opinion, puisque le sucre est universcllement reconnu comme 
un fortiliant. Aussi a-t-on commence a en faire absorber tant 
aux hommes qu'aux animaux. 

Le sucre-aliment) c'est admis par tous. 

Done, l'alcool-aliment doit aussi etre admis par I 
puisque le sucre, c'est de l'alcool. 

N'en deplaise aux teetotallers nous tenons la verite, n >us 
qui pronons l'usage modere de l'alcool qui a permis a tant 
d'hommes de vivre gaillardement. au temps ou l'ascetisme 
n'avait guere d'adeptes. 

Mais il n'est pas assez de prouver que nos adversaires 
ont tort, nous pouvons prouver que nous, nous avons raison. 
Et quel temoignage plus digne de foi pourrions-nous inyo- 
quer que celui du "Lancet" qui est, chacun le sait, l'organe 
officiel du corps medical anglais, "En presence des frequents 



54 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1.913. 



Vol. XLVI — No 40. 



rapports faits sur l'etat de l'opinion medieale actuelle con- 
cernant l'alcool et les boissons spiritueuses, nous soussignes, 
pensons desirable de publier la breve declaration suivante. 
declaration que nous considerons comme representant les 
opinions des principaux professeurs de clinique et de la plu- 
part des medecins pratiquants. 

"Tout en reconnaissant qu'en prescrivant l'alcool, il est 
utile de considerer avant tout les besoins de l'individu, nous 
sommes convaincus de la justesse de l'opinion si longtemps 
et si generalement soutenue: a savoir qu'en cas de maladie, 
l'alcool est un reconstituant rapide et digne de confiance; 
dans de nombreux cas, il peut vraiment etre considere com- 
me un remede ramenant la vie a raison de son pouvoir pour 
soutenir l'energie cardiaque et celle du systeme nerveux, tout 
en protegeant les tissus musculaires qui s'affaiblissent. 

"Comme breuvage de regime, nous soutenons la croyance 
universelle du monde cjvilise qui consiste a considerer que 
l'usage modere des spiritueux est pour les adultes generale- 
ment bienfaisant et amplement Justine." 

Suivaient les signatures des praticiens les plus en vue du 
Royaume-Uni. 

Ajouterons-nous a ce temoignage si eclatant celui-ci, for- 
mcl dans son laconisme, de Sir T. Lauder Brunton, F.R.S., 
plus haut cite, qui n'a pas craint de proclamer cette verite 
scientifique: "L'alcool est vraiment un aliment." 

II n'est pas inutile a la defense du commerce des vins et 
liqueurs de rappeler ces choses qui s'appliquent a tous les 
spiritueux et qui ont forcement une repercussion certaine sur 
la consommation courante de l'eau-de-vie, englobee dans le 
meme ostracisme par les outranciers de la temperance qui 
nient les proprietes reconstituantes qu'une pratique seculaire 
leur a reconnue. 



L'IMPORTANCE DE SAVOIR ACHETER. 



Plus d'un commercant a vu son commerce aller a la 



ruine parce qu'il faisait ses achats sans consideration. Sans 
un systeme qui indique le chififre -des marchandises en mains, 
un marchand est presque toujours expose a se trouver un 
jour surcharge d'un article au detriment d'un autre. 

Un autre grand defaut, c'est de ne savoir pas limiter ses 
achats. Les voyageurs de commerce et les marchands de 
gros insistent souvent aupres de leurs clients pour leur faire 
acheter plus qu'ils n'en.ont reellement besoin, et les ache- 
teurs cedent souvent pour faire plaisir aux vendeurs. Ces 
faveurs sont trop peu souvent appreciees, et ceux dont c'est 
le metier d'insister, prefereraient voir le marchand acheter 
en moins grandes quantites, mais qu'il payat ses comptes a 
echeance. 

De fait, ils preferent garder leurs marchandises en ma- 
gasin plutot que de faire des frais d'expedition pour, apres, 
attendre indefiniment la rentree de leur argent. Acheter en 
grandes quantites est bon pour quelques debitants. Mais 
dans les grandes villes, ou la livraison par messagerie est si 
facile et rapide, nous opinons pour les petites quantites re- 
petees au besoin. Les maisons de gros tiennent de grands 
assortments, c'est leur role; laissez-les porter le stock pour 
vous. Vous pouvez vous procurer chez eux tout ce dont vous 
avez besoin et quand vous en avez besoin, et, si vous savez 
limiter vos achats, vous pouvez prendre votre escompte. 

Tenez-vous un livre-index de ce dont vous aurez besoin 
prochainement? Certains, debiteurs le font. D'autres tien- 
nent, dans un bureau, une fiche sur laquelle ils gardent les 
comptes a payer, et ceux deja payes. C'est la un excellent 
systeme qui les dispense de tenir des livres, mais il comporte 
un grand defaut. Si l'un de ces comptes non payes glisse de 
lafiche, le debitant implique soutiendra au fournisseur qu'il 
l'a paye, du fait qu'il ne peut pas le trouver. Ce n'est pas une 
methode commerciale; c'est de l'a-peu-pres. 

Le manque d'un livre ou inscrire ce dont on a besoin, est 
presque aussi mal que le systeme de fiche. Ayez-en un et 
tenez-le convenablement. 



SAVE2-V0US OU ACHETRR CF DONT VOUS AVEZ BESOIN? 

II ne se passe guere de semaine sans que plusieurs abonnes ne nous demandent oil ils peuvent se 
procurer quelque article dont ils ont besoin et qu'ils ne savent ou acheter. 

Oomme nous 1'avons maintes fois rep£t£, Le Prix Courant »' est entierement a la disposition 
de ses abonnes pour tous les services qu'il peut leur rendre . 

Rren ne nous est plus agreable que de leur faciJiter les affaires, aussi nous empressons-nous de r€- 
pondre gratuite ent a toute demande de ce genre. 

Nos abounds qui auraient besoin d'un renseignement 4 ce sujet n'ont qu'i Detacher Ic Cou- 
pon ci-dessous, le remplir et nous Penvoyer. 

LE PRIX COURANT, 80, Rue St-Denis 

MONTREAL 

le pbix cotjba^t Serv.ce des Abonnes 



80, HUE ST-DENIS, 

MONTBAL 



DATE 
VEUILLEZ ME DIRE OU JE PUIS ACHETER 



1913 



NOM 



ADRESSE 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



55 



NOS PRIX COURANTS 

Les prix indiqu^s le sont d'apres les derniers renseignements fournis par les agents ou manui'acturiers. 



ABSINTHE La cse 

Pernod Fils (12) 1450 

Gunpp. Pernod (14) 13-50 

AMERS 

Amer Picon (12) 11.00 

Levert & Shudel Orange (14) .. 9.00 

BIERES 

Robert Porter & Co., London, Eng. (14) 
Bulldog brand Bass's Ale, p. cs., 

12 qts 2.55 

Bulldog brand, Bass's ale, p. 12 

pts 1.65 

BIGARREAUX 

Tevsonneau (ia) 

Bigarreaux au Marasquin. 9.00 10.50 

BOURGOGNES BLANCS 
Bouchard, Pere & Fils (12) 

bout, i bout. 

Chablis 8.00 9.00 

Chabhs, 1889 11-75 

F. Chauvenet (15) 

Montrachet (mar. Guiche) 20.00 10.00 
Chablis Superieur 7.25 8.25 

Dufouleur Pere & Fils, Nuit, St-Georges, 
France (14) 

"Chablis," p. cs., 12 qts 9.00 

"Meursault," p. cs., 12 qts 14.50 

"Clos Vougeot," p. cs., 12 qts. 21.00 

BOURGOGNE IOUSSEUX 
Bouchard, Pere & Fils (12) 

Bourgogne Mousseaux.. 15.00 16.50 

Beaune 17.00 18.50 

Nuits 19.00 20.5c 

Chambertin 2^.50 24.01 

BOURGOGNES ROUGES 

Bouchard, Pere & Fils (12) 

Macon 6.50 7.50 

Beaujolais 8.00 9.00 

Beaune 9.00 10.00 

"Club" 7.00 8.00 

Pommard 10.00 11.00 

Nuns 12.00 13.00 

Chambertin 16.50 17.50 

Clos de Vougeot 22.00 23.00 

F. Chauvenet (15) 

Clos-de-Vougeot 25.50 26.50 

Chambertin 18.50 19.50 

Romanee 18.50 19.50 

Corton (Clos-du-Roi) . .. 15.50 16.50 

Nuits 13.00 14.00 

Volnay 12.50 13.50 

Pommard 11.50 12.50 

Beaune 10.00 11.50 

Moulin-a-Vent. Macon vieux 

Superieur 9.00 10.00 

Beaujolais 7.00 8.00 

Macon (Choix) 6.50 7.50 

Dufouleur Pere & Fils, Nuit, St-Georges, 
France (14) 

"Macon," p. cs., 12 qts 7.50 

"Beaujolais," p. cs., 12 qts 8.00 

"Moulin a Vent," p. cs., 12 qts. 8.50 

"Beaune," p. cs., 12 qts 9.50 

"Nuits," p. cs., 12 qts 11.00 

"Volnay," p. cs., 12 qts 1150 

"Pommard," p. cs., 12 qts 12.00 

"Corton," p. cs., 12 qts 14.50 

"Chambertin," p. cs., 12 qts. .. 16.50 

"Clos Vougeot," p. cs., 12 qts. 21.00 

F. Chauvenet-Sparkling 

Red Cap 22.00 24.00 

Pink Cap . . .... .... . . 22.00 24.00 

White Car* 22.00 24.00 



CHAMPAGNES 

Deutz & Gelderman (14) Bout.. i Bout. 

Extra sec, Vintage 1904. 33.00 35.00 

Brut, Vintage 1904 33.0035.00 

Ciratien & Meyer (14) Bt. i Bt. 

Caisses ou paniers 12.00 14.00 

Ve Pommery, Fils & Cie (12) 

Sec, ou Extra Sec 31.00 33.00 

Brut (vin naturel) 33.0035.00 

G. Rosset & Cie (14) 

Extra sec, Vintage 1904. 18.00 20.00 

CLARETS 

Bordeaux Claret Co. (14) 

Cotes 3.50 4.50 

Bon Paysan 3.60 4.60 

Bon Bourgeois 4.00 5.00 

St-Julien 4.50 5.50 

Chateau Brule 5.00 6.00 

St-Estephe 7.00 8.00 

Pontet Canet 9.00 10.00 

Nathaniel Johnston & Fils (12) 

Ordinaire 4.25 5.25 

Chateau Chamfleuri 4.25 5.25 

St-Loubes 5-25 6.25 

"Club" 5.50 6'50 

Medoc 5.75 6.75 

Margaux 6.00 7.00 

St-Julien 6.00 7.00 

St-Estephe 7.00 8.00 

Chateau Dauzac 9-5o 10.50 

Pontet Canet 11.00 12.00 

Margaux Superieur 11.00 12.00 

Chateau Beaucaillou .. ..15.00 16.00 

Chateau Leoville 19.00 20.00 

Chateau Larose 19.00 20.00 

Chateau Margaux 21.0022.00 

Chateau Lafitte 22.00 23.00 

COCKTAILS 

Cook & Bernheimer Co. (14) La cs< 
Manhattan, Martini, Tom Gin, 
Vermouth, Gin, Whiskey, Ame- 
rican 9-50 

COGNACS 

Boutelleau Fils & Cie, Cognac, 

France (14) 
"Colombe au Rameau d'Or," p. 

cs., 12 qts 9.50 

"Colombe au Rameau dOr," p. 

cs., 24 demi bouteilles 10.00 

"Colombe au Rameau d'Or," p. 

cs., 32 fls 10.50 

"Doctor's Special," p. cs., 12 

bouteilles 12.00 

"V.O. 1875," p. cs., 12 bouteilles. 13.50 
"V.S.O.P.," 1858, p. cs., 12 bou- 
teilles 18.00 

"V.V.S.O.P.," 1820, p. cs., 12 

bouteilles 30.00 

Jos. Bremon & Cie, Cognac, France (14) 

Par caisse de 12 pintes 6.50 

Par caisse de 24 flasks 7.50 

Par caisse de 48 demi flasks .. 8.50 
M. Carlat & Cie, Cognac, France (14) 
"Trois Etoiles," p. cs., 12 boutu. 8.00 
"Trois Etoiles," p. cs., 24 demi 

bouteilles 9.00 

Cognac City Distillers' Association, 

Cognac, France (14) 
"Trois Etoiles," vieux brandy, 

p. cs., 12 bouteilles 9-50 

"Trois Etoiles," vieux brandy, 

p. cs., 24 demi bouteilles .. .. 10.00 
"Trois Etoiles." vieux brandy, 

p. cs., 32. flasks 10.50 

"Cachet d'Or," p. cs., 12 longues 

houteilles n.oo 



"Doctor's Friend," p. cs., 12 bou- 
teilles 10.50 

"V.O.," vieux brandy fin, p. cs., 

12 bouteilles 12.00 

"V.S.O.P.," vieux brandy, fin, p. 

cs., 12 bouteilles 15.00 

"X.X.O.," vendange 1875, (long 

cou), p. cs., 12 bouteilles .. .. 24.00 

"Special Reserve," vieux de 50 
ans, p. cs., 2 bouteilles .. .. 36.00 
Jimenez & Lamothe (14) 

*** Bout. 11.00 

1865 Liqueur Bout. 18.00 

En futs 4.50 a 4.75 

GINS 

Greenlees & Co., London, Eng. (14) 

"London Dry," p. cs., 12 bout. .. 7.5a 

"Old Tom," p. cs., 12 bouteilles. 7.50 
"Old Tom" and "London Dry," 

le gallon, en baril, depuis .. 2.50 

Burnett (15) 

London Dry 7.50 

Old Tom 7.50 

Blankenhewm & Nolet's Distillerderij, 

Rotterdam, Hollande (14) 
"Key Brand," caisses rouges, 15 

grandes bouteilles 11.50 

"Key Brand," caisses vertes, 12 

bouteilles moyennes 5-SO 

"Key Brand," caisses violettes, 

24 petites bouteilles 6.00 

"Old Geneva Afrikander," 24 

}/2 jars en pierre 13.00 

"Old Geneva Afrikander," 12 

jars en pierre 12.00 

LIQUEURS FRANQAISES 

Benedictine (12) Ltr. £ Ltr. 

12 litres 20.00 21.00 

Marie Brizard & Roger (12) 

Anisette 13.50 

Curasao, Orange ou Blanc .. .. 12.50 

Marasquin 13.00 

Kummel, Superfin 12.00 

Kummel Cristallise 12.50 

Green Peppermint 13.00 

Crenie de Menthe, Blanche. .. 13.00 

Cherry Cordial 12.50 

Cherry Brandy 12.50 

Blackberry Brandy 12.5c 

Kirsch I5-5C 

Hitter Triple 12.00 

Liqueur"; as«orties 1300 

Creme de Menthe Verte .. .. 13.00 

Crenie de Moka 13.00 

Creme de Cassis 13. 00 

Creme de Noyau 13. 00 

Eau-de-vie de Dantzik 13. 00 

Orange Bitters , .. .. 9.50 

Punch au Kirsh 11.00 

Peach Brandy 15.00 

Cse de 12 bout., bout, de 26 oz. 11.50 

Cse de 12 bout., bout de 35 or. 14.00 

Levert & Schudel, "Real Dutch" (14) 
Anisette, p. cs., 12 bouteilles .. 13.50 
Apricot Brandy, p. cs., 12. bout. 15.00 
Peach Brandy, p. cs., 12 bout. .. 15.00 
Creme de Menthe. blanche ou 
verte, 12 grandes carafes ron- 

des 16.5* 

Creme de Menthe, blanche ou 
verte, 12 grandes carafes car- 
ries 16.50 

Creme de Menthe, blanche ou 

verte, 12 bouteilles pyramides. 13.50 
Creme de Cassis, p. cs., 12 bout. 13.50 
Creme de Cacao, p. cs., 12 bout. 13. 50 



56 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 40. 



Curacao, blanc, orange ou topaz, 

par 12 cruches 13-50 

Kummel, Dutch ou Russe, 12 

cruches '•• 13-5° 

Kirschwasser, par 12 bouteilles. 13.50 

Maraschino, par 12 bouteilles.. 13-50 
H. Ouewahn (14) 

Cherry Brandy 12.00 

C. Terrand (14) 

La petite Chartreuse.. ..18.00 19.00 

Lawrence A. Wilson Co., Montreal (14) 
Wilson's Blackberry Brandy, p. 

caisse . . 10.50 

"Royal Crown," vieux Blackber- 
ry Brandy Anglais, p. cs 9-00 

"Hungarian" blackberry brandy, 

p. cs 9-00 

MOSELLE 

Kock, Lauteren & Co. (12) 

Zeltinger 8.00 9 00 

Brauenzerg 7-50 8.50 

Pisport 8.50 9-50 

Scharzberg — 1895 .. '. . ..14.00 
Moselle Mousseux 18. 00 19-50 

H. Sichel Sonne (14) 

Moselle Mousseux 

Muscatel ou Extra Dry... 17. 50 19.00 

OLD TOM & DRY GINS 

Gordon (12) 

London Dry 7-50 

Old Tom 7-50 

Sloe Gin 9- 2 5 

Greenless & Co. (14) 

Old Tom 7-50 

Sloe 8.50 

London Dry 6.50 

Au gallon 2.50 a 3.00 

OPORTO 

J. W. Burmester, Oporto, Portugal (14) 
"Royal Port," p. cs., 12 bout. .. 6.00 
"Cruzado," p. cs., 12 bouteilles. 8.00 
"Newfoundland Style," p. cs., 12 

bouteilles 11.00 

"Rich Douro," p. cs., 12 bout. 12.00 
"Toreador," p. cs., 12 bouteilles. 13.00 
"Old Crusted," p. cs., 12 bout. 14.00 
"Blue Label Royal," p. cs., 12 

bouteilles 18.00 

White port, "Trois Couronnes," 

p. cs., 12 bouteilles 12.50 

White port, "Pedes d'Or," p. cs., 

12 bouteilles .. . . 9.50 

Au gall. 

1 Grappe 2.00 a 2.25 

Diamant T 2.50 a 2.60 

2 grappes 2.75 a 2,85 

3 grappes 3.00 a 3.10 

4 grappes 3 • 60 .a,'' 3 • 75 

4 Diamants 3.35 a 3.50 

3 couronnes 4.60 a 4.75 

Gonzalez Byass (14) Au gall. 

T. Port Wine 2.50 

Tawny 3.00 a 3.25 

Ruby Dry .. .. 4.00 a 4.25 

MacKenzie & Co., Ltd. (12) 

An gaUon 1 2.25 a 10.00 

Sandeman & Co. (12) La cse 

Superior Old 12.00 

"Club" 18.00 

"1890" 30.00 

\u gallon 2.50 a 15.00 



PORTER ANGLAIS 
Guinness' (14) Pt, Chop. 



1 .00 
115 



1.65 
iBt. 



*Bt. 
*Bt. 



Bull Dog Brand 2.50 

Bull' Dog Brand Nips.. .. 

(14) 

Emb. ue E. & J. Burke.. 2.60 

RHUMS 

Marie Brizard & Roger (12) Bt 

Charleston 12.50 

P. S. Clement 10.00 

Jamaique au gallon .. .. 5.00 
SAUMUR MOUSSEUX 
Bt. iBt. 

Ackerman-Laurance (15) Bt. 

"Dry-Royal" 15-75 16.75 

i Bout, paniers 1 doz.; 
paquets de 4 paniers .. 18.00 

SAUTERNES 

Union Generate Vinicole des Charentes 
et de la Gironde (14) 

"Graves", p. cs., 12 bout 

"Sauternes", p. cs., 12 bout. . . 

"Barsac", p. cs., 12 bout 

"Haut Sauternes," p. cs., 12 

bout 

"Chateau Yquem,'" p. cs., 12 
bout 

Nathaniel Johnston & Fils (12) 

Barsac 6.00 

Sauternes 6.00 

Graves 6.00 

Haut Sauternes 11.50 12.50 

Chateau Yquem 20.00 21.00 

SHERRIES 

Gonzalez, Byass & Cie, Jerez de la Fron- 
tera, Espagne (14) 
"Royal," p. cs., 12 bouteilles . . 
"Favorita," p. cs., 12 bouteilles. 
"Club," p. cs., 12 bouteilles . . 
"Cristina," p. cs., 12 bouteilles 
"Fino," p. cs., 12 bouteilles . . 
"Amontillado," p. cs., 12 bout. 
"Idolo," p. cs., 12 bouteilles.. 
"Oloroso," p. cs., 12 bouteilles. 13.00 
"Victorioso," p. cs., 12 bouteilles 14.00 
"Jubilee," p. cs., 12 bouteilles .. 15.00 
"Old East India," p. cs., 12 bout. 18.00 
"Monarca," p. cs., 12 bouteilles. 18.00 

Au gall 

Pendon 2.00 

Claro 2.50 

Giralda 3.00 

Old Brown 3.25 

Fino 3-75 

Amontillado 4.00 

Vino de Pasto 4.00 

Oloroso 4.25 

Las Torres 4-50 

Victorioso 5-50 

Jubilee 6.00 

S. Hermanos 4.50 

Mackenzie & Co., Ltd. (12) 

Au gallon 1.50 a 10. r 

Sanderman Buck & Co. (Julian 

Pemartin) (12) La cse 

Pale Sec 12.00 

Montilla Fino tres sec 12.00 

"Club" .. 18.00 

Selected Old. 36.00 

"Tubilee" 50.00 

Au gallon 1.50 a 10.00 

VERMOUTH 

Noilly, Prat & Co. (12) 7.50 

Martini & Rossi (14) 6.50 



6.00 
7.00 
8.00 

10.00 

25.00 

7.00 
7.00 
7.00 



6.00 
8.00 
10.00 
11.00 
11.50 
12.00 
12.50 



VINS DE MARSALA 
Florio & Sicily Gall. Caisse 

12 bout. 

Marsala Superior.. .. 1.35 

Marsala Virgin 2.25 5.50 

Marsala S. O. M. .. 2.50 6.00 

TARRAGONB© 
Carey, Hermanos & Co. 

Vin de messe 1.25 a 2.00 

VINS DU RHIN 
Kock Lauteren & Co. (12) 

Laubenheim 6.50 7.50 

Bodenheim 8.00 9.00 

Nierstein.. .... 8.50 9.50 

Steinwein in Boxbeutels. 11. 00 
Liebfraumilch .. .... ..13.50 14.00 

Giesenheim 16.00 17.00 

Hocheim 17.00 18.00 

Johanni-sberg 21.00 22.00 

Llaus Johannisberg, 1893.. 30. 00 
Hock Mousseux 18.00 19.56 

H. Sichel Sohne, Mayence, Allemagne 
(14) 

"Laubenheimer" 7.00 8.00 

"Niersteiner" 9.00 10.00 

"Hocheimer" 10.50 11.50 

"Rudesheimer" 13.00 14.00 

"Liebfraumilch" 16.00 17.00 

"Rauenthaler" 20.00 21.00 

"Schloss Johannesberg," p. cs., 

12 pintes 30.00 

"Steinwein," p. cs., 12 pintes . . 12.00 
"Sarkling Hock," p. cs., 12 pintes 20.00 
"Zeltinger," p. cs., 12 pintes. .. 7.00 
"Brauneberger," p. cs., 12 pintes 10.00 
"Piesporter," p. cs., 12 pintes.. 10.50 
"Mosenblumchen," p. cs., 12 pts. 12.50 
"Berncastler," etiquette bleue . . 15.00 
"Piesporter Goldtropfchen," p. 

cs., 12 pintes 18.00 

"Erdner Treppchen," p. cs., 12 

pintes 24.00 

"Berncastler Doctor," original, 

p. cs 30.00 

VINS TONIQUES 

Vin Mariani (14) 9.00 

Wilson's Invalids' Port (14) .. .. 9.00 

"Red Heart" (15) 9.00 

WHISKEYS AMFRICAINS 
Cook & Bernheimer (14) La cse 

Bourbon Gold Lion 10.00 

Old Valley Ptes. 11.50 

Old Valley I flasks 16.00 

WHISKEYS CANADIENS 
Jos. E. Seagram (16) La cse 

"Star" Rye Pintes 

"Star" Rye Flasks, 32s. 

"Star" Rye Flasks, 64s. 

White Wheat Pintes. 

White Wheat .. .. Flasks, 32s. 

No. "83" Rye Pintes. 

No. "83" Rye . . . . Flasks, 16s. 

Hiram Walker & Sons (8) La cse 

Canadian Club, 5 ans d'age, Pts 10.00 

Candian Club .. .. Flasks, 16s. 10.50 

• Canadian Club .. I Flasks, 32s. 11.00 

Imperial Pintes 7.75 

Imperial Flasks,. 16s. 8.25 

Imperial i Flasks, 32s. 8.50 

Baronial .. Pintes 6.25 

Baronial 32 Flasks 7.00 



Clef a la liste precedente. 

Poir tr-mvir ''a^ent des marchandises coteies plusha'tt, voyez le numero apres le notn de la marchandise et comparez 
avec le numero dans la liste suivante : 



4- John Hope & Co. 
8 Hiram. Walker & Son*. 



12. Law, Young & Co. 
14- U A. Wilaoa Co.. Lt4. 



15. J. M. Douglas & Co. 

16. Meagher. Bro*. * Co 



Ov. Limited. 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



57 



NOS PRIX COURANTS 

Marques speciales de marchandises dont les maisons, indiqu^es en caracteres noirs, out l'agence ou la representation 

directe au Canada ou que ces maisona mauufacturent elles-mernes. — Les prix indiqu^s le sont d'apres 

les derniers reuseignements fournis par les agents ou les manufacturers. 



IMPERIAL TOBACCO COMPANY 
OF CANADA, Limited. 

CIGARETTES Par mille 

Richmond Straight Cut No i, ios n.oo 
Sweet Caporal, en boites de 10 .. 8.50 
Athlete, boites de 10 ou pqts ios. 8.50 

Cold Crest. 

En btes de 20 a coulisse 5°° 3-33 6.00 

Vanity Fair. 
En btes de 10 a coulisse 500 3.65 7.30 

Vice Roy (Petits Cigares) 
En btes de 10 a coulisse 500 4.25 8.50 

New Light (tout tabac) ios 8.50 

Sub Rosa (tout tabac) 8.50 

Le Roy (Petits Cigares) 

En boites de 10 8.50 

Derby en pqts de 6 (600) 3.93; ios 6.55 

Columbia, en btes a coulisse de 10 11.00 
Old Gold, 6 (600) 3.78; i/ios. .. 6.30 

Prince, 7, (700) 4.02; ios 5.75 

Sweet Sixteen, pqts, 7s, 4.02; ios. 5-75 
Murad, (Turques), bouts en pa- 
pier 12.00 

Hassan (Turques) — 

En boites de 10 8.50 

Mecca (Turques) — 

En boites de 10 8.50 

Mogul (Turques) bouts en papier 

ou en liege 12.00 

Dardanelles (Turques) bouts en 

papier 12.25, en liege ou argent. 12.50 
Yildiz (Turques) bouts en or, ios 15.00 
Yildiz Magnums, bouts en papier, 

en liege ou en or, ios. et 100s. 20.00 
Virginia Brights, bte de 600, $3.50 5.83 

Gloria, 7s (700) 4.02; ios 5.75 

High Admiral, ios 7.00 

Guinea Gold 12.00 

Otto de Rose, ios 13.00 

Bouquet, boites a coulisse, 7s. 350; 

2 -oi 5-75 

Pin Head, btes a coulisse, 6s. 600; 

3-50 ■• .. : 584 

Piccadilly — 

En boites de 10 18.50 

Pall Mall (Egyptiennes) — 

Bouts en liege •seulement. 

En boites de 10 18.50 

Pall Mall (King Size) — 

En boites de 10 , .. .. 25.00 

Imperial Tobacco Co.'s — 

Egyptiennes No 1 (Plain). 

En boites de 10 ' 18.00 

Imperial Tobacco Co.'s — ' 

Egyptiennes No 2 (Liege ou papier) 

• En boites de 10 11.00 

Imperial A. A. — 

En boites plates de 10 27.00 

Imperial A. A. 1 — 

' En boites plates de 10 35-oo 

Mon Plaisir — 

En boites de 20 10.50 

Duke of Durham — 

En boites a coulisse de 10 .. .. 7.00 
Pedro- 
En boites de 10 7-00 

Old Chum Cigarette! — 

En boitea de 10 S oc 



Effendi (Egyptiennes) — 
Liege ou papier. 

En boites de 10 12.00 

Maspero Freres, cigarettes Nilo- 
meter — 

En boites de 10 20.00 

Egyptian Deities No. 1. 
En btes de 10 a coulisse, 100 2.70 27.00 

Egyptian Deities No. 3. 
En btes de 10 a coulisse, 100 2.00 20.00 

CIGARETTES DE WILLS 

Three Castles. 

Par M. 

Btes fer blanc herm. de 50 .. .. 15.00 

Btes fer bl. plates fantaisie de 10 16.00 

En cartons de 10 15.00 

Three Castles (Gold-tipped). 

En btes fer blanc plates de 50.. 19.00 

En btes fer blanc plates de 10.. 20.00 

Gold Flake. 

En btes fer blanc herm. de 50.. 12.50 

En paquets de 10 12.50 

En boites a coulisse de 10 .. .. 12.50 

Capstan (Doux). 

En btes fer blanc herm. de 50.. 12.00 

En cartons (avec bouts) de 10.. 12.00 

En cartons de 10 12.00 

Capstan (Moyen). 

En btes fer blanc herm. de 50.. 12.00 

En cartons de 10 12.00 

En cartons de 10 (avec bouts).. 12.50 

Wild Woodbine. 

En paquets de 10 12.50 

CIGARETTES DE LAMBERT & 
BUTLER. 

Garrick Mixture. 

Par M. 

En btes fer-blanc herm. de 50. . 19.00 
En boites de 10 rembourrees .. 19.00 

Tabacs a cigarettes. La lb. 

B. C. No 1, pqts, 1/12, btes 5 lbs. 1.00 

Puritan, pqts, 1/12S, bts 5 lbs.. 1.00 
Athlete, paquets ou boites, 1/12, 

boites 5 lbs 1.05 

Derby, en boites de fer blanc is. .95 

Vanity Fair, pqts, is, btes 5 lbs.. 1. 20 

Sultana, pgts, 1/12S, btes 5: lbs.,. 1. 00 

Gloria, pqts, 1/12S, btes 5 lbs.. .. 1.00 
Southern Straight Cut, paquets, 

1/12S, btes 5 lbs 1. 00 

Sweet Caporal, pqts 1/13S, btes 2 

lbs 1. IS 

Houde's Straight Cut No I, pqts, 

1/12S, boites 5 lbs 1. 00 

Harem (Turquie), pqts, l/i6s, 

boites 5 lbs 1-35 

i lb boites de fer blanc 1.40 

Houde's (Turques) — 

1/20 pqts, 5 lbs. boites 1.70 

Hochfeiner (Turques) — 

1/16 pqts, 5 lbs. boltet 1. 10 



Osman (Turquie) — 

1/16 pqts. 5 lbs boites 1.15 

Tabacs coupes a fumer. 

Old Chum— La lb. 

En boites de fer blanc, i/6s 95 

En boites de fer blanc, J lb. .. .80 
En boites de fer blanc, 1 lb. .. .80 

Pqts. i/ios boites 5 lbs 79 

En sacs, 1/5S, boites 5 lbs 83 

Puritan Cut Plug — 

Pqts. i/ns, boites 5 lbs 85 

En boites de fer blanc, i eti lb. .85 
En boites de fer blanc, i/5s. .. -93 
En boites de fer blanc, 1 lb. .. .83 

Full Dress — 

En boites de fer blanc, 1/5 eti lb .95 

Meerschaum — 

Pqts. i/ios, boites 5 lbs 79 

En boites de fer blanc, i lb. .. .80 
En sacs 1/5, boites 5 lbs 83 

Ritchie's Smoking Mixture — 

Pqts. i/ios, boites 5 lbs 80 

Ritchie's Cut Plug— 

Pqts. i/i6s, boites 5 lbs 71 

Unique — 

Pqts. 1/15S, boites 5 lbs 65 

Pqts. 1 lb.,' boites 5 lbs 61 

Pqts. i lb., boites 5 lbs 60 

Calabash Mixture — 

1 lb. boites en fer blanc, cartons 

2 lbs 1 15 

i lb. boites en fer blanc, cartons 

2 lbs. 115 

i lb. boites en fer blanc, cartons 

2 lbs 1-20 

i lb. boites en fer blanc, cartons 

2 lbs 1-35 

NATIONAL SNUFF CO., LTD. 

Landry's Light Snuff— 

Bardlets ou Jarres 

Rose No. 1 3 3 

Merise 3? 

Rose extra 3° 

Macaba •• 3° 

Scoth (pqts 1 lb. et boites 5 lbs) 50 

Scoth, en jarres de 5 lbs 5 2 

Houde's Dark Snuff— 

Naturel 33 

Rose No. I 34 

Rose & Bean 34 

Rose Extra •• 3& 

Merise 34 

Macaba • • • ■ 4 1 

Scoth en pqts 1 lb. et btes 5 lbs - So 

Scoth en jarres' 5 lbs •• 

Copenhagen— en boites 1/12 lb... 00 

Velvet, 1/10 bte, cartons, 3 lbs... 1.28 

Horseshoe— en boites de 1/12 lb. 00 
Tabacs americains a fumer. La lb. 

Pride of Virginia— 

1/10 lb. boites en fer blanc, car- 

• tons I- 33 

Old English Curve Cut— 

1/10 lb. boites en fer blanc, car- . 

tons 2i lbs T -33 

i lb. boites en fer blanc (fer- 

meture hermetique) .....•-• !-4° 

Rose Leaf (coupe fin a chiquer) — 

I or. torquettes, en 1 lb. drumi, I. a* 



5» 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



Van Bibber Cut Plug. 
Btes fer bl. 1/10 lb. 2i lb. cartons. 1.28 
(Fonce ou aromatique) 

Mayo's Cut Plug. 
Paquets 1/10 5 lbs. cartons 1.00 

Paterson's Seal — 

1/5 lb. boites, cartons 5 lbs. .. 1.09 

Tuxedo Granulated Plug — 

1/10 boites en fer-blanc, 2i lbs. 
cartons X -3S 

Lucky Strike — 

i btes en fer blanc 3 lbs. cartons 1.28 
1/5 lb. boites en fer blanc, car- 
tons 5 lbs 1-28 

1/10 lb. boites en fer blanc, car- 
tons 2i lbs 1-33 

i lb. boites en fer blanc 1. 26 

1 lb. boites en fer blanc 1.24 

IMPERIAL TOBACCO COMPANY 

OF CANADA, Limited. 

(Empire Branch) 

Tabacs a chiquer 

Stag, barres, 5 1/3 a la livre .. .. 0.38 

Bobs, 5 et 12, a -a livre 0.39 

Pay Roll, barres, 7 J^s. Palettes 7s 0.56 

Club, 6s. et 12s 0.40 

Black Watch, 6s 0.44 

Currency, 6 l / 2 s. et 12s 0.46 

Empire Navy, barres, 14 oz 0.51 

Tabacs a fumer 

Shamrock, 2 x 4, 6s 0.45 

Pedro, barres, 16 oz. 5s 0.55 

Tabacs haches 

Great West, (sacs) 8s 0.59 

Regal Cube Cut, btes fer-blanc, 9s. 0.70 

Taxi, Crimp Cut, btes fer-blanc, 10s. 0.78 

THE B. HOUDE CO., LTD., 
QUEBEC. 
Tabacs coupes a fumer. 
Casino — 
pqts Y%, boites 5 lbs 27 



pqts 1/6, boites s lbs 24 

pqts i et 1 lb 20 

Carillon (a fumer et a chiquer) 

pqts 1/10 boites de 5 lbs 4C 

Lion Brand — 

sac papier 1/10, boites 5 lbs. .. 35 

Tri-Color — 
boites de lib 32 

Rainbow — 

pqts 1/9, boites 5 lbs 70 

boites en fer blanc I lb 73 

boites en fer blanc i lb 78 

sacs 1/5, boites de 5 lbs 78 

Cremo — 
pqts 1/14, boites de 5 lbs 52 

Patriot— 

boites en fer blanc de 1 lb. . . 25 
Tabacs Naturels, coupes, a fumer. 

Parfum d'ltalie — 
pqts 1/12, boites de 5 lbs 48 

Red Cross — 
pqts de 1/10, boites de 5 lbs. .. 40 

pqts de i lb 40 

pqts de 1/7, boites de 5 lbs. .. 55 

Rouge et Quesnel — 

pqts 1/10, boites de 5 lbs 38 

pqt's 1/5, J et 1 lb 35 

Bellefeuille— 

pqts 1/6, boites ue 5 lbs 24 

pqts 1/3 lb 24 

■pqts de 1 lb 20 

Prairie — 
pqts 1/10, boites de 5 lbs 38 

Richelieu — 

1/10 lb 40 

Old Style— 

1/10 lb 75 

Tabacs a Cigarettes 
Rugby — 

1/9 (boites a coulisse), boites 

S lbs 67 

pqts 1/14, boites de 5 lbs 60 

pqts i et 1 lb 60 



Petit Bleu— 
pqts 1/12 et J, boites de 5 lbs. 50 
pqts ^2 et 1 lb., sous etain .. 40 
L. L. V.— 

pqts Yi lb., sous etain 40 

pqts 1/12, boites de 5 lbs 48 

Petit Poucet— 

pqts 1/12, boites de 5 lbs 48 

Le Petit Jaune — 

pqts 1/12, boites de 5 lbs 46 

Calabresse — 

pqts 1/14, boites de 5 lbs 60 

Swoboda — 

boites a coulisse 1/9, boites de 

S lbs 64 

Carlo — 

pqts 1/14, boites de 5 lbs 55 

Ali Baba— 

pqts 1/14, boites de 5 lbs 60 

btes a coulisse 1/9 ,btes de 5 lbs. 65 
Tabac a chiquer en tablettes 
Spun Roll — 

pqts 1/16, boites' de 1 lb 60 

Tabac naturel coupe et presse 
Orignal — 

pqts 4 et i, boites de 5 lbs. .. 60 
Tabac Coupe, Tranche, en Palettes. 
Bamboo (Curved Cut) — 

boites en fer blanc, 1/10, bts 3 lbs. 75 
Caribou — 

boites 1/7, boites de 5 lbs 50 

CIGARETTES 

"Melachrino" Domestiques 

Grosseur Par 1000 

No 8 — Mince. Bouts unis en 10s, 

50s, ioos $12.00 

No 9 — Bouts en liege en 10s, 50s, 

ioos 12.00 

Non Plus Ultra — Bouts en liege en 

1 os, 50s, ioos 18.50 

No 4 — Bouts unis en 10s, 50s,. ioos 25.00 



Demandez le Tabac a Fumer 

"RICHELIEU" 

Pavilions en Satin dans les Paquats. 

m-^-p-.-THE B. HOUDE COMPANY, LIMITED, QUEBEC, 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No 40. LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 59 




PAR DECISION ROYALB 

-CANADIAN CLUB" 

WHISKY 

"IMPERIAL" 

WHISKY 

DISTILLES ET EMBOUTEILLES PAR 

HIRAM WALKER & SONS, Limited. 

WALKERVILLE, ONTARIO, CANADA. 
ENTREPOTS : 

LONDON, NEW-YORK, CHICAGO, 

VILLE DE MEXICO, 
VICTORIA, C. B. 

Agents : WALTER R. WONHAM & SONS 

6 Rue St-Saorement, MONTREAL 

EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT" 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 191 3. 



Vol. XLVI — No 40. 




La Cigarette Egyptienne Parfaite 




ASP 




RO 



Absolument parfaites tel est le verdict universel. 

Le fumeur difficile n'a jamais fume de meilleures 
cigarettes egyptiennes. 

Offrez les cigarettes » MASPERO ■■ a ceux de vos 
clients qui apprecient ce qu'ils peuvent avoir de 
mieux pour leur argent. 

FORMATS VARIES, 

En Vente chez tous les Marchands en Cros 

EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



61 




A PROPOS DE LA FABRICATION DES PIPES 



Les renseignements qui suivent ne seront pas, croyons- 
nous, sans interet a la fois pour les marchands et pour les 
fumeurs de pipes. L'ambre jaune ou succin est une matiere 
resineuse fossile, elle a une grande importance dans la pre- 
histoire. On le trouve souvent, sous forme de perles princi- 
palement, dans les sepultures neolithiques et de l'age du 
bronze, en Danemark, en Grande-Bretagne, en Suisse, en 
Germanie et en Italic Or, on ne connait en Europe que 
Ideux depots naturels de cette matiere: en Sicile et sur les 
bords de la mer Baltique. II n'est jamais question du pre- 
mier, dans les auteurs anciens; au contraire, ceux-ci, Tacite 
i€ntre autres,. indiquent nettement que l'ambre vient du nord 
'•de la Germanic De ce fait, il faut conclure que l'antiquite 
tirait de ce cote l'ambre qu'elle employait; que, des les temps 
prehistoriques, il existait deja un systeme d'echange entre 
ces pays et les populations de la Baltique. On peut retrou- 
ver les routes que suivait le commerce de l'ambre; elles sont 
en effet marquees par certains objets racheologiques, cistes 
ou seaux en bronze, couteaux de fer, etc., qui venaient les 
uns d'ltalie, les autres d'AHemagne, les autres de l'Asie 
peut-etre. 

L'ambre, d'un prix assez eleve, est l'objet de nombreuses 
contrefagons. On l'imite surtout avec le verre et le copal 
(variete de resine, obtenue en incisant l'ecorce de certains 
arbres originaires des contrees tropicales). Voici des moyens 
pratiques de reconnaitre l'ambre vrai de l'ambre factice. 

Verre: Piquez le morceau suspect avec la pointe d'line 
aiguille chauffee aurouge; si la pointe penetre en produisant 
un boursouflement leger, e'est bien de l'ambre; si elle n'entre 
pas, e'est du verre. 

Copal 1° l'ambre raye le copal et n'est pas raye par lui; 
2° l'ambre est dur, on a peine a l'ecraser, le copal s'emiette 
facilement; 3 le copal est unicolore, toujours; l'ambre, dans 
les plus petits echantillons, est de couleur variable; 4° frotte 
sur la paume de la main, le copal ne degage aucune odeur; 
l'ambre soumis au rrieme traitement exhale une forte odeur 
aromatique. 

Pour coller ou recoller deux morceaux d'ambre jaune, on 
humectera simplement les urfaces a joindre avec une solu- 
tion de- potasse caustique et on les pressera fortement a 
chaud, l'une contre l'autre; la soudure.se fera parfaitement. 

L'ambre jaune C40H64O4 ou succin est une resine fos- 
sile, dure, cassante, presque transparente, d'une couleur qui 
varie du jaune pale au rouge hyacinthe. II est insoluble dans 
l'eau, mais fond a 287° et brule avec une flamme claire en 
repandant une agreable odeur. II degage alors de l'eau, une 
huile volatile et de. l'aci"<tTe succinique, qui se condense, en 
fines aiguilles cristallines, dans la partie froide du tube qui 
sert a l'experience. Cette huile de Succin n'est autre qu'un 
melange d'hydrocarbures. L'ambre se trouve abondamment. 
dans les couches glauconieuses oligocenes du Samland, pres 
de Konigsberg. Cet ambre, qui provient surtout d'un pin de 
l'epoque tcrtiaire, le pinus succinifer, a fourni aux paleonto- 
logistcs plus de deux mille especes d'insectes fossiles. 



Le succin peut etre travaille au tour; il sert a la prepa- 
ration des vernis; on l'emploie aussi pour faire des tyaux de 
pipe et des pommes de canne. II s'electrise tres facilement 
par le frottement. 

C'est le gouvernement allemand qui a le monopole de 
l'ambre jaune. Les blocs d'ambre pesent de 1% a ij^ livre 
chacun. Contrairement a ce que pensent nombre de gens, 
l'ambre brule. 

L'ecume de mer ou magnesite est une substance d'un 
blanc grisatre, poreuse, legere et cependant assez tenace; 
elle est seche au toucher et happe fortement la langue. Elle 
cbnstitue un silicate hydrate "de magnesie (H4Mg2Si30io) 
difficilement fusible et attaquable par les acides concentres. 
(Le nom d'ecume de mer a ete d'onUe a "cette matiere a cause 
de sa legerete, de sa blancheur et de sa porosite.) Reduite 
en poudre, elle etait employee autrefois comme dentifrice. 
Son gisement est dans les terrains de transition inferieurs, 
ou elle se presente en amas tres etendus. La magnesie qui 
sert a la fabrication des pipes provient de divers lieux de 
l'Asie Mineure, de l'ile de Negrcpbnt et de Crimee. 

II en cxiste des gisements en Espagnc (pres de Madrid) 
et en France (departements du Gard, de la Seine et de la 
Seine-et-Marne). 

Cette matiere, quand elle doit servir a la fabrication des 
pipes, porte-cigare ou cigarette, dits d'ecume de mer, est 
bouillie dans le lait, puis petrie avec de la cire et de l'huile 
de lin. Dans le commerce, on trouve une tres grande quan- 
tite de pipes d'ecume de mer artilicielle; ce n'est autre chose 
que de la caseine, a laquelle on a incorpore six parties de 
magnesie calcinee et une partie d'oxyde de zinc. La prepa- 
ration de l'ecume artificielle est due a Wagner. On donne a 
cette composition le nom d'ecume d'Autriche ou ecume de 
Wagner. 

La bruyere est un'- sous-arbrisseau qui croit surtout dans 
le sud de la France', en Corse et en Algerie. 

La Calabasse est une gourde qui pousse dans l'Afrique 
du Sud. On la laisse secher au soleil ardent sur la tige, puis 
on la fait bouillir et on la polit. On ne se sert que du goulot 
de la gourde pour confectionner des pipes. La pipe est tres 
legere et se colore comme de l'ecume de mer. 

La vulcanite ou ebonite est une substance noire ou d'un 
brun fonce, assez dure et douee d'line elesticite comparable 
a celle de la baleine, mais beaucoup"plus cassante. C'est un 
caoutchouc vulcanise, qui contient, en poids, jusqu'a 60 pour 
cent de soufre. On .en fait des peignes, des bijoux, des sup- 
ports isolants pour les appareils electriques et des plaques, 
des disques pour machines electriques, des electrophores. etc. 

La "Bakelite" est une nouvelle composition qui ne brule 
pas et n'a pas de gout: elle ressemble a l'ambre, coute a peu 
pres moitie moins cher, ne cassc pas, ne craque pas, mais a 
des tendances a se foncer quand o nl'expose a la lumiere du 
jour ou au soleil. Ne s'empfoie que pour fabriquer des pipes 
de certaines formes et grandeurs. 



62 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



UN CIGARE 



Qui vous dessillera les yeux. 

Les Statistiques montrent que des hommes en proportion considerable ne peuvent 
pas distinguer le rouge du vert — ils sont atteints de daltonisme et ne le savent pas. 
Presque toujours un sens de differenciation dun genre ou dun autre nous manque. 
Le cigare "Concha Fina" fera voir au fumeur qu'il paie des prix ridicules 
pour des cigares importes, sans obtenir pour cela un article meilleur. 

Le "CONCHA FINA" Davis (Havane clair), 

Est vendu a raison de 3 pour 25c. 

II s'est acquis une renommee, de l'Atlantique au Pacifique, et sa qualite seule est 
le secret de son succes remarquable. 

S. DAVIS &r SONS, LIMITED, MONTREAL 

Fabricants des fameux "NOBLEMEN", *Uux pour vingt-cinq cants. 




Les Connaisseurs 



FUMENT LA 



PIPE "PETERSON 



J> 



Tous les marchands de tabac soucieux de leur 
reputation devraient avoir cette saarque en magasin. 

Seule et unique maiseo au Canada reparant et fabri- 
quant les pipes et articles de fumeurs en tous genres. 



Propri6taires des 

IIRGit! Bill CHIDES 




CH> <S) 



Seals depositaires des Tabacs at Cigarettes 
de la Ragle Francaise. 



GENIN TRUDEAU & CIE., Llmltee. 

22 RLE NOTRE-DAME QUEST, - - MONTREAL. 



SS555 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No 40. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



63 



DES FAITS QU'IL FAUT ENVISAGER. 



On ne peut pas nier qu'il y ait en ce moment bien des 
opinions pessimistes dans le commerce du tabac. Des 
plaintes proviennent de nombreux milieux, d'apres les- 
quelles les affaires ne sont pas aussi actives qu'elles 
devraient l'etre et on met en avant toutes sortes de raisons 
depuis la prochaine legislation qui sera adoptee par le Con- 
gres americain jusqu'au temps qui n'a pas ete favorable au 
debut de la saison. Mais une fois toutes ces raisons expo- 
sees et discutees, on ne peut pas nier que la raison fonda- 
mentale de cet etat de choses, c'est la reduction generale des 
prix des articles manufactures de tabac. 

Les statistiques prouvent que Ton manufacture et Ton 
vend en ce moment plus de tabac que jamais. La production 
de cigarettes pendant les dix premiers mois de l'annee fiscale 
a depasse en moyenne un billion par mois; elle a double pres- 
que celle de toute periode de dix mois depuis qu'on fabrique 
des cigarettes aux Etats-Unis. 

Et, cependant, malgre cette enorme production, cette 
vente phenomenale de cigarettes, combien de marchands ont 
fait un profit satisfaisant sur les cigarettes qu'ils avaient en 
magasin? 

Les marchands en gros, les marchands-detaillants dans 
tout le pays ont eu a travailler ferme pour vendre ces billions 
supplementaires de cigarettes, et cependant a cause des prix 
reduits auxquels elles ont ete vendues si generalement, les 
profits ont ete moindres qu'ils ne l'auraient ete il y a quel- 
ques annees, alors qu'on en vendait une quantite bien 
moindre. 

Bien que la fabrication des cigares ne puisse pas soutenir 
la comparaison avec la production de cigarettes, le montant 
produit a depasse six billions pendant les dix mois de l'annee 
fiscale courante et il depasse d'un quart de billion celui de la 
periode correspondante de la precedente annee fiscale. Une 
augmentation d'un quart de billion, pour la production de 
cigares en dix mois, aurait ete il y a quelques annees un sujet 
d'orgueil pour les commergants et on aurait declare que l'in- 
dustrie du cigare etait tres prospere. 

II est vrai que cette reduction de prix en ce qui concerne 
les cigares n'a jamais ete portee aussi loin qu'en ce qui re- 
garde les cigarettes, neanmoins, en nombre de sections elle 
ae et exageree; des cigares qui coutent, a la manufacture, de 
$60 a $65 le mille, se sont vendus au details a raison de sept 
cents chacun. 

Mais les manufacturiers et les marchands en gros de ci- 
gares ont subi un grave contrecoup du fait de la reduction 
des prix des cigarettes. Les marchands-detaillants, en raison 
des prix reduits auxquels ils ont vendu, pendant ces dernieres 
annees, des cigarettes, ont constate que leurs profits nets de- 
venaient regulierement de plus en plus faibles. 

A cause de cette diminution des profits nets, ils ont ete 
de moins en moins capables de faire face a leurs obligations. 
Ce qui veut dire que les marchands en gros ont eprouve de 
plus en plus de difficultes a percevoir le montant des comptes 
dus par les marchands-detaillants, leurs clients et que par 
suite ils ont ete eux aussi de plus en plus lents a regler leurs 
dettes envers les manufacturiers. 

C'est de cet etat de choses que proviennent les plaintes 
presque continuelles au sujet des perceptions qui sont loin 
d'etre satisfaisantes et aussi au sujet du relentissement du 
mouvement des affaires en certaines saisons, alors qu'autre- 
fois a ces moments-la il y avait beaucoup d'activite et que les 
manufacturiers de cigares manifestaient par suite un vif con- 
tentement. 

Ce sont la des faits qu'il faut envisager, quoiqu'ils ne 
soient guere agreables, et ils demontrent d'une maniere con- 



cluante a toute personne bien pensante que la reduction des 
prix a eu une influence nefaste sur les affaires concernant le 
tabac. 



LA QUESTION DU STOCK. 



En ce qui concerne les cigares, la question de maintenir 
le stock au niveau des demandes des clients du magasin et 
d'eliminer les articles speciaux est une des plus ennuyeuses 
pour le marchand. Les articles qui, par leur grosseur sont 
invendables, representent du capital immobilise et il faut en 
debarrasser par tous les moyens les rayons. 

Le marchand qui remporte le plus de succes fait les cho- 
ses generalement un peu mieux qu'il ne semble necessaire et 
c'est la un des grands principes a observer pour reussir. 
L'employe dans un magasin de cigares ne peut jamais espe- 
rer voir augmenter son salaire s'il ne fait pas plus qu'il est 
tenu de faire pour le prix qu'on le paie. 

II en est de meme du magasin. Son commerce ne peut 
pas augmenter beaucoup a moins qu'il ne donne constam- 
ment un meilleur service a ses clients que ceux-ci ne sont en 
droit de l'esperer. 

Ce qui vaut la peine d'etre fait vaut aussi la peine d'etre 
bien fait et ceci est vrai aussi bien pour le marchand que pour 
son commis. Un commergant qui se rend compte qu'une af- 
faire qui est digne de ses efforts vaut la peine qu'il s'y con- 
sacre tres energiquement ne se trompera jamais beaucoup. 

Le chef d'une des maisons les plus anciennes et les plus 
prosperes d'Amerique dit au sujet de la politique suivie dans 
sa maison: "Nous nous efforgons de faire tout un peu mieux 
que n'importe qui et d'une maniere un peu differente et nous 
constatous que cette tactique rapporte enormement." 

Quelles sont les choses que le marchand de cigares peut 
faire juste un peu mieux que son plus dangereux concurrent? 
Si son concurrent se contente de faire nettoyer ses vitres et 
de changer ses etalages une fois par quinzaine, il peut, lui, le 
faire tous les huit jours. 

Si le concurrent en question concentre plus particuliere- 
ment son attention sur les etalages aux vitrines, faites-les en- 
core mieux, rendez-les plus attrayants encore. 

Recherchez l'originalite pour vos pancartes d'etalage et 
dites quelque chose qui en vaille la peine d'une maniere polie 
et energique qui attire l'attention. On peut aussi se servir de 
pancartes de ce genre dans l'interieur du magasin. 

Les marchands de cigares sont, en general, enclins a 
n'accorder que peu d'attention a la question de l'enregistre- 
ment de leurs affaires. Tenir un etat du stock recu et du 
stock livre aux clients c'est maintenant une question essen- 
tielle a la bonne gerance des affaires, et qu'il ne faut pas ne- 
gliger si Ton ne veut pas encourir de pertes. 

La "United Cigar Stores Co." a sans aucun doute un des 
plus complets systemes pour tenir des etats complets du 
stock de n'importe quelle entreprise commerciale du monde 
et ce systeme a ete l'un des principaux artisans de son succes. 
De cette fagon, elle peut faire des comparaisons et est bien 
guidee pour ses achats, qu'elle ne pourrait faire sans cela 
qu'au juge et souvent au hasard. 

II est evident que dans le petit magasin de cigares on ne 
peut pas avoir un systeme aussi complet de comptabilite que 
dans les grands debits de tabacs ou dans les bureaux des 
compagnies manufacturieres, mais dans le plus petit magasin 
on peut tenir un etat exact du stock pour faire des comparai- 
sons a des intervalles reguliers avec les quantites de stocks 
en magasin pendant les periodes precedentes. 

Les affaires par la poste. 

Le marchand de cigares qui cherche a se creer une clien- 



6i 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



tele par la poste devrait concentrer ses efforts sur un ou deux 
articles au plus dans chacune de ses lettres. 

La tendance de nombre de marchands est malheureuse- 
ment de faire de chacune de leurs lettres un catalogue reduit 
de la plupart des marchandises qu'ils ont en magasin. 

Souvenez-vous de ceci. Tout article supplemental que 
vous decrivez dans votre lettre sert a diviser l'attention de 
celui dont vous recherchez la clientele. C'est done la un 
mauvais systeme et il vaut bien mieux concentrer l'attention 
du lecteur sur line ou deux marques. 



EXPORTATIONS DE CIGARES DE LA HAVANE. 

Pendant la premiere quinzaine d'aout: 

Cigares. 

Grande-Bretagne et Irlande 2,567,736 

Allemagne t 1.977,427 

Etats-Unis l ^°' 20 ° 

Canada 447,520 

a i- . . 306,100 

Austrahe ° ' 

,-, ... 206,024 

Chili 

Republique Argentine 123,090 

T . , 66,000 

Italy ' 

t> r> ... 23,600 

Pays-Bas X 

■r, - -1 18,000 

Bresu ', 

t- . . 15,266 

Espagne 

/-i-- . . 13,000 

Chine °' 

r ... 10,500 

France '_ 

Panama ' 3 

/-•u n 8,3 so 

Gibraltar '°- 

Yenezuela • • •' ' ' D 

r> • ... 6,000 

Russie ' 

Danemark 4,3 

Etats-Unis de Colombie 2 - 22 5 

lies Canaries 2 ' 000 

... 2,000 

N icaragua 

Costa Rica ° 00 

Total du ier aout au 15 aout 1913 7.586,238 

Total du ier aout au 15 aoiit 1912 10,558,907 

Dim. pendant la premiere moitie d'aout 1913 ••• 2,972,669 

Total du ier Janvier au 15 aout 1913 109,385.826 

Total du ier Janvier au 15 aout 1912 99,792,5 2 7 

Augmentation durant 7^/2 mois de 1913 9.593, 2 99 

Diminution pour certains pays durant la premiere moitie 
d'aout par comparaison avec 1912: 

Cigares. 

Etats-Unis 1,428,211 

Grande-Bretagne et Irlande 902,239 

Canada 22 5>3°5 

Allemagne •. 211,865 

Afrique Espagnole 90,5QO 

Uruguay 75 ' s6 °- 

Russie 45,075 

Australie / • ; . 41,650 

Augmentation pendant la premiere moitie d'aout 1913, 

par rapport a 1912: 

Cigares. 

Italie 66 ' 000 



parfois des moments de reverie et par intervalles il regarde 
par la fenetre de son bureau en s'efforcant de tirer son ins- 
piration du spectacle de la foule cosmopolite qui passe dans 
la rue en-dessous de son bureau. II ecrit une page toutes les 
6emaines sur les hommes d'affaires qu'il a rencontres et aux- 
quels il a eu affaire. Voici comment il explique lui-meme de 
quelle utilite, comme calmant, peut etre un cigare lorsque le 
cerveau court le risque de devenir paresseux: 

"Jusqu'a present je me suis borne au roman de la verite. 
Je ferme la fenetre en racontant la realite des consequences 
de l'usage d'un cigare. Entre une tasse de the et un cigare, 
il y a une affinite. C'est l'un des plus grands pacificateurs a 
Regina. Si Ton ne vendait plus de cigares, les moeurs de- 
viendraient immediatement plus grossileres. Le cigare a un 
effet apaisant. Avez-vous remarque que certaines gens ont 
de bonnes manieres tandis qu'ils fument le cigare et que des 
qu'ils le reposent, leur naturel reprend le dessus? S'ils ont 
une nature brutale, des qu'ils lachent .du bout des doigts le 
cigare, ils deviennent assommants. S'ils sont moroses, des 
qu'ils ont fini leur cigare, ils gardent obstinement le silence. 
S'ils sont tout feu, tout flammes, la disparition du cigare leur 
fait decouvrir qu'ils ont cause simplement pour le plaisir de 
causer. 

Mais, par contre, un homme qui a l'habitude de fumer 
le cigare est une acquisition au point de vue social. Il fait 
<1u cigare un moyen d'arriver a son but. C'est pourquoi la 
oompagnie de mon ami Bagshaw me plait. Quand je sortis 
du pate de maisons Banner — il etait alors environ neuf 
heures — vous remarquerez, s'il vous plait, combien je pre- 
cise — je tombai tout droit dans les bras de B. Son sourire, 
qui ne le quitte jamais, etait plutot plus prononce que la 
fois precedente. Nous nous regardames, souriants, silen- 
cieux, puis nous fimes une grimace. "Fumons un cigare, mon 
vieux", dit B. La glace etait rompue. Ce cigare etait un 
moyen de grace. Nous nous sentimes en si complete intimi- 
te en langant des volutes de fumee que tous deux qui etions 
a nous demander comment nous passerions le samedi soir 
a Regina, nous trouvames des idees qui demandaient a etre 
discutees plus longuement. Cinq minutes apres avoir com- 
nence a fumer, nous ne pensions plus a la boue des rues et 
nous etions amis avec les grands esprits du passe et du 
present." 



LISZT AUSSI FUMAIT 



LE CIGARE A SAUVE UN REDACTEUR EN CHEF 
Le redactcur .en chef du "Weekly Mirror", de Regina, a 



L'incomparable Liszt avait l'habitude de fumer un ci- 
gare par jour. Mais ce cigare etait toujours un article du 
meilleur choix. Lorsqu'il partait en voyage, il n'avait qu'i 
dire a son valet combien de jours durerait son absence et 
celui-ci mettait dans le sac de voyage un nombre correspon- 
dant des fameux cigares de la Virginie. 

Un jour que Liszt voyageait en Italie, un prepose des 
douanes vint lui demander s'il avait quelque chose a decla- 
rer. Le musicien, dont l'esprit etait tout a sa musique fit un 
signe qui voulait dire non. Ouvrant quand meme la valise, 
l'officier apercut un certain nombre de cigares de Virginie. 
Le paquet fut confisque et Liszt condamne a payer une 
amende de $100. 

Arrive a Milan, le maitre raconta a son impressano sa 
facheuse aventure. Riccordi rit beaucoup de l'affaire, courut 
au tresor italien, se fit rendre et les cigares et le montant 
de l'amende. Revenant a l'artiste, il lui offnt, avec un sou- 
rire, un de ses propres precieux cigares. 

-Non, mon cher ami, dit Liszt. J'a. fa.t voev , de ne plus 
fumer, afin de ne plus m'exposer a semblable hum.hat.on. 
Riccordi assure qu'il tint sa promesse. 



il. XI, VT — No 40. LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 

CONSERVES CANADIENNES 

"VICTORIA" 

Notre marque de commerce "VICTORIA" est bien populaire et tout 
epicier recherchant "la qualite" ne veut vendre autre chose lorsqu'il a mis 
"VICTORIA" en vente une fois. 

LEGUMES POISSONS FRUITS 

Tomates Saumons Pommes 

Haricots Sardines Fraises 

Pois Harengs Framboises 

Ble d'inde Homards Peches 

Betteraves Huitres Poires 

Asperges, etc. Morue, etc. Prunes, etc. 

Nous vous recommandons specialement, vous en garantissant la qua- 
lite, notre Saumon Rouge "VICTORIA". 



th£s du japon 

Marque VICTORIA et PRINCESSE LOUISE" 

En boites de 80 et 90 lbs. 



CONSERVES IMPORTEES 

Marque "SOLEIL" 

Petits Pois, Asperges, Haricots, Epinards, 
Artichauts, Flageolets, Macedoines, Choux de Bruxelles, etc. 



Ecrivez, Telephonez, Telegraphiez. 

LAPORTE, MARTIN, Limitee 

Tel. Main 3766 568, rue St-Paul, Montreal. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 3 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 40. 



La Biere Populaire 



Est celle que veut le Con- 
sommateur; donnez-la lui. 



La vente de cette BIERE 
excede celle de toutes les 
autres marques reunies. 



Brassee a Montreal depuis 



llllll 1 " *»l 

itttii m ■ > > 

































Fonde en 1887. 



MONTREAL, VENDREDI LE 10 OCTOBRE 1913. 



Vol. XLVI — No 41 



LEA^PERRINS 
SAUCE 




La Sauce Worcestershire d'Origine et Authentique. 



La "Favorite de PUnivers." 





Tout plat de viande — roti, bifteck, 
cutelette, ragout , ou pate — 
sera ameliore par une 
goutte de Sauce Lea & 
Perrins — le delice des 
epicuviens depuis plus 
de 70 ans. 



J. M. DOUGLAS & CO. 



MONTREAL, 
agents CanaMene. 



(INDEX DES ANNONCEURS, PAGE 29) 



PK PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 




TENEZ LES MEILLEURES ESSENCES. 

C'est le seul moyen d'attirer ct de retenir la clientele des m^nageres 
soigneuses. Lorsque l'une d'elle vient a votre magasin et vous demaride 
une essence culinaire, elle entend naturellement la meilleure, car de la 
quality de l'essence depend la qualite du mets. 

Par consequent, donnez-lui les 



LM.0 





rayoipru 




Sj 


EXTRACTS 






DOUBLE 
STRENGTH 

VBOQ JOMU » ca 

MMlXU 












n 
U 



(i 
U 




ll 



et vous vous assurerez son constant patronage et celui de ses amies et 
connaissances. Soyez assure" qu'il n'y a pas de meilleurs agents de publi- 
che que les femmes. Si vous voulez qu'elles soient en votre faveur, don- 
nez-leur toujours ce qu'il y a de niieux. Tout ce qu'on peut mettre de 
qualite dans une bouteille d'essence se trouve dans les 

ESSENCES CULINAIRES DE JONAS. 

Hei iri Jonas &c Cie., 

Kabricants. 
Maison Fondee en 1870. 




OIPIONS MAROEOB* 

THE COUNCIL OP ARTS I 
AND MANUFACTURES) 
PREPARED BV 

Henri Jonas bC: I 

MONTREAL 

—n MEW YORK, 



389 et 391 RueSt-Paul, 



Montreal 




EXTRACT OF 

VANILLA 



HENRI JONAS&CO. 



Vol. XI. VI — No 41. 1«K PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre [913. 



Specifiez les 

Feves Cuites 



*9 



"Simcoe, 

quand vous 
commanderez 
un nouvel 



approvisionnement 
de Feves. 

Vous ne serez pas 
desappointes. 

Dominion Canners, Ltd. 



HAMILTON, ONT. 




LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41 




LE SIROP 

de ble d'Inde 

marque CROWN 

d'Edwardsburg 

est le sirop de famille ! 



Vos parents et. vos grands-parents aiment la " MARQUE 
CROWN" parce 

Quelle A Bon Gout ! 

Les epiciers de bonne reputation sont heureux de vendre la 
"MARQUE CROWN" parce qu 

Elle Est Bonne ! 

Les clients "reviennent" toujours pour la "MARQUE CROWN". 

Recommandez le Sirop de ble d'Inde "MARQUE CROWN" a 
chacun de vos clients et vos Ventes de Sirop se feront d'elles-mernes. 



THE CANADA [STARCH CO., Limited 

Manufacturiers des Marques Edwardsburg 

MONTREAL TORONTO. CARDINAL BRANTFORD. CALCARY. VANCOUVER. 



Vol. XI, VI — No 41. 



1.1', I'RIX COURANT, Vendredi, 10 Octobrc 1913. 



PRIX COURANTS 

Darte la liste qui suit, sont comprises uniquemeiit les marques sp£ciales de marchandises dont les maisons, indiquees en caractere 
poirs, out l'ageuceou la representation directe au Canada, ou que ces maisons manufacturent elles-niemes. Les prix mdiqu^s le sont 
n'apres les dermers renseignenients fournis par les agents, repr^sentants ou manufacturers eux-memes. 




WALTER BAKER & CO., LTD. 

La lb. 

Chocolat, Prime No 
I, bte 12 lbs., pains 
de i lb. et I lb. 0.34 
Chocolat a la Vanille, 
bte de 6 lbs. 0.44 

German's Sweet, J 
s. et i bte de 6 lbs. 0.26 
Breakfast Cocoa, bte 
de i/s, i, i, 1 s., 12 
lbs. to box et 5 lbs. 
tins. 0.39 

Chocolat sucre, cin- 
quieme bte 6 lbs. 
pains de 1/5 lb. 0.21 
Chocolat sucre, Ca- 
racas, bte de 6 lbs. 0.32 
Falcon Cocoa (Soda 
chaud ou froid), btes 
de 12 lbs., 1 lb. tins. 0.34 

Caracas Tablets, cartons de 5c, 
40 cartons par boite 1.25 

Chocolat sucre, Auto, bte de 6 lbs. 0.32 
Ces prix sont F.O.B. Montreal. 

BRODIE & HARVIE, LIMITED. 

Farines preparees de Brodie La doz. 

3.10 
1 .60 
2.90 
1.50 
2.70 
1.40 
1.60 
3.10 
3-io 
1 60 



L. CHAPUT, FILS & CIE, 
Montr6al. 

The Noir Ceylan "Owl" 
No 5, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 5, i lb. 30 lbs. par cse 
No 10, i lb. 30 lbs. par cse 
No 10, I lb. 30 lbs. par cse 
No 15, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 15, i lb. 30 lbs. par cse 
No 30, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 30, i lb. 30 lbs. par cse 

The Vert Ceylan "Owl" 
No 5, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 5, i lb. 30 lbs. par cse 
No 10, 1 s. 30 lbs. par cse 
No 10, \ s. 30 lbs. par cse 



La lb. 

20C 
2IC 
26c 
27C 
32C 
33C 
40C 
4IC 

La lb. 

20c 
21c 
26c 
27c 



Compressed Corned Beef 
Lunch Ham 
Lunch Ham 
Ready Lunch Beef 
Geneva Sausage 
English Brown i; 

Boneless Pigs Feet 11 
Sliced Smoked Beef }i 
Roast Beef i: 

Ready Lunch Loaves, 

Jambon, Boeuf, assortis 
Ditto 

Boeuf Bouilli 
Boeuf Bouilli 
Boeuf Bouilli 



is $2.25 
is 2.50 
is 2.10 
is 2.10 
is 1.50 
is 2.25 
Veau 



2S 

is 

2S 
2S 
2S 
2S 
2S 
IS 
2S 



3-75 
2.25 

3-50 
3-75 
4.25 
3.50 
3.50 
2.50 
3-75 



is 1.60 
is 2.7s 
is 2.25 

2S 3.75 

6s 13.00 



Registered* 
Trade-Mark 



vDWIGHT'S 



CHURCH & DWIGHT 
Soda Cow Brand 

Caisse, 60 paquets 

lb., $300. 
Caisse, 120 paquets de } 

lb., $3.00. 
Caisse, 30 pqts. 1 lb. 

60 pqts. i lb., $3.00. 
paquets de 5c, contenant 




de 1 



et 




96 



Red XXX 

Red XXX 

Crescent 

Crescent 

Superb 

Superb 

Buckwheat 

Buckwheat 

Griddle-Cake 

Griddle-Cake 



pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 



Cartons contenant \ doz. paquets de 6 
lbs. ou 1 doz. paquets 3 lbs., sans charge 
extra. 



Caisse de 
paquets, $3.00. 

CIE. CANADIENNE DES PRO- 

DUITS AGRICOLES 

Montreal 

Lait Laurentia cse 12 pintes 1.50 

Lait Laurentia cse 20 chopines 1.50 

Lait Laurentia cse 24 demiards 1.20 

WILLIAM CLARK 

Montreal 

Conserves La doz. 

Viandes assorties is 2.25 

Compressed Corned Beef is 2.25 



Pork and Beans, sauce tomates 2s 0.95 
Pork and Beans, sauce tomates 

boites plates 3s 1. 15 

Pork and Beans, boites hautes 

sauce tomates 3s 1.35 



-'QxDdngpf 




Pork and Beans, Plain is 0.60 

Pork and Beans, Plain 2s 0.95 

Pork and Beans, Plain, boites 

plates 3s 1.15 



LA MACHINE A 10 TOUCHES 




EST RECONNUE ETRE 

SANS BIVALE 

POUR LES 

Additions, 
Soustractions, 
Divisions 
et Multiplications. 



Demandez notre catalogue, ou venez nous voir. 

CIE. DALTON 

12 Edifice Coristine HONTREAL 

Telephone: MAIN 1346 



C'est a l'avantage de toule personne se servant de sacs 
en papier d'etudier avec soin la que-tion de ces sac. En 
faisant une comparaison scrupuleuse des princ pales carae- 
teVistiques de sacs en papier de differentts fabrications, vous 
vous convaincrez que les 

LES SACS ANTISEPTIQUES 
CONTINENTAL POUR EPICERIE 

(avec fonds Carre's renforc£s s'ouvront automatiquement) 
soiit sans £gaux. Envoyez une commande d'essai au plus 
proche Agent de vente. 

Satisfaction garantie par les manufacturers. 

THE CONTINENTAL BAG AND 
PAPER COMPANY, LIMITED. 



OTTAWA 



ONTARIO 



DISTRIBU EURS 



ONTARIO— The Continental Tag & Paper Ltd, Ottawa et 

Toronto Walter Woods & Co , Hatniltqn. 
MANITOBA, ALBERTA SASKATCHEWAN - Walter 

Woods & Co., Winnipeg 
NOUVELLE ECOSSE, ILE DU PRINCE EOOUARD, 

ILE DU CAP BRETON- Thomas Flanagan, Upper 

Water St. Halifax. 
NOUVEAU BRUNSWICK— J. Hunter White, Agent, Mar- 

ch£ du Nord, St-Jean. 
COLOMBIE ANCLAISE— Smith, Davidson et WrightLtd. 

Vancouver. 
PROVINCE DE QUEBEC— The Contin ntal Bag & Paper 

Co , Ltd. 584 rue St- Paul, Montreal. 



I.K PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



ARRETEZ ! 

Et Voyez le Cirage Impermeable 

NUGGET 

dont les qualites sont demontrees a 

lExposition a'Epicerie, Montreal, 

DU 11 AU 18 OCTOBRE 1913. 



VENEZ NOUS VOIB. 



The NUGGET POLISH COMPANY, LIMITED. 

9, 11 et 13 DAVENPORT Rd, ... TORONTO, Ont. 



Pork and Beans, boites hautes 



Plain 


3s 1.35 


Pork and Beans, sauce Chili 


is 0.60 


Pork and Beans, sauce Chili 


2S 0.95 


Pork and Beans, sauce Chili 


3S 1. IS 


Ox tongue 


lis 9.00 


Ox tongue 


2S 10.00 


Ox tongue 


2js 11.00 


Jellied Veal 


is 1.50 


Jellied Veal 


is 3.00 


Jellied Veal 


2s 3-75 


Gelees de Bouillon 


2s 3 • So 


Gelees de Bouillon 


6s 11.00 


Potted Meats 


La lb. 


Ham, Tongue, Beef and Veal, 




i 0.50 


is 1. 00 


Tongue, Ham and Veal, pate 


is 1.20 


Pates de Foie 


is 0.90 


Pates de Foie 


is 1.35 


Soupes 


La doz. 


Chicken 


pqts I. 10 



J. M. DOUGLAS & Co., 



Montreal. 




Mulligataknay, Oxtail. Kidney To- 
mato, Vegetable, Mock Turtle, 
Consomme, Pois pqts 1.00 

Mince Meat La doz. 

(Tins fermees hermetiquement.) 
is $1.25, 25 1.95- 3s 300, 4s 4-00, 5s 5-O0 



Plum-Pudding / 






Anglais is 1.90 m/ 
Plum-Pudding / 


.... 




Anglais 2s 2.40 £j 






Boeuf fume en tran 






ches "Inglass" 
Boeuf fume en tranches 


is 
"In- 


1.50 


glass" 
Boeuf fume en tranches 


is 
"In- 


2.10 


glass" 


IS 


3-35 



Bleus a laver 

La lb. 

"Bleuol", boites 

10 lbs., 50 pqts 

de 4 car res, 15c 

"Sapphire" 

btes de 14 lbs. 

pqts de i lb. 
"Union", boites 
de 14 lbs., pqts 
de i et 1 lb. 10c 



WM. H. DUNN, 

Montreal. 

Edward's Soups 

(Potages Granules, Prepares. en Irlande) 
Varietes: Brun — Aux Tomates — 
Blanc. 

Paquets, 5c. Cartons i doz. par 
carton 

Paquets, 5c Boites 3 doz. chaque 

(assorties), par doz. 
Canistres, 15c. Boites 3 doz., 

grandeur, 4 oz., par doz. 
Canistres, 25c. Boites 2 doz., 

deur, 8 oz., par doz. 

BORDEN MILK CO., LIMITED, 

Montreal. 

Liste de prix pour l'Est, Fort William 
inclus. 

Prix au 
Lait Condense (sucre) Detail 



Marque Reindeer (4 doz. par cse). $6.00 
Marque Mayflower (4 doz. par cse) 5.25 
Marque Clover (4 doz. par cse) . . 4.75 

Lait evapore (non sucre) 
Marque Reindeer Jersey, Boite de 

Famille (4 doz. par caisse) 3 90 

Marque Reindeer Jersey, Boite 

moyenne (4 doz. par caisse) 4-50 

Marque Reindeer Jersey, Boite 

d'hotel (2 doz. par caisse) 4.25 

Carque Reindeer Jersey, Gallon 

(Y 2 douzaine par caisse) 4-75 

Cafe (avec Lait et Sucre) 
"Reindeer", cafe et lait, 2 doz 5.00 

"Reindeer", cafe et lait, 4 doz. 6.00 

Marque Regal (2 doz. par cse) 4.50 

Marque Reindeer, en jarres en 

verre (2 doz. par caisse) 6.20 

Cacao (avec Lait et Sucre) 
Marque Reindeer (2 doz. par cse) 4.80 
Limite de fret: 50c par cwt. 

Conditions: Net 30 jours, sans escompte. 

Lait et Cremes Condenses. 

St. Charles "Family" 3.90 
St. Charles "Hatel" 4.25 

Lait "Silver Cow" 5.40 

"Purity" 5-25 

Lait condense. 

La cse 

Marque Eagle, 4 

doz., chaque 6.00 

Marque Gold Seal, 

doz., chaque 5.25 

Marque Challenge^ 

doz., chaque 4. 75 







Lait evapore. 



Marque Peerlesg "Hotel". 2 doz., 
chaque 4.25 



Vol. XLVI -- No 41. 



I.K PRIX COIJRANT, Vendredi, 10 Octobre [913. 




Dans tout 
menage on a 

besoin de 
ARROWROOT! 



De jour en jour des centaines de gens apprennent 
les proprietes alimentaires ^tonnantes de l'Ar- 
rowroot St- Vincent. 

A PExposition [Nationale 
Canadienne, de Toronto, 

Cet aliment populaire est presents aux foules : on 
distribue des broclmres explicative? contenant des 
recettes, etc. Ne manquez pas de mettre cet exhibit 
sur la liste de ceux que vous devez voir. 

ST-VIINCEM 
ARROWROOT 

peut etre employe de tant de manieres exquises 
qu'on s'explique facilement sa popularity. La 
science medicale comble d'^loges l'Ari-owroot 
St-Vincent comme mets pour les enfants et les in- 
valides, car il est tres fortifiant et facilement dig£re\ 
Vous n'avez qua faire savoir a votre clientele, 
M. l'Epicier, que vous tenez l'Arrowroot St-Vin- 
cent et vous pouvez etre sur d'un d£bit constant. 
II y a aussi beaucoup d'argent a gagner. 

Ecrivez au Secretaire pour renseignements et echanti lions. 

ST. VINCENT ARROWROOT 

Growers' and Exporters' 

Association 

KINGSTOWN, • ST. VINCENT, A. A. 

AOENTS : Wallace Anderson, 

49 rue Wellington, Toronto. 
L. H. Millen, Hamilton, Can. 




utmv 



SaSMMT 



SHORTENING 

EXCELS 



m OT 



CHEZ TOUS LES EPICIEES. 

OINN. LANGLOIS & CIE, Limitee 

Agents pour Montreal et la province de Quebec. 



"Le Calice" 

SAVON DE CASTILLE 

n'endommage ni les fines linge- 
ries ni les complexions delicate*. 

Pour le lavage des fins tissus d'ete\ les dedicates lingeries 
etc , recommandez le savou pur et parfait " Le Calice". 

Le Savon de Castille Le Calice a une reputation d'hon- 
netete' et d'authenticit£, comme les lames d'acier incompa- 
rable de la vitille ville espagnole dont il tire son noni de 
"Casiille". Qe n'est pas un savon de suif, il ne contient 
absolument pas de gras animal corrompu, il est aussi pur 
que l'hui'e et l'habilete' pu ; ssent le faire. 

Les gens appr^cient ce savon parce qu'ilspeuvent compter 
sur sa purete' et ses qualites pour un bon lavage. Ni lui 
substituezaucun autre savon, M. le Marchand. Si vous n'avez 
pas ''Le Calice" en magasin, commandez-en a votre four- 
nisseur en gros, cela vous rapport era. Fabrique' seulement 
par MM. D. Leca & Cie, Marseille. 

ARTHUR P. TIPPET O COMPANY, 



MONTREAL 



Agents 



TORONTO 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



!.R PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 




Marque Peerless "Boite Haute", 4 

doz., chaque 4-50 

Marque Peerless "Pour Famille", 4 

doz., chaque 3°o 

Marque Peerless "Petite Boite", 4 
doz., chaque 2.00 

CANADIAN FAIRBANKS-MORSE 
CO., LIMITED. 

Montreal. 



"Paos" ("Le savon qui 
nettoie".) 

Par douzaine de boi- 
tes 0.80 



Yankee Cleaner. 

Boite de 1 gallon $1.00 

Boite de i gallon 0.60 

Boite de 1 pinte 0.32 

Boite de 1 chopine ' 0.20 

Dix pour cent d'escompte sur toute 
commande de douze boites assorties. 

THE CANADA STARCH CO., Ltd., 
Manufacturiere de marques Edwards- 
burg. 

Empois de buanderie. La lb. 

Canada Laundry Starch (caisse de 

40 lbs.) 0.06 

Canada White Gloss (caisse de 40 

lbs.) paquets de 1 lb. 0.06 J 

Empois No 1, Blanc ou Bleu (cais- 

ses de 48 lbs.), boites en carton 

de 4 lbs. 0.07 

Empois No 1, Blanc ou Bleu (cais- 

ses de 48 lbs.), boites en carton 

de 3 lbs. 0.07 

Kegs No 1 d'Empois Blanc No 1 

(caisse de 100 lbs.) 0.06A 



Barils No 1 (200 lbs.) 
Edwardsburg Silver Gloss, paquets 

chromo de 1 lb. (30 lbs.) 
Empois Silver Gloss (48 lbs.) en 

canistres de 6 lbs. 
Empois Silver Gloss en boites a 

coulisse de 6 lbs. 
Kegs Silver Gloss, gros cristaux 

(100 lbs.) 
Benson's Satin (28 lbs.) boites en 

carton de 1 lb., etiquette chromo 
Benson's Enamel (eau froide) 

(40 lbs.) la caisse 
Benson's Enamel (eau froide) 

la caisse (20 lbs.) 
Casco Potato Flour (20 lbs.) 

Celluloid. 
Boite contenant 45 boites en car- 
ton, par caisse 

Empois de cuisine. 
W. T. Benson & Co.'s Celebrated 

Prepared Corn (40 lbs.) 
Canada Pure Corn Starch 

(40 lbs.) 

(Boite de 20 lbs., ic en plus.) 

ELIE CHARBONNEAU 

Marche Bonsecours 

Montreal 



E. W. CILLETT COMPANY LIMITED 
Toronto. Ont. 



I 1 * IS.— 1. £»e prtx oot*» teoooettoll •« 
ont pour m&rchandiaee aux point* d 
listribuiion de groa data Ontario e» 
jueuec, except^ la ou des listes apecia 
es de prix p.ua e evea aont en Tigueui, 
t klfl fion t BujitG a Tarir,r aana avia. 

Ujvain en Tablettes 
"Royal." 

Boites 36 paquets & 
6c ... la boite $115 

Lessive en Poudre de 

Gillett. 

La cse 

4 doz. & la caisse $3.50 
3 calsse3 .... 3.40 

5 caisses ou plus 3-35 
Poudre a Pate "Magic" 
Ne contient pa3 d'alun. 

La doz. 




Bananes 

Citrons, la caisse 

Tomates 

Choux nouveaux, la douzaine 

Patates, par 80 lbs. 

Prunes Cal., la caisse 

Peches 

Oranges navel 

Concombres, la douzaihe 

Pommes nouvelles, la boite 

Pruneaux panier 

Peches, panier 

Poires. la caisse 



$2.25 $2.50 
3-00 

o.75 
0.50 
1. 00 
2.50 
1. 25 
3-75 
0.25 

1.25 
0.50 
0.80 
4.00 





6 doz. de 5c. . . $0.50 
4 doz. de 4 oz. . . 0.75 
4 doz. de 6 oz. . . 1.00 
4 doz. de 8 oz. . . 1.30 
4 doz. de 12 oz. . . 1.30 
2 doz. de 12 oz. . . 1.8E 


baking 


4 doz. de 16 oz. . . 2.25 
2 doz. de 16 oz. . . 2.3C 
1 doz. de 2i lbs. . . 5.00 
i doz. de 5 lbs. . . 9.60 


■HBiagaBB* 1 ^' 2 doz. de 6 oz. \ h, 

1 doz. de 12 oz. [ la Cse 
1 doz. de 16 oz. \ $6.0C 

Vendue en canistres seulement. 
Remise spficiale de 5% accordfee Bur 1« 
eommandes de 5 caisses et plu*> d« 1) 




Le Reservoir de Surete et a Mesure Automatique 
de Bowser, pour THuile, est avantageux, Parce 
Qu'il Est Propre. 

Le reservoir ancien diminue vos profits parce qu'il laisse s'echapper l'huile qui abime au^si d'autres articles, en plus de ce qu il 
"gache" votre magasin et lui donne une senteur "infecte" Le Reservoir Bow 



Bowser arrete l'^coulement de l'huile, aussitot que vous 
cessez de pomper ; il n'epanche pas ; il empeche toute Evaporation ; il Economise l'huile tt Epargne les aliments ; il n'Echappe aucu- 
ne senteur d'huile. Avec lui, pas de plaacher buileux, pas de senteur — et vous conservez tous vos profits L'appareil Bowser 
dispense des vilaines mesures etdes entonnoirs — vous n'avez qu'a pendre le bidon du client a un robinft propre et a pomper. 
Lorsqu'il est plein, l'eVoulement sVrrete et il n'y a pas d'Epanchement, de 
Demandez notre Brochure Cratuite et toutes les informations. 



de saletEs, ni de taches^pas besoin de laver vos mains. 



S. F. BOWSER & COMPANY, Inc., 66-68 Avenue Frazer, 

TORONTO, Ontario. 

Fabrique par des Ouvriers Canadiens et vendu par des Vendeurs Canadiens. 



Vol. XL VI 



No 41. 



1.1'. PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



TOUT EN FRANCAIS 

[.'International Stock Food Co., permet 

au marchand francais de rea- 

liser de bons profits. 



Tout marchand de la province de Qudbec qui fait des 
affaires avec les Fertniers et les Eleveurs de Betail peut 
r£aliser un joli beuefice en tenant la 

Nourriture "International" pour le Betail 
et les Specialites "International". 

LISTE DES SPECIALITES 



Nourr lure "Internatio- 
nal'' pour le Betail 

Nourriture pour la Volatile 

Destructeur de Poux. 

Guerison des maladies 
des jeunes animaux. 

Poudres Vermiluges. 

Compose absorbant. 

Liniment blanc Dan Patch 

Remede contre ie Souffle. 

Huile curative de Pin Ar. 
gente. 



Voyezja litterature de pu- 
blicity, jmqu'au gros lure 
de #3,000 sur le Betail, est 
redig.'e en francais ainsi 
qu'en ang'ais. A toutes les 
lettres en francais recues de 
nos clients, nous r^pondons 
en nous servant de la meme 
langue. Toutes les marchan- 
dises International sont ven- 
dues avec garantie imme- 
diate au comptant, de satis- 
faction ou de rembou sement 
de l'argent depense. 

Ecrivez-nouspour avoir des 
renseignetnents complets en 
ce quiconcerne nos prix pour 
les commercants. 



LIMITED 



TORONTO. 



Ont. 



Saindoux Compose 



r AIMC 



Reconnu comme le meilleur 
sur le marche. 

II n'en existe pas qui ait un 
gout plus fin. 

Son Prix est raisonnable. 



MTTHEWS*LAING LIMITED 



Rue Mill. 



MONTREAL. 




Facilitez a la menagere 
les travaux de cuisson. 

La majority des fetumes se font un orgueil de faire de 
beaux gateaux, du beau pain et de la belle patisserie — elles 
aiment qu'ils aient un gofit uniforme, qu'ils soient cuits a 
point et £galement et,surtout, qu'ils aient bon gout. Dounez- 
leui le 

Sel de Table Windsor 

et vous rendrez leurs succes plus certains. Un sel mediocre 
fait une patisserie mddiocre — tout s'affaisse apr£s avoir tra- 
vails durant des heures au-dessus d'un poele surchauffe" et 
e'est un grand d£sappointement. Aidez la mdnagere a 
£viter cela. 

CANADIAN SALT CO., LIMITED 

WINDSOR, ONTARIO. 




Meilleur que le Savon. 

Snap e9t un savon — e'est mieux qu'un savon. 
Le savon nettoie la surface de la peau, mais 
remplit les pores, ce qui finalement endomma- 
ge la chair. Snap nettoie les pores et ra- 
fraichit la peau, la laissant propre et non 
endommagee. 

C EST MEILLEUR QU UN SAVON. 

Ayez-en un stock maintenant et vous verrez 
que cela vous rapportera de l'argent. 

Snap Company, Limited 

MONTREAL 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT' 



IO 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XI. VI — No 41. 



x}" 1 



••Ca "Magic" _ fca eta 

No. 1 caisse 60 pqts de 1 lb . .. . 8.86 

r> • caisses 2.76 

No. 2 caisse 120 pqts de y 2 lb . , 2.86 
5 caisses ....,; 2.76 

No 3 caisse 
30 pqts. de 1 lb. 
et 60 pqts. de J lb 

5 caisses 2.75 

No. 5 caisse 

100 pqts de 10 oz. 2.90 

5 caisses 2.8G 

Creme de Tartre de 
"Gillett" 

La doz 

lb. pqts. (4 doz. dans 
la caisse) .... $1.00 
I lb. pqts. (4 doz. dans 
la caisse) .... 2.00 
La cse 



N. K. 




4 doz. pqts., i lb 
2 doz. pqts., J lb 



assor- 
tis. 



Dr ' }?8.00 

La 

i lb. canistres rondes, avec couver- « 

cles fermant a vis (4 doz. dans la 

caisse) 2.20 

1 lb. canistres rondes, avec couver- 
cles fermant a vis (3 doz. dans la 

caisse) 4.1C 

La lb 
I lb. canistres carrees (% doz". dane 

la caisse) ... 0.32 

10 lb. boltes en bois ........ 0.301 

25 lb. seaux en bois 0.30$ 

100 lb. barils m ,. » ©.28| 

160 lb. bar j la M m . m „ . ««»>-. &-M 




FAIRBANK COMPANY 
LIMITED 
Montreal 

Prix du Saindoux 
Compose, Marque 
BOAR'S HEAD. F. 
O. B. Montreal. 
Tinettes 60 !b. o. 11 
Tierces 0.10! 



0.113 

O.TI 

o . 1 1 i 

o . 1 1 § 

O.Ili 



Seaux en bois, 20 lbs. 
Chaudieres, 20 lbs. 
Caisses, 3 lbs., 20 a la caisse 
Chaudieres, 5 lbs., 12 a la caisse 
Caisses, 10 lbs., 6 a la caisse 
GUNN, LANGLOIS & CIE, Limitee, 

Montreal 



Prix du Saindoux 

Compose, Marque 

EASIFIRST 




Tinettes 60 lb. o.ni 
Tierces o.it 



Seaux en bois. 20 lbs. 2.34I 

Chaudieres, 20 lbs. 2.34! 

Caisses, 3 lbs. lb. 0.12 

Caisses, 5 lbs. lb. 0.12 

Caisses, 10 lbs. lb. 0.12 

Pains moules d'une livre 0.12J 

IMPERIAL TOBACCO CO. OF CA- 
NADA, LIMITED. 

Cigarettes Le 1,000 

Athlete 8.50 

Bouquet, boite 350, par boite 5.75 

Calabash 11.00 

Columbia (tout tabac) 11.00 



Coronet 

Dardanelles (Turques) bouts unis 

Dardanelles (Turques) bout liege 

ou argent 
Derby, boite de 600, la boite 
Empire Navy Cut 
Fatima 
Guinea Gold 
Gloria 
Gold Crest 
Hassan (Turques) 
Imperial A. A. 
Imperial A. A. 1 
Mecca (Egyptiennes) 
Mogul (Egyptiennes) bouts unis 
Mogul (Egyptiennes) bouts en 

liege 
Murad (Turques) bouts unis 
New Light (tout tabac) 
Niobe (Turques) 
Old Chum 
Old Gold 

Pall Mall (format ordinaire) 
Pall Mall (format royal) 
Players' Navy Cut 
Richmond Straight Cut 
Sweet Caporal 
Sweet Sixteen 
Sub-Rosa (tout tabac) 

Cigarettes importees. 
Capstan (douces et medium) 
Capstan, boites de 10 avec porte- 

cigarettes 
Soussa (importees du Caire, Egyp- 

te), extra fine No 25 
Extra fine No 30 
Khedivial 
Three Castles, boites de ferblanc, 

50 s. et boites de carton 10 s. 
Three Castles, boites de fantaisie 

Tabac a Cigarettes. 
B. C. No 1, 1/12 s. 



18.50 

12.25 

12.50 
4.00 

8.00 

10.00 

8.00 

5-75 

6.00 

8.50 

27.00 

35.oo 

8.50 

12.00 



12.00 

12.00 

8.50 

8.00 

8.00 

6.30 

18.50 

25.00 

8.20 

11.00 

8.50 

5-75 

8.50 

Le 1,000 

12.00 



12.50 

20.00 
23.00 
30.00 

15.00 

16.00 

La lb. 

1.02 



i<*S 



CI? 



LE SAVON FAIRY 

Etalez le SAVON FAIRY bien en vue, en tous temps, car sa 
publicite intensive et constante relie VOTRE MAGASIN a NOTRE 
PUBLICITE, 

Le morceau de SAVON FAIRY ovale, flottant, a 5 cents, est 
supe>ieur a tous ceux que vous pouvtz vend re a cinq fois ce piix ; 
il plaira davantage a vos clients ; il se vendra plus facileinent. 
Les femmes de partout connaissent le savon ; les epiciers de par- 
tout en connaissent la vente. 

"Avez=vous tine petite Fee dans votre demeure ?" 
The N. K. Fairbank Company Limited. 

MONTREAL. 



Vol. XLVI — No 41. 



I,E TRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



11 



Athlete. 1/12 s. 
Sweet Caporal, 1/13 s. 

Tabacs coupes. 
Old Chum, 10 s. 
Lord Stanley, Tins i lb. 
Meerschaum, 10 s. 
Athlete Mixture, Tins J et i lb. 
Old Gold, 12 s. 

Seal of North Carolina, 12 s. 
Duke's Mixture (Cut Plug), 1 lb. 
Old Virginia, pqts i et i lb. o.oo 
Duke's Mixture (Granule), 

1/10 s. Bags S lbs. carton 
Bull Durham, 

1/10 bags, 5 lbs. carton 

1/16 bgs, 5 lbs. carton 
Old Virginia, pqts 1/16 lb. 
Snap, pqts 1/12 et 1/6 lb. 



I.07 
LIS 

La lb. 
0.82 
1. 11 
0.81 
1-37 
0.97 
0.97 
0.84 

0.65 

0.87 

1.25 
1. 25 

0.65 
0.48 



Calabash Mixture, tins i et 1 lb. 1.15 

Calabash Mixture, tins i lb. 1.20 

Calabash Mixture, tins i lb. 1.35 
Capstan Navy Cut (importe) tins 

i lb. Medium et Fort i.5< 
Capstan Mixture (importe) tins 

% lb. Medium 1.50 

Pride of Virginia (importe) tins ' 

1/10 lb. 1.35 
Old English Curve Cut (importe) 

tins 1/10 lb. 1.33 

Tuxedo (importe) tins 1/10 lb. 1.37 

Lucky Strike (importe) tins 1/10 1.35 

Rose Leaf (importe, a chiquer), 

pqts 1 oz. 1.24 

Tabacs a chiquer (importes) La lb. 

Piper Hiedsieck 1.22 



Tabacs en poudre. 
Copenhagen en boites .1/12 lb. 
Horseshoe 

Rose No 1 de Landry 
Rose No 1 de Houde 

12 lbs., boites 6 lbs. 

(Empire Branch) 
Tabacs a chiquer. 

Club barres, 5 a la barre, 6 more. 

a la lb., boites 5 lbs. 
Moose us. 

Snow Shoe barres, 6i more, a la lb. 
Stag 5 1/3 more, a la lb., i butts 
Black Watch 6 s. 
Bobs, 5 s. et 10 s. 
Currency, 10 s. 
Pay Roll 7J s. 



La lb. 
0.90 

. 0.90 
0.32 
o.34 
0.39 



La lb. 



0.42 
0.40 
o.45 
o.39 
0.45 
0-39 
0-39 
0.59 



AUX CULTIVATEURS 

Nous recevons la creme des se- 
parateurs a main. 






,sT*fc^ 



o 



xi&° 



vX& 



290 Ave. Papineau 
MONTREAL 




Le meilleur sucre fabrique avec du sucre de canne pur a 1 00 °/o . 
Avez-vous tenu nos sacs en coton de 20 lbs et de 25 lbs ? Des 
paquets propres et commodes. 




JU'abstention d'emmagasiner une marchandisesuperieure peut en trainer une perte de clientele pour le marc hind. 

LES POUDRES NERVINES DE MATHIEU 

sont reconnues partoi-t comme specifique contre les maux de tfite, et recommande>s avec assurance par tous les marcliands 
comme etant un remade effectif . ^ e perdez pas votre c ientele pom avoir laisse vc tie stock s ej uiser. 

Si vous ne connaissez pas les Poudres 



POUDRES NERVINES 

De MATHIEU 
Pourlousles MdindeTeteetNevralg* 




Nervines de Mathieu, essayez-le a no* frais 
au moytn du coupon ci-joint. 

Pour to s 'es rlmmes le Sirop de Goudron 
et d'huile de foie de morue de Mathieu, est 

reconnu comme uu remede sflr et effectif. 

LA CIE J. L. MATHIEU. 

Prnprietaire. 
Sherbrooke, • • P.O. 

MM. L. Chaput. Filt & Cie.. Limitee. 

Depos'tire mi Gros Montr' al, P. Q 



Veuillez m'envoyer une boite reguliere 
de Poudre. Nervines de Mathieu a l'adresse 
suivante : 

Nom _. 

De 

(Nom de la maison de commerce). 

Ru« 

Ville ou village 

Province 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



12 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



Empire Navy Chewing barres 14 
oz., boites 7 lbs. 0.53 

Tabacs a fumer en palettes La lb. 



Rosebud, 3 x 3, 7 s. Yi cads, 8 lbs 


0.50 


Pedro barres, 16 oz., 5 more, a la 




lb., boites 6 lbs. 


0.58 


Empire 6 s. et 12 s. 


0.44 


Rosebud 6 s. 


o.45 


Ivy 7 s. 


0.50 


Shamrock 6 s. 


*-45 


Tabacs haches. 


La lb. 


Great West (Sac) 8 s. 


o.59 


Regal, cube cut en boites 9 s. 


0.70 


Taxi, Crimp cut, boites 10 s. 


0.78 


HENRI JONAS & CIE, 




Montreal 




Pates Alimentaires. 


La lb. 


Macaroni "Bertrand" 


0.08 


Vermicelle "Bertrand" 


0.08 


Spaghetti "Bertrand" 


0.08 


Alphabets "Bertrand" 


0.08 


Nouilles "Bertrand" 


0.08 


Coquilles "Bertrand" 


0.08 


Petites Pates, etc. 


0.08 


Extraits Culinaires. La doz. 


1 oz. Plates. Triple concentre 


0.84 


2 oz. Plates. Triple concentre 


i.57 


2 oz. Carrees. Triple concentre 


1.88 


4 oz. Carrees. Triple concentre 


3-34 


8 oz. Carrees. Triple concentre 


6.2s 


16 oz. Carrees. Triple concentre. 


12.00 


2 oz. Rondes. Quintessences 


I.96 


2i Rondes. Quintessences 


2.19 


5 oz. Rondes. Quintessences 


3-75 


8 oz. Rondes. Quintessences 


6.67 


4 oz. Carrees. Quintessences. Bou- 




chons emeri 


3-75 


8 oz. Carrees. Quintessences. Bou 




chons emeri 


7.50 


2 oz. Anchor. 


1. 00 



4 oz. Anchor. 1.75 

8 oz. Anchor. 3.00 

16 oz. Anchor. 6.00 

2 oz. Golden Star "Double Force" 0.75 
4 oz. Golden Star "Double Force" 1.25 
8 oz. Golden Star "Double Force" 2.25 

16 oz. Golden Star "Double Force" 4.25 
2 oz. Plates. Soluble. 0.75 

4 oz. Plates. Soluble. 1.25 

8 oz. Plates. Soluble. 2.25 

16 oz. Plates. Soluble. 4.25 

1 oz. London. 0.50 

2 oz. London. 0.75 
Extraits a la livre de $1.00 a 3.00 
Extraits au gallon de $6.00 a 24.00 
Memes prix pour extraits de tous fruit*. 



MATTHEWS-LAING, LIMITED. 
Montreal, Canada. 




Moutarde Frangaise. 



La grosse 



Pony Mustard, 2 doz. a la cse 8.40 

Small Mustard, 2 doz. a la cse 7.80 

Medium Mustard, 2 doz. a la cse 10.80 
Large Mustard, 2 doz. a la cse 12.00 

Tumblers Mustard, 2 doz. a la cse 10.80 
Muggs Mustard, 2 doz. a la cse 13.20 
Nugget Tumblers, 2 doz. a la cs 13.20 
Athenian Tumblers, 2 doz. a la cse 13.20 
Gold Band Tumblers, 2 d. a la cse 13.80 
No 67 Jars Mustard, 2 doz. a la cse 13.20 
No 64 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 18.00 
No 65 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 21.00 
No 66 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 24.00 
No 68 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 15.00 
No 69 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 24.00 
Molasses Jugs Must., 1 d. a la cse 21.00 
Jarres i gal. Mustard, 1 d. a la cse 36.00 
Jarres \ gal. Mustard, i d. a la cse 54.00 



Vernis a chaussures. 



La doz. 



1 doz. a la caisse 



Marques Froment. 0.75 

Marque Jonas. 0.75 

Vernis Militaire a l'epreuve de l'eau. 2.00 



Lard en Baril Marque "Anchor" 
Lard pesant, Canada Short Cut, 

Mess brl. 35/45 30.00 

Lard pesant, Canada Short Cut, 

Mess l / 2 brl. 15.50 

^ard pesant, Canada Short Cut, 

brl. 45/55 30-00 

Lard pesant, Canada Short Cut, 

Vi brl. 15.25 

Lard pesant, Brown Brand, desos- 

se, tout gras, brl. 20/35 29.00 

Lard clair, pesant, brl. 20/35. 
Pickled Rolls, brl. . 30.00 

Lard a feves, (petits morceaux, 

mais gras), brt 23.00 

Heavy, clear fat backs 40/50 2.7.00 

Heavy, clear fat backs 60/70 25.50 

Saindoux Compose Raffine, choix. 
Marque "Anchor". 

Tierces, 375 lbs. lb. 

Boites 50 lbs. net (doublure par- 

chemin) 
Tinettes, 50 lbs. net (Tinette imi- 

tee) 
Seaux de bois, 20 lbs., net, $2.20 
Seaux de fer-blanc, 20 lbs., $2.10 
Caisses 10 lbs. tins, 60 lbs. en cais- 

ses, bleu 
Caisses 5 lbs. tins, 60 lbs. en cais- 



0.10J 

o.ioi 

o.iof 

0.11 

o.io* 

o.ni 



J'allais justement vous 
voir, Monsieur I'Epicier 

Etes-vous pret a me recevoir 

La saison des crepes est presque arrivee — et vos 
clients vont bientot vous demander de la farine de la 
Tante Jemima pour crepes. Vous feriez mieux de 
dormer voire commande de bonne heure a votre four- 
nisseur en gros. II est pret a vous approvisionner. 

Aunt Jemimas 
Pancake Flour 

Nous comptons que la saison sera la meilleute que vous ayez jamais eue. Nous 
avons prepare" une jolie campagne de publicite ; elle est toute prete — beaucoup 
d'espace— se fait rdgulierement jusqu'a la fin de la saison. 

Cette annee, aussi, nous mettons en v> dette V s amusantes poupf es Tante Jemina que tons les 
enfant* aiment tant. N'oublitz pa» d en parler a tous vos clients. Elles font vendre la farine de 
la Tante Jemina. 

Splendidea pancartes en couleura voyantes pour magasins— CRATUITEMENT. 

Davis Milling Co., st. Joseph, mo. 




GRATUITEMENT 

Un assortiment des 
Poupees Amusantes 

Juste pour vous montrer combien les 
fameuses Poupees Tante Jemina on td at trait 
pour les petits enfanis, et combien i Is aident 
aveudre la farine de Tante Jemina, nous 
vous enverrons GRATUITl! MENT un assor- 
timent complet de ces poupees— si vous ecri- 
vf z ne note a ce sujet dmsl'en-tetede votre 
lettre. Don"ez ces poupees a vos enfants et 
voyez combien lea amusantes 1 oupees Pic 
Kiniuni s leur plairont. Ecrivez aujour- 
d'hui. Ne manquez aus»i de demander notre 
attrayant etalage Tante Jemima pour vitrine. 

C'est GRATUIT. 



Vol. XLVI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



13 




Le Catsup de qualite superieure — 

E. D. S. a un prix inferieur a 

ceux des marchandises importees. 

Comme tous les autres produits portant cette 
marque bien connue, le Catsup E. D. S. est abso- 
luraent pur. Fabrique avec des tomates entieres, 
mures, saines, le meilleur sucre granule et les meil- 
leures Apices que l'argent puisse procurer. On n'y 
emploie ni couleur ni preservatifs. 

Les tomates passent, a haute pression dans deux 
bains d'eau froide puis sont echaudees deux fois a 
la vapeur avant d'etre cuites. 

Le r^sultat de cette preparation soigneuse et hygie ■ 
nique, c'est un catsup delectable, agreablement 
6pice, ayant la riche saveur de la tomate mure. 

Le Catsup E. D. S , tout comme les Gel^es et 
Confitures E. D. S., est grand favori aupres de la 
plupart des gens. II n'est surpasse par aucun ar- 
ticle importe et se vend a un prix moindre. 





E. D. SMITH & SON 

LIMITED 
WINONA, ONTARIO 

AGENTS :— NEWTON A. HILL, Toronto ; W H. 
DUNN, Montreal; MASON & HICKEY. Winni- 
peg ; R. B. COLWELL, Halifax, N.E ; J. GIBBS, 
Hamilton. 




Profits et Livres 

Chaque fois que vous vendez quoi que 
ce soit a votre comptoir, la justess? de vos 
balances determine votre profit ou votre 
perte. II vaut inieux pour vous ne pas 
avoir de balance du tout que d'en avoir 
une inexacte, car les erreurs qu'elle vous 
fait commettre vous causeront bien des 
ennuis. Si la pes£e est trop legere, vos 
clients mettront en doute votre honne- 
tet6 et vous perdrez 
leur clientele. Si la 
pes£e est trop lourde 
vous perdrez de l'ar- 
gent a partir du jour 
ou vous commencerez 
a vous en servir. 

FAIRBANKS 

"Les balances qui ont rendu le pesage juste." 

Elles sont manufacturers depuis plus de 80 ans et ont une 
reputation internationale pour la justesseet la durability. Les 
Balances Fairbanks ont £td adoptees par les gouvernements 
des Etats-Unis, du Canada et Strangers, et sont universelle- 
ment employees dans presque tous les cas ou 1 'exactitude des 
poidsentreen ligne decompte pour realiser des b£n£fices. La 
Bascule Transportable llustr£e ici est notre type £talon pour la 
pes£e de tous les genres de marchandises g£n6rales. Comme 
pour toutes les Balances Fairbanks, toutes ses parties sont 
fabriqu^esaumoyendesmeilleurs materiaux ; les supports et 
pivots sont en acier finement trempe\ On les livre avec ou 
sans roues. Diverses grandeurs, pesant de4oo a 2,500 livres. 
Ecrivez pour avoir notre Catalogue et nos prix. 

THE CANADIAN FAIRBANKS-MORSE CO., Limited. 

444, rue Si Jacques, MONTREAL. 




"Cow Brand * signifie 
purete de Soda. 



Les cuisimeres soigneuses insistent pour avoir ce soda 
fameux, dont la qualite est bien prouvee. Etes-vous pret 
pour la demandede soda actuelleet pendant 1 automne ? 

VOTRE FOURNISSEUR EN GROS A "COW BRAND" 

CHURCH & DWIGHT 



Manufacturers 

MONTREAL 



LIMITED 



VW\<*^N^^^^^^^^^^^^^^^^^AA^^^^*'^/^^^r^^r^r^ ^^ WN/N/VWV^ l ^^^^S/WN«» 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



14 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



X 




PERFECTION 

'1* MODNEV BISCUIT : *C,'.NDT. CC 
• STf?ATraKD. CAN AD,'. 



LES 



BISCUITS 



Qui Edifient un Commerce. 

Tout Spicier actif et intelligent de- 

vrait maintenant faire un effort 

special pour pousser la ven- 

te des biscuits 

Soda a la 

Creme Perfection 

de Mooney 

II a une occasion de le faire en cette 
grande saison des receptions et 
des "TheV. II n'y a rien de plus 
agreable au gout, de plus croustil- 
lant et de plus delectable en fait de 
biscuits Tous les gourmets le savent 

The Mooney Biscuit 

AND CANDY CO., LIMITED 

Manufactures a 

Montreal, Stratford, Winnipeg, 
Vancouver. 

Succursales a Hamilton, Ottawa, Syd- 
ney, C. B., Halifax, N. E., Fort Will 
iam, Calgary, Vancouver, C. B., St- 
Jean, T. N. 



La FarinePreparee deBrodie 

Vous Conserve Vos Clients. 

Toujoura digne de confiance, elle est preferee a 
toutes let autre* f arinei . 

UN BON VENDEUR. 

Voyez le coupon dea epiciers dans chaque 
carton. 

Brodie & Harvie, Limited. 

14 et 16 Rue Bleury, 

Tel. Main 436. MONTREAL. 



Ne demandez pas plus a votre publi- 
city qu'elle ne peut vous donner. Son 
action est limitee de meme que son ren- 
dement. 



ses, bleu 0.11J 

Caisses 3 lbs. tins, 60 lbs., en cais- 

ses o.ni 

Briques de saindoux, 60 lbs, en 
caisse 0.12J 

Saindoux Marque "Anchor" (garanti 
pur). 
Tierces, 75 lbs. 0.14$ 

Boites, 50 lbs., net (doublure par- 

chemin) 0.14I 

Tinettes, 50 lbs., net (tinette imi- 

tee) 0.14J 

Seaux de bois, 20 lbs., net (dou- 
blure parchemin) $3.00 0.15 
Seaux en fer-blanc, 20 lbs. 

brut • $2.90 0.14^ 

Caisses, 10 lbs., tins, 60 lbs., en 

caisses rouges 0.15^ 

Caisses, 5 lbs., tins, 60 lbs., en 

caisses rouges 0.15J 

Caisses, 3 lbs., tins, 60 lbs., en 

caisse 0.15^ 

Saindoux en carre d'une livre, 60 
lbs., en caisse 0.15I 

Viandes fumees. 
Jambons: Premiere qualite. 

Extra gros, 28 a 40 lbs. o.i8£ 

Gros, 20 a 28 lbs. 0.19 

Moyens, 15 a 19 1 bs. 0.21 

Petits, 10 a 13 lbs. O.21J 

Jambons desosses, routes, gros 

16 a 25 lbs. 0.22 

Tambons desosses, roules, petits 
Bacon Windsor, sans os 0.25 

Jambons de Laing, choisis, Pique- 

que-Nique", 10 a 14 lbs. 0.17 

Petit bacon roule, epice, desosse, 

8 a 12 lbs. o.i6£ 

Bacon choisi, Wiltshire, cote, 50 

lbs. 0.20 

Cottage Rolls 0.20 

Saucisses fumees. 
Bologna (Bondon de Boeuf) 0.08 

Bologna (Enveloppe ciree) 0.07J 

Brunswick (Beef Middles) 0.08 

Frankfurts 0.10 

Polish 0.09 

Garlic 0.09 

Empress (Poulet, jambon et lan- 
gue)_ doz. 1. 10 

Saucisses fraiches. 
Saucisses de pore (tripes de pore) 0.09J 
Saucisses de pore (tripes de mou- 

ton) 
Petites saucisses de. pore (pur 

pore) 
Saucisses Cambridge (paquets de 

1 lb. 
Saucisses de fermier 
Chair a saucisses ^seaux de 20 

lbs.) 
Boudin blanc 
Boudin noir 

AGENCES 

LAPORTE, MARTIN, LIMITEE, 
Montreal. 
Legumes. 

Petits Pois Importes "Soleil" 

Extra fins, 50 boites 

Extra fins, iooi boites 

Tres fin, 100J boites 

Fins, iooi boites 

Mi-fins, iooi boites 

Moyens, No 2, iooi boites 

Moyens, No 3, iooi boites 
Petits Pois "Frs. Petit & Cie." 

Fins, iooi boites 

Moyens, iooi boites 
Legumes "Soleil", 

Haricots: — 

Verts, extra fins, iooi boites 
Verts, extra fins, 40 flacons 
Verts, moyens, iooi boites 
Verts, coupes, iooi boites 



O.IO 

0.16 
o.ioi 

O.IO 

o.o8i 
0.07 
o 08 



14.50 
i5-oo 
I3-5Q 
11.50 
11.00 
9-50 
9.00 

. 00 
7-50 



14.00 
8.50 
8.25 
8.00 



IMPORTANT 

Les Epiciers detail Ian ts 

qui d^sirent plaire a 1 e u r s 
clients devraient etre certains 
de pouvoir leur fournir les v£ri- 

tables 




Baker's 
Cocoa 



and 



Chocolate 



Registered** avec la marque de com 
Trade-Mark me rce sur les paquets. 

Ce sont des marchandises 
de premier ordre, les meilleures 
du monde au point de vue de la 
purete" et du gout. 

Manufactures uniqnement par 

WALTER BAKER & CO., 

Limited. 

Montreal, Can. Dorchester, Mast 

ETABLIE EN 1780. 



LACAILLE, GENDREAU & CIE 

Successeurs de CHS. I,ACAIX,I,E & CIE. 
EPICIERS EN QROS 

(mportatenrs de Melaases, 81- 

rop*, Fruits Sees, The, Vina, 

Liqueurs, Sucres, Etc, Etc. 

Specialite de Vies de Mease de Sicile 
et de Tarragons. 



329 Rue St-Paul et 14 Rue St-Dizi 
MONTBEAL 



CONFITURES PURES DE UPTON 



C0NFITM8 PUSES 

■oavELLE saison 

**& DE UPTON @* 

XilNTEN.II PRETt: 




Absc lumtnt purei 
et de saveur d£li- 
cieuse, conserved 
ians des seaux de 
5 lbs. et des j*rre» 
en verre de 16 oz., 
doubles or, seell€s 
hermetiquement. 

PORE IIBMELsSE 
I'MINE 

UPTON 

Bien et favorablement connue de 
l'epiciei et de ses clients dans tout le 

Canada, on elle est faite et vendse 

depulei plus de qulnie «dp. 



Vol. XI.VI — No 41. 



,LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



LE HAGHIS DE CLARK 

N'est-C3 pas a peu pres le 
moment, M. l'Epicier, de com- 
mencer a vous preparer a votre 
commerce de hachis ? 

Le Hachis de Clark est 

pret a servir 

et 

les produits de Clark sont 

prets pour vos affaires 

On n'emploie dans sa prepa- 
ration, que des fruits et des 
Apices de premier choix. Garanti 
absolument pur. 

Mis en pots enverre. line gran- 
deur settlement. 

En boites en fer-blanc cachetees 
hermetiquement, grandeurs No 1 , 
2, 3, 4 et 5. 

En seaux, caisses et barils de 
5, 10, 25, 45, 85 et 300 livres. 

Vos clients en veulent. 
Cela vous rapporte d'en vendre. 



W. Clark = Montreal 



Le Pret Immobilier, Limitee 

244 Rue Ste-Catherine Est, 
Montreal. 

Phone Bell Fst 5779 

BUREAU DE DIRECTION i 

President 1 M. J.-A.-E. Gauvin, pharmacien 
ancien echevin ; Vice-President : M. L -A. La 
vallee, maire de Montreal ; Secretaire-Treso 
rier : M. Arthur Gagne, avocat ; Directeurs : M 
L. B. Geoffrion, ancien president de la Chambre 
de Commerce du District de Montreal, membre 
de la Commission du Havre de Montreal ; M. le 
Dr J.-O Goyette, ancien maire de Magog ; M. le 
Dr P -P. Renaud , capitaliste ; M. F.-E. Fontaine, 
directeur-gerant de "The Canadian Adver ising 
Limited" ; Gerant : M. L.-W. Gauvin, ex-inspec- 
teur et surintendant de la Metropolitan Life 
Ins. Co. 

SI VOUS AVEZ BESOIN DE CAPITAL 

pour acheter une propriete ou pour vous batir 
> ' "Pret Immobilie r, Limitee,' 

qu vous prStera ce capital sans interfit, avec 
grandes facilites de remboursement 

Les facilites de remboursement des prftts faits 
a ses membres par le "Pret Immobilier, Limitee" 
sont telles qu'elles represejtent a peu pres 
l'interet que Ton aurait a payer sur un emprunt 
ordinaire. 

REPRESENTANTS DEMANDES .-Le "Pret 
Immobilier, Limitee" n'a pas encore d'agence 
dans tous les Districts et est dispose a entrer en 
pourparlers avec des representants bien quali- 
fier 

Eorivez ou telephonez pour avoir la 
brochurette explicative gratuite. 



Bacon Anchor Brand, a dejeuner, 
Bacon, Special Rose Brand 

9 a 12 lbs. 

sans os, choisi 
Bacon Brown Brand, a dejeuner, 

marque anglaise, sans os, choisi 
Bacon Windsor, dos pele 






23 


0. 


2 3 





20 





18 





23 



Coupes, iooi boites 8.00 

Macedoines, No 1 extra, iooi btes 12.00 

Macedoines, No 1 extra, 40 flaeons 9.00 

Cotes de Celeri, iooi boites 8.00 

Cotes de Celeri. 50 boites 7.50 

Soupes (Pois, Oseilles et Cerfeuil, etc.) 

Oseilles, iooi boites • 9.50 

Puree de tom. concentrees, iooi b. 9.00 

Puree de tomates, 50 boites 

Julienne, iooi boites 

Cerfeuil, iooi boites 
Asperges. 

Pointes tetes seulement, iooi btes 

Branches geantes, 100J boites 

Branches geantes, 50 boites 

Branches grosses, 100/ boites 

Branches grosses, 50 boites 

Branches Extra, 50 boites 

Branches Fines, iooi boites 

Branches Fines, 50 boites 
Flageolets. 

Moyens, iooi boites 
Sardines. 

Petit Caporal Club } 

White Bear i s. 

White Bear I s. 

Le Pilote i 

Victoria i s. 
Savons de Castille. 

Le Soleil 72% d'huile d'Olive. 
more, de 10 oz., 200 a la caisse 
more, de 10 oz., 100 a la caisse 
more, de 7 oz., 200 a la caisse 
more, de 1 lb., 50 a la caisse 
more, de 1 lb. long, 50 a la c/s 
more, de i lb., 50 a la caisse 
more, de 3 lbs., 12 a la caisse 
barres de 11 lb., 25 a la caisse 



c/s 12 barres, 3 lbs. 

Huile d'Olive "Minerva" 
12 bouteilles, 1 litre 
12 bouteilles, qts. 
24 bouteilles, pts. 
24 bouteilles, i pts. 



o.o8i 
C/S 
8.00 
6.00 
6.50 
4-25 



9.00 

8.5s 

9-S<? 

C/S 

30.00 

28.00 

26.50 

26.00 

22.00 

24.00 

23-50 

22.50 

11.00 
C/S 

12.00 

16.00 
9-50 

14-50 

8.00 

Lb. 



La Lune 65% d'huile d'Olive. 
more, de I lb.. 50 a la caisse 



12.00 
6.00 
7.50 
4-5o 
4-50 
3-75 

o.ioi 

o.o8i 
Lb. 

' 335 



L'histoire des succes 

DE 

FELS-NAPTHA 

est simple et pourtant ties im- 
portante pour tous les epiciers. 
FELS-NAPTHA etait originel, 
efficace, parfait, simple ; la qua- 
lite" y etait et on l'a toujours gar- 
dee strictement uni forme. II y a 
des raisons pour sa popularite sans 
cesse croissante. 




Demandez a n'importe quel 
expert en THE quel the il faut 
acheter pour obtenir un breu- 
vage de toute premiere qua- 
lite — il vous indiquera le 
THE DU JAPON 




i6 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 




Ri 

A' 




POUEQUOI EXPERIMENTEE ? 

tpiClCrS I Quand vous commandez des Pains de Levure, ayez soin de toujours specifier 
la Levure Royal. Si vous negligez cetie precaution, vous vous exposez a ce qu'on vous impose 
une autre marque et vous fasse faire une depense inutile, en remplissant vos commandes au moyen 
des imitations mediocres pour lesquelles il n'y a que peu ou pas de demande. L artic'e d'origme, 
portant 1 < tiquette bleue, estcelui quedesnent les consommateurs. Evitez les imitations connues et 
representees comme "tout aussi bonnes". 



ROYAL YEAST C 




Fait un Pain Parfait 



EWGILLETT COMPANY LIMITED 

§Hln£® TORONTO, ONT. 

^g|gg|^ii WINNIPEG MONTREAL 

BLUE LABEL 




BLUE LABEL 



On ne met en boites portant la MARQUE 
BRUNSWICK que les plus savoureux pois- 
ons, tres soigneusement choisis, peches dans 
a fameuse baie Passamaquoddy. 

La baute qualite de nos aliments Marin s 
nous a assure une forte clientele qui, par- 
suite de la mise en pratique de m^thodes 
commerciales consciencieuses, ne cesse de 

s'accroit-e. Quand vous tenez la MARQUE CONNORS BROS, vous vendez des marchan- 
dises qui vous gagnent une clientele. 

Notre e^ablissement est gere dans Its conditions les plus ideales et nos marobandises 
arrivent en parfait £tat cbez le consommateur 





CONNORS BROS., LTD., Blacks Harbour, N. B. 

AGENTS : 

LEONARD BROS., Montreal. — C. H. B. HILLCOAT, Sydney. — A. W. HUBAND, Ottawa. — JAS. HAYWOC O, 
Toronto. - CHAS. DUNCAN, Winnipeg. — GRANT OXLEY & Co., Halifax. N.E.— C. DE CARTERET, Kingston. - 
BUCHANAN & AHERN, Quebec. — J. L. LOVITT, Yarmouth. - SHALLCROSS, McCAULAY Co., Vancow er 
at Victoria, C. A. — SHVLLCROSS, McCAULAY, Calgary, Alta. - JOHNSTON & YOCKNEY, Edmonton, Alta . 



LE PRIX COURANT 

REVUE HEBDOMADAIRE 
Commerce, Finance, Industrie, Assurance, Etc. 



EDITEURS 

la Compagnie de Publications des Marchands Detailleur* du 
Canada, Limitee, 

Telephone Bell Est 1185. MONTREAL. 

Montreal et Banlieue, $2.50 ) 
ABONNEMENT ; Canada et Etats-Unis, 2.00 \ PAR AN 
Union Postale, - Frs. 20.00 J 

Bureau de Montreal : 80 rue St-Oeaii. 

Bureau de Toronto : Edifice Crown Life, J. S. Robertson & Co., representants. 
Bureau de Chicago : 215 rue South Market, Emmet C. Boylea, represented!. 
Bureau de New-York : 903-904 Tribune Bids.. E. F. Olmsted, repretentant. 



II n'est pat accepte d'abonnement pour moim d'une annee 

A moms d'avie contraire par ecrit, adresse directement 
a no* bureaux, 15 jour* au moins avant la date d'expiration, 
I'abonnement est continue de plein droit. 

Toute annee commences est due en entier. 

L'abonnement ne cesse pas tant que les arrerages ne tont 
pas payes. 

Tout cheque pour paiement d'abonnement doit etre fait 
payable " au pair a Montreal." 

Cheques, nandats, bons de poste doivent etre faits payables 
a 1'ordre de " Le Prix Courant ". 

Priere d'adresser les lettres, etc., simplement comtre suit ; 
" LE PRIX COURANT ". Montreal. 



Fondc en 1887. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 191 



-v 



Vol. XLVI — No 41. 



LE CAPITAL ET LES EMPRUNTS AUX BANQUES 



Chaque fois qu'il se produit line tension monetaire, un 
certain nombre de manufacturiers 011 autres producteurs 
trouvent la question d'emprunts aux banques troublante et 
irritante. Les taux prennent naturellement une tendance a 
la hausse, et le coiit de production peut, en consequence, 
augmenter sensiblement. Au surplus, en pareil cas, le ban- 
quier se montre-t-il plus exigeant sur le chapitre des garan- 
ties de l'emprunt; il est plus minutieux sous le rapport des 
documents de valeur mediocre a escompter, et il peut a vo- 
lenti mettre un terme a ses prets juste au moment ou le 
manufacturier se dispose a augmenter ses affaires. Alors re- 
gie generale, le producteur change momentanement de tac- 
tique et attache une plus grande valeur a son propre capital, 
et l'emprunt aux banques ne lui parait plus aussi precieux, 
uussi desirable. 

Peut-etre aussi, se produira-t-il une certaine friction 
dans le cas ou un manufacturier aurait ete tente de faire 
servir un emprunt a l'acquisition d'une nouvelle usine ou a 
l'augmentation de son outillage. Lorsqu'on a ainsi dispose 
Ju produit d'un emprunt a la banque, celui-ci devient en 
quelque sorte permanent. 

D'autre part, lorsque l'argent est facile et que les ban- 
ques se font une concurrence avide pour l'escompte, on he- 
site peu a faire des prets a long terme. 

Mais du moment que la. situation change, on peut s'at- 
tendre a ce que les bureaux-chefs des banques ordonnent de 
diminuer le passif autant que possible. Et ce changement de 
front, cette volte-face peut se produire a un moment criti- 
que pour l'emprunteur. II lui faudra peut-etre modifier ou 
refaire completement tous ses projets, ce qui entrainera un 
certain chiffre de depenses imprevues. 

Le cas echeant, le manufacturier trouvera generalement 
qu'il est opportun de porter plus d'attention a la question 
de ses relations avec les banquiers. Jusqu'a quel point doit- 
il compter sur son propre capital, et dans quelle mesure lui 
sera-t-il prudent et profitable de compter sur les emprunts 
aux banques? 

II convient de dire tout d'abord que si les emprunts ap- 
pliques aux immeubles industriels ou a l'outillage sont sus- 
ceptibles de causer des ennuis, e'est qu'ils sont bases sur 
des principes faux. L'un des principaux reglements des ban- 
ques dit que les prets devraient etre represented par un ac- 
tif realisable a breve echeance. 

Les prets bases sur des marchandises ou autres valeurs 
vendables, comptes dus ou billets, sont conformes aux re- 
glements des banques. Cenx reposant sur des proprietes 



immobilieres, telles que terrains ou edifices, et ceux faits 
sur la garantie d'un outillage en usage sont clairement en 
contravention avec les reglements. C'est sur ce principc de 
reglements que repose la Loi des Banques du Canada, et 
l'experience du passe prouve qu'il est profitable et pour le 
banquier et pour l'emprunteur de le respecter en tout temps. 

II serait bon de se rappeler, a l'occasion, que la banque 
sort de son role lorsqu'elle consent un pret direct a un 
client. En escomptant de bons papiers de commerce, pour 
des clients solvables, la banque reste dans son element na- 
turel; et lorsque le compte du manufacturier repose entiere- 
ment sur bons billets commerciaux, honores au temps du, il 
y a peu d'occasions de friction ou de malentendus. 

Si, au contraire la banque est appelee a faire un prct 
direct, la s'ouvre la porte a toutes les dissentions. La ques- 
tion de garantie, de disposition des produits de l'emprunt, 
du terme ou du cours de l'emprunt, tout cela doit etre de- 
termine. 

Dans la pratique, l'usage des credits de banque par les 
manufacturiers varie considerablement. Dans certains cas, 
le manufacturier compte tellement sur son propre capital 
qu'il n'eprouve meme pas le besoin d'escompter ses billets 
recevables. II ne les passe a la banque que pour en faire 
faire l'encaisse, et n'escompte que dans les cas tres rares 
ou quelques paiements exceptionnels epuisent temporaire- 
ment les fonds portes en compte courant. Ce cas est le me- 
me pour les corporations industrielles qui se sont assure un 
capital actif suffisant par remission d'obligations ou d'ac- 
tions privilegiees. 

Dans d'autres cas l'homme d'affaires pourra peut-etre 
financer en escomptant ses billets recevables. Habituelle- 
ment, ceci vent dire qu'il aura une reserve en mains de bil- 
lets non escomptes, et que tous ses papiers disponibles se- 
ront passes a l'escompte au moment de la plus forte de- 
rnande de fonds. Cette classe de commergants peut se divi- 
ser en deux categories. Dans la premiere sont ceux qui n'ont 
finance que par l'escompte de papiers commerciaux et qui 
n'ont pratiquement pas d'autre passif a la banque. La secon- 
de comprend ceux qui se sont procure le materiel brut a 
credit, et ont escompte pour faire face aux salaires des em- 
ployes et retirer les billets dus et mis en perception par des 
■ creanciers. Toutes choses egales, les homines d'affaires com- 
pris dans la seconde categorie sont peu ap'peles a engager 
beaucoup de leur propre capital. 

Nous en viendrons a parler de ceux qui ne comptent 
que sur les emprunts aux banques. Xous dirotis ici que h>r< 



i8 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



que la banque fait 1111 pret sur un billet comme garantie col- 
laterale, la transaction prend le caractere dun escompte de 
billet recevable. La banque peut n'avancer qu'un certain 
pourcentage de la valeur nominale des billets hypotheques. 
Mais ce n'est en realite que de l'escompte au pourcentage. 

En autant qu'il s'agit de prets directs, sans parler de 
ceitx faits sur billets comme garantie collaterale, il y a di- 
verses categories. Ainsi, il arrive sou vent qu'un homme em- 
prunte a la banque pour pouvoir payer comptant. Cet em- 
prunt peut se faire au moyen de l'endos d'associes indivi- 
duels ou de directeurs; il peut se faire aussi sur la garantie 
meme de la marchandise. Plus tard, il pourra emprunter a 
la banque pour faire face aux salaires ou a d'autres depenses. 
Alors, selon le cours ordinaire des choses, les emprunts se 
font selon le systeme de billets escomptes. Dans ce cas, 
l'homme d'affaires n'a d'autre passif que le credit que la 
banque lui a consenti. 

Les transactions de banque que nous avons examines 
jusqu'ici sont toutes parfaitement legitimes. Lorsqu'elles 
sont faites en faveur de personnes dignes de confiance, elles 
ne peuvent nuire ni au preteur ni a l'emprunteur. 

Voyons maintenant ce qui concerne le capital place de 
l'emprunteur. Le commergant ne saurait guere se creer un 
credit a la banque s'il n'avait lui-meme fourni les fonds 
ayant servi a etablir son commerce. Ce placement represente 
le minimum de garantie qui lui permette d'ouvrir un compte 
a la banque sans risquer de s'attirer des ennuis. II ne suffi- 
rait meme pas a obtenir de 1'escompfe commercial si le pro- 
prietaire ne faisait un autre placement representant son ca- 
pital actif. Celui qui a pourvu a tout cela, est parfaitement 
independant, et il peut conserver son independance s'il n'a 
recours'a la banque que moderement. Mais s'il demande a 
la banque la plus grande partie de son capital actif, ou des 
fonds qui lui permettront d'acheter de la machinerie ou d'a- 
grandir son edifice, il se met a la merci des evenements. On 
peut croire que ceux qui ont eprouve des ennuis au sujet des 
banques pendant la recente periode de rarete, faisaient par- 
tie de la categorie sous etude, et Ton arrive a la conclusion 
que, a la longue, il est avantageux pour l'homme d'affaires 
de s'assurer un capital propre suffisant pour l'acquisition des 
edifices et du stock, et suffisant aussi pour l'administration 
des affaires. Dans les grandes villes, beaucoup de commer- 
qants importants sont a loyer, et sont par consequent exemp- 
ted des frais de reparation, et cela exige un capital beaucoup 
moindre de leur part. Mais avec les frequentes mutations de 
proprietes, et a moins de pouvoir s'assurer un bail a long 
terme dans un immeuble qui permette agrandissement, il 
convient de se creer un capital applicable a l'achat d'une 
propriete. 

yoila une these plutot aride, mais qui vaut, sans aucun 
doute, la peine d'etre etudiee a fond. 



ETALAGES D'INTERIEUR 



Nous avons souvent dans le passe appuye sur l'impor- 
tance de bons et beaux etalages d'interieur pour tous les 
genres de marchandises. Partout ou on les a essayes. il a 
ete demontre hors de tout doute que lorsque la marchandise 
est bien etalee a l'interieur, elle se vend d'elle-meme. Nean- 
moins, il n'y a peut-etre pas un magasin sur vingt qui mon- 
tre ses marchandises comme il le devrait. Les marchands 
croient aux etalages, et leurs vitrincs, dans certains cas, 

'•nt etre citees comme des modeles d'excellence; mais 
quand il s'agit de l'interieur du magasin. le tout se resume 
a zero. La raison? L'habitude. 

Avant 1'ere de progres dans laquelle nous sommes en- 



tres depuis quelques annees, on avait coutuine d'enfouir la 
marchandise dans des tiroirs, dans des caisses ou dans des 
coins ou on ne pouvait pas la voir. Le client devait faire au 
commis la description de ce qu'il voulait avoir et on allait 
le lui chercher. Cette coutume de cacher la marchandise n'a 
pas disparu completement. Certaines categories d'articles 
restent cachees et il faut les demanded. II n'y a veritable- 
ment que les magasins, ou plutot les bazars a 5, 10 et 15 
cents, qui etalent bien leurs marchandises au grand jour. Il 
s'ensuit que pour le nombre de ventes effectuees, ces bazars 
exigent un moins grand nombre de vendeurs. 

Dans la plupart des magasins a rayons, on deplace com- 
parativement peu d'articles. Le plus grand nombre est dis- 
pose sur des rayons ou dans des boites ou on ne peut les 
voir, et le client, generalement, n'achete que ce qu'il etait 
venu avec l'intention d'acheter et pas d'autre. La suggestion 
est pourtant le meilleur des vendeurs. Pourquoi done ne pas 
placer les marchandises de fagon a ce que tous puissent les 
voir? La plus elementaire mathematique vous dit que plus 
vous montrez d'articles, plus vous avez de chance que les 
clients voient ce dont ils ont besoin, ou croient avoir be- 
soin. 

Le succes des grandes maisons faisant affaires par la 
poste, part de ce meme principe. Si une personne met -la 
main sur un de leurs grands catalogues, et a la curiosite de 
le feuilleter entierement, elle ne manque pas de voir une 
multitude de choses qui excitent sa convoitise. Elle y voit 
tant d'illustrations qu'elle sera tentee plus d'une fois. II de- 
vi ait en etre ainsi des autres magasins. Exhibez le plus 
d'articles possible et marquez-en les prix en chiffres, bien 
clairement. 

"Mais'', disent les marchands conservateurs, 'ies grands 
magasins ne montrent pas leurs marchandises de cette fa- 
qon; et si nous faisons comme vous dites, les gens les cn- 
dommageront par le toucher — le vol a l'etalage est a re- 
douter ■ — ■ et nous n'avons pas les accessoires convenablcs". 
Peut-etre trouveront-ils d'autres raisons pour ne pas mettre 
leurs marchandises la ou les clients pourraient les voir. 

Si quelqu'un doute de la valeur de l'etalage d'interieur, 
qu'il aille visiter un bazar a 15 cents et qu'il surveille la fa- 
Qon dont les ventes sont faites. II y verra une quantite de 
personnes allant d'un comptoir a l'autre. Peu d'entre elles 
cherchent quelque chose en particulier; elles "cherchent 
quelque chose a acheter, n'importe quoi". Montrer une cho- 
se, e'est en suggerer le besoin, et la vente est faite. 

S'il est tout a fait impossible de montrer tout ce qu'on 
a en magasin, il serait cependant tres facile d'en montrer 
plus qu'on en montre. Le principe de la vente est dans la 
suggestion qui fait naitre le besoin ou le suppose besoin. 
Sans elle, peu ou point d'affaires possibles. C'est un fait 
reconnu que le grand pourcentage des femmes qui visitent 
les magasins, se compose d'amies qui accompagnent des 
clientes et n'ayant aucunement l'intention d'acheter quoi 
que ce soit. Mais, d'un autre cote, elles ne demanderaient 
pas mieux que d'acheter si elles voyaient quelque chose qui 
put frapper l'imagination, flatter leur gout. C'est la que la 
suggestion joue son role. 

Relevons maintenant l'argument: "les grands magasins 
n'etalent pas de cette maniere-la". Par respect pour l'argu- 
ment, nous concederons que peu de magasins de premier 
ordre etalent comme ils devraient le faire. C'est une ques- 
tion de mentalite que nous ne discuterons pas, mais qui s'ex- 
plique ainsi. Sous pretexte que ces magasins sont frequentes 
par une classe au-dessus de la moyenne, il ne conviendrait 
pas de leur donner l'apparence de "magasins d'occasions". 
Cela peut etre vrai jusqu'a un certain point, mais non si les 
marchandises sont etalees avec gout et jugement. Les ac- 



Vol. XJ.VI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octubre 1913. 



*9 



c'^soires appropries aident beaucoup a faire un etalage at- 
trayant. II existe une variete infinie d'etageres, de comp- 
toirs, de corniches et de pendants servant a montrer toutes 
si nK's de choses. Ces accessoires sont toujours un actif de 
valeur, car ils sont appeles a se payer par eux-memes en 
trOs peu de temps. 

L'argument qu'on oppose a la manutention des articles, 
parce que cela peut les deteriorer, vaut a peine une reponse. 
11 est certain que les clients les toucheront. Ils les examine- 
ront en tous sens et il en decoulera de nombreuses ventcs 
dont les profits compenseront et au-dela les dommages qui 
pourront avoir ete causes par la manutention. 



LA REVISION DU TARIF AMERICAIN 



Le nouveau tarif des Etats-Unis est entre en vigueur 
depuis jeudi dernier. Parmi les changements qui affecteront 
les produits alimentaires et le commerce des produits gene- 
raux, on remarque ceux qui ont trait au ble et a la farine, 
qui sont places sur la liste de franchise quand ils sont im- 
portes de pays recevant en franchise le ble et la farine ame- 
ricains. Pour tous les autres pays, on imposera un droit de 
I0c par boisseau pour le ble et de 45c par baril de 196 livres, 
sur la farine. La plupart des legumes sont soumis aux droits 
niais les pommes de terre seront mises sur la liste de fran- 
chise quand elles proviendront de pays recevant en franchise 
les pommes de terre americaines, mais celles qui seront 
d'autre provenance seront soumises a un droit de 10 p.c. ad 
valorem. 

Presque tous les legumes, a leur etat naturel, seront ta- 
xes a 15 p.c. ad valorem; jusqu'a present le droit etait de 
25 p.c. Le droit sur les haricots et lentilles sera de 25c par 
boisseau, au lieu de 45c jusque-la; les betteraves seront ta- 
xees a 5 p.c. au lieu de 25. Les oeufs etaient taxes a 5c la 
douzaine; ils sont admis en franchise maintenant. Le lait 
aussi etait soumis a un droit de 2c par gallon; la crerae taxee 
de 5c par gallon est maintenant reque en franchise. 

Le droit sur le beurre est reduit de 6c par livre a 2^0 
La taxe sur le fromage etait de 6c par livre, elle n'est plus 
que de 2^c. 

La farine d'avoine et l'avoine roulee etait taxee a ic par 
livre; maintenant elle sera soumise a un droit de 30c seule- 
ment par quintal. La taxe sur les pommes, les peches, les 
things, les cerises, les prunes et les poires vertes ou mures 
sura de 10c au lieu de 25c par boisseau. 

Le betail, les moutons et autres animaux destines a l'a- 
limcntation humaine seront admis en frachise, d'apres la loi 
Payne- Aldridge; ils etaient soumis a un droit de 10 p.c. ad 
valorem. 



L'INDUSTRIE LAITIERE AU CANADA ET LE TARIF 
AMERICAIN 



En raison de l'admission en franchise du lait et de la 
creme aux Etats-Unis, au lieu des droits de 2c et 5c par gal- 
lon respectivement, il semble qu'une grande quantite de 
lait et de creme qui a ete employee jusqu'ici a fabriquer du 
fromage et du beurre au Canada, va etre exportee de l'autre 
cote de la frontiere pour devenir produits manufactures la- 
has. Ceci sera indubitablement le cas pour les districts lai- 
ticrs le long de la frontiere canadienne, car les fermiers de 
ces districts qui envoient deja leur lait et leur creme de 
l'autre cote de la frontiere, vont en envoyer davantage dans 
la republique voisine maintenant que les droits sont abolis. 

Le droit sur le beurre est reduit de 6c a 2^ c par livre 
ct sur le fromage de 6c a 2>2C par livre. 

Ceci devrait determiner un certain courant d'affaires 



avec les maisons americaines vendant du beurre et du fro- 
mage. 

Le placement des oeufs sur la liste de franchise devra.it 
avoir un resultat du meme genre. 



OUVERTURE DE L'EXPOSITION 



L'Exposition de Produits Alimentaires, organisee par 
la Section des Epiciers de Montreal de l'Association des 
Marchands Detailleurs du Canada Incorporee, s'ouvrira de- 
main, samedi, le 11, dans les salles d'exercices du 65c Regi- 
ment, Avenue des Pins. / 

L'organisation est pratiquement terminee, et les expo- 
sants ont pris possession de leurs quartiers respectifs ce 
matin. 

Inutile de dire qu'on y voit une multitude de produits 
de toutes sortes et de toutes provenances et qui causeront 
des surprises a la plupart des detaillants qui visiteront l'ex- 
position. Le luxe decoratif des etalages suffira a attirer de 
grandes foules a l'Arsenal du 65c qui sera ouvert au public 
visiteur, samedi le 11, a 1 heure de l'apres-midi. 

Son Honneur le Maire L. A. Lavallee presidera a l'ou- 
verture officielle et sera accompagne de plusieurs autres di- 
gnitaires qui adresseront la parole. 




M. G. A. ARCHAMBAULT, president de la Section des 

Epiciers de Montreal, president d'office du comite 

d'organisation de l'Exposition de Produits Alimentaires 

Ce sera done une grande semaine pour le commerce, 
car mercredi et jeudi, les 15 et 16, s'ouvriront, aussi a l'Ar- 
senal, les seances du Congres Annuel de l'Association des 
Marchands Detailleurs du Canada Incorporee, section de la 
Province de Quebec. 

On s'attend a ce que l'assistance aux seances soit tres 
nombreuse, escomptant l'interet que provoqueront les ques- 
tions importantes qui seront soumises a I'etude des con- 
gressistes. 

Nous repetons que les marchands qui desirent voir l'Ex- 
position de Produits Alimentaires et assister a la conven- 
tion, peuvent beneficier des reductions de transport concc- 
dees par les diverses compagnies, en se procurant de leur 
chef de station une formule de certificat de convention qu'ils 
devront faire remplir en bonne et due forme par le Secre- 
taire de l'Association a Montreal. 

D'apres le nombre de demandes deja inscrites chez le 
Secretaire, on presume que la convention de cette annee 
reunira une plus grande representation que jamais. 



20 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



LA RECLAME ET LES AFFAIRES 



I. — Les avantages de la reclame 



On rencontre la reclame dans les regions les plus di- 
verses de l'existence. S'efforcer d'attirer sur soi l'attention 
publique pour faire valoir sa personne ou ses affaires re- 
pond, en effet, a des motifs de toute sorte. La langue com- 
mune reconnait l'importance de la chose en egalant presque 
"le fait d'etre connu" a celui d'etre "considere" ou meme 
"superieur". lei, inl. ne va s'agir que de la reclame indus- 
trielle ou commerciale, mais prise au sens le plus large du 
mot et n'embrassant pas seulement ces formes de "publicite" 
qu'a cause de leur allure sensationelle ou de circonstances 
semblables on a souvent voulu distinguer des autres formes 
plus correctes, en les appelant "reclame" au sens etroit et 
pejoratif. II s'agit done ici de tout le vaste appareil qui est 
deploye pour faire connaitre des entreprises ou des mar- 
ehandises et pour leur gagner des clients. Cet appareil est 
aujourd'hui aussi considerable que couteux. Pour l'Allema- 
gne, par exemple, le projet de loi fiscale sur les "annonces", 
en 1908, estimait le rapport annuel des annonces de jour- 
naux et revues a 412 millions de marks (515 millions de 
francs) en chiffres ronds; toutes les annonces ne sont pas, 
il est vrai, de la reclame d'affaires, mais celle-ci y a certaine- 
ment une part preponderante, car, comme on le sait, l'an- 
nonce de journal est le moyen de publicite le plus universel, 
celui dont la portee va le plus loin. Par l'annonce, la presse 
periodique est devenue un facteur economique de premier 
ordre, le mediateur d'affaires par excellence. 

La reclame a, incontestablement, pour celui qui l'em- 
ploie avec intelligence, ses cotes utiles et souvent une im- 
portance capitale, puisqu'elle lui sert a introduire sa mar- 
chandise aupres du public. A notre epoque de technique 
avancee et d'incessante concurrence, l'art veritable consiste 
tres souvent non pas a "fabriquer" les objets, mais a les 
"vendre". D'apres le mot d'un industriel contemporain ex- 
pliquant ce phenomene, on a affaire dans la production avec 
de simples methodes mecaniques, dans la vente, au contraire, 
avec l'esprit humain. C'est en correlation avec ce fait que 
Ton enseigne plus d'une fois que, meme pour un industriel, 
la capacite commerciale est de nos jours plus importante 
que des connaissances techniques. 

Un bon exemple de ce que peut une moderne organisa- 
tion de vente qui recourt suffisamment a la publicite, nous 
est iourni par l'exportation des chaussures americaines, dont 
la vente s'est decuplee dans un intervalle de douze annees. 

Sans avoir besoin de plus amples explications, cet ex- 
emple montre amssi quelle grande importance dans la vie 
commerciale s'attache non seulement a produire de bonnes 
marchandises, mais encore a les offrir avec art et compe- 
tence. 

A d'autres points de vue, qui plus est, l'interet general 
lui-meme trouve son compte dans une publicite bien deve- 
loppee. 

Celle-ci, en effet, en servant de pont a la vente, n'est 
pas seulement utile au vendeur, mais encore a l'acheteur qui, 
renseigne par les avis de la reclame sur les prix et les pro- 
duits, peut ainsi plus facilement choisir ses fournisseurs, 
e'est-a-dire satisfaire ses besoins mieux ou plus economi- 
quement que par le passe. Sous ce rapport-la, il serait peut- 
etre desirable que, notamment, le grand public traitat les 
manifestations de la reclame s'adressant a lui — comme an- 
nonces et imprimes divers — avec un peu moins de negli- 
gence que ce n'est frequemment le cas. Car, en fait, ce sont 
la de precieuses informations, des nouvelles du marche eco- 
nomique, et mainte proposition utile, mainte offre digne 



d'attention trouverait alors moins d'obstacles sur son che- 
min — pour l'avantage de tous. Et peut-etre y a-t-il lieu, 
meme pour le monde des affaires, d'emettre la recommanda- 
tion suivante: "Traite les'voyageurs et la publicite commer- 
ciale du prochain, comme. tu voudrais que Ton traitat les 
tiens propres." 

Dans un sens plus haut encore, l'interet general est en 
cause. La publicite exerce indeniablement une influence 
"educatrice": sa parole vigoureuse et infatigable repand la 
connaissance des innovations et progres, ecarte ainsi ce qui 
est vieilli ou suranne, et habitue la masse a des besoins plus 
raffines et de valeur sodale superieure. La publicite moder- 
ne a certainement beaucoup fait, par exemple, pour genera- 
liser l'usage du savon et des dentifrices, pour developper le 
tourisme et mainte autre chose encore que nous aimons 
voir prendre place parmi les besoins du plus grand nombre. 
II y aurait peut-etre plus d'un domaine a citer, pour lequel 
serait desirable un deploiement de propagande et de recla- 
me plus energique encore que cela n'a lieu. 

Ce serait souvent aussi une illusion que de supposer 
qu'en s'abstenant de faire de la publicite et en employant les 
sommes economisees de la sorte a l'amelioration ou a l'a- 
baissement de prix des objets offerts, le chiffre de la vente 
pourrait augmenter. Cela s'applique meme a des choses 
d'une utilite evidente — pour lesquelles, cependant les frais 
de publicite sont, on le sait, souvent considerables — par 
exemple, a la vente de certaines oeuvres instructives et cou- 
teuses, comme des encyclopedies (Konversationlexika), ou 
encore aux affaires d'assurances. Sans doute que, si Ton 
congediait les "agents", ces actifs propagateurs de la recla- 
me verbale, et si Ton arretait la reclame imprimee, meme en 
diminuant les prix, il n'y aurait pas plus de gens pour ache- 
ter les livres en question ou pour contracter une assurance, 
mais, au contraire, il y en aurait moins. Et, en outre, la pos- 
sibility d'une reduction de prix devient ainsi fort douteuse. 
La reclame, en developpant la vente, permet en meme temps 
de produire plus en grand, ce qui d'ordinaire reduit les frais 
de production. A la charge que supporte la marchandise 
d'un cote correspond done une decharge de l'autre et Ton ne 
saurait decider quelle grandeur en general l'emportera sur 
l'autre. 

Mais encore un point. La reclame ne se borne pas seu- 
lement a provoquer un deplacement des conditions de vente 
en ce sens que celui qui s'entend a la publicite realise l'af- 
faire qu'un autre realisait auparavant. Bien mieux, elle aug- 
mente souvent "les chiffres de production et de vente", en 
eveillant, comme il vient d'etre dit, de nouveaux besoins, et 
cette augmentation des besoins porte d'elle-meme a un ac- 
croissement de l'activite humaine, afin de pouvoir se procu- 
rer par une productivity accrue les moyens de satisfaire les 
besoins nouveaux. Dans cet ordre d'idees, il faut remarquer 
aussique — si acharnee et si tapageuse que paraisse etre 
'mainte concurrence a coups de reclame, au point que Ton 
pense qu'il s'agit d'une lutte pour la vie ou la mort com- 
merciale — la chose vue de pres ne va souvent pas aussi 
loin, et que cette concurrence est bien moins grave que 
d'autres, telles que celles qui sont fondees sur l'avilissement 
des prix ou l'exageration du credit. On ne saurait admettre 
que la concurrence de plusieurs maisons par voie de publi- 
cite, en matiere d'eaux minerales, par exemple, ou de cacao, 
etc., n'ait pour simple resultat que de faire preferer aux 
consommateurs une marque au lieu de l'autre; il est bien 
plus probable que la consommation meme des articles qui, 
de la sorte, sont mis devant les yeux du public, s'elevera. La 
concurrence par la reclame, a dit, a peu pres dans ces ter- 
mes, un specialiste, est en somme moins une concurrence 
qu'une maniere de cooperation, et dans un ecrit qui a ete 



Vol. XLVI — No4i- 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



21 



public avec le concours de Thomas Balmer, une dcs plus 
Mosses autorites de la reclame americaine, il est imprime 
que, meme les meilleurs praticiens de la reclame, ne sont 
pas en mesure de s'asstirer a eux seuls, et a beaucoup pres, 
i'avantage exclusif de leurs annonces, qui profitent aussi a 
tous les autres articles du meme ordre, quoiqu'ils n'aient 
pas ete cites. Que la reclame puisse profiter a toute une ca- 
tegorie de produits, ct non exclusivement a une seule entre- 
prise, ct qu'alors elle engendre des solidarites d'interets, 
e'est ce dont les cas d'action commune dans une branche 
d'industrie offrent un temoignage manifeste. Quelques car- 
tels ont inscrit sur leur programme une publicite a frais 
communs a faire pour leurs articles, tel le syndicat des fa- 
briques dc phosphates Thomas a Berlin (Verein der Thomas 
phosphat fabriken) ; en autre, il se produit des associations 
moins etroites en vue d'une reclame commune. C'est cela 
aussi qui a donne lieu, parfois, a ce qu'on appelle, pour user 
d'li n terme technique, les insertions anonymes (Anonyme 
Inserate) qui concernent, non pas une entreprise ou une 
marque determinee, mais seulement une certaine categorie 
de produits. L'Amerique notamment fournit des exemples 
d'une telle cooperation de la part, par exemple, des edi- 
teurs, pour encourager, par la voie des annonces, a choisir 
des livres commc cadcaux de Noel, ou des fabricants de 
conserves, pour combattre les prejuges du public relatifs a 
la presence de matieres nuisibles dans la preparation des 
conserves de viande ou de legumes, et ainsi de suite. 



VICTIMES!. 



Victimes par persuasion, victimes par desir de l'etre, 
victimes par suggestion et crainte, voila ce que sont beau- 
beaucoup de petits commergants. lis sont tues, assassines 
dans leurs affaires. Le couteau qu'on leur met sous la gorge 
s'appelle la publicite. L'assassin, c'est le grand magasin, le 
trop grand magasin. 

Lorsqu'un bourgeois, les mains dans les poches, sa can- 
ne sous le bras, se laisse degringoler par un apache, il a le 
droit a notre sympathie. N'empeche que nous pensons, vous 
et moi: "Que diable, n'a-t-il pas envoye une balle dans la 
peau dc cet apache." 

Trop de complaisance 

Le bourgeois et le detaillant sont identiques. Le detail- 
lant fait ses affaires corarae s'il n'y avait pas de concurren- 
ce a redouter et, au lieu de se servir des amies mises a sa 
disposition, il attend placidement, ainsi que le bourgeois, 
qu'on l'egorge. 

Et bien! non, Messieurs, on ne vous egorge pas, on ne 
vous en veut pas, mais vous ne faites rien pour parer les 
coups qui, involontairement, vous atteignent. Ne perdez pas 
de vue que le grand commerce ne cherche pas a vous tuer. 
II vise seulement a se developper, et c'est la sa force. Son- 
ger a se developper, c'est une bonne tactique. Penser aux 
autres pour leur nuire ou pour en medire, c'est perdre son 
temps. 

Us ont commence tout petit 

Evidemment, lorsqu'un elephant prend ses ebats et qu'u- 
ne souris se trouve sous ses pieds, il l'ecrase sans meme 
s'en apercevoir. Vous ne devez pas etre la souris. Si, pour 
l'instant vous jouez ce role, il faut faire mieux et, en tout 
cas, vous mettre hors d'atteinte. 

N'oubliez pas non plus que beaucoup de ces grands raa- 



gasins que vous abhorrez, ont ete autrefois dcs boutiques, 
plus petites que votre magasin, sans doute; mais il y avait 
la des audaces, et a cote de ces audaces, un desir de se ser- 
vir de toutes les armes nouvelles. 

Le seul effort que Ton vous demande est simple: il con- 
siste a en faire autant, a vouloir vous defendre. 

A armes egales 

\ 

L'on vous attaque avec la publicite, repondez par la pu- 
blicite. 

Quelques-uns d'entre vous vont nous dire que c'est la 
chose impossible, que la publicite coute trop cher et qu'elle 
est faite seulement pour les gros, les cossus, les haut hup- 
pes du commerce. Erreur. Si vous croyez cela, c'est qu'il y 
a eu mal donne et qu'on ne vous a pas explique ce qu'est 
la publicite. 

En voulez-vous une definition C'est peut-etre la der- 
niere et la plus recente. Elle sera, par contre, officielle avant 
peu. 

"La publicite, c'est l'ensemble des moyens de vente qui 
ne nccessitent pas l'intervention directe de l'homme." 

Mieux que le grand 

> 
Ca ne vous dit pas grand'ehose peut-etre? Cependant, 
comme nous l'etudierons en detail, vous verrez qu'il y a la 
une masse d'elements divers, multiples, souples comme des 
gants, dont vous pourrez user et que le grand magasin nc 
peut employer. Entendez-le bien!... Le grand magasin ne 
peut employer tous les moyens de publicite. 
Prenons par exemple l'etalage. 

Un simple trou 

I 
Vous avez peut-etre entendu parler du true qu'un bureau 
de tabac etranger employa: Toute sa vitrine etait fermee 
par un store interieur. Le store etait perce a hauteur d'hom- 
me, d'un trou grand comme une piece de cinquante sous avec 
la seule mention: "For gentlemen only", soit en frangais cor- 
rect: "Pour les hommes seulement". A l'interieur, quelques 
cigares bien mis en vedette; rien de plus. Vous voyez le 
succes d'ici. 

Ce moyen reussissait pour un petit etalage. Croyez-vous 
que si les grands magasins essayaient d'en faire autant, cela 
leur irait? — Que non pos. Et voici pourquoi. 

Trop de lucarnes 

Les grandes maisons vendent de tout et si elles s'avi- 
saient de clore toutes les devantures par des petits stores 
perces uniformement de trous, le public se trouverait devant 
une centaine de petites lucarnes. Apres en avoir regarde 
peut-etre deux, ce public dirait: "Zut!... je ne vais pas me 
raser a les regarder tous, pour ce que c'est!..." 

Le grand magasin ennuierait done ainsi ses clients, ce 
serait pour lui le moyen d'exasperer sa clientele et de la 
perdre. 

Un ne serait pas assez 

Par contre, si la maison colosse se contente seulement 
de clore l'une de ses vitrines, il y a toute chamre que, dans 
la masse, cette vitrine passe inapergue. Elle ne saura jamais 
creer l'interet et piquer la curiosite comme si vous en fai- 
siez autant a votre propre etalage. 

Qu'en dites-vous? Voila que vous etes mieux outille 



22 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



que les grands. Et ga, c'est de la publicite et de la tres 
bonne publicite encore. 

Si vous commencez a reprendre espoir, nous vous mon- 
trerons que, dans la publicite ordinaire meme, vous pouvez 
tenir tete solidement. 

lis ne tiennent pas la clientele 

Vous savez mieux que nous, sans doute, que les grands 
magasins n"ont aucun contact direct avec le public. Vous, 
vous avez une clientele que vous voyez, de vos yeux, et ser- 
vez de vos mains; le grand magasin a des acheteurs qu'il ne 
saurait connaitre, puisque les vendeurs ne sont ni les chefs 
de l'entreprise, ni sous les ordres et la surveillance dipecte 
de ce chef. C'est ce point qui, plus tard, vous permettra de 
faire une publicite autrement efficace et moins ruineuse que 
celle des maisons colosses. 

Les promesses tenues 

Lorsqu'une circulaire, un imprime emane d'un grand 
magasin, les promesses qui y sont contenues ne sont pas 
souvent suivies. II y a des mecontentements dans la clien- 
tele. Vous pensez bien que le vendeur derriere son comp- 
toir se moque de ce qu'a dit le chef du service de la publi- 
cite qu'il ne connait pas. Parfois meme, il est heureux de 
tenir un peu en echec un service dont il est jaloux, 011 dont 
le chef ne lui plait pas. 

Vous, si vous envoyez une circulaire, vous etes tout 
pret a realiser ce que vous promettez, parce que c'est vous- 
meme qui l'avez promis; ce n'est plus une promesse a la 
cinquieme puissance decroissante, mais une parole d'homme 
qui veut tenir sa parole. 

On gache de l'argent 

Puis, cessez d'avoir peur de la publicite emanant des 
grandes administrations. Elle est mal faite. On y gache un 
argent fou. Les services de publicite ne sont pas diriges par 
des techniciens et quelques-uns d'entre eux fonctionnent de- 
probablement. Nous avons vu dans un catalogue des choses ecrites 
par l'une de nos plus grandes maisons de la place, et qui 
sont a faire hausser les epaules, meme a un debutant de la 
publicite. 

Prenez cette publicite que vous redoutez, examienz-la 
sur toutes les coutures, et vous verrez qu'elle peche de tou- 
tes parts. 



UNIFORMITE DES PRIX 



Le maintien des prix par les detaillants esl-il pour le 
public une source de profits ou de pertes? Quelques mots 
sur le droit et le devoir qu'ont les fabricants de s'entendre 
entre eux pour, le maintien des prix seront la reponse a cette 
question. 

Si le maintien des prix doit etouffer la concurrence, c'est 
une chose nuisible; s'il doit -contribuer a Amelioration de 
la qualite, ce devient une pratique excellente. 

II y a differentes sortes de concurrences; il y a d'abord 
celles des prix, qui souvent est la cause de l'inferiorite de 
la qualite; il y a aussi celle de la qualite, quand les prix sont 
uniformes et que seul cet element peut faire preferer tel ar- 
ticle a tel autre. La premiere de ces concurrences est rare- 
ment a l'avantage du consommateur, la seconde lui est pres- 
que toujours profitable. Les fabricants qui imposent a leurs 
vendeurs les prix auxquels leurs produits doivent etre offcrts 
se trouvent aussi bien places vis-a-vis de fa clientele que 



ceux qui fabriquent des articles analogues sans donner une 
base de vente. Cette discussion a trait uniquement a cette 
categorie de fabricants qui agissent individuellement et non 
a ceux qui s'entendent entre eux pour etablir des prix uni- 
formes. On a trop souvent tendance a confondre ces deux 
categories. 

Le fabricant qui etablit un bareme de prix pour ses ar- 
ticles, et alloue au commercant une certaine commission en 
insistant pour que ce dernier respecte le prix fixe, ne sau- 
rait pour cette raison etre a l'abri de la concurrence. S'il 
est sage, il comprendra ce qu'il en coute a un commercant 
pour tenir ses articles, et lui consentira une remise suffisante 
pour lui permettre de recuperer ses frais et en meme temps 
d'avoir un benefice; mais il reduira ce pourcentage au strict 
necessaire pour enlever toute tentation au debitant d'avilir 
le prix de ses produits. Ce sage fabricant, en etablissant ses 
prix, fera en sorte d'avoir un benefice normal tout en remu- 
nerant par une commission suffisante le travail de son ven- 
deur. Les consommateurs aimeront cette fagon de faire, car 
tons paieront un prix uniforme. 

En plus de son propre benefice le commerqant ne doit 
jamais oublier de faire une estimation de ses depenses, sans 
quoi il ira infailliblement a la faillite. N'est-il pas plus cor- 
rect pour un marchand de n'avor qu'un seul prix et de ven- 
dre a Pierre aux memes conditions qu'a Paul, plutot que 
de perdre sur l'un et de se rattraper en faisant double be- 
nefice sur l'autre. C'est ce qui se produit fatalement quand 
les prix ne sont pas imposes. Le detaillant le sait bien, lui, 
si le public l'ignore souvent. Ce plan des prix unifies est 
tout a l'avantage particulierement du petit consommateur, 
que la loi essaye manifestement de proteger. On a reconnu 
que les chemins de fer ne devaient pas favoriser le gros 
expediteur plus que le petit; ils payent tous deux indifferem- 
ment le meme prix. Rien n'est plus juste. 

Mais comment la concurrence pourra-t-elle atteindre le 
fabricant? 

Supposons qu'un fabricant fasse annoncer, par la voie 
de la reclame, un article au prix de 10 centimes. Ce prix est 
connu rapidement de tout le monde; inutile de dire qu'il 
comprend la commission reservee a l'intermediaire; ce qui 
fera sa force, ce sera sa qualite. Admettons qu'un autre fa- 
bricant apporte dans la construction ou la qualite de cet ar- 
ticle une amelioration importante, qu'arrivera-t-il? Une des 
trois choses suivantes: 1° La necessite ou se trouvera le 
premier fabricant d'augmenter sa qualite pour egaler son 
concurrent; 2° La diminution du prix qui donnera au petit 
commerce la perspective d'un plus gros benefice; 3° Enfin, 
si la marge des benefices du fabricant ne permet pas cette 
diminution, la suppression pure et simple de cet article. Si le 
fabricant est amene a baisser son prix, ce nouveau tarif d,e- 
vra etre encore adopte uniformement quelle qu'en soit la 
reduction et tout comme si e'etait un prix normal. La con- 
currence aura rempli son role et le maintien des prix n'au- 
ra pas empeche cette diminution, il n'aura fait que le rendre 
uniforme, Imposer ses prix, cela veut dire fixer un certain 
prix sans qu'il soit permis de le depasser ou de le diminuer, 
la concurrence jugera s'il doit etre abaisse. Quelle que soit, 
la regie etablie au sujet des prix, elle ne saurait detruire la| 
loi de l'offre et de la demande. 

Les prix ainsi imposes s'ofrreut d'eux-memes au verdictl 
de la concurrence, car il devient aise a tout fabricant d'etu- 
dier la maniere de faire mieux sans changer de prix. S'il 
fixe son prix convenablement, il peut donner de la belle qua- 
lite et defendre a son debitant d'y apporter un changementj 
car il se fait une renommee de son principe: "Un seul prix 
nour tous". Le but vise est d'amener le fabricant a donner| 
le maximum de qualite pour le prix fixe. 



Vol. XL VI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



LA BAISSE DU CAOUTCHOUC 



LES SYSTEMES DE VENTE 



Depuis quelques mois, la situation de cette intercssante 
matiere se presente sous un jour particulierement assez in- 
quietant, et, jamais, depuis sa decouverte par La Condami- 
ne, on a vu pratiquer les cotes actuellement en cours. 

II y a cinq ans, la gomme a monte, par suite de l'acca- 
parement maladroitement tente par le comite de valorisation 
a Belem, a pres de 35 francs le kilo. Cette hausse factice a 
eu pour resultat de developper outre mesure la formation 
des societes de plantation, et bien que celles-ci soient loin 
d'etre arrivees a leur moyenne de rendement, le caoutchouc 
surabonde sur le marche, les stocks se forment mena<;ants, 
et le prix de la matiere chaque jour s'avilit. 

Le prix qui, il y a un an, etait a Londres de 5 shillings 
a 5 shillings 6 la livre anglaise, est tombe, depuis le mois 
dernier, a 2 shillings 6, et il tombera peut-etre plus bas en- 
ore demain. 

Les causes de cet effondrement sont assez simples et 
elles sont dues a l'afflux, sur le marche, du caoutchouc de 
ilantation dont la qualite est sensiblement egale aux belles 
ortes du Bresil. 

La consommation mondiale de caoutchouc etait, il y a 
cinq ans, d'environ 70,000 tonnes, dont 4,000 seulement 
etaient fournies par les plantations; elle a ete, l'an dernier, 
de 100,000 tonnes, mais l'apport des plantations a monte a 
31,000 tonnes, couvrant a lui seul l'accroissement des de- 
tnandes. 

De nouvelles plantations entrant chaque annee en ex- 
ploitation, on estime qu'en 1919, la force productive des plan- 
tations existantes, a Ceylan, dans les Indes anglaises, au 
Tonkin' et aux Etats federes Malais, depassera 300,000 ton- 
nes, c'est-a-dire le triple de la production actuelle. 

La capacite d'absorption de la consommation sera-t-elie, 
i cette epoque, suffisante pour engloutir cette formidable 
surproduction? Cela est plus que douteux, car celle-ci ne 
'accroit environ que de 6 pour 100 par an, ce qui correspon- 
Irait a une demande de 150 a 160,000 tonnes vers 1919, 

Si de nouvelles applications ne sont pas trouvees, car 
automobilisme, qui a ete le gros consommateur de ces der- 
lieres annees, a une tendance au flechis^ement, si de nou- 
velles applications n'interviennent pas, on va tout droit a 
ine catastrophe financiere dont la repercussion peut etre 
ormidable. 

La lutte qui s'est engagee entre le caoutchouc sauvage 
J'Amazonie et le caoutchouc de culture d'Asie, ne peut 
ivoir de fin que par la disparition de l'un des concurrents. 

Quel est celui dont le prix de revient permet la plus 
rande resistance dans la lutte? 

("Le Franc Parleur", Paris.) 



LS AIDENT LES MARCHANDS A VENDRE LEURS 
ARTICLES 

. La Davis Milling Co., de St-Joseph, Mo., qui fabrique 
a farine a crepes "Tante Jamima", vient d'annoncer le pro- 
lamine de sa campagne de publicite pour la prochaine 
aison,' et tout fait prevoir que "Tante Jamima" sera un des 
•roduits les plus en vogue, comme de coutume. Elle a adop- 
e une nouvelle affiche en vingt-quatre feuilles avec laquelle 
He rappellera aux gens que "Je suis en ville, cheri". Toute la 
ene de ses etalages et pancartes aux vitrines attire vive- 
nent la clientele et a une tres belle apparence. Inutile d'en 
lire plus long, les commenjants aiment a vendre des mar- 
handises soutenues de cette faijon et nous felicitons la 
naison Davis de son esprit d'entreprise et de ses methodes 
nodernes. 



La rapide progression des societes cooperatives d'achat 
et de vente indique un reveil general, un changeijient dans 
les esprits. 

Chaque jour, et de plus en plus, le public demande le 
pourquoi de tout ce qui contribue a relever le cout de la vie. 
11 s'occupe, aujourd'hui, de choses qu'il desirait ignorer il 
y a vingt ans. 

L'enseignement des choses du commerce et de la finan- 
ce met la generation actuelle en etat de juger la situation 
industrielle sous son vrai jour, et lui permet de penser avec 
plus d'independance. 

II y a encore des annonceurs, c'est heureusement la mi- 
norite, assez aveugles de l'idee antique, pour croire que le 
consommateur devrait payer le transport, parce qu'ils sont 
convaincus que quelque prix que paye le consommateur, 
c'est le juste prix du produit. Cependant, ce que le con- 
sommateur paye oujourd'hui, peut n'etre pas ce qu'il voudra 
payer demain, a moins qu'il ne croie fermement que ce prix 
est le minimum pour l'article de premiere qualite. 

A mesure que ce reveil s'accentue et prend une forme 
plus concise, on voit qu'il devient de plus en plus difficile 
d'ajouter un "petit profit" a la valeur reelle du produit, et 
d'obtenir un maximum d'efficacite dans le service des ven- 
tes. 

Les institutions creees dans le public, "pour reduire le 
cout trop eleve de l'existence" et "pour permettre a quel- 
ques petits producteurs individuels de s'introduire sur le 
marche par le chemin le plus court", en eliminant l'interme- 
diaire, ces institutions augmentent en nombre chaque an- 
nee. Plusieurs reussissent. Tres peu, au point de vue finan- 
cier, font faillite; mais elles remplissent une mission, celle 
de renseigner le public quant au cout veritable des choses. 

Plus les annonceurs, et ceu x qui les servent, s'appro- 
cheront du principe qu'ils ne sont pas en affaires pour eux 
seuls, mais pour le consommateur, leur client, plus ils pour- 
ront faire durer le succes et la remuneration financiere, et 
plus ils inspireront de confiance. 



LA PRODUCTION DU CIMENT AUX ETATS-UNIS 



Le bois devenant chaque jour plus rare au xEtats-Unis, 
et la pierre de taille etant tres couteuse a travailler, ces 
deux elements sont graduellement elimines dans les cons- 
tructions et progressivement remplaces par l'acier et le ci- 
ment. 

Aussi la production du ciment aux Etats-Unis croit-elle 
suivant une progression reellement remarquable. 

Non seulement on batit aujourd'hui des maisons ordi- 
naires d'habitation en ciment arme et on se sert de beton 
pour les fondations de constructions en brique, mais on de- 
vient meme plus hardi, et Chicago est peut-etre la premiere 
ville oil les architectes ont entrepris la construction d'un 
important immeuble de 8 etages exclusivement bati en ci- 
ment arme sans charpente d'acier. 

On a aussi inaugure la fabrication de briques -creuses 
pour l'edification des cloisons et de sortes de blocs egale- 
ment creux destines aux fondations de maisons legeres. 

On trouvera ci-dessous la statistique de la production 
du ciment aux Etats-Unis de 1880 a 1912 et on pourra cons- 
tater que. durant cet intervalle de 23 annees, elle a passe, 
resultat prodigieux, de 42,000 barils a plus de 83,000,000. 
Annees Barils 

1880 • 42,000 

1885 150,000 



24 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — Nu 41. 



1890 

1895 

1900 

1905 35. 

1906 46, 

1907 48, 

1908 5i 

1909 62, 

191 1 79, 

1912 89. 



335,500 
990,324 
482,029 
246,812 
463,424 
785,390 
092,912 
508,461 
547,958 
351,191 



NOUVELLES CHARTES. 



La "Gazette du Canada" publie les nouvelles chartes ac- 
cordees sous le sceau du Secretaire d'Etat du Canada. Voici 
celles qui ont trait aux nouvelles compagnies ayant leur prin- 
cipale place d'affaires dans la province de Quebec: 

"Economy Fuse and Mfg. Company of Canada, Limited", 
pour manufacturer, importer, exporter, acheter et vendre, 
louer, etc., des meches a cartouche, etc. Capital-actions, 
$5,000, a Montreal. ' 

"Major Automobile, Limitee," pour manufacturer, ven- 
dre, etc., des automobiles, motocycles, canots automobiles, 
etc. Capital-actions, $50,000, a Montreal. 

"Fels, Limited," pour faire des affaires comme fabri- 
cants de drap, marchands de fourrures, etc. Capital-actions, 
$30,000, a Montreal. 

"The Eagle Shoe Company, Limited," pour manufactu- 
rer des chaussures de cuir et de caoutchouc, etc. Capital- 
actions, $100,000, a Montreal. 

"Canadian Shoe Manufacturing Co., Limited," pour ma- 
nufacturer des articles en cuir et en caoutchouc. Capital- 
actions, $500,000, a Montreal. 

"St. Francis Company, Limited," pouf faire des contrats, 
construire, executer toutes sortes de travaux et particuliere- 
ment des chars electriques. Capital-actions, $100,000, a 
Montreal. 

"Sterling Investment Company of Montreal, Limited," 
pour remplir le role d'agents pour le placement de fonds ou 
l'organisation de compagnies. Capital-actions, $600,000, a 
Montreal. 

"Modern Marble Works, Limited," pour faire des affaires 
comme manufacturers de marbre artificiel, etc. Capital- 
actions, $100,000, a Montreal. 

La "Gazette du Canada" publie les nouvelles chartes 
accordees sous le sceau du secretaire d'Etat da Canada. 
Voici celles qui ont trait aux nouvelles compagnies ayant 
leur principale place d'affaires dans la province de Quebec: 
"Kelly Springfield Tire Company Limited", pour acheter, 
manufacturer et -acquerir autrement, vendre, louer ou dispo- 
ser autrement, etc., de pneumatiques, roues a pneumatiques, 
etc. Capital-actions, $5,000, a Montreal. 

"Cheticamp Gypsum and Plaster Company Limited", 
pour chercher, fondre, calciner du gypse, du platre, etc. Ca- 
pital-actions, $1,500,000, a Montreal. 

"Wentworth Realties Limited", pour acquerir par achat, 
louer ou detenir autrement des proprietes immobilieres. Ca- 
pital-actions, $100,000, a Montreal. 

"Confederation Constructi6n Company Limited", pour 
faire des affaires d'e^ntrepreneurs generaux, d'ingenieurs et 
de constructeurs. Capital-actions, $2,000,000, a Montreal. 

"Cadillac Motors Limited", pour acheter, acquerir, louer, 
exploiter, manufacturer, reparer, vendre, etc., des automobi- 
les, aeroplanes, bicyclettes, moteurs, etc. Capital-actions, 
$50,000, a Montreal. 

"McGill Building Limited", pour acquerir par achat ou 
echange, etc., des terres ou des edifices, etc. Capital-actions, 
$300,000, a Montreal. 

"Wailes, Dove (Canada) Limited", pour manufacturer, 



acheter, vendre des emaux, vernis, l'huile de lin, etc. Capi- 
tal-actions, $50,000, a Montreal. 



COMPAGNIES INCORPOREES 



Des lettres patentes ont ete emises par le lieutenant- 
gouverneur de la province de Quebec, incorporant: 

La "Pointe Claire Sash & Door Company Limited", 
pour manufacturer des meubles de toutes sortes, portes, 
chassis, moulures et autres ouvrages en bois manufactures, 
d'en faire le commerce de gros et de detail, de manufacturer 
le bois sous toutes ses formes, brut ou travaille, le droit de 
faire les zoites a cigares, voitures, et le droit de faire des 
immeubles et constructions, en general manufacturer fer, 
acier, briques, ciment, granit, pierre et autres materiaux. Ca- 
pital-actions, $49,000,000, a la Pointe-Claire. 

La "Fern Consolidated Company", pour faire les affai- 
res comme placeurs, financiers, capitalistes, concessionnai- 
res, courtiers, et entreprendre, faire et executer toutes sor- 
tes d'affaires financieres, commerciales, negociables et au- 
tres operations, et faire toutes autres affaires s'y rattachant. 
Capital-actions, $1,000,000, a Trois-Rivieres. 

"Bishop's Crossing Sash & Door Factory Company 
Limited", pour exercer et entreprendre la fabrication de 
chassis et portes, et exercer l'industrie de marchands de 
bois en general, de proprietaires de m6ulins a sci.e et a ra- 
boter, etc. Capital-actions, $49,000, a Bishop's Crossing, dis- 
trict de St-Francois. 

"The Ideal Clothing House Incorporated", pour faire le 
commerce et les affaires de manufacturiers et de marchands 
de vetements de toutes sortes et descriptions. Capital-ac- 
tions, $20,000, a Montreal. 

"Saint-Malo Furniture Company Limited", pour manu- 
facturer des meubles de toutes sortes, portes, chassis, mou- 
lures et autres ouvrages en bois et d'en faire le commerce 
en gros et en detail. Capital-actions, $49,000, a St-Malo, 
comte de Compton. 



NOTRE EDITION SPECIALE D'AUTOMNE 



Le 24 du courant paraitra l'edition speciale d'automne 
du Prix Courant. Elle viendra dans un temps ou la plupart 
des marchands songent a faire leurs plans de campagne 
pour l'automne, la Noel et l'hiver, et, par cela meme, elle 
devra etre tres profitable au commerce. 

Cette edition de luxe contiendra toute une serie d'arti- 
cles traitant des manieres de tenir un magasin, de faire l'e- 
talage, la publicite et la vente; des articles d'interet general 
sur differents sujets, tels que nos maisons d'enseignement 
techmque, nos moyens de transport, nos industries, et un 
article special sur la province de Quebec, dont la gravure du 
premier couvert de l'edition de luxe illustrera la richesse. de 
la production en 1913. 

Nos lecteurs sont pries de voir a ce que cette edition 
leur parvienne a date, car ils trouveront des renseignements 
utiles et nombreux a la lecture des articles et des annonces. 



M. N. J. DINNEN VA REPRESENTEE LA MAISON 
PECK, STOW & WILCOX CO. 



Tous les marchands de quincaillerie apprendront avec 
interet que la Peck, Stow & Wilcox Co. sera representee de 
Winnipeg a la cote ouest du Dominion par M. N. J. Dinneri; 
les bureaux de cette vieille Compagnie, pour l'Ouest, sont a 
Winnipeg et a Vancouver. 

M. Dinnen est, d'apres nombre d'autorites competentes, 
le meilleur vendeur de quincaillerie du Canada. II a une ex- 
perience de vjngt-deux ans, et il a represente longtemps la 
maison Lewis Brothers, de Montreal. 



Vol. XLVI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



2.S 



Epicerie et Provisions 



LA SITUATION. 

Les marchands de gros declarent qu'ils 
n'ont pas lieu de se plaindre et qu'au 
contraire, dans tous les departements, on 
est bien occupe. On a recu les cotes 
pour la nouvelle recolte europeenne de 
tomates. Les prix sont les suivants: en 
boites de 2 livres, 95c la caisse; boites de 
3 livres, $i.i2]/ 2 c. Ble-d'Inde, boites de 
2 livres, 90c. Pommes en boites de 3 li- 
vres, 95c; boites d'un gallon, $2.40. On 
attend les prix des autres marchandises 
dans quelques jours. 

Nous cotons: 

SUCRES 

Nous cotons: 
Extra granule, sac, les 100 lbs. 
Extra granule, ball, 5 x 20, 100 lbs. 
Sixtra ground, baril les loo lbs. 
Extra ground, bte 50 lbs. 100 lbs. 
Extra ground, I bte 25 lbs., 100 lbs. 
No 1 Yellow, baril les 100 lbs. 
No 1 Yellow, sac les 100 lbs. 
Powdered, baril 100 lbs. 
Powdered, bte 50 lbs. les 100 lbs. 
Paris Lumps, i bte 25 lbs. 100 lbs. 
Crystal Diamond, btes 100 lbs. 
Crystal Diamond, I bte 50 lbs. 

les 100 lbs. 
Crystal Diamond, I bte 25 lbs. 

les 100 lbs. 
Crystal Diamond, Domino, 20 

cartons 5 lbs. les 100 lbs. 

Sucres bruts cristallises, lb. 
Sucres bruts non cristallises, lb. 

Ces prix s'entendent au magasin 
vendeur a Montreal. 

MELASSES 

Tres bonne demande. 
Barbade, choix, tonne 
Barbade, tierce et qrt. 
Barbade, demi qrt. 
Melasse, fancy, tonne 
Melasse, fancy, tierce et 

quart 
Melasse, fancy, demi qrt. 

Les prix s'entendent: 
pour territoire ouvert; 2e colonne, pour 
territoire combine; 3e colonne, pour 
Montreal et ses environs. 

LARD AMERICAIN 
iere qualite, le quart 
2eme qualite, le quart 

SAINDOUX 

Bonne demande. 



4.40 
4-50 
4.80 
500 

5-20 

4 -05 
4.00 
4.60 
4.80 
5-45 
5-15 

5.25 

5-45 

0.35 
0.04 
0.035 
du 



0.36 0.37 0.39 
0.39 0.40 0.42 
0.41 0.42 0.44 
0.38 0.39 0.41 

0.41 0.42 0.44 
0.43 0.44 0.46 
iere colonne, 



28.00 
27.00 



Saindoux pur, en tinette 
Saindoux pur, en seau 
Saindoux pur, cse de 10 lbs. 
Saindoux pur, cse de 5 lbs. 
Saindoux pur, cse de 3 lbs. 
FARINES ET PATES 
TAIRES 
Pates alimentaires 

Bonne demande. 

Nous cotons: 
Arrow root, boite de 7 lbs. 
Farine Five Roses, qrt. 
Farine Five Roses, sac 
Farine Household, ort. 
Far. "Regal", qrt. 
Far. oaten te hongroise, qrt 
Farine a patis. Ocean, qrt 
Far. "Regal", sac 
Far. d'avoine granulee, sac 



La ib. 
o.i-si 

3.15 
0.16 
0.16I 
0.16^ 
ALIMEN- 





0.15 


0.00 


6.25 


0.00 


3.25 


0.00 


6.25 


0.00 


6.70 


0.00 


6.40 


0.00 


5.85 


0.00 


3.20 


0.00 


2.70 



Far. d'avoine standard, sac 
1'aiie d'avoine fine, sac 
Farine d'avoine roulee, brl. 
Farine d'avoine roulee, sac 
Farine de sarrasin, sac 
Far. de ble-d'Inde, sac 
Banner, Saxon et Quaker 

Oats, et Ogilvie, caisse 
Cream of wheat, cse 
Fecule de mais, ie qlte, lb. 
Fecule de mais, 2e qlte, lb. 
Fecule de pommes de terre, 

qrts de 1 lb., doz. 
Vermicelle, macaroni et| 

spaghetti Canadiens btes 

de 5 lbs., lb. 
En vrac 
Paquets de 1 lb. 

Nouillettes aux oeufs: 
Paquets de i lb., lb. 
Spaghetti, pates assorties: 

alphabets, chiffres, ani- 

maux nouilles, coudes, 

importies en vrac, lb. 

En paquets de 1 lb. " 

Tapioca pearl, en sac, la '* 
Tapioca seed, en sac, la " 
Sagou " 



0.00 


2.70 


0.00 


2 . /O 


0.00 


5-IO 


0.00 


2.40 


0.00 


2-75 


0.00 


2.25 


0.00 


4.00 


0.00 
0.07 J 

0.06 


5. 75 
0.07I 

o.o64 



0.00 1.35 



0.00 
0.00 
0.00 



0.27* 
0.05* 
0.07 



0.00 0.07! 



0.00 
0.00 



0.07 J 
0.08 



0.04*. 0.05 
0.04$ 0.05 
0.04J 0.05 

FROMAGES CANADIENS 

Bonne demande. 

Les fromages petits et gros se ven- 
dent aux epiciers 16c et i6^c la livre. 

VINAIGRE 

Nous cotons, prix nets: 
Bollman, cruches paillees, 4 

gall. imp. cruche 
Domestique triple, cruches 

paillees, 4 gal. imp. cruche 0.00 

72 grains, l e gall. 0.00 

88 grains, le gall. 0.00 

118 grains (proof), le gall. 0.00 

THES 

La demande reste tres bonne 
marche est plus, ferme; avis aux ache- 
teurs qui se sont tenus jusqu'ici sur la 
reserve. 

EPICES PURES. GRAINES ET SEL 

Bonne demande courante. 
Nous cotons: 



0.00 2.20 



1.25 
0.12 
0.15 
0.19 



et le 



Allspice, moulu 

Anis 

Canary Seed 

Cannelle, moulue 

Cannelle en mattes 

Clous de girofle moulus 

Chicoree canadienne 

Clous de girofle entiers 

Colza 

Creme de tartre 

Gingembre moulu 

Gingembre en racine 

Graine de lin non moul. 

Graine de lin moulue 

Graine de chanvre 

Macis moulu 

Mixed spices moulues 

Muscade moulue 

Muscade 

Piments (clous ronds) 

Poivre blanc rond 

Poivre blanc moulu 

Poivre noir rand 

Poivre noir moulu 

Poivre de Cayenne pur 

Whole pickle spice 



lb. 



0.00 


0.18 


0.08 
0.08*. 


0.09 

0.09 


0.00 


0.25 


0.18 


0.22 


0.00 


0.30 


0.12 


0.13 


0.25 
0.06 


0.27 
0.08 


0.00 


0.30 


0.00 


0.25 


0.17 
0.03*. 
0.06 
0.05J 


0.20 

0.04 
0.07 
0.07 


0.00 


0.75 


0.00 


0.25 


0.00 


0.50 


0.20 
0.07I 


o.35 
0.10 


0.25 

0.00 


0.27 

0.28 


0.15 


0.17 


0.00 


0.20 


0.00 
0.16 


0.25 
0.20 



Sel fin en sac 




1-35 


Sel fin en i de sac 


0.00 


0.45 


Sel fin, quart, 3 lbs. 


0.00 


325 


Sel fin, quart, 5 lbs. 


0.00 


3.15 


Sel fin, quart, 7 lbs. 


0.00 


3- 05 


Sel fin, en quart de 280 ,oa. 






Ordinary fine 


0.00 


1.80 


Fine 


0.00 


2.05 


Dairy 


0.00 


2.15 


Cheese 


0.00 


2.45 


Gros sel, sac 


0.65 


0.80 


ORGE 






Legumes sees. 






Nous cotons: 






Orge monde (pot), sac 


0.00 


3 00 


Orge monde (pot), baril 


0.00 


6.75 


Feves de Lima de Cal., lb. 


0.07 


0.07*. 


Orge monde (pearl), sac 


0.00 


4 .85 


Feves blanches, Can., lb. 


0.03 


0.03} 


Feves jaunes minot 


2.00 


2.10 


Lentilles rouges, par sac, lb. 


0.05 


0.06 


Lentilles vertes, par sac, lb. 


0.06 


0.07 


Pois Verts, No 1 lb. 


0.04 J 


0.04 J 


Pots casses, le sac 


o.o3i 


0.03* 



0.00 



Ble-d'Inde a soupe, casse, 
le sac 
RIZ 

La demande est bonne. 

Nous cotons: 

Riz importes: 
Riz Patna, sacs de 112 lbs., 

suivant qualite lb. 

Riz Carolina 
Riz moulu 
Riz souffle (puffed) cse de 

36 paquets de 2 pintes 

Riz decortiques au Canada 

Les prix ci-dessous s'entendent 
Montreal. 

Qualite B, sac 250 lbs. 
Qualite C, sac 100 lbs. 
Sparkle 

India Bright (sac de 100 lbs) 0.00 
Lustre 

Polished Patna 
Pearl Patna 
Imperial Glace Patna 
Crystal Japan 
Snow Japan 
Ice Drips Japan 

FRUITS SECS 

Assez bonne demande. 

Nous cotons: 

Dattes et figues: 
Dattes en vrac 1 lb. 

Dattes en pqts de 1 lb. 

Figues seches en boites, 



!.40 



0.058 


0.06 


0.08 


0.09 


0.00 


0.06 


0.00 


4-25 


ndent 


f.o.b 


0.00 


330 


0.00 


3-20 


0.00 


5.10 


0.00 


3-4S 


0.00 


3-55 


0.00 


4-40 


0.00 


4.60 


0.00 


4.90 


0.00 


5.10 


o.oo 


5 .30 


0.00 


5-45 



3 couronnes lb. 

7 couronnes lb. 

5 couronnes lb. 

6 couronnes lb. 

9 couronnes lb. 
16 onces bte 

10 onces bte 
Raisins de Corinthe. 

Corinthe Filiatras, en vrac 
Corinthe Filiatras en car- 
tons 1 lb. 
Raisins de Malaga. 
Rideau bte 

Balmoral bte 

Orleans bte 

Royal Excelsior bte 

Raisins Sultana. 
En vrac 
Cartons, 1 lb. 
Raisins de Valence. 



0.00 
o.o6i 

0.09} 

o.i3i 

o.ni 

0.13 

0.14J 

o.n4 

0.07*. 

0.06} 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 

0.00 
0.00 



0.05 1 
0.07 

0.10J 
0.14 

0.12 

0.13* 

0.15 
0.12J 
0.08 
LB. 

0.07 

0.08 
Lb. 
2.50 
300 
4.00 
5-«> 
Lb. 
0. 10 
o. 11* 
Lb. 



26 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



Valence fine off Stalk, btes 

de 28 lbs. 0.00 0.00 
Valence Selected, btes de 

28 lbs. 0.00 0.00 
Valence Layers, 4 cour., 

btes de 28 lbs. 0.00 0.00} 

Raisins de Californie. Lb. 

Epepines, paq. 1 lb., fancy 0.00 0.094 

Epepines, paq. i lb., choix o.oo 0.08I 

Noix et Amandes. Lb. 

Amandes Tarragone 0.154 0.174 

Amandes Valence ecalees 0.38 0.40 

Avelines 0.13 0.14 

Noix de Grenoble Mayette 0.15 0.16 

Noix Marbot 0.15 0.16 

Noix de Bordeaux ecalees 0.31 0.33 

Noix du Bresil 0.20I 0.2ii 

Noix de coco rapees, a la lb. 0.204 0.224 

Noix Pecan polies 0.18 0.19 

Noix Pecan cassees 0.00 0.00 

Peanuts non roties, Sun 0.00 0.094 

Peanuts non roties, Bon Ton 0.00 0.11 

Peanuts non roties, Coon 0.00 0.074 

Peanuts roties, Coon 0.09 0.09* 

Peanuts roties, G. o.09i o.ioi 

Peanuts non roties, G. 0.00 0.08 

Peanuts roties, Sun o.iol o.n4 

Peanuts roties, Bon Ton 0.124 0.134 

Pruneaux 30/40 0.00 o.n 

Pruneaux 40/50 o.oo o.ogi 

Pruneaux 50/60 O.oo 0.08J 

Pruneaux 60/70 0.00 0.07J 

Pruneaux 70/80 0.00 0.07 

Pruneaux 80/90 0.00 o.o64 

Pruneaux 00/100 0.00 0.06 

Fruits evapores. Lb. 

Abricets, boite 25 lbs. 0.00 0.14* 

Nectarines 0.00 0.11 

Peches, boite 25 lbs. 0.00 o.ogf 

Poires, boite 25 lbs. 0.00 0.124 
Pommes tranchees, £vapo- 

rees, btes de 50 lbs. 0.00 0.06J 

Pelures de fruits. Lb. 

Citron 0.10} 0.11 

Citronelle 0.164 0.17 

Orange 0.11J 0.12 

CONSERVES ALIMENTAIRES 

Conserves de Legumes 

Tres bonne demande. 

Nous cotons: 

No 1 No 2 

Asperges (Pointes), 2 lbs. 2.05 3.00 

Asperges entieres can., 2 lbs. 0.00 2.25 

Asperges Californie, 24 ibs. 0.00 3.35 

Epinards 2 lbs. 0.00 1.60 

Betteraves tranchees, 3 lbs. 0.00 1. 30 

Ble d'Inde . 2 lbs. 0.95 0.974 

Ble" d'Inde en epis, gal. 0.00 4. 774 

Catsup, bte 2 lbs. doz. 0.00 0.R5 

Catsup au gal. doz. 0.00 5.00 

Champignons hotel, boite 0.134 0.144 

Champignons, ier choix 0.20 0.21 

CHampignons, choix, btes 0.17 0.18 

rhmix de Bruxelles imp. 0.17 o.t8 

Chnux-fleurs 2 lbs. 0.00 1.65 

Titrouilles 3 lbs. 0.00 0.824 

Citrouilles gal. 2.524 2.55 

Foinards oral. O.OO 5-30 

Epinards 2 lbs. 0.00 1.25 

Epinards 3 lbs. 0.00 1. 75 

Eninards imp. bte 0.12 O.T3 

Feves Golden Wax, 2 lbs. 0.824 0.85 

Feves Vertes 2 lbs. 0.824 0.85 

Feves de Lima 2 lbs. 0.00 1. 35 

Placeolets imported bte 0.T34 0.1* 

Haricots verts imp. bte 0.13 0.17 

Mac£doine de legumes, bte 0.10 o.t6 

Marinades en seau. 5 eal. 0.00 2. 25 

Petits pois imp. moyens bte 0.11 o.ii4 

Petits pois imp. mi-fins bte 0.11 0.12 

Prtits pois imp., fins. bte 0.16 O.I7 

PHits pois imp. ext. fins, bte 0.17 0.18 

Petits pois imp., surfins. bte (manquentl 

Pois Can. English Garden 0.80 0.824 

Pois Can. Early June 0.824 0.85 



Pois Can. Ext. Fine Sifted 0.00 1.274 

Succotash 2 lbs. 0.00 1. 15 

Tomates P. S. I., 3 lbs. 0.00 1.60 
Tomates P. S. I., 3 lbs. non 

livrees 0.00 0.00 

Tomates, 3 lbs., doz, 1.35 1.4. 

Tomates, gall. 4.00 4.024 

Truffes, 4 boite 5.00 5.40 

i4 lb. 0.00 2.25 

Ananas importes 24 lbs. 0.00 2.40 

Ananas entiers (Can.) 3 lb. 0.00 2.45 

Ananas tranches (Can.) 2 lb. 0.00 1.90 
Ananas rapes (emp. Can.) 

2 lbs. 0.00 1.45 

Bluets Standard doz. 0.00 1.25 
Cerises rouges sans noyau, 

2 lbs. 1.90 1.924 

Fraises, sirop epais, 2 lbs. 1.90 1.924 
Framboises, sirop epais, 

2 lbs. 1.90 1.924 
Gadelles rouges, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1.90 
Gadelles noires, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1.90 
Groseilles, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1.75 

Marinades can. r gal. gal. 0.00 0.80 

Olives, 1 gal. gal. 1.274 1.70 

Peches jaunes 2 lbs. 0.00 1.50 

p eches 3 lbs. 0.00 2.25 

Poires (Bartlett) 2 lbs. 1.75 1.77J 

Poires 3 lbs. 2.35 2.374 

Pommes 3 lbs. 0.00 1.10 

Mures, sirop epais 2 lbs. 0.00 1.90 

Pommes StanaarJ gal. 2.524 2.55 
Prunes Damson, sirop epais, 

2 lbs. 1. 10 1. 15 
Prunes Lombard, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1.024 

Prunes de Californie, 24 lb. 0.00 2.74 
Piunes Greengage, sirop 

epais 2 lbs. 0.00 1.30 

Rhubarbe Preserved, 2 lbs. 0.00 1.50 

Cerises blanches doz. 0.00 2.25 

Cerises noires doz. 0.00 2.40 

Framboises doz. 0.00 2.40 

Mures doz. 0.00 2.40 

Gadelles rouges doz. 0.00 2.40 

Conserves de poissons 

Tres bonne demande. 

Nous cotons: 
Anchois a l'huile (suivant 

format) doz. 1.60 4.50 

Caviar 4 lb. doz. 5.15 5.25 

Caviar £- lb. doz. 10.00 10.25 

Crabes 1 lb. doz. 3.75 3.00 

Crevettes en saumure. 1 lb. 0.00 1.60 

Crevettes sans saumure, 1 lb. 0.00 1.80 

Finnan Haddies doz. 1.35 1.40 
Harengs frais. importes, 

doz. 1. 15 1.20 

Harengs marines, imp. " 1.45 1.65 

Harengs aux Tom., imp. " 1.45 1.40 

Harengs kippered, imp. " 1.50 1.70 

Harengs canadiens kippered 0.95 1.00 
Harengs canadiens, sauce 

tomates 0.95 1.00 

Homards, bte h., 1 lb. " 6.25 6.40 

Homards, bte plate, 4 lb. " 3.50 3.60 

Homards, bte plate, 1 lb. " 6.40 6.60 
Huitres (solid meat), 5 oz. 

doz. 0.00 1.40 
Huitres (solid meat), 10 oz.. 

doz. 0.00 2.00 

Huitres 1 lb. 0.00 1.50 

Huitres 2 lb. 0.00 2.45 
Maquereau, tin 1 lb., l«t doz. 

0.00 1.45 

Morue No 2 lb. (manque 1 ! 

Morue grosse en quart lb. (manque) 
Povans aux fruffes et aux 

^-Wds bte o.T7 0.1R 

Sardines can. J bte, cse 3.50 4.00 

Sardines fr.ancaises, 1 btes o.i64 0.31 



Sardines franchises, 4 btes 0.22 0.50 
Sardines Norvege, i bte 7.50 11.00 
Sardines Norvege, 4 bte 17.00 18.00 

Sardines Royan a l'huile, 4 0.40 0.42 

Sardines sans aretes 0.23 0.24 

Saumon Labrador 100 lbs. 0.00 8.50 
Saumon Cohoes, Eraser 

River, 1 lb. 0.00 1.40 
Saumon rouge: 
Horse Shoe et Clover Leaf, 

boite basse, 4 lb. doz. 1.50 1.524 
Horse Shoe et Clover Leaf, 

boite basse, 1 lb. doz. 2.65 2.674 
Saumon rouge Sockeye 
(Rivers' Inlet), bte hau- 
te, 1 lb. doz. 1.90 
Saumon rouge du printemps, 

bte haute, 1 lb. ' doz. 0.00 1.65 
Saumon Humpback, 1 lb. 

doz. 0.00 t». 95 

Truite des mers 100 lbs. 0.00 7.25 

HARENGS DU LABRADOR 

Quarts 5.50 

4 quarts 3.10 

FROMAGES IMPORTES 

Bonne demande. 

On cote le fromage de Gruy£re: 

Fromage entier de 264 lbs. ou de 80 
lbs., 28c a 30c la livre. 

En quantite moindre, 28c la livre. 

Le fromage de Roquefort se vend de 
32c a 33c la lb. et le Limbourg, 24c la 
livre. 

On cote encore: 
Gorgonzola lb. 0.25 

Edam " 0.24 

PRODUITS CHIMIQUES ET 
DROGUES 

Nous cotons: 

Acide borique, brls de 336 lbs., lb. 0.10 

Alun, barils de 336 lbs. " o.oij 

Alun, barils de 112 lbs. " 0.02 

Arcanson, lb. 0.03! 0,044 

Blanc H» -'~-.se, brls de 336 lbs. 0.55 

Boi- .peche, pqt de 1 lb. 0.03! 

100 .^o. 0.65 
Borax en cristaux, brls de 336 

lbs. lb. 0.05 0.06 

Boules a mites " 0.00 0.00 

Camomille " 0.00 0.40 

Campeche (Extrait de) : 

boites de 12 lbs. " 0.00 0.11 

btes 24 lbs., pqt 1 lb. " 0.11 0-12 

Camphre, la Hvre 0.00 0.75 

Carbonate d'ammoniaque, 

brls 112 lbs., 4 lbs. 0.15 0.20 

Cire blanche lb. 0.40 0.45 

Couperose, brls 370 lbs. " 0.01 0.02 

Creme de tartre lb. 0.24 

Gelatine rouge en feuilles " 0.60 

Gelatine blanche en feuilles " 0.35 

Gelatine Knox en feui!., doz. 1.25 1.30 

Gomme arabique lb. 0.15 0.16 

Houblon presse. lb. (manque) 

Lessive commune doz. 0.35 

Lessive commune grosse 3.75 

Paraffine pour cierges. lb. 0.10 0.12 

Platre a terre. sac 100 lbs., sac 0.70 

Poudre insecticide lb. 0.00 0.50 

Pesine blanche " o.O"?} 0.05 

Resine G., suiv quant. " 0.02$ 0.034 
Salpetre en cristaux. brls 

T12 lbs. lb. 0.05 0.06 

Sel a Medecine 0.01 0.02 

Sel d'Epsom sac 224 lb.. " o.oi4 0.03 

Soda a pate. TI2 lbs. 0.00 2.00 

Soda a laver: 

^acs 224 lb9.. 100 lbs. o.75 0.80 

Soude caustioue en mor. lb. 0.00 0.02} 
Sotifre en batons, brls 3.16 

lbs. <b. o.oif 0.03 

Soufre moulu sacs 112 lb. 1.65 1. 70 



Vol. XLVI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendrcdi, 10 Octobrc 1913. 



*7 



Tourteaux de lin moulu, sac 1.60 1.70 

Vitriol, brls o.ooi 0.07 

BOUGIES. CIERGES ET HUILES 

DE SANCTUAIRE 

Nous cotons: 
B. Paraffine en yrac, boite de 40 lbs.: 

6 a la lb. lb. 0.00 0.07! 

12 a la lb. " 0.00 0.10 

B. Paraffine, 6 i la lb. 0.08 0.09 

B. Paraffine, 12 a la lb. o.o8i 0.09* 

B. Stearique, 14 oz. 6 et 12 0.00 o.i2i 

B. Stearique, 16 oz. 6 et8 0.14 0.15 

Cierges approuves, lb. 0.00 o.37i 

Huile de 8 jours, gallon 1.20 1.30 
PLATS EN BOIS 

Nous cotons: 

Carres de I lb., crate 0.00 0.45 

Carres de 1 lb., crate 500 0.00 0.90 

Carres de 2 lbs., crate 500 0.00 1.02! 

Carres de 3 lbs., crate 0.00 0.57! 

Carres de 5 lbs., cratte 0.00 0.72} 
CUVETTES EN BOIS 

Nous cotons: 

Cuvette No o, la doz. 10.50 

Cuvette No 1. la doz. 9.00 

Cuvette No 2, la doz. 7.50 

Cuvette No 3, la doz. 6.50 

BALAIS 

Nous cotons: 

A longs manches 0.00 2.75 
Avec manches ordinaires La do* 

2 cordes 2.25 

3 cordes 2.50 

4 cordes 2.75 

5 cordes 3.50 
Le papier manille, 13 x 17, est cote 

20c. 

EPINGLES A LINGE 

Epingles ordinaires: 

Boites de 5 grosses, la bte 0.75 

Eringles a ressort: 

Roites de 2 grosses, la bte 0.90 

PAPIER D'EMBALLAGE 

Papier Manille en rouleaux 0.03} 

Papier brun en rouleaux 0.03 

MECHES, BRULEURS ET VERRES 

DE LAMPES 

Nous cotons: 

Meches No 2 lb. 0.22 

Meches No 2 " 0.15 

Meches No " 0.12 

Bruleurs No 2 doz. 0.85 

Bruleurs No 1 " 0.65 

Bruleurs No o " 0.65 

Bruleurs. desstis verre (A1 " 1.65 

Bruleurs, dessus verre (B) " 1.00 

Cheminees (climax) No 2 " 0.60 

Cheminees (climax) No 1 " 0.45 

Cheminees (climax) No o " 0.45 

Cheminees (Bonanza) No 2 " 0.95 

Cheminees (Bonanza) No 1 " 0.75 
SAVON DE CASTILLE 

Le savon de Marseille en morceaux se 
vend $4.25 la caisse et de 9c a 10c la livre, 
poids net, blanc ou marbre. 

GRAISSE A ROUES 

On cote: 
Graisse Imperial, en lots 4e 

prosse doz. 0.S7J 

("aisse de 4 doz. " 0.60 

Graisse au mica. 
R^ites de 1 lb. (par 3 doz.) 

doz. 0.00 0.95 

Roites de 3 lbs. (par doz.) doz. 2.25 
HUILE D'OLIVE 

Mmie cotons: 

Huile Loublon- 

Writes 0.00 2.25 

r ^>ooines 0.00 1. 20 

i chopines 0.00 0.60 



L'huile d'olive Barton et Guestier est 
cotee: 

Qrts 7.75 8.00 

i"ts 4-37i 4-50 

i pts 2.45 2.50 

HUILE DE CASTOR 

Nous cotons: Grosse. Doz. 

bouteilles de 1 oz. 3. 60 0.35 

bouteilles de 2 oz. 5.00 0.45 

bouteilles de 3 oz. 6.00 0.55 

bouteilles de 4 oz. 7.25 0.65 

HUILE DE FOIE DE MORUE 

Nous cotons: $1.75 a $2.00. 

Bouteilles carrees de 16 onces, $3-75 
la douzaine; chopines, $2.40 la douzaine; 
1 chopines, $1.75 la douzaine. 
HUILE DE COTON 

Nous cotons: 
Au baril 1.10 1.25 

HUILE DE RICIN PHARMACEU- 
TIQUE 

Nous cotons au quart, par livre, gis. 
le gallon, $1.25, en estagnon, par livre, 
yc a xoc. 

VASELINE 

Nous cotons; 
"Bleu Seal" 

Blanche No 1 grosse 10.00 

blanche No 2 " 19.20 

Jaune No 1 " 6.72 

Jaune No 2 14.40 

BALAIS 

D'enfant, 2 cordes 0.00 1.10 

D'enfant, 1 cor le 0.00 0.85 

Manches de faubert (mop), doz. 1. 20 

HUILE DE PETROLE 

Nous cotons: 
Pratt's Astral Oil gol. o.»2 

Standard Acme le gal. 0.17! 

GRAINS ET FARINES 
Marche de Chicago 

Le marche du ble a ete un peu plus 
faible au debut de la semaine, par suite 
de l'impression produite par la signature 
du bill sur le tarif. La baisse se chif- 
frait par 5/%c a He Le mais etait en 
baisse de Y & z a 7^c et l'avoine retrogra- 
dait de J^c a Y&C 

Marche de Montreal 
Grains 

II y a eu ces jours-ci line demande 
soutenue des acheteurs etrangers pour 
le ble de printemps du Manitoba; les 
offres de Liverpool etaient plus elevees 
de iy 2 d. a 4^ d. que la semaine prece- 
de.nte, mais les"offres de Londres etaient 
a peu pres les memes. Le volume des 
affaires n'a pas ete considerable. Les 
ventes pendant la semaine derniere se 
sont elevees a environ 500,000 boisseaux. 

Arrivages pour la semaine ici: 1,097,- 
297 boisseaux, au lieu de 1,747,083 pen- 
dant la semaine correspondante, l'annee 
derniere. 

Le marche pour les grains grossiers 
continue a etre tres calme en raison du 
fait que la demande porte principalement 
sur des lots de wagon pour satisfaire a 
des besoins urgents. Le sentiment, en 
ce qui concerne l'avoine. est faible en 
raison du fort montant d'approvisionne- 
ment disponible. L'avoine No 2 de 
l'Ouest, Canadien s'est vendue a 40 T /" 
l'extra No 1 pour fourrage de 3Q' / >c a 
40c, le No 1 pour fourrage de 38'/c ; 
. 7 pc, le No t local a 40c, le No 2 a 38c le 
boisseau, ex-ma.arasin. 

Arrivasres nendant la semaine derni'-- 
re : 50,736 boisseaux. au lieu de 45'i.i'O 



pendant la .semaine correspondante, l'an 
dernier. 

Nous cotons: 

Avoine C.W. No 2 0.41 O.41 

Avoine C.W. No 1 Ext. lid 0.40J 0.41 

Avoine C.W. No 3 0.40 0.40* 

Avoine Que. et Ont. No 2 0.37^ 0.38 

Avoine yue. et Ont. No 3 0.36^ 0.37 

Avoine yue. et Unt. No 4 manque 

Sarrasin (48 lbs.) 0.00 0.55 

Ble-d'Inde seche au four manque 

Ble-d'fnde jaune No 3 0.83 0.84 

tbie-d'lncle nouveau.) 

Orge moulee 0.52 0.54 

Marche de Montreal 
Farines 

Le ton a ete plus faible ces jours-ci 
au marche du ble de printemps, les 1111- 
notiers ont baisse les prix de 20c par 
baril. Les ieres patentes se sont ven- 
dues a $5-70, les 2imes a $5-20; les 
strong clears a $5 le baril, en barils, et 
30c par birl de moins en sacs. Pas de 
changement au marche du ble d'hiver. 
Les straight rollers se vendent de $460 
a $4.75 le baril, en barils, de $2.05 a $2.10 
le sac, en petits lots, et de $1.90 a $2.00 
le sac, en lots de wagons, avec extra de 
$1.75 a $1.80, et farine pour fourrage de 
$1.40 a $1.60 le sac. 

Assez bonne demande des acheteurs 
etrangers pour la farine de ble d'hiver, 
et marche plus actif. 

Arrivages de farine pendant la semai- 
ne derniere: 39,294 sacs, au lieu de 87,- 
O46 pendant la semaine correspondante, 
l'an dernier. 

Exportations pendant la semaine: 
46,828 sacs, au lieu de 46,970 pendant la 
meme semaine, il y a un an. 
Nous cotons: 

Issues de ble et avoine roulee 
Pas de changement dans les condi- 
tions du marche des issues de ble. Le 
sentiment est fort et la demande est 
bonne de tous cotes. Le son se vend a 
$22, les shorts a $24, les middlings a 
$27 par tonne, sacs compris. La deman- 
de pour les moulees est bonne et lfl( 
marche est actif; les moulees pur grain 
se venden de $30 a $32, les moulees me- 
langees de $28 a $29 la onne. 

Ton souenu au marche de l'avoine 
roulee, mais affaires assez peu actives. 
Les prix sont inchanges, de $4.40 a $4. 50 
le baril, en barils, et de $2.10 a $2,125/ 
le sac. Affaires assez actives sur la fa- 
rine de mais, a $4.60 le baril, en barils, 
et a $2.15 par sac. 

Arrivages d'avoine roulee la semaine 
derniere: 4.491 sacs, au lieu de 4,400 
pendant la semaine correspondant. l'an 
dernier. 

Exportations pendant la semaine: 
11,129 sa cs et 740 caisses, au lieu de 13,- 
840 sacs et 4,975 caisses pendant la se- 
maine correspondante, il y a un an. 
Nous cotons: 
Patenteg du printemps: 
Royal Household 2 sacs 5-6o 

Five Roses 2 sacs 5.60 

Glenora ,2 sacs 5.10 

Harvest Queen 2 sacs 5.10 

Fortes 5 B^nlaneer: 
Bakers Special 2 sacs 4. 90 

Manitoba S. B. 2 sacs 4.90 

Keetob 2 sacs 4.00 

Montcalm - 2 sacs 4.90 

Paf-entes H'TTivrr- 
^'raipht roller* 2 «acs 5.00 

'•imnj t -\ no ticcrriV* f care 5 Ro 

' Ar\ -7 snr« 5.30 

" -'r\f Ar Me A'ln<\r Mqnr pnnr 



28 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XT.VI — No 41. 



boulangers, 2 sacs 4.40 

Farine dc ble-d'lnde pour engrais 

2 sacs 4.50 

Farine d'avoine: 

Avoine roulee, sac de 90 lbs. 2.32 

Avoine roulee, baril 4.00 

Issues de b!6: 

Son Man., au char, tonne 20.00 

Gru Man., au char, tonne 22.00 

Middlings d'Ontario, au char, 

tonne 27.00 28.00 

Moulee pure, au char 32.00 34.00 

Moulee melangee. au char 30.00 ^1.00 
FOIN PRESSE ET FOURRAGE 

Marche de Montreal 

Pas de nouveaux evenements au mar- 
che du foin presse, les prix se maintien- 
nent bien. On a vendu des lots de wa- 
gon de foin No 1 disponible de $14 a 
$14.50; extra bon No 2 de $13 a $13-5°; 
No 2 de $12 a $12.50 la tonne, hors voie. 

Nous cotons: 
Foin No i, pour livraison 

immediate . $13.00 $13.50 

Tres bon. No 2 12.00 12.50 

No 2 10.00 10.50 

la tonne, en lots de wagon ex-voie. 

Marche facile sur place. 

BEURRE 

Marche anglais 

MM. Mills et Sparrow nous ecrivent 
de Londres a la date du 26 septembre 

Les conditions du commerce en ge- 
neral continuent a etre excellentes. li y 
a une bonne demande pour les beurres 
de qualite superieure et a mesure que 
les marchandises arrivent, elles sont ra- 
pidement achetees; en ce moment la 
demande est meme plus forte que l'of- 
fre en ce qui concerne les beurres de 
premier choix et par suite certains ache- 
teurs ont d se contenter de beurre de 
seconde qualite qu'ils n'acceptent pas 
d'habitude. 

Australien. — Le montant des arriva- 
ges est tres faible et on a mis en vente 
tres peu de beurre de premiere qualite. 
II est par consequent difficile de donner 
des cotes. Les acheteurs attendent an- 
xieusement le beurre australien de la 
nouvelle saison. 

Arrivages des colonies cette semaine: 
Par le vapeur "Mongolia", 950 boites 
d'Australien. 

Danois. — Copenhague, inchange. Le 
marche est en general sautenu. 

Frangais. — Les prix se sont eleves 
de 2/- a 4/- et le marche est en general 
ferme. 

Irlandais. — Le marche continue a 
etre ferme, les hausses sont en general 
. de 2/- pour les beurres de haute qualite. 
Siberien. — Arrivages a Londres cet- 
te semaine, environ 15,000 tonneaux. 
Amelioration de la demande pour les 
beurres de haute qualite; il y a une 
hausse generate d'environ 2/- sur- tous 
les beurres, sauf peut-etre les beurres 
de qualite tout a fait inferieure. 

Nous cotons: 
Danois, haut choix 132/0 a 134/0 

Siberien, haut choix 104/0 a 108/0 

Siberien. bon. au choix 98/0 a 102/0 
Siberien, confiserie 90/0 a 94/0 

Francois, haut choix T20/0 a 126/0 

Frangais, bon. au choix 112/0 a 1 16/0 
Francais, confiserie 94/o a 100/0 

Irlandais, sale, cremerie 120/0 a 124/0 



Irlandais, sans sel, cremerie 

122/0 a 124/0 
Irjandais, manufacture 96/0 a 108/0 

Victorian, haut choix, sale 

Pas d'arrivages 
Victorian, choix, sale 

Pas d'arrivages 
Victorian, bon, sale 

Pas d'arrivages 
Victorian, haut choix,, sans sel 

Pas d'arrivages 
Victorian, bon au choix, sans sel 

Pas d'arrivages 
Nouvelles Galles du Sud, 

haut choix, sale 114/0 a 116/0 

Nouvelles Galles du Sud, 

choix, sale 108/0 a 112/0 

Nouvelles Galles du Sud, 

bon, sale 100/0 a 104/0 

Nouvelles Galles du Sud, 

haut choix, sans sel 116/0 a 118/0 

Nouvelles Galles du Sud, 

choix, sans sel no/o a 112/0 

Queensland, haut choix, 

sale 1 1 2/0 a 1 14/0 

Queensland, choix, sale 104/0 a 108/0 
Queensland, bon, sale 100/0 a 102/ 

Queensland, haut choix, 

sans sel 114/0 a 116/0 

Queensland, choix sans sel 

104/0 a 108/0 
Nouvelle Zelande, Liquide 

HALLE AU BEURRE ET FROMAGE 

DE TEMISCOUATA. 

Vente tenue a Trois-Pistoles, le mar- 
di 4 aout 1913: — 800 boites de beurre 
vendues a A. A. Ayer & Co., a raison de 
23 J4 cents la livre. 

FROMAGE 
Marche anglais 

MM. Mills et Sparrow nous ecrivent 
de Londres a la date du 26 septembre 
1913: 

Les affaires sont inchangees; vers la 
fin de la semaine les cotes ont faibli 
d'environ 1/-. 

Nous cotons: 
Canadien, haut choix, blanc 65/0 a 66/0 
Canadien, haut choix, colore 66/0 a 67/0 
Nouvelle Zelande, blanc et 

colore Liquide. 

Prix vcndants aux 6piciers 

Fromage fort, blanc, i la meule 17c 

au morceau 18c 

Fromage de Gruyere 27c a 28c 

Fromage Oka 23c 

Beurre, choix 30c 

Beurre, choix, en bloc d'une livre 3Q>y 2 c 

Oeufs strictement frais 39c 
Oeufs frais en boites de carton 

d'une douzaine 40c 

Oeufs No 1 28c 

Oeufs choisis 31c 

LA SOCIETE COOPERATIVE AGRI- 
COLE DES FROMAGERS DE 
QUEBEC. 



Blanc. 

362 Boites No 1 Lovell & Christ- 
mas, Ltd. 12-11/16C 
1002 Boites No 2 Lovell & Christ- 
mas. Ltd. I2^jjc 
653 Boites No 3 Jones, Grant & 

Lunham, Ltd. I2}4c 
Colore. 
149 Boites No 1 Lovell & Christ- 
mas, Ltd. 12-13/16C 
417 Boites No 2 Hodgson Bros. 

& Rowson 12-13/16C 
121 Boites No 3 Geo. Hodge & 

Son, Ltd. 12-11/16C 



Rapport de la vente de beurre du 22 
aout 1913, au Board of Trade, par Aug. 
Trudel, gerant. 

Quant. Qual. Acheteurs. Prix. 

326 Boites No 1 Lovell & Christ- 
mas, Ltd. 23J^c 
112 Boites No 2 A. W. Grant 23^c 
121 Boites Pasteurise The Whyte 

Packing Co., Ltd. 25^c 



14.00 
13 00 
12.00 
17.00 
0.60 



Rapport de la vente de fromage du 21 
aout 1913. au Board of Trade, par Aug. 
Trudel, gerant. 
Quant. Qual. Acheteurs. Prix. 



OEUFS 

Les oeufs sont rares a la campagne. 
Marche de Montreal 
No 1 2 8 c 
No 2 23c 
Oeufs choisis 31c 
Strictement frais, en boites en car- 
ton d'une douzaine, la doz. 40c 
Par caisse de 30 doz. 40c 

Marche de Montr6al 

BEURRE 

Cremerie, ier choix 30c a 3oK>c 

2eme qualite 29c a 2g^c 

Beurre de laiterie 24c a 25c 

PEAUX VERTES 

Tres bonne demande. 
Boeuf inspecte No 1 
Boeuf inspecte No 2 
Boeuf inspecte No 3 
Veau 
Agneau, chaque 

FRUITS VERTS ET LEGUMES 

Oignons, la cse 3.00 

Peches, la cse 1 .25 

Prunes, la cse 2.2.5 

Poires, la cse 3.00 

Prunes, le panier 0.35 

Peches, le panier 0.40 

Raisin, le panier 0.25 

Poires, le panier 0.50 

Bananes 2.00 

Tomates, la boite 0.75 1.00 

Patates, le sac 0.90 

Navets, le sac x.oo 

Pommes, le baril 4.00 6.00 

Oranges, la cse 3.00 

Citrons, la cse 2.50 



JOURNAL DE LA JEUNESSE. — 
Sommaire de la 2i28e livraison (13 sep- 
tembre 1913). — Le Talisman, par Pier- 
re Mael. — La fortune des Rothschild. 
— Comment on se loge a Londres: la 
maison londonneienne, par Daniel Bel- 
let. — Le secret de la trahison, par Geo. 
G. Toudouze. — Histoire de quelques 
diamants celebres, par Andre Savignon. 

Abonnements — France: Un an, 20 fr. ; 
Six mois, 10 fr. Union Postale: Un an, 
22 fr. ; Six mois, 11 fr. 

Le numero: 40 centimes. 

Librairie Hachette et Cie, 79, boulevard 

St- Germain, Paris. 



Vol. XLVI — No 41. 



L£ PRIX COURANT, Vcndrcdi, 10 Octobrc 1913. 



2<) 



Table Alphabetique des Annonces 



Assurance Mout-Royal. .. . 31 

Bauer & Co. (Walter) 14 

yanque de Montreal 34 

Banque d'Hochelaga 34 

Banque Nationale 34 

Banque Molson 34 

Banque Piovinciale 34 

Belauger & Belanger 32 

Bell Telephone Co 33 

Berry Bros 4° 

Bowser, fa F. &. Co & 

Bright Light Co 33 

British Colonial Fire Ass. .. 31 

Brodie & Harvie 14 

Canada Cement Co., Ltd. . . 29 

Canada Life Assurance Co.. 31 

Canada Starch Co. Ltd 4 

Canada Wire & Iron Goods 38 

Can. Fairbanks Morse Co. . 13 

Canadian Pacific Ry 4» 

Canadian Salt Co 9 

Church & Dwight 13 

Cie d'Assurance Mutuelle 

du Commerce 31 

Clare Bros 40 

Clark, W"i 15 

Connors, Bros 16 

Continental Bag& Paper Co. 5 

Cottam Bart 32 



Coulllard Auguste 32 

Cowan & Britten 44 

Dalton Adding Machine Co. 5 

Uesmarteau Alex 32 

Uom. CannersCo., Ltd 3 

Uoni. Cartridge Co 41 

Dougall Varnish Co 44 

Douglas J.M. & Co Couvert 

Esiuhart & Evans 30 

Fairbank N K 10 

Federal J_,ife Assurance Co. 30 

Fels & Co 15 

Fontaine Henri 32 

Fortier Joseph 32 

Furuya & Nishimura 15 

Gagnon, P. -A 32 

Garand, Terroux &Cie.... 32 

Gendron Mfg. Co 38 

Gillette Co. Ud., [E. W.] 16 
Gillette Safety Razor Co. Couv. 

Gonthier & Midgley 32 

Grand Trunk Railway.... 49 

Gunn Langlois & Cie 7 

Hah Coal [Geo] 47 

Hotel New Victoria ■ 32 

Hutton Jas 38 

International Stock Food Co. 9 

International Varnish Co. 46 



Jonas & Co. .Henri Couverture 2 

Lacaille, Gendreau & Cie.. 14 

La Pr6voyance 31 

La Sauvegarde 30 

Lelievre A. J 33 

Leslie & Co., A. C 38 

Liverpool & London & Globe 30 

Lufkin Rule Co 47 

Marion & Marion 32 

Martin-Senour 42 

Matbieu (Cie J. L.) n 

Matlhews-Laing Co 9 

Maxwell & Sons (David) .. 44 

Mr Arthur, A 38 

Metropolitan Life Ins. Co.. 30 

McGill Cutlery Co 44 

McLaren & Co. (D.K.) 47 

Montbriand, L. R 32 

Moatreal-Canada Ass. Co. . 31 

Montreal Dairy Co 11 

Mooney Biscuit Mfg. Co.. 14 
Morrow Screw, Ltd,, The 

John 47 

Mott, John P. . & Co 33 

Nova Scotia Steel Co 34 

Nugget Polish Co. Ltd 6 

O'SheaJ. P 38 

Pink Thos. Ltd 45 

Pret Immobilier Limited. . . 15 



Prdvoyants du Canada, (Les) 30 

Prevost & Bddard 32 

Quebec Steamship 34 

Record Foundry 46 

Holland & Fils, J. B 32 

Sapho M fg Co 49 

Sherwin Williams 37 

Smith ED 13 

Smith Sales Co. H. E 46 

Snap Co o 

Soci£t6 des Eaux Purgati- 
ves Riga 33 

St. Lawrence Sugar Co. ... 11 

St-Vincent Arrowroot 7 

Sun Life of Canada 31 

Taylor Forbes Co. Ltd 43 

Th£s du Japon 17 

Thompson Walter J. Co. .. . 12 

Tipptt & Co., A. P 7 

Union Mutual 31 

United Shoe Machinery Co. 

Ltd couvert 

Upton & Co. (The T.) 14 

Western Ass. Co.. .• • 30 

Wilks & Burnett %2 



POSEZ DES QUESTIONS 

("^'est la raison d etre de notre Bureau de Renseignements que de repondre a vos questions. Cela nou s 
coute des milliers de dollars par an— mais les reponses ne vous coQtent rien. 

Quand vos clients veulent savoir quelque chose a propos du beton— -quand ils demandent qu'on les 
aide a calculer les proportions d'un silo ou d'une allee ou meme d'un montoir et que vous ne pouvez donner 
la reponse " a brule-pourpoint ", adressez-nous la demande de renseignement ; nous y repondrons cora- 
pletement et promptement. 

Ce service de Renseignements est un des secours qui aident a la vente du 

Canada Ported cement 

L'interet que nous portons a la vente du Ciment Canada ne s arrete pas, quand le ciment vous 
est vendu. Nous neleconsideronspas comme VENDU tant que votre client ne 1 a pas melange conve- 
nablsment pour en faire du beton et ne i'a pas employe de a f aeon qui lui donnera le plus de satis 
faction. Le Ciment Canada est probablement le produit le mieux annonce au Canada. Vous pouvez 
en faire la ligne QUI RAPPORTE LE PLUS parmi cellesque vous tenez. Et une facon d'y arriver, 
e'est de vous adresser a notre Bureau de Renseignements, chaque fois qu'un client a besoin d'aide. 

Adressez toutes lesdemandes au 

BUREAU DE RENSEIGNEMENTS 

CANADA CEMENT COMPANY LIMITEE. 

MONTREAL. 

BUREAU DE VENTES A 

MONTREAL. TORONTO. WINNIPEG. 

Commandez du Ciment au plus proche Bureau de Ventea. 




CALGARY. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



3° 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



METROPOLITAN 

Life Assurance Co'y 
:-: of New-York :- 

(Compagnle a Fond* Social) 

Actif $397,965,341.31 

Polices en vlgueur au 31 de- 

v-mbre 1912 12,837,042. 

Kn 1912, la compagnle a e- 

mis au Canada des poli- 
ces pour 32,185,993 

Bile a depose entre lea 

mains du Gouvernement 

Canadien et de fidei-com- 

mis canadiens, e-xclusive- 

ment pour les Canadiens, 

environ $16,000,000. 

11 y a plus de 532.001 Canadiens assarts 
dans la METROPOLITAN. 



WESTERN 

ASSURANCE CO. 

INCORPORCE EN 1861 
ACTIF, au-dela de - - $3,284,17993 

Bureau Principal: TORON1 0, Ont. 

Hon. Geo. A. Cox, President. 
W. R. Brock, Vice-President. 
W. B. Mbikxk, Gerant-Geaeral. 
C. C. Foster, Secretaire. 
.4ncenr«ale de Montreal : 
61 RUE ST-PIERRE. 
ROBT. Bickerdikk, Geran 



Assurances 



THE FEDERAL LIFE 

assurance co. 

Bureau-Chef : Hamilton Can. 
chiffres d'affaires 1912 

$440,648.30 

$107,050.90 

J25.555.267. 00 

C. L. SWEENEY, Gerant Provincia 
Montreal, Quebec. 



ACTIF AUGMENTS DE 
SURPLUS REALISE 
ASSURANCE EN VIGUEUR 



Telephone : Main 553 

ESINBART & EVANS 

Courtiers d'As?nrance 



^eu, Vie, Accident, Cambriolage, 

Bris de glaces, Automobiles, 

Responsabilitd des Fonctionnaires 

Agents principaux pour : 

The Scottish Union & National is. Co. 

d'Edinbourg. 

German American Insurance Co. 

de New-York. 



Bureau : EDIFICE LAKE of the WOODS 
39 rue St-Sacrement, 

MOTR.EAL 



L'AUGMENTATION DES TAUX DE 
L'l. O. F. 



E ergiques protestations 
Les membres de l'Ordre ndependant 
des Forestiers ont eu, jeudi le 2 cou- 
rant, au Monument National, une as- 
sembled de la plus haute importance 
pour discuter la fameuse question de 
l'augmentation des taux, actuellement a 
Tordre du jour et faisant le sujet de 
toutes les conversations, non seulement 
chez les Forestiers, mais chez tous les 
mutualistes. Le fait d'augmenter les 
taux de tous les membres, entres dans 
la societe avant 1899, est considere par 
plusieurs comme une flagrante injustice, 
tandis que d'autres considerent la chose 
comme une necessite inevitable et pre- 
tendent qu'avant longtemps, tout le 
monde sera satisfait du nouvel ordre de 
choses. 

La reunion etait presidee conjointe- 
ment par MM. Pascal Gagnon et M. 
Lumsden. M. Harry Upton agissait 
comme secretaire. Trente cours de 
Montreal etaient representees et deux 
cents des principaux membres de l'Or- 
dre y assistaient. On a donne lecture de 
la lettre envoyee a chaque ancien mem- 
bre, lui annoncant l'augmentation de 
son taux et les conditions qu'on lui im- 
posait pour rester dans la societe. 

M. Pascal Gagnon a dit qu'il ne fal- 
lait pas perdre son temps en protesta- 
tions inutiles, mais se lancer sans tarder 
dans la lutte; le premier pas a faire est 
de savoir si la decision de la Cour Su- 
prme de l'Ordre est legale. Tous les re- 
presentants presents ont approuve cette 
motion a l'unanimite et avec enthou- 
siasme. En consequence, on a forme un 
comite, compose de MM. F. X. Bilodeau, 
Henry Upton et Henry Hurst, et charge 
de prendre l'opinion de deux aviseurs 

legaux, l'un de langue frangaise et l'au- 
tre de langue anglaise. Us devront faire 
rapport des avis donnes par les avocats 
quelques jours plus tard. 

Tous les membres presents ont ma- 
nifeste beaucoup d'accord et ont promis 
que leurs cours partageraient les de- 
penses que cette action entrainera, ain- 
si que celles qui seront necessaires, s'il 
faut porter la chose devant les tribu- 
riaux. 

Avant de lever la seance l'assistance 
a vote des remerciements a l'adresse 
des presidents conjoints, MM. Gagnon 
et Lumsden. 

Parmi les cours qui etaient represen- 
tees, on remarquait les cours Balmoral, 
Fortune, Carnaval, Prince Arthur, La- 
chine, Panet, St-Hubert, Victoire, C. P. 
R., Ste-Helene, Champlain, Notre-Da- 
me, Carillon, Morin, St-Louis, Cote des 



ASSUREZ VOL'S 

DANS 

Cfl $jiuue*3JiRDe 



1o PARCE 
QUE 

2o PARCE 
QUE 

3o PARCE 
QUE 

4o PARCE 
QUE 



So PARCE 
QUE 



Ses Taux sod t aussi avantagaux 

queceux de n'importe quelle 

compagnie. 

Ses polices sont plus liberals* 

que celles de n'importe quelle 

eompagnie. 

Ses garantles sont superleu- 

ras 4 la g^neralite de celles des 

autrescompagnies. 

t,& sagesse et ('experience de 

sa direction sont une garan- 

tie de succes pour les anuses 

futures. 

Par-dessus tout, elle est une 

eompagnie Canadlenna- 

Frangaise et ses capitaux ret. 

tent dans la Province At 

Quebec pour le benefice des 

notrss. 



Siege Social 1 7 Place d'Armaal 

MONTREAL 



"530 



Liverpool 
London 

AND 

Globe 



INSURANCE C0MPANV 



luccursale an Canada, Bureau Chef a Montreal 
DIRECTEURS 

Sir Alexandre I,acoste,M. Cheralier, Ecr., William 
lolson Macpherson, Ecr., T. J. Drummond Her. 

J. Gardner Thompson, Gerant 
J. W. Binnie, Assistant-Gerant 



Les Prevoyants dn Canada 

Aesurance Fonda da Pension 

CAPITAL AUTORISE $500,000 

Achetez des Parts das Prevoyants 1 

Parce que e'est an placement sans 
parell ■ 

Parce que e'est avec la pins petite 
prime, la plus grosse rente ; 

Parce qne c'esvMa seule compagnle 
& "Fonds Social" faisant nne sp^ciaH- 
t^ du Fonds de Pension. 

Total de l'actif du Fonds de Pension 
seulement : $347,472.92. 

Bureau a Montreal : 

Chambre 22, 

Edifice "La Patrie" 

Bureau - Chef, 

85, rue Dalhousie, 

QUEBEC. 



Vol. XLVI — No 4-i. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



3* 



Union Mutual Life Insurance 
Company, **£* 

FRED. E. RICHARDS, 
President. 



Valeur acceptee de Garanties Ca- 
nadiennes, d6tenues par le Gouver- 
nement Federal pour la protection 
des Porteurs de Police, $1,206,576, 

Toutes les polices 6mises avec 
Dividendes Annuels sur pakment 
de la prime annuelle de deuxieme 
annee. 

Ouverture exceptionnelle poar 
Agents dans la Province de Quebec 
et l'Est d'Ontario. S'adresser a 

WALTER I. JOSEPH, Gerant. 

151 rue St-Jacques, MONTREAL. 



COMPACNIE 

MONTREAL -CANADA 

D'ASSURANCE CONTRE L'INCENDIE 

Fonda* an 1 859 

Telephone Bell Main 5381 

Actif $557,885.95 

Reserve $193,071.19 

Autre* Valeur* 

pastivei 20,68 

$213,759.19 

Surplus pour le* assures $344,126.76 

Bureau - Chef : 

EDIFICE OULUTH, 
SO rue Notre-Dame Ouest, 

angie de la rue St-Sulpice. 

MONTREAL. 
L. A. Lavallee, President 
Ferd. Page, Gerant Provincial 



l Assurance Mont- Royal 

(Compagnie Independante (Incendie) 

Bureaux i 74 rue notre-Dame Ouest 

Coin St-Francois-Xavler, MONTREAL 

rSdolphe Forget, President. 
J. E Clement. Jr., Gerant-General. 



Neiges, St-Anre, Chenier, Fullum, Ste- 
Rose, Dollard, Mont-Royal, Cmieftain, 
Ste-Brigide, Sault-au-Recollet, Eveline, 
Outremont, Montcalm, Montreal-Ouest 
et Cote St-Paul. 



LA QUESTION QUI PRIME TOUT. 



On pent dire que la premiere ques- 
tion qui est ordinairement demandee 
a la nouvelle d'une mort est celle 
qui se relate a la condition dans la- 
quelle la famille est laissee, si oui 
011 11011 une assurance-vie etait en 
vigueur pour un montant tel qu'il 
put offrir quelques-uns des conforts 
de la vie, meme apres que le gagne- 
pain soit parti pour l'eternite. C'est 
la question qui est discutee par les 
amis, c'est la demande que les 
etrangers font toujours. La situa- 
tion dans la vie ne fait aucune diffe- 
rence, de meme que la valeur des 
proprietes. Le premiere pensee sem- 
ble etre celle de la protection offerte 
par l'assurance-vie. 



Sun Life of Canada 

Actif I 49,605,616.49 

Assurances en vigueur 182,732,420.00 

Ecrivez au Bureau Principal, 
Montreal, pour vous procurer la 
brochure intituled "Prospere et 
Progressive.'' 



Une Police dans la 

CANADA LIFE 

Devient une source de revenu. 
Police No. 35,407 Montant $5,000 

Age (.'admission 35. 
Vie 20 ver semen ts Date, 30 avril 1884 

Total des primes payees $3, 140. 
Profits payees en esp&ces 

durant la periode de 

paiement des primes. - - - $ 729. 10 
Profits pay£s en especes 

en 1905 143.90 

Profits pay£s en especes 

en 1910 198.00 



$3,140.(0 $1,071.00 
Coflt exact jusqu'en 1910 - - 2,069.00 

Remarquez que depuis 1905, sans avoir 
eu a payer d'autres primes, la police a 
donne un revenu progressif. 

CANADA LIFE ASSURANCE CO 



Bureau-Chef 



TORONTO, Ont 



Ca eompagnie d Assurance 
nUTUELLE DU COnflLRCE 

Contra I'lncendle 
Aotll axeedant . $650,000.00 

DEPOT AU GOUVERNEMENT 

en conforraite avec la nouvelle Loi des 

Assurances de Quebec, 8 Rdouard VII, Chap. 6c 

Bureau-Chef ; IS I rue Oiroumrd, Si-Hyacinthe 



RESPONSABIUTE PATRONALE 

La Prevoyance 

Capital $500,000.00 



Aussi : — Accidents, Maladies, Glaces, 
Vol, Garantie de Fid£lite, Garantie de 
contra ts. 

ASSURANCE D'AUTOMOBILES 

Bureau Chef : 

160 rue St- Jacques, • Montreal 

Tel. Bell : Main 1626 



BRITISH COLONIAL 

FIRE INSURANCE COMPANY 
EDIFICE ROYAL, 2 PLACE D'ARMES, MONTREAL. 

CAPHAL AUTORISE, $2,000,000 CAPITAL SOUSCRIT, $1,000,000 

Agents demandes pour les districts non representes. 



1 ~> 

3- 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



PATENTES 



| rjBTENUES PROMPTEMENTI 

aassjBBs&asssSBsatf: 

gratis. UIDinM .$. rue university, 

r B f »•* " sKaih.^-.? Hdifice de 1. 
Banque des Marchands. 

NEW VICTORIA HOTEL 

H. FONTAINE, PROPRlETAIRE 

QUEBES 
L'Hfitel des commis-voyageurs. 

Plan Americain. Taux, a partir de $2.50. 



JOSEPH FORTIER 

Fabricant-Papeticr 

Atelier de Reglure. Reliure, Typo- 
graphic. Relief et Gaufrage Fabn- 
cation de Livres de Comptabiltte. 
Forraules et fournitures de Bureau. 

210 rue Notre-Dame Ouest, 

(Angle de la rue St-Pierre). MoWTKfeAL. 



PAIN POOH OISBATJX e.t le Cottanr 
Seed" fabrique d apre. .ix »'«"*»:. P" 
chandite de confiance ; rien ne peut 1 appro 
cher "mme v.leur et comme popular.te 
Chez tout lea fourniaaeura en groa. 



L. R. MONTBRIAND 



Architecte et Mesureur, 



230 Rue St-Andre 



MgcIk-b 



AGENCES DEMANDEES 

Un homme avec 25 annees d'expe- 
rience dans les affaires, pouvant fournir 
de bonnes references, desire des agences 
de manufactures pour la ville de Que- 
bec et le district environnant. S'adresser 
a N. L., "Le Prix Courant", Montreal. 



Alex. Desmabteau 

Comptable, Auditeur 

SPECIALITfe 1 — Liquidation de Falllltes, 

Compromis Effectue. 

64, 60, RUE NOTRE-DAME EST 

MONTREAL. 



GARAND, TERROUX & CIE 

BANQU1ERS ET COURTIERS 

48 rue Notre-Dame Ouest 

MONTHEAL 



TEL. BELL, MAIN 1859 

BELANGER & BELANGEB 

Notalres, Comptables et Commissaires 

TRUST & LOAN BUILDING. 

No 30 rue St-Jaoques, MONTREAL 

Argent a Prater a 4, 5 el 6# 



Ventes parlesSherifs 



Semaine du 11 au 18 octobre. 
District de Joliette 

— Charles Auguste Goulet vs Alfred 
Beaudry. 

L'n emplacement situe en la ville de 
joliette, connu et designe comme fai- 
sant partie du lot No 150 des plan et 
livre de renvoi officiels du cadastre de 
la ville de Joliette, avec les batisses des- 
sus construites. 

Vente au bureau du sherif, en la ville 
de Joliette, le 14 octobre 1913, a 10 heu- 
res a.m. 

District de Montmagny 
— Arcadius Caron vs Louis H. Le- 
mieux. 

Un emplacement- connu et designe au 
cadastre officiel de la ville de Montma- 
gny sur le No 106, avec four pour bou- 
langerie, et les batisses dessus cons- 
truites, circonstances et dependances. 

Vente au bureau dans la ville de 
Montmagny, le 14 octobre 1913, a 10 
heures a.m. 

District de Pontiac 
— F. E. Lasalle vs Gaudiose Trudel. 
La juste moitie indivise d'un terrain 
ou emplacement faisant partie du lot 
No 38 du 2e rang du canton Laverlo- 
chere, avec un moulin a scies dessus 
construit et les batisses dessus cons- 
truites. 

2° Le lot de terre connu et designe 
sur le plan officiel du canton Laverlo- 
chere, comte de Temiskaming, sjius le 
No 41 du rang 3 du dit canton Laverlo- 
chere, avec les batisses dessus construi- 
tes. 

Vente a la porte de l'eglise paro'ssiale 
du canton Laverlochere, le 15 octobre 
1913, a 10 heures a.m. 

District de Rimouski 
— Jules Gendron vs J.-Bte Rousseau. 
Un terrain faisant partie des lots Nos 
346, 347 et 497 au cadastre officiel de la 
paroisse de l'Assomption de Notre-Da- 
me de McDider, avec les batisses sus- 
construites. 

Vente a la porte de l'eglise de l'As- 
somption de Notre-Dame, Sandy Bay, 
le 15 octobre 1913, a 1 heure p.m. 
District de St-Francois 
— Dame Hortense Fortier vs Dame. 
Desilda Therrien. 

Trois lots connus et designes sur les 
plans du cadastre et livre de renvoi of- 
ficiels du dit canton comme etant le 
lot No 18 du 6e rang, avec batisses des- 
sus construites, et le lot No 11 des 
rangs 6 et 7 du dit canton de Wotton, 
sans batisses. 

Vente a la porte de l'eglise de la pa- 
roisse de St-Hyppolite de Wotton, le 
15 octobre 1913, a 10 heures a.m. 



ACTES INSCRITS AU BUREAU 
D'ENREGISTREMENT A TROIS- 
RIVIERES, PENDANT LA SE- 
MAINE TERMINEE LE 4 SEP- 
TEMBRE 1913. 



GEO. GONTHIER 

Licencie Jnstitut 



H. E. MIDGLEY 

Couiptablt-Incorpore 



Comptable 

GONTHIER & MIDGLEY 

Comptables A Audltaurs 

103 RUE ST-FRS-XAVIER. 

Telephone Adresse telcgraphique 

Main 2701-519 "Gontley ' 



Overture des Classes 



Fournitures Classiques, Cahiers 
d'exercices, papier qualite supe- 
rieure. Papier Ecolier, Blocs-Notes, 
Papier a lettres. Boites de Papete- 
rie, Plumes, Crayons, Ardoises, 
Boites d'ecoliers, etc., etc. 

Demandez echantillons et prix a 
La Compagnie J. B. Holland & Fils. 

53, Rue St-Sulpice - Montreal. 



Maison Pondee en 1870 

AUQUSTE COUILLARD 

Importatsdr de 

Ferronnerie et Qnlncalllerlc, Vcrres a 
Vltres, Felntores, Etc. 

Speciality t Poeles de toutes sortee 

Bios. 83:8 A *3» rue Wt-Paul 

Voates za et 14 St-Amable, MONTREAL 



La maison n'a pas de Comal -voyageurs e 
fait b^neficier ses clients de ceite economic At 
tention toute speciale aux commandes par la 
malle. Messieurs les marchands de la campagne 
seront tou jours servis au plus bas prix du 
marche. 



P. A. GAGNON 

Comptable Licencie 
(Chartered Accountant) 

Chambra 315, 316, 317 

Edifice Banque Quebec. 

11 Place d'Armes, MONTRBAI,. 

Telephone Bell Main 4912 



Arthur W.Wilks. 



Alexander Burnett 



WILKS & BURNETT 

Comptables, Audltaurs, Commlssalres pour 
toutes les Provinces. 

Regletnent d'affaires de Faillites 

602 Batisse Banque des Marchands 



TMGrjhone Bell Main S5°° 



MONTREA1 



Ventes 

Louis Boisvert a-Adelard Lambert, 



EUGENE PREVOST RODOLPHE BEDARD 

PREVOST & BEDARD 

Comptables, 

Liquidateurs, 

Auditeurs. 
Speciality : Reglementa de dif ferends 
Suite 506 Edifice Royal Trust 

107 ST-JACQUES 
BELL TEL. MAIN 10S6 MONTREAL. 



Vol. XLVI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



33 




La r^gularite 1 de la diges- 
tion est une condition de 
bonne humeuret desanli'. 

L'eau Purgative 
RTG A 

assure le fonctionnement 

parfait des organes 

digestifs. 

La vente de l'eau Purga- 
tive RICA vous laitse 
une bonne marge de 
profit. 

C'est *galtment un remddeefficacecontre lesdt- 
sordres du foia de la vessie, des rognons etc. 



Societc des Eaux Purgatives RIGA. 

215, Rue Notre- Dame Est, Montreal. 
TEL., MAIN 6473. 



La capacite de production- 
Comment l'obtenir ! 




La capacity de production 
est le but vise dans la trans- 
action moderne des affaires. 

Et cette capacite de pro- 
duction maxima en affaires il 
est impossible de I'atteindre 
sans un recours frdquent au 
Telephone a Longue Distance. 

En concurrence avec un 
rival aux idees progressives, 
vous avez tous les avantages 
contre vous. si vous n'utilisez 
pas le Telephone a Longue 
Distance. 




Appe/ez le " Long Distinct " 
et demandez les tarifs. 

La Compagnie Canadienne du 
Telephone Bell. 



BONNE OCCASION 



A vendre 10 lots tres bien si- 
tues a Notre-Dame de Grace, — 
a proximite des tramways de la rue 
Slierbrooke — Vendra en block 
ou separ^ment. 

S'adresser a ' ; B". Le Prix Cou- 
rant 80 rue St-Denis. Tel. Bell 
Est 1185. 



St -lloniface; Pierre Gelinas a Albcrie 
Bcllemare, Yamachiche; J. M. Spenard 
a Brasserie J. M. Spenard, Trois-Rivie- 
res; Charles Hamelin & Fils a Z. Ber- 
naquez, Trois-Rivieres; J. F. Boulais et 
al. a Narcisse Villemure, Trois-Rivieres; 
Simeojjj Philibert a Donias Diamond, S'- 
Elie; Lanctot Realty Co. a Alph. Gin- 
gras, Trois-Rivieres; Lanctot Realty 
Co. a Emile Gingras, Trois-Rivieres; 
Lanctot Realty Co. a Alice Gingras, 
Trois-Rivieres; Canada Realty Co. a 
Elie Geo. Pageau, Shawinigan Heights; 
Z. Dontigny a Josue Pellerin, Grand- 
Mere; A. Lebrun a J. A. Pelletier, 
Trois-Rivieres; L. Geo. Pellerin a J. N. 
Omer Clement. Trois-Rivieres; Severe 
Descoteaux a Arthur Levasseur, Trois- 
Rivieres; J.-Bte Desbois a Joseph Les- 
sard. Trois-Rivieres; Jos. Thibodeau a 
W. St-Arnauld, Trois-Rivieres. 
Testaments 

Vve Nap. Charbonneau a Alfred Char- 
bonneau et al., Trois-Rivieres; Mathil- 
da Villeneuve a Louis Boisvert, St-Bo- 
niface; Jos. Julien a Emile Julien, Baie 
Shawinigan. 

Retrocession 

Emile Cloutier a Isaac Cloutier, Trois- 
Rivieres. 

Manages 

Rosario Dufresne a Marguerite Marie 
Lessard, Trois-Rivieres; Albert Ricard 
a Bella Gelinas, St-Barnabe. 
Transport 

Simeon Philibert a Omer Diamond, 
St-Elie. 

Cession 

Alph. Gingras a Corporation de Trois- 
Rivieres. 

Obligations 

Gustave A. Tessier a Mariette Delor- 
me, Trois-Rivieres; A. des Kinderen &■ 
Fils a Jolin Stadler, Shawinigan Falls; 
Jos. Deziel a Jos. Paquin, Grand'Mere; 
Arthur Duchaine a Philippe Voyer, 
Grand'Mere; Jos. Lessard a A. Lebrun 
et Vve A. Laurer, Trois-Rivieres; J. N. 
Omer Clement a Rev. F. X. Lessard, 
Trois-Rivieres; Dame Nap. Dechene a 
F. F. Farmer, Trois-Rivieres. 
Renonciation 

Nap. Morissette et al a Luc Treffle 
Morissette, Trois-Rivieres. 

Avis de liquidation 

The Sash Door and Construction Co., 
Trois-Rivieres. 

Jugements 

A. E. Desilets vs Elisee Tessier, 
Trois-Rivieres, $26.00; A. Dumaine vs 
'Uld. Grenier, Trois-Rivieres. $8.25; A. 
E. Paquette vs Alexandre Charles, La 
Tuque, $63.04; Thee Lang Mfg. Co. vs 
Jos. Lesperance, Shawinigan Falls, 
$58.19; Alph. Cossette vs Ls. Robitaille, 
Almaville. $59.16; Alph. Hebert vs A. 
U. Massicotte, St-Stanislas, $29.55; Er- 
nest Gauthier vs Dolphis Jean, Shell 
Rivr, Sask.. $96.84; Theophilp BH^le 
vs Ubald Courteau, Cap Madeleine, 
$26.50; Roberge & Roberge vs Damase 
Lamontagne, Cap Madeleine, $27.29. 

BON COMMIS DEMANDE 



On demande un bon commis Spicier, 
tr£s familier avec les langues francaise et 
anglaise et pouvant fournir de bonces re- 
commandations. Un bon salaire est assure - 
a. un homme competent. 

S'adresser au bureau du "Prix Courant". 



GHOCOLAT « 



Non Sucre 



/«S 



ELITE" 



B 



D B8 EPICIRBS 
four tons lea 

esoins de la Cuisine 

Tablettes de % lb. 

Fabriqnti par 

JOHN P. MOTT & CO., 

HALIFAX, N. E. 

J.A.TAYLOR, Agen , Montreal 



FOURRURES 

Manteaux en Mouton de Perse 

faits sur commande par un 

dessinateur expert, ci-devant 

employe" d'une grande maison 

locale. 

Tous genres de fourrures re- 

model^es. 

Peaux et ouvrage garantis, 

prix models. 

A. J. LELIEVRE 

MANCHONNIER 

150, RUE SMENIS, MONTREAL. 

Tel., Est 3521. 

Spicialitt : 

Manteaux de Mouton <le Perse. 

Tous genres de Fourrures rtpar£eg, 
teintes et nettoye>». 



VOYAGEUR 



Un voyageur ayant 
une tres bonne clientele 
dans le commerce de 
farine et provisions, de- 
sire une position dans 
une maison bien recom- 
mandee. 

S'adresser a 

JOS. P . . . 

Poste Restante. 
Ste-Flavie, Station 
P.Q. 



34 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



BANQUE DE MONTREAL 

ONDEE EN 1817 - COMSTITUEE PAW AC TE DU PARLEMENT 

Capital toot pay* $16,000,000.00 

Fonda da Reserve 16,000,00 0.00 

Profits non Partagaa - 802.814.94 

Siege aoclal i MONTREA L. 

Bureau de* Dire c 'eurs.— i,e Tr*s Hon. Lord Strathcona and Mount 
Royal, G.C.M G., G.C.V.O., President Honoralre; R. B. Angus, President ; 
H.V.Meredith, Vice-President ;B. B. Greenshields, Sir Wm Macdonald, 
James Ross, Hon. Robert Mackay, Sir Thomas Shaughnessy, K. C. 
V.O.; David Morrice, C. R. Hosmer, A. Baumgarten, C. B. Gordon, H. R. 
Drummond, D. Forbes Angus. 

H. V. Meredith, Gerant-General; A. Macnider, Insp. Chef et Surint. 
des Succursales, C. Sweeny, Surint. des "uec.de la Colomibie Anglaise ; 
A. D. Braithwaite, Surint. des Succ. de 1 Province d'Ontaro ; F.J. Cock- 
burn, Surint. des Succ. de la Province de (uebec ; E. P. Winslow, Surint. 
des Succ. du Nord-Ouest. D. R. Clarke, j'urint. des Succ. des Provinces 
MaritlmesetdeTerre-Neuve. 

Succursales to Canada.— Dans toutes les principales cites etvilles des 
provinces suivantes : Ontario, Quebec, Nouveau-Brunswick, He du Prince 
Bdouard, Nouvelle-Ecosse, Provinces du Nord-Ouest, Colombie Anglaise- 

Succursales en dehors du Canada. — Grande-Bretagne, Londres. 
Angleterre, 47 Threadneedle Street E.C —Sir Frederic Williams-Taylor, 
gerant. , 

Ktats-Unis, New-York— R.Y. Hebden W. A.Bog. J. T. Molineux, agts 
64 Wall Street. Chicago, Spokane, 

Terre-Neuve : St. John's, Birchy Cove, Grand Falls. 

Mexiaue. M e xique, D. F. 



LA BANQUE NATIONALE 

FONDEE EN 1860. 



Capital 

Reserve 



meats, les credits commerciaux 
c t au Canada, aux pins bas tanx. 



NOVA SCOTIA STEEL & GOAL GO. 



LIMITED 

MANUFACTURERS 



ACIER. en BARRES MARCHAND, MACHINEKIE a 
ROUES, TRANSMISSIONS en ACIER COMFK1ME 
POLI, TOLES D'ACIER jusqu'a-48pcsde larpe.BAlLS 
en "T" de 12, 18, 28 et 40 lbs a la verge ECLISSFS 
ESSIEUX DE CHARS DE CHFMINS DE PER. 

GROSSES PIECES DE FORCE. UNE SPECIAL1TE 

Mines de Per, Wabana, Terreneuve. — Mins 

Hauta Fourneaux, Fours a R€verb£re a Sydney Mines, 

N. E. — Laminoirs, Forges et Ateliers de Finissage 

a New Glasgow, N. E. 

Bureau Principal : NBW GLASGOW, N. B. 



$2,000,000 
1,550,000 



Notre service de billets circulaires pour les voyageurs " Tra- 
vellers Cheques " a donne" satisfaction a tous nos clients ; none 
invitons le public a se prdvaloir d;s avantages que nous offrons 

Notre bureau de Paris, 

14 RUE AUBER, 

est tr a s propice aux voyageurs canadiens qui visitent l'Enrope . 
Nous eff ectuons les virements de fonda les collections, les paie" 



en Europe, aux Etats-Unit 



JL.A. BANQUE MOLSON 

132 erne DIVIDENDE 

Avis est donn^ par les pr£sentes aux actionnaires de la Ban- 
que Molsoa qu'un dividende de deux et trois quarts pour 
cent (soit au taux annuel deonze pour cent) sur le capital ac- 
tions a 6t€ d^clard pour le trimestre courant, et que ce dividen- 
de sera payable aux bureaux de la Banque, a Montreal, et a. ceux 
de ses Succursales, le et apres le Premier Jour d'Octobre 
Prochain, aux Actionnaires inscrits au plus ta-d le 15 Septem- 
bre 1913. 

L'ASSEMBLEE GENERATE ANNUELLE 
des Actionnaires de la Banque sera tenue a. l'edifice principal 
de la Banque, en cette Ville, le mardi, 21 octobre prochain a 
trois heures p. m. 

Par ordre du Bureau, 

JAMES ELLIOT, Gerant-General. 

Montreal, 26 Aout 1913. 



BANQUE PROVINCIALE 

DU CANADA 

Fondee en I 900 
Siege Central 1 7 A 9 Place d'Armea, Montreal, Can.' 
Capital autorise $2,000,000.00 
Capital pave et surplus au 31 Decembre 1912 $1,588,866.1 1 

Conseil d'Administration : President : M. H. LAPORTE, de Laporie 
Martin & cie, Administrateur Credit Foncier Franco-Canadie^ 
vice President : M, W. P. CARSLE, de lamaison en gros CarsleJ 
Sons & Co. ; Honorable L. BEATJBIEN, Ex-ministre de l'Agriculturt 
M. G. M. BOSWOKTH, Vice-President "Canadian Pacific Railway Co." 
gM.AlvPHONSERACINK.de la tnaison A Racine & Cie, marchands en 
Bros, Montreal; M. L J.O. BEADCHEMIN, proprietaire de la Librairie 
Beauchemin Ltee.; TANCREDE BIENVENU, Directeur-gerant ; J W. I,. 
E2£2 ET ' lDS Pecteur; J. R.CHOQUET Assistant-Inspecteur ; ALEX. 
BOYER, Secretaire. 

Censeursi President: Honorable Sir ALEX. LACOSTE, Ex-Jugf 
en chef de la Cour d'Appel ; Docteur H. PERS1LLIER LACHAPELLK 
Administrateur du Credit Foncier Franco-Canadien ; M. CHEVALIER 
Directeur-Gerant, Credit Foncier Franco-Canadien. 
58 Succursales dans les Provincesde Quebec. Ontario, Nouveau Brunswick 

Coirespoitdanta a rEtranger : Etats-0nis : New-York, Boston 
Baff^lo, Chicago ; Angleterre . Fr ance. Allemagnc, Autrich e . Italie. 



QUEBEC STEAMSHIP CO., Limited, 

LICNE DU ST-LAURENT, Montreal aux ports de la Cote de Gaipe, a 
Gaipe, Malbaie, Perce. Summerside, Charlottetown et Pictou 

SS. ' CA»i_AP±SDIA", 1900 TONNES, avec les accommodations les p'us 
modernes pour passagers partira de Montreal, jeudi, les 23 octobre 
et 6 Novembre a 4 hrsp.m., et de Quebec le jour suivant midi. 

ALLEZ AUX BBHMUDES 

Le Steamer "Bermudian." a double helice, 10,518 tonnes de deplace 
ment 1 mtera tfew-V >rk a n hr« a m. le* 11 et 22 octobre I. 12. 12 No- 
vetnbre et tousles dix jours dans la suite. Signaux sous-tnarins, t€16gra- 
phie sans fil, orchestre. 

Voyage Record, 39 heures 20 minutes. Le plus rapide, le plus modern 
et le seul steamer debarquant sea passagers aux quais aux Bermudes san 
trambordement . 

ANTILLES 

Le nouveau steamer "Guiana" et autres steamers, quittent New-York a 
2 hr>p.m,les 18 et 31 octobre, 15. 29 Vovambrepour St-Thomas, Ste-Croix, 
St-Christophe Antigua, la Guadeloupe, la Dominique, la Martinique, Ste- 
Lucie.laBarbade Demerara. 

Pour renseignements complets s'adresser a W. H, Henry, 286 rue S 
Jacques; W. H. Clancy, 122 rue St- Jacques ; Ths. Cook & Son, 530 rue :-te 
Catherine-Ouest ; Hone & Rivet, 9 Boulevard Si-Laurent, ou a J G , 
Brock & Co., 221, rue des Commissaires, Montreal, Quebec Steamship Co. 
Quebec. 



BANQUE D'HOCHELAGA 18741913 

Capital autorise $4,000,000 Capitalpaye $4,000 000 

Reserve 3.000,000 Total de I'Actif au-dela de $30 000,000 

DIRECTEURS : M. J. A. v"aillancourt, President; Hon. F.L. Beique.C.K 
Vice-Piesident ; A. Turcotte, Ecr., N. H. Lemay, Ecr. Hon. J M. Wilson 
Col. C. A. smart, A A. Lirocque, F. G. Leduc, Gerant ; Beaudry Lemau 
Surinteudant des Agences; P A. Lavallee. Asssistant-Gerant ; Yvon La 
marre, Inspecteur. Bureau Principal— Montreal 

BUREAUX DE QUARTIERS 
Ave. Mont-Royal Pointe St-Charles DeLorimier 

(coinSt-Denis)St-Edouard Quartier Emard 

Ave. Mont-Royal St-Henri Rue Notre-Dame, Ouest 

(Coin de Lanaudi&re) St-Viateur r.ongue-Pointe 

Rue Ste-Catherine, Est Quartier Laurier Aylwin, (coin Ontario) 

RueSte-Catherine, centre Villeray Quartier St.Denis 



Hochelaaa 
Longue Pointe 
Maisonueuve 



Verdun(pres Montr6al)yuartier Ste-Marie 
Viauville (pres Montreal Outremont 



Berthierville, P. Q. 
Cartierville, P. Q. 
Edmonton, Alta 
Fournier, Ont. 
Hawkesbury, Ont. 
Joliette, P. Q. 
Machine, P. Q. 
Laprairie, P. Q. 
L'Assomption, P. Q 
Longueuil, P. Q. 
Louise ville, P.Q. 



SUCCURSALES 

Maxville, Ont 
Mont-Laurier, P.Q. 
Prince Albert, Alta. 
Quebec, P. Q 
St-Roch de Quebec, P.Q 
Sorel, P Q . 
Sherbrooke, P Q. 
St. Albert, Alta. 
Ste-Genevieve de 

Pierrefonds, P.Q. 
St-Boniface, Man. 



St-Hyacinthe, P. Q. 

St-Jacques I'Aehigan, 

St- Jacques L'ssbigao P.Q. 

St-jerome P Q. 

St-Lambert, P Q. 

St-Pierre Man. 

St-Valerien de 

Shefford, P. Q. 

Trois-Rivieres, * Q. 

Valleyfield, P. Q. 

Vankleek Hill, Out. 

Winnipeg, Man. 

Emetdes Lettres de Credit Circulaires pour les VoyageurF, payables 
d a ns . ntes les parties du monde ouvre des credits commerciaux ; achete 
e 1 © tes sur es pays etrangers ; vend des cheques et fait des paiements 

aphiquessur les principales villes du monde. 



La publicite bien faite est loyale et 
honnete, documentee et raisonnee, direc- 
te et vivante. 



Vol. XLVI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre [91 ; 



35 



Finances 



REVUE DE LA SEMAINE. 



Calcndricr financier 



LA LAKE OF THE WOODS MILLING CO. 



Mercredi, 15. — Dividendes trimcstricls payables: 

Actions — Bell Tel. Co. of Can., Dominion Tleg. Co., 
Dom. Textile Co., Pfd., Guarantee Co. of N. A., Mexican L. 
& P. Co., Montreal Teleg. Co., New Brunswick Tel Co, N. 
Scotia S. & C. Co., C. & Pfd., St. John Ry. Co., Tuckett To- 
bacco Co., Pfd. 

Dividende semestriel payable: 

Action — Minn., St. Paul & Sault Ste-Marie Ry. Co., C. 
& Pfd. 

Au Pacifique Canadien 

Les recettes du Pacifique des neuf derniers jours de 
septembre s'elevent a $4,160,000, soit une augmentation de 
$703,000 sur la periode correspondante de l'an dernier. C'est 
un record qui n'a ete depasse, comme moyenne de recettes 
quotidiennes, que pendant la derniere semaine d'octobre de 
l'an dernier. Les recettes alors s'eleverent a $4,295,000. Mais 
etant donne la difference du nombre de jours sur lesquels 
ont ete etablis les deux bilans, il se trouve que la moyenne 
quotidienne, cette annee, ressortit 1 $462,000 contre $429,500 
l'an dernier. 

Par suite de cette enorme augmentation de recettes, la 
diminution de la premiere quinzaine se trouve contrebalan- 
cee et le bilan de septembre s'etablit sur un excedent de 
$565,000. soit approximativement 5%. Ainsi done le Pacifi- 
que a repris le cours interrompu pendant quelques mois de 
ses augmentations de recettes. 

Le bilan hebdomadaire de septembre s'etablit comme 
suit: 



Semaine 



1913 



1912 



Augm. 



lere $2,496,000 $2,649,000 *$i53,ooo 

_>eme 2,462,000 2,667,000 *205,ooo 

3eme 2,769,000 2,549,000 220,000 

4eme 4,160,000 3.457,000 703.000 

$11,887,000 $11,322,000. $565,000 

♦Diminution. 

Les recettes de la derniere semaine de septembre de 
nos troi's grandes compagnies de chemins de fer s'etablissent 
comme suit: 

1913 1912 Augm. 

C. P. R. $4,160,000 $3,457,000 $703,000 

G. T. R 1,492,505 1,464,733 27,782 

C. N. R 726,300 526,000 199,700 

L'augmentation du Grand Tronc est de 2% et celle du 
Canadien Nord de 38%. 



Lc rapport annuel eta'olit que cette grande Compagnie est 

tres prospere 

■i 

Le rapport annuel pour Tanner linissanl le 31 aoiit [913, 
qui vient d'etre soumis aux actionnaires, indique que l'annee 
a ete tres prospere et que les conditions se sunt beaucoup 
ameliorees. Les gains ont ete sul>stantiels, mais, comme par 
le passe, les directeurs suivent, pour la disposition du sur- 
plus, une lignc des plus conservatriccs. 

Les recettes brutes durant l'annee se sont elevees a 
$549,677 contre $457,011 l'annee precedente. Ap.res paiement 
de l'interet sur les obligations et des dividendes sur les ac- 
tions preferentielles, il reste un profit net de $345,677 equi- 
valant a 16.46 pour cent du montant des actions ordinaires 
s'elevant a $2,100,000, au lieu de $251,871, chiffre atteint par 
les recettes nettes l'annee precedente. Sur ce montant de 
$345,677, la compagnie a paye $168,000 en dividendes sur les 
actions ordinaires, plus un bonus de 2 pour cent ou $42,000 
sur ces memes actions, laissant un surplus de $135,677. De 
ce surplus a ete deduite une somme de $100,000 pour la pro- 
priete et les marques de commerce, laissant une balance de 
$35,677 quii ajoutee au surplus en caisse en date du 31 aoiit 
1012. soit $817,457. porte a $853,134 le montant place au cre- 
dit du compte de surplus au 31 aout 1913. 

Le rapport de l'actif et du passif de la compagnie mon- 
tre que la valeur du ble. de la farine, des sacs et des diver- 
ses fournitures de moulin est de $1,050,154 contre $1,163,402.28 
a la fin de l'annee precedente et que le montant des comptes 
a percevoir est de $529,995-63 eon t re $553,874 l'annee der- 
niere. Ce dernier item prouve (pie les affaires de la compa- 
gnie sont en excellent etat et qu'il n'y a eu aucun retard 
dans les paiements de la part des clients. 

Les officiers et directeurs dont les noms suivent ont 
ete elus pour l'annee courante: President et directeur-ge- 
rant, Lt.-Col. Frank Meighen; vice-president, Wrn. W. Hut- 
chison- directeurs, Hon. Robert Mackay, George \. Has- 
tings, Aimer Kingman, R, M. Ballantyne, Tancrede Bienve- 
nu, J. K. L. Ross, John Carson; secretaire, F. 1-;. Bray; as- 
sistant-secretaire, R. Neilson; tresoricr, T ,F. McXally. 

* 
* * 

Des nouveaux stocks v.onl entrer sur la list e de la Bour- 
se, W'ayagamack National Brick et Peter Lyall. D'autres 
vont suivre, ce qui indique (pie les parrains de ces stocks 
sont prets a subir l'examen du coinite de la Bourse. 

* 

Pendant l a semaine, le Canada Cement fut assez evident, 
et une quantite considerable d'actions de la Montreal Power 
Rights ont change de mains. Beaucoup d'actions de ces 
deux stocks ont, dit-on. traverse l'Atlantique. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



INFORMATIONS FINANCIEEES 



Actions Ordinaires et Actions Privilegiees 



Capital paye 



Reserve 



I Taux du der- 
Pairdes Actions nier Dividende 



BANQUES 

Banque de Montreal 

Banque de Quebec 

Banqne de la Nouvelle-Ecosse , 

Banque de Toronto 

Banque Molson 

Banque Nationale 

Banque des Marchands du Canada 

Banque Provinciale 

Banque Union du Canada 

Banque Canadienne du Commerce 

Banque Royale duCanada 

Banque d'Hochelaga 

Banque d'Ottawa 

Banque ImpeViale du Canada 

Banque Internationale du Canada 

CHEMINS DE FER 

Canadian Pacific Railway (Ordinaires) 

Duluth S.S & A Railway (Ordinaires) 

do do do (Pref6re':tielies) 

Minn. St. Paul & Soo Railway (Ordinaires) , 

do do do (Pr£feVentielles) 

TRAMWAYS ELECTRIQUES 

Detroit United Railway 

Duluth Superior Traction 

Halifax Electric Railway 

Havana Electric Railway (Ordinaires) 

do do do ( Pr6feVe:itielles ) 

Illinois Traction (Ordinaires) 

do do (Pi6fe>entielles) 

Mexican Light & Power (Ordinaires) , 

do do do (Pr6f£rentielles) 

Montreal Street Railway) 

Porto Rico Railway 

Quebec Railway, Light & Power 

St. John Railway 

Brazilian 

Toledo Railway & Light 

Toronto Railway " 

Tri-City Railway & Light (Ordinaires) 

do do do (PreTe>entielles) .... 

Twin City Rapid Transit (Ordinaires) 

do do do (Pr£fe>entielle«) 

Winnipeg Electric Street Railway 

VALEURS INDUSTRIELLES 

Canadian Car & Foundry (Ordinaires) 

do do do ( Pr£f£rentielles) 

Canada Cement (Ordinaires) 

do do (Pr^feYentielles) , 

Canadian Converters 

Dominion Steel Co. 

Dominion Textile Co. 1 Ordinaires) 

do do (PreifeVentielles) , 

Lake of the Woods Milling Co. (Ordinaires).... 



do do do (PrgfeVentielles) 

Montreal Cottons Ltd (Ordinaires) 

do do do (Pr6fe>entielles) 

Nova Scotia Steel & Coal (Ordinaires) 

do do do (Pr^feVentielles) 

Ogilvie Flour Mills Co. (Ordinaires) 

do do do (PrgfeVentielles) 

Penmans, Limited (Ordinaires) 

do do (PrgfeVentielles) 

DIVERS 

Bell Telephone Co 

Mackay Companiee (Ordinaires) 

do do (Prgferentielles) 

Montreal Light, Heat & Power 



Montreal Telegraph 

Ottawa Light, Heat & Power Co 

Richelieu & Ontario Navigation Co 

Shawinigan Water & Power Co 

■IMS 

Crown Reserve 

International Coal Mining (Ordinaires) . . . . 
4o An Ao f »-*f£— *iM«H«-V 



$15,975,220 
2,500,000 
3,998,460 

4,941,455 
4,700,000 
2,000,000 

6,547,159 
1,000,000 
4,952,190 
15,000 000 
7.661,060 
2,885,340 
3,500,000 
6,000,000 
1,320,439 

180,000,000 
[ 2,000,000 
10,000,000 
20,832,000 
to, 416, OOO 



12,500 
3,500 

r,4oo, 

7,500 
5,000 
9,56* 
5,000 

13,585 
2,400 

to, 00c 

3,000 

9,30o 

800 

10,000 

12,000 
8,000 
9.000 
2.825 

20,100 
3,000 
6.000 



,000 
,000 
,000 

OOO 

,000 
,000 
,600 
,000 
,000 
,000 

OOO 

500 

OOO 
OOO 

000 

OOO 
OOO 
OOO 
OOO 
OOO 
OOO 



3,500.000 

5.000,OOD 

13,500,000 

10,500,000 

1,733.500 

35,000,000 
5,000,000 

1,859,030 

2,100,000 

1,500,000 
3,000,000 



6,000,000 
1,030,000 
2,500,000 
2,000,000 

2,150,600 
1,075,000 

12,500,000 

50,000 

50,000,000 

17,000,000 

2,000,000 

1,511,500 
3,132,000 
7,000,000 

1,999,957 
500,000 
*j9,too 



1 1 6,000,000 
1,250,000 
7,497;4i2 
5,941,455 
4,700,000 
1,400,000 
5,400,000 
500,000 
3,076.095 
12,500,000 
8,607,166 
2,650,000 
4,000,000 
6,000,000 



Debentures 
146,283,497 



21,887,000 

2,500 000 

600,000 



24,957,813 



4,420,000 
2,941,500 
8,654,400 



6,000,000 

[3,257,000 

3,992,326 



8,068,000 
19,503,000 

5,578,000 



3,500,000 

5,000, coo 
474,000 



3,040,275 



1,000,000 
500,000 



6,000,000 

457,263 

2,000,000 

3,649,000 



10,107,000 

100,000 

730,000 

1,123,573 

5,000,000 



$100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
50.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 

1 00 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
1 00 . 00 

100.00 
100.00 
100.00 
1 00 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
1 00 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
r 00 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
1 00 . 00 
100.00 
100.00 

100.00 
100.00 
100.00 
1 00 . 00 
100.00 
1 00 . 00 
too. 00 
roo.oo 
100 00 

100.00 
100.00 



100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
1 00 . 00 
5.00 

100.00 
100.00 
100.00 
100.00 

100 00 
100.00 
100.00 
100.00 

1. 00 
100.00 

TOO. OO 



I0# 

7% 
14 fe 
life 
life 

S% 
lofe 

Sfe 

Sfe 
lofe 
life 

9fe 
life 
life 



IO fe 



7% 
7% 

5% 
Sfe 
7% 



6 * 



6fe 

4fe 

7% 

lofe 



6fe 
lofe 



7% 



6% 
6fe 

7% 
lofe 

Sfe 
7% 



7% 



6% 
7% 
*% 

7% 
Sfe 



S% 
Sfe 
Sfe 
7% 

4% 



Sfe 
4% 
Sfe 

S% 
6% 
6% 
4% 

60* 

7% 
7% 



Derniere cote 


Au 30 
septembre 


Au 8 
octobre 


232 

I22j^ 

194 

*33 

206 
220 
154^ 

229^ 
I33K 


233 

122^ 

255 

195 
133 
I90 

205 u 

221 
153 

233K 
132 



72^ 72^ 



160 


160 


<)o% ex-d. 
63 


90 
65 


61 ex-div. 
I2# 


13 


92 


89^ 


137 ex-div. 


I4I>^ 



108 

204 

67 

107 l A 

2,4% 

93 

41 

46 ex-div. 
84 ex-div. 

I02 

I34exdiv. 

et ex- 

droits. 

I20 

55 
102 

80 
125 

H9«x-div. 



145 
80 ex.div. 

65 
115 ex-dr. 

r4o 

162^ 
108 i{ 

136 

1 57ex-dr. 
4 
7 



212& ex- 
div et ex- 
droits. 

138 
IO93/ 

1 s'e*-dr. 
4 

7 



Vol. XL VI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vcndredi, 10 Octobrc 1913. 



37 



La peinture a, comme les gens, 
des devoirs a remplir. 

Une peinture, a bon marche, defectueuse, ne peut pas plus faire son devoir envers le marchand 
qu'envers le client qui l'emploie. Le marchand doit vendre une peinture qui fasse tout ce qu'on 
pretend qu'elle fera, s'il veut que ses affaires prosperent. Les gens se souviennent du magasin 
ou ils ont achete des marchandises satisfaisantes et ils n'oublient pas de bon coeur, quand ils 
sont desappointes. 




C'est le fini pour les murs d'interieur et les plafonds, lequej 
possede toutes les qualites requises par le decorateur moderne 
pour la decoration artistique, hygienique et durable des maisons 
particulieres et des Edifices publics. Le Sanitone n'est pas fabrique' 
pour concurrencer des prix — les gens veulent de nos jours, de la' 
qualite et Sanitone n'est fabrique qu'avec les plus purs ingre- 
dients, de telle sorte qu'il peut donner les meilleurs r£sultats et 
donner satisfaction aux clients de nos marchands ainsi qu'a. nous- 
memes. Sanitone est une peinture a l'huile qui seche en donnant 
un fini plat veloute, qui dure des annees sans se ternir, et qu'on 
peut lav><r_avec de l'eau savonneuse, sans l'endomuiager. II est 
fabrique en vingt-quatre teintes magnifiques. Ecrivez-nous pour 
avoir une circulaire descriptive. 



Canada Paint repre"sente le resultat de notre longue expe- 
rience dans le fabrication de la peinture. Elle est fabriquee avec 
de l'huile de lin pure, du plomb pur, du zinc pur combines en 
justes proportions scientifiques avec les pigments colorants et 
siccatifs ndcessaires. Elle est completetnent m£langee et broy£e 
dans des usines puissantes du dernier modele. Le rdsultat c'est 
une peinture qui couvre la plus grande surface et a la plus longue 
dur£e possible. Elle a bonne apparence et assure une r£elle pro- 
teclion a la surface, sur laquelle elle est appliqu^e. Canada 
Paint est mis dans des bidons de mesure Imperiale, dtiquetds 
d'une maniere attrayante. II n'y a pas de nieillture peinture que 
Canada Paint et elle est vigoureusement soutenue par une publicite 
efficace. 




THE CANADA PAINT CO 

LIMITED 

PAINT- VARNISH & DRY COLOR MAKERS-LINSEED OIL CRUSHERS 
FACTORIES &OFF1CES^MQNTREAL~TORONTO & 
WINNIPEG ^OXIDE MINES- RED MILL-QUEBEC 




EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



38 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



& 



Importateurs de 

Glaces Epaisses 

VERRE A VITRE8, 

^3 VERRE CATHEDRALE 

• uni et grave, 



Mann- ^^ 

facturiers &^ VERRE BRUT 
de *r€\ (cast) 



MIRROIRS, 



¥^^ Raye, 

VITRE8 y^\ Arme, 

PL0MBEE8, \^^ 

"*yr etc. 



VITRE8 ORNE- 

MENTEE8, 

GLACES BI8EAUTEE8, 

DE88U8 DE MEUBLES,etc 



«? 



Tel. Bell, EST 430 et 3751 



COIN PERREAULT & STE - ACATHE, 



O 

O 







MOXTHBA. U,Ci 



J 



NOUS MANUFACTUROMS 
DES 

flarde-Feu et Garde= 
Cendres a 1 Eprenve 
des Etincelles 

Notre ligne est complete et de la 
plus haute quality. 



DEMANDEZ NOTRE CATALOGUE SPECIAL. 



CANADA WIRE AND IBON GOODS CO. 
Hamilton, Out. 

P. O. Box 42 St. Herwi. MONTREAL, P.Q 

Nousmauufacturous toutes so. tes de Toile Melalllque et d'ouvraees 
Generaux en Fil MeHallique. 



■,v'. ' ■'. ' ' ■ ' ■"■'- ' • ■ ■■ ' •^r-— 7T- 



JOSEPH RODCERS & SONS, LIMLS2 



^KSiannneii^ 



Sheffield, Aug. 

Evitez les Imitations de notre 

COUTELLERIE, y 

en vous assurant que cette MARQUE ^|\ ^1^ 
BXACTE se trouve sur chaqus lame. I JL^ 

Seals Agents ponr le Canada : 

JAVIES HUTTON &. CO., Montreal 



Toles Galvanisees 

"Queen's Head" ! 

Le type du genre depuu un deroi-siecle 
Jamais egalees comme qualite. 




CANADA 



A. C. LESLIE & CO., LIMITED. 

MONTREAL 



Feutre et Papier 

N'IMPORTE QUELLE QUANTITB 

Toitures Goudronn^es (Roofing) pretes a poier, a et 3 
Papiers de Construction. Feutre a Doubler et a Tapiaaer 
Produits du Goudron. Papier a Tapisser et a Imprimer 
Papier d'Emballage Brun et Manille. 

Fabricants du Feutre Goudronne 
"BLACK DIAMOND" 

Alex. McArthur & Co., Limited 

82 RUE McGILL, MONTREAL 

Manufacture de Feutre pour Toitures: Rues du Havre et Loga 
Moulin papier, Joliette, Qui. a 




MANUFACTURERS DE 



Vehicules poor Enfants. Meubles en osier. Accessoires 
pour chambres de toilette, Et chaises pour mvalides. 




Exigez toujours la Marque de Commerce "CENDRON." 
DEMANDEZ LE CATALOGUE DESIRE. 

THE GENDRON MFG. CO., Ltd, 

TORONTO, Canada. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT' 



Vol. XLVI — No-U- 



I.K PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



39 



Ferronnerie, Quincaillerie, Peinture 
Materiaux de Construction, Etc. 



L'UTILISATION INDUSTRIELLE 
DE L'ALUMINIUM 



L'aluminium, le dernier venu des 
metaux, a pris en dix ans une place im- 
portante sur le marchc mondial. En 
1894, sa production tqtale n'atteignait 
guere que 1,000 tonnes par an; en 1900, 
8 coo tonnes par an environ, et elle arri- 
ve en 191 1 au chiffre de 46,700 tonnes. 

La progression est done considera- 
ble, puisque en onze ans 1'augmentation 
a ilte de plus de 38,000 tonnes. 

Les 46,700 tonnes produites en [911 
se sont reparties ainsi entre les pays 
producteurs: Etats-Unis 18,000, Francee 
lo.ooo, Allemagne, Autriche et Suisse 
8,000 tonnes. Malgre leur production 
considerable, les Etats-Unis ont ete 
forces d'importer du metal, de France 
principalement. L'aluminium qu'ils ex- 
trayent des minerais provient d'ailleurs 
de la bauxite qu'ils importent de France 
et du Canada. La France, qui tient le 
second rang parmi les producteurs d'l- 
luminium. est en effet fort richc en mi- 
neral. En 191 1 l'exportation de bauxite, 
le minerai d'aluminium que Ton trouve 
dans l'Herault et le Var, a ete-de 154,00') 
tonnes et en 1912 de 144,000 tonnes. Les 
principaux importa'teurs de bauxite 
sont l'Angleterre 40,000 tonnes, les 
Etats-Unis 33,000 tonnes, les Pays-Bas 
31,000 tonnes, la Russie et l'Alleniagne 
26,000 tonnes environ. 

Les exportations d'aluminium en 
France sont en progression constante: 
de 1,090 tonnes en 1907, elles ont passe 
valeur totale de plus de quinze millions. 

A cote de son emploi croissant pour 
,000 tonnes en 1912, representant une 
la fabrication des ustensiles de menage 
ainsi que pour la construction d'appa- 
reils dirigeables, ballons ou aeroplane--, 
d'automobiles et d'appareils de brasse- 
rie, etc., l'aluminium peu a peu se fraye 
une voie dans l'industrie electrique en 
reiiiplacant le cuivre pour le tran- 
de l'energie. Enfin diver "s sortes d'al- 
liage ont trouve des applications particu- 
lieres. Le developpement des ces ap- 
plications a ete favorise par lee prix 
tres bas du metal. De 1,250 francs le 
kilogramme en 1S85 son prix etait tom- 
be en 1886 a 125 francs et a 35 francs en 
I890. A cette epoque la decouverte des 
procedes electro-metallurgiquees pour 



l'xtraction de l'aluminium determina un 
nouvel abaissemenl des prix, 3, francs 75 
en [908, l franc 95 en 1911. On est done 
arrive aujourd'hui a des prix' permet- 
tant une large utilisation industrielle de 
l'aluminium, Ces prix peuvent se rele- 
ver un pen el ils se sont releves en effet 
par suite d'une entente entre les pro- 
ducteurs. Les cours moyens actuels 
sun 1, a Paris, de 2 francs 10 a 2 francs 
30 le kilogramme d'aluminium en lin- 
gots, el de 2 francs 50 a 3 francs 50 le 
kilogramme en planches. 



ABREUVOIRS EN BETON 



II est probable que le beton n'a ja- 
mais ete plus avantageusement employe 
que dans la construction desreservoirs. 
Si on vent s'arretcr un moment a con- 
siderer I'usage auquel sont destines ces 
reservoirs, la diversite de leur emplace- 
ment et la grande variete de formes 
qu'on leur donne suivant les besoins, on 
comprendra que le beton est une ma- 
tiere ideale pour leur construction. 

L'importance d'une condition hygieni- 
que devient de plus en plus manifeste a 
la fois pour les hommes et les animaux, 
car les nouvelles recherches scientifi- 
ques tendent a prouver que toutes les 
maladies pro'viennent du manque de 
mesures convenables et hygieniques. 
Par suite, la facilite de nettoyage d'un 
reservoir est consideree comme de pre- 
miete importance. Rien n'est plus facile 
que d'assecher un' reservoir en beton et 
d'en nettoyer a fond l'interieur toutes 
Jes fois qu'on le desire. De-plus, prati- 
quement toutes les impuretes qui peu- 
vent s'accumuler sont eliminees par 
l'eau elle-meme et la surface du beton 
ne les absorbe pas comme le fait unee 
matiere poreuse telle que le bois. 

Pour garder parfaitement l'eau on 
tout autre contenu, un reservoir doit se 
comporter comme une seule piece. L T n 
resi rvbir en beton est, en raison de la 
manieie dont il est construit, un reser- 
voir d'une seule piece, sans joints, et 
par suite il ne pent pa.s craqueer ou se 
disjoindre. 

Les fondations d'une maison ne peu- 
veent craqur, si elles sont bien construi- 
tes, et la construction d'un reservoir en 



beton, comme partie d'une maison, con 
solide tres souvent les bases de la mai- 
son. 

Un abreuvoir en beton est I'un des 
reservoirs les plus faciles ei les plus 
simples qu'on puisse construire avec du 
beton et il ne pent jamais se deteriorer, 
Ils sont frequemment construits dans 
la cour de grange ou pres de la maison, 
mais quand on eleve un grand nombre 
de betes a cornes, on les construit dans 
les champs pour garder l'eau d'une pe- 
tite source qui, sans cela, ne pourrait 
pas ctre mis a profit. 

Un des plus faciles a construire a 
une profondeur de 3 x 8 x 2'/j avec des 
murs dune epaisseur de 4 pouces et 
avec un fond de 6 pouces. 

Choisissez une place commode pour 
l'approvisionnemcnt d'eau et nivelez le 
terrain sur un espace d'un pen plus de 
3x8 pieds en inclinant legerement dans 
la direction de l'ecoulement projete de 
l'eau de l'abreuvoir. Battez bien le sol 
ainsi nivele, jusqu'a ce qu'il soit parfai- 
tement solide. 

Enfoncez quatre clous dans le sol, en 
forruant un rectangle de 8 pieds 8 pou- 
ces x 3 pieds 8 pouces et tendez une 
corde autour de ces quatre clous. 

Enfoncez des poteaux 3 x 4 a chaque 
coin et deux de plus le long de chaque 
cote, tenant bien dans le sol a l'exte- 
rieur de la corde. Ces poteaux devraient 
avoir une longueur d'environ 3 pieeds 6 
pouces. Enfoncez des planches d'une 
surface d'un ponce dans l'interieur de 
ces poteaux, ce qui ampne la forme a 
line hauteur de 3 pieds au-dessus du 
sol. 

Ceci complete la forme exterieure. 

Pour la forme interieure, prenez huit 
poteaux de 3 x 4 de plus, et tn clouant 
des planches d'une surface d'un police 
a l'exterieur des poteaux. faites une 
boite sans dessus ni fond, d'une pro- 
fondeur de 2 l /i pieds, d'une longueur dee 
8 pieds et d'une largeur de, 3 pieds a 
l'exterieur. Espacez les poteaux, placez- 
en un a chaque coin, deux le long d: 
chacun des cotes longs, en face des 
poteaux deja enfonces dans le sol. For- 
tifiez la boite an fond en clouant des 
planches d'un pouce en I re les poteaux. 
Ceci complete la forme interieure. 

(A "iiivn ) 



40 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



Vous n'aurez aucun ennui avec la four- 
naise "HECLA" que vous vendrez. 

Que vous installiez les fournaises "HECLA" que vous vendez ou de 
vos clients sen occupent eux-memes, vous n'avez pas a avoir peur que vo s 
clients soient mecontents et vous blament. 

Installer une HECLA est si simple et si facile, surtout quand vous 

avez en mains les plans que nous sommes toujours prets a vous preparer 
gratuitement, qu'il est presque certain que ce travail sera fait com me il faut. 

Installed convenablement, l'HECLA vous donnera une chaleur plus 
hygienique, plus salubre, par tonne de cbarbon brule, qu'une personne ne 
peut en obtenir au moyen d'une fournaise a eau cbaude, a vapeur ou dune 
autre fournaise. Le foyer, encercle d'acier, HECLA fournit une tres bonne 
cbaleur. Les joints en acier fondu rendent impossible la diffusion, dans 
1'air de la maison, du gaz ou de la poussiere ou des cendres. La grande 
bouilloire circulaire maintient de l'humidite dans l'air, agreable a respirer 

L'HECLA est la fournaise la plus satisfaisante pour vos ventes, car 
c'est elle qui donnera le plus de satisfaction a vos clients. 

CLARE BROS. & COMPANY, Limited. 

PRESTON, - - ..... ONTARIO. 

Representant pour la provinoe de Quebec : J. E. JAMIESON, Lennaxville, Que. 




Vous devriez insister pour avoir ce 




vernis a plancher. 



Le fameux "Liquid Granite" de Berry Brothers est l'etalon depuis 
des generations. II resiste bien a toutes les plus rudes epreuves de 
duree et de deterioration. 

II a un bon aspect, une bonne durability et est le produit d'une 
experience de 55 ans. Ce n'est pas tant le montant que vous payez que 
ce qu'on vous vend qui determine la valeur d'un vernis. 

Le "Liquid Granite 'est un vernis d'une si remarquable souplesse et 
elasticite que, bien que le bois recouvert de ce vernis puisse se bossuer a la suite d'un coup, 
le vernis cedera sans craquer et, si on le lave a leau savonneuse, il n'en sera pas affecte. 
Si vous achetezle "Liquid Granite" de Berry Brothers, vous SAVEZ que vous avez un pro- 
duit de qualite-pourquoi f aire des essais avec quelque chose qu'on PRETEND aussi bon ? 



1858 



BERRY BROTHERS 



1913 



Les plus grands manufacturiers de vernis du monde entier. 

WALKERVILE, - . . ONTARIO 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No 41. 



LE PRIX COURANV, Vendredi, 10 Octobre [913. 



41 



(Ferronnerie) Marche de Montreal 



LA SITUATION. 

Le mouvement des affaires n'a pas va- 
rie au cours de la semaine: la satisfac- 
tion est generale dans les maisons de 
gros. Les prix se maintiennent fermes et 
on n'entrevoit pas de changement d'ici a 
quelque temps. 

Nous cotons: 

PLOMBERIE 
Tuyaux de plomb 

Les prix sont dc 7.50 moins 5% pour 
tuyaux en plomb et de 9.00 pour tuyauv 
dc plomb composition moins 5%. 

Tuyaux de renvoi en font et acces- 
soires 

Les escomptes sur les prix de la lis e 
sont: tuyaux legers, 60%; tuyaux moyens 
et extra-forts, 65%, et accessoires legers, 
moyens et extra-forts, 70%. 
Tuyaux en fer 

Nous cotons, prix de la liste: 
'/$ 100 pieds 6.00 

}i 100 pieds 6.00 

Y* 100 pieds 8.50 

y* 100 pieds 11.50 

1 100 pieds 17.00 
1% 100 pieds 23.00 
1V2 100 pieds 27.50 

2 100 pieds 37.00 
2J/2 100 pieds 58.50 

3 100 pieds 76.50 

4 100 pieds 109.00 
yA 100 pieds 92.00 

Tuyaux galvanises 
Nou« 'on* prix de liste: 
Va 100 pieds 6.00 

^i 100 pieds 6.00 

Vi 100 pieds 8.50 

54 100 pieds 11.50 

1 100 pieds 17.00 
\% 100 pieds 23.00 
\Vi 100 pieds 27.50 

2 100 pieds 37.00 
2V2 100 pieds 58.50 

3 IOO pieds 76.50 
3 l A 100 pieds 92.00 



4 100 pieds 109.00 

Les escomptes sont les suivants: 
Tuyaux noirs: i pouce et I pouce, 63 

p.c; I pouce, 69 p.c; I a 4 pouces, 72I 

Tuyaux ga'vanises: j a 3 pouce, 48 p. 
c; i pouce, 59 p.c; I a 4 pouces, 62J 
p.c. 







Tuyaux 


en 


acier 




2 


pouces 






100 pieds 


9.60 


2i 


pouces 






ioo pieds 


12.25 


3 


pouces 






100 pieds 


13-30 


34 


pouces 






100 pieds 


15.55 


4 


pouces 






100 pieds 


19.80 






Fer-blanc 


Charcoal 





4.65 



1. 00 



Nous cotons: 1 c. 14 x 20 

Fer-blanc en feuilles 

K. Extra par X et par cse 
suivant qualite. 
(Caisse de 112 feuilles, 108 lbs. net) 
Au coke — Lydbrook ou egai 
IC, 14 x 20, base bte 4.45 

(Caisse de 112 feuilles, 108 lbs. net) 
Au Charbon — Terne-Dean ou egal 
IC, 20 a 28 bte 7.40 

(Caisse de 112 feuilles, 216 lbs. net) 
(Caisse de 560 lbs.) 
14 x 60, gauge 26 lb. 0.07 

Feuiffles etamees 
30 gauge 24, 100 lbs. 
30 gauge 26, 100 lbs. 
Toles galvanisees "Canada" 
Nous cotons: 52 feuilles, $4.75; 60 
feuilles, $5.00. 

Toles noirei 
Feuilles : 
22 a 24 
26 
28 

Toles galvanisees 
Nous cotons a la caisse: 

Gorbals Queens 

Best Best Comet Head 
28 G 4.40 3.95 4.40 

:6 G 4.20 '3.50 4.20 



XX, 

72 x 
72 x 



o.07i 

8.50 
9.00 



2.65 
2.75 
2.85 

Fleur 
de 
Lis 

4.20 
3-95 



22 a 24 G 3-75 3-45 3-75 3-45 
16-20 3-65 3-20 3.65 3.35 

Les prix de la marque Comet sont plu- 
tot a la hausse. 

Apollo 
10I oz=28 Anglais 4.35 

28 G.=26 Anglais 4.10 

26 G. 3.85 

24 G. 3.60 

22 G. 3.60 

16 a 20 G. 3.45 

Moins d'une caisse, 25c de plus par 
100 livres. 

28 G. Americain equivaut a 26 G. An- 
glais. 

Petite tole 18 x 24 52 feuilles 4.45 

Petite tole 18 x 24 60 feuilles 4.70 

Soudure 

Les prix sont plus eleves de ic par lb. 

Nous cotons: barre demi et demi, ga- 
rantie, 28^c; do., 25^c. "Wiping", metal 
pour plombiers. 

QUINCAILLERIE 
Boulons et noix 

Tres ferme et a la hausse. 

Nous cotons: 
Boulons a voitures Norway ($3.00) 50 

et 10 p.c. 
Boulons a voitures carres ($2.40) 60 et 

10 p.c. 
Boulons a voitures ($1.00): grandeurs, j 

et moindres, 60 et 10 p.c; 7/16 et au- 

dessus, 55c 
Boulons a machine, I pee et au-dessous 

60c 
Ball 100 lbs. 11.20 

Boulons a machine, 7/16 pee et au-des- 
sous, 57^2C. 
Boulons a lisse, f et plus petits, 60 et 

55 et 10 p.c. 
Boulons a lisse, 7/16 et plus gros, 50 et 

5 pc. 

Noix par boites de 100 lbs. 

Nous cotons: 
Noix carres 4c la lb. de la liste 

Boulons a cbarrue, 50 et 10 p.c. 



LA S AISOIV DE LA CHASSE EST OUYERTE 

COMMENT SE VEND VOTBE STOCK ? 
Un bon sujet de conversation a propos de vos cartouches DOMINION 
Imperial, Regal et Sovereign pour fusils de chasse. 

Elles ne sont charg6es que de poudre sans fum£e Epaisse et de Calibre, la premiere du monde entier et ce ne sont que 
des cartouches refroidies deux fois. 

Les cartouches a poudre noire Crown, e'est un Feu Sur. 

Les Cartouches DOMINION sont fabriqudes entierement au Canada, et sont speVialement adapters a. ses conditions 
clima'eViques variables. 

Le But de la DOMINION C ^RTRIDGE CO. est d'a c surer les quaiitds regulieres de tir de chaque cartouche par la com- 
binaison convenable de la Poudre, de la Balle et de la Bourre, pour que le recul soit le plus faible possible, tout en maintenant 
la rapiditd, us tnodele parfait et nne penetration sure. 



Vos clients 



DOMINION CARTRIDGE CO., 




connaissent la marque. 

Limited. Montreal, P. Q 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



42 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



II est 

Avantageux 

de Vendre 




lis sont soutenus par 
lasortedeco operation 
qui assure non seule- 
ment de bonnes ventes 
et de bons profits pour 
lemarchand, mais de la 
satisfaction reelle a ses 
clients. Laissez-nous 
vous le prouver. .'. .*. 

The 

Martin Senour 

Company, Limited. 

MONTREAL- 

HALIFAX, 

TORONTO, 

WINNIPEG. 



La broche barbelee est cotee $2.32$ 
les 100 livres a Montreal. 

Crampes a clotures 
Fer poli $2.55 

Fer galvanise 2.85 

Broches pour poulaillers 
I x 20 x 30" 4.10 

i x 30 x 36" 4.75 

i x 22 x 24" 5.00 

i x 22 x 30" 6.30 

L'escompte est de 50 p.c. sur la liste. 
1 x 20 x 24" 3.40 

i x 22 x 36" 7.50 

Broche galvanisee, etc. 

Nous cotons: 
No 9 les 100 lbs. 2.30 

No 12 les 100 lbs. 2.45 

No 13 les 100 lbs. 2. ss 

Poli briile: 
No 10 les 100 lbs. 2.35 

No o a 9 les 100 lbs. 2.35 

No n les 100 lbs. 2.42 

No 12 les 100 lbs. 2.60 

No 13 les 100 lbs. 2.70 

No 14 les 100 lbs. 2.80 

No 15 les 100 lbs. 2.85 

No 16 les 100 lbs. 3.00 

Brule, p. tuyaux 100 lbs'. No 18 3.85 
Brule, p. tuyaux 100 lbs. No 19 4.70 
Extra pour broche huilee, 10c p. 100 lbs. 
Broche a foin 

La demande est faible. 

Nous cotons net: 

Marche tres ferme. 

No 13, $2.25; No 14, $2„30, et No 15, 
$2.40. Broche a foin en acier coupe de 
longueur, escompte 25 p.c. sur la liste. 

Plaques d'acier 

l A pouce 100 livres 2.40 

3/16 pouce 100 livres 2.70 

Zinc en feuilles 

Le marche est ferme. 

Nous cotons: $7.75 a $8.00 les 100 lbs. 
Coudes pour tuyaux 

Nous cotons a la doz.: coudes ronds 
ordinaires 75 feuilles, $1.10; 60 feuilles, 
$i-35» et polis, 60 feuilles, $1.60. 
Broche moustiquaire 

Forte demande. 

Nous cotons: broche noire, $1.55 par 
rouleau de 100 pieds. 

Broquettes 
Pour boites a fraises 75 et 12$ p.c. 

Pour boites a fromage 85 et 10 p.c. 
A valises 80 et 12$ p.c. 

A tapis, bleues 80 p.c. 

A tapis, etamees 80 et 15 p.c. 

A tapis, en barils 40 p.c. 

Coupees bleues, en doz. 75 et 12J p.c. 
Coupees bleues et \ pe- 

santeur 60 p.c 

Sweeden, coupees, bleues 

et ornees, en doz. 75 p.c. 

A chaussures, en doz. 50 p.c. 

A chaussures, en uqts 1 lb. 60 et 10 p.c 
Clous de broche 

Nous cotons: $2.30 prix de base, f.o.b., 
Montreal. 

Clous coupes 

Nous cotons: prix de base, $2.60 f. o. 
b., Montreal. 

Clous a chevaQ 

Nous cotons par boite: No 7, $2.00; 
No 8, $2.75; No 9, $2.60; No 10, $2.50, 
avec escompte de 10 p.c. 
Fers a cheval 

Nous cotons f.o.b., a Montreal: 
Neverslip crampons, S le cent 3.80 

No 2 No 1 
et plus et plus 
grand petit 



Fers ordinaires et 

pesants, le qrt 3. 90 4.15 

Neverslip crampons 7/16, le cent 2.40 
Neverslip crampons i, le cent 2.60 

Neverslip crampons 9/16, le cent 2.80 
Neverslip crampons 5/16, le cen(j 2.00 
Neverslip crampons I, le cent 2.20 

Fer a neige, le qrt 4.15 4-4° 

New Light Pattern, le qrt 4.35 4.60 
Fer "Toe Weight" No 1 a 4 6.75 

Featherweight No o a 4 5.75 

Fers assortis de plus d'une grandeur au 

baril, 10c a 25c extra par baril. 
Chaines en fer 

Tres ferme. 

On cote par 100 lbs.: 
3/16 No 6 10.00 

3/16 exact) 5 8.50 

3/16 full 5 7.00 

i exact 3 6.50 

i 6.50 

5/i6 4.40 

i 300 

7/l6 3.80 

i 3.70 

9/16 3.60 

» 3-40 

* 330 

1 330 

i 330 

Vis a bois 

Les escomptes a la liste sont de 
Tete plate, acier 85 10 et 7} p.c. 

Tette ronde, acier 80 10 et 7$ p.c 

Tete plate, cuivre 75 10 et 7} p.c. 

Tete ronde, cuivre 70 10 et 7J p.c. 

Tete plate, bronze 70 10 et 7J p.c. 

Tete ronde, bronze 65 10 et 7} p.c. 

Fanaux 

Nous cotons: 
Wright No 3 doz. 8.50 

Ordinaires doz. 4.75 

Dashboard C. B. doz. 9.00 

No 2 doz. 7.00 

Peints, 50c extra par doz. 
Tordeuseg a linge 

Nous cotons: 
Royal Canadian doz. 47.75 

Colonial doz. 52.75 

Safety doz. 56.25 

E. Z. E. doz. 51.75 

Rapid doz. 46.75 

Paragon doz. 54.00 

Bicycle doz. 60.50 

Moins escompte de 20 p.c. Fore de- 
mande. 

Munitions 

L'escompte sur les cartouches cana- 
diennes est de 30 et 10 pour cent. La 
demande est tres active. 

Plomb de chasse 

Nous cotons net: 

Ordinaire 100 lbs. 10.00 

Chilled 100 lbs. 10.40 

Buck and Seal 100 lbs. 10.80 

METAUX 

Antimoine 

Le marche est sans changement, $975 
a $10.00. 

Fonte 

Nous cotons: 
Carron Soft 24.50 

Clarence No 3 22.00 

Fer en barre 

Plus ferme. 

Nous cotons: 
Fer marchand base 100 lbs. 2.15 

Fer forge base 100 lbs.' 2.30 

Fer fini base 100 lbs. 2.40 

Fer pour fers a cheval 

base 100 lbs. 2.40 
Feuillard mince ij a 2 pes base 3.20 
Feuillard epais No 10 base 2.25 



Vol. XL, VI — No 41. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, to Octdbre tgi, 



4 3 



Acier en barre 

Nous cotons net, 30 jours: 

Acier doux base 100 lbs. 0.00 2.25 

Acier a rivets base 100 lbs. 2.10 2.25 

Acier a lisse base 100 lbs. 0.00 2.25 

Acier a bandage base 100 lbs. 0.00 2.25 

Acier a machine base 100 lbs. 0.00 2.25 

Acier a pince base 100 lbs. 0.00 2.95 

Acier a ressorts base 100 lbs. 2.75 3.10 

Cuivre en lingots 

Le marche est fort. 

Nous cotons: $18.50 a $19.00 les 100 
lbs. Le cuivre en feuilles est cote a 27c 
la livre. 

Etain en lingots 

Nous cotons: $49.00 a $49.50 les 100 
livres. 

Ce metal se fait de plus en plus rare 
sur les marches primaires et les expe- 
ditions drminuent. 

Plomb en lingots 

Plus fort: $5.65 a $5.75. 

Zinc en lingots 

La demande est faible. 
Nous cotons: $6.25 a $6.50 les 100 li- 
vres. 



Huile extra raffinee 70c 

Essence de terebenthine 
Nous cotons 65c le gallon par quantite 
de 5 gallons et 70c le gallon par baril. 



Blanc de plomb 

Forte demande. 
Blanc de plomb pur 
Blanc de plomb No 1 
Blanc de plomb No 2 ' 

Blanc de plomb No 3 
Blanc de plomb No 4 
Pitch 

Nous cotons: 
Goudron pur. 100 lbs. 
Goudron liquide, brl 



O.70 
0.00 



Peintures prepareei 



Nous cotons: 
Gallon 
Demi-gallon 
Quart, le gallon 
En boites de 1 lb. 



1-45 
1.50 
1-55 
0.10 



8.25 
7.60 
7.40 
6-95 
6.75 



0.80 
4.00 



1. 90 
i-95 

1-75 
0.11 



Vert de Paris pur 

Forte demande. 

Lai lis a petrole 0.00 

Drum de 50 a 100 lbs. 0.00 

Dium de 25 lbs. ' 0.00 

Boites de papier, 1 lb. 0.00 

Boites de ur-blanc, 1 lb. 0.00 

Boites papier, \ lb. 0.00 

Boites fer-blanc, I lb. 0.00 



0.19 
o.2oi 

0.20i 

0.224 
0.23J 
0.244 
0.254 



HUILES, PEINTURES 
TRERIE 
Huile de lin 



ET VI- 



Forte demande et prix fermes. 
Nous cotons au gallon, prix nets: hui- 
le bouillie 65c, huile crue 62c. 

Huile de loup-marin 
Nous cotons au gallon: 



Verres a Vitres 

Les prix sont tres fermes. Forte de- 
mande. 

Le marche Beige augmente continuel- 
lement ses prix. 

Nous cotons: Star, au-dessous de 26 
pouces uni: 50 pieds, $1.85; 100 pieds, 
$3.40; 26 a 40, 50 pieds. $2.00; 100 pieds, 
$360: 41 a 50, 100 pieds, $4.00; 51 a 60, 
100 pieds, $4-25; 61 a 70, 100 pieds, $4.50; 
71 a 80. 100 pieds. $5.00. 

Double Diamond. 100 pieds: o a 25, 
fo.oo: 26 a 40. $5-4 <?: 41 a 50. $6.2";: 51 a 
60. $6.75: 61 a 70. $7.25; 71 a 80, $12.50: 
Si a 85. $7-75; 86 a 90, $8.50; 91 a 95. 
Si 0.00. 



Cables et cordages 

Best Manilla base lb. 0.00 

British Manilla base lb. 0.00 

Sisal base lb. 0.00 

Lathyarn simple base lb. 0.00 

Lathyarn double base lb. 0.00 

Jute base lb. 0.00 

Coton base lb. 0.00 

Corde a chassis base lb. 0.00 

Papiers de Construction 

Tres ferme. 

Nous cotons: 
Jaune et noir, pesant 0.00 

Jaune ordinaire, le rouleau 0.00 
Noir ordinaire, le rouleau 0.00 
Goudronne, les 100 lbs. 0.00 

Papier a tapis, les 100 lbs. 0.00 
Papier a.couv., roul., 2 plis 0.00 
Papier a couv., roul., 3 plis 0.00 
Papier surprise, roul., 15 lbs. 0.00 

Charnieres (couplets) No 840 

i4 pouce 0.67 

i| pouce 0.75 

2 pouces 0.81 
rils, sur char 2. 10 

2J pouces 0.92 

24 pouces 1.07 

3 pouces 1.30 



0.17 

0.13 

0.12 

0.12 

0.124 

0.11 

0.25 

0.34 



1.80 
0.35 
0-43 
2.25 
2.60 
0.75 
o.95 
0.40 




Hors de toute amalgamation. 

Dans la construction de notre Laveuse Ste- 
phenson, il y a des details speciaux qui meritent 
et attirent l'attention de toutes les menageres 
soigneuses. Le fond ride ainsi que le dessus 
ride, de forme sp^ciale, assure une action exac- 
tement semblable a celle qu'on fait en frottant 
le linge avec les mains sur une planche a laver, 
de sorte qu'on peut laver les tissus les plus 
delicats sans crainte de les dechircr. Haute 
qualite. Prix bas. Ecrivez pour connaitre 
nos prix. 

Taylor=Forbes Co. Limited. 

246, RUE CRAIG OUEST 

MONTREAL 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



44 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



Les tordeuses de Maxwell 

La ligne dt-s tordeuses de Maxwell comprend plus de cinquante machines distinctes, clas- 
sifies selon les rouleaux, en classes de cinq ans, trois ans, deux ans et un an. Les styles 
comprennent les engrenages couverts et dexouverts, simples et sur billes; ressorts plats et 
en spirales; crampons d'attache a simple levier et crampons en fer malleable, s'adaptant k 
toutes les cuv.es. 

Dans chaque qualite" et style vous pouvez donner a vos clients la meilleure valeur qu'il s 
puissent obtenir pour leur argent. 

Demandez notre catalogue et nos prix. 

DAVID MAXWELL & SONS 

ST. MAHTS, ONT. 
Agence a MONTREAL • - • 446 et 448 RUE ST. PAUL. 




Nous ne per dons jamais un 
client une fois quil a com- 
mence a f aire des affaires 
avec nous. 

POURQUOI ? 

Parceque nous sommes en 
mesure de lui donner satis- 
faction sous tous les rap- 
ports. Nos merchandises 
sont strictement les MEIL- 
LEURES qui soient sur le 
marche et nos prix sont les 
m ernes que chez les manu- 
facturiers d articles infe- 
rieurs. Ainsi done, achetez 
les meilleurs. 

Cowan & Britton Limited. 

GANANOQUE, Ont. 

Couplets, Pentures, Articles de Ferron- 

nerie pour Constructions. 




«? 



fc 



Nos Vernis pour 
Voitures 

Coulent lacilement, sont com- 
modes pour le travail — seehent 
vite et donnent un fini DURA- 
BLE et brillant comme le verre. 
Laissez-nous vous envoyer un 
manuel relatif aux Vernis — gra- 
tuitement — une carte suffira. 

The DOUCALL VARNISH COMPANY 

LIMITED, MONTREAL. 

Associee a la Murphy Varnish Co. (J. S- A 




La Carabine "Bayard" aChien et Detente Automatiques 




Decharge puissante. Ligne elegante. Simplicity de melanism e. Pieces interchangeables. Traverse 
trois pouces de sapin. Pese 4 livres. Peut etre d^roontee rapidement rien qu'avec un tournevis. 

ECRIVEZ POUR AVOIR UNE BROCHURE DESCRIPTIVE. 



McGILL CUTLERY CO., (REGD) 



P. O. Box 580, Montreal. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI — No4i- 



LE PRIX COUKANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



45 



Nos 800 et 838 

1 pouce 0.32 
ii pouce 0.37 
1 4 pouce 0.48 
1 1 pouce 0.59 

2 pouces 0.67 
2i pouces 0.76 
2\ pouces 0.81 
2% pouces 0.95 

3 pouces 1.07 
3 J pouces 1.49 

4 pouces 2.12 
Meme escompte que pour toutes les 

charnieres d'acier poli. 



FERRAILLES 

Cuivree fort et fil de cuivre 
Cuivre mince et fonds en 

cuivre 
Laiton rouge fort 
Laiton jaune fort 
Laiton mince 
Plomb 
Zinc 

Fer forge No 1 
Fer fondu et debris de 
machines No I 



La ib. 

0.00 0.1 1 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 

0.02i 

0.00 



0.09 

O.IO 

0.08 

0.06 

0.02} 

0.03 



La tonne 
0.00 12.50 

0.00 16.00 



Plaques de poele 0.00 12.50 

Pontes et aciers malleables 0.00 9.00 
Pieces d'acier 0.00 5.00 

La lb. 
Vieilles claques 0.00 0.00 

PLATRE 

Platre mele de sable, f.o.b., au char 5.50 
Platre dur (Hard Wall), f. o. b., 20 

tonnes et plus 10.50 

Platre pur (Plaster Paris), en ba- 
rils, sur char, 2 - 10 



LA CONSTRUCTION 



Durant la semaine terminee lc 4 octo- 
bre la ville a emis 65 permis de cons- 
truire au cout total de $210,450 pour les 
noiivelles constructions et dc $31,000 
pour les reparations. 

Les chiffres ci-dessus indiquent la re- 
partition par quartier et donnent le cout 
approximatif de chaque construction, 
moins les details des permis au-dessous 
de $1,000. 

Quartier. Montant. 

Si-Gabriel $ 25 

Mont-Royal 29,400 

Notre-Dame de Graces 24,000 

St- And re 3,400 

Ste-Cunegonde 1,200 

St-Denis 22,600 

Ahuntsic -00 



Emard 5,650 

St-Georges 26,820 

Hochelaga 25,500 

Rosemont =1,700 

St-Henri 6,875 

Laurie'r ii, T 5 

St-Paul 3,825 

Ste-Marie 9,000 

St-Jean-Baptiste 6,000 

Duvernay 7,000 

Delorimier 39,000 

St-Joseph 5,400 

Lafontaine 1,700 

St-Louis 5,ooo 

Ste-Anne 2,500 

St-Jacques 100 

Total $242,350 



LES OUTILS DE BUGHERON 

DE PINK 

Les outils Etalons dans toutes les provinces 
du Dominion, en Nouvelle Zelande, Aus- 
tralie, etc. 

Nous manufacturons toutes sortes d'outils 
de bucheron — Legers et de Bonne Dur^e. 

TELEPH. LONCUE DISTANCE, No 87 

Demandez notre catalogue et notre liste de prix. 

Vendus dans tout le Dominion par tous les 
Marchands de ferronnerie en gros et en 
detail. 

The 

THOS. PINK Co., Limited 

Manufacturers d OUTIS de BUCHERON 

PEMBROKE - ONTARIO 



Nouveaux Permis. 



Rue Christophe Colombe, quartier St- 
Denis; 3 maisons, 9 logements, 3 etages, 
3e classe; cout prob., $9,000. Propnetai- 
re Ernest Hamel, 1067 Delaroche. 

Avenue Helly, quartier Emard; 1 mai- 
son 2 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $2,200. Proprietaire, Phihas 
Bourque, avenue Kelly, pres Allard. 

Rue Gamier, quartier St-Denis; 1 mai- 
son 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $4,000. Proprietaire, Line 
Boileau, 374 Gamier. 

Rue Drummond, quartier St-Georges; 
1 garage, 1 etage, 2e classe; cout prob., 
$5,000. " Proprietaire, R. B. Angus, 240 
Drummond. 

Avenue Girouard, quartier Notre- 




mm 



FABRIQUES AU CANADA 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT".' 



4 6 



i I . PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



Cette vignette fait 
voir une de nos 




Fournaises a Air Chaud 

Ces fournaises forment une i-pccialite par ellts-memes. 

Soyez assures qu'elles vous donneront satisfaction. 

Nous garantissons toutei let fournaises qui sont installees par nous OU 
d'apres nos instructions. 

Ne payez pas avant d'etre satii-faits. 

Vous trouverez plus loin une list e des endroits oft nous avons installe" 
nos FOURNAISES A AIM CHaUD. 

PRENEZ DES INFORMATIONS VOUS-MEME 

Sp£cialite de Poeles en acier de toutes grandeurs pour Couvents, Colle- 
ges et Presbyteres 



Edifices pourvus de nos 

Black Lake, Que., eglise. 
Bois-francs, Que\ , Eglise. 
Carleton Place, Que., Eglise. 
Compton, Qu£., Eglise. 
East Hereford, Que., Eglise. 
East Stanbridge, Que\, Eglise et sa- 

cristie. 
East Stanbridge, Que\, presbytere. 
Fermount, eglise m£thodiste. 
lie Dupas, Qu£., presbytere. 
Lac Bouchette, Que., £glise. 
Lac-aux-Eeorces, Que, dglise. 
La Tuque, Que., eglise. 
Montcerf, Qu£., Eglise. 
Notre-Dame du Portage, eglise. 
Outremont, eglise baptiste. 
Rapide de l'Orignal, Que., Eglise. 
Rapide de l'Orignal, presbytere. 
Rapide de l'Orignal, Que., £cole. 
Richelieu, Que\, dglise. 
Roxtou Pond, Que., Eglise. 



'Fournaises a Air Chaud" : 

Roxton Pond, Que., couvent 
Roxton Pond, Que\. pretbytere. 
Sabrevois, Que\ eglise. 
St-Louis, Richelieu, eglise et presby- 
tere. 
St-Basile le Grand, Que\, Eglise. 
St-Claude, Que\, Eglise. 
St-David, Que\, Eglise. 
St-Faustin, Que\, Eglise. 
St-Frs-Xavier, Bronrpton, Q., Eglise. 
St-Henri de IMascouche, Q , college. 
St-Jovite, Que., eglise. 
St-Mathias, sur Richelieu, Eglise. 
St-Nazaire, Qu6. , Eglise, 
St-Nazaire, Que\, presbytere. 
St-Pascal Baylon, fcussel, Out., Eglise. 
vSt-Thomas d'Aquin, Qu6., presbytere. 
Sorel, Que\, Eglise. 
Villeray, Que\, eglise. 
Yamaska, Que: , etc , etc. 



RECORD FOUNDRY & MACHINE CO. 



Tel. Vic, 146. 



17, Rue Mill, MONTREAL. 

Usines a Moncton, N. B. 



PAN1ERS et CANNES en OSIER 

LES PLUS BAS PRIX COMMERCIALS 
ET PROMPTE LIVRAISON GARANTIE. 

Assortment complet des Celebres Bros- 
ses et Balais de BOECKH. Nous 
sommes heureux d exhiber un assortiment 
tres considerable d'Echantillons. 

Conseils d Experts au sujet du Choix 
des Lignes se Vendant le Mieux. 

Venez, Ecrivez ou Telephonez pour 
avoir notre Liste de Pri/r. 

The Harold E, Smith Sales Co. 

Agents de Ventes et Distributeurs 

130, RXJE CRAIG EST 

(Deux Portes a l'Ouest de I'Hotel des Postes 

MONTBEAL 



LA CLIENTELE DES DAMES 

est votre plus important actif . Pourquoi ne pas la cultiver ? 
Parlez a. vos clientes de 

LACQUERET 

La laque d'une transparence merveilleuse, qui donne une 
nouvelle vie et une belle apparence aux vieux meubles et 
boiseries. 

LACQUERET est facile a appliquer.tres durable, seche 
rapidement et est tres hygienique. Une commande d'essai 
de LACQUERET est une garantie sfire d'un volume profi- 
table de commaudes de renouvellement. Notre tres £ner- 
gique c-impagne de publicite cr£e une forte demande pour 
LACQUERET. Ecrivez pour avoir des details. 

Tous les produits "International" sont vendus dans des 
bidons contenant une pleine Mesure Imperiale. 




TORONTO WINNIPEG 

Manufacture Canadienne de Vernis Etalons. 



NEW YORK 
BERLI.V 



CHICAGO 
BRCXELLES 



LONDRES 
MELBOURNE 



La plus grande manufacture du monde et la premiere 
qui ait 6tabli des ^talons d^finitifs de quality. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEU*S, CITEZ "LE PRIX COURANT" 



\ ol. XLV1 - Nn 41. 



I.!', I'UI.X C'OIJRANT, Vcndredi, 10 Octohrc 1913. 



47 



Dame de Graces; 1 m^tison, 3 logements, 

3 etages, 2e classe; 1 prob., $3,000. 

Proprietaire, .1. H. Eccles, 326 H,all:m 
tyiic. 

Rue St-Martin, quartier Ste 1 urn 
(U-; 1 hangar, 2 etages, ,u- classe; 
prob., $1,000. Proprietaire; Swift Cana- 
dian Co., 500 Craig Est. 

Rue Milan, quartier Notre-Dame de 
Graces; 1 maison, .1 logements, 3 eta 
3e classe; cout prob., $3,000. Proprietai- 
re, Adelard Forget, 173 Nicolet. 

Avenue Maplewood, quartier M 
Royal; 2 maisons, 2 logements, 2 etages, 
3e classe; cout prob., $8,000. Proprietai- 
re, J. B. Bisson, ' s i 1 Marechal. 

Rue M. Trau. quartier Hochelaga; -' 
maisons, 6 logements, 3 etages, 3e clas 
se; cout prob., $6,500. Proprietaire, Gali- 
peau, 506 Moreau. 

Rue Valois, quartier Rosemont; -' mai- 
sons, 6 logements, 3 etages, 3e cl 
coul prob., $3,500. Proprietaire, Jos. La- 
moureux, 148 Fullum. 

Rues Windsor et Dorchester, quartier 
St-Georges; r maison, 1 logement, 1 eta 
ge, 2e classe; coul prob., $2,500. Pro- 
prietaire, J. M. Guerin, 4 Edgehill. 



Rue Windsor, quartier St-Georges; 1 
maison, 1 magasin, 2 etages, 2.e classe; 
coul prob., $5,000. Proprietaire, J. M. 
Guerin, ; Edgehill Avenue. 

Rue Windsor, quartier St-Georges; 1 
maison, 1 logement, 1 etage, 2e cla 
cout proh.. $5,000. Proprietaire, J. M. 
Guerin, 4 Edgehill. 

Chemin Cote des Neiges, quartier 
Mont Royal; 4 maisons, 8 logements, 5 
etages, ,H' classe; cout proh., $20,000. 
Proprietaire, L, P. Godin, 1217 Chemin 

1 ote des Neig 

Avenue Melrose, quartier Notre-Dame 
de '.races; 2 maisons, 2 logements, 2 eta- 
ges, 3e classe; cout proh., $9,000. Pro- 
prietaire, VV. A. Hayman. -'-.'5 Notre- 
Dame Ouest. 

Rues Melrose et Sherhrooke, quartier 
Notre-Dame de Graces; 1 eglise, 2 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $12,000. Pro- 
prietaire, Methodist Church, 6 Sher- 
brooke ( )uest. 

Rue Old Orchard, quartier Notre- 
Dame de Graces; 1 maison, 2 logements, 

2 etages, 3e classe; cout prob., $4,000. 
Proprietaire, Jos. Normandin, 1679 No- 
1 I lame Ouest. 



Rue Hochelaga, quartier Hochelaga; 2 
maisons, 6 logements, 3 etages, ,v clas- 

OUl prob., $5,000. Proprietaire. I.. 

Maiiel, 631 Frontenac. 

Rue St-Ferdinand, quartier St-Henri; 
2 maisons, 6 logements, 3 etages, 3c clas- 
oul prob., $6,000. Proprietaire, Ovi- 
de Brunet, 425 St-Antoine, 

Rue \\lmer, quartier Hochelaga; 3 
maiso'ns, 9 logements, ,? etages, 3e clas- 
se; emit proh., $5,000. Proprietaire, J. O. 
' 'iiiiii, 1851 Notre-Dame F.st. 

Boulevard St-Laurent, quartier Lau- 
rier; 1 maison, 1 logement, 1 magasin, 3 
etages, 2e classe; cout proh., $4,000. Pro- 
prietaire, E. Legault, 3226 St-Laurent. 

Rue Cabo.t, quartier St- Paul; 1 bouti- 
que, 2e classe; cout proh., $3,825. Pro- 
prietaire, Montreal Blanket, 1600 St-Pa- 
trick. 

Rue Frontenac, quartier Ste-Maric; 2 
maisons, 6 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout proh., $7,000. Proprietaire, F. 
Therrien, 552 Lafontaine. 

Rue De Gaspe, quartier Laurier; 1 
maison, 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout proh., $4,000. Proprietaire, H. Bas- 
tien, 42 St-Zotique. 



Soyez toujours circonspect et cour- 
tois. Supportez les fautes des uns, l'im- 
politesse des autres, et pardonnez a tout 
le monde, excepte a vous-meme. 



Cherchez le nom de ''MORROW sur toutes les Forenses. 



C'est votre garantie de precision et de duree maxima. Chaque 

Foreuse MORROW est de fabrication canadienne et est garantie. 

Usines a INGERSOLL, Ontario. 

JOHN MORROW SCREW AND NUT COMPANY Limited. 



Courroies Specifies 

Nos Courroies sont recouvertes de 
notre Ciment Impermeable et peu- 
vent etre exposees au froid ou a la 
chaleur sans danger d'etre gatees. 

D. K. McLaren, 

Limited 

351, rue St- Jacques, 

MONTREAL. 

Tel. Msio 4904-490S et 7Z48 



CHARBON 

Anthracite et Bitumineux. 



Exp£di6 par voie ferine ou voie d'eau k tous 
endroits de la Province de Quebec. 

GEORGE HALL COAL CO. 

OF CANADA, LIMITED. 

126 hub ST-PIEBBE, MONTREAL, 




La progression du Dominion ouvre un marche" plus vaste et nos m a 
chandises sont les mieux 6tablies dans leur ligne. C'est une bonne raison 
pour tenir les 

RECLES ET GALLONS DE MESURE 



/l/FKM 



On les demandera. lis donneront satisfaction. lis sont faits au Canada 
Us annonceront tout votre stock. 

CATALOGUE SUR DEMANDE. 

1/fkin Rule % {?o;ofCanadaJ,T£l 

W/jvhsojto/fi: 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT* 



4§ 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 



Avenue Leison, quartier St-Denis: 1 
maison, 1 logement, 1 £tage, 3e classe; 
cout prob., Si. 000. Proprietaire. J. Whee- 
ler. 2715 St-Andre. 

Rue St-Denis, quartier St-Denis; 1 
maison. 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $6,000. Proprietaire, J. Pois- 
sant, fils, ^357 St-Denis. 

Rue Cadieux, quartier St-Jean-Baptis- 
te; 2 maisons, 6 logements. 3 etages, 3e 
classe; coiit prob., $6,000. Proprietaire, 
H. Walensky & Co., 1222 St-Urbain. 

Rue Chambly, quartie* Hochelaga; 3 
maisons, 8 logements. 3 etages. 3e clas- 
■oi'u prob:, $9,000. Proprietaire, L. 
O. .1 albert. 71 Chambly. 

Rue Harold, quartier Rosemont; 1 
maison, 1 logement, 2 etages, 3e classe; 
cout prob.. $2,200. Proprietaire, Wra. 
Jamell. 404A Casgrain. 

Rue Melrose, quartier Notre-Dame de 
Graces; 1 maison, 2 logements, 2 etages, 
2e classe; cout prob., $3,000. Proprietai- 
re, F. N. Legallee, 554 Melrose. 

Rue Daragon, quartier Emard; 1 mai- 
son, 4 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob.. $2,800. Proprietaire, A. Du- 
ranceaii, 486 Hamilton. 

Rue St-Urbain, quartier Laurier; 1 
maison. 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $3,000. Proprietaire, J. A. 
Lambert. 2445 St-Urbain. 

Rue Delaroche, quartier Duvernay; 2 
maisons, 8 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $7,000. Proprietaire, P. J. 
Charlebois, 1234 St-Hubert. 

Rue Chabot, quartier Delorimier; 1 
maison, 5 logements, 3 etages, _3e classe; 
cout prob., $4,000. Proprietaire, J. B. 
Ranger. 1007 St-Andre. 



Avenue Delorimier, quartier Delori- 
mier; 1 maison, 1 logement, 1 etage, iere 
classe; cout prob., $3,500. Proprietaire, 
Fabrique St-Dominique, 480 Guilford. 

Reparations. 

Rue Ste-Catherine Ouest, quartier St- 
Andre; i entrepot, I logement, 2 etages, 
3e classe; cout prob., $3,200. Proprietai- 
re, Guaranteed Pure Milk Co., 875 Ste- 
1 Catherine Ouest. 

Rues St-Jacques et St-Martin, quartier 
St-Joseph; 1 maison, 3 logements, 3 eta- 
ges; cout prob., $3,500. Proprietaire. 
G. T. R. Co. 

Rues Poupart et Ste-Catherine, quar- 
tier Ste-Marie; 1 maison, 1 magasin, 3 
etages, 3e classe; cout prob., $2,000. Pro- 
prietaire, P. Deguire, 87 Poupart. 

Avenue College McGill, quartier St- 
Georges; 1 maison, 1 eglisc, 1 etage, 3e 
classe; cout prob., $2,500. Proprietaire, 
Synagogue Allemande et Polonaise, 50 
avenue College McGill. 

Rue McTavish, quartier St-Georges; 1 
maison, 1 logement, I etage, 2e classe; 
cout prob., $6,500. Proprietaire, Henry 
H. Hyman, 74 McTavish. 

Rue Mont-Royal, quartier St-Denis; 1 
maison, 1 logement, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $1,000. Proprietaire, Mme N. 
Ethier, 930 St-Denis. 

Rue St-Timothee, quartier Lafontaine; 
1 maison, 3 magasins, 3 logements, 1 eta- 
ge, 3e classe; coiit prob., $1,000. Proprie- 
taire, J. Vendette, 436 St-Timothee. 

Rue St-Dominique, quartier St-Louis; 
1 maison, 1 brasserie, 4 etages, 2e classe; 
cout prob., $5,000. Proprietaire, National 
Breweries, Boulevard St-Laurent. 



Rue King, quartier Ste-Anne; 1 mai- 
son, 10 logements, 2 magasins, 1 entre- 
pot, 4 etages, 2e classe; cout prob., $2,- 
500. Proprietaire, S. H. Ewing, Cote des 
Neiges. 

• Rue St-Jacques, quartier St-Joseph; 
1 maison, 1 entrepot, 2 etages, 2e classe; 
coiit prob., $1,200. Proprietaire, Estate 
Smith, 56 Simpson. 



LA LOI LACOMBE. 



•Employes. Employeurs. 

Frank Josh G. T. R. Co. 

Joseph Bisson Can. Steel Found. Co. 

Joseph Charbonneau N. McFarland Ltd 
Pierre Guillotte Dame Anna Coulombe 
Dame E. St-Denis 
Canadian Bron:e. 
Mtl. Can. Steel Work 
Dr Leon Archambault 
La Cite 
J. A. St-Charles 



Herve Campeau 
Raoul Bonneau 
Alex. Bourcier 
L. P. Dustoor 
Francois Labrecque 
A. Resther 
Jos. Larocque 
Fortunat Lemieux 
John Murphy 



G. T. R. Co. 
Can. Electric Co. 
National Bridge 



A. Wilson American Locom. Works 

Alphonse Racette Dawes Brewery 

Toseph Fortier O. Sarrasin 

Jos. Begin C. P. R. Co. 

Napoleon Rochon Stanislas Rochon 

Alcide Denault Parker Russell M.M.Co. 
Georges Economos M. S. R. Co. 

Odilon Bussiere Mont. Locom. Works 
Hormisdas Brunet Can. North. Q. Ry. 
Gaudias Corbin John Sears 

Alphonse Joly Eaves & Bros. 

Philias Philippe Leduc Dawes Berwery 
Benjamin Rudner The Eaton Co. 



EXPOSITION 



ET 



CO NVENTI ON 

A 1' Arsenal du 65e Regiment 

a Montreal, 

du 11 au 18 Octobre 1913 

Grande Exposition de Produits Alimentaires 

sous les auspices de 

l'Association des Epiciers de Montreal. 



Mercredi et Jeudi, 1 5 et 16 octobre, 

Convention annuelle de 

L'Association des Marchands Detailleurs 

du Canada, Incorporee. 

SECTION DE QUEBEC. 

Voir, pour details, l'article Editorial a ce sujet. 



IFPACIFIQUE 
CANADIEN 



LES TRAINS PAR- 
TENT DE MONT- 
REAL i 



De la Gare Windsor pour : 

BOSTON, LOWELL, *9.oo a.m., *8.oo p.m. 
KENNEBUCK, OLD ORCHARD et PORTLAND, 

fg.oo a.m. *9-i5 p.m. 
TORONTO, CHICAGO, *9 05 a.m., *io.oo p.m. et 

*n.oo p.m., pour TORONTO-NORD. 
OTTAWA, f8.o5 a.m., §8.40 a m., f9-i5a.m., *9-45 

a.m f4.oop.rn., §7.45 p.m.. *9-45 p.m., *io. 30p.m. 
SHERBROOKE et LENNOXVILLE, *8.25 a.m., 

ii.i5 p.m. f5-3° P-m., *7-25 pm- 
HALIFAX et MONCTON, *7-25 p.m. 
ST-JOHN, N. B., *7.25 p.m. 
ST-PAUL, MINNEAPOLIS, ^10.30 p.m. 
WINNIPEG, VANCOUVER, *9-45 a.m. 
De la Gare Viger pour : 

QUEBEC,t9.ooa.m.,*i.3op.m.,*5.oop.m. 



*9-45 P-m- 

*n. 30p.m. 
*5.oo 



TROIS-RIVIERES, "9.00 a.m., *i. 30p.m. 

p.m., t5.55P-n»-. *"-3°P m. 
SHAWINIGAN FALLS et GRAND'MERE, *9.oo 

a.m.. ti.30 p.m. *5.oo p. m. 
JOLIETTE, t8i5a.m., *9.ooa.m.,hr.4op.m. t5-2<> 

p.m. 
SAINT-GABRIEL, *9-oo a.m., i1.40p.rn.t5.20 p m. 
OTTAWA, *8.oo a.m., *5-45 pm. 
SAINTE-AGATHE, *8.io a.m., * 9 .i5 a.m., 

£9.30 a.m. ii.oo p m. hi. 15 p. m. i2.i5 p.m. t4-oo 

p.m. t4 5° p.m. ks.io p.m. 
NOMININGUE, *9-i5 p.m., ii.oo p.m. f4-5° P- m 
(* Quotidien. (t) Quotidien, except^ dimanche.(§) 
Dimanche seulement. fi) Samedi seulement. 
(h'* Samedi et Dimanche stulement. (k) Vendredi 
seulement. 



BUREAU DES BILLETS i 

141-143 rue Saint-Jacques 

EDIFICE DOMINION EXPRESS 



Vol. XLVI — No 41. 



I.!*. L'RIX COURANT, Vcndrcdi, 10 Octobre 1913. 



49 




Nous annongons pour vous. 

Les journaux Canadiens-franeaissont les porte-parole 
des produits Canadiens-francais inventus, manufactures et 
vendus par desCanadiens-francais dans toute la province. 

ANTI - DUST 

La poudre a balayer d6sinfectante est la propridt£ 
de Canadiens-francais et est employee par 

CHACUN, 
PAETOUT. 

Demandez nos prix sp£ciaux d'ouverture. 
Departement des nouvelles affaires. 

The Sapho M'fg Co., Limited. 

MONTREAL 



GRAND TRUNK r s a y's l t w e a m v 



QUATRE TRAINS 
EXPRESS 
PAR JOUR 



Montreal et Toronto. 

9.00 a.m., 9.40 a.m., 7.30 p.m., 10.30 p.m. 

Wagons Buffets, Salons et de Lecture sur trains 
de jour, et Dortoirs Pullman £clair£s a l'electricite" 
sur trains de nuit. 

LA SEULE ROUTE A DOUBLE VOIE 

L'"lnternational Limited" 

LE MEILLEUR CONVOI DU CANADA. 

Quitte Montreal pour Toronto et Chicago a 9.00 a.m., 
tousles jours. 

QUIPEMENT DE PREMIERE CLASSE 

Montreal et Ottawa. 

Quitte Mon trdal a 8.16 a.m - , et a 9.30 a.m. 
Arrive a Ottawa a 11.30 a.m , et a 12.15 P«m. 
Quitte Montreal a 3 55 p.m., et a 8.00 p.m. 
Arrive a Ottawa a 7.10 p.m., et a 11.15 p.m. 

Trains a 9.30 a.m., et a 3.55 p.m., tous les jours diman- 
che except^ ; a 8.16 a.m., et 8 00 p.m., tous les jours. 

Wagons Salons et Buffets sur tous les convois. Wagon 
Salon-Buffet-Observatoire Pullman sur les convois de 3.55 
p.m., et de 8.00 p.m. 

BUREAUX DES BILLETS EN VIIXE : 
ii2 rue St-Jacques. Tel. Main 6905, ou gare BonaV ntur« 



Renseignements Commerciaux 

Changements commerciaux 

Huntingdon ■ — Rinquette, Jos., demande de cession, fro- 
mage. 

Montreal — Atlas Glass Works Ltd., mise en liquidation ac- 
cordee. 

Montreal — Austen et Chapdelaine fait cession, arpenteurs. 

Montreal — Beauchamp, A. E., Vinet & Dufresne, cura- 
teurs, mercerie pour homines. 

Montreal — Bonneville, Rene, actif vendu, tabacs. 

Montreal — Brais & Gadbois. dissolution. 

Montreal — Canada Watch Co., actif a vendre. 

Montreal — Catelli, J. P., actif vendu, epicerie. 

Montreal — Commercial Stationery, compromis. 

Montreal — Dutch Tea Rooms, dissolution. 

Montreal — Emblem, Nellie & Cie, cession. 

Montreal — Imperial Costume Co., actif a vendre le 12 cou- 
rant, manufacturiers. 

Montreal — Khaner, S. et J. Haltzman, dissolution, tail- 
leurs pour dames. 

Montreal — Khaner, S. & Co., dissolution, tailleurs pour da- 
mes. 

Montreal — Newinastic Tire Co. of Canada, Ltd., C. A. Syl- 
vestre, liquidateur. 

Montreal — Robert, W. & Cie, cession a Provost & Bedard, 
bouchers. 

Montreal — Slotsky. Abraham, cession, epicerie. 

Montreal — Union Clothing Mfg. Co., consent a faire ces- 
sion. 

Nicoiet — Beland, M., vendu le 9 courant, M. G. 

St. John's — Beddes & Lane, dissolution, electriciens. 

St-Leonard d'Ashton — Duguay, Philemon, actif a vendre le 
9 courant, foin, grain, etc. 

St-Remi — Huberdeau, M. & Cie, dissolution. 

Montreal — Austen & Chapdelaine, Fijher & Martin, cura- 
teurs, arpenteurs. 

Montreal — Bellemare. Jos.. A. Desmarteau, curateur. epirie. 

Montreal — Chase & Sanborn, dissolution, thes,- cafes, etc. 



Montreal — Colonial Lubricating Co., dissolution. 
Montreal — Emblem, Nellie & Co., assemblee des crean- 
ciers le 11 courant. 

Montreal — Epstein & Wainberg, dissolution, epicerie, etc. 
Montreal — Evving, S. H. & Sons, dommages parliels par le 
feu ct I'eau, epices en gros, thes, etc. 

Montreal — Larocque, R., demande prolongation de delai, 
boucher. 

Montreal — Legallee Bros. Ltd., assemblee des creanciers 
et actionhaires le 8 courant. 

Montreal — Leclair & Chalifoux, Ltd., actif a vendre, manuf. 
de chaussures. 

Montreal — Northern Transport Co., actif a vendre le 12 
courant. 

Montreal — Ross, A. M. & Cie, dissolution, architectes. 
St-l-'elix de Valois — Asselin, Esdras, cession a V. Lamarre, 
M. G. 

Wotton — La Manufacture de Chaises etjouets de Wotton, 
Ltd., assemblee des actionnaires et creanciers le 16 courant. 
Montreal. — Brumner, Zurckeldorfer et Gavoris. Disso- 
lution. Yuees animees. 

Montreal. — Boyer, Ernest, demande de cession enregis- 
trec. Man. 

Montreal. — Cohen Julius, demande de cession. . Fourrures. 
Montreal. — CurTan, J. J. decede. Chapeaux. 
Montreal. — Currie et Smith, dissolution. 
Montreal.— Elphege Libersan, offree un compromis. Epi- 
crie, etc. 

Montreal.— Emblem Nellie et Cie, Vinet et Dufresne, 

curateurs. 

Montreal. — Heney, Quinlan et Cie, dissolution. Contrac- 

teurs. .. , . 

Montreal. — Haney, Quinlan et Robertson, dissolution. 

Entrepreneurs. 

Montreal.— Marchand, Antoine, Nap. St-Amour, cura- 
teur Contracteur. 

Montreal — Pratte, Evanste decede. Pianos. 
Montreal.— Robert, W et Gee. actif vendu. Bouchers. 
Verdun.— Lacombe, J. H. et Cie, dissolution. Piece arti- 

Qucbcc— L'Assurancc des Inrustries. compagniee mu- 



5° 



1.1". PRIX COURANT, Vendredi, ro Octobre [913. 



Vol. XI. VT \.) 41. 



tuelle, en liquidation. F. X. Godbout, liquidator. 

Quebec— La Gee de Pulpe de Dalmas, en liquidation 
Larue et Trudel nommes gardiens proyisoires. 

Quebec— Renaud, Pierre; a fait cession judiciaire. Be- 
dard et Belanger, gardiens provisoires. Grains et provisions. 

Riviere du Loup Station.— Girad, J.O., cession. M. G. etc. 

Robertsonvillc— Rousseau, Geo., scierie hruleee. Scie- 

Roberval— Coulombe, Napoleon, mort. Stock de ban- 

queroute. . „ . . . ,. 

Roberval.— Tremblay, Mme Clansse. bait cession judi- 
ciaire 1 P E Gagnon, curateur. Stocks de banqueroute. 

Granby. — Pohiraier, Fernand, obtient prolongation. 

Biioutier. _, -, ,. , .. „ 

Montreal — British American Electric Co., dissolution. 
Montreal. — Cadan, A.. & Cie dissolution^ 
Montreal. — Carriere, F. X.. & Cie. B.lodeau et Chah- 

foux. curateiirs. Bois et charbon. , 

Montreal. — Chabot et Freres, consentement a cession 

ehregistre. Ameublement. .... -p, • 

Montreal. — Desormeaux et Therien, dissolution. Fein- 

!S Montreal — Dube et Mar.it, dissolution. Constructeurs 
Montreal. — Empire Secret Service, dissolution. Nouvel 

enregistrement. ■ T ., . 

Montreal — Hall; Wm.. et Fils, dissolution. Laitene. 
Montreal. — Hetu. Victor, demande de cession. Bou- 

U Montreal — Labelle, C. M. Actif vendu. Bijouterie, etc. 

Montreal. — Laurin, Wilfrid, demande de cession. Ln- 
trepreneurs. . , ,. , 

Montreal — L'Epargne Immobihere, Limitee, dissolu- 
tion. Liquidation volontaire. Prevost et Bedard, liquida- 
teurs Agents d'immeubles. 

Montreal. — Mansour, Esa, consentement a cession en- 
registre. Marchand. 

Montreal. — Northern Transport Co., dissolution. Char- 

] Montreal. — Tarantine, Guiseppe, demande de cession. 

Marchand. ,, , • _ T ' , ,. 

Montreal — Union Clothing Manfg. Co. P. J. Valentine, 

curateur. 



Quebec. — La Compai Pplue de Dalmas. Larue 

et Trudc!, liquidateurs. 

Quebec. — Mitchell, II., & Cie, cession. Bedard et Be- 
langer, gardiens provisoires. Encanteurs. 

Quebec. — Paquin, F. A. Cession volontaire a J. P. E. 
Gagnon, epicerie. 

Quebec. — Poitras, \delard. actif vendu. Epicerie. 
Victoriaville. — Simpson & Marshall Lumber Co., dis- 
solution. 

Huntingdon. — Ringuette, Cos I ession, Assemble* des 
creanciers lc 25 courant. Fromagerie. 

Joliette-Est. — Euclide Dufort offre un compromis. Epi- 
cerie et liqueurs. 

Kramika. — Brssonnette, J. A. Assemblee des creanciers 
le 25 courant. Magasin general. 

Montreal. — Atlas GJass Works, Limited. Eastern Trust 
Co., liquidateurs. 

Montreal. — Bisson, J. M. Dissolution. Tabacs. 
Montreal. — Boyer, Ernest, cession. Assemblee des 
creanciers le 23 courant. Manufacture de portes et chassis. 
Montreal. — Canada Watch ( o., stock vendu. 
Montreal. — Charbonneau. J. J„ stock vendu. Epicerie. 
Montreal. — Foreman, E. Vente le 22 courant. Epicerie. 
Montreal. — Fortier, Isidore, cession a V. Lamarre. 
Nouveautes. 

Montreal. — Morin, Eugene, vente le 26 courant. 
Epicerie. 

Montreal. — Northern Transport Co., actif vendu. 
Montreal. — Renaud et Boudrias, dissolution. Epicerie 
et boucherie. 

Montreal. — Ross, P. C, et Fils. Gordon W. Scott admis 
comme associe sous la meme raison sociale. Comptables. 
Montreal. — Talbot, T., et fils. dissolution. Nouveautes. 
Montreal. — Thompson et Paul, dissolution. Construc- 
teurs. 

St-Hyacinthe. — Gregoire et Frere. 
Epicerie, etc. 

Verdun. — Matte. E. Compromis. 

West Shefford. — McMahon, J. P. 

surances partielles. Epicerie et boucherie. 

Watton. — La Manufacture de Chaises et Jouets de 
Wotton, Limitee. A. Turcotte et Fils, liquidateurs. 



J. Gregoire, decede. 



Plombier. 
Abattoir brule. 



As- 



LES TRIBUNAUX 

COUR SUPERIEURE. 

ACTIONS. 
Defendeurs. Demandeurs. Montant. 

Absent. 
Globensky, J. Leopold Globensky-Sauve Elizabeth $481 

Beloeil. 
Riendeau, Hormisdas, es-qual. 206 
Buckingham. 

Laberge, Chevalier & Cie 101 

Cedres. 

Poitras, J. Elzear 5,000 
Granby. 

Gunn. Langlois & Cie, Ltee 180 
Hull. 

Royal Can. Jewelry Co. 240 
Royal Canadian Jewelry Co. 193 
Lachute. 
Hall Coal Co. (Geo.) of Canada 000 
Lachine. 

Huot, Agapit et uxor. . Robinson, A. 200 

Koussaya, Albert; Aboode, Michel Duchow, J., et al. 275 

Outremont. 
Nosworthy, Alfred G. 

(ireater Montreal Land Investment Co., Ltd. 105 
Petit-Metis. 
Meekle, G< ' "' Moody & Sons 137 

Quebec. 
Minguy, Nap. Charbonneau, F.-X., & Cie 300 

Rigaud. 
Macdonabl. Delery Lavigne, Oscar 100 

Macdonald, Delery Denis, H. 185 



Parizeau, Chas. F. 

Assad, A. 

Thauvette, Nestor 

Roy, Jos. 

Hull, Omer 
Guitard, Jos. 

Campbell, J. D. 



Rawdon. 
Wittes, Lea, epouse de Wittes, Bernard 

Mtl. Skirt & Cloak Mfg. Co. 140 
St-Cesaire. 
Benoit, Nap. Belair & Fils 220 

St-Elie. 
Lajoie, Philippe; Garceau. J.. Montreal 

Deschamps, O. 103 
St-Elzear de Laval. 
Dubarre, Cyrille Vanier, U. 800 

St-Lambert. 
Martel, Stephen Henry; South Shore Land Co.; Pe- 
ters, G. F., Montreal Dupuis, J. P. 503 
St-Laurent. > 
Corporation Paroisse St-Laurent Jasmin, A. 2,100 

Ste-Luce. 
Cote, A. al Can. Jewelry Co. 120 

Ste-Scholastique. 
Fortin, Jos. Labor Saving Office Appliance Co., Ltd 116 

Sautl-au-Recollet. 
I'apineau, Edouard Belanger, Adelard 272. 

South-Durham. 
Montgomery, Alfred Lindsay, C. W., Ltd 132 

Trois-Rivieres. 
Intra'-. Fos. \.. M.D. Bellevue Land Co., Ltd 2,002 

Vallee, J. A. 1. Bellevue Land Co., Ltd 322 

Roy. ]•'. Bellevue Land Co., Ltd 637 

Lebrun, Alcide Bellevue Land Co., Ltd 2,056 

Vaudreuil. 
Commissaire d'Ecoles Municipalite Paroisse Vaudreuil 

Vinet, Angelina 120 
Verdun. 

is, Rose Alma, epouse de Rousseau, Emile 

• David, J. A. 129 

Victoriaville. 
Lambert, Arthur Donaldson, Robert, & Sons 16c 



Vol. XI A 'I - No 41. 



I.lv PRIX COURANT, Vendredi, 10 Octobre 1913. 



f-A /"f^k f\ $5.. 



10' 



Nous Pouvons 
Tout Fournir 

Depuis une Broquette 
Jusqu'a un 

Outillage Complet de 
Manufacture. 



Si vous avez besoin de quel- 
que chose, ecrivez-nous. 



United Shoe Machinery Company 

of Canada 



Montreal, Que. 



LE PRIX COURANT, Yendredi. 10 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 41. 




KNOWN THE 



WORLD OVECt 



Dans cette 
Annonce 
de Journal 
nous expli- 
quons a vos 
clients 



Aupres des gens qui s'in- 
teressent a la mecanique, 
un propos dece genre est 
efficace dans les annon- 
ces, mais encore plus con- 
vaincant quand il s'e- 
chappe de VOS levres 
ou de celles de votre 
commis-vendeur. 

Connaissez-vous et con- 
naissent-ils le 

GILLETTE 

assez bien pour expliquer 
ses avantages clairement? 

Si non, demandez-nous. 



X 




La Courts qui Fait la Difference 

Cela parait etre une courbure fortuite, sans importance dans 
le porte-lame, n'est-ce pas ? 

Eli realite c'est une des cboses les plus importantes dans la 
sp^cialite des rasoirs — l'objet des brevets fondamentaux du Gillette — 
et la cause de l'etonnante facilite d'ajustage qui est une caracteristi- 
que exclusive du Gillette. 

Etreignant la lame tout pres de ses bords effiles pour raser, la 
plaque exterieure courbee s'inrlecbit j usque pres de la garde munie 
de dents ft la maintient ABSOLUMENT RIGIDE. Ceci empechc 
la vibration qui fait que d'autres rasoirs arrachent et coupent inoga- 
lement et c'est une des principales raisons de la douceur velout^e du 
coup de rasoir Gillette. 

Aussi importante est la facilite d'ajustage. Vissez la plaque 
exterieure bien serree en baut et elle maintient la lame de rasoir 
juste contre la garde, ce qui assure un coup de rasoir tres l^ger. 
Quau<i vous la devissez un peu. vous donnez a la lame de plus en 
plus de 'prise", de telle sorte qu'elle rase de plus en plus pres. C'est 
ainsi que tout le monde peut obtenir un ajustage qui convient exac- 
tement a sa barbe et a sa peau — une cbose qu'il ne pourrait faire 
avec aucun autre rasoir du monde entier. Pourquoi ne pas vous 
procurer un Gillette ajustable et dire adieu a vos tracas quand vous 
vous rasez ? Votre marcband de Ferronnerie, Votre Bijoutier ou 
Votre Pharmacien peut vous montrerun assortment — Les Necessai- 
res Standard $5 .00— Format de pocbe $5.00 a SO. 00. Necessaires 
Combinaison a paitir de $6.50. 

Gillette Safety Razor Co., of Canada Limited 

BUREAUX ET MANUFACTURE 

Le Nouvel Edifice Gillette, Montreal. 









1JJ 



IIMIII ,iil|IM1 
IIIIIIIIIIMIIM 
IMII1IHIIIIIII 

iMIIMIUIIIfll , 










Fonde en 1887. 



MONTREAL, VENDREDI LE 17 OCTOBRE ioij. 



Vol. XLVI— No 42 



Tole 
Ridee. 




Tole 
Ridee. 



Nous avons le plus grand stock de tole 
ridee au Canada. Nous pouvons expedier 
a moins d'une heure d'avis. 

Demandez nos prix. 

The Mc Clary 



MANUFACTURING Co. 



23 Rue Wellington, 



Montreal* 



(INDEX DE3 ANNONCEURS, PAGE 30) 



I.E PRIX COURANT, Yendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



E 



Les Essences preferees sont les 



Culinaires de Jonas 

Renouvelez votre Stock 



JONAS' 

TRIPLE 

CONCENTRE 



EXTRACT 
VANILL A. 

DtPlCKAfusflDEBBY 

THE COUNCIL Of ARTI 
• ND HANUmCTURIS 
PREPARED BY 

Henri Jonas 6 Cs 

MONTREAL 

»«n NEW YORKJ 



1 oz. 



2 oz. 



Prix par 
G rosse 

5 9.50 



18.00 




JONAS' 

ROYAL 

QUINTESSENCE 



4 oz. 
8 oz. 



Prix par 
Grosse 

$42.00 
84.00 




'SOLUBLE" 



EXTRAGT 



Tine Fruit 
■ Flavo r v , 



2 oz. 

4 oz. 

8 oz. 

16 oz. 



Prix par 
Grosie 

$ 9.00 



15.00 
27.00 
51.00 




ri*« o ».-.© 
BCT1UCTOI' 

VANILLA 

^ • v»vo »^<q 



HENB.IJ0NAS&C0 



JONAS' 

TRIPLE 

CONCENTRE 



2 oz. 

4 oz. 

8 oz. 

16 oz. 



Prix par 
Grosse 

21.00 

36.00 

72.00 

•.1 44.00 




"ANCHOR" 

PUR 

CONCENTRE 



IrTllIUKUU ,1 

ICREAMfi 

itdSTABOs 

I^s'tpT';! 



Prix par 
Grosse 

$12.00 
21.00 
36.00 
72.00 




"LONDON" 



Prix par 
Grosie 

1 oz. "London" $6.00 

2 oz. " 9 00 



"GOLDEN 

STAR 
Double Force 



:t| 






EXTRACT? 






DOUBLE 
STRENGTH 

tiwsa joku *cft 






__„_„„^J 



2 oz. 

4 oz. 

8 oz. 

16 oz. 



Prix par 
Grosse 

S 9.00 
15.00 
27.00 
51.00 



JONAS' 

ROYAL 

QUINTESSENCE 



•1 oz 
•2\ oz 
5 oz. 
8 oz 



Prix par 
Grosse 

S21.00 
24.00 
42.00 
72.00 




Ext. 

X 

XX 

XXX 

xxxx 

xxxxx 

xxxxxx 



ft la lbs 

$1.00 
1.25 
1.50 
2.00 
2.50 
3.00 
3.50 



Essences de Jonas, en bouteilles, Jarres, Barillets et Barils pour Confi- 
seurs, Fabricantsde Creme a la Clace, Etc., Etc. Prix $6.00 a $12.00 

le gallon, Sllivant qualite. Qualites Speciales et Prix Speciaux par Contrat. 



HENRI JONAS & CIE., 

FABRICANTS 



MAISON FONDEE EN 1870. 



389 et 391 Rue St-Paul, 



Montreal. 



Vol. XI. VI — No 42. LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 




A^fcyQy^ft 1 



Pois de Fantaisie 



Vous pouvez vous assurer une bien 
meilleure marge de profit en ven- 
dant des pois de qualite superieure 
tels que les Pois Sweet Wrinkle 
"Aylmer". 

Les Pois Sweet Wrinkle "Aylmer" 
coutent tres peu de plus que les 
Standard, cetteannee. 

Pour encourager la consommation 
des pois de qualite superieure, 
attirez Tattention de vos clients sur 
les Pois Sweet Wrinkle "Aylmer.'* 



Dominion Canners, Limited 

HAMILTON. 




LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 




HfN 

BRAND 

CORN 

SYRUP. 



i H Le Sirop 

de Ble d'lnde 
Marque CROWN. 

La Table d'Hote des Enfants 

"La Marque Crown et du Pain" 

Suggerez seulement cela aux Dames qui se demandent ce qui 
est bon pour les petits, par cette temperature. 

Les ventes de "Marque Crown" prouvent amplement la 
qualite superieure de ce produit alimentaire pur. 

Vos clients de "Marque Crown" sont des amis pour la vie. 

En avez-vous sur vos Rayons ? 

The Ganada Starch (Bo. Limited. 



Montreal 



Manufacturiers des Marques EDWARDSBURC. 

TORONTO CARDINAL BRANTFORI) CALGARY 



VANCOUVER 



Vol. Xl.VI — No 42. 



I.K PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



s 



PRIX <(>ll;»\rs 

Dans la hste qui suit, sont comprises uniquement les marques sp^ciales de marchandises dont les maisons, indiqueM en caractere 
poirs, out l'agenceou la representation directe au Canada, ou que ces maisons manufacturent ellts-memes. Les prix mdiqu^s le sont 
u'apres les dermers renseignements fournis par les agents, repr^sentants ou manufacturers eux-memes. 



WALTER BAKER & CO., LTD. 

La lb. 

Chocolat, Prime No v 
1, bte 12 lbs., pains 
de i lb. et i lb. 0.34 

Chocolat a la Vanille, 
bte de 6 lbs. 0.44 

German's Sweet, J 
s. et i bte de 6 lbs. 0.26 
Breakfast Cocoa, bte 
de i/s, i, i, 1 s., 12 
lbs. to box et 5 lbs. 
tins. 0.39 

Chocolat sucre, cin- 
quieme bte 6 lbs. 
pains de 1/5 lb. 0.21 
Chocolat sucre, Ca- 
racas, bte de 6 lbs. 0.32 
Falcon Cocoa (Soda 
chaud ou froid), btes 
de 12 lbs., 1 lb. tins. 0.34 

Caracas Tablets, cartons de 5c, 
40 cartons par boite 1.25 

Chocolat sucre, Auto, bte de 6 lbs. 0.32 
Ces prix sont F.O.B. Montreal. 

BRODIE & HARVIE, LIMITED. 

La doz. 
.10 
.60 
.90 
• 50 
.70 




L. CHAPUT, FILS & CIE, 
Montreal. 
The Noir Ceylan "Owl" 

No 5, i lb. 30 lbs. par cse 
N ° 5, i lb. 30 lbs. par cse 
No 10, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 10, I lb. 30 lbs. par cse 
No 15, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 15, I lb. 30 lbs. par cse 
No 30, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 30, i lb. 30 lbs. par cse 
The Vert Ceylan "Owl" 
No 5, 1 lb. 30 lbs. par cse 
No 5, i lb. 30 lbs. par cse 
No 10, 1 s. 30 lbs. par cse 
No 10, i s. 30 lbs. par cse 



La lb. 

20c 
21c 
26c 
27c 
32c 
33c 
40c 
41c 
La lb. 
20c 
21c 
26c 
27c 



Compressed Corned Beef 
Lunch Ham 
Lunch Ham 
Ready Lunch Beef 
Geneva Sausage 
English Brown 1 

Boneless Pigs Feet 1 
Sliced Smoked Beef i 
Roast Beef 1 

Ready Lunch Loaves, 

Jambon, Boeuf, assortis 
Ditto 

Boeuf Bouilli 
Boeuf Bouilli 
Boeuf Bouilli 



is $2.25 
is 2.50 
is 2.10 
is 2.10 
4s 1.50 
is 2.25 
Veau 



2S 

is 

2S 
2S 
2S 
2S 
2S 
IS 
2S 

is 

IS 
IS 
2S 



3-75 
2.25 

3-50 
3-75 
4-25 
3-50 
3.50 
2.50 
3-75 

1.60 

2-7S 
2.25 

3.7.5 



6s 13.00 



Registered 
Trade- Mark 




Farines preparees de Brodie 



Red XXX 
Red XXX 

Crescent 

Crescent 

Superb 

Superb 

Buckwheat 

Buckwheat 

Griddle-Cake 

Griddle-Cake 



pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 3 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 6 lbs. 
pqts de 3 lbs. 



3 
1 
2 
1 
2 

1 .40 
1.60 
310 
3-io 
1.60 
Cartons contenant i doz. paquets de 6 

lbs. ou 1 doz. paquets 3 lbs., sans charge 

extra. 



CHURCH & DWIGHT 
Soda Cow Brand 

Caisse, 60 paquets de 1 

lb., $3.00. 
Caisse, 120 paquets de J 

lb., $3.00. 
Caisse, 30 pqts. 1 lb. et 
60 pqts. i lb., $3.00. 
Caisse de paquets de 5c, contenant 96 
paquets, $3.00. 

CIE. CANADIENNE DES PRO- 

DUITS AGRICOLES 

Montreal 

Lait Laurentia cse 12 pintes 1.50 

Lait Laurentia cse 20 chopines 1.5° 

Lait Laurentia cse 24 demiards 1.20 

WILLIAM CLARK 
Montreal 
Conserves La doz. 

Viandes assorties is 2.25 

Compressed Corned Beef is 2.25 




Pork and Beans, sauce tomates 2s 0.95 
Pork and Beans, sauce tomates 

boites plates 3s 1. 15 

Pork and Beans, boites hautes 

sauce tomates 3s 1.35 



'MtMGU 



Pork and Beans, Plain 
Pork and Beans, Plain 
Pork and Beans, Plain, boites 
plates 




3s 1. 15 



LA MACHINE A 10 TOUCHES 




EST RECONNUE ETRE 

SANS RIVALE 

POUR LES 

Additions, 
Soustractions, 
Divisions 
et Multiplications. 

Demandez notre catalogue, ou venez nous voir. 

CIE. DALTON 

12 Edifice Coristine nONTREAL 

Telephone: MAIN 1346 




LES PLANCHES 

A LAVER DE CANE 

Amene.it les affaires. 

Elles donnent toujours entiere 
satisfaction a l'aclieteur, parce 
qu'elles sontbien faites avec Irs 
materiaux les olus durables. 



Nous fabriquons ces plan- 
ches a laver en 13 divers 
modeles # et quality pour 
r£pondre a toutes lesdeman- 
des. Chaque genre est lemeil- 
leur qu'on puisse se procurer 
pour le prix. 

Ecrivez nous, pour avoir no- 
tre catalogue en francais des 
articles en bois, de 'Cane', 
pour le jour du lavage. 




THE WM. CANE & SONS CO., LIMITED. 

NEWMARKET, ONT. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



Pork and Beans, boites hautes 

Plain 
Pork and Beans, sauce Chili 
Pork and Beans, sauce Chili 
Pork and Beans, sauce Chili 
Ox tongue 
Ox tongue 
Ox tongue 
Jellied Veal 
Jellied Veal 
Jellied Veal 
Gelees de Bouillon 
Gelees de Bouillon 

Potted Meats 
Ham, Tongue, Beef and Veal, 

i 0.50 

Tongue, Ham and Veal, pate 
Pates de Foie 
Pates de Foie 



3s 
is 

2S 

3S 

lis 



1-35 
0.60 

o.95 
1. 15 
9.00 



J. M. DOUGLAS & Co., 



Montreal. 



2s 10.00 

2is 11.00 

1.50 

3 00 

3-75 

3-50 

6s 11.00 

La lb. 



is 

IS 

2S 
2S 






is 
is 
Is 
is 



„Bleus a laver 

La lb. 
"Bleuol", boites 
10 lbs., 50 pqts 
de 4 carres, 15c 
"Sapphire" 

btes de 14 lbs. 

pqts de i lb. 
"Union", boites 
de 14 lbs., pqts 
de I et 1 lb. 10c 



1. 00 
1.20 
0.90 
1-35 
La doz. 
l. to 



Soupes 
Chicken PQts 

Mulligataknay, Oxtail, Kidney To- 
mato, Vegetable, Mock Turtle, 
Consomme, Pois pqts 1.00 

Mince Meat La doz. 

(Tins fermees hermetiquement.) 
is $1.25, 2s 1.95, 3s 3-00, 4s 400, ss 5.00 



Plum-Pudding 
Anglais is 1.90 

Plum-Pudding flUt^^B 

Anglais 2s 2.40 

Boeuf fume en tran 

ches "Inglass" is 

Boeuf fume en tranches "In- 
glass" is 
Boeuf fume en tranches "In- 
• glass" is 



1. So 



2.10 



3-35 



WM. H. DUNN, 

Montreal. 

Edward's Soups 

(Potages Granules, Prepares en Irlande) 

Varietes: Brun — Aux Tomates — 
Blanc. 
Paquets, 5c. Cartons 1 doz. par 

carton 
Paquets, 5c. Boites 3 doz. chaque 

(assorties), par doz. 
Canistres, 15c. Boites 3 doz., 

grandeur, 4 oz., par doz. 
Canistres, 25c. Boites 2 doz., 

deur, 8 oz., par doz. 

BORDEN MILK CO., LIMITED, 

Montreal. 

Liste de prix pour l'Est, Fort William 
inclus. 

Prix au 
Lait Condense (sucre) Detaillant 



Marque Reindeer (4 doz. par cse) . $6.00 
Marque Mayflower (4 doz. par cse) 5.25 
Marque Clover (4 doz. par cse) . . 4.75 

Lait evapore (non sucreY 
Marque Reindeer Jersey, Boite de 

Famille (4 doz. par caisse) 3 90 

Marque Reindeer Jersey, Boite 

moyenne (4 doz. par caisse) 4.50 

Marque Reindeer Jersey, Boite 

d'hotel (2 doz. par caisse) 4.25 

Carque Reindeer Jersey, Gallon 

(yi douzaine par caisse) 4.75 

Cafe (avec Lait et Sucre) 
"Reindeer", cafe et lait, 2 doz 5.00 

"Reindeer", cafe et lait, 4 doz. 6.00 

Marque Regal (2 doz. par cse) 4.50 

Marque Reindeer, en jarres en 

verre (2 doz. par caisse) 6.20 

Cacao (avec Lait et Sucre) 
Marque Reindeer (2 doz. par cse) 4.80 
Limite de fret: 50c par cwt. 

C onditio ns: Net 30 jours, sans escompte. 

Lait et Cremes Condenses. 

St. Charles "Family" 3.90 
St. Charles "Hatel" 4.25 

Lait "Silver Cow" 5.40 

"Purity" 5.25 

Lait condense. 

La cse 
Marque Eagle, 4 
doz., chaque 6.00 

s^goj Marque Gold Seal, 
^^ K ^**t?& doz., chaque 5.25 

^SSSspr^,^ Marque Challenge^ 
SsrsJSsw*^ doz -> cha Q ue 4-75 

^*£=^=z^ Lait evapore. 

Marque Peerless "Hotel". 2 doz., 
chaque 4. 25 





CQMBIEN Fautil 

charger 




Lorsque les clients vous demandent de remplir d'huile des mesures non graduees, vous ne pouvez savoir 
exactement ce que vous devez leur charger, a moins d avoir un RESERVOIR A MESURE ATJTOMATI- 
QUE de BOWSER. Vous pouvez compter EN MOINS et perdre leur CLIENTELE ou compter EN 
PLUS et perdre votre PROFIT. Procurez vous un APPAREIL BOWSER et faites cesser l'incertitude. 
Faites un profit chaque fois que vous vendez de l'huile ; ayez un magasin propre ; eVitez la perte de l'huile 
et les dommages aux autres articles. "Faites cesser les fuites et gardez tous les profits. "L'APPAREIL 
BOWSER comporte un indicateur flottant qui marque la quantity d'huile vendue et celle qui reste encore 
dans le reservoir. II est place" bien en vue et peut se lire a 20 pieds de distance. II est aussi pourvu 
d'une soupape automatique qui arrete instantanement l'ecoulement de l'huile aussitot que vous cessez de 
pomper, ce qui previent toute fuite. 

Une carte postale a nous adressee vous fera parvenir notre Brochure gratuite, expliquant comment faire du Profit sur l'huile. 



S. F. BOWSER & COMPANY, Inc. 



ETABLIE EN 1858 



66=68 Ave. FRAZER, TORONTO, Ont. 



Fabrique par des Ouvriers Canadiens et vendu par des Vendeurs Canadiens. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 






Vol. XL VI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobrc 1913. 



JT. <>:/*/-. > x ^«. 



(4 



Les Oeillets 

DIAMOND" 

ne ternissent pas. 

Rien ne donne mauvaise apparence a une chaus- 
sure comme un oeillet de couleur cuivree. Dans 
la plupart des cas. cela se voit plus qu'une fente 
du cuir, et il est encore plus difficile d'y remedier. 
Mais il y a un moyen sur d'eviter cet ennui a 
vos clients. Les Oeillets de Couleur Indelebile 
"Diamond" ne peuvent pas prendre une teinte 
cuivree a Tusage, ils paraissent toujours neufs et 
aident a conserver a la chaussure sa 
bonne apparence, malgre Fusage le plus 
long. 11 y a aussi un moyen sur de 
reconnaitre si les chaussures que vous 
achetez en sont pourvues. Regardez 
simplement la petite marque de commerce <$& en forme de losange 
en relief a la surface de chaque oeillet. Elle n'est pas tres visible, mais 
elle a une grande importance. Vos clients s'en rendent compte. C'est 
votre garantie que les oeillets ont une couleur reellement indelebile, 
car la seule couleur reellement indelebile porte la marque de 






& 



commerce « 



UNITED SHOE MACHINERY COMPANY OF CANADA 



Bureau et Manufacture 

MONTREAL. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEU E S, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 




Marque Peerless "Boite Haute", 4 
doz., chaque 4.50 

Marque Peerless "Pour Famille", 4 
doz., chaque 3-Qo 

Marque Peerless "Petite Boite", 4 
doz., chaque 2.00 

CANADIAN FAIRBANKS-MORSE 
CO., LIMITED. 

Montreal. 



"Paos" ("Le savon qui 
nettoie".) 

Par douzaine de boi- 
tes 0.80 



Yankee Cleaner. 

Boite de 1 gallon $1.00 

Boite de i gallon 0.60 

Boite de 1 pinte 0.32 

Boite de 1 chopine • 0.20 

Dix pour cent d'escompte sur toute 
commande de douze boites assorties. 

THE CANADA STARCH CO., Ltd., 
Manufacturiere de marques Edwards- 
burg. 

Empois de buanderie. La lb. 

Canada Laundry Starch (caisse de 

40 lbs.) 0.06 

Canada White Gloss (caisse de 40 

lbs.) paquets de 1 lb. 0.06J 

Empois No 1, Blanc ou Bleu (cais- 

ses de 48 lbs.), boites en carton 

de 4 lbs. 0.07 

Empois No r, Blanc ou Bleu (cais- 

ses de 48 lbs.), boites en carton 

de 3 lbs. 0.07 

Kegs No 1 d'Empois Blanc No 1 

(caisse de 100 lbs.) O.06J 



Barils No 1 (200 lbs.) 
Edwardsburg Silver Gloss, paquets 

chromo de I lb. (30 lbs.) 
Empois Silver Gloss (48 lbs.) en 

canistres de 6 lbs. 
Empois Silver Gloss en boites a 

coulisse de 6 lbs. 
Kegs Silver Gloss, gros cristaux 

(100 lbs.) 
Benson's Satin (28 lbs.) boites en 

carton de 1 lb., etiquette chromo 
Benson's Enamel (eau froide) 

(40 lbs.) la caisse 
Benson's Enamel (eau froide) 

la caisse (20 lbs.) 
Casco Potato Flour (20 lbs.) 

Celluloid. 
Boite contenant 45 boites en car- 
ton, par caisse 

Empois de cuisine. 
W. T. Benson & Co.'s Celebrated 

Prepared Corn (40 lbs.) 
Canada Pure Corn Starch 

(40 lbs.) 

(Boite de 20 lbs., lc en plus.) 

ELIE CHARBONNEAU 

Marche Bonsecours 

Montreal 



Bananes 

Citrons, la caisse 

Tomates 

Choux nouveaux, la douzaine 

Patates, par 80 lbs. 

Prunes Cal., la caisse 

Peches 

Oranges navel 

Concombres, la douzaihe 

Pommes nouvelles, la boite 

Pruneaux panier 

Peches, panier 

Poires, la caisse 



$2.25 



$2.50 
3-00 

o.75 
0.50 
1. 00 
2.50 
1. 25 
3-75 
0.25 

1-25 
0.50 
0.80 
4.00 



E. W. CILLETT COMPANY LIMITED 
Toronto, Ont. 




AVIS.— I. I,es prixcote-danscette 
liste sont pour niarchandiscs aux 
points dedistributionde gros dans 
Ontario et Quebec, except^ la oil 
des listes speeiales de prix plus 
eleves sont en vigueur, et ils sont 
sujets a varier sans avis. 

Levain en Tablettes 
"Royal." 

Boite 36 paquets k 

5c . . . la boite $1.15 

Lesaive en Poudre 
de Cillett. 

La cse 

4 doz. a, la caisse $3.50 
3 caisses .... 3.40 

5 caisses ou plus 3 35 

Poudre a Pate "Magic" 

Ne contient pasd'alun. 
La doz. 



baking 

lOWDffi 



6 doz. 


de 




5c. . . 


$0.50 


4 doz. 


de 


4 


oz. . 


0.75 


4 doz. 


de 


6 


oz. . 


l.Ou 


4 doz. 


de 


8 


oz. . 


1.30 


4 doz. 


de 


12 


oz. . 


l.bO 


2 doz. 


de 


12 


oz. . . 


1.85 


4 doz. 


de 


16 


oz. . 


2.25 


2 doz. 


de 


16 


oz. . 


2.30 


1 doz. 


de 


2! 


i lbs . 


. 5 3) 


'4doz. 


de 


5 


lbs . 


9.60 


2 doz. 


de 


6 


oz. "I 


a 


1 doz. 


de 


12 


oz. 1 


la Cse 


1 doz. 


de 


16 


oz. j 


$6."0 



Vendue en canistres s-eulement. 

Remise sp^ciale de 5% accordee sur les 
comniandes de 5 cnisses et plus de la 
Poudre k Pate "Masric". 




Profits et Livres 

Chaque fois que vous vendez quoi que 
ce soit £ votre comptoir, la justesss de vos 
balances determine votre profit ou votre 
perte. II vaut mieux pour vous ne pas 
avoir de balance du tout que d'en avoir 
une inexacte, car les erreurs qu'elle vous 
fait commettre vous causeront bien des 
ennuis. Si la pesee est trop legere, vos 
clients mettront en doute votre honne- 
tetd et vous perdrez 
leur clientele. Si la 
pesde est trop lourde 
vous perdrez de'l'ar- 
gent a partir du jour 
ou vous commencerez 
k vous en servir. 

FAIRBANKS 

"Les balances qui ont rendu le pesage juste." 

Elles sont manufacturers depuis plus de 80 ans et ont une 
reputation internationale pour la justesseet la durability. Les 
Balances Fairbanks ont £te adoptees par les gouvernements 
des Etats-Unis, du Canada et Strangers, et sont universelle- 
ment employees dans presque tous les cas ou l'exactitude des 
poids entree d ligne de com pte pour realiser des b6n£fices. La 
Bascule Transportable ;llustr£eiciestnotre type^talon pour la 
pesde de tous les genres de marchandises g£n£rales. Comme 
pour toutes les Balances Fairbanks, toutes ses parties sont 
fabrique'es au moyen desmeilleurs materiaux ; les supports et 
pivots sont en acier finement trempe\ On les livre avec ou 
sans roues. Diverses grandeurs, pesant de4oo k 2,500 livres. 
Ecrivez pour avoir notre Catalogue et nos prix. 

THE CANADIAN FAIRBANKS-MORSE CO., Limited. 

444, rue St Jacques, MONTREAL. 




cnj9 



SSMK 



SHORTENING 
EXCELS, 



CHEZ TOUS LES EPICIERS. 

GUNN, LANQLOIS & CIE, Limitee 

Agents pour Montreal et la province de Quebec. 



Vol. XLVI — No 42. 



I.K PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



LA GELATINE DE COX 



"DE FABRICATION ANGLAI8E' 



En Pleine Lumiere 



Tous les yeuxsont fix£s surla fameuse Pou- 
dre a Gelatine Instantande *de Cox. Toute la 
haute soci^te se sert de cette base toujours uni- 
forme pour les desserts exquis. 

La Gelatine de Cox est d'une quality vrai- 
meut britannique et donne la satisfaction la 
plus parfaite, parmi toutes les preparations de 
gelde, sur le marche' aujourd'bui. 

En la recommandant a votre clientele, 
vous ne courez absolument aucun risque. 

Maintenez votre stock a un haut niveau. 



ARTHUR P. TIPPET & COMPANY, 

MONTREAL Agents TORONTO 



PANIERS et MANNES en OSIER 

LES PLUS BAS PRIX COMMERCIAUX 
ET PROMPTE LIVRAISON GARANTIE. 

Assortiment complet des Celebres Bros- 
ses et Balais de BOECKH. Nous 
sommes heureux d exhiber un assortiment 
tres considerable d'Echantillons. 

Conseils d Experts au sujet du Choix 
des Lignes se Vendant le Mieux. 

Venez, Ecrivez ou Telephonez pour 
avoir notre Liste de Pril. 

The Harold E. Smith Sales Co. 

Agents de Ventes et Distributeurs 

130, RXJE CRAIG EST 

(Deux Porte* a I'Ouest de l'Hotel des Postes) 

MONTREAL 




Saindoux Compose 



r AIMC 



Reconnu comme le meilleur 
sur le marche. 

II n'en existe pas qui ait un 
gout plus fin. 

Son Prix est ralsonnable. 

MATTHEWS'LAING LIMITED 



Rue Mill. 



MONTREAL. 



IO 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



VOYAGEUR 



Un voyageur ayant 
une tres bonne clientele 
dans le commerce de 
farine et provisions, de- 
sire une position dans 
une maison bien recom- 
mandee. 

S'adresser a 

JOS. P . . . 
Poste Restante. 
Ste-Flavie, Station 
P.Q. 



BON COMMIS DEMANDE 



On demande un bon commis Spicier, 
tr&s familier avec les langues francaise et 
anglaise et pouvant fournir de bonnes re- 
commandations. Un bon salaire est assure" 
a. un homme competent. 

S'adresser au bureau du "Prix Courant" 




Le Japon produit un the 
splendide. Essayez une livre 
de veritable THE JAPONAIS 
non colore et soyez con- 
vaincu. 



"Cow Brand* signifie 
purete de Soda. 



Les cuisinieres soigneuses insistent pour avoir ce soda 
fameux, dont la qualite est bien prouvee. Etes-vous pret 
pour la demande de soda actuelleet pendant l'automne? 

VOTRE FOURNISSEUR EN GXOS T1ENT "COW BRAND" 

CHURCH & DWIGHT 

Manufacturers 

MONTREAL 



LIMITED 



Des Milliers de Dollars pour Vous ! 

Nous depensons des milliers de dollars 
chaque annee pour augmenter le nombre de 
consommateurs de 

Shredded Wheat Biscuit 

et ceci vous procure des affaires. Une partie 
de cet argent est employe en echantillons, le 
reste est defense pour les annonces dans les 
magazines, journaux, chars urbains et 
autres moyens de publicity Shredded Wheat 
est la cer^ale de vente reguliere universelle 
pour le dejeuner — toujours propre, toujours 
pure, toujours la meme. 

Shredded Wheat est mis en caisses propres, 
en bois solides. L,es caisses videssont vendues 
par les £piciers entreprenants, a raison de 10 
ou 15 cents chacune, ce quiajoute aleurs pro- 
fits sur Shredded Wheat. 

The CANADIAN SHREDDED WHEAT CO. Limited 



NIAGARA. FALLS : ONT- 

Bureau a Toronto ; 

49 rue WELLINGTON Est. 




Vol. XI. VI -- No [2. 



I,K PRIX C'OURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



IT 



VVVV^^>iVVVVNAA^VWV*/V>Art^VS'VVS'VSAVVV , ^^VVVVNAAAAA«A^A l VV^^ 




La Cigarette Egyptienne Parfaite 




ASP 




RO 



Absolument parfaite . . . • tel est le verdict universel. 

Le ffumeur difficile n'a jamais fume de meilleures 
cigarettes egyptiennes. 

Offrez les cigarettes " MASPERO " a ceux de vos 
clients qui apprecient ce qu'ils peuvent avoir de 
mieux pour leur argent. 

FORMATS VARIES, 

En Vente chez tous les Marchands en Cros. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XLVI - No !- 



I.K PRIX C< lURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



13 



Soda "Magic" 

No. 1 caisse 00 pqts de 1 11). . . 

5 misse* . 

No. 2 caisse '20 pqts de ' 2 lb. 

5 caisses .... 

No. 3 caisse 

30 pqts. 1 11). . \ 

et6u pqts. de y z lb I 

5 caibses 





No 5 caisse 

100 pqts de 10 oz 2 00 
5 caisses . . . 2 80 



Bicarbonate de soude superieur 
de "Cillett" 



Cliques de 100 lbs , par caqne 
Baiils de 400 lbs., par baiii . . 



$2.75 

7.00 



Creme de Tartre de 
"Cillett" 

La dez. 

% lb. pqts, (4 doz. dans 
la caisse) . . . $1 .10 

>2 lb pqts (4 doz dans 
la caisse) . . . 2 2> 



La Caa 



4 doz pqts., 



lb. 



2 doz. pqls , y z lb. 



f aseor- 1 
I lis. /, 



$8 80 
Ladoz. 

y z lb. canisties rondos, avec cou- 
vercles fei mant a vis i4 doz. dans 
la caisse) 2.(50 

] lb canistes rondes, avec couver- 
cles fermant a vis (3 doz dans la 

caisse 4 70 

La lb. 

5 lb. canities carieVs i '-2 doz dans 



la raise. 0,38 

l«i lb. boites en bois . . , . 0.33 

25 lb. feaux en bois .... 0.3-1 

Kill lb. baiils .31 

300 lb baiils ■.' . :i!l', 

N. K. FAIRBANK COMPANY 

LIMITED 

Montreal 

Prix du Saindoux 
Compose, Marque 
BOAR'S HEAD. F. 
O. B. Montreal. 
Tinettes 60 lb. 0.11 
o.iol 

o. lit 
0. w 
o . 1 1 ; 
o.lll 




Tierces 
Seaux en bois, 20 lbs. 
Chaudieres, 20 lbs. 
Caisses, 3 lbs., 20 a la caisse 
Chaudieres, 5 lbs., 12 a la caisse 




LES POUDRES NERVINES DE MATHIEU 

sont un remdie simple mais effectif contre tous les maux de tgte— un remede que chaque marchand peut reeommander commf 
un curatif .'fir et rapide. 

Si vous tie connaWsez pas les Foudris Fer\ines de Mathieu, et si vous ete» sujtt eux maux de tete, essay<z-les vou -iretr.es 
a nos frais au mcyen du coupon ci-joitit. 











POUDRES NERVINES 

De MATHIEU 

Pourlousles MauxdeTeteer Nevralae 

j., , 1 MjaMaiai 

im r*-t* Maw " ****• >»'"» •* 






*% mS 








C—*.~- 1 






mi ««» r~ 




' 


««.«■. ata» 


*p* «» •"'"■ 1 






*«*<MiUy«M 


►^-1.*-— | 


l | 


V—,.-*" *~n-*r 





Coram' remede contie les thumes et 'es 
tronb es b'-onchiques, 1* »iropde Goud on et 
d'H ie de Foie deMorue de Mathieu est 
fameux et cette preparation sceur dea 
Poudrts Ne vines — marche a grands pas 
dans la m€me voie. 

LA CIE J. L. MATHIEU, 

Proprietaire. 
Sherbrooke, • • P.Q. 

MM. L. Chaput. Fils & Cie., Limitee. 

Deposit ire < n Gros Montreal, P. Q 



Veuillez m'envoyer une bcite i£giliere 
de Peudret Nerrinet do Mathieu A l'adi e*se 
suirante : 

N om 

(Nom de la maiaon de commerce). 

Rut 

Ville an Tillage 

Prorince 





Le meilleur sucre fabrique avec du sucre de canne pur a 1 00 /o . 
Avez-vous tenu nos sacs en coton de 20 lbs et de 25 lbs? Des 
paquets propres et commodes. 



14 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 42. 



ffiHXBimJ'S 



PERFECTION 

t 1 * MQONCV E>ISCUIT> UNDT CC 

STKATfOkD,. UN/.Sf. 



LES 



BISCUITS 



Qui Edifient un Commerce. 

Tout Spicier actif et intelligent de- 

vrait maintenant faire un effort 

special pour pousser la ven- 

te des biscuits 

Soda a la 

Creme Perfection 

de Mooney 

II a une occasion de le faire en cette 
grande saison des receptions et 
des "Thes". II n'y a rien de plus 
agreable au gout, de plus croustil- 
lant et de plus delectable en fait de 
biscuits. Tous les gourmets le savent 

The Mooney Biscuit 

AND CANDY CO., LIMITED 

Manufacture* A 

Montreal, Stratford, Winnipeg, 
Vancouver. 

Succursales £ Hamilton, Ottawa, Syd- 
ney, C. B., Halifax, N. E., Fort Will 
iam, Calgary, Vancouver, C. B., St- 
Jean, T. N. 



La FarinePreparee deBrodie 

Vous Conserve Vo» Clients. 

Toujour* digne de confiance, elle est preferee a 
toute» let autre* farines 

UN BON VENDEUR. 

Voyez le coupon de* Spicier* dans chaque 
carton 

Brodie & Harvie, Limited. 

14 et 16 Rue Bleury, 

Tel. Main 436 MONTREAL 



Ne demandez pas plus a votre publi- 
cite qu'elle ne peut vous donner. Son 
action est limitee de meme que son ren- 
dement. 




Caisses, 10 lbs., 6 a la caisse o.n* 

GUNN, LANGLOIS & CIE, Limitee, 

Montreal 

Prix du Saindoux 

Compose, Marque 

EASIFIRST 

Tinettes 60 lb. 0.11J 
"^g Wf Tierces o.n 

Seaux en bois, 20 lbs. 2.34I 

Chaudieres, 20 lbs. 2.34I 

Caisses, 3 lbs. lb. 0.12 

Caisses, 5 lbs. lb. 0.12 

Caisses, 10 lbs. lb. 0.12 
Pains moules d'une livre 0.12} 

IMPERIAL TOBACCO CO. OF CA- 
NADA. LIMITED. 

Cigarettes Le 1,000 

Athlete $ 8.50 

Bouquet, boite 350, par boite 5-95 

Calabash n.20 

Columbia "tout tabac" n.50 

Coronet 2 18.50 
Dardanelles "Turques", bouts unis 12.50 
Dardanelles "Turques", bouts liege 

ou argent 12.75 

Derby, boite de 600 4- 12 

Empire Navy Cut 8.20 

Fatima 10.25 

Guinea Gold 8.20 

Gloria 5-95 

Gold Crest 6.20 

Hassan "Turques" 8.50 

Imperial A A 27.00 

Imperial A A 1 35 -00 

Mecca "Egyptiennes" 8.50 
Mogul "Egyptiennes" bouts unis 12.25 
MMogul "Egyptiennes" bouts en 

liege 12.25 

Murad "Turques", bouts unis 12.25 

New Light "tout tabac" 8.50 

Niobe Turques 8.00 

Old Chum 8.20 

Old Gold 1 6.50 

Pall Mall "Format ordinaire" 19.00 

Pall Mall "Format Royal" 25.00 

Players Navy Cut 8.40 

Richmond Straight Cut 11.20 

Sweet Caporal 8.50 

Sweet Sixteen 5-95 

Sub-Rosa "tout tabac" 8.50 

Cigarettes importees 

Capstan "douces et medium" 12.50 
Capstan, boites de 10 avec porte- 

cigarettes 12.50 
Soussa, importees du Caire, Egyp- 

te, extra fine, No 25 20.00 

Extra fine, No 30 23.00 

Khedivial 30.00 
Three Castles, .boites de fer-blanc 

50s et boites de cartons 10s 15-50 

Three Castles, boites de fantaisie 16.00 

Tabac a cigarettes La Lb. 

B.C. No 1.' 1/13 $i-io 

Athlete, 1/13 1.08 

Sweet Caporal, 1/14 1. 17 

Tabacs coupes La Lb. 

Old Chum, 1/11 $0.90 

Lord Stanley, tins ]/ 2 et % lb. 1 . 16 

Meerschaum, 1/11 0.87 

Athlete mix. Tins l / 2 et H lb. 1.42 

Old Gold. 1/12 1 .03 

Seal of North Carolina, 1/12 0.98 

Duke's Mix. "Cut Plug", 1 lb. 0.92 

Old Virginia, pqts % et I lb. 0.75 
Duke's Mixture "granule" 

1/10 bags, 5 lbs. carton 0.94 

1/10 bags, 5 lbs. carton 1.25 

1/16 bags, 5 lbs. carton 1.25 

Old Virginia, pqts 1/16 0.70 



IMPORTANT 

LesEpiciers detaillants 

qui desirent plaire a leurs 
clients devraient etre certains 
de pouvoir leur fournir les v6ri- 
tables 

Baker's 
Cocoa 

and 

Chocolate 



Registered* avec la marque de com 
Tnde-MaiK tnerce sur les paquets. 

Ce sont des marchandises 
de premier ordre, les meilleures 
du monde au point de vue de la 
puret6 et du gout. 

Manufactures uniquement par 

WALTER BAKER & CO., 

Limited. 

Montreal, Can. Dorchester, Mats 

ETABLIE EN 1780. 




LACAILLE, GENDREAU & CIE 

Successeurs de CHS. LACAILLE & CIH. 

BPICIERS EN QROS 

Importateurs de Melasses, 81- 

rops, Fruits Sees, The, Vina, 

Liqueurs, Sucre*, Etc, Etc. 



et de Tarragone. 



329 Rue St-Paul et 14 Rue St-Dizi 
MONTREAL 




Speciality de Vina de Mease de Siclle ■ 



CONFITURES PURES DE UPTON 



.OlFITOk'U PlttES 

■OUVELLE SAISOM 

*© DE UPTON @* 

HIITENilT PBETES 



Absolument puree 
ct de aaveur deli- 
eieuae, conserved 
lam des seaux de 
3 lbs. et des jairres 
en verre de it oz., 
doubles or, scelles 
hermetiquement. 

Ml HXBMELfi9E 
I0B11SE 

UPTON 

Bien et favorablement connue de 
I'ericier et de aea elienta dana tout le 

Canada, on elle cat faite et vendue 

d«pal« plua dt qni&xe ana. 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



LE HAGHIS DE CLARK 

N'est-cs pas a peu pres le 
moment, M. l'Kpicier, de com- 
menctr a vous preparer a votre 
commerce de hachis ? 

Le Hachis de Clark est 

pret a servir 

et 

les produits de Clark sont 

prets pour vos affaires 

On n'emploie dans sa prepa- 
ration, que des fruits et des 
Apices de premier choix. Garanti 
absolument pur. 

Mi* en pots enverre. Line gran- 
deur settlement. 

En boites defer-blanccachetees 
hermetiquement, grandeurs No 1 , 
2, 3, 4 et 5. 

En seaux, caisses et barils de 
6, 10, 25, 45, 85 et 300 livres. 

Vos clients en veulent. 
Cela vous rapporte d'en vendre. 

W. Clark = Montreal 



Le Pret Immobilier, Limitee 

244 Rue Ste-Catherine Est, 
Montreal. 
Phone Bell Est 5779 

BUREAU DE DIRECTION : 

Pr*»idont i M. J.-A.-E. Gaurin, pharmacicn 
ancien echevin ; Viec-Pretidant : M. L -A. La 
valine, maire de Montreal ; Seeretaire-Triso 
riar : M. Arthur Gagne, avocat ; Diractaura : M 
L- E. Geoffrion, anoien president de la Chambre 
de Commerce du District dc Montreal, mentbre 
de la Commission du Harre dr Montreal ; M. le 
Dr J.-O Goyetle, ancien maire de Magog: ; M. le 
Dr P -P. Renaud, capitalize ; M. F.-E. Fontaine, 
directeur-gerant de "The Canadian Adver ising 
Limited" ; Gerant i M. L.-W. Gauvin, ex-inspec- 
teur et aurintendant de la Metropolitan Life 
Ins. Co. 

SI VOUS AVEZ BESOIN DE CAPITAL 

our acheter une propriety ou pour vous bftti r 

i v "Pret Immobilier, Limitee, 

gpu voua pretera ce capital aans interet, avec 

r ndes facilitesde remboursement 

Les facilitesde remboursement des prStg faits 
a sea membrea par le "Prit Immobilier, Limitee" 
■ont tellea qu'elles represejitent a peu pres 
l'intertt que l'on aurait a payer sur un emprunt 
ordinaire. 

REPRESENTANTS DEMANDES.-Le "Prtt 
Immobilier, LimlteV' n'a pas encore d'agence 
dans tous les Districts et est dispose a entrer en 
pourparlers ayec dea repreaentants bien quali- 
fies. 

Eerivei ou telephonez pour avoir Is 
brochurette explicative gratuite. 



Snap, pqts 1/7 et 1/14 0.58 
Bull Durham 

Calabash Mixture, tins Y> et 1 lb. 1.20 

Calabash Mixture, tins J4 i--5 

Calabash Mixture, tins Z A 1-4° 
Capstan Navy Cut "importe", tins 

1 s. Medium et Fort 1.50 



Capstan Mixture, "importe", tins 

1 s medium I . 50 

Pride of Virginia, "importe", tins 

'10 i.35 
1 »ld English Curve ( ut "importe", 

tins 1/10 lb. . I .35 

Tuxedo "importe", tins 1/10 lb. 1. 37 

Lucky Strike "importe", tins 1/10 1.35 

Rose Leaf "importe", a chiquer, 

p(|ts 1 oz. 1.24 

Tabacs a chiquer "importes" La Lb. 

Piper Hiedsiril, 1.22 

Tabacs en poudre La Lb. 

Copenhagen, en boites 1/12 lb. 0.90 

Horseshoe 0.9,0 

Rose No 1 de Landry 0.32 

Rose No 1 de Houde 0.34 

12 lbs. boites 6 lbs. 0.39 

EMPIRE BRANCH 

Tabacs a chiquer 
Club barres, 5 a la barre, 6 more, a 

la lb., boites 5 lbs. 0.42 
Moose, lis 2x3 18 lbs. cads, 12 lbs. 

V> cads. 0.40 
Snow Shoe, barres, 6 }/ z more, a 

la lb. 0.45 

Stag, S 1/3 more, a la lb. J/> butts 0.39 

Black Watch, 6s 0.45 

Bobs, ss et 10s • . 0.39 

Currency, 10s 0.39 

Pay Roil, 7Y 2 s 0.59 
Empire Navy Chewing, barres, 14 

oz., boites 7 lbs. 0.53 

Tabacs a fumer en palettes La Lb. 

Rosebud, 3x3, 7s y 2 cads, 8 lbs. 0.50 
Pedro, barres, 16 oz., 5 more, a la 

lb., boites de 6 lbs. 0.58 

Empire, 6s et 12s 0.44 

Rosebud, 6s 0.45 

Ivy, 7s. 0.50 

Shamrock, 6s 0.45 

Tabacs haches 

Great West, sac, Ss . 0.59 

Regal, cube cut, en boites de 9s 0.70 

Taxi, crimp cut, boites 10s 0.78 

HENRI JONAS & CIE, 

Montreal. 

Pates Alimentaires. La lb. 

Macaroni "Bertrand" 0.08 

Vermicelle "Bertrand" 0.08 

Spaghetti "Bertrand" 0.08 

Alphabets "Bertrand" 0.08 

Nouilles "Bertrand" 0.08 

Coquilles "Bertrand" 0.08 

Petites Pates, etc. 0.08 

Extraits Culinaires. La doz. 

1 oz. Plates. Triple concentre 0.84 

2 oz. Plates. Triple concentre 1.57 
2 oz. Carrees. Triple concentre 1.88 

4 oz. Carrees. Triple roncentre 3.34 
8 oz. Carrees. Triple concentre 6.25 

16 oz. Carrees. Triple concentre. 12.00 

2 oz. Rondes. Quintessences 1.96 

2i o Rondes. Quintessences 2.19 

5 oz. Rondes. Quintessences 3.75 
8 oz. Rondes. Quintessences 6.67 
4 oz Carrees. Quintessences. Bou- 

chons emeri 3.75 
8 oz. Carrees. Quintessences. Bou- 

chons emeri 7.50 

2 oz. Anchor. 1 .00 

4 oz. Anchor. 1. 75 

8 oz. Anchor. 3-00 

16 oz! Anchor. 6.00 

2 oz. Golden Star "Double Force" 0.75 

4 oz. Golden Star "Double Force" 1.25 

8 oz. Golden Star "Double Force" 2.25 

16 oz. Golden Star "Doable Force" 4.25 

2 oz. Plates. Soluble. 0.75 

4 oz. Plates. Soluble. . 1.25 

8 oz. Plates. Soluble. 2.25 



ELITE" 



GHOGOLAT « 

Non Suore 

A 

DBS EPICIKBS 

Besoins de la Cuisine 

Tnblettes de % lb. 

Fabrlqntf par 

JOHN P. MOTT & CO., 

HALIFAX, N. E. 

J.A.TAYLOR, Agen , Montreal 



FOURRURES 

Manteaux en Mouton de Perse 

faits sur commande par un 

dessinateur expert, ci-devant 

employe d'une grande maison 

locale. 

Tous genres de fourrures re- 

model^es. 

Peaux et ouvrage garantis, 

prix models. 

A. J. LELIEVRE 

MANCHCNNIER 

150, RUE ST-DENIS, MONTREAL. 



T6T, Est 3521. 



Specialili . 



Manteaux de Morton de Perse. 
To.is genres de Fourrures rtparees, 
teiutcs et ncttoyees. 



16 oz. Plates. Soluble. 

1 oz. London. 

2 oz. London. 
Extraits a la livre de 
Extraits au gallon de 



4.25 
0.50 

0.75 
$1.00 a 3.00 
$6.00 a 24.00 



Memes prix pour extraits de tous fruit*. 

Moutarde Francaise. La grosse 

Pony Mustard, 2 doz. a la cse 8.40 

Small Mustard, 2 doz. a la cse 7.80 

Medium Mustard, 2 doz. a la cse 10.80 
Large Mustard, 2 doz. a la cse 12.00 

Tumblers Mustard, 2 doz. a la cse 10.80 
Muggs Mustard, 2 doz. a la cse 13.20 
Nugget Tumblers, 2 doz. a la cs 13.20 
Athenian Tumblers, 2 doz. 4 la cse 13.20 
Gold Band Tumblers, 2 d. a la cse 13.80 
No 67 Jars Mustard, 2 doz. 4 la cse 13.20 
No 64 Jars Mustard, 1 doz. & la cse 18.00 
No 65 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 21.00 
No 66 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 24.00 
No 68 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 15.00 
No 69 Jars Mustard, 1 doz. a la cse 24.00 
Molasses Jugs Must., 1 d. a la cse 21.00 
Jarres i gal. Mustard, 1 d. a la cse 36.00 
jarres J gal. Mustard, I d. a la cse 54.00 



Vernis a chaussures. 

1 doz. a la caisse. 



La doz. 



Marques Froment. 0.75 

Marque Jonas. 0.75 

Vernis Militaire a l'epreuve de l'eau. 2.00 



i6 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 





LISEZ L'ETIQUETTE 

La Poudre a Pate Mag-ic est garantie n'etre eomposee que des ingr^diens mentionn^s 
sup l'6tiquette et d'aueun autre. C'est laseule poudre a pate fabriqu^e au Canada, dont 
tousles ingredients sont nomm6s sup l'6tiquette. II y a sur le march6 plusieurs mar- 
ques de poudre a pate composed d'alun, mais qui sont 6tiquet6es et annonc^es comme 
na contenant 'Pas d Alun". Cela est injuste et constitue une faussete flagrante. 
Voyez a ce que tous les ingredients soient mentionn&s sup l'etiquette. 

MAGIC BAKING POWDER 



LgVtfft 

whitest i 



JAKING 



LA SEULE POUDRE A PATE EN CANADA DONT TOUS 
IlES INGREDIENTS SONT MARQUES SUR L'ETIQUETTE 

MGILLEnCOMPANYlMIED 

TORONTO, ONT, 

MONTREAL WINNIPEG 






Un poisson retire de I'eau depuis cinq minutes 

ce peut pas avoir une saveur marine plus 
r^elle que les Aliments Marins MARQUE 
BRUNSWICK. 

La saveur est conserved grace a l'em- 
ploi des m^thodes les plus recentes et les plus 
modernes de preparation et d'empaquetage 
— immediatement apres que le poisson est 
sorti de I'eau .... 

Sardines a I'huile MARQUE BRUNSWICK 

un de nos meilleurs articles, tient le premier rang parmi les sardines mises en 
conserves au Canada. Elles se vendent a un prix mod6r£ et rapportent un bon profit. 

Notre longue experience et nos grandes usines modernes nous permettent de livrer nos aliments marins, 
aussi pres de la perfection qu'il est possible. 

Nos approvisionnements se composent des prises de premier choix des pecheurs ; ces prises sont faites 
dans le voisinage de nos usines 

Connus et appreciSs dans tout le Canada. 

NOS ARTICLES SB VBNDANT LE MIEUX 




% Sardines a 1'Huile 
Finman Haddiea 



)4 Sardines a la moutarde 
Hareng sauce tomate 



Hareng sale et fume 

Peignes (clams) et Petoncles (scallops) 



CONNORS BROS., LTD., Blacks' Harbour, N. B. 

AGENTS : 

LEONARD BROS., Montreal. - C. H. B. HILLCOAT, Sydney. — A. W. HUBAND, Ottawa. — JAS. HAYWOOD, 
Toronto. - CHAS. DUNCAN, Winnipeg. — GRANT OXLEY & Co., Halifax. N.E.— C. DE CARTERET, Kingston. — 
BUCHANAN & AHERN, Quebec. — J. L. LOVITT, Yarmouth. -- SHALLCROSS, McCAULAY Co., Vancouver 
et Vleloria, C. A. — SHALLCROSS, McCAULAY, Calgary, Alta. — JOHNSTON & YOCKNEY, Edmonton, Alta. 



LE PRIX COURANT 

REVUE HEBDOMADAIRE 
Commerce, Finance, Industrie, Assurance, Etc. 



EDITEURS 

La Compngni* de Publications dea Marchand* Detailleur* du 
Canada, Limilee, 

Telephone Bell Eat 1185. MONTREAL. 

Montreal et Banlieue, $2.50) 
ABONNEMENT ; Canada et Etata-Unia, 2.00 \ PAR AN. 
Union Poatale, • Fr». 20.00 ) 

Bureau de Montreal : 80 rue St-DenU. 

Bureau de Toronto : Edifice Crown Life, J. S. Robertson & Co., representant*. 
Bureau de Chicago : 215 rue South Market, Emmet C. Boyle*, repreteotaat. 
Bureau de New-York : 903-904 Tribune Bids.. E. F. Olm.ted. repreaentant. 



II n'eat pa* accepte d'abonnement pour mom. d'une ancee 

A moina d'avia contraire par ecrit, adreaae directemenl 
a noa bureaux, 15 jour* au moina avant la date d'ezpiration, 
I'abonnement eat continue de plein droit. 

Toute annee commencee eat due en entier. 

L'abonnement ne ceaae paa tant que lea arreragea ne «ont 
paa payea. 

Tout cheque pour paiement d'abonnement doit etre fait 
payable " au pair a Montreal." 

Cheque*, mandata, bona de poate doivent etre faita payable* 
a I'ordre de " Le Prix Courant ". 

Priere d'adreaaer lea lettrea, etc., aimplement comma auit ; 
" LE PRIX COURANT ". Montreal. 



Fonde en 1887. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



QUESTIONS DACTUA IT£ 



Notre commerce avec la France. 

On a parle souvent de l'etat stationnaire ou demeurent 
-.[i.ii t tions canadiennes en France. On a constate que 
1 - exportateurs frangais ne connaissent pas assez les pro- 
duits canadiens qui peuvent convenir au marche frangais et 
Que les producteurs ou importateurs canadiens ne connais- 
seni |ias assez le marche frangais. 

Dans ces conditions, naturellement, les demarches iso- 
lees de lei ou tel exportateur canadien qui veut aborder le 
marche frangais, se heurtenl souvent a des obstacles qui le 
decouragent aussitot. D'un autre cote, l'importateur fran- 
gais qui a achete tel ou tel produit au Canada, ne tombant 
pas toujours du premier coup sur le produit qu'il croyait 
txouver, se decourage lui aussi. A cet etat de chose, il y a 
heureusement des remedes, et ces remedes, M. A.-F. Rival, 
ancien president de la Chambre de Commerce frangaise de 
Montreal, vient de les indiquer dans un magnifique article 
que nous lisons dans le Bulletin de "La Canadienne" et dont 
m.ns donnons les cxtraits suivants: 

A notre avis, dit M. Revol, le premier remede est dans la 
perseverance individuelle, soutenue par des efforts et des 
demarches collectives, et si tous ceux qui ont voix au cha- 
pitre voulaient s'en dormer la peine, nous pensons que Ton 
arriverait plus facilement et plus vite qu'on ne croit a des 
resultats pratiques. 

II faudrait d'abord, par des enquetes approfondies et 
auxquelles collaboreraient tons les interesses, chercher quels 
sont les produits canadiens qui pourraient etre exportes en 
France; il faudrait determiner ensuite la concurrence qu'ils y 
rencontreront et les moyens de la combattre. Quand cet 
inventaire aura ete fait, les voyages collectifs entrepris par 
le commergant avec un objectif etabli et etudie d'avance, se- 
ront certainement couronnes de succes. 

Nous nous rendons compte qu'un homme, a lui seul, ne 
dispose pas de tous les moyens d'enquete qui permettraient 
d'etablir un inventaire du genre de celui que nous preconi- 
sons. Nous n'essayerons done pas d'entreprendre une sem- 
blable enquete, mais nous croyons rendre service a ceux que 
ces questions interessent en rappelant ici quels sont les prin- 
cipales marchandises ou les principaux produits que la 
France achete a l'etranger. 

En etudiant le resume analytique public par la Direction 
generale des douanes de la Republique frangaise, on remar- 
que que les articles suivants sont importes en France en 
grandes quantitcs: 



Boeufs, moutons, a<jncaux, viandes salees ct fumees, con- 
serves de viandes, graisses, saindoux, ocufs de volaille et de 
gibier, poissons frais d'eau douce et de mer, rogues de morue 
et de maquereau, conserves de homard et de saumon, graisses 
de poisson, beurre et frontage, lait concentre, pelleteries pre- 
parees et ouvrees, ble, avoine, graines de luzerne, trefle, tin, 
lin teille, peigne et etoupes, fourrages, pois, bois a construire, 
hois d'ebenisterie, pieces de charpente, boisselleries, tourne- 
rics, bois equarris pour navettes, paille, laine de bois, amiante, 
or, argent, nickel, emeris pulverises ou appliques sur papier, 
cuivre pur ou allie, limaille, plomb, etain brut, zinc, fer brut 
en barres, fer elire, toles de fer laminees, fontes de fer, rails 
de fer, acier en barre, machines a coudre, machines a ecrire, 
machines agricoles, ouvrages en caoutchouc. 

C'est dans cette Iiste que les producteurs canadiens com- 
me les importateurs frangais devraient trouver des directions. 

Jusqu'ici, les exportations canadiennes en France ont 
surtout porte sur les articles suivants: 

1911-1912 

Amiante $ 58,098.00 

Saumon en boite ... 87,347.00 

Homard en boite 760,610.00 

Pois ... 25,786.00 

Instruments aratoires. 

Faucheuses $216,183.00 

Charrues 579°o 

Moissonneuses 230,556.00 

Herses 2,914.00 

Rateaux a foin 66,749.00 

Cultivateurs 50,543.00 

Autrcs machines 33.218.00 

Pieces de rechange 55,656.00 

Ce total constitue a peine la millieme partie de la pro- 
duction industrielle et des ressources naturelles du Canada. 
En effct. la production industrielle et les ressources natu- 
relles ont contribue aux recettes de 1912 pour plus que de 
deux milliards de dollars. Voici d'ailleurs le detail de ces 
recettes. 

Manufactures canadiennes $1,164,775,332.00 

Mineraux -102,291,868.00 

Pecheries 2().965, 433.00 

Forets 165,000,000.00 

Recoltes 565,711,000.00 



iS 



Lb. I'KIX UUUKAISI T, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI —-No 42. 



C'est dans ce total de 2,028,744,333 dollars que Ton trou- 
vera, en les comparand a l'enumeration que nous avons don- 
nee plus haut, la liste des produits canadiens qui devraient 
interesser le marche francais. 

Les exportateurs francais qui font avec le Canada de 
grosses affaires, devraient etre les premiers a se preoccuper 
de cette question, c'est-a-dire une propagande serieuse en 
favour d'ane plus grande consommation des produits cana- 
diens^en France. 

Et quand nous parlons des exportateurs frangais, nous 
n'oublions pas ceux de nos colonies. Les avantages du traite 
franco-canadien s'appliquent non seulement a la France, mais 
a l'Algerie. a la Tunisie, a toutes les colonies et possessions 
franchises et memo aux pays de protectorat de l'lndo-Chine. 
Cette question devrait done interesser les divers gouverneurs 
de nos colonies et possessions. 

M. Revol fait encore une foule d'autres interessantes 
suggestions quand a ce qui regarde, par exemple, les com- 
pagnies de navigation, les Chambres de Commerce, etc. 



LES COOPERATIVES ET LEURS EMPLOYES 



Les societes cooperatives ont suivi des fortunes diverses 
depuis leur naissance. Fourier vit en elles la solution de la 
question sociale par l'application de sa formule: "Union du 
capital, du travail et du talent". 

Elles apparurent aux yeux des collectivistes comme une 
atteinte au principe sacre de la lutte de classe et M. Jules 
Guesde les executa dans une formule biblique: "Les socia- 
listes ne se vendront pas, a-t-il dit, pour un plat de lentilles". 
Puis, il en fut des cooperatives comme des syndicats. Peu a 
peu, les revolutionnaires leur decouvrirent des vertus socia- 
listes et des avantages. Aujourd'hui elles ont conquis droit 
de cite dans le parti qui les a elevees a la dignite de comman- 
ditaires. 

Mais la paix n'est pas de ce monde, et c'est maintenant 
avec le syndicalisme que les societes cooperatives ont maille 
a paitir. Les employes de ces societes se plaignent de leurs 
salaires et des procedes autoritaires dont les camarades co- 
operateurs usent envers eux. II y eut ces temps derniers de 
bruyants demeles et meme des conflits entre ces deux ele- 
ments egalement proletariens. On a pu en lire le recit de- 
taille dans notre "Mouvement social". Les cooperatives te- 
nant actuellement leur congres a Reims, les employes de- 
manderent a y etre admis, afin d'exposer leurs griefs et leur 
desiderata. Leur requete ne fut pas admisc, et c'est en leur 
absence que fut discutee cette question qui les interessait au 
premier chef. 

II faut lire le compte rendu de ce debat pour apprecier 
la vertu de ce qu'on pourrait nommer l'education par le fait. 
Les socialistes devenus cooperateurs raisonnent tout simple- 
ment comme les patrons, dont leurs journaux denoncent 
chaque jour les procedes; mais ils se montrent infiniment 
moins accessibles. Refuser d'entendre leurs employes, ce n'e- 
tait deja pas mal. Ils ont fait mieux. Au nom des interets 
de la cooperation, "embryon de la societe nouvelle", ils leur 
interdisent la greve, le syndicat et meme l'association. Le 
Congres, a l'unanimite moins trois voix, a declare "impossi- 
ble de voir le interets corporatifs se dresser contre l'interet 
de la collectivite et determiner la greve au nom des interets 
particuliers de producteurs contre l'interet general des tra- 
vailleurs consommateurs". II n'y a guere qu'a remplacer les 
mots "travailleurs consommateurs" par "Etat", et on a la 
reconstitution de la formule de M. Briand, s'opposant, au 
nom de l'interet public, a la greve des cheminots. 

Mais les commentaires dont la resolution du Congres 
fut entouree par son auteur, M. Poisson, sont peut-etre en- 
core plus significatifs. M. Louis Barthou n'aurait qu'a les 



reprendre en les appliquant a l'Etat, lui aussi, pour trancher 
la question des associations de fonctionnaires: "On ne voit 
pas vraiment pourquoi, en dehors de considerations amicales, 
les employes s'uniraient, a dit M. Poisson. Quant a adherer 
a leurs syndicats respectifs, a moins que ce ne soit comme 
suite de le'ur profession passee, il est a se demander: qu'est-ce 
qu'ils y vont y revendiquer?" 

A voir comment les traitent les cooperatives, "embryons 
de la societe nouvelle", les travailleurs peuvent apprecier le 
degre de liberte dont ils jouiraient quand cette societe nou- 
velle serait pleinement formee. 

("Le Temps", de Paris.) 



LES MARCHANDS DETAILLANTS 



Les Marchands Detaillants de la Province de Quebec 
ont tenu cette semaine, mercredi et jeudi, leur convention 
annuelle, concurremment avec l'exposition de produits ali- 
mentaires, dans les salons du Mess des officiers du 65e Regi- 
ment. 

Le congres s'est ouvert mercredi matin sous la presi- 
dence de M. A. Laniel, de Montreal,' qui a prononce le dis- 
cours d'inauguration et souhaite la bienvenue aux delegues. 
M. Jos. Picard, de Quebec, a repondu au nom des congres- 
sistes, et la premiere seance a ete declaree officiellement ou- 
verte. 

Les delegues ont siege sans desemparer, mercredi et 
jeudi, et ont fait du beau et bon travail. Nos lecteurs pour- 
ront en juger des la semaine prochaine, alors que nous pu- 
blierons dans notre edition speciale de luxe, du 24 courant, 
le proces-verbal detaille de toutes les seances de la conven- 
tion. 



LA LOI DU TARIF AMERICAIN. 



Au sujet de l'application des articles de la nouvelle loi, 
il semble qu'ils n'ont pas encore ete portes sur l'index de 
telle sorte que tous les nouveaux taux ne pourront etre mis 
en vigueur tout de suite. On est en train de preparer l'index 
et il sera envoye aux officiers de douanes d'ici dans quelques 
jours. En attendant la reception de ces index, le Departement 
du Tresor, a Washington, a emis des ordres pour que Ton ap- 
plique les taux stipules dans la loi Payne-Alderich. 

Ceci ne veut pas dire, bien entendu, que ces droits seront 
percus en fin de compte, mais ils seront simplement imposes 
sur les marchandises arrivant aux Etats-Unis. 

Quand les copies, pour l'index, de la nouvelle loi auront 
ete regues par les perceveurs, on fera la reduction des taux. 
II est tout probable que tous les articles de la nouvelle loi ne 
seront guere appliques avant un mois. 



NOTRE EDITION SPECIALE 



Ainsi que nous l'avons deja annonce, l'edition speciale 
d'automne du "Prix Courant" paraitra vendredi prochain, le 
24 octobre. Nous la recommandons tout specialement a nos 
lecteurs, et leur promettons qu'elle saura les interesser tant 
par les articles nombreux et varies quant aux sujets traites, 
que par les annonces. 

Nous n'avons rien neglige pour en faire un numero re- 
commandable a tous les points de vue, et nous sommes as- 
sures d'avance que les interesses le trouveront digne d'etre 
classe dans leur bibliotheque commerciale. 

Nous prions nos abonnes et annonceurs de bien surveil- 
ler la distribution de cette edition et de nous aviser promp- 
tetnent dans le cas ou il se produrait quelque irregularite de 
service. 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



l 9 




LA BRASSERIE FRONTENAC 



L'INAUGURATION EN A EU LIEU, MERCREDI APRES-MIDI 



Mercredi apres-midi, le 15, avait lieu, a St-Louis du Mile- 
End, l'inauguration officielle de la Brasserie Frontenac, eri- 
gee a Tangle des rues Casgrain, Marnier, de Gaspe, et mise en 
operation depuis quelque temps. Sous la direction du presi- 
dent de la compagnie et de quelques directeurs, les represen- 
tants de la presse ont visite le nouvel etablissement et ont vu 
fonctionr.er les magnifiques machines dont on pourra lire la 
description ailleurs. Nos lecteurs pourront constater par eux- 
memes le but louable poursuivi par la nouvelle compagnie. 
lis y verront encore que la vieille routine a fait place au sys- 
teme moderne, et que rien n'a ete epargne pour faire de cette 
industrie i'egale des maisons de ce genre en Amerique. 

La visite terminee, les journalistes et les agents de pu- 
blicite des differents journaux etaient invites a un delicieux 
gouter servi dans les bureau de la compagnie. M. Beaubien 
presidait et, apres avoir souhaite la bienvenue a tous, il de- 
clara que l'ambition des directeurs et des actionnaires de la 
compagnie a ete de creer en Canada une brasserie qui ne le 
cedat en rien a celles des autres pays. Le meilleur moyen de 
lutter contre l'alcoolisme est de donner a boire un breuvage 
sain, leger, digestible, nutritif. Notre etablissement est tres 
hygienique. 

M. Beaubien fait aussi remarquer que le consommateur 
trouvera son compte en buvant la biere Frontenac. C'est lui 
qui en sera le grand beneficiaire. II espere que l'industrie 
sera utile au pays. 

M. Yorston, du "Standard"; M. Fontaine, de l'Agence 
Canadienne de Publicite, M. Robert, de "La Presse", et autres 
ont aussi adresse la parole. 

La Brasserie Frontenac. 

Avec la reserve caracteristique des hommes qui embras- 
sent de grandes affaires pour les mener a bonne fin, un groupe 
de capitalistes et de chefs d'industrie de Montreal a decide 
que le moment etait venu de doter le Canada d'une grande 



brasserie moderne dans toute l'acception du mot, qui produi- 
rait une biere de qualite, I'egale des meilleures bieres im- 
porters. 

Le projet est devenu une realite. La Brasserie Fronte- 
nac realise le type le plus parfait de construction et d'instal- 
lation que puissent realiser le capital, la science et la con- 
naissance technique et pratique de l'industrie de la brasserie 
— en vue d'obtenir une biere parfaite. 

La biere Frontenac, I'egale des meilleures bieres importees. 

Le but des promoteurs de cette vaste entreprise c'est de 
produire une biere absolument irreprochable, avec l'arome 
des fins houblons de Boheme et la saveur de la meilleure 
biere allemandc, ils' ont fait le necessaire pour l'atteindre et 
resolument. 

Le site — un immense rectangle — forme par les rues 
Casgrain, de Gaspe, Marnier et Bellechasse, en face de la 
gare du Mile-End, sur le C. P. R. La s'eleve le superbe mo- 
nument de brique, d'acier et de ciment, illustre ci-dessus, qui, 
bien que congu en vue de l'industrie a y exercer, n'en pos- 
sede pas moins un cachet architectural plaisant avec le petit 
dome mauresque qui vient couronner la tour de six etages. 

La brasserie est reliee au C. P. R. par une ligne speciale 
qui dessert les batiments sur tout leur longueur et aboutit a 
des plateformes de chargement offrant toutes les faciiites 
pour la reception et l'expedition des marchandises par voie 
ferree. 

L'impression que Ton emporte d'une visite aux differents 
departements, c'est que les conditions hygienique y sont rea- 
lisees a la perfection, partout de la lumiere a profusion, un air 
pur sans cesse renouvele, Tacier et le ciment remplagant le 
bois dans la construction, et amplement d'espace dans chaque 
departement. 

L'ordonnance generale des differents departements at- 



20 



LE PRIX COURANT. Vendredi, 17 Octobrc 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



une entente parfaite des methodes et des besoins de 
l'industrie moderne. 

La description sommaire suivante de l'installaticn, du 
materiel, des entrepots, etc., donnera une idee de la magni- 
tude de l'entreprise et de sa capacite productive. 

Le departement de la force motrice comprend la salle 
des moteurs avec quatre enormes bouilloires Babcock & Wil- 
cox, alimentees au moyen de convoyeurs qui amenent le char- 
bon de l'exterieur. remplissent les soutes et distribuent le 
combustible aux foyers; toutes operations qui se font auto- 
matiquement. 

Dans la salJe adjacente se trouvent deux generateurs de 
60 kilowatt directement relies aux machines a vapeur a haute 
et basse pression du type marin de Bellis & Marcom, qui 
fournissent l'electricite. 

Deux refrigerateurs a ammoniaque, a expansion directe, 
composes de moteurs Corliss et de compresseurs Vilter, for- 
ment un systeme refrigerant parfait. Les volants de ces ma- 
chines ont 20 pieds de diametre. Les compresseurs peuvent 
aussi fonctionner a l'electricite. 

Force motrice. — Chaque appareil est pourvu d'un mo- 
teur independant, qui lui fournit la force motrice requise. Le 
moulin dispose de 7 moteurs de 44 c. v.; la salle de brassage, 
de 9 moteurs de 93 c. v.; les caves, de 8 moteurs de 50 c. v. 

L'approvisionnement d'eau est fourni par un puits arte- 
sien de 590 pieds de profondeur, au moyen d'un tuyau de huit 
pouces qui deverse l'eau dans une citerne d'une capacite de 
25,000 gallons. 

La brasserie est egalement reliee a l'aqueduc de Montreal. 

Les pompes fonctionnent a l'electricite et a la vapeur; 

Les tuyaux a l'eau, pour le chauffage, le gaz, la vapeur, 
etc., a l'exception des tuyaux pour la refrigeration, sont pla- 
ces dans le sous-sol dans un but de controle. 

Le moulin au centre du batiment principal a six etages et 
est surmonte d'un dome dans lequel on se propose d'installer 
un projecteur electrique. 

L'agencement du moulin est interessant avec ses con- 
voyeurs automatiques qui partent de la plateforme qui re^oit 
le malt, le font passer sur une balance enregistreuse automa- 
tique et de la dans trois enormes resevoirs d'une capacite de 
5,000 de malt chacun. Un autre systeme de convoyeurs trans- 
porte le malt des reservoirs dans la salle de brassage. 

Le moulin contient encore un collecteur de poussiere qui 
assure la purete de l'air en aspirant la poussiere produite par 
le moulin ou les convoyeurs. 

La salle de brassage est un des departements les plus in- 
teressants avec son immense tremie installee sur les balances 
automatiques, au-dessus de la colossale cuve-matiere de 18 
pieds de diametre a laquelle est relie un moteur de 25 c. v. 
Sur le meme etage, on voit deux immenses reservoirs d'eau 
d'une capacite de 400 a 500 barils chacun. 

A l'etage au-dessous se trouvent la chaudiere de bras- 
sage, un superbe vaisseau de cuivre d'une contenance de 
10.000 gallons et le nitre cylindrique de 14 pieds de diametre, 
pourvu d'un appareil perfectionne de nettoyage et de de- 
charge. 

Un espace a ete reserve dans cette salle pour l'installa- 
tion d'une seconde cuve de brassage d'une contenance de 
8,000 gallons et d'un second nitre de 16 pieds de diametre. 

A L'etage inferieur se trouve la chaudiere a houblonner 
de 16 pieds de diametre ou se fait la maceration du houblon; 
elle est pourvue d'un nitre tres fin et d'une construction tres 
ingenieuse. 

En rapport avec tous ces appareils, il y a a signaler en- 
core 1111 grand nombre d'instruments de controle qui ajoutent 
a la perfection du materiel. 

Tous ces vaisseaux sont construits en metal, acier et 
cuivre et reluisent de proprete. lis sont tous couverts et les 
tuyaux de raccordement sont parfaitement joints, de sorte 



qu'a partir du moment ou le malt et le houblon entrent dans 
la fabrication, ils sont completement a l'abri du contact de 
l'air. 

Nous penetrons enstiite dans la salle des refroidisseurs 
et des cuves de depot, d'immenses reservoirs en acier d'une 
contenance suffisante pour lo^er la liqueur de malt et de hou- 
blon en cours de route. Void maintenant la salle de fermen- 
tation, differente de celte des autres brasseries et qui contient 
vingt cuves de fermentation d'une contenance de 5,928 gal- 
lons chacune. 

C'est la methode europeenne que Ton suit ici et qui pro- 
duit la veritable biere a'.lemande. Un espace est reserve pour 
l'addition de douze cuves de fermentation supplementaires. 

Nous passons maintenant dans les salles d'entrepot ou 
caves. 11 y a deux caves d'une contenance de 17 reservoirs 
de 8,020 gallons par reservoir, soit un total de 34 reservoirs 
actuellement installes, avec de la place pour une reserve de 
24 de ces reservoirs. 

Ces grands reservoirs cylindriques sont doubles en verre 
vitrifie et se nettoient a la perfection, facilement et avec cer- 
titude de resultat; une lampe electrique placee a l'interieur 
perniet d'obtenir ce qu'il etait impossible de faire a la lueur 
de la chandelle ou d'une lampe — un-e proprete parfaite. 

Le depot a houblon differe egalement des autres instal- 
lations et permet de conserver le houblon sans la moindre 
alteration de ses qualites originrUs et c'est tres important au 
point de vue de la qualite de la biere. 

En sortant de la salle de brassage, nous penetrons dans 
des departements oil les operations sont purement mecani- 
ques, a l'exception de la pasteurisation qui donne au produit 
son cachet final; la salle d'embouteillage ou sont reunis les 
appareils les plus ingenieux pour l'emboutillage rapide eco- 
nomique et hygienique de la biere, la salle de mise en barils, 
de lavage, d'entreposage. Les memes soins, la meme vigi- 
lance que Ton exerce dans les autres departements sont ap- 
portes au moindre detail par les homines en charge. 

Ce qui precede donnera seulement une faible idee de ce 
que represente cette Brasserie Moderne: la biere qu'on y pre- 
pare 1'attesfera d'une faqon plus dermic pour quiconque y 
goutera. Demandez-la done, c'est la biere irreprochable, a 
l'arome des fins houblons, qui possede la saveur de la veri- 
table biere allemande. 

La Biere Frontenac. 

Ce produit delicat represente reellement la biere qui, des 
cuves de la brasserie aux levres du consommateur, n'a d'autre 
contact que le verre et jamais le bois. La biere en bouteilles 
sera distribute dans un empaquetage nouveau en acier con- 
tenant deux douzaines de bouteilles, se fermant par un cou- 
vercle a charnieres. 

Plus a date encore, est le baril tout en acier emaille de 
verre vitrifie avec isolant de liege. 

La Brasserie Frontenac a completement elimine le baril 
en bois et supprime ainsi une cause d'ennui, de depenses et 
de risques pour le produit. 

La Biere Frontenac est un produit de haute qualite, pur 
et delicat au point que ceiil le baril "Perfection" en acier 
emaille de verre avec isolant de liege, est a la hauteur de la 
perfection du breuvage. 

Les homines en charge de la Brasserie, sous la direction 
de l'expert maitre-brasseur. M. Koebler, forment un person- 
nel parfaitement initie a la technique et a la pratique des 
methodes americaines et europeennes de preparation de la 
biere, ces perfectinnnements apportes a l'industrie de la bras- 
serie: ils possedent le secret de produire la biere a l'arome 
des fins houblons de Boheme et a la saveur caracteristique 
des bieres allemandes. 

Goiitez-y: la Biere Frontenac est l'egale des meilleures 
bieres iniportr.es. 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



21 



A L'ECOLE TECHNIQUE. 



La visite des membres de la Chambre de Commerce. 



L'interet que portent continuellement a l'instruction 
technique les membres de la Chambre de Commerce s'est 
manifeste quand tm grand nombre de ces membres se sont 
assembles a 1'Ecole Technique de Montreal, 70, rue Sher- 
brooke, la sernaine derniere, pour inspecter cette ecole. 
M \. Macheras, le principal de cette Ecole, a fait les hon- 
neurs de l'etablissement aux visiteurs. Assiste de son per- 
sonnel et des eleves, il a fait fonctionner toutes les machines 
qui devaient les interesser, de telle sorte que le groupe des 
membres de la Chambre de Commerce semblait etre occupe 
a visiter line serie de manufactures en miniature, mais par- 
faitcs. 

Aux bureaux de l'administration, les membres de la 
Chambre de Commerce ont eu l'occasion d'examiner un in- 
fant exhibit du travail de nombre d'eleves de 1'Ecole. 

Cet exhibit comprenait d'excellents exemples des pro- 
(iuits de la forge, de la fonderie, du travail sur bois, etc.; les 
membres de la Chambre de Commerce visiterent ensuite les 
ateliers, les laboratoires de physique et de mecanique ainsi 
que ceux destines a l'etudc de l'electricite et de la chimie. 

Les visiteurs eurent aussi l'occasion de voir une classe 
d'economie domestique en cours d'etude, ainsi que les eleves 
du cours de cuisine, pendant la preparation des mets. 

Parnii les personnes presentes, en outre de M. Adelard 
Portier, president de la Chambre de Commerce, se trou- 
vaient les officiers et directeurs suivants: 

MM. S.-D. Joubert, Frank Pauze, vice-president; MM. 
W.-U. Hoivin, secretaire, et F.-C. Lariviere, delegue officiel 
de la Chambre au Bureau des Directeurs de 1'Ecole Techni- 
que. Parmi les autres personnes presentes on remarquait 
MM. F.-F. Loisel, Y.-O. Laberge, J.-T. Armand, J.-L.-H. 
Marcil, O. Lemay, A. Brossard, Z. Arcand et O. Fournier. 

Apres l'inspection de l'ecole, M. Adelard Fortier a con- 
gratule officiellement 'le principal du succes evident de l'ecole. 



COMPAGNIES INCORPOREES 



Des lettres patentes ont ete emises par le lieutenant- 
gouverneur de la province de Quebec, incorporant: 

"The Buffalo Securities Company", pour faire toutes 
affaires qui peuvent paraitre a la Compagnie capables d'etre 
convenablement conduites en rapport avec aucune des affai- 
res ci-dessus specifiees ou destinees directement ou indirec- 
tement pour augmenter la valeur de tous les biens ou droits 
de la Compagnie ou les rendre profitables. 

Acquerir ou entreprendre toutes ou aucune partie des 
affaires, proprietes et obligations de toute personne ou com- 
pagnie faisant toutes affaires que la compagnie est autorisee 
a faire, etc. Capital-actions, $19,000, a Montreal. 

Concerts Limited", pour travailler a developper le gout 
musical dans la metropole du Canada en instituant des se- 
ries de concerts sacres populaires le dimanche. Capital-ac- 
tions, $2,000, a Montreal. 

"The Westbury Electric. Light and Power Company", pour 
faire les affaires d'une compagnie d'eclairage, chauffage et 
pouvoir dans toutes ses branches, dans la ville de Cookshire 
et East Angus et ailleurs. Capital-actions, $75,000, a Cook- 
shire. 

"St. Martin Lumber Manufacturing Company Limited", 
pour manufacturer des meubles de toutes sortes, portes, 
chassis, moulures et autres ouvrages en bois et de faire le 
commerce de gros et de detail. Capital-actions, $49,000, a 
St-Martin. 



DES PRODUITS ALIMENTAIRES QUI SE RECOM- 
MANDENT D'EUX-MEMES 



On eprouve un veritable plaisir a signaler a ['attention 
du public des denrees alimentaires d'une qualite aussi irre- 
prochable que celle des articles annonces par la grande mai- 
son d'importation et d'epicerie en gros Laporte, Martin Li- 
mitee. 

Les conserves canadiennes "Victoria" ainsi que les con- 
serves alimentaires importees "Soleil" jouissent a juste titre 
d'une haute reputation. Leur exhibit a l'Exposition d' Epice- 
ne a l'Arsenal du 65eme, avenue des Pins, cette sernaine, a 
excite un tres \ if interet et les tres nombreux visiteurs se 
pressaient autour de l'etalage extremement varie et tres ar- 
tistiquement dispose de la maison Laporte, Martin Limitee. 

Parmi les articles de consommation absolument cou- 
rante, il convient de signaler en particulier l'huile "Minerva ", 
le vin aperitif "Bacchus", le "Banuyuls Bartissol", l'Extrait 
de Malt "Miller" et nombre d'autres dont la reputation n'est 
plus a faire depuis longtemps. 

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur l'annonce 
detaillee qu'ils trouveront dans une autre partie de cette 
edition. 



CE SONT LES CONSOMMATEURS CANADIENS QUI 
PAIERONT LES VIOLONS. 



L'entree en franchise du gros betail canadien, des mou- 
tons, agneaux et pores aux Etats-Unis constitue un change- 
ment peu agreable pour les consommateurs de notre pays. 
On a commence a expedier de forte quantites de betail des 
provinces de Quebec et d'Ontario, et ce, a destination de la 
Grande Republique dont la population est d'environ 95,000,000 
d'ames. Ceci signifie que la viande va etre chere pour les 
Canadiens au debut de l'hiver. Le prix du betail a deja 
commence a s'elever et le prix du boeuf va bientot s'en res- 
sentir. On voit done que ce sont les Etats-Unis qui vont 
ramasser le benefice provenant de l'importation de nos pro- 
duits alimentaires. II semble que Frere Jonathan ait bien 
su ce qu'il faisait quand i! a supprime le droit sur le gros 
betail, les moutons, agneaux et pores du Canada, car il jouira 
du privilege de les payer moins cher, tandis que les consom- 
mateurs Canadiens auront a payer les violons. 



LE TARIF AMERICAIN. 



Les papotages repandus par les journaux. a l'effct que 
la reduction du tarif des Etats-Unis allait nous apporter 
gratuitement toutes les cailles roties du Paradis Terrestre, 
n'auront reussi a contenter que les gogos. 

II est evident que Touverture d'un marche de 95,000,000 
d'babitants, pour l'ecoulement de nos produits, n'abaissera 
pas le cout des articles pour les consommateurs canadiens; 
au contraire, elle entrainera une hausse generate des prix. au 
detriment de la population canadienne. 

Les cultivateurs en retireront le benefice, mais le cout de 
la vie, de ce cote-ci de la frontiere, sera augmente de beau- 
coup du moment ou le nouveau tarif sera entre en activite. 

Si e'est la le "quelque chose gratuit" qui nous est promis, 
il est clair que nos consommateurs aimeraient mieux en etre 
prives. II est evident que nos voisins retireront la plus 
grande part des benefices resultant de la loi; autrement. ils 
lie l'auraienl pas adoptee. 



22 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



LA BONNE RECLAME. 



Li question de l'attitude effective du public a 1'egard de 
la reclame en engendre une autre: "Comment devrait-il au 
mieux se comporter a son egard?-'-'- - 

:I1 ne manque pas de gens, particulierement sensibles a 
ce que la reclame moderne renferme de quelque peu deplai- 
sant et chez qui Tavis doit exister qu'il serait bon et conve- 
nable que- le public fasse aussi peu de cas que possible des 
sollicitations dont la reclame l'assaille. Mais e'est la une 
opinion erronee, parce que la publicite moderne constitue un 
vaste et couteux organisme informant sur les produits, nou- 
veautes et sources d'achats; et enseigner a n'en pas tenir 
compte aboutirait a precher le renoncement a un important 
moyen d'orientation. Or, dans la complexite de nos relations 
actuelles, nous avons fortement besoin d'auxiliaires pour 
trouver notre chemin. II y a souvent de la part du grand pu- 
blic une ignorance regrettable de ce qui concerne les mar- 
chandises et une appreciation et utilisation intusffisantes des 
circonstances econorriiques. Un travail d'eclaircissement sur 
ce a quoi Ton reconnait la bonne marchandise, sur les nou- 
veautes dernieres et ce qui les caracterise, bref, sur beaucoup 
de questions, est de toute necessite. La reclame pour un 
objet determine, par exemple, pour un nouvel appareil de 
chauffage et d'eclairage aura vite une action bien plus pro- 
fonde que celle qui etait directement visee par l'annonceur. 
Elle incitera les gens a reflechir et a faire en quelque sorte 
la critique des installations de chauffage et d'eclairage qu'ils 
ont chez eux, comme, pour donner un exemple pris en dehors 
de la vie commerciale, la propagande faite en faveur d'une 
oeuvre d'art particuliere pourra developper l'interet porte a 
I'art en general. Ce qu'il faut, e'est done user intelligem- 
ment, — et non les ignorer par principe, — des moyens d'in- 
•formation rendus necessaires par le vaste deploiement des 
transactions modernes. Mais que ce service de nouvelles ne 
soit pas irreprochable, et que, au lied d'apporter de pures 
informations, il fasse jouer mille artifices, la faute en est a 
un haut degre a l'indolence du public, laquelle est cause qu'il 
ne suffit pas d'offrir quelque chose de bon ou d'attirer sur 
cela l'attention, mais qu'il faut repeter cent fois la meme 
chose pour qu'une seule fois elle soit entendue et prise en 
consideration. 

Si, cependant,- le public est souvent indifferent et merae 
defiant a l'egard de la reclame, la faute en reste avant tout a 
la reclame, qui aussi a a le payer cher. Les mensonges et, 
notamment, les exagerations dont temoigne la reclame, ainsi 
que son frequent manque de gout, ont provoque cette re- 
serve. Et cette mefiance enleve souvent meme a la publicite 
loyale une bonne partie du sticces, sans compter que pour la 
vaincre il faut de grandes depenses. "Si le public croyait aux 
annonces, dit une revue etrangere ("Printers' Ink," New- 
York), les grandes annonces seraient superflues et une courte 
note suffirait. C'est seulement lorsqu'elles inspireront con- 
fiance que les annonces porteront tous leurs fruits." 

Nous avons dit expressement que des "fautes de gout" 
aussi bien que des tromperies runinent la confiance du pu-' 
blic. Mais on peut accorder que, dans certaines circonstan- 
ces, pour certains articles et pour certains milieux, une re- 
clame humoristique, une phrase lapidaire et "haute en cou- 
leurs" ou quelque ragout du meme .genre sont efficaces. II 
est vrai qu'a cote de ces essais-la ayant reussi s'en trouve un 
nombre superieur de plus oumoins manques. 1 Rienn'est plus 
ridicule qu'un trait d'esprit sans esprit. Et c'est encore plus 
deplace quand il s'agit d'annoncer des objets d'utilite pra- 
tique pour l'acquisition desquels entrent en jeu surtout des 
considerations positives. Au reste, nulle. chose ne rnerite 
d'etre annoncee, si elle ne comporte pas quelque particularite 



susceptible d'interesser; et mettre en relief cette particularite 
de fagon concise et frappante; telle est la tache principale de 
la publicite. 

Nous avons eu deja l'occasion d'exprimer ailleurs l'idee 
que, d'un point de vue qui serait plus "economique", une an- 
nonce apparait d'autant plus precieuse qu'elle offre dans son 
contenu plus de renseignements d'utilite pratique. Un emi- 
nent specialiste allemand remarque la-dessus que souvent de 
pareils renseignement manquent aux annonces, parce que les 
concurrents battent la grosse caisse et abondent en exagera- 
tions, de sorte que dans ces conditions des explications ob- 
jectives, vraies et mesurees n'auraient pas aupres du public 
l'efficacite voulue. 

Cette opinion, dont je ne veux pas contester l'exactitude, 
est deja remarquable parce qu'elle met en pleine lumiere les 
defauts de la reclame moderne. Ma propre pensee, dont je 
parlais tout a l'heure, se concilie d'ailleurs tres bien avec elle. 
II suffit de distinguer entre l'interet de l'annonceur, lequel 
coincide avec l'efficacite des annonces, et l'interet de la co- 
ciete. De ce dernier point de vue, en effet, l'utilite de la re- 
clame ne depend pas tant des affaires qu'elle aide les annon- 
ceurs a realiser, que des renseignements utiles qu'elle apporte 
au public. 

Et je crois encore que dans la pratique on s'exagere beau- 
coup l'efficacite des annonces a forme sensationnelle. Dans 
un travail paru en annexe d'un rapport annuel de l'Ecole 
publique de Commerce de Leipzig, Dettloff Mueller declare 
que, du point de vue commercial, il suffit d'attirer l'attention 
et, sous ce rapport-la, loue, si nous le comprenons bien, une 
annonce parue a l'epoque tres souvent dans les journaux 
allemands et qui employait la tournure "pour couper court", 
avec l'image d'un chat auque'l on coupe la queue. Nous nous 
rappelons a ce propos qu'un jour M. Ernest Growald, dans 
une conference de la "Societe des Amis de l'Affiche", a Ber- 
lin, demanda aux auditeurs s'ils ne connaissaient pas cer- 
taines annonces remarquables, et on constata que l'aspect de 
certaines annonces etait bien present a l'esprit de tous, mais 
personne ne peut indiquer a quoi elles se rapportaient. Parmi 
elles se trouvait aussi l'annonce du chat auquel on coupe la 
queue. Nous doutons que ce soit la le but de la publicite. 
La raison psychologique de ce fait est que Ton ne peut son- 
ger a deux choses a la fois, — au trait d'esprit en meme 
temps qu'a l'objet annonce, — et alors c'est le trait d'esprit 
qui le plus souvent absorbe l'attention. Une statistique dont 
l'etablissement ne nous est pas, a vrai dire, plus amplement 
connu, a consigne qu'en 1892, environ 15 pour cent, et en 
1909 moins de 8 pour cent des annonces de revues ameri- 
caines contenaient des illustrations et formules appelees "ir- 
relevants," e'est-a-dire sans aucun rapport positif avec l'ob- 
jet annonce. 

A un autre egard, on peut mesurer l'avantage qu'il y a 
pour l'annonceur a aiguiller ses annonces dans le sens de 
l'article a vendre — au lieu de les en rendre independantes — 
et a leur donner un fond plus objectif. En general, nous 
conseillons de repartir I'ensemble des lecteurs d'une annonce 
en trois categories. La premiere comprend ceux qui sont de- 
ja en quete d'une chose de l'espece offerte, par exemple, en 
fait d'annonces de voyages en commun, ceux qui ont deja 
projete un pareil voyage, et en fait d'annonces de rasoirs de 
surete, ceux qui sont deja fatigues d'aller chez le coiffeur, 
etc.; nous les nommons pour parler bref, les veritables in- 
teresses. A une categorie totalement opposee appartiennent 
ceux qui surement d'ici a un temps indefini ne voudront ou 
ne pourront acquerir l'objet annonce; ce sont les indiffe- 
rents. Entre les deux categories il y en a une autre, celle 
des interesses possibles, qui, a la verite, en raison de leur 
situation personnelle ou sociale entrent en ligne de compte 
pour un achat, mais actuellement n'y pensent pas encore. Il 



Vol. XLVI — No 42. 



,h PRIX COURANT, Vendrcdi, 17 Octubre 1913. 



23 



est elair maintenant que lc premier groupe est generalement 
le plus important, parce que e'est lui qui promet le succes 
ie plus rapide. Le groupe des interesses possibles comprend 
ae nombreuses nuances et transitions — peut-etre des per- 
si nines qui sont deja tres pres d'un achat de l'espece en 
question, et d'autres aussi dont il faut d'abord complete- 
nient eveiller l'interet pour cela. Plus elles se trouvent pres 
de l'achat et plus il est important et urgent pour l'annonceur 
ue nc rien ueghger aupres d'elles. Le groupe des indifferents 
a pour celui-ci la moindre importance, car le role du non- 
aclieteur — bien que, d'apres ce qui en a ete dit, il ne soit 
pas tout a fait a passer sous silence — est cependant a coup 
sur assez niodeste. 

En outre, d'autant plus quelqu'un eprouve deja un be- 
soin que l'article annonce peut satisfaire, d'autant plus quel- 
qu'un se trouve dispose a une acquisition, et d'autant plus 
ce sera un sur moyen de le porter a lire une annonce que 
de lui faire reconnaitre au premier coup d'oeil ce dont il 
s'agiit dans l'oftre en question. Et alors e'est l'interet meme 
du lecteur qui le porte a faire bon eccueil a cette annonce. 
Par contre, il importe peu de provoquer par un hors d'oeu- 
vre fantaisiste une lecture fugitive de l'annonce de la part 
de centaines de gens qui la laissent de cote aussitot qu'ils 
reconnaissent a quoi elle aboutit. Mais, des qu'entre en 
compte un interesse reel ou possible, l'annonce doit lui pre- 
senter quelque chose qui fasse impression. A coup sur, ce 
n'est point tache facile et puis ce n'est pas l'affaire de la re- 
clame seule, mais bien de tout l'organisme industriel, qui 
doit precisement pouvoir realiser quelque chose d'interes- 
sant. Le redacteur de la reclame doit connaitre a fond l'ob- 
jet a lancer ainsi que l'art de le lancer. Un travail hatif et 
superficiel est loin de suffire a la tache. II faut etre pleine- 
nient fixe sur ce qu'il importe d'inculquer au public et sur 
les moyens propres a atteindre ce but. Comrae le "Times'" 
le racontait dans une interessante etude sur "Commercial 
advertising", une fabrique pour produits photographiques 
entreprit la-bas une grosse campagne de publicite; et l'orga- 
nisateur de cette campagne consacra trois mois a l'etude de 
la fabrication de ces produits, avant de passer a la confec- 
tion des annonces, brochures, etc. 

Quelque chose de semblable est raconte d'une agence 
de publicite americaine qui envoie ses "copy-writers", char- 
ges de la redaction du texte, dans les fabriques et les fait 
travailler- a la vente, pour qu'ils puissent surement decouvrir 
des arguments efficaces. Certes, tout n'exlge pas une aussi 
longue preparation. Mais il est incomprehensible que Ton 
rencontre des annonces inserees a prix d'argent et qui por- 
tent ostensiblement la marque de la precipitation ou de l'e- 
tourderie. Recemment on voyait une annonce offrant des 
echantillons et listes de prix mais n'indiquant nullement les 
articles ou la branche dont il s'agissait. Le fabricant d'un 
pretendu remede contre une maladie quelconque, meconnais- 
sant etrangement quel est l'objet d'un traitement, s'appuie 
sur celte pensee que celui qui use de son remede en usera 
toujours, ce qui rappelle la fameuse annonce: "Des milliers 
de gens ont pris de mes pilules et vivent encore", ainsi de 
suite. 

Si nous nous sommes permis ici de dire un mot de la 
Forme exterieure que revet la reclame, ce n'etait certes pas 
pour aller sur les brisees des praticiens. Nous ne voudrions 
non plus aucunement recommander pour tous les cas une 
sorte de reclame doctrinaire et ratiocinante et encore moins 
une reclame seche et froide qui n'engendrerait que de ces 



an n. mces qu'on ecrit, mais qu'on ne lit pas. 'Nous apprecions 
bien plutot l'importance de la suggestion, ce qu'a d'exprcs- 
sion et ce que fait d'impression une gravure vraiment artisti- 
que et meme, nous le repetons, a l'occasion l'utilite de deux 
grans de sel. Schopenhauer, qui plus est, croit devoir faire 
preceder son principal ouvrage philosophique d'une plaisan- 
terie, comme si dans cette vie, essentiellement a double sens, 
il y avait a peine un feuillet trop serieux pom comporter un 
trait de ce genre. Pourquoi done cela serait-il interdic pour 
"annoncer" des fixe-moustaches ou des bretelles de panta- 
lon? Nous voulons seulement dire que les annonces recla- 
ment avant tout un ton serieux et objectif joint a l'intention 
de renseigner vraiment, d'attircr l'attcntion non pos de 
nombreux curieux, mais des personnes qu ela chose interesse, 
et puis de mettre reellement a profit cette attention. Le de- 
veloppement de cette tendance aurait, entre autres resultats, 
celui de faire s'effacer davantage les fautes d goiit si peu 
avantageuses au prestige de la publicite tout entiere, et de 
rendre les annonces plus remarquables en meme temps que 
plus remarquees. II a ete deja mis au service du commerce 
et de l'industrie tant d'esprit et meme tant de genie que la 
marche en avant de la publicite ne viendra certes pas se 
heurter a des obstacles insurmontables. Mais ce progres de- 
pend d'une elevation de la qualite de la reclame, non de sa 
quantite. La capacite d'absorption du public pour l'encre 
d'imprimerie est certainement deja epuisee. 



L'EXPOSITION D'EPICERIE. 



Ainsi que nous l'avions prevu, l'Exposition de Produits 
Alimentaires qui s'est ouverte samedi dernier, dans les salles 
d'exercice du 65e Regiment, avenue des Pins, a obtenu un 
tres beau succes. 

Le commerce et le public s'y sont portes en foule chaque 
jour, avec le resultat que de nombreuses et importantes com- 
mandes ont ete enregistrees par tous les exposants. 

Les salles sont superbement decorees, mais les plus 
beaux ornements sont encore les exhibits qui, a part leur 
luxe, sont disposes avec beaucoup d'art. Chacun des expo- 
sants a voulu rivaliser avec ses concurrents, et le resultat de 
tous ces efforts a donne Ce spectacle magnifique que des 
foulcs considerables vont admirer sans cesse. 

Au rayon du "Prix Courant", nous avons regu d'innom- 
brables visites, et fourni des renseignements qui nous ont 
valu de nombreuses felicitations sur notre organisation d'in- 
formations commerciales. 

Nous nous reservons de faire, dans notre edition speciale 
du 24 courant, une etude complete et detaillee des exhibits 
montes par les maisons suivantes: 

Reckitt & Sons, Limited; Lake of the Woods Milling 
Co.; James Stewart Manufacturing Co.; National Cash Re- 
gister Co.; La Societe Francaise de Specialites Alimentaires; 
Imperial Tobacco Co. of Canada; Win. ("lark. Limited; H. J. 
Heinz & Co.; Laporte. Martin & (ie; Imperial Ice Cream 
(n.. Ltd.: X. K. Fairbank Co.; Nugget Polish Co.; D. S. 
Perrin Co.; T. A. Lytic Co.: Forbes & Xadeau: Toledo Scale 
Co.; Dominion Register Co.; Robert W. Hogg;- Borden Milk 
Co.; Walter Baker Co. 



24 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 4; 



QUELQUES BONS CONSEILS 



Le "McCluze Magazine" de Chicago, a publie derniere- 
ment line brochure de laquelle nous extrayons les neuf con- 
seils suivants: 

i° Au lieu de s'efforcer a gagner la confiance du pu- 
blic, pourquoi y a-t-il des annonceurs qui tablent seulement 
sur sa eredulite? 

2° Au lieu de faire tranquillement des affaires, il y a 
certains annonceurs qui visent tout bonnement a exasperer 
les gens. » 1 J 

3° Au lieu de s'attacher a l'exclusivite de la repetition 
du merite d'un article, d'autres gaspillent leur temps et leur 
argent a decrire les defauts d'un produit similaire. 

4° Au lieu de demeurer au niveau de l'intelligence de 
leurs lecteurs, certains entendent soulever par une pedante- 
rie ridicule qui leur fait employer des mots que le peuple ne 
sait pas comprendre. 

5° Au lieu de s'en tenir aux principes elementaires de 
la raison, des ecrivains d'annonces usent de termes aussi exa- 
gerement laudatifs, que la verite elle-meme ne semble plus 
vraisemblable. 

6° Au lieu de chercher a produire simplement sur le 
lecteur une impression favorable, quelques autres semblent 
ne rien faire pour leur reputation, sauf d'en souligner l'insta- 
bilite. 

7° Au lieu de rechercher un marche accessible ou Ton 
puisse ecouler une marque connue, d'autres sont seduits par 
des expedients qui consistent a attaquer plusieurs marches 
a la fois. 

8° Au lieu de rechercher a evaluer la puissance d'achat 
d'une somme de clientele determinee, on voit des annonceurs 
qui se contentent des premiers resultats obtenus par leur 

9° Au lieu de preferer negocier, sous une certaine de- 
pendance, mais avec loyaute, il y en a qui trouvent tres ha- 
bile de se pretendre concessionnaires speciaux d'une mar- 
que, concession qui ruinerait apparemment celui qui l'accor- 
derait. Et, au lieu de se rendre compte qu'un tel privilege 
voulait une loi economique, ces memes fabricants sont aveu- 
gles au point de ne pas voir que de telles transmissions ne 
peuvent etre faites que pour des marchandises sans valeur 
veritable. 

Partant de la, lorsqu'un hommc tente une entreprise 
quelconque dans le but d'augmenter son bien-etre et so for- 
tune, il ne faut pas qu'il donne au public la moindre raison 
de discuter son affaire et que, dans ses annonces, il ne pre- 
sente pas autre chose que le produit meme de son industrie. 
Si on observait toutes ces regies, elles procureraient certai- 
nement plus d'amis que d'ennemis et les affaires ne risque- 
raient pas de pericliter. 



"Victoria Hide and Skin Co., Limited," pour faire des 
affaires comme marchands de cuirs et peaux. Capital-actions, 
$99,900, a Victoriaville. 

"The Canadian Clarendon Marble Company, Limited," 
pour faire des affaires comme marchands en gros et en de- 
tail de marbre, granit, etc. Capital-actions, $100,000, a Saint- 
Jean. 

"Electric Manufacturing Company of Canada, Limited", 
pour faire des affaires comme ingenieurs d'electricite et dc 
mecanique. Capital-actions, $100,000, a Montreal. 

"P. and L. Liquor Company, Limited," pour acheter, 
vendre, importer, exporter toutes sortes de boissons, etc. 
Capital-actions, $50,000, a Montreal. 

"P>ritish Canadian Film Company, Limited," pour manu- 
facturer, produire, posseder des pellicules photographiques, 
etc. Capital-actions, $200,000, a Montreal. 

"Model Dairies, Limited," pour faire des affaires comme 
producteurs, exportateurs, importateurs, etc., de produits de 
laiterie, etc. Capital-actions, $1,000,000, a Montreal. 

"John Findlay, Limited," pour faire des affaires comme 
agents d'immeubles. Capital-actions, $50,000, a Montreal. 



NOUVELLES CHARTES. 



1 .a "Gaze-He du Canada" publie les nouvelles chartes ac- 
cordees sous le sccau du Secretaire d'Etat du Canada. Voici 
celles qui ont trait aux nouvelles compagnies ayant leur prin- 
cipale place d'affaires dans la province de Quebec: 

La "Gordon Wilcocks and Co., Limited," pour acheter, 
vendre, trafiquer de toutes sortes de tissus, garnitures, etc. 
Capital-actions, $75,000, a Montreal. 



PRECEPTES POUR LES DETAILLANTS. 



Passez souvent en revue votre stock de fagon a ne pas 
vous laisser manquer d'un article. Rien ne produit un effet 
plus deplorable vis-a-vis du client que la reponse suivante: 
"Je regrette, mais il me manque precisement tel article, je 
l'aurai prochainement, repassez done dans quelques jours." 
II y a neuf chances sur dix pour qu'en pareil cas le ; consom- 
mateur aille se faire servir ailleurs. 



* * 

Soyez toujours a l'affut de la nouveaute. Ayez du flair 
pour savoir deviner ce qui plaira au public. II y a certains 
articles qui obtiennent des leur apparition une vogue consi- 
derable aupres de la foule; soyez les premiers a les tenir en 
stock en quantite suffisante pour repondre a ce premier c 
qui sera peut-etre de courte duree. 



feu 



* * 

Renouvelez souvent vos pancartes. Les cartes et ensei- 
gnes defraichies sont de mauvais avocats aupres du consom- 
mateur. Celui-ci, a la vue de cet exterieur neglige, peut pen- 
ser a juste titre que les marchandises tenues par un detaillant 
aussi peu soigneux ne doivent pas etre de premiere proprete. 



AVIS PUBLIC 



AVIS PUBLIC est par les presentes donne par la suc- 
cession de la feue Anna Kelly, veuve de Patrick John Durack, 
qu'elle va adresser une requete pour obtenir un acte special 
a la prochaine session de la Legislature de la Province de 
Quebec en vue d'autoriser la vente de la propriete de ladite 
succession ainsi que de celles de sa soeur, la feue Catherine 
Kelly et de son pere, feu William Kelly et dans le but d'e- 
clairer tous les doutes au sujet de 1'effet de leurs testaments 
ainsi que d'autres questions. 

Montreal, 15 octobre 1913. 

BLAIR, LAVERTY et HALE, 

Procureurs pour les Demandeurs. 



Vol. XL VI — No 4. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



25 



Epicerie et Provisions 



LA SITUATION. 

Le commerce continue a etre assez 
actif mais il ne s'est ricn produit de re- 
marquable pendant les derniers jours. 
Les prix se maintiennent bien. 

Nous cotons: 

SUCRES 

Nous cotons: 
Extra granule, sac, les 100 lbs. 
Extra granule, ball, 5 x 20, 100 lbs. 
Extra ground, baril les 100 lbs. 
Extra ground, bte 50 lbs. 100 lbs. 
Extra ground, i bte 25 lbs., 100 lbs. 
No 1 Yellow, baril les 100 lbs. 
No 1 Yellow, sac les 100 lbs. 
Powdered, baril 100 lbs. 
Powdered, bte 50 lbs. les 100 lbs. 
Paris Lumps, i bte 25 lbs. 100 lbs. 
Crystal Diamond, btes 100 lbs. 
Crystal Diamond, i bte 50 lbs. 

les 100 lbs. 
Crystal Diamond, i bte 25 lbs. 

les 100 lbs. 
Crystal Diamond, Domino, 20 

cartons 5 lbs. les 100 lbs. 1 

Sucres bruts cristallises, lb. ( 

Sucres bruts non cristallises, lb. < 

Ces prix s'entendent au magastn 
vendeur a Montreal. 

MELASSES 
Tres bonne demande. 
Barbade, choix, tonne 
Barbade, tierce et qrt. 
Barbade, demi qrt. 
Melasse, fancy, tonne 
Melasse, fancy, tierce et 

M ^, Uart c , ■ 

Melasse, fancy, demi qrt. 0.43 0.44 0.46 

Les prix s'entendent; iere' colonne, 
pour territoire ouvert; 2e colonne, pour 
territoire combine; 3e colonne, 
Montreal et se s environs. 

LARD AMERICAIN 
Iere qualite, le quart 
2eme qualite, le quart 

SAINDOUX 
Bonne demande. 



4.40 
4-50 
4.80 
5-00 
5.20 

4-05 
4.00 
4.60 
4.80 
5-45 
5.15 

5-2.5 

5-45 

• 35 
.04 
.c>3i 
du 



0.36 0.37 0.39 
0.39 0.40 0.42 
0.41 0.42 0.44 
0.38 0.39 0.41 

0.41 0.42 0.44 



pour 

28.00 
27.00 



Saindoux pur, en tinette 
Saindoux pur, en seau 
Saindoux pur, cse de 10 lbs. 
Saindoux pur, cse de 5 lbs. 
Saindoux pur, cse de 3 lbs 
FARINES ET PATES 

TAIRES 
Pates alimentaires 

Bonne demande. 

Nous cotons: 
Arrow root, boite de 7 lbs. 
Farin e Five Roses, qrt. 
Farine Five Roses, sac 
Farine Household, ort. 
Far. "Regal", qrt. 
Far. oatente hongroise, 
Farine a patis. Ocean, 
Far. "Regal", sac 
Far. d'avoine granulee, sac 
Far. d'avoine standard, sac 
Farie d'avoine fine, sac 
Farine d'avoine roulee, brl. 
Farine d'avoine roulee, sac 
Farine de sarrasin, sac 
Far. de ble-d'Inde, sac 



La lb. 

o.isi 
3.15 
0.16 
o.i6£ 
o.i6i 
ALIMEN- 



qrt. 

qrt. 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
O.00 



0.15 
6.25 
3.25 
6.25 
6.70 
6.40 
5.85 
3.20 
2.70 
2.70 
2.70 
5.10 
2.40 

2-75 
9,2$ 



O.OO 
O.OO 
0.07i 

0.06 



4.00 

5-75 
0.07 J 

o.o62 



0.00 1. 35 



0.00 
0.00 
0.00 



0.27I 
0.05* 
0.07 



0.00 0.07J 






00 





07J 





00 





08 





.04* 





•05 





.04* 





.05 





04$ 





.05 



Banner, Saxon et Quaker 

Uats, et Ogilvie, caisse 
Cream of wheat, cse 
Fecule de mais, ie qlt6, lb. 
Eecule de mais, 2e qlte, lb. 
Eecule de pommes de terre, 

qrts de 1 lb., doz. 
Vermicelle, macaroni et) 

spaghetti Canadiens btes 

de s lbs., lb. 
En vrac 
Paquets de 1 lb. 

Nouillettes aux oeufs: 
Paquets de i lb., lb. 
Spaghetti, pates assorties: 

alphabets, chiffres, anj- 

maux nouilles, coudes, 

importfts en vrac, lb. 

En paquets de 1 lb. " 

Tapioca pearl, en sac, la '" 
Tapioca seed, en sac, la " 
Sagou " 

FROMAGES CANADIENS 

Bonne demande. 

Les fromages petits et gros se ven- 
dent aux epiciers 16c et 16J/2C la livre. 
VINAIGRE 

Nous cotons, prix nets: 
Bollman, cruches paillees, 4 

gall. imp. cruche 0.00 2.20 

Domestique triple, cruches 

paillees, 4 gal. imp. cruche 0.00 1.25 

72 grains. l e gall. o.OO 0.12 

88 grains, le gall. 0.00 0.15 

1 18 grains (proof), le gall. 0.00 0.19 

THES 

La demande reste tres bonne et le 
marche est plus ferme; avis aux ache- 
teurs qui se sont tenus jusqu'ici sur la 
reserve. 

EPICES PURES. GRAINES ET SEL 

Bonne demande courante. 

Nous cotons: 

Allspice, moulu lb. 0.00 0.18 

Anis " 0.08 0.09 

Canary Seed " 0.08J 0.09 

Cannelle, moulue " 0.00 0.25 

Cannelle en mattes " 0.18 0.22 

Clous de girofle moulus ' 0.00 0.30 

Chicoree canadienne " 0.12 0.13 

Clous de girofle entiers 0.25 0.27 

Colza " 0.06 0.08 

Creme de tartre 0.00 0.30 

Gingembre moulu ■ " 0.00 0.25 

Gingembre en racine " 0.17 0.20 

Graine de lin non moul. " o.03i 0.04 

Graine de lin moulue " 0.06 0.07 

Graine de chanvre " 0.05J 0.07 

Macis moulu 0.00 0.75 

Mixed spices moulues 0.00 0.25 

Muscade^noulue 0.00 0.50 

Muscade 0.20 0.35 

Piments (clous ronds) " 0.07J 0.10 

Poivre blanc rond " 0.25 0.27 

Poivre blanc moulu " 0.00 0.28 

Poivre noir rand " 0.15 0.17 

Poivre noir moulu 0.00 0.20 

Po.ivre.de Cayenne pur 0.00 0.25 

Whole pickle spice " 0.16 0.20 

Sel fin en sac 1-35 

Sel fin en i de sac 0.00 0.45 

Sel fin, quart, 3 lbs. 0.00 3.25 

Sel fin, quart, 5 lbs. 0.00 3.15 

Sel fin, quart, 7 lbs. 0.00 3.05 



Sel fin. en quart de 280 .■»». 

Ordinary fine 0.00 1.80 

Fine 0.00 2.05 

Dairy 0.00 2.15 

Cheese 0.00 2.45 

Gros sel, sac 0.65 0.80 

ORGE 

Legumes sees. 

Nous cotons: 
Orge monde (pot), sac 0.00 3.00 

Orge monde (pot), baril 0.00 6.75 
Feves de Lima de Cal., lb. 0.07 0.07I 
Orge monde (pearl), sac 0.00 4.85 
Feves blanches, Can., lb. 0.03 0.03$ 
Feves jaunes minot 2.00 2.10 

Lentilles rouges, par sac, lb. 0.05 0.06 
Lentilles vertes, par sac, lb. 0.06 0.07 
Pois Verts, No 1 lb. 0.04! 0.04* 

Pois casses, le sac o.03i o.03i 

Ble-d'Inde a soupe, cass6, 
le sac 
RIZ 

La demande est bonne. 

Nous cotons: 

Riz import.es: 
Riz Patna, sacs de 112 lbs., 

suivant qualite lb. 0.05! 

Riz Carolina 0.08 

Riz moulu 0.00 

Riz souffle (puffed) cse de 

36 paquets de 2 pintes 0.00 

Riz decortiques au Canada: 

Les prix ci-dessous s'entendent 
Montreal. 

Qualite B, sac 250 lbs. 0.00 

Qualite C, sac 100 lbs. 0.00 

Sparkle 0.00 

India Bright (sac de 100 lbs) 0.00 
Lustre 

Polished Patna 
Pearl Patna 
Imperial Glace Patna 
Crystal Japan 
Snow Japan 
Ice Drips Japan 

FRUITS SECS 

Assez bonne demande. 

Nous cotons: 

Dattes et figues: 
Dattes en vrac 1 lb. 0.00 

Dattes en pqts de 1 lb. o.o6i 

Figues seches en boites, 

3 couronnes lb. o.oq} 

7 couronnes lb. 0.13I 

5 couronnes lb. 0.1 ii 

6 couronnes lb. 0.13 

9 couronnes lb. 0.14J 
16 onces bte o.nl 

10 onces bte 0.07I 
Raisins de Corinthe. 

Corinthe Filiatras, en vrac o.o6i 
Corinthe Filiatras en car- 
tons 1 lb. 0.07I 
Raisins de Malaga. 
Rideau bte 0.00 
Balmoral bte 0.00 
Orleans bte 0.00 
Royal Excelsior bte 0.00 

Raisins Sultana. 
En vrac ' 0.00 

Cartons, 1 lb. 0.00 

Raisins de Valence. 
Valence fine off Stalk, btes 

de 28 lbs. 000 

Valence Selected, btes de 
28 lbs. 0.00 



o . 00 2 . 40 



0.06 
0.09 
0.06 

4-25 
fob. 

3 .30 

3- 20 

5-io 

3-4S 

3-55 

40 

60 

QO 

10 

3o 

45 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
o 00 
0.00 



o.osi 
0.07 

o toi 
0.14 

O. 12 

o.i3i 
0.15 
o. 12J 
0.08 
Lb. 
0.07 

0.08 
Lb. 
2.50 
3.00 
4.00 

5<° 
Lb. 
0.10 
o. 11* 
Lb. 

0.00 

0.00 



26 



LE PRIX COURANT, Vendredi, ly Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



Valence Layers, 4 cour., 
btes de 28 lbs. 0.00 o.ogi 

Raisins de Californie. Lb. 

Epepines, paq. 1 lb., fancy 0.00 0.09$ 
Epepines, paq. 1 lb., choix 0.00 0.08* 
Noix et Amandes. Lb. 

Amandes Tarragone 0.15J o.iji 

Amandes Valence ecalees 0.38 0.40 
Avelines 0.13 0.14 

Noix de Grenoble Mayette 0.15 0.16 
Noix Marbot 0.15 0.16 

Noix de Bordeaux ecalees 0.31 0.33 
Noix du Bresil 0.20* o.2ii 

Noix de coco rapees, a la lb. 0.20$ 0.224" 
Noix Pecan polies 0.18 0.19 

Noix Pecan cassees 0.00 0.00 

Peanuts non roties, Sun 0.00 o.o<ji 
Peanuts non roties, Bon Ton 0.00 0.11 
Peanuts non roties, Coon 0.00 o.oji 
Peanuts roties, Coon 0.09 0.09* 

Peanuts roties, G. 0.09} o.ioi 

Peanuts non roties, G. 0.00 0.08 

Peanuts roties, Sun o.iol o.ni 

Peanuts roties, Bon Ton 0.12J o.i3i 
Pruneaux 30/40 0.00 0.11 

Pruneaux 40/50 0.00 o.ogi 

Pruneaux 50/60 0.00 o.o8i 

Pruneaux 60/70 0.00 0.07I 

Pruneaux 70/80 0.00 0.07 

Pruneaux 80/00 0.00 O.06I 

Pruneaux 00/100 0.00 0.06 

Fruits evapores. Lb. 

Abricots, boite 25 lbs. 0.00 0.14} 

Nectarines 0.00 0.11 

Peches, boite 25 lbs. 0.00 o.ogi 

Poires, boite 25 lbs. 0.00 0.124 

Pommes tranchees, evapo- 
rees, btes de 50 lbs. 0.00 o.o6i 

Pelures de fruits. Lb. 

Citron 0.10} 0.11 

Citronelle o.i6i 0.17 

Orange 0.11J 0.12 

CONSERVES ALIMENTAIRES 
Conserves d« Legumes 
Tres bonne demande. 
Nous cotons: 

No 1 No a 
Asperges (Pointes), 2 lbs. 2.05 3.00 
Asperges entieres can., 2 lbs. 0.00 2.25 
Asperges Californie, 2} ibs. 0.00 3.35 
Epinards 2 lbs. 0.00 1.60 

Betteraves tranchees, 3 lbs. 0.00 1.30 
Ble dTnde 2 lbs. 0.95 0.97} 

Ble d'Inde en epis, gal. 0.00 4.77! 

Catsup, bte 2 lbs. doz. 0.00 0.85 

Catsup au gal. doz. 0.00 5.00 

Champignons hotel, boite 0.134" 0.14} 
Champignons, ier choix 0.20 0.21 
Champignons, choix, btes 0.17 0.18 
Choux de Bruxelles imp. 0.17 o.t8 
Choux-fleurs * 2 lbs. 0.00 1.65 

Citrouilles 3 lbs. 0.00 0.824" 

Citrouilles gal. 2.52} 2.55 

Epinards j?al. 0.00 5.30 

Epinards 2 lbs. 0.00 1.25 

Epinards 3 lbs. 0.00 1.75 

Epinards imp. bte 0.12 0.13 

Feves Golden Wax, 2 lbs. 0.824" 0.85 
Feves Vertes 2 lbs. 0.82* 0.85 

Feves de Lima 2 lbs. 0.00 1.35 

Flageolets importes bte 0.13} 0.15 
Haricots verts imp. bte 0.13 0.17 

Macedoine de legumes, bte 0.10 0.16 
Marinades en seau, 5 gal. 0.00 2.25 
Petits pois imp. moyens bte o.n o.ii} 
Petits pois imp. mi-fins bte o.n 0.12 
Petits pois imp., fins. bte 0.16 0.17 
Petits pois imp. ext. fins, bte 0.17 0.18 
Petits nois imp., surfins. bte (manquent) 
Pois Can. English Garden 0.80 0.82J 
Pois Can. Early June 0.82J 0.85 

Pois Can. Ext. Fine Sifted 0.00 1.27$ 
Succotash 2 lbs. 0.00 l.iq 

Tomates P. S. T. 3 lbs. 0.00 1.60 

Tomates P. S. I., 3 lbs. non 



livrees 0.00 0.00 

Tomates, 3 lbs., doz. 1.35 1.4. 

Tomates, gall. 4.00 4.02} 

Truffes, j boite 5.00 5.40 

1$ lb. 0.00 2.25 

Ananas importes 2I lbs. 0.00 2.40 

Ananas entiers (Can.) 3 lb. 0.00 2.45 

Ananas tranches (Can.) 2 lb. 0.00 1.90 
Ananas rapes (emp. Can.) 

2 lbs. 0.00 1.45 

Bluets Standard doz. 0.00 1.25 
Cerises rouges sans noyau, 

2 lbs. 1.90 I.92J 

Praises, sirop epais, 2 lbs. 1.90 1. 924 
Framboises, sirop epais, 

2 lbs. 1.90 1.92J 
Gadelles rouges, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1 .90 
Gadelles noires, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1.90 
Groseilles, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 1 .75 

Marinades can. 1 gal. gal. 0.00 0.80 

Olives, 1 gal. gal. 1.27$ 1.70 

Peches jaunes 2 lbs. 0.00 1.50 

Peches 3 lbs. 0.00 2.25 

Poires (Bartlett) 2 lbs. 1.75 i-77$ 

Poires 3 lbs. 2.35 2.37J 

Pommes 3 lbs. 0.00 1. 10 

Mures, sirop epais 2 lbs. 0.00 1.90 

Pommes StandarJ gal. 2.52$ 2.55 
Prunes Damson, sirop epais, 

2 lbs. 1. 10 1. 15 
Prunes Lombard, sirop epais, 

2 lbs. 0.00 I.021 

Prunes de Californie, 2$ lb. 0.00 2.74 
Piunes Greengage, sirop 

epais 2 lbs. 0.00 1.30 

Rhubarbe Preserved, 2 lbs. 0.00 1.50 

Cerises blanches doz. 0.00 2.25 

Cerises noires doz. 0.00 2.40 

Framboises doz. 0.00 2.40 

Mures doz. 0.00 2.40 

Gadelles rouges doz. 0.00 2.40 
Conserves de poissons 
Tres bonne demande. 
Nous cotons: 
Anchois a l'huile (suivant 

format) doz. 1.60 4.50 

Caviar J lb. doz. 5.15 5.25 

Caviar i lb. doz. 10.00 10.25 

Crabes 1 lb. doz. 3.75 3.00 

Crevettes en saumure, 1 lb. 0.00 1.60 

Crevettes sans saumure, 1 lb. 0.00 1.80 

Finnan Haddies doz. 1.35 1.40 
Harengs frais, importes. 

doz. 1. 15 1.20 

Harengs marines, imp. " 1.45 1.65 

Harengs aux Tom., imp. " 1.45 1.40 

Harengs kippered, imp. " 1.50 1.70 

Harengs canadiens kippered 0.95 1.00 
Harengs canadiens, sauce 

tomates 0.95 1.00 

Homards, bte h., 1 lb. " 6.25 6.40 

Homards, bte plate, £ lb. " 3.50 3.60 

Homards, bte plate, 1 lb. " 6.40 6.60 
Huitres (solid meat), 5 oz. 

doz. 0.00 1.40 
Huitres (solid meat), 10 oz., 

doz. 0.00 2.00 

Huitres 1 lb. 0.00 1.50 

Huitres 2 lb. 0.00 2.45 
Maquereau, tin 1 lb., la doz. 

0.00 1.45 
Morue No 2 lb. (manquel 
Morue grosse en quart lb. (manque) 
Royans aux truffes et aux 

arhards bte 0.17 0.1R 

Sardines can. J bte, cse 3.50 4.00 
Sardines francaises, i btes 0.16$ 0.31 

Sardines frangaises. I btes 0.22 o.no 

Sardines Norvege. } bte 7.50 11.00 

Sardines Norveere. 4" bte 17. 00 18. 00 

Sardines Rovan a l'huile, } 0.40 0.42 

Sardines s.ans aretes 0.23 0.24 



Saumon Labrador >ioo lbs. 0.00 8.50 
Saumon Cohoes, Fraser 

River, 1 lb. 0.00 1.40 

Saumon rouge: 
Horse Shoe et Clover Leaf, 

boite basse, k lb. doz. 1.50 1.524 
Horse Shoe et Clover Leaf, 

boite basse, 1 lb. doz. 2.65 2.674 
Saumon rouge Sockeye 

(Rivers' Inlet), bte hau- 
te, 1 lb. doz. 1.90 
Saumon rouge du printemps, 

bte haute, 1 lb. doz. 0.00 1.65 

Saumon Humpback, 1 lb. 

doz. 0.00 t>. 95 
Truite des mers 100 lbs. 0.00 7.25 

HARENGS DU LABRADOR 

Quarts 5.50 

i quarts 3.10 

FROMAGES IMPORTES 

Bonne demande. 

On cote le fromage de Gruyere: 

Fromage entier de 26J lbs. ou de 80 
lbs., 28c a 30c la livre. 

En quantite moindre, 28c la livre. 

Le fromage de Roquefort se vend de 
32c a 33c la lb. et le Limbourg, 24c la 
livre. 

On cote encore: 
Gorgonzola lb. 0.25 

Edam " 0.24 

PRODUITS CHIMIQUES ET 
DROGUES 

Nous cotons; 
Acide borique, brls de 336 lbs., lb. 0.10 
Alun, barils de 336 lbs. " o.oil 

Alun, barils de 112 lbs. " 0.02 

Arcanson, lb. 0.03! 0.041 

Blanc d<* -~— se, brls de 336 lbs. 0.55 
Boic .peche, pqt de J lb. 0.03! 

100 .~^ 0.65 

Borax en cristaux, brls de 336 

lbs. lb. 0.05 0.06 

Boules a mites " 0.00 0.00 

Camomille " 0.00 0.40 

Campeche (Extrait de) : 

boites de 12 lbs. " 0.00 0.11 

btes 24 lbs., pqt 1 lb. " 0.11 0.12 
Camphre, la livre 0.00 0.75 

Carbonate d'ammoniaque, 

brls 112 lbs., 4 lbs. 0.15 0.20 

Cire blanche lb. 0.40 0.45 

Couperose, brls 370 lbs. " 0.01 0.02 
Creme de tartre lb. 0.24 

Gelatine rouge en feuilles " 0.60 
Gelatine blanche en feuilles " 0.35 
Gelatine Knox en feuil.. doz. T.25 1.30 
Gomme arabique lb. 0.15 0.16 

Houblon presse. lb (manque) 

Lessive commune doz. 0.35 

Lessive commune grosse 3.75 

Paraffine pour cierges, lb. 0.10 0.12 
Platre a terre. sac 100 lbs., sac 0.70 
Poudre insecticide 1h. 0.00 O.50 

Resine blanche " 0.03} 0.05 

Resine G.. suiv quant. " 0.02I 0.03* 
Salpetre en cristaux. brls 

T12 lbs. lb. 0.05 0.06 

Sel i Medecine o.ot 0.02 

Sel d'Epsom sac 224 lb.. " o.oil 0.03 
Soda a nate. 112 lbs 0.00 2.00 

Soda a laver: 
Sacs 224 lbs., too lbs. 0.75 0.80 

Soude caustinue en mor. lb. 0.00 0.02J 
Soiifre en batons. brl« 316 

1bs. lb. o "fl 0.01 

Soufre motilu «acc tt2 lh T.fis T.70 
Tmirteanv de lin monlu. sac t no T.70 
Vitriol. Virlc o r/v+ o.ot 

BOUGIES CTKRGF.S FT HUILES 
DE SANCTUATRF 

Nous cotons: 
B. Paraffine en vrac. boite de 40 lbs.: 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Veudredi, 17 Octobre 1913. 



«7 



6 a la lb. lb. 0.00 0.07i 

u a la lb. " O.OO O.io 

8. 1'araftine, 6 a la lb. O.08 O.09 

B. 1'araffine, 12 a la lb. o.oSi o.oyi 

B. Stearique, 14 oz. 6 et 12 0.00 0.12J 

B. Stearique, 16 oz. 6 et8 0.14 0.15 

Cierges approuves, lb. 0.00 0.37J 

Huile de 8 jours, gallon 1.20 1.30 

PLATS EN BOIS 

Nous cotons: 

Carres de i lb., crate 0.00 0.45 

Carres de 1 lb., crate 500 0.00 0.90 

Carres de 2 lbs., crate 500 0.00 1.02J 

Carres de 3 lbs., crate 0.00 0.574 

Carres de 5 lbs., crate 0.00 0.72! 

CUVETTES EN BOIS 

Nous cotons: 

Cuvette No 0, la doz. 10.50 

Cuvette No I, la doz. 9.00 

Cuvette No 2, la doz. 7.50 

Cuvette No 3, la doz. 6.50 
BALMS 

Nous cotons: 

A longs manches 0.00 2.75 

Avec manches ordinaires La do* 

2 cordes 2.25 

3 cordes 2.50 

4 cordes 2.75 

5 cordes 3-50 
Le papier manille, 13 x 17, est cote 

20c. 

EPINGLES A LINGE 

Epingles ordinaires: 

Boites de 5 grosses, la bte 0.75 

Ei ingles a ressort: 

boites de 2 grosses, la bte 0.00 

PAPIER D'EMBALLAGE 

Papier Manille en rouleaux. 0.03} 

Papier brun en rouleaux 0.03 

MECHES, BRULEURS ET VERRES 

DE LAMPES 

Nous cotons: 

Meches No 2 lb. 0.22 

Meches No 2 " 0.15 

Meches No o " 0.12 

Bruleurs No 2 doz. 0.85 

Bruleurs No 1 " 0.65 

Bruleurs No o " 0.65 

Bruleurs, dessus verre (A) " 1.65 

Bruleurs, dessus verre (B) " 1.00 

Cheminees (climax) No 2 " 0.60 

Cheminees (climax) No 1 " 0.45 

Cheminees (climax) No " 0.45 

Cheminees (Bonanza) No 2 " 0.95 

Cheminees (Bonanza) No 1 " 0.75 
SAVON DE CASTILLE 

Le savon de Marseille en morceaux se 
vend $4.25 la caisse et de 9c a 10c la Iivre, 
poids net, blanc ou marbre. 

GRAISSE A ROUES 

On cote: 
Graisse Imperial, en lot* de 

grosse doz. 0.57! 

Caisse de 4 doz. " 0.60 

Graisse au mica. 
Boites de 1 lb. (par 3 doz.) 

doz. 0.90 0.95 

Boites de 3 lbs. (par doz.) doz. 2.25 
HUILE D'OLIVE 

Nous cotons: 

Huile Loublon: 

Pintei 0.00 2.25 

Chopines 0.00 1.20 

1 chopines 0.00 0.60 

L'huile d'olive Barton et Guestier est 
rotee: 

Orts 7.75 8.00 

Y ta 4.37s 4.50 

* P** 2.45 2.50 

HUILE DE CASTOR 

Nous cotons: Gro^e Doz 

Bouteilles de 1 oz. 3.60 0.3? 



Bouteilles de 2 oz. 5.00 0.45 

Bouteilles de 3 oz. 6.00 0.55 

Bouteilles de 4 oz. 7.25 0.O5 

HUILE DE FOIE DE MORUE 

Nous cotons: $1.75 a $2.00. 

Bouteilles carrees de 16 onces, $3. 75 
la douzauie; chopines, $2.40 la douzaine; 
i chopines, $1.75 la doueaine. 
HUILE DE COTON 

Nous cotons: 
Au baril 1.10 1.25 

HUILE DE RICIN PHARMACEU- 
TIQUE 

Nous cotons au quart, par hvre, 9is. 
le gallon, $1.25, en estagnon, par livre, 
yc a ioc. 

VASELINE 

Nous cotons: 
"Bleu Seal" 

Blanche No 1 grosse 10.00 

Blanche No 2 " 19.20 

Jaune No 1 " 6.72 

Jaune No 2 " 14.40 

BALAIS 

D'enfant, 2 cordes 0.00 1.10 

D'enfant, 1 corle 0.00 0.85 

Manches de faubert (mop), doz. 1.20 

HUILE DE PETROLE 

Nous cotons: 

Pratt's Astral Oil jol. O.ia 

Standard Acme legal. 0.17! 

GRAINS ET FARINES 

Marche de Chicago 

Le marche du ble a ete nerveux au de- 
but de la semaine. Les prix ont baisse 
de ££c.a %c. Le mais a faibli de %c a ic, 
l'avoine de J y 4c a y%c, par suite de ma- 
noeuvres de baissiers. 

Marche de Montreal 
Grains 

Les affaires ont ete assez actives sur 
le ble de printemps du Manitoba en rai- 
son de l'augmentation de la demande des 
aclieteurs etrangers. Les arrivages de 
ble pendant la semaine ont ete de 1,366,- 
679 boisseaux, au lieu de 1,362,944 pen- 
dant la semaine correspondante, l'an der- 
nier. 

On a remarque tine bonne demande 
d'avoine pour expedition aux tEats-Unis 
depuis que le nouveau tarif a ete adopte. 
Les prix se sont eleves de J4c a Y%z par 
boisseau. Somme toute, neanmoins. le 
marche est calme, le No 1 de l'Ouest ca- 
nadien se vend de 41c a 4iJ4c; extra No 1 
pour fourrage de doy 2 c a 40^4c; No 1 
pour foiiffrage de 39^c a 40c le boisseau, 
ex-magasin. Arrivages pendant la se- 
maine, 17,482 boisseaux, au lieu de 59,736 
pendant la semaine precedente et 295,296 
pendant la semaine correspondante, l'an 
dernier. 

II y a eu une assez bonne demande 
pour le mais Argentin de la part d'ache- 
teurs etrangers et des ventes de lots de 
wagons s'elevant a 78,000 boisseaux ont 
ete effectuees a 79c par boisseau, ex- 
magasin. 

Le marche de l'orge est calme. Le 
No 3 du Manitoba est offert a 53c: le 
No 4 a 52c le boisseau. L'orge de l'On- 
tario pour malt se vend 65c le boisseau. 
ex-magasin. 

Xous cotons: 
Avoine CAV. No 2 0.41 0.41 i 

Avoine C.W. No 1 Ext. Fd 0.40J 0.41 
Avoine CAV. No 3 0.40 0.40* 

Avoine Que. et Ont. No 2 0.38 0.38} 
Avoine Que. et Ont. No 3 0.36J 0.37 
Avoine Que et Ont. No 4 manotie 

Sarrasin ("48 lbs.) 0.58 0.60 

Ble-d'Inde seche au four manque 



Ble-d'Inde jaune No 3 0.81J. 0.02 

(.Ble-d'lnde nouveau.) 

1 1 1 < > n 1 c c 0.51 0.53 

Marche de Montreal 
Farines 

Affaires plus actives sur la farine de 
ble du printemps pour le compte de I'ex- 
portation en raison du fait que la deman- 
de des acheteurs etrangers a ete plus ^e- 
nerale. Les premieres patentes se ven- 
dent a $5.70, les secondes a $5.20; lis 
strong clears a $5 le baril, en barils, et 
a 30c par baril de moins en sacs. La de- 
mande pour la farine de ble d'hiver est 
plutot calme. Les straight rollers se ven- 
dent de $4.60 a $4.75 par baril, en baril, 
et de $2.05 a $2.10 le sac en petits lots; 
les lots de wagons se sont vendus de 
$1.90 a $2.00 le sac; les extras se vendent 
de $1.75 a $1.80, la farine pour le betail 
de $1.40 a $1.60 le sac. 

Arrivages de farine pendant la semai- 
ne: 75,502 sacs, au lieu de 56,035 pendant 
la semaine correspondante, l'an dernier. 
Exportations pendant la semaine: 88,519 
sacs, au lieu de 108,790 pendant la se- 
maine correspondante, il y a un an. 
Issues de ble et avoine roulee. 

La demande continue a etre bonne 
pour les issues de ble. Le ton du marche 
est ferme: les prix sont inchanges a $22 
pour le son, $24 pour les shorts et $27 
pour les middlings, par tonne, sacs com- 
pris. Bonnes affaires sur les moulees; les 
prix se maintiennenf bien; pur grain, $30 
a $32; melange, $28 a $29 la tonne. Ame- 
lioration de la demande pour l'avoine 
roulee; marche plutot' plus actif et prix 
soutenus: l'avoine roulee se vend de $4.40 
a $4.50 le baril, en barils, et de $240 a 
%2.\2y 2 le sac. Demande assez bonne 
pour la farine de mais a $4.66 le baril, en 
barils, et a $2.15 le sac. 

Arrivages d'avoine roulee pendant la 
semaine derniere: -9,520 sacs, au lieu de 
330 pendant la semaine correspondante, 
l'an dernier. Exportations pendant la se- 
maine: 6,220 sacs et'230 caisses, au lieu 
de 6,092 sacs pendant la meme saison, il 
y a un an. 

Nous cotons: 

Patente* du printemps: 
Royal Household' 2 sacs 5- 60 

Five Roses 2 sacs 5.60 

Glehora 2 sacs 5.10 

Harvest Queen 2 sacs 5.10 

Fortes a Boulanger: 
Bakers Special 2 sacs 4.90 

Manitoba S. B. 2 sacs 4.90 

Keetob 2 sacs 4.90 

Montcalm 2 sacs 4.90 

Patentes d'Hiver: 
Straight rollers 2 sacs 5.00 

Hurona (a patisserie) 2 sacs 5.80 

A do 2 sacs 5.30 

Farine de ble-d'Inde blanc pour 

boulangers, 2 sacs 4.40 

Farine de ble-d'Inde pour engrais 

2 sacs 4.50 

Farine d'avoine: 
Avoine rouKe. sac de 90 lbs. 2.32 

Avoine roulee. baril , 4-90 

Issues de bl6: 
Son Man., au char, tonne 20.00 

Gru Man., au char, tonne 22.00 

Middlings d'Ontario. au char. 

tonne 27.00 28.00 

Moulee pure, au char 32.00 34-00 

Monl^ melanpee. au rhar ' 30. OO 31.00 

FOIN PRESSE ET FOURRAGE 

March6 de Montreal 

Ton plus ferme. Les prix se sont ele- 
ves de 50c a $1 la tonne. Le commerce 
local est assez actif; lots de wagon de 



23 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



The Ogilvie Flour Mills Company, [ 




DOUZIEME RAPPORT ANNUEL 

Pour TAnnee Terminee le 31 Aout 1913 



LES PROPRIETES ACCUSENT UN SURPLUS DE $2,000,000 SUR LES VALEURS EN LIVRE. 

ACHALANDAGE REDUIT A UN DOLLAR. 



REVENUS DE 13.27 POUR CENT SUR LE STOCK ORDINAIRE 



L'assemblee generate annuelle des actionnaires de la 
Ogilvie Flour Mills Co., Limited, a eu lieu au bureau-chef de 
la Compagnie a Montreal, le 9 octobre 1913, sous la presi- 
dence de M. C.-R. Hosmer, president. 

Entre autres personnes presentes, mentionnons: 

M. C.-R. Hosmer, Sir Montagu Allan, C.V.O., M. H.-S. 
Holt. M. W.-R. Baker, l'hon. Lionel Guest, M. W.-A. Black, 
M. Shirley Ogilvie, M. W.-H. Evans, M. A.-J. Brown, 
M. C.-R. Black, M. Chas. Chaput, M. T.-H. Christmas, 
M. S.-A. McMurtry, tresorier, et M. G.-Alfred Morris, 
secretaire. 

Le president a lu le rapport suivant des directeurs: 

Un bilan, faisant voir l'actif et le passif de la Compagnie, 
ainsi que les profits pour l'annee ecoulee, est soumis. 

Les comptes de la Compagnie ont ete audites par 
'MM. Creak, Cushing et Hodgson, comptables certifies, dont 
le rapport est presente ici meme. 

Les directeurs peuvent dire avec confiance que les diffe- 
rents moulins. elevateurs et autres proprietes de la Compa- 
gnie ont ete maintenus a leur plus haut degre d'efficacite, et 
qu'ils font le travail le plus efficace. 

La minoterie et l'elevateur de la Compagnie a Medicine 
Hat ont ete completes et ont bien fonctionne dans la der- 
niere partie de juillet. La Compagnie croit qu'avec des mi- 
noteries a Medicine Hat, Winnipeg, Fort William, et deux 
moulins situes d'une fagon centrale a Montreal, on ne saurait 
trop vanter sa position strategique. 

Une recente estimation des proprietes de la Compagnie, 
faite par des evaluateurs competents, etablit que leur valeur 
reelle excede de plus de $2^000.000 le chiffre auquel elles figu- 
rent dans les livres de la Compagnie, et en consequence les 
directeurs se sont trouves justifies d'ajouter $830,304.03 de 
cet excedent aux comptes des proprietes. Avec $160,694.97 
reporte du compte de profits et pertes, cela permet a la 
Compagnie de rediiire 1'item de $1,000,000 pour la clientele, 
les marques de commerce et les droits de brevets, au chiffre 
nominal d'un dollar. 

On demandera aux actionnaires d'autoriser remission 
d'obligations a 6 pour cent sur premiere hypotheque, un 
montant de $600,000, obligations qui seront connues sous le 
nom de "Serie C"; leur produit sera employe aux depenses 
necessities par le moulin a farine de Medicine Hat et les 
elevateurs recemment construits et acquis par la Compagnie. 

Les directeurs regrettent le deces survenu en novembre 
dernier de leur ami et collegue Sir Edward S. Clouston, Bart, 
qui etait directeur de la Compagnie depuis son organisation 
et dont ies sages conseils etaient toujours au service de la 
Compagnie. La place laissee vacante a ete remplie par l'e- 
lection de M. A.-M. Nanton, de Winnipeg, qui est fixe dans 
le Nord-Ouest canadien depuis de nombreuses annees et dont 
l'experience est aussi tres precieuse pour la Compagnie dont 
les interets sont tres importants dans cette partie du pays. 

Les dividendes usuels ont ete payes pendant l'annee sur 
les actions ordinaires et privilegiees. 

Le tout respectueusement soumis. 

CHAS. R. HOSMER, 

President. 



Le president proposa l'adoption de ce rapport ainsi que 
celle de l'etat financier; cette motion fut secondee par 
M. H.-S. Holt et adoptee. 

Directeurs et Officiers. 

Les messieurs suivants ont ete elus directeurs de la 
Compagnie pour l'annee courante: 

M. C.-R. Hosmer, Sir Montagu Allan, C.V.O., M. H.-S. 
Holt, M. Charles Chaput, M. Georges Drummond, M. Shirley 
Ogilvie, M. W.-A. Black, M. H.-W. Norton, M. A.-M. 
Nanton. 

Et MM. Creak, Cushing et Hodgson ont ete nommes 
auditeurs. 

A une assemblee subsequente des directeurs les officiers 
suivants ont ete nommes: 

M. C.-R. Hosmer, president; M. W.-A. Black, vice-presi- 
dent et directeur-gerant; M. S.-A. McMurtry, tresorier; 
M. G.-Alfred Morris, secretaire; M. J.-R.-W. Papineau, se- 
cretaire-adjoint; M. George-M. Heath, surintendant general; 
M. F.-H. Thompson, surintendant; M. R.-R. Dobell, gerant, 
Winnipeg; M. George-A. Coslett, gerant, Fort William; 
M. Henri Merrill, gerant des ventes, province de Quebec; 
M. J.-E. Weeks, gerant des ventes, province d'Ontario. 

A une assemblee generate speciale des actionnaires tenue 
immediatement apres la fin de l'assemblee annuelle, on a 
sanctionne la creation d'une nouvelle emission d'obligations 
en or, a six pour cent, premiere hypotheque, sonnue sous le 
nom de Serie C, s'elevant a $600,000.00, laquelle emission sera 
garantie par la nouvelle minoterie de la Compagnie e Medi- 
cine Hat, ainsi que par plusieurs elevateurs interieurs recem- 
ment construits et acquis. Ces obligations seront offertes a 
la souscription a une date rapprochee. 



Ogilvie Flour Mills Company Limited 



Bilan au 31 aout 1913. 

1 

i ■ ii 

ACTIF. 

Especes en mains $ 3.049-88 

Billets recevables ... 68,226.97 

Comptes ouverts recevables (moins 

les provisions pour toutes les 

eventualitesl 1,406,315.44 

Quantite en mains de ble, fleur, avoi- 

ne, grains non moulus, sacs et ba- 

rils 1,280.847.25 

Ecuries, ameublement de bureau, etc. 45,678.00 

Placements 184,310.90 

Actif total , $2,989,328.44 



Vol. \ I . \ I — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



29 



fmmeubles, pouvoirs d'eau et mino 
teries a Montreal, Winnipeg, Fort 
William et Medicine Hat. Eli 
teurs au Manitoba, Alberta et Sas 
katchewan, propriete a St. John, 
N.K.. et < »ttawa, droits de brevets, 
etc., jusqu'au 31 aoiit [912 ... ...$4,258,475.40 

Montant ajoute durant l'annee pour 
I'achevement de la minoterie, a 
Medicine Hat, les elevateurs addi- 
tionneis dans l'interieur du pays 
el l'elevatcur terminus a .Montreal. 802,628.45 

5,061,103.85 
Augmentation de la valeur des pro- 
prietes (apres deduction du reste 
du cout de tous droits brevetes) 
transported au compte de surplus 
du capital 830,304.03 

Clientele, marques de commerce, etc., 
jusqu'au 31 aout 1912 1,000,000.00 

Moins le montant de sur- 
plus du capital trans- 
porte $830,304.03 

Montant transports du 
compte des profits et 

pertes 169,694.97 

999,999 00 



5,891,407.88 



Fonds de pension * 

» (bligations stir premiere hypothe- 
que 

1 ompte de capital — Actions privi- 
legiees 

I ompte de capital — Actions ordi- 
naires 

Compte des profits et pertes: 

Montant au credit le 31 aout 1912.$ 510,483.01 
Profits nets pour l'annee 576,734.80 

$1,087,2.17.81 
Moins: 

Interet sur obligations ...$105,000.00 
Dividendes sur stock pri- 

vilegie 140,000.00 

Dividendes sur stock or- 
dinaire 200,000.00 



04,100.76 
1,750,000.00 
2,000,000 . 00 
2,500,000.00 



1. 00 



3,737-3-2 



PASS IF. 

Banque de Montreal 

t'omptes payables 

Reserve pour interet sur obligations 
et dividendes a date 

Obligations courantes 



$1,447,850.32 
535,013.40 
111,250.00 

2,094,113.72 



445,000.00 

$642,217.81 
Montant deduit pour clientele et 

marques de commerce, etc 169,694.97 

472,522.84 

$8,880,737.32 
Obligations indirectes: 

Billets de clients sous escompte: $431,091.00. 

Nous avons verifie les livres de la Compagnie pour l'an- 
nee iinissant le 31 aout 1913, et nous certifions que le tableau 
ci-dessus est un rapport exact des affaires de la Compagnie a 
date, comme le demontrent les livres. 

CREAK, CUSHING & HODGSON, 

Auditeurs. 



No 1. $14.50 a $15, extra No 2, $13.50 a 
$14; No 2, $12.50 a $13 la tonne, ex-voie. 

Nous cotons: 
Foin No 1, pour livraison 

immediate $13.00 $13.50 

Tres bon. No 2 12.00 12.50 

No 2 10.00 10.50 

la tonne, en lots de wagon ex-voie. 

Marche facile sur place. 

BEURRE 

Marche anglais 

MM. Mills & Sparrow nous ecrivent 
de Londres a la date du 3 octobre 1913: 

Le commerce a ete plutot calme pen- 
dant la semaine et il semblerait que le 
Wouvement de hausse, meme pour les 
beurres de premier choix. ait atteint son 
maximum, pour le temps actuel; pour les 
beurres de qualites secondaires, les affai- 
re- sont tres peu actives. II y a une tres 
forte difference entre les beurres de pre- 
mier choix et ceux de qualites secondai- 
res en cc moment et il est peu probable 
que cet ctat de choses se modifie d'ici a 
quelque temps. 

Australien. — Petits arrivages par les 
vapeurs "Argyllshire," "Ayrshire" et 
"Orphir". En bon etat. Les qualites su- 
perieures se sont vendues facilement. On 
attend des arrivages plus considerables. 

Danois. — Le marche est inchange et 
Ks affaires sont plus calmes. 

Francais. — Prix inchanges, les arri- 
vages de choix sont un peu moins consi- 
derables, j g| i 



Irlandais. — Les prix ont un peu faibli. 
Le temps a ete tres favorable pour la 
production a ce moment de l'annee. 

Siberien. — Arrivages bien moins con- 
siderables a Londres, cette semaine: 9130 
caisses. Demande satisfaisante pour les 
beurres de premier choix, mais desap- 
pointante pour les autres. 

Nous cotons: 



Danois — - 






ier Choix 


132/0 


i34/o 


Siberien — 






ier Choix 


104/0 


108/0 


Bon a choix 


98/0 


102/0 


Confiserie 


90/0 


94/0 


Francais — 






ier Choix 


120/0 


126/0 


Bon a choix 


1 1 2/0 


1 16/0 


Confiserie 


94/0 


1 00/0 


Trlandais — 






Cremerie, sale 


120/0 


124/0 


Cremerie, sans sel 


122/0 


124/0 


Manufacture, sans sel 


96/0 


108/0 


Victorien — 






Pas d'arrivages. 






Nouvelle-Galles du Sud— 






ier Choix, sale 


1 1 4/0 


1 1 6/0 


Choix, sale 


106/0 


1 12/0 


Bon, sale 


1 00/0 


104/0 


ier Choix, sans sel 


1 16/0 


1 1 8/0 


Choix, sans sel 


108/0 


1 1 2/0 


Terre de la Reine — 






ier Choix. sale 


1 1 2/0 


1 16/0 


Choix, sale 


104/0 


108/0 


Bon. sale 


1 00/0 


102/0 


ier Choix, sans sel 


1 1 4/0 


1 16/0 


Choix. sans sel 


104/0 


108/0 


Nouvelle-Zelande 


L 


iquide 



HALLE AU BEURRE ET FROMAGE 

DE TEMISCOUATA. 

Vente tenue a Trois-Pistoles, le mar- 
di 4 aout 1913: — 800 boites de beurre 
vendues a A. A. Ayer & Co., a raison de 
23 H cents la livre. 

FROMAGE 
Marche anglais 



MM. Mills & Sparrow 
de Londres a la date du 3 

Le marche a ete tres 
pendant toute la semaine, 
tout des offres plus basses 

Nous cotons: 

Canadien — 
ier Choix, blanc 
ier Choix, colore 
Choix, blanc et colore 

Nouvelle-Zelande — 
Blanc et colore 



nous ecrivent 
octobre 1913: 

desappointant 
en raison sur- 
du Canada. 



65/0 66/0 
65/0 66/0 
64/0 66/0 



Liquide 



Prix vendants aux epiciers 

Fromage fort, blanc, a la meule 

au morceau 
Fromage de Gruyere 27c a 

Fromage Oka 
Beurre, choix 

Beurre, choix, en bloc d'une- livre 
Oeufs strictement frais 
Oeufs frais en boites de carton 

d'une douzaine 
Oeufs No 1 
Oeufs choisis 



I7c 

18c 

28c 

23c 

30c 

30 ^jc 

39c 

40c 
28c 
3ic 



3o 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



Table Alphabetique des Annonces 



Almanach Commercial .... 52 

Assurance Mont-Koyal 31 

Baiter & Co. ( Walter) 14 

Banque de Montreal 34 

Banque d'Hochelaga 34 

Banque Nationale 34 

Banque Molson 34 

Banque Provinciale 34 

Belauger & Belanger 32 

Bell Telephone Co U 

Bowser, S F. & Co 6 

Bright Light Co 33 

British Colonial Fire Ass. .. 31 

Brodie & Harvie 14 

Canada Cement Co., Ltd. . . 46 

Canada Life Assurance Co.. 31 

Canada Starch Co. Ltd^ 4 

Can. Fairbanks Morse Co. . 8 

Canadian Salt Co 9 

Can. Shredded Wheat Co. . 10 

Cane Wm. & Sons Co. Ltd.. 5 

Church & Dwight 10 

Cie d'Assurance Mutuelle 

du Commerce 31 

Clark, W"i 15 

Connors, Bros 16 

Cottam Bart 3 2 

Couillard Auguste 3 2 

Cour du Banc du Roi 34 



Dalton Adding Machine Co. 5 

Desmarteau Alex 32 

Dom, CannersCo., Ltd.... 3 

Dom. Cartridge Co 41 

Esiuhart & Evans 30 

Federal Life Assurance Co. 30 

Fontaine Henri 32 

Fortier Joseph 32 

Gagnon, P. -A 32 

Garand, Terroux & Cie... . 32 

Gendron Mfg. Co 38 

Gillette Co. Ltd., [E. W.] 16 

Gonthier & Midgley 32 

Grand Trunk Railway 48 

Greening Wire Co 40 

Gunn Langlois & Cie 8 

Hamilton Cotton Co 48 

Harding J. W 50 

Hotel New Victoria, 32 

Hotel St-Maurice 33 

Hutton Jas 38 

Imperial Tobacco Co 11 

Jamieson R. C 45 

Jonas & Co. .Henri Cou^erture 2 



Lacaille, Gendreau & Cie.. 14 
Lake of the Woods Milling 

Co. , Ltd Couvert 

Laporte, Martin & Cie, 

Limited Couvert 

La Prevoyance 31 

La Sauvegarde 30 

Lelievre A. J 15 

Leslie & Co., A. C 38 

Liverpool & London & Globe 30 

Lufkin Rule Co 45 

Marion & Marion 32 

Martin-Senour 42 

Mathieu (Cie J. L.) 13 

Matthews- Laing Co 9 

Maxwell & Sons (David) .. 40 

Mc Arthur, A 38 

Metropolitan Life Ins. Co . 30 

McClarv Mfg. Co Couvert 

McGill Cutlery Co 45 

McLaren &Co.(D.K.) .... 38 

Montbriand, L. R 32 

Moatreal-Canada Ass. Co. . 31 

Montreal Dairy Co 13 

Mooney Biscuit Mfg. Co. . 14 
Morrow Screw, Ltd,, The 

John 48 

Mott, John P.. & Co 15 

Nova Scotia Steel Co 34 



O'SheaJ. P 38 

Pret Immobilier Limited. . . 15 

Prdvoyants du Canada, (Les) 30 

Prevost & B6dard 32 

Quebec Steamship 34 

Record Foundry 49 

Rolland & Fils, J. B 32 

Smith Harold E 9 

Soci£t6 des Eaux Purgati- 
ves Riga 33 

Stanley Rule & Level 40 

St. Lawrence Sugar Co. ... 13 

Sun Life of Canada 31 

Taylor Forbes Co. Ltd 43 

Thels du Japon 10 

Thompson Walter J. Co 29 

Tippet & Co., A. P 9 

Union Mutual 31 

United Shoe Machinery Co. 

Ltd 7 

Upton & Co. 1 The T.) 14 

Western Ass. Co 3° 

Wilks & Burnett 32 




L'HISTOIRE DE DEUX EXPEDITIONS. 



Brown, un actif Spicier de l'Ouest Canadien, £tait depuis longtemps 
)ute de l'etat ou £taient a leur arrived les marchandises qu'on lui exp^diait 



M. 

d^goute de l'etat ou €taient a leur arrived les marchandises qu' 

et il se demandait quelle etait la solution de cette question, quand un matin 

elle arriva sous la forme des 



Boites Ridees Thompson & Norris. 

Ce matin-la, deux expeditions lui arriverent, une dans des caisses en bois' 
d^fonce'es comme d'habitude, certains articles qu'elles contenaient se rdpan- 
daient au dehors : l'autre, consistant en marchandises en bouteilles, dans des 
boites Ridges T. & N. absolument indemnes — pas de perte — pas de mauvaise 
humeur, et moinsdefraisd'expedition. "Ceci regie la question," dit Brown, "une 
expedition convenable ou pas de commande pour le premier voyageur rie com- 
merce qui se pr£sentera " 
Qu'en advientil de vos expeditions ? 
•Ecrivez-nous pour avoir notre catalogue et 
laissez-nous vous prouver l'avantag- de 
notre proposition pour assurer votre satis- 
fact on. 

The Thompson & Norris Co. 
of Canada. 

NIAGARA FALLS, CANADA 

Brooklyn, N.Y.; Boston, Mass.; Brookville 
Ind.; London, Ang.; Julich, Allemagne. 





Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



3* 



M£TROPOLITAN 

Life Assurance Co'y 
:-: of New-York :- 

(Compagnie a Fonds Social) 

Actlf $397,965,341.31 

Polices en vigueur au 31 de- 

vx.mbre 1912 12,837.042. 

En 1912, la compagnie a e- 

mis au Canada des poli- 
ces pour 32.185,993 

8He a depose entre leg 

mains du Gouvernement 

Canadien et de fidei-com- 

mis canadieus, exclusive- 

meni pour les Canadiens, 

environ $ 1 6.000.000. 

II y a plus de 532.00t Canadiens assures 
I dans la METROPOLITAN. 



Assurances 



WESTERN 

ASSURANCE CO. 

INCORPOREE EN 1861 
ACTIF, au-dela de - - $3,284,179.93 

Bureau Principal: TORON1 0, Oat. 

Hon. Geo. A. Cox, President. 
W. R. Brock, Vice-President. 
W. B. Mkikle, Gerant-General. 
C. C. Foster, Secretaire. 
4accur*ale de Montreal : 
61 RUE ST-PIERRE. 
Robt. Bickbrdike, G era n 



THE FEDERAL LIFE 

assurance co. 

Bureau-Chef : Hamilton Can. 
chiffres d'affaires 1912 



ACTIF AUGMENTS DE 
SURPLUS REALISE 
ASSURANCE EN VIGUEUR 



$440,648.30 

$107,050.90 

$25,555,267.00 



C. L. SWEENEY, Gerant Provincia 
Montreal, Quebec. 



Telephone : Main 553 

ESINHART & EVANS 

Courtiers (.'Assurance 

^eu, Vie, Accident, Cambriolage, 

Bris de glaces, Automobiles, 

Responsabilite' des Fonctionnaires 



Agents principaux pour : 

The Scottish Union & National' is. Co. 

d'Edinbourg. 

German American Insurance Co. 

de New- York. 



Bureau : EDIFICE LAKE of the WOODS 
39 rue St-Sacrement, 

MOTREAL 



LES PRETS SUR LES POLICES. 
LES TEMPS DURS. 



Les prets sur police sont d'une 
grande importance pour les compa- 
gnies d'assurance et les assures. Le 
president d'une compagnie d'assu- 
rance, M. John M. Taylor, de la 
Connecticut Mutual Life Insurance 
Company, a traite de cette question 
de prets sur police dans son message 
annuel aux membres de sa compa- 
gnie. II s'est exprime comme suit: 

i° C'est aliener ou risquer ce qui 
souvent n'est que le dernier actif 
disponible pour le support, l'educa- 
tion et le bien-etre de la famille en 
cas de besoin et qui devrait etre in- 
violable. 

2° C'est une hypotheque sur ce 
qui n'est que la protection d'une 
succession contre son insolvabilite, 
lorsque la police devient en vi- 
gueur ; 

3° II y a de nombreuses chances 
contre une qu'il ne sera jamais rem- 
bourse. L'experience prouve qu'une 
tres faible proportion de ces obliga- 
tions sont rachetees en especes ; 

4° S'il n'est pas paye en especes, 
il doit etre distrait du montant de la 
police et les beneficiaires n'ont droit 
qu'a la balance; 

5° Dans nombre de cas, il n'est 
pas employe a payer les primes sur 
l'assurance, dans le but de maintenir 
celle-ci en vigueur ; a faire face au 
cout de la vie, ou a. payer une hypo- 
theque sur la maison, etc. Le pret 
sert souvent a des speculations di- 
verses — sur marge, quelques fois 
— ■ a des entreprises hasardeuses et 
a faire d'autres emprunts ailleurs a 
plus forts interets. II arrive que la 
securite d'un foyer reponde ainsi des 
pertes d'argent qu'un homme peut 
faire en affaires. 

II n'est pas besoin de faire appel a 
l'homme qui ne peut plus se faire 
assurer pour cause d'age ou de ma- 
ladie, pour l'engager a conserver la 
protection sure qu'il possede et qu'il 
ne peut plus recouvrer s'il la perd. 
L'homme qui risque et engage ses 



ASSUREZ VOIS 

DANS 

Cfl $flUU€0flRD6 



Ses Taux sont aussi a vantageux 
queceux de n'importe quelle 
compagnie, 

Ses police* sont plus liberates 
que celles de n'importe quelle 
compagnie. 

Ses garantlea sont suparlau- 
res & la generality de celles des 
autre8compagnies. 
La sagasaa et l'experience de 
sa direction sont une garan- 
tie de succds pour les annees 
futures. 

Par-dessus tout, elle est une 
compagnie Canadlanna- 
Franfalaa et ses capitaux res- 
tent dans la Province de 
Quebec pour le benefice das 
notraa. 



Slag* Social i 7 Placa d'Armaa 
MONTRBAL 



lo PARCE 
QUE 

2o PARCE 
QUE 

3o PARCE 
QUE 

4o PARCE 
QUE 



60 PARCE 
QUE 






LIVERPOOL 
LONDON 

AMD 

Globe 



INSURANCE COMPANV 



^"«wjjjH« 



?@ sr 



Snccnrsale an Canada, Bnrean Chef a Montreal 
DIRECTEURS 

Sir Alexandre I^acoste.M. Chevalier, Ecr., William 
vlolson Macpherson, Ecr., T. J. Drummond Ecr 

J. Gardner Thompson, Gerant 
J. W. Binnie, Assistant-Gerant . 



Les Prevoyants da Canada 

Aaauranca Fonda da Panalon 
CAPITAL AUTORISE $500,000 

Aohataz daa Parts das Pravoyanta 1 

Parce que c'est un placement sans 
pareil • 

Parce que c'est, avec la plus petite 
prime, la plus grosse rente ; 

Parce que c'est la seule compagnie 
a "Fonds Social" faisant une special!- 
t€ du Fonds de Pension 

Total de l'actif du Fonds de Pension 
seulement : $384. 936. 39. 

Bureau a Montreal : 

Chambre 22, 

Edifice "La Patrie" 

Bureau - Chel, 

85, rue Dalhousie, 

QUEBEC. 



32 



LE PRIX COURANT, Vendredi. 17 Octobre 1913. 



Vol. XL, VI — No 42. 



Union Mutual Life Insurance 
Company, **£* 

FRED. E. RICHARDS, 
President. 



Valeur accepted de Garanties Ca- 
nadlennes, detenues par le Gouver- 
nement Fed6ral pour la protection 
des Porteurs de Police, $1,206,576. 

Toutes les polices emises avec 
Dlvidendes Annuels sur pakment 
de la prime annuelle de deuxieme 
annee. 

Ouverture exceptionnelle poor 
Agents dans la Province de Quebec 
et 1' Est d' Ontario. S'adresser a 

WALTER I. JOSEPH, Gerant. 
151 rue St-Jacqueg, MONTREAL. 



COMPACNIE 

MONTREAL - CANADA 

D'ASSURANCE CON1RE L'INCENDIE 

Fondee en 1859 

T£l6phone Bell Main 5381 

Actif • $5671*85.95 

Reserve $193,071.19 

Autret Valeur* 

passive. •••• 20,68 

$213,759.19 

Surplus pour les assures $344,126.76 

Bureau - Chef : 

EDIFICE OULUTH, 

SO rue Notre-Dame Ouest, 

angle de la rue St-Sulpice. 

MONTREAL. 
L. A. Lavallee, President 
Ferd. Page, Cerant Provincial 



l Assurance Mont- Royal 

(Compagnie Independante (Incendie) 

Bureaux t 74 rue notre-Dame Oue$t 

Coin St-Francois-Xavler. MONTREAL 

R6dolphe Forget. President. 
I. E. Clbmert, Jr.. Gerant-G£ D e>al. 



polices dans un but quelconque a 
pour devoir imperieux de rembour- 
ser ses emprunts au plus tot et de 
racheter ses polices. 

Le credit en affaires, la solvability 
de la succession, la protection de la 
veuve et des enfants, l'honneur de- 
mandent et inspirent une telle ac- 
tion. Tant il est vrai que dans le cas 
contraire un actif, une propriete, 
une securite disparaissent — condi- 
tionnellement, c'est vrai — mais 
avec de grandes chances de n'etre 
jamais retrouves. 

Faillir a ce devoir comporte l'o- 
bligation de remplacer l'assurance 
engagee. Cette sauvegarde des des- 
herites une fois disparue, aucun 
homme de jugement et d'honneur 
n'hesitera a reparer le mal qu'il a 
fait pour une raison ou pour une 
autre. ■ — Monetary Times. 



Lorsque vous arrangez votre vitrine, 
ayez soin de mettre le motif principal a 
la hauteur ou il sera le mieux saisi par la 
vue du passant. 



Sun Life of Canada 

Actif I 49,605,616.49 

Assurances en vigueur 182,732,420.00 

Ecrivez au Bureau Principal, 
Montreal, pour vous procurer la 
brochure .intitulee "Prospere et 
Progressive.'' 



Une Police dans la 

CANADA LIFE 

Devient une source de revenu. 
Police No. 35,407 Montant $5,000 

Age (.'admission 35. 
Yie 20 versements Date, 30 avril 1884 

Total des primes payees $3,140. 
Profits payds en especes 

durant la peViode de 

paiernent des primes. - - - $729.10 
Profits pay £s en especes 

eu 1905 - - - 143.90 

Profits payds en especes 

en 1910 198.00 



$3,140.C0 $1,071.00 
Cout exact jusqu'en 1910 - - 2,069.00 

Remarquez que depuis 1905, sans avoir 
eu a payer d'autres primes, la police a 
donne" un revenu progressif. 

CANADA LIFE ASSURANCE CO 

Bureau Chef - TORONTO, Ont 



Ca Compagnie (.'Assurance 
nUTUELLE DU COHHERCE 

Contra I'incendle 
Actif excedant ■ $550,000.00 

DEPOT AU GOUVERNEMENT 

en conformity avec la nouvelle Loi des 

Assurances de Quebec, 8 EdouardVIl, Chap. 69. 

Bureau-Chef; ISl rue Olrouard. St-Hyaclotht 



RESPONSABIUTE PATRONALE 

La Prevoyance 

Capital $500,000.00 



Aussi : — Accidents, Maladies, Glaces, 
Vol, Garantie de Fid^lite, Garantie de 
contrats. 

ASSURANCE D'AUTOMOBILES 

Bureau Chef : 

160 rue St- Jacques, ■ Montreal 

Tel. Bell : Main 1 626 



BRITISH COLONIAL 

FTIRB INSURANCE COMPANY 
EDIFICE ROYAL, 2 PLACE D'ARMES, MONTREAL. 

CAPFiAL AUTORISE, $2,000,000 CAPITAL SOUSCRIT, $1,000,000 

Agents demandes pour les districts non representes. 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



33 



PATENTES 



IDBTENUES PROHPTEMENTl 

DanstouK les pays. Pour renseignements de 
mandex le Guide del'lnventeurqui sera envoy* 

MARION & MARION, 3 6 4 rue TJniversite, 
angle de la rue Ste-Catherine, Hdifice de la 
Banque des Marchanda. 



NEW VICTORIA HOTEL 

H. FONTAINE, PROPRIETAIRB 

QUEBBCD 

L'HOtel dea commis-voyageor*. 

Plan Amdrkain. Taux, a parttr de f 2.50. 



JOSEPH FORTIER 

Fabricant-Papetier 

Atelier de Reglure, Reliure, Typo- 
graphie, Relief et Gaufiage. Fabri- 
cation de Livrea de Comptabilit*. 
Formules et fournitures de Bureau. 

210 rue Notre-Dame Ouest, 

(Angle de la rue St-Pierre). Monte£al. 



Dain potjh oisbaux eat le "Cottaur 
* Seed" fabriqu6 d apres iix brevets. Mar 
cbandiae de confianco ; rien De peut 1'appro 
cber eomme valeur et comme popularity 
Chez ton* lea fourniaaeura en groa. 



L. R. MONTBRIANL) 

Architecte et Mesprenr, 
230 Roe St-Andre Meatiei 



AGENCES DEMANDEES 

Un homme avec 25 annees d'expe- 
rience dans les affaires, pouvant fournir 
de bonnes references, desire des agences 
de manufactures pour la ville de Que- 
bec et le district environnant. S'adresser 
a N. L., "Le Prix Courant", Montreal. 



Alex. Desmahteau 

Comptable, Auditenr 
SPECIALITE 1 — Liquidation da Farllltos. 

Compromls Effeotue. 
64,60, RUE NOTRE-DAME EST 

MONTREAL. 



GARAND, TERROUX & GIE 

Banquiers et Courtiers 
48 rue Notre-Dame Ouest 

MOMTBBAL 



TBL. BBLL, MAIN 1859 

BELANGER & BBLANGBR 

Notaires, Comptables et Commissaires 

TRUST & LOAN BUILDING. 

No 30 rue St-Jaoquea, MONTREAL 

Argent a Preter a 4, $tt6% 



Ventesparles Sherifs 

SEMAINE DU 18 AU 25 OCTOBRE. 
District de St-Francois. 

"Gidding Limited vs Hatley Dairy 
Light and Power Company, Limited." 

i c Le residu du lot No 75 du ier rang 
aux plan et livre de renvoi officiels du 
canton Hatley, dans la district de Saint- 
Francois. 

2 Le soin sud-ouest du lot du cadas- 
tre No 76 du ier rang du canton Hatley. 

3° Une autre partie du dit lot du ca- 
dastre No 76 du ier rang du canton Hat- 
ley. 

Vente a la porte de l'eglise de la pa- 
roisse de St-Wilfrid de Barnston, le 22 
octobre 1913. 

District de Trois-Rivieres. 

Hilaire Courchesne vs Maurice Be- 
land. 

1° Un terrain ou emplacement situe en 
la ville de Nicolet — avec batisses dessus 
construites — lequel fait partie nord du 
lot No 333 du cadastre du comte de Ni- 
colet. 

2° Un terrain faisant partie du lot de 
terre No 332 du cadastre du comte de 
Nicolet. 

Vente a la porte de l'eglise de la pa- 
roisse de St-Jean-Baptiste de Nicolet, le 
21 octobre, a 10 heures a.m. 

Louis Trepanier vs The British Ame- 
rica Assurance Company, Limited. 

Un emplacement situe en la paroisse 
de St-Adelphe, faisant partie du lot No 
722 du cadastre de la paroisse de Saint- 
Stanislas. 

Vente a la porte de l'eglise de la pa- 
roisse de St-Adelphe, le 23 octobre, a 10 
heures a.m. 



ACTES INSCRITS AU BUREAU 
D'ENREGISTREMENT DE TROIS- 
RIVIERES PENDANT LA SEMAI- 
NE TERMINEE LE 11 OCTOBRE 
1913- 



Servitude. 

Jos. Alph. Bourque a Cleophas Gar- 
ceau, Shawinigan Falls. 
Ventes. 

Louis Pratte a Adolphe Pellerin, Trois- 
Rivieres; Vve J.-Bte Lacerte a Maxime 
Domene, St-Barnabe; Alph. Melangon a 
Arthur Gelinas, St-Barnabe; Chs. Page 
a Corporation Trois-Rivieres, Trois-Ri- 
vieres; Vve Geo. Boisclair a Louis Frs. 
Robert, Trois-Rivieres; J. F. Boulais et 
al. a Adam Gelinas, Trois-Rivieres; 
Adam Gelinas a Desire Lampron, Trois- 
Rivieres; Modeste Dugre a Nap. Caron, 
Trois-Rivieres; J. F. Boulais et al. a 
Wilbrod Rousseau, Trois-Rivieres; Vve 
H. E. Desrosiers a Chs. Bourgeois, 
Trois-Rivieres; F. X. Lambert a Albert 
Rousseau, Shawinigan Falls; J. A. Cari- 
gnan a Wilfrid Grondin, Grand'Mere; 
Canada Realty Co. a Eug. Tetreault, 
Shawinigan Heights; W. E. Roy et al. a 
Cie Immobiliere Trois-Rivieres, Trois- 
Rivieres; Pierre Blais a Honore Hamel. 
Trois-Rivieres; Louis Rouette a Thomas 
Rouette, Pointe du Lac; Vve Jos. La- 
mothe a Henry McGaun, Trois-Rivieres; 
Vve Severe Thibault a Leonidas Chaine. 
Trois-Rivieres. 

Arthur Bellemare a Thomas Giroux. 



H. E. MIDGLEY 

Comptable-Incorpore 



GEO. GONTHIER 

Liceucit lnstitut 
Comptable 

GONTHIER & MIDGLEY 

Comptable* a Audlteura 

103 RUE ST-FRS-XAVIER. 

Telephone Adresae telegraphlque 
Main2701 -S19 "Gontley" 



Ouverture des Classes 



Fournitures Classiques, Cahiers 
d'exercices, papier qualite supe- 
rieure. Papier Ecolier, Blocs-Notes, 
Papier a lettres. Boites de Papete- 
rie, Plumes, Crayons, Ardoises, 
Boites d'^coliers, etc., etc. 

Demandez echantillons et prix a 
La Compapie J. B. Holland & Fils. 

53, Rue St-Sulpice - Montreal. 



Malson Fondee en 1870 

AUQUSTE COUILLARD 

* IMPORTATBUK. DB 

Ferronnerle et Quincalllerie, Verres a 
Vitrea, Peintttres, Etc. 

Specialite : Poeles de totttes sorter 

Horn. 088 ft «30 rne Ht-Panl 

Vootee ia et 14 St-Amable, MONTRRAl 



La maison n'a pas de Comaait-voyageurs e 
fait ben4ficier ses clients de cette economic At 
tention toute spgciale aux commandes par la 
malle. Messiears les marchands de la campagne 
seront touiours servis an plus bas prfx di> 
march*. 



P. A. GAGNON 

Comptable Licencie 
(Chartered Accountant) 

Chambre 315, 818,317 

Edifice Banqua Quebec. 

ti Place d'Armee, MONTREAL. 

Telephone Bell Main 4911 



Arthur W. Wilks. 



Alexander Bnrnett 



WILKS & BURNETT 

Comptables, Audlteura, Commlaealraa pour 
toutea lee Provlnoaa. 

Reglement d'affaires de FallHtes 

602 Batisse Banqne des Marchands 



Telephone Bell Main 5500 



MONTREAL 



EUGENE PREVOST RODOLPHE BEDARO 

PREVOST & BEDARD 

Comptables, 

Liquidateurs, 

Audlteura. 
Specialite : Reglement* de differends 
Suite 506 Edifice Royal Trust 

107ST-JACQUES 
BELL TEL. MAHN 1056 MONTREAL. 



34 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



Eggim] 

V'otre mai-on avec le merveilleux 

White Flame Burner. Ce bruleur 

donne a vos vieilles lampes et lan- 

temes une lumi£re blanche, brillan- 

te et douce a la fois, et superieure a 

celle du gaz et de l'electricitfi. Sa 

lumidre 6pargne la vue et rend la 

lecture et la couture agr6ables Pas 

de Manteaux a Briser. Kiable et icouomi jue Satis 

faction garantie Hait les <161ices de tous ce'X qui 

l'emploient Echantilion Complet Par la Poste a 

toute adresse, 35c ou 3 pour $1 00 Argent rem- 

bourse si non satisfait. Commandos par la Poste 

Expediees romptement. Prlz Speciaux en gros 

aux Marchands et Agents. 

Bright Light Co , Merrickville, Ontario 




RIGA 

Voila le nom de la 
meilleure Eau Pur- 
gative et digestive 
Notre publicity fait 
connaitre I'Eau Pur- 
gative RIGA au 
public, les detail- 
lants doivent la 
prendre en stock 
pour pouvoir r£- 
pondre a la de- 
mande que nous 
provoquons. 

La Societe des Eaux 
Purgatives RIG 4 

215 Rue N -Dame Est, 

MONTREAL. 
Til. Main 6473. 





BONNE OCCASION 



A vendre 10 lots tres bien si- 
tues a Notre-Dame de Grace, — 
a proximite des tramways de la rue 
Sherbrooke — Vendra en block 
ou s6par£ment. 

S'adresser a ' ; B". Le Prix Cou- 
rant SO rue gt-Denis Tel. . Bell 
Est 1185. 



Hotel St-Maurice 

HOTEL DES VOYACEURS 
Hector Dontigny, Prop. 



Chambres de premiere classe et 
Salles d'b.chantillons 

GRAND'MERE, P. Q. 



Grand'Mere;Antony Lamy a Alfred Ge- 
linas, Grand'Mere; Hubert Massicotte a 
William Dube, Grand'Mere; Joseph Pa- 
quin a Adelard Giguere, Grand'Mere; 
Wilfrid Vincent a J. H. Choquette, 
Shawinigan Falls; Canada Realty Co. a 
Frederic Dupont, Shawinigan Heights; 



Canada Realty Co. a Mendel Mallech, 
Shawinigan Heights; Achille Bolduc a 
Joseph Bellemare, Pointe du Lac; Vve 
Jos. Bellemare a Leon Lamy, Yamachi- 
che; Adelard Milette a Josephat Milette. 
Yamachiche; B. J. Gerin et Naz. Gar- 
ceau a Tthanase Gelinas, Ste-Flore; Vve 
Arthur Bourassa a Alida Grenier, Ste- 
Flore; Canada Realty Co. a Odilon Le- 
tourneau, Shawinigan Heights. 
Obligations. 

Geo. McLeod a John Charest, Trois- 
Rivieres; Joseph Lemay a Pierre Roche- 
fort, Trois-Rivieres; L. P. Dallaire a 
Ernest Mercier, Trois-Rivieres; Nap. 
Fortin a Vve Olivier Beaudry, Trois- 
Rivieres; Joseph Singcaster a Louis Jan- 
vier, Trois-Rivieres; Alfred Doyon a 
Clias. Richard, Grand'Mere; Serenus 
Chabot a Dame Euch. Crete, Ste-Flore; 
Vve Gaspard Lajoie a Dame Ones. He- 
bert, Shawinigan Falls; Ovila Lacharite 
a Adelard Blais, Baie Shawinigan; Leo- 
nidas Chaine a Dme Benj. Bourgeois, 
Trois-Rivieres; Edmond Bellefeuille a 
Phi. Bellefeuille, Trois-Rivieres; Vve Se- 
vere Thibault a Dr J. A. Hall, Trois- 
Rivieres. 

Dame Flore Bourassa a Nap. Lam- 
pron, Grand'Mere; Antonio Mompas a 
Nap. Lampron, Grand'Mere; Onesime 
Boisvert a Joseph Paquin, Grand'Mere; 
J. A. Dufresne a Julian C. Smyth, Sha- 
winigan Falls; Gerald Griffin a Wm. 
McLimont et Fils, St-Elie; Belleville et 
Boland a Gregoire Veillette, Trois-Ri- 
vieres; Theodore Lemay a Phidime Bou- 
lay, Shawinigan Falls; Achille Michelin 
a Dame Victoria Alarie, Trois-Rivieres; 
Laura Blais a Julia Trottier, Shawinigan 
Falls; Vve H. Lagrange a Dame J. L. 
Marchessault, Shawinigan Falls; Alph. 
et Jos. Bourque a Alph. Prince, Shawini- 
gan Falls; Albert Gelinas a Severin Bel- 
lemare, Camachiche; Athanase Gelinas a 
Alfred Blais, Ste-Flore; Louis A. J. De- 
lisle a Theodore Ricard, Yamachiche; 
Zephyr Tousignant a Vve Jos. Lamothe, 
Trois-Rivieres; Dame Moise Masson 
a Joseph Masson, Trois-Rivieres. 
Transports. 

Vve J.-Bte Fregeau a Vve Jules Tre- 
panier, Trois-Rivieres; Chas. Bourgeois 
a Dame Arthur Rousseau, Trois-Rivie- 
res; Gedeon Garceau a Pierre Blais, 
Trois-Rivieres; Antonio Doucet a Jo- 
seph Leblanc, Shawinigan Falls. 

Rose-Anna Maleau a Rodolphe Morin, 
Shawinigan Falls. 

Mariages. 

Alcides Lebrun a Marie-Alice Saucier, 
Trois-Rivieres; Leonce Gagnon a Marie- 
Louise Schlitz, Trois-Rivieres; Joseph 
Pratte a Melodie Pellerin, Ste-Flore. 
Contrats de mariage. 

Ferdinand Gignac a Louisa Ricard, 
Grand'Mere; Ferdinand Dupont a Lau- 
rence Mercure, Ste-Flore. 
Hypotheque. 

Laurentide Shoe & L. Co. a Corpora- 
tion Grand'Mere. 

Echanges. 

Louis Gignac a Grand'Mere Land Co., 
Grand'Mere; Gerald Griffin a William 
Boucher, St-Flie. 

Donation. 

Charles Bolduc a Achille Bolduc, 
Pointe du Lac. 

Pierre Bayett a Albert Normandin, 
Shawinigan Falls. 

Testament. 

Emile Robert a Marcelline Delpe, 
Trois-Rivieres. 



Convention. 

Corporation Trois-Rivieres a The Wa- 
bassa Cotton Co., Trois-Rivieres. 
Jugements. 

Banque Nationale vs David Ricard, 
Lac a Tortue, $32.93; Mederic Perron vs 
Adelard Hamelin, Ste-Thecle. $79.33; 
Ph. Despins vs Alfred Vezina, Ste-Gene- 
vieve, $17.85; Euchariste Paquin vs 
Blake Jobb, Trois-Rivieres, $5.00; T. N. 
Normand vs Geo. Francoeur, Baie Sha- 
winigan, $28.10. 

Cession. 

Georgina Milot a Victoria Rivard, 
Trois-Rivieres. 



LA LOI LACOMBE. 



Deposants. Employeurs. 

Edouafd Beauchamp Dame Ver. Lortie 
Ovila Desroches Kennedy Bros. 

L. Higginbottom Cite de Montreal 

Paul Gallimard G. T. R. 

J. B. Dube Jos. LeFebvre 

P. H. Gadbois Cite de Montreal 

Wm. Whelan : Imperial Tobacco Co. 
Dieudonne Lamarre Tremblay & Cie 
Albert Noel W. J. McGuire & Co., Ltd 
Antonio Mandeville Fashion Craft Co. 
Hector Lajoie G. T. R. 

Chs. E. Shirley Imperial Tobacco Co. 
Wm. Lalonde M. S. R. Co. 

J. B. Leduc J. H. Boyer 

Walter Gregory King Express Co. 

Georges Laverdure Can. North. Co. 

Deposants. Employeurs. 

Georges Latreille Oscar Latreille 

Samuel Desrosiers C. P. R. Co. 

Arthur Gagne F. Tremblay 

Wilfrid Joubert G. W. Peck & Co. 

J. A. L. Desaulniers The Equit. L. Ass. 
Jas. B. Bacon Jas. Shearer Co., Ltd 

Arthur Boisseau J. B. Holland Fils & Co 
Rosario Labelle T. Thompson 

Nestor Blais Lambert & Freres 

Leonidas Denis Can. Steel Foundry 

Frangois Bellerose H. H. Dagenais 

Fairley Alexander Shedden Co., Ltd. 

John Shaw Dominion Glass Co. 

Thomas Breen M. Loc. Works Co. 

Olivier Giroux G. T. R. Co. 

Hercule Hogue W. H. Waish 




UNE SESSION 

De la Cour du Banc du Roi 

ayant juridiction criminelle dans et pour 'e 
distikt de Montre'al, se tiendra au 1'alais 
de Justice, en la Cite de Montreal, I 

I-UNDI, LE TROISIEME JOUR DE NO 

VEMBRE PROCHAIN, A DIX HRS. 

DU MATIN. 

EN CONSEQUENCE, je donne avis pu- 
blic a tous ueux qui autont a poursuivre 
aucune personne mainttnant d^tenue dans 
la prison commune de ce district et a toute 
les autres personnes, qu'elles y soient pr£- 
sentes 

JE DONNE AUSSI AVIS a tous les juges 
de paix, coroners et officiers de la paix pour 
le district susdit, qu'ils aient a s'y trouver 
avec tous les records. 
Bureau du Sherif. 

Montreal, 15 Octobre 1913. 

P. M. DURAND, 

Depute" Sharif. 



Vol. XI. VI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



35 



BANQUE DE MONTREAL 

ONDEE EN 1817 CONSTITUEE PAR ACTE DU PARLEMENT 

Capital tout paye $16,000,000.00 

Fonda da Reserve 16,000,00 0.00 

Proflta non Partagea 802,814.94 

Siege aoolal i MONTREA L. 

Bureau des Direc'eurs.— i,e Ties Hon. Lord Strathcona and Mount 
Royal, G.C.M G., G.CV.O., President Honoraire; R. B. Angus, President ; 
H. V.Meredith, Vice-President ; E. B. Greenshields, Sir Wm Macdonald, 
James Ross, Hon. Robert Mackay, Sir Thomas Shaughnessy, K. C. 
V.O.; David Morrice, C. R. Hosmer, A. Baumgarten, C. B. Gordon, H. R. 
Drumtnond, D. Forbes Angus. 

H. V. Meredith, Gerant-G6neral; A. Macnider, Insp. Chef et Surint. 
des Succursales, C. Sweeny, Surint des "ucc.de la Colomibie Anglaise ; 
A. D. Braithwaite, Surint. des Succ. de 1 Province d'Ontaro ; F.J. Cock- 
burn, Surint. des Succ. de la Province de mebec ; E. P. Winslow, Surint. 
des Succ. du Nord-Ouest. D. R. Clarke, j'urint. del Succ. des Provinces 
Maritimes et de Terre-Neu ve. 

Succursales au Canada.— Dans toutes les principales cites etvilles des 
provinces suivantes : Ontario, Quebec, Nou veau-Brunswick, He du Prince 
Bdouard, Nouvelle-Ecosse, Provincesdu Nord-Ouest, Colombie Anglaise- 

Succurtales en dehors du Canada. — Grande-Bretagne, Londres- 
Angleterre, 47 Threadneedle Street B.C. —Sir Frederic Williams-Taylor, 
gerant. • 

«tats-Dnis, New-York— R.Y. Hebden W. A.Bog. J. T. Mollneux, agts 
64 Wall Street. Chicago, Spokane. 

Terre-Neuve : St. John's, Birchy Cove, Grand Falls. 

Mexique. M e xique, P. F. 



LA BANQUE NATIONALE 

FONDEE EN 1860. 



Capital 
Reserve 



$2,000,000 
1,550,000 



Notre service de billets circulaires pour les voyagenrs " Tra- 
vellers Cheques " a donne satisfaction a tous nos clients ; nous 
juvitons le public k se pr£valoir d;s avantages que nous offrons 

Notre bureau de Paris, 

14 RUE AUBER, 

esttres propice aux voyagenrs canadiens qui visitent l'Europe, 

Nous effectuonsles virements de foods, les collections, les paif 
menU, les credits commerciaux en Europe, aux Etats-t nis 
e t au Canada, aux plus bas taux. 



LA BANQUE MOLSON 

132 erne DIVIDENDE 

Avis est donne 1 par les pr^sentes aux actionnaires de la Ban- 
que MoIsoh qu'un dividende de deux el trois quarts pour 
cent (soit au taux annuel de onze pour cent) sur le capital-ac- 
tions a €t€ declare 1 pour le trimtstre courant, et que ce dividen- 
de sera payable aux bureaux de la Panque.a Montreal, et a ceux 
de ses (Succursales, le et apres le Premier Jour d'Octobre 
Prochain, aux Actionnaires inscritsau plus taid le 15 Septem- 
bre 1913. 

L'ASSEMBLEE GENEBAIvE ANNUELLE 
des Actionnaires de la Banque sera tenue a l'^difice principal 
de la Banque, en cette Ville, le mardi, 21 octobre prochain & 
trois heures p. m. 

Par ordre du Bureau, 

JAMES ELLIOT, Gerant-General. 

Montreal, 26 Aout 1913. 



NOVA SCOTIA STEEL & GOAL GO 



LIMITED 

MANUFACTURERS 



ACIER en BARRES MARCHAND, MACHINEBIE a 
ROUES, TRANSMISSIONS en ACIER C0MPP.1ME 
POLI, TOLES D'ACIER jusqu'a 48pcsde larpe, BAILS 
en "T" de 12, 18, 28 et 40 lbs a la verge ECLIPSES 
ESSIEUX DE CHARS DE CHEM1NS DE FFR. 

CROSSES PIECES DE FORCE. UNE SPECIALITE 

Mines de Fer, Wabana, Terreneuve. — Mins 
Hauts Fourneaux, Fours a Reverbere a Sydney Mines, 
N. E. — Laminoirs, Forges et Ateliers de Finissage 

a New Glasgow, N. E. 
Bnrean Principal : NEW GLASGOW, N. E. 



BANQUE PROVINCIAL^ 

DU CANADA 

Fondas en 1 900 
Slag* Csntral 1 7 4 9 Plaoa d'Armas, Montreal, Oan. 
Capital autorise $2,000,000.00 
Capital paye et surplus aii 31 Decembre 1912 SI ,588,866.1 1 

Conaeil d'Admlnlstration : President : M. H. LAPORTE, de Laporte 
Martin & Cie. Administrateur Credit Foncier Franco-Canadien 
Vice-President : M, W. F. CARSLE, de la maison en gros Cargley 
Sons & Co. ; Honorable L. BHAUBIEN, Ex-minlstre de 1'Agrlculture 
M. G. M. BOSWORTH, Vice-President 'Canadian Pacific Railway Co." 
gM.ALPHONSERACINH.de la maison A Racine & Cie, marchanda en 
Bros, Montreal; M. L J.O. BBAUCHEMIN, proprietaire de la Librairie 
Beauchemin Ltee.; TANCREDE BIENVENU, Directeur-gerant ; J W. 1.. 
FORGET, Inspecteur ; J. R.CHOQDET Assistant-Inepecteur ; ALEX. 
BOYER, Secretaire. 

Conseursi President: Honorable Sir ALEX. LACOSTE, Ex-Juge 
en chef de la Cour d'Appel ; Docteur E. PERS1LLIHR LACHAPELLB 
Administrateur du Credit Foncier Franco-Canadien ; M. CHEVALIER 
Directeur-Ge>ant, Credit Foncier Franco-Canadien. 
58 Succursales dans les Provincesde Quebec, Ontario, Nouveau Brunswick 

Correspondants a TEtrangar : Etats-Unis : New- York, Boston 
Buffalo Chicago : Augleterre. France, Allemagne, Autriche. Italic. 



QUEBEC STEAMSHIP CO . Limited. 

LICNE DU ST-LAURENT, Montreal aux ports de la C6te de Gatpe, a 
Gaspe, Malbaie, Perce, Summerside, CharlottetOwn et Pictou 

SS. "CAsi_APiiDlA", 1900 1'ONNKS, avec les accommodations les p'us 
modernes pout passagers partira de Montreal jendi, les 23 octobre 
et 6 Novembre a 4 hrs p.m., et de Quebec le jour suivant midi. 

ALLEZ AUX BBRMUDES 

Le Steamer "Bermudian." a double helice, 10,518 tonnes de deplace 
ment quittera New-York a 11 hrs. a.m. les 22 octobre, 1. 12. 22 No- 
vembre et tousles dix jours dans la suite. Signaux sous-marins, telegra- 
phic sans fil, orchesire. 

Voyage Record, 39 beures 20 minutes. Le plus rapide, le plus modern 
et le seul steamer debarquant ses passagers aux quais aux Bermudes san 
transbordement . 

ANTILLES 

Le nouveau steamer "Guiana" et autres steamers, quittent New- York a 
2 hr.«p.m,les 18 et 31 octobre, 15. 29 Novembrepour St-Thomas, Ste-Croix. 
St-Christophe Antigua, la Guadeloupe, la Dominique, la Martinique, Ste- 
Lucie, la Barbade Demerara . 

Pour renseignements complets. s'adresser a W. H. Henry, 286 rue S 
Jacques ; W. H. Clancy, 122 rue St-Jacques ; Ths. Cook & Son, 530 rue Me 
Catherine-Ouest ; Hone & Rivet, 9 Boulevard Si-Laurent, ou & J G., 
Brock & Co., 221, rue des Commissaites, Montreal, Quebec Steamship Co. 
Quebec. 



BANQUE D'HOCHELAGA 1874-1913 

Capital autorise $4,000,000 Capitalpaye $4,000 000 

Reserve 3.000,000 Total de l'Actif au-dela de $30 000,000 

DIRECTEURS : M. J.A.Vaillancourt, President; Hon. F.L. Beique.C.R 
Vice-Piesident ; A. Turcotte, Ecr., N. H. Lemay. Ecr. Hon. J. M. Wilson 
Col. C. A. Smart. A A. Larocque, F G. Leduc, Gerant ; Beaudry Leman 
Surintendant des Agences; P A. Lavallee. Asssistant-Gerant ; Yvon La 
marre, Inspecteur. Bureau Principal— Montreal 

BUREAUX DE QUARTIERS 
Ave. Mont- Royal Pointe St-Charles DeLorimier 

(coinSt-Denis)St-Edouard Quartier Emard 

Ave. Mont-Royal St-Henri Rue Notre-Dame, Ouest 

(Coin deLanaudiere) St-Viateur Longue-Pointe 

Rue Ste-Catherine, Est Quartier Laurier Aylwin, (coin Ontario) 

RueSte-Catherine.centre Villeray Quartier St. Denis 



Hochelaga 
Longue Pointe 
Maisonneuve 



Verdun (pres Montreal)Quartier Ste-Marie 
Viauville (pres Montreal Outremont 



Berthierville, P. Q. 
*-artierville, P. Q. 
Edmonton, Alta 
Fournier, Ont. 
Hawkesbury, Ont. 
Joliette, P. Q. 
Machine, P Q. 
Laprairie. P. Q- 
L'Assomption. P. Q 
l.ongueuil. P. Q. 
Louise ville. P.Q. 



SUCCURSALES 

Maxville, Ont. 
Mont-Laurier, P.Q. 
Prince Albert, Alta. 
Quebec, P. Q 
St-Roch de Quebec, P.Q 
Sorel, P. Q. 
Sherbrooke, P Q. 
St. Albert, Alta. 
Ste-Genevieve de 

Pierrefonds, P.Q. 
St-Boniface, Man. 



St-IIyacinthe, P. Q. 

St-Jacques I'Achigan, 

St-Jacques L acb i ga n P.Q. 

St-Jeiome P y. 

St-Lambert, P Q. 

St-Pierre M«n. 

St-Va'erien de 

.-hefford, P. Q. 

Trois-Kivie.s. P Q. 

VallfyfiVld, P. Q. 

Vankleik Hill, Ont. 

Winnipt g, Man. 

Emet des Lettres de Credit Circulaires pour les Voyageurs, payables 
dans i'tes les parties du monde ouvre des credits commerciaux ; achete 
taites sur es pays etrangers ; vend des cheques et fait des paiements 
daphiquessur les principales villes du mende. 



La publicite bien faite est loyale et 
honnete, documentee et raisonnee, direc- 
te et vivante. 



36 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 




REVUE DE LA SEMAINE. 



Calendrier financier. 



Samedi, 18 octobre. — Dividende trimestriel payable: 
Action — Maple Leaf Milling Co., priv. 
Lundi, 20 octobre. — Dividendes trimestriels payables: 
Actions — La Rose Con. Mines Co.; Shawinigan W. & 
P. Co.; Nipissing Mines Co. 

Assemblee annuelle. — Molsons Bank. 



queront une affluence de Tor precieux vers nos rives avant 
longtemps. 

Ici, les banquiers ne regardent pas la situation d'un oeil 
pessimiste, bien qu'il y ait possibility d'une decroissance de 
commerce tant aux Etats-Unis qu'en Europe, vu Tactivite 
intense des deux dernieres annees. 

II est encore premature d'affirmer que les stocks sont 
rendus a leur plus bas niveau; mais la situation presente ne 
presume pas d'autres baisses. 

A Montreal. 



La situation au Canada. 



Macdonald. 



Depuis quelques semaines le stock de A. Macdonald 
Company a ete l'objet d'une baisse constante; de 50, auquel 
prix Taction donnait un rendement de 10 pour cent, elle a 
baisse a 18 et au-dessous. 

Comme d'apres les rapports de la compagnie, les recettes 
donnaient de bons resultats, la seule cause de la baisse ne 
pouvait etre que la raison de la forte dette contracted lors de 
l'achat des affaires; et dans ce cas, la politique d'un dividende 
de 5 pour cent sur Taction ordinaire ne semblait pas ac- 
ceptable. 

A une assemblee tenue la semaine derniere, les direc- 
teurs ont declare que les acquereurs de Taction privilegiee 
avaient fait, avec Tancienne compagnie, des arrangements en 
vertu desquels il leur est accorde un delai de quatre mois 
pour faire le dernier paiement de $790,000 environ. La ba- 
lance due par les porteurs de Taction privilegiee une fois 
versee, permettra a la compagnie de faire ses paiements au 
temps du. II a aussi ete annonce que Taudition des livres 
pour la premiere moitie de Tannee a permis de constater un 
excedant de la somme requise pour le paiement des dividen- 
des privilegie et ocdinaire. Toutefois, il a ete decide de ne 
faire aucun versement de dividende ordinaire tant que tous 
les autres paiements urgents n'auront pas ete faits. Mais le 
dividende privilegie regulier sera maintenu. Comme il ap- 
pert que deja au mois de juillet il etait devenu necessaire de 
demander du delai pour les sommes dues, une declaration 
officielle eut coupe court a une multitude de commentaires 
aussi injustes qu'inutiles. 

A Tetranger. 

La situation monetaire a Tetranger n'est pas satisfaisante. 
Londres est submergee par les nouvelles emissions; les gou- 
vernements europeens ne cessent de demander des fonds 
d'une maniere incessante et extreme; et les besoins militaires 
les absorbent. Une prudence des plus reservees s'est fait 
jour chez les banquiers d'Europe; il est evident que les ex- 
portations d'or aux Etats-Unis seront opposees par la Ban- 
que d'Angleterre, bien que des conditions naturelles provo- 



Voici ce que disent cette semaine du marche MM. Mc- 
Cuaig Freres et Cie, membres de la Bourse de Montreal, 17, 
rue St-Sacrement: 

Apres une assez longue periode d'amelioration soutenue 
des prix des valeurs canadiennes, nous avons assiste la se- 
maine derniere a un changement notable d'attitude, refletant 
bien Taction des marches de Londres et de New- York. Et 
quoique le public soit encore jusqu'a un certain point inte- 
resse dans le marche, on constate une diminution marquee 
dans le chiffre des transactions. 

A la suite des fortes avances qui se sont produites sur 
certaines valeurs, il est tout de meme consolant d'assister a 
ce qu'on peut appeler une reaction. Et s'il est difficile de 
dire a present si les cours reprendront leur marche ascen- 
dante dans un avenir plus ou moins rapproche, on peut as- 
surer que le marche s'etablira sur des bases plus solides que 
dans le' cas d'une exageration dans la valeur des titres. 

La recente avance a ete surtout causee par un surcroit 
de confiance dans Tapprovisionnement d'argent attendu d'Eu- 
rope; mais d'ici a ce que la situation europeenne s'eclaircisse, 
il est permis de croire que les grandes banques continueront 
a accumuler de plus fortes reserves. II est de plus en plus 
evident que Tatmosphere politique des Balkans est loin d'etre 
rassurante, et tant que cet etat de choses continuera d'exis- 
ter, on peut redouter certains conflits entre les grandes 
puissances. 

A ces causes, si Ton ajoute les troubles ouvriers d'An- 
gleterre et le soulevement de TIrlande, on admettra qu'il est 
plus que difficile de faire le moindre pronostic sur Tavenir 
du marche aux valeurs. 

Aux Etats-Unis le marche s'est revele tres nerveux; mais 

a present que la question de tarif est definitivement reglee, 

. et que les nouvelles du Mexique sont plus rassurantes, les 

perspectives s'annoncent plus brillantes qu'elles ne Tetaient 

il y a quelques semaines. 

Au Canada le transport du grain etablira un nouveau re- 
cord, et pour peu que la situation generate reste normale, on 
peut s'attendre a d'autres grands developpements durant 
Tannee prochaine. 

Durant les deux dernieres semaines, le marche a ete 
grandement influence par la degringolade des valeurs Mac- 
donald et Spanish River; mais a leur niveau present, elles ne 
sauraient avoir d'autres revers deplorables. 



Vol. XI, VI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



INFOfiMATIONS FINANCIEEES 



Actions Ordinaires et Actions Privilegiees 



Capital paye 



Reserve 



I Taux du der- 
Pairdes Actions „j er Dividtnde 



Demidre cote 



•ANQUE8 

rfanque de Montreal 

Banq ue de Quebec 

Banque de la Nouvelle-Ecosse 

Banque de Toronto 

Banque Moteon 

Banque Nationals 

Banque de8 Marchands du Canada 

Banque Provinciale 

Banque Union du Canada 

Banque Canadienne du Commerce 

Banque Royale duCanada 

Banque d'Hochelaga 

Banque d' Ottawa. . . , 

Banque Imp£riale du Canada 

Banque Internationale du Canada 

CHEMINS DE FER 

Canadian Pacific Railway (Ordinaires) 

Duluth S.S &A Railway (Ordinaires) 

do do do (Pr6fe!re»:tielles) 

Minn. St. Paul & Soo Railway (Ordinaires) 

do do do (Pr£feVentielles) 

TRAMWAYS ELECTRIQUES 

Detroit United Railway 

Duluth Superior Traction , 

Halifax Electric Railway 

Havana Electric Railway (Ordinaires) , 

do do do (Pr^feJ-entielles) 

Illinois Traction (Ordinaires) 

do do (Pr6f6rentielles) 

Mexican Light & Power (Ordinaires) 

do do do (Pr6f6rentielles) 

Montreal Street Railway) 

Porto Rico Railway 

Quebec Railway, Light & Power 

St. John Railway 

Brazilian 

Toledo Railway & Light 

Toronto Railway 

Tri-City Railway & Light (Ordinaires) 

do do do (Pre;ferentielles) 

Twin City Rapid Transit f Ordinaires) 

do do do (Pr£f6rentielles) 

iVinnipeg Electric Street Railway 

VALEURS INDUSTRIELLES 

Canadian Car & Foundry ( Ordinaires) 

do do do ( Pr£f£rentielles) 

Canada Cement (Ordinaires) 

do do ( Prdf drentielles) 

Canadian Converters 

Dominion Steel Co 

Dominion Textile Co. ( Ordinaires) 

do do (Pr6fe>entielles) 

Lake of the Woods Milling Co. (Ordinaires). . . . 



do do do (Prelfelrentielles) 

Montreal Cottons Ltd (Ordinaires) 

do do do (Pr£ferentielles) 

Mova Scotia Steel & Coal (Ordinaires) 

do do do (Pr^ferentielles) 

Ogilvie Flour Mills Co. (Ordinaires) 

do do do ( Prelferentielles) 

Penmans, Limited (Ordinaires) 

do do (Pr6f6r e ntielles) 

DIVERS 

Bell Telephone Co 

Mackay Companies (Ordinaires) 

do do (Prgfexentielles) 

Montreal Light, Heat & Power 



Montreal Telegraph 

Ottawa Light, Heat & Power Co 

Richelieu & Ontario Navigation Co 

Shawinigan Water & Power Co 

MINIS 

C rown Reserve 

International Coal Mining (Ordinaires) 



$15,975,220 
2,500,000 
3,998,460 

4,941,455 
4,700,000 
2,000,000 

6,547,159 
1,000,000 
4,952,190 
15,000 000 
7.661 ,060 
2,885,340 
3,500,000 
6,000.000 
1,320.439 

180,000,000 
1 2,000,000 
10,000,000 
20,832,000 
10,416,000 

12,500,000 
3,500,000 
1,400,000 

7,500 000 
5,000,000 
9,56^,000 
5,000,600 

13,585,000 
2,400,000 

1 0,00c, 000 

3,000,000 

9,300,500 

800,000 

10,000,000 

12,000,000 
8,000,000 
9.000,000 
2.825,000 

20, too, 000 
3,000,000 
6.000,000 

3,500.000 

5 000,000 

13500,000 

10,500,000 

i,733.5oo 

35 00 3,000 

5,000,000 

1,859,030 
2,100,000 

1,500,000 
3,000,000 



6,000,000 
1,030,000 
2,500,000 
2,000,000 
2,150,600 
1,075,000 

12,500,000 

50,000 

50,000,000 

17,000,000 

2,000,000 
1,511,500 
3,132,000 
7,000,000 

1.999,957 
500,000 

-To -nr, 



$16,000,000 
1.250,000 

7,497,4" 

5,941,455 
4,700,000 
1,400,000 
5,400,000 
500,000 

3,076,095 
12,500,000 
8,607,166 
2,650,000 
4,000,000 
6,000,000 



Debentures 
146,283,497 



21,887,000 

2,500,000 

600,000 



24,957,813 



4,420,000 
2,941,500 
8,654,400 



6,000,000 

13,257,000 

3,992,326 



8,068,000 
I 9,5°3,ooo 



5,578,000 



3,500,000 

5,000,000 
474,000 



3,040,275 



1,000,000 
500,000 



|100.00 

100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 

50.00 

100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 

100.00 
100.00 
100 00 
100.00 
100.00 

100.00 
100.00 
100 00 
100.00 
100 . 00 
100 . 00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 

100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
loo . 00 
100.00 
100.00 
100 00 

100.00 
100.00 



6,000,000 



457,263 
2,000,000 
3,649,000 



10,107,000 

100,000 
730,000 

1,123,573 
5,000,000 



100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
100.00 
5.00 

100.00 
100.00 
100.00 
100.00 

IOO. 00 

100.00 
100.00 
100.00 

1. 00 

100.00 

i*n or 



10* 

7* 
14% 
II* 
II* 

8* 
10* 

6* 

8* 
10* 
12* 

9* 
12* 
12* 



10* 



7* 
7% 

5* 
5* 
7* 



6* 



6* 

4* 

7% 

10% 



6* 
10* 



7* 



6* 

6* 

7* 

10* 

8* 
7* 



7* 



4* 
6* 

7% 
8* 

7% 
8* 



5* 
8% 
8* 

7% 
4* 
6* 

8* 
5* 
4* 
8* 

8* 
6* 
«* 

4* 

60* 

7* 
»* 



Au 8 
octobre 

233 
122^ 

255 



195 
133 
I90 



221 
153 



233 X 



132 



72X- 

160 



90 
65 



13 



13/ 



x 4i, 



105 



202 

65 
106^ 

33X 



41 

45 X 
82 



Au 14 
octobre 

230^ 

12224" 
255 

I96 

133 
I90 

'"; 3 8"' 
204 
220 
154 



229^ 

12$'A ex-d 



72X 



90 
62 ex.div. 



I2Xj 

"88^ 

J43X 



104 

201 

62 



134 
120 

54X 
100 

78 
125 
1 20 % 



33 

93 X 
40 
H% 
81H 
101X 

133 
120 



80 

143 

81X 

67 
2'2}4 e»- 
div et ex- 
droit« 
138 

I09V 
13'Mex-d 

1.56 ex-d 
4 
7- 



78 
123 
119 



54 
80 



144 
80 
65 

210 ex-di. 



i-, 5 ; ex-di. 

158 
109^ 
130 ex-di. 

I 55 «-<i. 

4 
7 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



VERRE BRUT 
(cast) 



Importateurs de 

Glaces Epaisses 

^f w VERRE A VITRE8, 

^3 VERRE CATHEDRALE 

uni et grave, 

Ob 

VITRE8 V<\ Arm £ 

PL0MBEE8, \\* Arme ' 

■^T etc. 

VITRE8 ORNE- W 

MENTEE8, ^q 

GLACES BI8EAUTEE8, V^ ~ 

DE88U8 DE MEUBLES,etc fX 

Tel. Bell, EST 430 et 3751 ^^ 

COIN PERREAULT & STE - ACATHE" • 



Manu- 
facturiers 

de 
MIRR0IR8, 



;vt o r< t e* e; a. l,c ( 



Courroies Specifies 

Nos Courroies sont recouvertes de 
notre Ciment Impermeable et peu- 
vent etre exposees au froid ou a la 
chaleur sans danger d'etre g&tees. 

D. K. McLaren, 

Limited 

351, roe St-Jacques, 

MONTREAL. 
Tel. Main 4904-4905 et 7248 



JOSEPH RODGERS & SONS, L'l™ 



0tfifni.iiiE«m 



Sheffield, Ang 

Evitez les imitations de notre 

COUTELLERIE, w 

en vous assurant que cette MARQUE ^n^V ^T^ 
EXACTS se trouve sur chaqua lame. jlL 

Seals Agents poar le Canada : 

JAMES HUTT0N& CO., Montreal. 



Toles Galvanisees 

"Queen's Head" ! 

Le type du genre depuis un demi-siecle 

Jamais egalees comme qualite. 
CAJ4ASA 

A. C. LESLIE & CO., LIMITED. 

MONTREAL 




Feutre et Papier 

N'IMPORTE QUELLE QUANTITE 

Toitures Goudronn6es (Roofing) pretes a poser, 2 et 3 
Papiers de Constrnction. Feutre a Doubler et a Taplsser 
Prodnita dn Gondron. Papier a Taplsser et a Im primer 
Papier d'Emballage Brun et Manllle. 

Fabricants du Feutre Goudronne 

"BLACK DIAMOND" 

Alex. McArthur & Co., Limited 

82 HUE McGILL. MONTREAL 

Manufacture de Feutre pour Toitures: Rues du Havie et lojan 
Moulin papier, Joliette Que. 




f/^ * 



MANUFACTURIERS DE 



Vehicnles pour Enfants. Meubles en osier. Accessoires 
poor chambres de toilette, Et chaises pour mvalides. 




Exigez toujours la Marque de Commerce ' CENDRON. 
DEMANDEZ LE CATALOGUE DESIRE. 

THE GENDRON MFG. CO., Ltd, 

TORONTO, Canada. 



EN ECRIVANT AUX ANNGNCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT' 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



39 



Ferronnerie, Quincaillerie, Peinture 
Materiaux de Construction, Etc. 



LES ABREUVOIRS EN BETON. 



(Suite.) 



Courbcz une piece de cloture metalli- 
que a partir du fond jusqu'aux cotes et 
aux extremites et autour des coins des 
cotes et des extremites de la forme. Ce- 
ci constitue un simple renforcement. 
Remplissez de beton, directement sur le 
sol, jusqu'a une profondeur de 6 pouces. 
La grande chose, la chose essentielle 
dans un abreuvoir, c'est qu'il m doit 
pas fuir. Pour etre sur que cette condi- 
tion est remplie, on devrait mettre le 
beton d'un seul coup et employer un 
melange de 1:2:4. II faut ajouter assez 
d'eau pour que le melange soit bour- 
beux. Egalisez le beton au-dessus a 4 
pouces des bords. Ceci forme le fond de 
l'abreuvoir. 

Maintenant placez la forme interieure 
de fagon a laisser un espace de 4 pou- 
ces entre les formes interieure et exte- 
rieure. Clouez des planches d'un pouce 
entre les parties superieures des poteaux 
interieurs et exterieurs pour maintenir 
en position la forme interieure. 

Placez le beton dans l'espace entre 
les deux formes, en vous arrangeant 
pour que le niveau soit a peu pres le 
meme des quatre cotes. 

Les formes devraient etre laissees en 
position pendant environ douze heures 
apres que le beton a ete place et imnieV 
diatement apres les avoir enlevees, n- 
duisez les murs interieur et exterieur, 
d'un melange de ciment et d'eau, a peu 
pres de l'epaisseur de la creme. Pour 
menager un ecoulement aux eaux, il faut 
faire un trou dans la partie inferieure, 
au niveau du sol. Ceci se fait en inse- 
rant une piece de bois ronde, effilee, 
entre les deux formes, a 6 pouces au- 
dessus du sol, Huilez ce tampon avant 
le le place , et apres que les formes 
sont enlevees. on peut le retirer et le 
'remplacer par un tampon permanent 
insere de "interieur. Ceci gardera l'eau 
dans l'abreuvoir et on peut facilement 
le retirer quand on le desire, pour asse- 
cher l'abreuvoir. 

Pendant le temps le betoa se durcit, 
apres que les Formes ont ete enlevees, 
on doit le maintenir humide et le pro- 
1 



teger contre le soleil. On peut y arri- 
ver en le couvrant d'une paire de cou- 
vertures pour chevaux maintenues bien 
humides et on devrait asperger d'eau 
l'abreuvoir, au moins une fois par jour. 

A peu pres deux semain^s apres sa 
construction, l'abreuvoir peut etre uti- 
lise. Un abreuvoir de ce genre a une 
capacite de 14 barils d'eau. 

Materiaux requis. 

\Y\ verge cube de sable 

de riviere. 
10 sacs de ciment. 

ou 
1% verge cube de pierre. 
5^ verge cube de sable. 
10 sacs de ciment. 

Cela demande a deux homines un jour 
et demi pour le construire. 

Cout approximatif aux prix courants 
des materiaux, y compris le travail, $12. 

Quand l'eau dans un reservoir est su- 
jette a geler, il vaut mieux donner une 
epaisseur de 3 pouces au bord d'en haut 
des murs de cote et une epaisseur de 5 
pouces a l'endroit ou le mur rejoint le 
sol. 

La partie exterieure du reservoir etant 
verticale, cela donne une inclinaison sur 
la partie interieure de 2 pouces en 3 
pieds. L'eau se dilate en gelant, et si 
l'interieur du reservoir etait tout droit 
de haut en bas, l'eau en gelant pourrait 
faire eclater le reservoir. L'interieur des 
murs etant construit pour pencher inte- 
rieurement, la glace sera poussee en haut 
quand l'eau gelera. 

Parfois il est desirable de construire 
un abreuvoir de forme soit circulaire, 
soit partiellement circulaire. Un abreu- 
voir de cette forme a un aspect plus ar- 
tistique et augmente la valeur de la 
ferine. 



LES BELIERS HYDRAULIQUES. 



Un belier hydraulique est une machine 
automatique, employee pour pomper 
l'eau des ruisseaux et l'amener dans des 
reservoirs. 



Une machine de ce genre fonctionne 
par pression d'eau, directe, et clle doit, 
par consequent, etre placee tout pres des 
bords d'un ruisseau. 

Puisque le beton ne peut etre endoin- 
mage par l'eau, c'est la matierc ideale 
pour construire le petit batiment renfer- 
mant le belier hydraulique. 

Pour ce faire, creusez une tranchee dc 
six pieds carres; cette tranchee aura une 
largeur dc 6 pouces et une profondeur de 
2 pieds. Remplissez la tranchee avec un 
melange de beton 1:2:4 et en meme 
temps faites un fond de beton d'une 
epaisseur de 6 pouces et formez la base 
pour placer le belier. Les dimensions de 
cette base dependent de celles du belier. 

Sur la fondation en beton, erigez des 
Formes de murs, d'une epaisseur de 6 
pouces, murs qui atteindront une hauteur 
d'environ six pieds. Maintenant placez 
le beton qui constituera les murs. 

N'oubliez pas de placer des boulons de 
y 2 pouce au haut de ce mur, pour tenir 
les planchettes en bois de 2 pouces par 
4 pouces, du toit. 

Quand les Formes sont placees, ins- 
tallez le montant de la porte, entre les 
murs interieur et exterieur. 

Enlevcz les Formes de mur au bout 
de quatre jours et finissez le toit. 

Materiaux employes. 

4 verges cubes de sable 

de riviere, 
24 sacs de ciment, 

ou 
4 verges cubes de pierre 

ecrasee, 
2 verges cubes de sable, 
24 sacs de ciment. 
Cout approximatif, au prix courant des 
materiaux, $25.00. 



On dit toujours qu'il ne faut pas ven- 
dre la peau de l'ours avant de l'avoir tue. 

Ceci, applique au commerce, peut se 
traduire ainsi: 

Ne comptez pas sur vos rentrees avant 
qu'elles ne soient reellement dans votre 
caisse. 



40 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 




J StanU\>lk3ts 

Nous ne montrons ici que quelques-uns des nombreux modules de 
rdbots [8poke Shaves] que nous manufacturons. Dans chaque cas, les 
couteaux soht faits d'uu acier de haute quality. Les poignees sont peintts 
au japan et, dans chacune, il y a une ouverture qui permet de pendre l'outil 
lorsqu'on ne s'en sert pas. 

"Tous les numeros ci-contre et les autres sont maintenant fabriques dans 
nos usines canadiennes. 

Demandez notre Catalogue contenant les descriptions completes. 

Stan ley Rule & Level Co. 

New Britain, Conn. U.S.A. 




LA LAVEUSE RAP1DE LA PLUS FACILE A ACTIONNER EST LA 

Laveuse ''Champion" a haute vitesse 

DE MAXWELL 

Elle peut etre actionnee par un levier a main ou par une roue a manivelle, ajustee a 
l'arbre de couclie horizontal. La cuve est faite de Cypres Rouge, bois qui dure toute la vie. 
Le systeme a extension pour fixer la tordeuse permet d'ouvrir presque entierement le 
dessus. Etagere fournie en plus, si on le desire. 

La laveuse "CHAMPION" a prouve qu'elle se vendait bien. Demandez les prix 
et autres details. 

DAVID MAXWELL & SONS St. Marys, Ontario. 

A G FC ISI C Hi A. MONTREAL, 446-448 RUB ST.PAUL. 



CABLES DE HALAOE ET DE GUINDAGE. 




Cables de Derrick et de DRAGUE. 



Cables pour Demenagements. 



Cables pour Chariot a scie. 



Etais pour cheminees de vaisseau. 



Garnitures en cable de fer 



Graisse pour cable de fer 



THE B. GREENING WIRE 
CO., LIMITED 



HAMILTON, ONT. 



MONTREAL, P. Q. 






Vol. XL VI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre [913. 



41 



(Ferronnerie) Marche de Montreal 



LA SITUATION. 
11 n'v a pas eu de modification dans 
la situation au cours de la derniere hui- 
taine; les affaires sont aussi actives que 
d'habitude en cette saison et les prix se 
maintiennent a un niveau assez eleve. 
Nous cotons: 

PLOMBERIE 

Tuyaux de plomb 

Les prix sont dc 7.50 moins 5% pour 

tuyaux en plomb et de 9.00 pour tuyauv 

dc plomb composition moins 5%. 

Tuyaux de renvoi en font et acces- 

soires 
Les escomptes sur les prix de la lis'.e 
sont: tuyaux legers, 60%; tuyaux moyens 
et extra-forts, 65%, et accessoires legers, 
moyens et extra-forts, 70%. 
Tuyaux en fer 
Nous cotons, prix de la liste: 



% 
H 

y* 

1 

1/2 

2 

2'A 

3 

i 

yA 

Nous 
% 

H 

y* 
y* 

1 

VA 

2 

2% 

3 

hi 



100 pieds 6.00 
100 pieds 6.00 
100 pieds 8.50 
100 pieds 11.50 
100 pieds 17.00 
100 pieds 23.00 
100 pieds 27.50 
100 pieds 37.00 
100 pieds 58.50 
100 pieds 76.50 
100 pieds 109.00 
100 pieds 92.00 

Tuyaux galvanises 

'on<= prix de liste: 

100 pieds 6.00 
100 pieds 6.00 
100 pieds 8.50 
100 pieds 11.50 
100 pieds 17.00 
100 pieds 23.00 
IOO pieds 27.50 
100 pieds 37.00 
100 pieds 58.50 
100 pieds 76.50 
100 pieds 92.00 



4 100 pieds ,109.00 

Les escomptes sont les suivants: 
Tuvaux noirs: i pouce et ji pouce. 63 

a 65 p.c; i pouce, 69 p.c; J- a 3 pouces, 

74 P-c; 3i a 4 pouces, 72J p.c. 

Tuyaux galvanises: I et i pouce, 50 p. 

c; i pouce, 59 p.c; i a 3 pouces, 64 p.c; 

3-1/3 a 4 pouces, 62-1/3 P-c. 

Tuyaux en acier 

100 pieds 9.60 

100 pieds 12.25 

100 pieds 13.30 

100 pieds 15.55 

100 pieds 19.80 
Charcoal 



3 

3* 
4 



2 pouces 
2i pouces 
pouces 
pouces 
pouces 

Fer-blanc 

Nous cotons: 1 c. 14 x 20 4.65 

Fer-blanc en feuilles 
X. Extra par X et par cse 1.00 

suivant qualite. 
(Caisse de 112 feuilles, 108 lbs. net) 
Au coke — Lydbrook ou egal 
IC, 14 x 20, base bte 4.45 

(Caisse de 112 feuilles, 108 lbs. net) 
Au Charbon — Terne-Dean ou egal 
IC. 20 a 28 bte 7.40 

(Caisse de 112 feuilles, 216 lbs. net) 
(Caisse de 560 lbs.) 
XX, 14 x 60, gauge 26 lb. 0.07 

Feuillles etamees 
72 x 30 gauge 24, 100 lbs. 
72 x 30 gauge 26, 100 lbs. 

Toles galvanisees "Canada" 
Nous cotons: 52 feuilles, $4*75; 60 
feuilles, $5.00. 

Toles noire* 
Feuilles: 
22 a 24 
26 
28 

Toles galvanisees 
Nous cotons a la caisse: 

Gorbals Queens 

Best Best Comet Head 

28 G 4.40 3.95 4.40 



0.07! 

8.50 
9.00 



2.65 
2.75 
2.85 

Fleur 
de 
Lis 
4.20 



26 G 4.20 3.50 4.20 3.95 

22 a 24 G 3-75 3-45 3-75 3-45 
16-20 3.65 3-20 3.65 3-35 

Les prix de la marque Comet sont plu- 
tot a la hausse. 

Apollo 
10I oz=28 Anglais 4.35 

28 G.=26 Anglais 4.10 

26 G. 3.85 

2 4 G. 3.60 

22 G. 3.60 

16 a 20 G. 3.45 

Moins d'une caisse, 25c de plus par 
100 livres. 

28 G. Americain equivaut a 26 G. An- 
glais. 

Petite tole 18 x 24 52 feuilles 4.45 

Petite tole 18 x 24 60 feuilles 4.70 

Soudure 

Les prix sont plus eleves de ic par lb. 

Nous cotons: barre demi et demi, ga- 

rantie, 2%y 2 z; do., 25j4c. "Wiping", metai 

pour plombiers. 

QUINCAILLERIE 
Boulons et noix 

Tres ferme et a la hausse. 

Nous cotons: 
Boulons a voitures Norway ($3.00) 50 

et 10 p.c. 
Boulons a voitures carres ($2.40) 60 et 

10 p.c. 
Boulons a voitures ($1.00): grandeurs, I 

et moindres, 60 et 10 p.c; 7/16 et au- 

dessus, 55c 
Boulons a machine, 1 pee et au-dessous 

60c 
Rail 100 lbs. 11.20 

Boulons a machine, 7/16 pee et au-des- 
sous, S7 l Ac 
Boulons a lisse, I et plus petits, 60 et 

55 et jo p.c 
Boulons a Ifsse. 7/16 et plus gros, 50 et 

5 P<- 

Noix par boites de 100 lbs. 

Nous cotons: 



LA S AISOIST DE LA CHASSE EST OUVERTE 

COMMENT SE VEND VOTJRE STOCK 9 

Un bon sujet de conversation a propos de vos cartouches DOMINION 
Imperial, Regal et Sovereign pour fusils de chasse. 

Elles ne sont chargers que de poudre sans fume'e Epaisse et de Calibre, la premiere du tnonde entier et ce ne sont que 
des cartouches refroidies deux fois. 

Les cartouches a poudre noire Crown, e'est un Feu Sur. 

Les Cartouches DOMINION sont fabriqu^es entierement au Canada, et sont speYialement adaptees a ses conditions 
clitnateViques variables 

Le But de la DOMINION CARTRIDGE CO. est d'assurer les qualit^s r£gulieres de tir de chaque cartouche par la coni- 
binaison convenable de la Poudre, de la Balle et de la Bourre, pour que le recul soit le plus faible possible, tout en maintenant 
la rapidite, un modele parfait et une penetration sure. 



Vos clients 



DOMINION CARTRIDGE CO., 




connaissent la marque. 



Limited. Montreal, P. Q 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT" 



42 



LE PRIX COtlRAN?, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



II est 

Avantageux 

de Vendre 




lis sont soutenus par 
lasortedeco operation 
qui assure non seule- 
ment de bonnes ventes 
et de bons profits pour 
lemarchand, mais de la 
satisfaction reelle a ses 
clients. Laissez-nous 
vous le prouver. .'. .". 

The 

Martin Senour 

Company, Limited. 

MONTREAL- 

HALIFAX, 

TORONTO, 

WINNIPEG. 



Noix carres 4c la lb. de la liste 

Boulons a charrue, 50 et 10 p.c 

La broche barbelee est cotee $2.32* 
les 100 livres i Montreal. 

Crampeg a clotures 
Fer poli $2.55 

Fer galvanise 2.85 

Broches pour poulaillers 
i x 20 x 30" 4.10 

1 x 30 x 36" 4.75 

1 X 22 X 24" 5.00 

i X 22 X 30" 6.30 

L'escompte est de 50 et 10 p.c. sur la 
liste. 

I x 20 x 24" 3.40 

i x 22 x 36" 7.50 

Broche galvanisee, etc. 

Nous co tons: 
No 9 les 100 lbs. 2.30 

No 12 les 100 lbs. 2.45 

No 13 les 100 lbs. 2.55 

Poli brute: 
No 10 les 100 lbs. 2.35 

No a 9 les 100 lbs. 2.35 

No 11 les 100 lbs. 2.42 

No 12 les 100 lbs. 2.60 

No 13 les 100 lbs. 2.70 

No 14 les 100 lbs. 2.80 

No 15 les 100 lbs. 2.85 

No 16 les 100 lbs. 3.00 

Brule, p. tuyaux 100 lbs. No 18 3.85 
Brule, p. tuyaux 100 lbs. No 19 4.70 
Extra pour broche huilee, 10c p. 100 lbs. 
Broche a foin 

La demande est faible. 

Nous cotons net: 

Marche tres ferme. 

No 13, $2.25; No 14, $2.30, et No 15, 
$2.40. Broche a foin en acier coupe de 
longueur, escompte 25 p.c. sur la liste. 

Plaques d'acier 

V2 pouce 100 livres 2.40 

3/16 pouce 100 livres 2.70 

Zinc en feuilles 

Le marche est ferme. 

Nous cotons: $7.50 a $7.75 les 100 lbs. 
Coudes pour tuyaux 

Nous cotons a la doz.: coudes ronds 
ordinaires 75 feuilles, $1.10; 60 feuilles, 
$i-35, et polis, 60 feuilles, $1.60. 
Broche moustiquaire 

Forte demande. 

Nous cotons: broche noire, $1.55 par 
rouleau de 100 pieds. 

Broquettes 

Pour boites a fraises 75 et 12! p.c. 

Pour boites a fromage 85 et 10 p.c. 
A valises 80 et 12} p.c. 

A tapis, bleues 80 p.c. 

A tapis, etamees 80 et 15 p.c. 

A tapis, en barils 40 p.c. 

Coupees bleues, en doz. 75 et 12J p.c. 
Coupees bleues et i pe- 

santeur 6b p.c 

Sweeden, coupees, bleues 

et ornees, en doz. 75 p.c. 

A chaussures, en doz. 50 p.c. 

A chaussures, en uqts 1 lb. 60 et 10 p.c 
Clous de broche 

Nous cotons: $2.30 prix de base, f.o.b., 
Montreal. 

Clous coupes 

Nous cotons: prix de base, $2.60 f. o. 
b., Montreal. 

Clous a chevafl 
Nous cotons par boite: No 7. $2.90: 
No 8, $2.75; No 9. $2.60; No 10, $2.50. 
avec escompte de 10 p.c. 
Fers a cheval 
Nous cotons f.o.b., 4 Montreal: 
Neverslip crampons, i le cent 3.80 





No 2 


No 1 




et 


plus etplus 




grand 


petit 


Fers ordinaires et 








pesants, le qrt 




3-90 


4.15 


Neverslip crampons 7/16, le 


cent 


2.40 


Neverslip crampons i, 


le cent 


2.60 


Neverslip crampons g/i 


6, le 


cent 


2.80 


Neverslip crampons 5/ 


16, le cent] 


2.00 


Neverslip crampons 8, 


le cent 


2.20 


Fer a neige, le qrt 




4.15 


4.40 


New Light Pattern, le 


qrt 


4-35 


4.60 


Fer "Toe Weight" No 


1 4 


4 


6.75 


Featherweight No a 


4 




5-75 


Fers assortis de plus d 


'une 


grandeur au 


baril, 10c a 25c extra par 


baril. 




Chaines en fer 






Tres ferme. 








On cote par 100 lbs. 








3/16 No 6 






10.00 


3/16 exact) 5 






8.50 


3/16 full 5 






7.00 


i exact 3 






6.50 


i 






6.50 


5/i6 






4.40 


i 






3.00 


7/i6 






3.80 


4 






3.70 


9/16 






3.60 


i 






340 


i 






3-30 


1 






3.30 


I 






3.30 


Vis a bois 






Les escomptes a la 


liste 


sont 


de 


Tete plate, acier 


85 


10 et 


7* P.c. 


Tette ronde, acier 


80 


10 et 


7i P-c 


Tete plate, cuivre 


75 


10 et 


7* P-c. 


Tete ronde, cuivre 


70 


10 et 7$ p.c 


Tete plate, bronze 


70 


10 et 


7i P-c. 


Tete ronde, bronze 


65 


10 et 


7* pc. 


Fanaux 






Nous cotons: 








Wright No 3 




doz 


. 8.50 


Ordinaires 




doz 


• 475 


Dashboard C. B. 




doz 


. 9.00 


No 2 




doz 


. 7.00 


Peints, 50c extra par doz. 




Tordeuse* a linge 




Nous cotons: 








Royal Canadian 




doz. 


47-75 


Colonial 




doz. 


52-75 


Safety 




doz. 


56.25 


E. Z. E. 




doz. 


51.75 


Rapid 




doz. 


46.75 


Paragon 




doz. 


5400 


Bicycle 




doz. 


60.50 


Moins escompte de 


20 p. 


c. Fore de- 


mande. 









Munitions 
L'escompte sur les cartouches cana- 
diennes est de 30 et 10 pour cent. La 
demande est tres active. 

Plomb de chasse 
Nous cotons net: 
Ordinaire 100 lbs. 10.00 

Chilled 100 lbs. 10.40 

Buck and Seal 100 lbs. 10.80 

METAUX 
Antimoine 
Le marche est sans changement, $9.75 
a $10.00. 

Fonte 
Nous cotons: 
Carron Soft 
Clarence No 3 

Fer en barre 
Nous cotons: 

base 100 lbs. 
base 100 lbs. 
base 100 lbs. 
cheval 

base 100 lbs. 2.40 



Fer marchand 
Fer forge 
Fer fini 
Fer pour fers 4 



24.50 
22.00 



2.15 
2.30 
2.40 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX CUURAJN I, Venciredi, 17 Uctohrc 1913. 



4.5 



base 


320 


base 


2.25 


0.00 


2.25 


2.10 


2.25 


0.00 


2.25 


0.00 


2.25 


0.00 


2.25 


0.00 


2.95 


2.75 


3.10 


00 les 100 


cote 


a 27c 



Feuillard mince li a 2 pes 
i'cuillard epais No 10 

Acier en barre 
Nous cotons net, 30 jours: 
Acier doux base 100 lbs. 
Acier a rivets base 100 lbs. 
Acier a lisse base 100 lbs. 
Acier a bandage base 100 lbs. 
Acier a machine base 100 lbs. 
Acier a pince base 100 lbs. 
Acier a ressorts base 100 lbs. 

Cuivre en lingots 

Le marche est fort. 

Nous cotons: $18.50 a $19 
lbs. Le cuivre en feuilles est 
la livre. 

Etain en lingots 

Nous cotons: $49.00 a $49.50 les 100 
livres. 

Le metal se fait de plus en plus rare 
sur les marches primaires et les expe- 
Jiuoiis di;minuent. 

Plomb en lingots 
Plus fort: $575 a $5.85. Rare. 
Zinc en lingots 

La demande est faible. 

Nous cotons: $6.25 a $6.50 les 100 li- 

i 1 1 a. 

HUILES, PEINTURES ET VI- 

TRERIE 

Huile de lin 

Forte demande et prix fermes. 
Nous cotons au gallon, prix nets: hui- 
le bouillie 65c, huile crue 62c. 

Huile de loup-marin 

Nous cotons au gallon: 
Huile extra raffinee 70c 

Essence de terebenthine 

Ferme. 

Nous cotons 65c le gallon par quantite 
de 5 gallons et 70c le gallon par baril. 

Blanc de plomb 

Forte demande. 

Blanc de plomb pur 8.25 

Blanc de plomb No 1 7.60 

Blanc de plomb No 2 7.40 

Blanc de plomb No 3 6.95 

Blanc de plomb No 4 6.75 



Pitch 

Nous cotons: 
Goudron pur, 100 lbs. 0.70 

Goudron liquide, brl 0.00 

Peintures prepared 

Nous cotons: 
Gallon 1.45 

Demi-gallon 1.50 

(Juan, le gallon 1.55 

t.n boi'es de 1 lb. 0.10 



0.80 
4.00 



1.90 
1.96 

1.75 
0.11 



Verrei a Vitres 

Les prix sont tres fermes. Forte de- 
mande. 

Jlc marche Beige augmente continuel- 
lement ses prix. 

Nous cotons: Star, au-dessous de 26 
pouces uni: 50 pieds, $1.85; 100 pieds, 
$3.40; 26 a 40, 50 pieds, $2.00; 100 pieds, 
$3.00; 41 a 50, 100 pieds, $4.00; 51 a 60, 
100 pieds, $4.25; 61 a 70, 100 pieds, $450; 
71 a 80, 100 pieds, $5.00, 

Double Diamond, 100 pieds: o a 25, 
$500; 26 a 40. $5-45; 4i a 50, $6.25; 51 a 
00. $6.75; 61 a 70, $7.25; 7i a 80, $12.50; 
81 a 85, $7.75; 86 a 90, $8.50; 91 a 95. 
$10.00. 

Vert de Paris pur 

Forte demande. 
L'aiils a petrole 0.00 0.19 

Drum de 50 a 100 lbs. 0.00 0.20! 

Drum de 25 lbs. 0.00 o.2oi 

Boites de papier, 1 lb. 0.00 o.22i 

Boites de ler-blanc, i lb. 0.00 0.23J 
Boites papier, i lb. 0.00 0.24! 

Boites fer-blanc, i lb. 0.00 0.25! 

Cables et cordages 
Manilla base lb. 0.00 

base lb. 
base lb. 
base lb. 
base lb. 
base lb. 
base lb. 
base lb. 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 
0.00 



Best 

British Manilla 

Sisal 

Lathyarn simple 

Lathyarn double 

Jute 

Coton 

Corde a chassis 

Papiers de Construction 

Tres ferme. 

Nous cotons: 
Jaune et noir, pesant 0.00 

Jaune ordinaire, le rouleau 0.00 
Noir ordinaire, le rouleau 0.00 
Goudronne, les 100 lbs. 0.00 

Papier a tapis, les 100 lbs. 0.00 



0.17 
0.13 
0.12 
0.12 

0.12^ 
O.II 
0.25 
0.34 



1.80 
0.35 
0.43 
2.25 
2.6o 



Papier a couv., roul., 2 plis 0.00 0.75 
Papier a couv., roul., 3 phs 0.00 0.95 
Papier surprise, roul., 15 lbs. 0.00 0.40 



Charnieres (couptlets) N 

li pouce 
it pouce 

2 pouces 

nis, sur char 
2i pouces 
24 puiices 

3 pouces 

Nos 800 et 838 

1 pouce 
li pouce 
14 pouce 
it pouce 

2 pouces 
2i pouces 
2*" pouces 
2? pouces 

3 pouces 
3l pouces 

4 pouces 

Meme escompte que pour 
charnieres d'acier poli. 



o 840 



0.67 
0.75 

0.81 

2. 10 
0.92 
1.07 
1.30 

0.32 

o.37 
0.48 



59 

67 

76 

81 

95 

07 

1.49 

2.12 

toutes let 



FERRAILLES 

Cuivree fort et fil de cuivre 
Cuivre mince et fonds en 

cuivre 
Laiton rouge fort 
Laiton jaune fort 
Laiton mince " 
Plomb 
Zinc 

Fer forge No 1 

Fer fondu et debris de 

machines No 1 
Plaques de poele 
Pontes et aciers malleables 
Pieces d'acier 



La lb 
0.00 0.11 



0.00 
0.00 
0.00 
0.00 

0.02J 

0.00 



0.09 

0.10 

0.08 

0.06 

0.02J 

0.03 



Vieilles claques 



La tonne 
0.00 12.50 

0.00 16.00 
0.00 12.50 
0.00 9.00 
. 00 5 . 00 
La lb. 
. 00 o . 00 



PLATRE 



Platre mele de sable, f.o.b., au char 5.50 
Platre dur (Hard Wall), f. o. b., 20 

tonnes et plus 10.50 

Platre pur (Plaster Paris), en ba- 

rils. sur char. 2.10 



L'Outillage 

Monarch 

de Savetier 



Cet assortiment comprend tous 
les Outils, etc., necessaires pour 
reparer les Chaussures ©t Harnais 
et s'adressera a une tres grande 
partie de la population, desireuse 
d'economiser de I'argent en fai- 
sant cet ouvrage elle meme. Les 
outillages "Monarch" se vendent jj| 
avec !a rapidite du "leu gregeois' 
tout le temps ! 




— CS3 



— cS5 



Pour Reparer 
les Chaussures 

et 

Harnais. 



NES S R E PAI R I IMG 



1 



246 rue Craig Ouest 

MONTREAL. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



/ 



44 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



LA CONSTRUCTION 



Durant la semaine terminee le 11 octo- 
bre, la ville a emis 65 permis de cons- 
truire au cout total de $373,500 pour les 
nouvelles constructions et de $18,450 
pour les reparations. 

Les chiffres ci-dessus indiquent la re- 
partition par quartier et donnent le cout 
approximatif de chaque construction, 
moins les details des permis au-dessous 
de $1,000. 

Quartier. Montant. 

St-Jean-Baptiste $6,000 

Hochelaga 19,900 

Rosemont 4,000 

Notre-Dame de Graces 56,200 

Emard 12,500 

Laurier ' 23,350 

Duvernay 7,000 

Delorimier 67,200 

Ste-Anne 18,400 

Ste-Marie 8,000 

Papineau 10,000 

St-Denis 29,700 

St-Louis 19,000 

St-Gabriel 6,000 

St-Henri 15,300 

St-Andre 54,000 

St-Georges 40,100 

St-Joseph 2,500 

St-Laurent i,8oo 

Tota l $391,950 

Nouveaux Permis. 

Rue Cadieux, quartier St-Jean-Baptis- 
te; 2 maisons, 6 logements, 3 etages, 3e 
classe; cout prob., $6,000. Proprietaire, 
H. Wolensky & Co., 1222 St-Urbain. 

Rue Chambly, quartier Hochelaga; 2 
maisons, 8 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $9,000. Proprietaire, L. O. 
Jalbert. 71 Chambly. 

Rue Harold, quartier Rosemont; 1 
maison, 1 logement, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $2,200. Proprietaire, W. M. 
Jawell, 444A Casgrain. 

Avenue Melrose, quartier Notre-Dame 
de Graces; 1 maison, 2 logements, 2 eta- 
ges, 2e classe; cout prob., $3,000. Pro- 
prietaire, S. N. Legallee, 554 Melrose. 

Rue Daragon, quartier Emard; 1 mai- 
son, 4 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $2,800. Proprietaire, A. Du- 
ranceau, 486 Hamilton. 

Rue St-Urbain, quartier Laurier; 1 
maison, 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $3,500. Proprietaire, J. A. 
Lambert, 2448 St-Urbain. 

Rue Delaroche, quartier Duvernay; 2 
maisons, 8 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $7,000. Proprietaire, P. J. 
Charlebois, 1234 St-Hubert. 

Rue Chabot, quartier Delorimier; 1 
maison, 5 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $4,000. Proprietaire, J. B. 
Ranger, 1007 St-Andre. 

Avenue Delorimier, quartier Delori- 
mier; 1 maison, 1 eglise, 1 etage, iere 
classe; cout prob., $35,000. Proprietaire, 
Fabrique St-Dominique, 480 Gilford. 

Rue Cartier, quartier Delorimier; 1 



maison, 5 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $4,000. Proprietaire, Adrien 
Charron, 806 Rivard. 

Rue Canal Bank, quartier Ste-Anne; 1 
manufacture, 1 etage, 2e classe; cout 
prob., $9,000. Proprietaire, Canada Sugar 
Refining Co. 

Rue Nicolet, quartier Hochelaga; 1 
maison, 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $3,600. Proprietaire, Nap. 
Crepeau, 406 Nicolet. 

Rue Cartier, quartier Ste-Marie; 2 
maisons, 8 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $8,000. Proprietaire, Do- 
nat Legault, 310 Pare Lafontaine. 

Rue Bordeaux, quartier Papineau; 2 
maisons, 4 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $10,000. Proprietaires, 
Lapointe & Pilon, nor Ontario Est. 

Rue Beaubien Est, quartier Laurier; 1 
maison, 1 magasin, 2 logements, 3 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $3,000. Pro- 
prietaire, Eugene Dufault, 145 Beaubien 
Est. 

Rue Addington, quartier Notre-Dame 
de Graces; 1 maison, 2 logements, 2 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $3,500. Pro- 
prietaire, Dame H. Carignan, 199 Ad- 
dington. 

Rue De Gaspe, quartier Laurier; 1 mai- 
son, 2 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $3,000. Proprietaire, F. L. 
Hanson, 3030 De Gaspe. 

Rue Girouard, quartier Notre-Dame 
de Graces; 1 maison, 2 logements, 2 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $2,500. Pro- 
prietaire, Theo. Campagna, 841 Sher- 
brooke ouest. 

Rue Beaulieu, quartier Emard; 1 mai 
son, 2. logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $2,000. Proprietaire, Jos. 
Daoust, 221 Beaulieu. 

Avenue Delorimier, quartier Delori- 
mier; 1 maison, 5 logements, 3 etages, 3e 
classe; cout prob., $3,700. Proprietaire, 
Alex. Sansfacon, 1639 Delorimier. 

Rue Boyer, quartier St-Denis; 1 mai- 
son, 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $2,200. Proprietaire, I. De- 
longchamps, 1982 Boyer. 

Rue Charlotte, quartier Saint-Louis; 1 
maison, 1 logement, 1 etage, 3e classe; 
cout prob., $1,000. Proprietaire, M. M. 
Jaslow, 8 Charlotte. 

Rue Delorimier, quartier Delorimier; 

1 maison, 5 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $3,000. Proprietaire, Ar- 
thur Mongeau, 1277 Delorimier. 

Rue St-Laurent, quartier Laurier; 1 
maison, i magasin, 2 logements, 3 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $6,500. Pro- 
prietaires, Gelinas Freres, 1958 St-Lau- 
rent. 

Rue Paris, quartier St-Gabriel; 2 mai- 
sons, 6 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $5,000. Proprietaire, J. A. 
Thibeault, 30 Soulanges. 

Rue Richelieu, quartier Saint-Henri; 5 
maisons, 15 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $15,000. Proprietaire, J. 
P. Tremblay, 341 avenue Oxford. 

Avenue du Pare, quartier Laurier; 1 
maison, 3 logements, 3 etages, 2e classe; 
cout prob., $8,000. Proprietaire, A. J. Bi- 
beau, 2633 avenue du Pare. 

Avenue Vendome, quartier Notre- 
Dame de Graces; 1 maison, 1 logement, 

2 etages, 2e classe; cout prob., $7,000. 
Proprietaire, J. S. Cameron, 461 St-Luc. 

Septieme Avenue, quartier Rosemont; 



1 maison, 2 logements, 2 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $1,800. Proprietaire, J. B. 
Pelletier, 377 Septieme Avenue, Rose- 
mont. 

Rue Iberville, quartier Hochelaga; 1 
maison, 2 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $1,800. Proprietaire, Jos. 
Charbonneau, 1657 avenue du Pare. 

Rue Vendome, quartier Notre-Dame 
de Graces; 2 maisons, 2 logements, 2. 
etages, 2e classe; cout prob., $12,000. 
Proprietaire, D. H. Scott & Co., 148 ave- 
nue Vendome. 

Rue Northcliffe, quartier Notre-Dame 
de Graces; 1 maison, 1 logement, 2 eta- 
ges, 2e classe; cout prob., $5,000. Pro- 
prietaire, J. Choquette, 460 St-Hubert. 

Rue Wellington, quartier St-Gabriel; 

2 poulaillers, 1 etage, 2e classe; cout 
prob., $1,000. Proprietaire. Soeurs Cong. 
Notre-Dame, Sherbrooke Ouest. 

Rue Eadie, quartier Emard; 1 maison, 
1 magasing, 5 logements, 3 etages, 2e 
classe; cout prob., $4,500. Proprietaire, 
S. Ste-Marie, 197 Hadley. 

Rue Chomedy, quartier Saint-Andre; 1 
maison, 7 logements, 3 etages, 2e class*; 
cout prob., $20,000. Proprietaire, Jos. St- 
Pierre, 103 Fort. 

Rue St-Luc, quartier St-Andre; 1 mai- 
son, 7 logements, 3 etages, 2e classe; 
cout prob., $14,000. Proprietaire, Jos. St- 
Pierre, 103 Fort.' 

Rue Closse, quartier St-Andre; 1 mai- 
son, 7 logements, 3 etages, 2e classe; 
cout prob., $20,000. Proprietaire, Jos. St- 
Pierre, 103 Fort. 

Rue Delaroche, quartier St-Denis; 1 
maison, 2 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $2,500. Proprietaire, Jos. 
Glass, 1674 Delaroche. 

Rue Universite, quartier St-Georges; 
1 maison, 1 magasin, 1 logement, 4 eta- 
ges, 2e classe; cout prob.. $35,000. Pro- 
prietaire, Prowse Range Co., avenue Col- 
lege McGill. 

Rue Clifton, quartier Notre-Dame de 
Graces; 2 maisons, 4 logements, 2 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $6,000. Pro- 
prietaire, D. Blay, 162 Pare G. E. Car- 
tier. 

Rue St-Hubert, quartier St-Denis; 1 
maison, 1 magasin, 2 logements, 3 eta- 
ges, 3e classe; cout prob., $4,000. Pro- 
prietaire, Dr M. O. Belanger, 3453 St- 
Hubert. 

Rue St-Jerome, quartier Delorimier; 2 
maisons, 6 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $9,000. Proprietaire, P. 
Labelle, 45 Marquette. 

Avenue Alice, quartier Saint-Denis; 1 
maison, 2 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $2,000. Proprietaire, Fred. 
Summers, 1233-34 avenue Youv'ille. 

Rue De St-Valier, quartier St-Denis; 
1 maison, 3 logements, 3 etages, 3e clas- 
se; cout prob., $4,000. Proprietaire, E. 
Majnian, 283 Christophe Colombe. 

Rue Berri, quartier St-Denis; 1 mai- 
son. 2 logements, 2 etages, 3e classe; 
cout prob., $1,500. Proprietaire, Johnny 
Bigras, 2977 St-Andre. 

Rue Orchard, quartier Emard; 1 mai- 
son, 3 logements, 3 etages, 3e classe; 
cout prob., $3,200. Proprietaire, Domini- 
que Lande, 277 Orchard. 

Avenue Sherbrooke, quartier Notre- 
Dame de Graces; 1 maison, 2 magasins, 
1 logements, 2 etages, 3e classe; cout 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX cOURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



45 



ce Que Vos Clients Sont Avertis 

Avantages de la Peinture en Automne ? 

Les beaux jours frais de septembre et d'octobre sont l'^poque id^ale pour peindre 
et on obtient de meilleurs re^ultats que si ce travail etait fait au printemps, quand 
le soleil est ardent, qu'il y a des mouches et de la poussiere. 
Faites bien valoir ce fait aupres de vos clients. 
Faites leur remarquer aussi que 

Peintures et Vernis Prepares 

°e JAMIESON 

Marques 

CROWN, ANCHOR, 

ISLAND CITY & RAINBOW 

donnent des resultats £gaux aux meilleurs. 

lis sont vendus a un prix raisonnable et ils sont soutenus par notre reputation 

at notre garantie. 

On n'a jamais fabrique de meilleure peinture. 

E. C. JAMIESON &r CO., Limite 



MONTREAL 



ETABLIE EN 1868 

PROPRIETAIRES et DIRECTEUR 

F>. D. DODS & CO., Limited. 



VANCOUVER 




La progression du Dominion ouvre ua march6 plus vaste et no9 ma 
chandises sont les mieux dtablies dans leur ligne. C'est une bonne raison 
pour tenir les 

REGLES ET GALLONS DE MESURE 



fi/FK/N 



On les demandera. Ils donneront satisfaction. Ils sont faits au Canada 
lis. annonceront tout votre stock. 



CATALOGUE SUR DfiMANDE. 

mEf uFK/N P ule fio. ojf{?anai>aJi& 

" W/NDSOR,ONn 



N 



OUS vous offrons ce fusil simple sup^rieur, pour gros gibier, a un tres bas prix. C'est le moment de vous 
en procurer un, calibre llm^m ou 43. Longueur totale, 39 pouces ; longueur du canon 20 pouces. 




Pesanteur 7 livre* 

C'est le veritable fusil de l'armee Allemande ("Mauser"), modele 71, que nous avona transforme en fusil 
de chasse. Aucun gibier n'est trop gros pour ce fusil. II est tres utile pour la foret, pour la ferme, ou tout 
autre endroit giboyeux. Tout le mecanisme de la culasse est fait de fin acier a outils Un levier de siirete 
barre le fusil de fa<;on a ce qu'il ne puisse faire feu et la culasse ne pt-ut s'ouvrir que lorsque ce levier est 
degage, ce qui garantit une surete absolue. 

Montreal, Canada. 



McGILL CUTLERY COMPANY, REC STEREP. Boite Postab 580, 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



46 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XL VI — No 42. 



prob., $9,000. Proprietaire, Albert Mes- 
sier, 15 avenue King Edward. 

Rue Bordeaux, quartier Delorimier; 1 
maison, 5 logements, 3 etages, 3e classe; 
coiit prob., $3,500. Proprietaire, J. B. 
Brien, 1299 Chabot. 

Rue Versailles, quartier St-Joseph; 1 
maison, 2 etages, 2e classe; cout prob., 
$2 S 500. Proprietaire, H. B. Tompkins, 
151 Metcalfe. 

Avenue Vendome, quartier Notre- 
Dame de Graces; 1 maison, 1 logement, 

2 etages, 2e classe; cout prob., $8,000. 
Proprietaire, J. W. Brown, 65 avenue 
Summerhill. 

Rues Smith et Gallery, quartier Ste- 
Anne; 1 maison, 1 magasin, 2 logements, 

3 etages, 2e classe; cout prob., $7,500. 
Proprietaire, Jos. Ward, 115 Youville 
Square. 

Rue St-Germain, quartier Hochelaga; 
2 maisons, 10 logements, 3 etages, 2e 
classe; cout prob., $5,500. Proprietaire, 
E. Ladouceur, 2735 St-Hubert. 

Avenue Papineau, quartier Delorimier; 

1 maison, 2 magasins, 2 logements, 3 
etages, 2e classe; oout prob., $5,000. Pro- 
prietaire, Mathieu Beauchamp, 875 Delo- 
rimier. 

Avenue Henri Julien, quartier St-De- 
nis; 1 maison, 2 logements, 2 etages, 3e 
classe; cout prob., $1,500. Proprietaire, 
Ernest Comtois, 1896 Henri Julien. 

Rue Chateaubriand, quartier St-Denis; 

2 maisons, 8 logements, 3 etages, 3e 
classe; cout prob., $7,000. Proprietaire, 
Nap. D. Leger, 3361 St-Hubert. 

Rue Harvard, quartiej Notre-Dame de 
Graces; 1 maison, 2 logements, 2 etages, 
3e classe; cout prob., $3,200. Proprietai- 
re, Mad. Lemoges, 86 Pare G.-E. Cartier. 

Rue Beaubien, voisin du No 447, quar- 
tier St-Denis; 1 maison, 1 magasin, 2 lo- 



gements, 3 etages, 3e classe; cout prob., 
$5,000. Proprietaire, Jos. E. Lamoureux, 
449 Beaubien. 

Reparations. 

Quartier Laurier; cout prob., $150. 

Rue St-Dominique, quartier St-Louis; 
1 maison, 4 etages, 2e classe; cout prob., 
$5,000. Proprietaire, National Breweries, 
rue St-Laurent. 

Rue King, quartier Ste-Anne; 2 mai- 
sons, 1 logement, 2 etages, 2e classe; 
coiit prob., $1,900. Proprietaire, Griffin- 
town Boys' Club, 168 Shannon. 

Rue Sherbrooke Ouest, quartier Saint- 
Georges; 1 maison, 3 etages, 2e classe; 
cout prob., $2,000. Proprietaire, McGill 
University, Montreal. 

Rue St-Denis, quartier Saint-Louis; 1 
maison, 1 theatre, 1 etage, 3e classe; cout 
prob., $4,000. Proprietaire, Ed. Dumont, 
142 Ste-Catherine. 

Rue Turgeon, quartier St-Henri; coiit 
prob., $300. 

Rue Bleury, quartier Saint-Laurent; 1 
maison, 2 magasins, 2 logements, 3 eta- 
ges, 2e classe; cout prob., $1,800. Pro- 
prietaire, Gault Trust Co., Canada Life 
Bldg. 

Quartier Laurier; coiit prob., $200. 

Rue Drummond, quartier St-Georges; 
1 maison, 1 logement, 3 etages, 2e classe; 
coiit prob., $3,000. Proprietaire, W. E. 
Stavert, 211 Drummond. 



RAPPORT DE BREVETS. 



MM. Marion & Marion, solliciteurs de 



brevets. Montreal, Canada, et Washing- 
ton, E.-U., fournissent la liste suivante 
de brevets canadiens recemment obtenus 
par leur entremise. 

Tout renseignement a ce sujet sera 
fourni gratis en s'adressant au bureau 
d'affaires plus haut mentionne. 

No 150,568 — Joseph Wm. Guimont, 
Montreal, Que. Appareil de chauffage. 

No 150,625 — Ferdinand Gareau, Mont- 
real, Que. Fumivore et appareil de cou- 
rant d'air. 

No 150,626 — John H. Gill, Dunedin, 
Nouvelle-Zelande. Appareil pour con- 
troler automatiquement la duree d'illu- 
mination artificielle. 

No 150,628 — Paul Girod, Ugine (Sa- 
voie), France. Procede d'affinage des 
aciers liquides. 

No 150,711 — Dr Rudolf Adler, Ams- 
terdam, Hollande. Procede pour la fa- 
brication de composes d'albumine-phos- 
phatee au moyen du poisson. 

No 150,712 — Dr Rudolf Adler, Ams- 
terdam, Hollande. Procede de fabrica- 
tion d'un tissu ressemblant au caout- 
chouc. 

No 150,742 — C. Brownlee et J. Mor- 
ris, Keewatin, Ont. Porte pour char a 
grains. 

No 150,760 — Saluste Cloutier, Saint- 
Pamphile (L'Islet), Que. Generateur de 
gaz acetylene. 

No 150,810 — Roderick J. Morrison, 
Caledonia Mines, C.B., N.E. Clef an- 
glaise. 

No 150,823 — James F. G. Roberts, 
Wellington, Nouvelle-Zelande. Appareil 
de cuisine portatif. 

Demandez une copie gratis du "Guide 
de l'lnventeur". 



POSEZ DES QUESTIONS 

(^'est la raison d'etre de notre Bureau de Renseignements que de repondre a vos questions. Cela nou 
cofite des milliers de dollars par an— mais les reponses ne vous coutent rien. 

Quand vos clients veulent savoir quelque chose a propos du beton— quand ils demandent qu'on les 
aide a calculer les proportions dun silo ou d'une allee ou meme d'un montoir et que vous ne pouvez donner 
la reponse " a brule-pourpoint ", adre?sez-nous la demande de renseignement ; nous y repondrons com- 
pletement et promptement. 

Ce service de Renseignements est un des secours qui aident a la vente du 

Canada Portland cement 

L'interet que nous portons a la vente du Ciment Canada ne s'arrete pas, quand le ciment vous 
est vendu. Nous ne le cons iderons pas comme VENDU tant que votre client ne I a pas melange conve- 
nablsment pour en faire du beton et ne l'a pas employe de la facon qui lui donnera le plus de satis- 
faction. Le Ciment Canada est probablement le produit le mieux annonce au Canada. Vous pouvez 
en faire la ligne QUI RAPPORTE LE PLUS parmi cellesque vous tenez. Et une facon d'y arriver, 
e'est de -vous adresser a notre Bureau de Renseignements, chaque fois qu'un client a besoin d'aide. 

Adressez toutes les demande* au 

BUREAU DE RENSEIGNEMENTS 

CANADA CEMENT COMPANY LIMITEE. 

MONTREAL. 

BUREAU DE VENTES A 

MONTREAL. TORONTO, s WINNIPEG. CALGARY. 

Commandez du Ciment au plus proehe Bureau de Ventes. 




Vol. XL, VI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



47 



Renseignements Commerciaux 



Jugements. 
Defendeur. Demandeur. Montant. 

Joliette. Lepine, Euclide — J. S. Trempe $185 

Knowlton. Barber, M. J. — Hon. W. A. Lynch et al. .. 1332 

Lac Megantic. Greenspan, Chas. — Dom. Clothing Co. 417 

Longue-Pointe. Gauthier, T. — R. H. Larin 237 

Montreal. Adamson, J. E. — O. W. Barwick 161 

Montreal. Aloof Bros. — Tremblay et Frere 1250 

Montreal. Blackbird Livery Stable — A. Leduc .. .. 341 

Montreal. Chevalier et Frere — L. Dupuis et Poirier.. 653 

Montreal. Dignard, C, et al. — J. N. Cabana 1512 

Montreal. Dubuque, Hector — Auto Garage Co 176 

Montreal. Emerson, J. — Dame L. Gervais 80 

Montreal. Guerin, L. G. — A. P. Martin 125 

Montreal. Lacroix, W. — L. E. Masson 211 

Montreal. Marcil, Eldege — A. Ethier 50 

Montreal. McLean, P. S. — W. C. Botsford 57 

Montreal. Rawson, A., et al. — Eanque d'Ottawa .. .. 961 

Montreal. Roy, Jos. — Can. Dairy Supply Co 133 

Montreal. Seguin, Alphee — Hurteau-Williams Co. .. 242 

Montreal. Shirley, C. E., jr. — A. L. Brault 82 

Montreal. Thibaudeau, Albert — W. Pepin 230 

Namur. Kennedy, A. — O. Chalifoux et Fils, Ltee. 341 

Pointe-aux-Trembles. Desroches, C. — B. Lefebvre .. .. 302 
Ste-Anne de Bellevue. Deshaies, Amedee — ■ Latour et 

Guindon 106 

St-Bruno. Riopel, Noel — Hudon-Hebert et Cie .. .. 104 

Waterloo. Joseph, Albert — Banque d'Hochelaga .. .. 190 

West Ely. Houle, Edmond — Can. Bank of Commerce. 198 

West Shefford. Dupois, Nelson — Banque d'Hochelaga. 200 
Defendeur. Demandeur. Montant. 

Beaconsficld. Tikelstein, J. S. — G. E. Leger $134 

Kiamika. Bissonnette, J. A. — Carriage and Harness 

Supply Co 130 

Maisonneuve. Carter, Ben. — J. P. Wilson et al 62 

Montreal. Adelstein, J. L., et al. — A. Racine, Ltee .. 102 
Montreal. Asbestos Corp. of Canada, Limited — Geor- 
ge Roseberry 300 

Montreal. Bannon, James — J. Black 130 

Montreal. Barnes, J. J. — J. K. Beveridge 90 

Montreal. Beaudry, P. A. — R. Letourneau 187 

Montreal. Beaudry Realty Co. et al. — W. T. McLaurin 382 
Montreal. Colonial Hall Co. — Montreal Public Ser- 

Montreal. Driller, T. M. — I. Denis 66 

Montreal. Black Lake Asbestos Co. — C. Boulanger.. 1000 

Montreal. Black Lake Asbestos Co. — Jean Ouellet .. 700 

Montreal. Bourdeau, Aime, et al. — P. J. Lorrain .. .. 700 

Montreal. Bousquet, P. J., et al. — N. Grandmont .. .. 300 

Montreal. Capelovici, Israel — I. Rosenberg 60 

Montreal. Chaley'er Co. — Lapointe et Pilon 76 

Montreal. Chapman, J. C. — Semi-Ready, Ltd 78 

vice Corporation 352 

Montreal. Dagenais, Theo. — O. Dubois 83 

Montreal. Dozois, H. D. — D. Freres 576 

Montreal. Dulovitch, Jacob — M. M. A. Touchon et al. 70 

Montreal. Eagle Club — Morris Co., Limited 80 

Montreal. Fashion Dress & Waist Co., Limited — H. 

Sorgis 218 

Montreal. Gauthier, Ach. — Dame L. Mathieu 64 

Montreal. Girard, Maude — M.Edwards 98 

Montreal. Gourley, E. — Yee Wing Dong 60 

Montreal. Greenberg, I. — Mont. Public Service Corp. 134 

Montreal. Guillotte, Pierre — G.Samson 50 

Montreal. Guerin, Ls. — Gunn, Limited 74 

Montreal. Hamelin, Ls. — J. Weinstein 58 

Montreal. Harnois, Victor — J. E. Roy et al 113 

Montreal. Houses & Land Co. — Societe Administra- 
tion Generale 54 

Montreal. Ibbotson, A. E., et al. — C. E. Martin .. .. 203 

Montreal. Imparade, Emery — J. Feldman 52 

Montreal. Johnson, Dave — J. Finestone et al 99 

Montreal. Lapensee, Auguste — G. A. Marsan 109 

Montreal. Larin, Alfred — J. B. Lafortune 80 

Montreal. Laurin, Archie, et al. — Legare-Gadbois 

Auto. Limitee , 411 



Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 

Montreal 

Montreal 

Montreal 

Quebec. 

Quebec. 

St-Jerom 

Thetford 

Thetford 

Victoriav 

Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 



Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 

Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 

Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 

Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 
Montreal 



Legare, J. E. — Ludivina Giroux 60 

Luskewicko, Luzie — N. Stefankow 56 

Masse, Domina — N. Vezina 60 

Mayer, Michel — L. Riopelle 64 

Missisquoi Lautz Corp., Limited — William 

Wilson, Limited 846 

Parent, E. — Hudon-Orsali, Limitee .. .. 107 

Tarantino, Guiseppi — H. E. Vipond .. .. 357 

Wov Sing Sing — H. Friedman 65 

Papillon, Ph. — National Coffee & Spice Co. 59 

Rousseau, N. E. — Sapho Mfg. Co 759 

:. Grenier, Wilfrid — S. Miller S3 

Mines. Leblanc, E. — P. Vallieres 188 

Mines. Robertson Asbestos Mining Co. — M. 

J. Woolsey 285 

ille. St-Amour, Julien — J. A. Daignault .... 50 

Bechard, O. — J. Pilon 50 

Belanger, A. — Z. Bouvier 85 

Bissonnette, J. A. — J. C. Duhamel 83 

Boileau, F. — S. Alluisi 65 

Bryson, A. — A. Lafreniere 56 

Cabana, H. — M. Roberge 56 

Elmslie, G. — Estate of M. Tapley 98 

Flanagan, J. — Dame O. Carrier 59 

Guertin, J. A. — Gunn-Langlois Co 57 

Hopp, C. — C. H. Dingman 61 

Hurtubise, J. — J. B. Lalonde 71 

Lachapelle, Art. — H. Leblanc 89 

Latreille, G. — I. Trudeau 85 

Marceau, Jos. — A. Ethier 84 

Martineau, A. — R. Ducharme 58 

Morin, Eug. — National Coffee & Spice Co. 56 

Myette, E. — J. A. Langelier et al 95 

Picher, A. — Z. Pesant 54 

Prud'homme, C. — J. B. Jasmin 57 

Schofield, H. G. — D. M. Jones 71 

Senecal &. Martineau — A. Martel 60 

Senecal, E., et al. — J. A. Borderic 77 

Tremblay, A. — J. A. Langelier et al 78 

Executions. 

Defendeur. Demandeur. Montant. 

Billson, R. — J. E. H. Paddon $ 55 

Bourenk, E. — The King 1 13 

Dagenais, G. — Z. Pesant 373 

Dereyak, J. — The King 113 

Desjardins, A. — Lapointe & Pilon 183 

Decroix, Chas — C. W. Meyer 60 

Desmarais, J. C. — J. D. Camirand et al. .. 226 
Eastmure, N. V. — Guardian Accident & 

Guarantee 189 

Gabias, J. M., et al. — P. J. Lorrain 750 

Girouard, O. — A. Allard .. .. 62 

Giroux, L. — Home Bank 162 

Golzdovitch, S. — The King 55 

Golzdovitch, S. — The King 55 

Gravel, J. U. ■ — Dame E. Sanscartier . . . . 582 

Greenfield, T. — L. N. Noiseux et al 56 

Guenette, J. — J. M. Lessard 92 

Guerin, H. — E. Eaves, Ltd 209 

Guillette, Pierre — C. A. Lemieux 461 

llieff. Elias — E. Reed 143 

Kambetes, A., et al — J. Prenoveau 325 

Letourneau, J. L. — DeLaval Dailry Supply 

Company 193 

Lognitzy, T. — The King 55 

MaHette, A. — Beaudoin, Limitee 168 

Marshall, T. C. — J. A. Moir 228 

Meloche, A. — J. B. Archambault 141 

Mendelsohn, A. — O. F. Mercier 65 

Parent, E. — J. A. Lemieux -. . .. 178 

Paulhus, C. E. — McGregor Banwell Fence 

Company 82 

Payette, H. — L Brien 61 

Quesnel, P. — Hudon & Orsali, Ltee .... 83 

Ranich, Geo., et al. — F. J. Bisaillon et al. . . 520 

Scotti, D. — L. Villeneuve : 215 

Sharpe, J. H. — A. Beaudoin 153 

Thauvette. R. — J. Fletcher 924 

Tzadstakis. H. — L. Payette et al 437 

Yachon, J. L., et al. — E. DaDvid 704 

Veronneau, H. — H. Gariepy 60 



4 8 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



LES TRIBUNAUX 



COUR SUPERIEURE. 



ne; Trudeau, Delphine, veuve de Cote, Maurice, 
Ste-Philomene; Massicotte & Cote, Montreal; 
Robitaille, Pierre, St-Laurent ; Cloutier, Noe; 
Dupre, J.-B.; Hosanna, Quienty, Montreal 

Credit Foncier 2,288 

Pointe-aux-Trembles. 











Durocher, Camille 


Desjardins, J. 
Quebec. 


468 










JUGEMENTS 






Rousseau, N. E. 


Sapho Mfg. Co., Ltd. 


759 


Defendeurs. 


Demandeurs. Montant. 


Heroux, Elphege 


St-Boniface. 

Ogilvie Flour Mills Co., Ltd. 


486 


Tikelstein, J. S. 


Beaconsfield. 
Joliette. 


Leger, Geo. E. 


$134 


Riopel, Noel 


St-Bruno. 

Hudon, Hebert & Cie, Ltee 


104 


Lepine, Euclide 

Bissonnette, J. A. 

Gauthier, T. 
Lajoie, Raoul 


Trempe, J. S. 
Kiamika. 

Carriage Harness Supply Co. 

Longue-Pointe. 

Larin, R. H. 
Longueuil. 

Asselin, Gaudias 
Maisonneuve. 


185 

130 

237 
140 


Forest, Mile P. M. 
Guenette, Eugene 
St-Amour, Julien 


St- Jacques l'Achigan. 

Farrell, Belisle & Cie, Ltee 
St-Jerome. 

Debenhams Canada, Ltd 
Victoriaville. 

Daigneault, J. A. 


143 

181 

50 



Denis. Hyacinthe 
Ville de Maisonneuve 



Weisglass, S., Ltd 136 
Lavoie, Marie, et vir. 120 



Mont-Royal Vale. 

Atkinson, Rose Helen, epouse de Jeary, Chas. Richard; 
Jeary Electric Co. (C. R.) 

Northern Electric Mfg. Co., Ltd. 591 

Namur. 

Kennedy, A. Chalifoux, O., & Fils, Ltee 341 

Notre-Dame de Bonsecours. 

Beaudry, Antoine; Massicotte, Onesime, Ste-Philome- 



COUR DE CIRCUIT. 



JUGEMENTS. 



Defendeurs. 



Demandeurs. Montant. 



Adamsville. 



Desroches & Freres Baynes Carriage Co., Ltd $ 25 

Balthazar, Henry, et Desroches, Felix 



GRAND TRUNK Sft-rlttr 



QUATRE TRAINS 
EXPRESS 
PAR JOUR 



Montreal et Toronto. 

9.00 a.m., 9.40 a.m., 7.30 p.m., 10.30 p.m. 

Wagons Buffets, Salons et de Lecture sur trains 
de jour, et Dortoirs Pullman £clair£s a l'&ectricite 
sur trains de nuit. 

LA SEULE ROUTE A DOUBLE VOIE. 

(-'"International Limited" 

LE MEILUEUR CONVOI DU CANADA. 

Quitte Montreal pour Toronto et Chicago a 9.00 a.m., 
tousles jours. 

QUIPEMENT DE PREMIERE CLASSB 

Montreal et Ottawa. 

Quitte Montreal a 8.16 a.m - , et a 9.30 a.m. 
Arrive a Ottawa a 11.30 a.m , et a 12.15 P«m. 
Quitte Montreal a 3 55 p.m., et a 8.00 p.m. 
Arrive a Ottawa a 7.10 p.m., et a 11.15 P-tn. 

Trains a 9.30 a.m., et a 3.55 p.m., tous les jours diman- 
che excepted ; a 8. 16 a.m., et 8.00 p.m., tous les jours. 

Wagons Salons et Buffets sur tous les convois . Wagon 
Salon-Buffet-Observatoire Pullman sur les convois de 3.55 
p.m., et de 8.00 p.m. 

BUREAUX DES BILLETS EN VILLE: 
111 rue St-Jacques. T61. Main 6905, ou gare BonaVnture 



Achetez le meilleur. 

Corde pour Chassis, marque "Hercules" 

Corde de Coton, marque "Star" 

Articles de Vetements, en Coton, 

Ficelle de coton, 3 et 4 fils 

En vente dans toutes les Principales Maiaons de Gros. 



The Hamilton Cotton Co. 



HAMILTON, Ont. 



Cherchez le nom de "MORROW sur toutes les Foreuses. 



C'est votre garantie de precision et de duree maxima. Chaque 

Foreuse MORROW est de fabrication canadienne et est garantie. 

Usines a INCERSOLL, Ontario. 

JOHN MORROW SCREW AND NUT COMPANY Limited. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



Vol. XI, VI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



49 





Baynes C 


arriage Co., Ltd. 


64 




Scotstown. 






Chichester. 






Huzzell, H. S. 


Laporte, Martin & Cie, Ltee 


9 


Marcotte, John 


Moody, M., & Sons 


16 




Trois-Rivieres. 






Laval. 












Crevicr, T. E. 




Millen & Frere 


25 


Biron, Adrien 


Weber, J.,' et al. 


40 




Maisonneuve. 




Germain, Albert 


Rubinovitch, L. 


34 












Westmount. 




Marchessault, Hormis< 


Rheaume, J. 


50 








Vezina, I. A. 
tfongeon, Hector 




Lirette, L. 
Gagne, N. 


35 

37 


Suckling, H. M. 


Purves & Henderson 
Gales, G. G. 


17 
15 


Knight, W. J. 




Chaumont, C. 


17 








Martin, A. 




Lirette, L. 


IS 








Brodeur, L. A. 


Mont. Public Service Corp. 


24 




COUR SUPERIEURE. 




Carter, Ben. 


Wjlenn ' P pf al 


62 

8 








Taylor, Geo. 


Nicolet. 


Ou'ellette' J. N. 




ACTIONS. 




pochette, Evariste 




Leblanc, D. 


5 


Defendeurs. 


Demandeurs. Montants. 




Outremont. 








Baie du Febvre. 




McGovern, Thos., et 


Tining, D. L. 


Lafontaine, G. A. 


3^ 


Lemire, Octave 




• 


Eauthier, J. H. 




Chaput, J. A. 


36 


Cie Modele des Terrains et Placements 


$193 




Quebec. 






Lemire, Jos. F. 




193 


Papillon, Ph. 








Cie 


Modele des Terrains et Placements 


National Coff 


se and Spice Co. 


53 










St-Jerome. 








Beauharnois. 
















Grenier, David 




Miller, S. 


20 


Robert, Edmond 


\rthur 




(irenier, Wilfrid 




Miller, S. 


53 




Soeurs SS. NN. Jesus et Marie 


4163 


Hart, Calixte 


St-Lambert. 


Freedman, H. 


10 




Beloeil. 




Howe, John 


St-Laurent. 


Mitchell, R. W. 


12 


Deslages dit Lavi 


gueur, Francois Briere, H. 
Cartierville. 


304 


Boulianne & Jalbert, 


Ltee 


Cauchon, J. M. 


22 


Fisher. John 


Coutlee, Geo., iere Classe 


Godin. Abel 


Ste-Therese. 


Miller, G. 


3 2 




Compton. 






St-Tite. 






Squire, E. J. L 


esage Packing & Fertilizer Co., Ltd. 


599 


Earl, Adam 


Shefford Vale. 


Lafleur, F, 


21 




Hudson. 




Jolly, D. R. 




Dingman, E. H. 


22 


Castonguay, Jos. 


Denis, Honore 


136 



Cette vignette fait 
voir une de nos 



tttt 




Fournaises a Air Chaud 

Ces fournaises forment une ^-pe'cialitd par elles-rnemes . 

vSoyez assures qu'elles vous donneront satisfaction. 

Nous garantissons toutet Ies fournaises qui sont installees par nous ou 
d'apres nos instructions. 

Ne payez pas avant d'etre satisfaits. 

Vous trouverez plus loin une liste des endroits oil nous avons installs 
nos FOURNAISES A AIR CHAUD. 

PRENEZ DES INFORMATIONS VOUS-MEME. 

Spe'cialite' de Poeles en acier de toutes grandeurs pour Couvents, Colle- 
ges et Presbyteres 

Fournaite* a Air Cbaud" : 

Roxton Pond, Que\, couvent 
Roxton Pond, Que\, presbytere. 
Sabrevois, Qu6, dglise. 
St-Louis, Richelieu, £glise et presby- 
tere. 



Edifice* pourvu* de no» ' 

Black Lake, Qud., £glise. 

Bois-Francs, Que\ , £glise. 

Carleton Place, Qu£., £glise. 

Compton, Que\, £glise. 

East Hereford, Que., e"glise. 

East Stanbridge, Que\, £glise et sa- St-Basile le Grand, Que\, e"glise. 



cristie. 
Ea&t Stanbridge, Que\, presbytere. 
Fermount, £glise m^thodiste. 
He Dupas, Que\, presbytere. 
Lac Bouchette, Que\, £glise. 
Lac-aux-Ecorces, Que\ £glise. 
La Tuque, Que\, £glise. 
Montcerf, Que\, £glise. 
Motre-Dame du Portage, £glise. 
Outremont, £glise baptiste. 
Rapide de l'Orignal, Que\, £glise. 
R pide de l'Orignal, presbytere. 
R pide de l'Orignal, Que\, £cole. 
Richelieu, Que;., £glise. 
Roxton Pond, Que\, £glise. 



St-Claude, Que\, eglise. 
St-David, Que\, £glise. 
St-Faustin, Qu<5., £glise. 
St-Frs-Xavier, Brompton, Q., e'glise. 
St-Henri de Mascouche, Q., college. 
St-Jovite, Que\, £glise. 
St-Mathias, sur Richelieu, Eglise. 
St-Nazaire, Que\, e'glise. 
St-Nazaire, Que\, presbytere. 
St-Pascal Baylon, kussel, Ont., dglise. 
St-Thomas d'Aquin, Que\, presbytere. 
Sorel, Que\, Eglise. 
Villeray, Qa€., 6glise. 
Yamaska, Qu6 , etc , etc. 



RECORD FOUNDRY & MACHINE CO. 

17, Rue Mill, MONTREAL. 

Tel. Vic, 146. Usines a Moncton, N. B. 



EN ECRIVANT AUX ANNONCEURS, CITEZ "LE PRIX COURANT". 



.SO 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 




OCCASION 



Automobile "Panhard-Levasseur," en bon etat, (self starter)— 7 personnes, carosserie 
double phaeton— Equipement complet. A coute $10,000. Vendra a sacrifice pour 
argent comptant. 

S'adresser a 

J. W. HARDING, 

Edifice Canada Life Assurance Co., - - 189 Rue St- Jacques, MONTREAL. 



Lac Megantic. 
Rattelade, J. B. Mtl. City & Dist. Realty Co. 

Laprairie. 
Lussier, Aime Menard, S. 

Bourguoin, Jos. Bouthillier & Fils 

Laval des Rapides. 
St-Jean, Albini Gohier, D. 

Longueuil. 

Corporation de Longueuil 

St. Lawrence Sand, Gravel & Dredging Co. 
Marie-Ville. 
Provost, Leon Higginson, J. F. 

Nicolet. 
Agence des Promoteurs, Ltee; Coude, J. Henri; Le- 
blanc, F. X.; Rene, J. E.; Lalonde, J. E., Montreal 

Banque d'Hochelaga 
"Notre-Dame de Dore. 
Morin, Edouard Royal Canadian Jewelry Co. 

Ste-Anne de Bellevue. 
Lebeau, D. Kilgour, J. W., & Bros., Ltd. 

St-Elphege. 
Caron, Ernest Succ. Lactance de Tonnancourt 

St-Elzear. 
Guay, L. P. Royal Canadian Jewelry Co. 

St-Germain de Grantham. 
Rajotte, Pierre 

Cie Moderne des Terrains et Placements 
St-Hyacinthe. 
Chagnon, Aurelius De Laval Dairy Supply Co., Ltd 

St-Jerome. 
Villeneuve, Jacques Bourdeau, Borden J. R. 

St-Liboire. 
Grandpre, Domina 

Cie Modele des Terrains et Placements 
Ste-Theodosie. 



500 
1760 



504 

880 

208 

354 
171 



171 

382 
269 
114 

203 
500 



St-Vincent de Paul. 

Desjardins, Antime; Saumure, Philippe, Montreal 

Banque d'Hochelaga 5129 
South Ham. 
Chauveau, L. M. Royal Canadian Jewelry Co. 114 

Tetreaultville. 
Commission Scolaire Tetreaultville; Chartrand, Come 

Lachance, M. 202 
Trois-Rivieres. . 
Gruninger, G. A. Corporation Ville de Grand'Mere 1841 

Verdun. 
Reed, Al. E. Plamondon, R. 105 

Ouellette, Pierre; Blanchette, Fred. A.; Garage Regent, 

Montreal. Avard, Jos. Gust. 1000 



COUR SUPERIEURE. 



JUGEMENTS RENDUS. 

Demandeurs. Montants. 
Black Lake. 

La Sauvegarde $252 
Cookshire. 

Ogilvie Flour Mills Co., Ltd. 365 
Hull. 

Marah, Joyal Linna Grace 228 
St-Lambert. 

Canada Brick Co., Ltd. 206 
St-Laurent. 
Crevier, Gedeas Cousineau, P. 200 

Bouliane & Jalbert, Ltd. Gunn, Langlois Cie, Ltee 173 

St-Lazare. 
Rozon, Michel ■ Lavigne, Nap. 96 

' Ste-Scholastique. 
Leger, Raoul £ Cie de Laiterie St-Laurent ill 



Defendeurs. 

Gagnon, L. D. 

Hilliard, Geo. N 
Gagne, Omer 
Lamontagne, A. 



Vol. XLVI — No 42. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



5* 



Sault au Recollet. 

Papineau, Ed. Carmel & Martineau 768 

Waterloo. 

Robinson, E. L. Ogilvic Flour Mills Co., Ltd. 100 



COUR DE CIRCUIT. 



JUGEMENTS RENDUS. 

Demandeurs. Montants 
Absent. 

Lefkowitz, S. 
Adamsville. 

Moody, M., & Sons 
Beauceville. 

Forticr, J. M., Ltee 
Bonaventure. 

Slaike, Seyhold, Ltd. 
Buckingham. 

Eckardt, A. J. H. 
Burbidge. 

Moody, M., & Sons 
Cartierville. 

Brunet, A. 
Clarenceville et Shawville. 
Macfarlane, Wallace, et Howard, G. A. 

Wm. Gray & Sons, Campbelle. Ltd. 
Farnham. 

Dumani, A. 
Lac a la Tortue. 

Moody, M., & Sons 
Lachine. 

Lariviere, J. 
Laplante, J. A. 
Hart, T., et al. 
Longueuil. 

Hall Mfg. Co. 
Maisonneuve. 

Moody, M., & Sons Co. 

Asselin, M. 

Skelly, A. (de) et vir. 

Chaumont, C. 

Blain, A. 

Beauchamp, M. (de) et vir 

Guyot, A. 

Cohen, J., et al. 

Cohen, J., et al. 

Cohen, J., et al. 

Hudon & Orsali, Ltee 

Mtl. Public Service Corp. 

Maniwaki. 

Moody, M., & Sons 
Maple Grove. 

Massey, Harris Co., Ltd 



Defendeurs. 
Lipshitz, Ph. 
Desroches, Felix 
Gregoire, N. C. 
Desbiens, Ernest 
Ladouceur, M. 
Lamoureux, Abraham 
Clermont, Gaudias 



Galipeau, P. A. 

Ricard, David 

Laplante, T. A. 
Ciuertin, Arm. 
Aquin, M. J. 

Milette. Thos. 

Gates & Cassidy 
De Favette, Moise 
Sheldrick. R. J. 
Meformick, Alf. 
Lapres, Desire 
Gelias, Leonidas 
Patenaude, Art. 
Sirois, Aime 
Falardeau, L. 
Degagnier. Thomas 
Lemay. J. E. 
Lecours, A. 

pingevin, Ad. 

Wood, T. H. 



Gingras, J. A. 
Demers, Jos. 
Villeneuve, Ed. 



Marbleton. 

Confer, A. L. 30 
Mascouche. 

Moody, M., & Sons 27 

Montreal-Sud. 

Guimond, H. 35 

Notre-Dame de la Salette. 
St-Amour, Luc Moody, M., & Sons 45 

Notre-Dame des Bois. 
Duperon, Jos The Wm. Gray & Sons, Campbell, Ltd. 11 

Outremont. 
Ronner. Wm. Frechette. J. 49 

Desjardins, D. (de) et al. 26 

Pointe aux Trembles. 

Robert, H. 22 
Moody, M., & Sons 33 
Quebec. 

Perrault, J. A. 5 

Painchaud, C. E. 15 
Riviere Joseph. 

Moody, M., & Sons 68 
St-Constant. 

Pelletier, L. C, et al. 42 
St-Felix de Valois. 

Slaike Seybold Ltd. 93 
St-George, Beauce. 

The Hervey Chemical Co. 27 
Ste-Helene de Bagot. 

Moody, M., & Sons 70 
St-Hilarion. 

Massey-Harris Co., Ltd. 32 
St-Lambert. 

Lacroix, M. L. (de) et vir 18 

St-Martin. 

Payette, A. 96 
St-Theophile du Lac. 

Moody, M., & Sons 62 
St-Zenon. 

Moody, M., & Sons 48 
Shawville. 

Moody, M., & Sons 61 
Upton. 

Fortier. J. M., Ltee 17 
Venoster. 

Moody, M., & Sons 26 
Verdun. 

Zuknfsky, M. (de) et vir. 78 

Blouin, J. P. 15 
Westmount. 

MacDiarmid, J. C. 20 

Lackawana Coal Co. 19 

Alexander, G. G. 14 



$30 , 


Hyde, Geo. 


61 


Fmond, Gaudias 
Desroches, Adelard 


39 

54 


Arcand, Dosithee 
Landry, J. M. 


26 


Brunet, Jos. 


6 


Dupuis, Sifroid 


23 


Joly, Alph. 




Poulin, Alezia 


35 




72 


Leduc, Ismael 


12 


Gagnon, F. X. 


27 


Goyette, Rodolphe 


10 




77 


Jolicoeur, Cel. 


13 


Francoeur, Ph. 


18 
8 


Boisvert, Maxime 


13 
18 
35 


Lathem, James 


42 
12 


Cordeau. P. 


26 




6 

12 


Edington, John 


65 
14 


Thompson, Richard 
Dumontier, Omer 


82 
27 


Suckling, H. M. 
Marshall. T. G. 
Gardner, J. M., alias 



OCCASIONS D'AFFAIRES. 



Nos abonnes que pourraient interes- 
ler les demandes de representations, 
agences de marchandises, etc., publiees 
lans "Le Prix Courant", n'auront qu'a 
ions faire connaitre le numero de l'oc- 
asion d'affaires qui les interesse pour 
3ue nous leur adressions tous les ren- 
" e| gnements complementaires qui pour- 
aient leur etre utiles. 

12,594. Manches. — Correspondance et 
:otes demandees sur les manches de 
:ous genres par une maison de Durban. 
12.595- Ustensiles de laiterie.— Catalo- 
gues, cotes, correspondance sollices par 
me maison du Sud-Africain. 

12,596. Separateurs a creme. — Une 
naison de Durban est prete a represen- 
er ou acheter directement des separa- 
teurs a creme, s'ils convienncnt au mar-. 
he du Sud-Africain. 



12.597. Choisis. — Une maison de Dur- 
ban demande des cotes et illustrations de 
chaises en bois courbe. 

12.598. Tables. — Une maison de Dur- 
ban demande des cotes et catalogues de 
tables canadiennes a rallonges. 

12.599. Brosserie. — Une maison de 
Durban est prete a acheter de la brosse- 
rie de tous genres. Correspondance de- 
mandee. 

12.600. Manches. — Une maison de 
Durban acheterait des manches en bois 
de tous genres. Correspondance sollici- 
tee. 

12.601. Ficelle a lier. — Une maison de 
gros de Durban demande des echantil- 
lons et des cotes de ficelle a lier. 

12.602. Brosserie. — Une maison de 
gros de Durban demande des catalogues 
,<et cotes de brosserie. 

12.603. Chaises en bois courbe. — Une 



maison de Durban demande des catalo- 
gues et desprix. 

12.604. Chaises pliantes. — Une maison 
de Durban demande des catalogues et 
cotes sur chaises pliantes. 

12.605. Saumon. — Une maison de gros 
de Durban est prete a acheter du sau- 
mon en boites, directement; sollicite de 
la correspondance. 

12.606. Papier d'emballage. — Une mai- 
son de Durban demande des echantillons 
et des cotes. 

12.607. Sacs en papier. — Cotes et 
echantillons demandes par une maison 
de Durban. 

12.608. Orgues. — Une mais'on de Dur- 
ban demande des catalogues et des cotes. 

12.609. Pommes de terre. — Un mar- 
chand de produits d'East London, Sud- 
Africain, demande a etre mis en commu- 
nication avec des expediteurs canadiens 
de pommes de terre. Pret a donner im- 



52 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 4; 



mediatement des commandes. 

12.610. Pommes. — Un marchand d'East 
London, S.-A., cherche a entrer en rela- 
tions avec des expediteurs et produc- 
teurs canadiens. Donnerait immediate- 
ment des commandes. 

12.611. Pommes. — Une maison de 
fruiterie de Salisbury est prete a donner 
une commande de 60 boites de bonnes 
pommes rouges dures. Demande cor- 
respondance et cotes immediatement. 

12.612. Planches a laver. — Une mai- 
son de Durban demande de la corres- 
pondance "re" planches a laver, a surfa- 
ces bois et zinc. 

12.613. Papier d'emballage. — Une mai- 
son de Durban, tenant de grandes quan- 
tites de papier d'emballage, est prete a 
acheter des articles canadiens au meme 
prix ou a un prix plus avantageux. 
Echantillons au Bureau du Commerce et 
du Travail, Ottawa. 

12.614. Sacs en papier. — Une maison 
de Durban, tenant de grandes quantites 
de sacs de papier, est prete a acheter des 
articles faits au Canada, au meme prix 
ou a un prix plus avantageux. Echan- 
tillons au Bureau du Commerce, Ottawa. 

12.615. Papier d'emballage. — Une mai- 
son de gros de Durban demande des 
echantillons et prix de papier d'embal- 
lage canadien. 

12.616. Sacs en papier. — Une maison 
de Durban demande des echantillons et 
prix de sacs en papier. 

12.617. Balais. — Une maison de Dur- 
ban acheterait des balais canadiens. 

12.618. Brosserie. — Catalogues, cotes 
et echantillons demandes. Prix cotes 
c.i.f. Durban. 

12.619. Chaises. — Catalogues et cotes 
sur chaises bon marche c. i. f. Durban. 

12.620. Bureaux-secretaires. — Details 
demandes par maison de Durban. 

12.621. Ameublement. — Une maison 
de Durban acheterait environ 150 bu- 
reaux par mois. 

12,62.2. Lavabos. — Cotes depandees 
par maison de Durban. 

12.623. Tables. — Cotes demondees par 
maison, de Durban, tables a bon marche. 

12.624. Papier d'emballage. — Une mai- 
son de Durban demande des echantillons 
et cotes sur papier d'emballage. 

12625. Sacs en papier. — Une maison 
de Durban demande des echantillons et 
cotes sur sacs en papier. 

12.626. Articles en bois. — Une maison 
de Durban est prete a acheter toutes 
sortes d'articles en bois. 

12.627. Barattes. — Catalogues et prix 
demandes par une maison de Durban. 

12.628. Manches. — Echantillons de 
-manches a balai, d'une longueur d'envi- 
ron 10 pouces, et cotes demandees pour 
manches de ij-g et 50 pouces de long, par 
une maison de Durban. 

12.629. Sacs en papier. — Cotes et 
echantillons demandes par . maison de 
Durban. 

12.630. Papiej d'emballage. — Une mai- 
son de Durban demande des echantillons 
et cotes. 

12.631. Tables. — Une maison de Dur- 
ban demande des catalogues et prix pom- 
tables a rallonges, de 6, 8, 10 pieds. 

12.632. Ameublement. — Une maison de 
Durban demande des cotes et catalogues. 

12.633. Morue. — Une maison de Pa- 
nama aimerait a entrer en correspondan- 
ce avec des exportateurs canadiens. 

12.634. Huile. graisse, suif. — Une vieil- 
le maison de Hambourg, Allemagne, est 
prete a acheter a des maisons canadien- 
ncs. Echangerait correspondance. 

12.635. Fruits en conserves, homards 



en conserves, saumon, etc. — Une mai- 
son d'importation de Hambourg desire 
representer des maisons d'exportation 
canadiennes. 

12.636. Farine. — Une maison de Ham- 
bourg, bien recommandee, est prete a 
representer des minoteries canadiennes 
tiables, pouvant prendre des contrats d'au 
moins 10,000 sacs (1,000 tonnes) de fa- 
rine de haute qualite, d'un seul coup. 
Bonnes references de banques. 

12.637. Fibres de coco, fils, etc. — Une 
maison de Hambourg demande a entrer 
en communications avec des manufac- 
tures canadiennes. 

12.638. Cuivre, nickel, zinc, etc., mine- 
rals et residus. — Une maison d'importa- 
tion et d'exportation de Hambourg ache- 
te regulierement; elle voudrait aussi 
nommer un representant au Canada pour 
la vente des metaux et produits chimi- 
ques utilises dans les metallurgies. 

12.639. Boeuf en barils, pores, viandes 
en conserves. - — ■ Une maison de Ham- 
bourg, Allemagne, achete constamment. 

12.640. Pommes evaporees. — Une mai- 
son de Hambourg, Allemagne, desire en- 
trer en relations avec des producteurs 
canadiens de premier ordre. 

12.641. Dormants. — Une maison de 
Londres, qui importe des dormants pour 
voies ferrees, aimerait a recevoir des 
offres de manufacturers canadiens. 

12.642. Agent. — Une maison anglaise 
desire nommer un agent a Toronto et a 
Montreal pour la vente de ses dentelles 
de Nottingham. 

12.643. Minerais. — Une maison de 
Bristol desire importer des minerais du 
Canada. 

12.644. Oxyde de cobalt et arsenic gris. 
— Une manufacture de Londres achete- 
rait de producteurs canadiens. 

12.645. Agence en France. — Un mon- 
sieur de Marseille, ayant des interets 
dans le commerce d'importation et d'ex- 
portation avec divers pays, desire repre- 
senter des exportateurs canadiens, com- 
me agent ou a commission, pour toutes 
sortes d'article: machines, produits ali- 
mentaires, produits manufactures, provi- 
sions, grains, etc. II a aussi des relations 
commerciales avec l'Algerie, la Tunisie, 
le Maroc, l'Espagne, l'ltalie et 1'Egypte. 

12.646. Agence au Royaume-Uni. — Un 
correspondant de Liverpool est pret a 
entrer en communications avec des raa- 
nufacturiers canadiens desirant nommer 



des agents de ventes au Royaume-Uni. 

12.647. Bpttes en peau d'elan. — Une 
maison du Sud-Africain desire entrer en 
relations avec des manufacturers cana- 
diens de bottes en peau d'elan. 

12.648. Agence a Hambourg. — Un im- 
portateur et exportateur de Hambourg 
desire entrer en communications avec 
des maisons canadiennes desirant faire 
des affaires avec l'Allemagne. 

12.649. Un manufacturier beige de poi- 
vre blanc prepare desire ouvrir des rela- 
tions commerciales avec des acheteurs 
canadiens. 

12.650. Corindon. — Un marchand au- 
trichien cherche des approvisionnements 
de corindon et desire entrer en relations 
avec des producteurs et expediteurs ca- 
nadiens. 

12.651. Bois de peuplier pour galoches. 
— Une maison de Rotterdam, Hollande, 
desire entrer en relations avec des mai- 
sons canadiennes pouvant lui fournir du 
bois de peuplier pour sabots. Elle desire 
de 500 a 1,000 metres cubes de ce bois 
en longueurs d'environ 4 a 6 metres et 
d'une circonference d'au moins 76 cm. 



JOURNAL DE LA JEUNESSE. — 
Sommaire de la 2129c livraison (20 sep- 
tembre 1913). — Le Talisman, par Pierre 
Mael. - — ■ Pruneaux d'Agen, par L. Via- 
tor. — Les secrets de la prestidigitation, 
par S.-T. de l'Escap. — • Le secret de la 
trahison, par G.-G. Toudouze. — Les va- 
peurs sans machines a vapeur, par Da- 
niel Bellet. 

Abonnements: France, un an, 20 fr.; 
six mois, 10 fr.; Union Postale, un an, 
22 fr.; six mois, 11 fr. Le numero, 40 
centimes. Librairie Hachette & Cie, 79, 
boulevard St-Germain. 



JOURNAL DE LA JEUNESSE. — 
Sommaire de la 2130c livraison (27 sep- 
tembre 1013)- — Le Talisman, par Pierre 
Mael. — L'eclairage et le travail. — Fro- 
mages de France, par Daniel Bellet. — 
Le secret de la trahison, par G.-G. Tou- 
douze. — Les villes decorees, par Bou- 
chery de Grandval. 

Abonnements: France, un an, 20 fr. ; 
six mois, 10 fr.; Union Postale, un an, 
22 fr.; six mois, it fr. Le numero, 40 cen- 
times. Librairie Hachette & Cie, 79 bou- 
levard St-Germain. 



SERA PUBLIE EN NOVEMBRE 1914 
PRIX #7 OO 

Almanach Commercial Alphabetique et Classifie 

DE LA 

PROVINCE DE QUEBEC 

POUR 

191516 

Cat Almanach comprendra trois parties:— 

lire — Almanach Alphabetique de toutes les Villes, Petites Villes et Villages de la Province, 
donnant 1< urs descriptions ainsi que les renseignements complets, commerciaux et profession- 
neli. 

seme— Almanach Commercial Classifie, dans lequel toui les commercants et profcssionnels 
de la Province sont classifie- suivant les categories qui leur conviennent. Celt 14 une caracteris- 
tique capitale du livre et ces ren'eigneme'nts, complets comme nous les donnons, ne peuvent 
6tre t ouves dansaucun antre livre public actuellement. 

3eme— Almanach contenant des renseignements utiles divers, V compris lei listes des 
Bureaux du Gouvernement.desOfficiers 1.6gaux, Judiciaires et du Comtek 

Index des en-tetes commerciaux en Anglais et en Francais. 



Vol. XI, VI — No 4-' 



\.E PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



VICTORIA 



99 



La marque synonyme de "PURETE" 

QUALITY CHOISIE. CHOIX DE PREMIER ORDRE. 

Assortiment le plus complet en 

CONSERVES CANADIENNES 



"VICTORIA" 



Tomates 3 lbs. 
Haricots 2 lbs. 
Sardines 
Fraises 2 lbs. 
Poires 2 et 3 lbs. 



Ble d'inde 2 lbs. 
Pois 2 lbs. 
Saumons 
Framboises 2 lbs. 
Peches 2 & 3 lbs. 



POMMES VICTORIA 3 lbs., etc., etc. 



"MINERVA'' 

Huile d'Olive Pure par excellence. 

En estagnons et en bouteilles, chaque 
paquet porte un certificat de purete du 
Laboratoire Officiel de Marseille. 



"SOLEIL" 

La marque populaire de conserves ali- 
mentaires importees Petits Pois, Legumes 
assortis, Soupes, etc., etc. 



DEMANDEZ PRIX ET ECHANTILLONS. 



** 



ADRIEN SARRAZIN, 



BACCHUS 

LE ROI DES APERITIFS 

DIJON. 



»f 



FRANCE 



"Banyuls-Bartissor' 

Le Grand Fortifiant. 

Societe des Vins de Banyuls. 

Banyuls Sur Mer, France. 



Extrait de Malt "Miller" 

Le Tonique des Convalescents. 

Miller Brewing Company, 

Milwaukee. 



ECRIVEZ POUR PRIX. 

LAPORTE, MARTIN, 

568 Rue St-Paul, 

TEL. BELL, MAIN 3766. 



mi tee 

Montreal. 



LE PRIX COURANT, Vendredi, 17 Octobre 1913. 



Vol. XLVI — No 42. 



/"?% 




Z 



Xeroses. 

38 LBS. Jj 




OLD 



Une farine acclamee par les meilleurs 
boulangers et menageres. 
La farine qui, dans tout le Canada, 
recolte le plus grand nombre de ventes 
profitables. 

La farine qui, depuis 1888, a aug- 
ments progressivement la capacite de 
ses moulins de 1600 a 23000 sacs 
par jour. 

Meme malgre soi, il faudrait croire que 
cette marque de FIVE ROSES posse- 
de une facilite de vente vraiment 
superieure. 

Cette farine est encore meilleure que 
la HARVEST QUEEN, dont vous con- 
naissez deja la valeur. 
Pourquoi tant ramer contre le courant ? 

LAKE OF THE WOODS MILLING Co., LIMITED 
'« LAC DES BOIS " 

MONTREAL. 

FARINE FIVE ROSES 



m 



Non Blanchie, 



Non Melangee, 



LEPRIX 
COURANT 



• w 






i "'"OW IMMaumy 



24 OCTOBRE 
MOISTTREAIj 



Abondante moisson commerciale 
dans la province de quebec. 



TABLE DES ANNONCEURS. PAGE 83) 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 




■ I 






J 



■ 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 




Pois de Fantaisie 



Vous pouvez vous assurer une bien 
meilleure marge de profit en ven- 
dant des pois de qualite superieure 
tels que les Pois Sweet Wrinkle 
"Aylmer". 

Les Pois Sweet Wrinkle "Aylmer" 
coutent tres peu de plus que les 
Standard, cetteannee. 

Pour encourager la consommation 
des pois de qualite superieure, 
attirez l'attention de vos clients sur 
les Pois Sweet Wrinkle "Aylmer.'' 



Dominion Canners, Limited 

HAMILTON. 




LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



££*££ '»» #?.£% £*£\ ' W£\ 



I 



1 

i 



f 



Hudon & Orsali I imitee 



EPICIERS EN CROS 

Importateurs de VINS et LIQUEURS 

SEULS AGENTS AU CANADA 

Pour le celebre "COGNAC" 

LUCIEN FoUCAULD&Co. 

HUILE D'OLIVE 

ADOLPHE PUCET 

Reconnue la meilleure au monde. 




Qualite Vierge d'Aix : 
11 Superieure. 
11 Surffine. 



[ucien(bucauid«[ ] ■" 

COGNAC 



Bouteilles caisses 12 litres brochees. 
si cc 24}/ " " 

11 " 12 Rondins. 



Ci 



(I 



If 

11 Estagnons 



IC 

II 
(I 



(I 
K 
II 
II 

CI 

cc 
III 

CI 



4834 
5 Gallons (Mesure Imperiale). 



it 
11 
11 



1 



/2 

1/ 



II 
II 
II 
It 



II 
(I 
II 
II 



II est de votre interet de nous demander nos prix, avant d'aller 
ailleurs. Ecrivez-nous ou telephonez-nous a nos frais : Main 4965. 

259, rue St-Paul, Montreal. 



£« 



I 

I 
I 
I 

I 

1 



i 

I 

I 






Qi&»rai»Mi:^»3is 



i[< 



5I& 



M 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 




Dans tout 
menage on a 

besoin de 
ARROWROOT! 



De jour en jour des centaines de gens apprennent 
les proprietes alimentaires elonnantes de 1' Ar- 
rowroot St- Vincent. 

A PExposition Mationale 
Canadienne, de Toronto, 

Cet aliment populaire est presents aux foules : on 
distribue des brochures explicative? contenant des 
recettes, etc. Ne manquez pas de raettre cet exhibit 
sur la liste de ceux que vous devez voir. 

ST- VINCENT 
ARROWROOT 

peut etre employe de tant de manieres exquises 
qu'on s'explique facilement sa popularity. La 
science medicale comble d'eloges TArrowroot 
St- Vincent comme mets pour les enfants et les in- 
valides, car il est tres fortifiant et facilement dig£re\ 
Vous n'avez qua faire savoir a votre clientele, 
M. l'Epicier, que vous tenez 1' Arrowroot St-Vin- 
cent et vous pouvez etre sur d'un debit constant. 
II y a aussi beaucoup d'argent a gagner. 



Ecrivez an Secretaire pour renseignements et echantillons. 

ST. VINCENT ARROWROOT 

Growers' and Exporters' 

Association 

KINGSTOWN, - ST. VINCENT, A. A. 

AGENTS : Wallace Anderson, 

49 rue Wellington, Toronto. 
L. H. Millen, Hamilton, Can. 



«V»*^VWWWN^/WWW»/WV>^^W^W'« M *VS^VS.'*^W^S^s^VN^N^W>'V*V^VS^^V^Wr 




Vendez=vous du vrai 
catsup de tomates ? 

Vendre un vrai catsup, reellement 
de tomates, vous est decidement 
plus profitable que de vendre une 
marque douteuse. Quand vous ven- 
dez du catsup de qualite superieure, 
les clients sont plus que satisfaits— 
ils mangent plus et achetent davan- 
tage. 

Le Catsup E.D.S. est absolument 
pur. Fabrique avec des tomates 
entieres, mures, saines, le meilleur 
sucre granule. On n'y emploie ni 
couleur ni preservatifs. 

Amenez votre clientele a acheter 
des marchandises de qualite supe- 
rieure et votre commerce prospe- 





E. D. SMITH & SON 

LMIITED 
WINONA, ONTARIO 

ACENTS :- NEWTON A. HILL, Toronto ; W H. 
DUNN, Montreal; MASON & HICKEY. Winnl- 
peg ; K. B. COLWELL, Halifax, N.E. ; J. CIBBS, 
Hamilton. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 




Les produits 
de la 

Marque 



GAZELLE 

sont de nouveau l'objet des 
commentaires les plus f latteurs, 
et cela en depit d'une recolte 
deficitaire en fruits et legumes 
de haute qualite. 

La Marque " GAZELLE' ' a 
toute la vogue et ne peut etre 
ignoree du marchand, soucieux 
de plaire a ses clients. 





Hudon, Hebert & Cie., Limitee 

MONTREAL 




VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



La semaine derniere, nous avons vendu rien que dans Ontario 

109,122 lbs. de "SALADA" 

C'est plus que la moitie de tout le the consomme, pendant cette periode, 

dans Ontario. 

Pendant la meme semaine, nous avons vendu, dans la Province de 
Quebec et les Provinces Maritimes. 

40,134 lbs. de "SALADA" 

Ceci represente quinze cents Caisses de the et c'est la production 
d'une semaine, rien qu'au Canada. 

En 1911 l'augmentation de nos ventes, relativement a 1910, s'est eleve a 

1,090,589 lbs. 

En 1910 l'augmentation de nos ventes, relativement a 1911, s'elevait a 

1,223,637 lbs. 

Cette annee l'augmentation de nos ventes pendant les quarante-et-une premieres 
semaines, relativement a la periode correspondante de 1912, s'est elevee a 

801,263 lbs. 

Est-ce qu'une personne raisonnable peut mettre en doute la qualite de "SALA- 
DA" ? Serait-il possible que les affaires sur le "SALADA" croissent de cette 
maniere, apres que ce the a ete soumis au public depuis vingt ans, si cette pros- 
perite ne reposait pas sur une qualite superieure? 

Nous ne pouvons juger de Tavenir que par le passe, 

-SALADA" 

LONDBES, ENG. NEW=Y08K BUFFALO TORONTO MONTREAL BOSTON CHICAGO DETROIT 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



Ex Vapeur "FREMONA" 

Nous avons, pour arriver dans quelques jours, un assortiment conside- 
rable et varie de FRUITS 8EC8, comprenant : 

RAISINS VALENCE, Meilleures marques, 

FINEST SELECTED et 4 CROWN LAYERS. 



RAISINS DE TABLE, Bevan & Co. 

Comprenant paquets (solitos) et vrac. 



RAISINS DE CORINTHE, Nettoyes, Paquets et vrac. 



RAISINS SULTANA, Nettoyes, Paquets et vrac. 



FIGUES DE TABLE, Differentes qualites. 



AMANDES TARRAGONES "Molles." 



AVELINES DE SICILE (Filberts). 



De San Francisco, Californie, 

UN CHAR DE RAISINS EPEPINES 

J. K.ARMSBY & CO 
Qualite "Fancy et "Choice" Paquets 16 oz 



Nous recevrons en Octobre quantite d'autres FRUITS SECS de la CALIFORNIE. 



NOIX GRENOBLE "MAYETTE," CERNEAUX Nouvelle Recolte, 
AMANDES ECALEES, Etc. 



UNE LIGNE INTERESSANTE. 

CITROUILLE en conserves, 

2 livres. la douzaine 0.45. 



FIGUES N ATURELLES. Sacs environ 30 lbs. Le sac, $1 .25. 



N'hesitez pas a nous confier vos commandes. Nous avons I'assortiment. 

SATISFACTION GARANTIE. 



L. CHAPUT FILS & CIE, Li mi tee, 



Epiciers en Gros et Importateurs. 
2, 4, 6, 8, 12 et 15 Rue DeBresoles, 

FONDEE EN 1842. 



MONTREAL. 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



NOS AGENCES 



Notre importance au Canada, comme epiciers en gros, est demontree par le nombre des agences 

importantes que nous controlons. 



KUNKLEMANN & CO. 


Reims 




Champagne 1 PI PERH E IDSl ECK 


UNION CHAMPENOISE 


(Epernay) 




Champagne Cardinal 


LEvS PETITS-FILS DE BOUVET LADUBAY St-Hilaire, 


St-Florent 


Champagne Due de la (-range 


I'll RICHARD 


St-Jean d'Angely 


G >gnacs 


MITCHELL BR( >S. & CO. 


Glasgow 




Scotch Whisky (Whisky Ecossais) 


MITCHELL & CO. OF BELFAST, 'LTD. 


Belfast 




Irish Whisky (Whisky Irlandais) 


J. P. WISER & SONS, LIMITED 


Prescott 




Whisky Canadien. 


HERMAN JANSEN 


Schiedam 




Gin Gold Finch (Genevieve) 


G. PIMS & CO. 


Londres 




Gin Old Tom (Genevieve) 


DIEZ HERMANOS 


Jerez de la 


Frontera 


Sherry "Favorito" 


MORIN, PERE & FILS 


Nuits St-G 


eorge 


Vins de Bourgogne 


COMPANIA VINICOLA DEL NORTE 


Espagne 




Clarets Espagnols 


ETABLISSEMENT A. SARRAZIN 


Dijon 




Vin tonique Bacchus 


FREDERICK KROTE 


Coblentz 




Vins du Rhin 


GARRET & CIE 


' Malaga 




Vins Malaga 


E. BARTISSOL 


Portugal 




Vins de Port 


REAL CAMPANIA VINICOLA 


Portugal 




Vins de Tort 


SOCIETE DES VINS DE BANYULS 


Banyuls-sur-Mer 


Vins de Banyuls-Bartissol 


P. GARNIER 


Enghien-les-Bains 


Liqueurs Fines Franchises 


FRED MILLER BREWING CO 


Milwaukee 




"High Life" Lager 


FRED MILLER BREWING CO 


Milwaukee 




Extrait de Malt 


W. E. JOHNSON & CO. 


Liverpool 




Biere Bass et Porter Stout 


BELFAST MINERAL WATER 


Belfast 




Ginger Ale ct Soda "Trayder" 


AMERICAN FRUIT PRODUCT CO. 


Rochester, 


N. Y. 


Jus de Pommes et de Raisins 


AMERICAN FRUIT PRODUCT CQ 


Rochester, 


N . Y. 


\ "inaigre de Pommes 


AMERICAN FRUIT PRODUCT CQ 


Rochester, 


N. Y. 


Champagne de Pommes 


BLANC & FILS 


Yalenee-sur-Rhone 


Pates Alimentaires 


H. E. BOULLE & CIE 


Marseille 




Huile d'Olive Minerva 


S( >CIETE A.NONYME "LE SOLEIL" 


Malines 




Conserves Alimentaires 


FEYRET & PINSAN 


Bordeaux 




Produits Alimentaires 


D. E. MILLIAU FILS 


Marseille 




Savon de Castille. 


\. & L. LEHUCHER 


Paris 




Champignons Lecourt 


SOCIETE ANONYME DES USINES REMY 


1 ,1 mvain 




Empois de Riz Remy 


A. DELOR & CIE 


Bordeaux 




Vins de Bordeaux rouges et blancs 


CHATEAU ROBERT 


Bassin de Vichy 


Limonade "La Savoureuse" 


CHATEAU ROBERT 


Bassin de Vichy 


Source Neptune 


FENECH ARTELL & CO. 


Terragone 




Vins de messe 
Sanctuaire et Vatican 



CONSERVES CANADIENNES 



4* 



NOTRE MARQUE 



VICTORIA 



ff 



EST SANS RIVALE 



Tomates 3 lbs., Ble d'Inde 3 lbs., Petits Pois, Feves 3 lbs , 
Haricots 2 lbs., Peches 2 et 3 lbs, Fraises, Framboises et 
Poires 2 lbs., Saumons et Sardines. 



LAPORTE, MARTIN, LIMITEE, 568 Rue St-Paul, MONTREAL 



Tel. Main 3766 



10 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



Du Frangais pour les Francis 

[-'International Stock Food Co., traite 
bien le commercant Canadien. 



L'International Stock Food Co., Limited, de 
Toronto, manifeste ses egards p:ur ses clients Francais en 
faisant editer son Attraj-ant Livre de $3,000 sur le B^tail, 
ses annonces, ses lettres et sa literature en general en 
Francais ainsi qu'en Anglais. 

On r£pond aux lettres des clients Francais, en se 
servant de leur langue. Ceci rend facile au Marchand de se 
cr^er des affaires donnant de bons profits au moyen de la 

Nourriture "International" pour le Beta i I 
et les Specialities "International". 



USTE DES SPECIALITES 

Nourriture "Internatio- 
nal" pour le Betail 

Nourriture pour la Volatile 

Destructeur de Poux. 

Guerison des maladies 
des jeunes animaux. 

Poudres Vermifuge*. 

Compose absorbant. 

Liniment blano Dan Patch 

Remede contre le Souffle. 

Huile curative de Pin Ar- 
gente. 



Us rapportent un bon 
profit au marchand et consti- 
tuent r£ellement la 1 gne la 
plus profitable en leur genre 
car ils sont si connus et si 
intensivement annonces ! 

Ecrivez pour avoir les 
prix faits aux marchands et 
pour obtenir tous details. 



LIMITED 



TORONTO, 



Ont. 




Meilleur que le Savon. 

Snap est un savon — c'est mieux qu'un savon. 
Le savon nettoie la surface de la peau, mais 
remplit les pores, ce qui finalement endomma- 
ge la chair. Snap nettoie les pores et ra- 
fraichit la peau, la laissant propre et non 
endommagee. 

C'EST MEILLEUR QU UN SAVON. 

Ayez-en un stock maintenant et vous verrez 
que cela vous rapportera de l'argent. 

Snap Company, Limited 

MONTREAL 



Recommandez le Soda "Cow 
Brand" a la Menagere. 




Que ce soit une menagere depuis nombre de 
lunes ou quelques lunes seulement, elle appr6- 
ciera la quality fiable absolue de ce fameux 
soda. II est pur, de grande force et est le 
grand favori des cuisinieres partout. 

Emmagasinezen — Votre marchand en gros l'a. 

CHURCH & DWIGHT 



Manufacturers 

MONTREAL 



LIMITED 



UN MESSAGE DOUTREMER 

II n'y a pas de meilleure manufacture au monde, consacr£e 
seulement a la production de Macaroni, et de pates de ce 
genre, que celle de Felix Codou, de Marseille, France. 
Toutes les ameliorations modernes— scrupuleuse propretd— 
l'usine originelle a ete agrandie plusieurs fois pour satisfaire 
a la demande sans cesse croissante des gens difficiles. Et les 
marchands qui tiennent les friandises de CODOU apprdcient 
cette demande, car elle se traduit pour eux par des profits r€- 
guliers. 

Le Macaroni, le Vcr micelle, le Spaghetti, les lettres de 
fantaisie de 

CODOU 

sont les specialites produites — chacune d'elles a une reputa- 
tion nationale de haute qualite. 

On n'emploie exclusivement que le Bie Russe de Taganrog 
— le bie qui donne les Meilleurs resultats— le bie qui repond 
particulierement bien au but poursuivi. "CODOU" — c'est le 
nom auquel il faut penser quand on veut le meilleur. 



ARTHUR P. TIPPET & COMPANY, 



MONTREAL 



Agents 



TORONTO 



VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDL 24 OCTOBRE 1913. 



11 



Le Sucre avec 
trois grains 
differents. 




Le sucre qui 

est toujours 

uniforme. 



Chaque Sac 



porte un Coupon 




ANALYSE DU 

Sucre Granule Standard 

"ST. LAWRENCE" 

aboratoire de l'Analyste du Gouvernement Provincial. 




Montreal, Fevrier 22, 1913. 
Par les presentes je certifie que j'ni pris de ma propre main dix 
echanillons de Sucre Extra Granule Standard de St. Lawrence 
prelev£s au hasard dans quatre lots d'environ 150 baril-; chacun, et 
dans six lots d'environ 450 sacs chacun. Je les ai analyses et j'ai 
constate qu'ils contenaient uniformement 99 99 100 & 100 ]). c , de 
Pur Sucre de Canne, sans impuret£s d'aueune sorte. 

Sighg] MILTON L. HERSEY, M. Sc. 1 . L D. 

Analyste du Gouvernement Provincial. 

C est pourquoi vous obtenez ce que vous commandez et vos clients 

obtiennent ce qu'ils demandent. 

ST. LAWRENCE SUGAR REFINERIES, Limited, Montreal. 






12 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43 



MIS EN PAQUETS 
DE 5c lOc 25c 
30c et 35c. 




Les Premiers 

Les biscuits Soda les plus legers et les plus 
croustillants qu'on fabrique. C'est le 
plus grand paquet, mis sur le marche, 
pour le prix. En fabriquant les bis- 
cuits de fantaisie de Crothtrs, on 
surveille avec beaucoup de soin tous 
es details pour obtenir une qua- 
lite superieure. 11 en resulte un 
biscuit parfait. 



En paquets 

parchemin, 

etain 

et carton. 



Fabriques par 



W. J. Crothers & Co. 

KINGSTON, ONT. 




VOYEZ 

Comme resultat dune campagne spe- 
ciale — qui se poursuit— quelques-uns de 
nos meilleurs clients vont acheter quel 
que part soit du Savon Pur Richards soit 
du Quick-Naphtha Richards ou les deux. 



Vous ne pouvez vous dispenser d'avoir 
une boite au moins de Tun ou de 1 autre. 

Commandez-en aujourd hui par 1 inter- 
mediaire de votre marchand en gros. 

BUREAU A MONTREAL : 

206, Edifice St-Nicholas. 



VOL. XLVI — No 43 LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



13 




Les Accessoires Hygieniques Standard 

FABRIQUES AU CANADA. 

peuvent etre fournis par n'importe quel marchand en gros 
de fournitures pour plombiers a Montreal. Quebec et Ottawa. 



Envoyez-nous six cents en timbres-poste pour avoir notre 
Brochure Illustree sur la Chambre de Bain Moderne. 



Standard Sanitary Mfg. Co., Limited 



AVENUES ROYCE ET LANSDOWNE 



TORONTO 



T. C. Collins 8t Fils. Representant a Montreal. 215, Edifice Coristine. 



14 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 





ies Produits de la Plus Grande 
Manufacture de Pickles du Canada 



Comme nous achetcns et produisons en 
grandes quantites, nous pouvons obtenir ce 
qu'il y a de mieux au marche des conserves 
en vinaigre — Nos Stations Salines dans les 
meilleures sections de production de I Onta- 
rio recoivent le premier choix des recoltes. 

C'estainsi que, grace a ce grand systeme 
de production qui soutient les lignes 'Ster- 
ling", nous pouvons vendre au marchand et 
le marchand peut vendre meilleur a ses 
clients ; en meme temps il realise un bon 
profit. 

Les autres lignes "Sterling ' sont le 
Catsup, les Sauces, le Chow Chow, les As- 
saisonnements, les Confitures, les Extraits, 
le Vinaigre de Framboise, les Jus de Fruits, 
les Fruits Ecrases, le Hachis. Mincemeat, 
Etc 

L'etalage des marchandises "Sterling 
Brand" est attrajant tt attire le regard. De 
plus, ces marchandises font appel au gout 
quand on en a consomme une fois. 

Etant donne que les fetes de Noel sont 
proches, les marchands devraient emmaga- 
siner un bon stock de MINCEMEAT 
"STERLING" — la friandise ideale pour 
Noel. 

The^T. A. Lytle Co., Limited 

STERLING ROAD, TORONTO. 



449 rue St-Paul, 



Montreal. 




Pickles Marque "Sterling' 



Catsup aux Tomates Marque "Sterling' 






VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



15 






w 



1 
1 
1 



1 



i 

ffi 



i 





FIRE INSURANCE COMPANY 

ROYAL BUILDING 2 PLACE D'ARMES MONTREAL 



Capital Autorise 



$2,000,000.00 



Actif au 31 Mai 1913 



$1,034,810.27 



Agents demandes pour les districts non representes. 



BUREAU EXECUTIF : 



PRESIDENT, 

VICE-PRESIDENT, 

TRESORIER, 

Directeur=Gerant, 
Aviseur Legal, 
Gerant, 



Hon. C. E. Dubord. 
J. B. Morissette. 
I. L. Lafleur. 
Theodore Meunier. 
J. E. E. Leonard. 
H. W. Thomson. 



£*r*^3|f»^3iyi^2l»^]| 



3i:< 



2K 



•K< 



M 



16 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



U 



>:\ 



5ffilE«?aiEl£58L5 



m 



(» 



I 



I 
I 



Systeme de Comptabilite Barr 

Le Plus Ef ficace et le Meilleur 
jusqu'a ce Jour. — II n'y a Pas 
sur le Marche d'autre Systeme 
de Compte a Credit, Rivali- 
sant avec Celui-ci. — Laissez- 
nous vous le Prouver. 




Les Fabricants du Systeme de Comptabilite Barr font cet 
avance et peuvent en prouver le bien fonde par une de- 
monstration qui satisfera n'importe quel marchand. Cette 
annonce remplira toute sa mission, si elle parvient a vous 
interesser suffisamment pour que vous demandiez une 
demonstration. 

Decoupez le Coupon 
et Expediez-le Aujourd'hui. 



Pour 

Le 

Marchand 

Qui 

Tient 

Des 

Comptes. 



Le Systeme de Comptabilite Ban* est le plus grand economisateur que vous 
puissiez introduire dans vos affaires. 

Le Systeme de Comptabilite Barr est le plus simple et le plus rapide de nos 
jours. 

Le Systeme de Comptabilite Barr a les caracteristiques exclusives qui le pla- 
cent dans une classe a part et qui empechent tout Systeme concurrent de le valoir 
a nombre de points de vue pour I'efficacite. 

Le Systeme de Comptabilite Barr vous dome un rapport exact du compte de 
votre client a la minute meme. — II ne commet pas d'erreurs. Ne cause pas de 
roissement. Excite de bens sentiments parmi vos clients.— Augmente la clientele 
et fait rentrer rapidement I'argent. 

Le Systeme dc Comptabilite Barr vous debarrassera d'une maniere tres efficace 
des longues heures et des risques de I'ancien systeme de comptabilite. 



Barr Registers, Limited, 

Trenton, Out. 
Messieurs :-Nous aimerions a. nous faire expliquer 
le Systeme de Comptabilite' Barr et a nous faire 
d£rnontrer comment il nous fera epargaer du 
temps et de I'argent. 

Nom 

Rue et Numero 

Ville Province 



BARR REGISTERS 

LIMITED 
TRENTON - - ONTARIO 



5gl 



^^^|r5«^ir<^«iK^«i:<^^^ 



fOL XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



17 



i^ ^^WIS 



w 



w 



3IE££2JIE*£3?S 



^i 



siwt*gi& 






re 



rn 



P 



I 
I 
I 
I 
I 



Le Hachis et les Plum 
Puddings de Wagstaf f e 

La Saison du 

Hachis (Mincemeat) 

M. l'Epicier 

Le Hachis, (mince- 
meat), Plum Pud- 
dings, de FEcorce 
d Orange et de Citron ] 
coupee et egouttee, 
melangee dans des 
boites en carton de 1 
lb. et dans des Seaux, 
Garnis d Or mteneu- 
rement, de 25 lb. 



Le Hachis, (mince- 
meat), est mis en pots, 
en verre de 1 lb, 2s, 
5s, 7s et en Seaux, 
Garnis d'Or inte- 
rieurement, de 25 lb. 

Les Plum Puddings 
sont mis en terrines de 
1 lb, 2 lb. et 3 lb. 
Une douzaine a la 
caisse. 




REPRESENTANTS 



W. L. Mackenzie & Cie, 
McKelvie & Stirrett, 
Dominion Brokerage Cie., 
Shallcross, Macaulay & Cie., 
R. S. Mclndoe, 
Gordon Miller, 
H. M. Wylie, 



Winnipeg, Man. 

Calgary, Alta. 

Edmonton, Alta. 

Vancouver, B.C. 

Toronto, Ont. 

Montreal, Que. 

Halifac, N.S. 




^^^ir<^^ir<^r«ic<^»iK^^' 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 












fro 



1 '___■ ■ - : — - ■-— 

Lul* S rrrrir.Tir 





fRONTEJUAC BREWERIES LIMITED. MO 



Longueur: 425 pieds Hauteur: 115 pieds. Profondeur : 120 pieds. 

Capacity 200,000 BARILS PAR AN. 



B 



rassene 



Front 



enac 



La plus belle, la plus vaste, la mieux amenagee du pays . 



Jugeant que le temps etait airive de doter Ie Canada d'une Grande Brasserie 
Moderne, outillee pour produire une biere qui egale les meilleures bieres im- 
porters, un groupe d'hommes d'affaires Canadiens, apres trois ans d'efforis et 
d'etudes, avec le concours d'experts et l'appui d'un fort capital a construit, 
amenage, outille la Brasserie Monumentale en briques, acier et ciment, qui 
s'eleve visa-vis de la gare du Mile-End. 

LA BRASSERIE FRONTENAC 

C'est dans cette Brasserie modele, sous la direction d'experts Brasseurs, 
qu'est produite 

La Biere Frontenac 

Te gale des meilleures Bieres importees. 
La Biere Frontenac sera mise en vente le 21 octobre courant. 



FRONTENAC BREWERIES LIMITED. - MONTREAL 






VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



19 



MACHINERY " CORDONNERIE 

Pour tous Travaux depuis la Mise en Forme 
jusqu'au Finissage. 



rs.ADE^j f.?/ 



rs 0s 



^ 



MARK 



/& 



^' %&*** 



\ :;:■- 



Systemes Goodyear 

pour 

Cousu -Trepointe et 

Cousu-Chausson 




Machines "Consolidated" 

a monter 

d'apres la 

Methode Manuelle 














Presses 

a decouper les tiges 

Modele C. 














Machines 
Rapides 
"Standard" 
A visser les semelles 




Machines Davey a 

cheviller bois 

avec 

bigorne 



Machines a Enfoncer les clous protege -talon — Machines a Estamper, a Charger, a Poser, a 
Fraiser, a Gouger, a Verrer et a Finir les Talons-— Machines a clouer "Loose Nailer" et Machi- 
nes a Bonbouter— Machines a Cimenter, a Poncer et a Parer--Machines a Entoiler les Premieres, 
"Serie Gem"— Machines a Poser les Oeillets — Oeillets, Cambrillons, Brosses, etc. 



United Shoe Machinery Company of Canada 



Montreal, Que. 



20 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 






ARRETEZ ! 

Et Voyez le Cirage Impermeable 

NUGGET 

dont les qualites sont demontrees 

HORS DE TOUT DOX3TE. 



EN VENTE PARTOUT. 



'The NUGGET POLISH COMPANY, LIMITED 



9, 11 et 13 DAVENPORT ROAD, 



TORONTO, Ont. 




Un poisson retire de Peau depuis cinq minutes 

ne peut pas avoir une saveur marine plus 
reelle que les Aliments Marins MARQUE 
BRUNSWICK. 

La saveur est conservee grace a l'em- 
ploi des methodes les plus recent es et les plus 
modernes de preparation et d'empaquetage 
— immediatement apres que le poisson est 
sorti de 1'eau .... 

Sardines a I'huile MARQUE BRUNSWICK 

un de nos meilleurs articles, tient le premier rang parmi les sardines nu'ses en 
conserves au Canada. Elles se vendent a un prix modern et rapportent un bon profit. 

Notre longue experience et nos grandes usines modernes nous permettent de livrer nos aliments marins, 
aussi pres de la perfection qu'il est possible. 

Nos approvisionnements se composent des prises de premier choix des pecheurs ; ces prises sont faites 
dans le voisinage de nos usines 

Connus et apprecies dans tout le Canada. 

NOS ARTICLES SE VENDANT LE MIETJX 




'+' Sardines a l'Huile 
Finnan Haddies 



}{ Sardines a la moutarde 
Hareng sauce tomate 



Hareng sale et fume 

Peignes (clams) et Petoncles (scallops) 



CONNORS BROS., LTD., Blacks' Harbour, N. B. 

AGENTS : 

LEONARD BROS., Montreal. — C. H. B. HILLCOAT, Sydney. — A. W. HUBAND, Ottawa. — JAS. HAYWOOD, 
Toronto. - CHAS. DUNCAN, Winnipeg. — GRANT OXLEY & Co., Halifax. N.E.— C. DE CARTERET, Kingston.— 
BUCHANAN & AHERN, Quebec. — J. L. LOVITT, Yarmouth. -- SHALLCROSS, McCAULAY Co., Vancouver 
et Victoria, C. A. — SHALLCROSS, McCAULAY, Calgary, Alta. — JOHNSTON & YOCKNEY, Edmonton, Alta. 



VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



21 




L, LETT'S 



>S-£3- 





&% LE !r* 







5 "LLETT COMPANY LI MITEJ 

TORONTO ONT ■ 




tplCierS l Quand vos clients demandent 
de la "Lessive"' ils entendent la Lessive de 
Gillett et toute tentative de leur substituer une 
marque 'tout aussi bonne" peut vous causer 
la perte d'un bon clienf. "La Lessive de Gillett 
devore la crasse". Elle la consume absolu- 
ment! Elle ne la "Secoue pas", ni ne la 
"Chasse", ni ne la met "Enfuite", ni rien de ce 
que lent certains do ses soi-disant rivaux "tout 
aussi bons '. La Lessive de Gillett est la Les- 
sive d'Origine et la Meilleure du Canada. 
Reffusez ies substituts. lis ne donnent jamais 
satisfaction. 



$ LA LESSIVE DE GILLETT CONSUME LA CRASSE 
EWGILLETT COMPANY LIMITED 

^£. >ktmnipeg TORONTO, OTMT* >iois[treal 




«N/>-'^ii'N*V*<^^*~-»^*%>S^^v**"w'^N^\rfN*''^^ 



LA MACHINE A 10 TOUCHES 




EST RECONNUE ETRE 

SANS RIVALE 

POUR LES 

Additions, 
Soustractions, 
Divisions 
et Multiplications. 

Demandez notre catalogue, ou venez nous voir. 

CIE. DALTON 

12 Edifice Coristine HONTREAL 

Telephone: MAIN 1346 




SHORTENING 
EXCELS, 



CHEZ TODS LES EPICIERS. 

GUNN, LANGLOIS & CIE, Limitee 

Agents pour Montreal et la province de Quebec. 



22 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



— — i 



mfiMSW 



PERFECTION 

11 MOONEV BISCUIT A UNOY CO 
STRATrQRO CANADA 



LES 



BISCUITS 

Qui Edifient un Commerce. 

Tout Spicier actif et' intelligent de- 

vrait maintenant faire un effort 

special pour pousser la ven- 

te des biscuits 

Soda a la 

Creme Perfection 

de Mooney 

II a une occasion de le faire en cette 
grande saison des receptions et 
des "Thes". II n'y a rien de plus 
agreable au gout, de plus croustil- 
lant et de plus delectable en fait de 
biscuits Tous les gourmets le savent 

The Mooney Biscuit 

AND CANDY CO., LIMITED 

Manufactures a 

Montreal, Stratford, Winnipeg, 
Vancouver. 

Succursales & Hamilton, Ottawa, Syd- 
ney, C. B., Halifax, N. E., Fort Will 
iam, Calgary, Vancouver, C. B., St- 
Jean, T. N. 



La Farine Preparee deBrodie 

Vous Conserve Vos Clients. 

Toujour* digne de confiance, elle eat preferee a 
toutea lea autre* farine* 

UN BON VENDEUR 

Voyez le coupon dea epicier* dan* chaque 
carton. 

Brodie & Harvie, Limited. 

14 et 16 Rue Bleury, 

Tel. Main 436. MONTREAL 



Ne demandez pas plus a votre publi- 
city qu'elle ne peut vous donner. Son 
action est limitee de meme que son ren- 
dement. 



LE HAGHIS DE CLARK 

N'est-cs pas a peu pres le 
moment, M. l'Epicier, de com- 
menctr a vous preparer a votre 
commerce de hachis ? 

Le Hachis de Clark est 

pret a servir 

et 

les produits de Clark sont 

prets pour vos affaires 

On n'emploie dans sa prepa- 
ration, que des fruits et des 
epices de premier choix. Garanti 
absolument pur. 

Mis en pots enverre. Une gran- 
deur seulement. 

En boites defer-blanccachetees 
hermetiquement, grandeurs No 1 , 
2, 3, 4 et 5. 

En seaux, oaisses et barils de 
5, 1 0, 25, 45, 85 et 300 livres. 

Vos clients en veulent. 
Cela vous rapporte d'en vendre. 

W. Clark = Montreal 



Le Pret Immobilier, Limitee 

244 Rue Ste-Catherine Est, 
Montreal. 
Phone Bell Est 5779 

BUREAU DE DIRECTION : 

Pre.ident 1 M. J.-A.-E. Gauvin, pharmacien 
ancien echevin ; Vice-Preaident : M. L -A. La 
valine, maire de Montreal ; Secretaire-Treao 
rier : M. Arthur Gagn6, avocat ; Directeurs : M 
L. E. Geoff Hon, anoien president de la Chambre 
de Corameroe du District de Montreal, membre 
de la Commission du Havre de Montreal ; M. le 
Dr J.-O Goyetle, ancien maire de Magog ; M. le 
Dr P -P. Renaud, capitaliste ; M. F.-E. Fontaine, 
directeur-gerant de "The Canadian Adver ising 
Limited" ; Gerant : M. L.-W. Gauvin, ex-inspec- 
teur et surintendant de la Metropolitan Life 
Ins Co. 

SI VOUS AVEZ BESOIN DE CAPITAL 

pour acheter une propriety ou pour vous batlr 
inscrivez-vous au "Pret Immobilier, Limitee, 
qui vous pretera ce capital sans interet, avec 
grandes facilites de remboursement 

Les facilitSsde remboursement des prftts faits 
a ses membres par le "Pret Immobilier, Limitee" 
sont telles qu'elles represeatent a peu pres 
l'iate>et que Ton aurait a payer sur un emprunt 
ordinaire. 

REPRESENTANTS DEMANDES.-Le "Pr8t 
Immobilier, Limitee" n'a pas encore d'agence 
dans tous les Districts et est dispose a entrer en 
pourparlers avec des representants bien qua li- 

fi^s. 

Ecrivez ou telephonez pour avoir la 
brochurette explicative gratuite. 



BON COMMIS DEMANDS 



On demande un bon cotntnis spicier, 
tres familier avec les langues franjaise et 
anglaise et pouvant fournir de bonnes re- 
commandations. Un bon salaire est assure^ 
a un homtne competent. 

S'adresserau bureau du "Prix Courant". 



IMPORTANT 

Les Epiciers detail Ian ts 

qui desirent plaire a 1 e u r s 
clients devraient etre certains 
de pouvoir leur fournir les veri- 

tablts 




Baker's 
Cocoa 



and 



Chocolate 



Registered"* avec la marque de com 
Trade-Mark merce sur leg pfiquets> 

Ce sont des marchandises 
de premier ordre, les meilleures 
du monde au point de vue de la 
purete et du gout. 

Manufactures uniquement par 

WALTER BAKER & CO., 

Limited. 

Montreal, Can. Dorchester, Mass 

ETABL1E EN 1780. 



LACAILLE, GENDREAU & CIE 

Successeura de CHS. LACAILLE & CIB. 
EPICIERS EN OROS 

Importatenrs de Melasses, 81- 
rops, Frnlts 8ecs, The, Vlns, 

Eiqnenrs, Sncres, Etc., Etc. 



Speciality de Vlns de Messe de Sicile 
et de Tarragone. 



329 Rue St-Paul et 14 Rue St-nizi 
MONTHBAL 



CONFITURES PURES DE UPTON 



eOIFIJBhU P01ES 

■OOVELLE SII80I 

*© DE DPTON ®> 

KIIHTEHSNT PBETES 




Absclument puree 
et de saveur dfill- 
cleuse, conserveee 
Jans des seaux de 
5 lbs. et des iarres 
en verre de 16 oz., 
doubles or, scelKs 
hermetiquement. 

PORE INMELS9E 
D0R1N6E 

UPTON 



Bien et favorablement connue 



de 



l'e>icler et de ses clients dans tout le 
Canada, oil elle est faite et vendue 
deonio plus de qulnze arts. 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



23 



-yous assez d'buile 
en mains 




L'6picier qui possede un Reservoir a Mesure Automatique Bowser, pour l'huile, peut, a 20 pieds de distance, en jetant 
un coup d'ceil sur l'indicateur flottant, se rendre compte de la quantity d'huile qu'il a en mains Lorsque le reservoir est renipli, 
l'indiciteur lui moatre cotnbien il a recu d'huile, de sorte qu'ou ne peut pas surcharger. Au fur et a. mesure qu'il vend de l'huile a 
sis clients, le cilculateur fait la note tout comme le font les balances calculatric s, et la soupape automatique arrete l'6coulement de 
l'huile du moment qu'il cesse de potnper ; de sorte qu'il n'y a pas d'^panchement d'huile entrainant la perte ou des domtnages aui 
autres articles. Procurez-vous un Appareil Bowser, faites cesser l'incertitude, et Faites un Profit sur chaque vente d'Huile. 

Adresser-nous une carte postale demandant notre Brochure Cratuite contenant tous les details. Nous r£pondrons a toutet 
vos questions sur la maniete de tenir l'huile. 

S. F. BOWSER & COMPANY, INC.. 



66-68 AVENUE FRAZER, 



TORONTO, Ontario. 



ETABLIE EN 1885 

Fabrique - par des Ouvriers Canadieus et vendu par des Vendeurs Canadiens. 

Bureaux en toutes villes et representants partout. 

Concessionnair _*s du brevet et fabricants des pompes a main ou a force motrice artificielle enregistrant d'elles-memes leur 
ddbit des reservoirs de toutes dimensions, des systemes d'emmagasiner le petrole et l'huile, des conduits a enregistrer la consom- 
mation, des systemes pour la filtration et circulation du petrole, des systemes de nettoyage a sec, etc. 



^^N/w\<*-A-%/v-^v^/\/^w\fV^A^^^v^*w^**W^VW^V MWW¥ W^ .' < AM^^WWMMWW^WWWvMWWWWWI#MWMWWAMA^^WWWWtfWW¥W¥WWWWW> 



N'ONT PAS D'EGALES. 

Les OLIVES CLUB HOUSE 

Les leaders en fait de 
VENTES, DE QUALITE , DE POPULARITE . 

Fruits Espagnols choisis, 

mis en flacon au Canada, 

par une maison Canadienne, 

pour les Canadiens, 








i 




H 

4 


f lUBH0lSt 
OLIVES 


1 


ClUB HOUSE 
OLIVES 


hub M0n vr 

OLIVER 


;«* 


i 





Voire clientele exige le meilleur, 









La Marque CLUB HOUSE 

Mise en flacons par 

Gorman, Eckert & Co., Ltd. 

LONDON, ONTARIO. 

Agents de vente pour I'Oueit 

MASON & HICKEY 
WINNIPEG. 



aS 



24 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43 




LE SIROP 
Marque CROWN 

Votre Epicier le Vend. 

Ceci est PAffiche de la Marque Crown, 

Remarquez Texpression joyeuse de la figure du petit gar con — 
il sait que la "Marque Crown" est bonne pour lui, en raison de 
sa purete, de sa saveur et quelle rechauffe pendant ces temps 
plus frais. 

Rendez heureux les enfants de vos clients — recommandez la 
"Marque Crown" aux meres qui entrent dans votre magasin. 

The Canada Starch Co., Limited. 



MONTREAL 



Manuffacturiers des Marques EDWARDSBURG. 

TORONTO CARDINAL BRANTFORD CALGARY VANCOUVER 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



25 



JONAS' 

TBIPt; CONCEPTIOT 

EXTRACT 

OF 

VANILL A. 

DIPLOMA HHARDEOBY 

THE CQUNCIL 09 ARTS 
AND l.'ANUFACTURIS 

Prepared bv 

Henri Jonas 8 C° 

MONTREAL 

wn WW YORK, 



Dans tout commerce 

II y a un grand nombre d'articles qui, a certaines saisons, 
ne se vendent pas et le marchand se creuse la tete pour 
trouver le moyen de s'en debarrasser coute que coute. 
C'est un fait qui ne se produit jamais avec les 

Essences culinaires de Jonas. 

Elles ne connaissent pas de morte-saison. Printemps, Ete, 
Automne et Hiver, la menagere demande les Essences de 
Jonas. Avez-vous beaucoup d'articles dans votre magasin 
qui se vendent avec si peu de peine? C'est pourquoi votre 
interet est de ne jamais manquer d avoir en stock les 

Essences culinaires de Jonas 

Manufacturers par 

Henri Jonas & Cie., Montreal. 




Un article de season 

est un article a ne pas negliger. Si vous mettez bien en evi- 
dence dans votre magasin ou dans votre vitrine l'article du 
jour, votre clientele pensera a l'acheter. Y-a-t-il un article 
qui soit plus de saison que le 

Vernis Militaire de Jonas? 

Par les temps de boues et de neige quiternissentrapidement 
les chaussures, iln'apas son pareil pour l'entretien des chaus- 
sures en cuir. Si vous voulez offrir a vos clients un Vernis 
qui donne un brillant solide a la chaussure sans l'endomma- 
ger, offrez-lui en toute confiance le 

Vernis Militaire de Jonas. 

HENRI JONAS & CIE 

FABRIC ANTS maison fondee en 1870 

389 et 391, RUE ST-PAUL, - - MONTREAL- 



26 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43 



Saindoux Compose 



r AIMC 



Reconnu comme le meilleur 
sur le marche. 

II n'en existe pas qui ait un 
gout plus fin. 

Son Prix est ralsonnable. 

MATTHEWS-LAINfl LIMITED 



Rue Mill. 



MONTREAL. 




Profits et Livres 

Chaque fois que vous vendez quoi que 
ce soit a votre comptoir, la justess - de vos 
balances determine votre profit ou votre 
perte. II vaut mieux pour vous ne pas 
avoir de balance du tout que d'en avoir 
une inexacte, car les erreurs qu'elle vous 
fait comtnettre vous causeront bitn dts 
ennuis. Si la pes£e est trop legere, vos 
clients mettront en doute votre honne- 
tete" et vous perdrez 
leur clientele. Si la 
pes£e est trop lonrde 
vous perdrez de l'ar- 
gent a partir du jour 
oii vous commencerez 
a. vous en servir. 

FAIRBANKS 

"Les balances qui ont rendu ie pesage juste." 

Elks sont manufacturers depui« plus de 80 ans et ont une 
reputation international pour la justesseet 1a durabi'ite\ Les 
Balances Fairbanks ont 6t6 adoptees par les gouvernenients 
des Etats-Unis, du Canada et Strangers, et sont universelle- 
ment employees dans pre? que tous les cas ou l'exactitude des 
poidsentreen lignedecomrtepour r£aliser desb£n£fices. La 
Bascule Transportable llustr£e ici est notre type dtalon pour la 
pes£e de tous les genres de marchandises g£n£rales. Comme 
pour toutes les Balances Fairbanks, toutes ses parties sont 
fabriqu^es aumoyendesmeilleurs matdriaux ; les supports et 
pivots sont en acier finement trempe\ On les livre avec ou 
sans roues. Diverses grandeurs, pesant de4oo a. 2,500 livres. 
Ecrivez pour avoir notre Catalogue et nos prix. 

THE CANADIAN FAIRBANKS-MORSE CO., Limited. 

444, rue St Jacques, MONTREAL. 



VOYAGEUR 



Un voyageur ayant 
une tres bonne clientele 
dans le commerce de 
farine et provisions, de- 
sire une position dans 
une maison bien recom- 
mandee. 

S'adresser a 

JOS. P . . . 

Poste Restante. 
Ste-Flavie, Station 
P.Q. 



Les clients appr6cient un pa- 
quet bien enveloppe. C'est aussi 
vrai pour le citadin qui rapporte 
les marchandises chez lui, que 
pour le fermier qui les met au 
fond de sa charrette. 



Le gout du public pour le The 
a ete, depuis dix ans, per- 
verts par ('imposition de Thes 
colores etadulteres, de toutes 
descriptions. 

Le Japon donne au public 
des Thes reellement purs. 



—————— 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



27 



UNE AUTRE RAISON 



our 



laquell 



e Vous devnez em 



Les Sacs Continental 
pour Epicerie- 

Non seulement nos Sacs sont antiseptiques et 
unties fonda lea plua parfaits qu'on ait jamais ma- 
nufactures mail ils sunt compters au moyen du plus rdcent 
m£canisme special, ce qui assure le total complet et le 
nombre maximum de aaca parfaits dans chaque pac|iiet. 

Si votre marchand en gros ne tient les SACS CON- 
TINENTAL, n'en acceptez pas d'autres mais envojez vos 
commandes aux 

DISTRIBUTEUR5 : 

ONTARIO— The Continental Bag and Paper Ltd, Ottawa et Toron- 
to. Walter Wood* and Co , Hamilton. 

MANITOBA, ALBERTA, SASKATCHEWAN- Walter Woods and 
Co., Winnipeg 

NLLE ECOSSE, ILE DU PRINCE EDOUARO, ILE DU CAP 
BRETON — Thomas Flanngan. Upper Water St. Halifax. 

NOUVEAU BRUNSWICK— J. Hunter White, Agent, M.rche du 
Nord, St-Jean. 

COLOMBIE ANCLAISE-Smith, Davidson & Wright Ltd, Vancou- 
ver. 

PROVINCE DE QUEBEC-The Continental Bag & Paper Co Ltd. 
584 rue St-Paul Montreal. 

The Continental Bag & Paper Co., Ltd. 

SEULS MANUFACTURERS 
OTTAWA, 




iO&i 



r 



LE SAVON FAIRY 

I,A ((HAI.ITE DU SAVON FAIRY. On ne saurait laire 
un meilleur savon ; vos clients ne peuvent acheter une meilleure qua- 
lite pour quatre fois le 5 oents qu'il leur coute. 

I, A IM'KLIMTK l>I H;.V01 FAIRY. La publicit* 
intensive qui aide la vents de tous les produita de Fairbank a fait con- 
naitre le morceau de savon ovale pur, blanc, doux et flottant, de toutes 
les femmes universellement. 

I, A *F,1«TK DF S AVOW FAIRY. Grace a I'heureuse 
combinaison de qualite exceptionnelle et de publicite intensive, tout ce 
que vous avez a faire c'eat d'installer le SAVON FAIRY bien en vue 
pour vous assurer une source de profits constants decoulant de la 
vente reguliere a des clients satisfaits. 

"Avez=vous une petite Fee dans votre demeure ?" 
The N. K. Fairbank Company Limited. 

MONTREAL. 



0|»!9WI«*|*l^|«|«»|«|«»|«|*|«|*[ai*l«!W!*l»l#l^l*l«»!fl^l* 



28 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



AUX CULTIVATEURS 

Nous recevons la crentie des se 
parateurs a main. 




I«a campagne de publicity qui se poursuit actuellcment a-Suie aux marchands qui tienneut 

LES POUDRES NERVINES DE MATHIEU 

une vente rapide et de bons profits. Quelle q'lesoit U cause des raaux de tgte, il n'y a pas de rernede qui atteigne le siege du mal 
aussi rapidement et avec autant d'efficacite que les Poudres Nervines de Mathieu. 



POUDRES NERVINES 

De MATHIEU 

Pourlous les Main deTit eetNe vralge 




Bssayez vous-metne les Poudres Nervines 
de Mathieu a nos frais au tnoyrn du coupon 
ci-jout, si vons ou quelqu'unde votrefatiiille 
souffrez de maux de tGte. 

LA CIE J. I.. MATHIEU, 

Proprietaire. 
Sherbrooke, • • P. Q. 

MM. L. Chaput, Fils & Cie., Limitee. 

Depositoire fn Oros Montreal, P. Q. 



Veuillez m'envoyer une boite reg iliere 
de Poudret Nervines de Mathieu a 1'adi eise 
suivante : 

Norn 

De 

(Nom de la maison de commerce). 

Rue 

Vil!eE«u tillage 

Province 





Le meilleur sucre fabrique avec du sucre de canne pur a 1 00 °/o . 
Avez-vous tenu nos sacs en coton de 20 lbs et de 25 lbs? Des 
paquets propres et commodes. 



CHARBON 

Anthracite et Bitumineux. 

Exp6di6 par voie ferr£e ou voie d'eau & tous 
endroits de la Province de Quebec. 

GEORGE HALL COAL CO. 

OF CANADA, LIMITED. 

126 HUR ST-PIEBEE, MONTREAL, 



Courroies Speci&les 

Nos Courroies sont recouvertes de 
notre Ciment Impermeable et peu- 
vent etre exposees au froid ou a la 
chaleur sans danger d'etre gattees. 

D. K. McLaren, 

Limited 

351, rue St-Jacques, 

MONTREAL 
Tel. Main 49044905 et 7248 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



29 



44 



BLACK KNIGHT 

POLI POUR POELES 



99 




Pret a employer, pas de salete, 
Brillant et Durable. 

11 se recommande de lui-meme 
a chaque menag'ere. 

Jouez un bon tour a vos clients en etalant ce poli 

dans vos vitrines et sur vos comptoirs 

comme souvenir. 






MANUFACTURE PAR 

THE F. F. DALLE Y CO M LIMITED 

Fabric ants des cirages "a dans l" 




^% Commandez votre approvisionnement d'hiver " MAINTENANT ". ^^ 

Emmagasinez maintenant les boissons de Gurd 

"LES MEILLEURES ". 

LE GINGER ALE SEC DE CURD 

est maintenant un article qu'on peut se procurer— A base d'eau distil. ee, c.aire, salutaire, \(gtre et de "haute quality" a tcus fgard 

L'EAU CALEDONIA DE CURD— LE NECTAR DE POMME DE CURD-LE GINGER ALE DE CURD 
L'EAU DE SELTZ SURCARBONATEE DE CURD 

sont deman l£s d'un ce£arl & l'autie. 
ECRIVEZ POUR AVOIR UNE LISTE DE PRIX. BUVEZ DES LIQUEURS DE CURD VOUS-MEME 

l,es premieres mfedailles a Paris France ; a Londres, Angleterre a Chicago, Montreal, Ottawa, etc. 

G Charles Gurd & Co., Limited, Montreal, Que. G 



Au Commerce : 

Si vous etes mecontent soit de la QUALITE soit de la QUANTITE des Marchandises en 
Conserves que vous avez emmagasinees, ne perdez pas de vue que les marchandises de la 

MARQUE ESSEX 

sont de la toute premiere quality et quand vous achetez des articles de cette marque, vous etes toujours sur 
d'obtenir un« livraison de 100 p.c. 

Demandez Nos Prix. 

Puis demandez Nos Marchandises. 

Ensuite Vous obtiendrez les Kesultats. 



THE ESSEX CANNING & PRESERVING CO., Limited. 



Essex, Ontario. 



30 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43 



PAN1ERS et MANNES en OSIFR 

LES PLUS BAS PRIX COMMERCIALS 
ET PROMPTE LIVRAI80N GARANTIE. 

Assortiment complet des Celebres Bros- 
ses et Balais de BOECKH. Nous 
sommes heureux d exhiber un assortiment 
tres considerable d'Echantillons. 

Conseih d Experts au sujtt du Choix 
des Lignes se Vendant le Mieux. 

Venez, Ecrivez ou Telephonez pour 
avoir notre Liste de Pri*. 

The Harold E. Smith Sales Co. 

Agents de Ventes et Distributeurs 

130, RUE CRAIG EST 

(Deux Portes a I'Ouesl de I'Hotei des Postee) 

MONTREAL 




Nous annoncons pour vous. 

L,es journaux Canadiens-franeaissont les porte-parole 
des produits Canadiens-francaisinvent^s, manufactures et 
vendus par des Canadiens-francais dans toute la province. 

ANTI - DUST 

La poudre a balayer d6sinfeetante est la propri^te" 
de Canadiens-francais et est employee par 

CHACUN, 
PARTOUT. 

Demandez nos prix sp£ciaux d'ouverture. 
Departement des nouvelles affaires. 

The Sapho M'fg Co., Limited. 

MONTREAL 



^^AA^Al^AVA^AA^A^v«^^^^.^^^^^^^^^»^^^^^^^W^^»^»^^v^#^^A^^^^A^^^■ rv wsaa/w« f^^ss^^^^ss^f^^^tS^^s^iif^^^+^ssssssssssv^s^SfVVs**^ 




OCCASION 



Automobile "Panhard-Levasseur," en bon etat, (self starter)— 7 personnes, carosserie 
double phaeton— Equipement complet. A coute $10,000. Vendra a sacrifice pour 
argent comptant. 

S'adresser a 

J. W. HARDING, 

Edifice Canada Life Assurance Co., - - 189 Rue St- Jacques, MONTREAL. 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



31 



LE POISSON et les HUITRES 

Peche peu abondante, le poisson est plus cher 
sur les cotes de l'Atlantique. 

Le tarif n'aura probablement pas d'effets immediats sur les prix 
eleves au Canada — Des affaires splendides sur les huitres. 



MONTREAL 

On vend de plus en plus d'huitrcs et 
le mois d'octobre a ete un bon mois a 

ce point de vtie. On ne sait pas si le ta- 
rif des Etats-Unis aura une influence 
d'ici a quelque temps sur les prix du 

poisson. Les prix sont eleves dans l'Est. 

En ce moment les prix d'ici sont a peu 
pres les memes que ceux de Boston; ce- 
pendant. des que les prix du Canada se- 

ront inferieurs a ceux de Boston, il se 

produira inevitablement un plus fort 
mouvement d'importation. 

Poisson frais — 

Bluefi-h, la lb "o 15 16 

Carpe, boites de 100 lb, la lb o 10 on 

Morue.maiche cais<es25olb,la lb 005 

Dore, caisses de 100 et 1501b, la lb. on 012 

Carrelets, la lb 006 <~ 

Cuisses de grenouilles, grandes, 

la lb 050 

Cuisses de grenouillec, petites, 

la lb 025 

Egrefio, la lb 005 006 

Helbut, la lb on 13 

Hareng, par 100, grands 300 

Maquereau, poisson de \% lb, 

chacun o 15 

Perch", orGoaree, la lb o oq 10 

Brochet. prepare, la lb cS eg 

Saumon. C A , la lb o 13 15 

Saumon Gaspe la lb 018 o 20 

FiU ts de morue, la lb 0*7 

Eperlans, la lb 012 

Espadons, la lb 09 o ic 

Truite de ruisseau, la lb 020 

Truite de lac, la lb on 012 

Tortues, petites, la lb 015 

Lavaret blanc, la lb 012 013 

Mollusques, frais — 

Peignes (clams) le baril 700 

Chair de Crabe, le gal 250 

Homards, vlvants, la lb 030 

Homards, ebouillantes, la lb 032 

Huitres, en vrac, "standard", le 

gallon fi. 50 ; Choisies 1 So 

Huitres (solid meat), "standard", 

le gallon %i So ; Choisies 200 

Huitres, Cape Cod, en ecailles 900 

Huitres, Malpecques, en ecailles. 10 00 12 co 

Periwinkles, le boisseau 250 

Salicoques. le gal 200 

Coquilles de St-Jacques, le gal 275 

Crevettes, le gal 2 00 

l'oisson gelfi — 

Hgrefin, la lb 004 005 

Hareng, les 100 lb ! o 5 

Brochet, la lb c 

Eperlans, fantaisie. la lb 12 006 

Eperlans, No 1, la lb cS 013 



Saumon, fantaisie, piintemps, 

la lb 014 015 

Saumon, de Gaspe, la lb 015 016 

Saumon, Qualla, la lb C754 008 

I«avaret blanc, la lb 17 010 

Poisson prepare — 

Poisson sans aretes, boiles de 

20 lb 006 007 

Morue, sans aretes, bcites de 20 

lb, blocs de 2 lb 007 c8 

Morue, pure, boite de 3 lb, la lb 015 

Morue, fragments sans aretes, 

boite de 30 lb, la lb o 10 

Morue, hach^, la boite de 2 douz 1 80 

" Morue, ecorehee, caisse de 100 lb 600 

Morue, sechee, caisse de 100 lb ,. 650 

"Polloek", seche, caisse de roolb .... 600 
Poisson sale et en marinade — 

Morue, verte, ordinaire, par 2co 

lb.lebar 9 00 

Morue. veite, "white napes ', par 

20Olb, le bar 9 5° >° co 

Egrefin, No 1 vert, par 200 lb..,. 600 700 

Haieng, N.E., par % bar i 00 

., . Hareng, N.E., par bar 550 

Hareng, Hollande.le petit baiil 

75c. par)£ baiil., f5.ee a $6.00 le 

baril 9 00 10 00 

; Hareng, Labrador % baril 3.25 

!e baril 5 75 

Hareng, Ecossais, le petit baril 

de 12 lb., net $1.25 $1.35 ; K bar 7 °o 

Maquereau, No. 1 a cuvier de 20 

lb. $1.75, % baril $700 le baril 16 co 

Saumon, Labrador \i baril $8.00 

a $9.00 le baril 15 °° 16 0O 

Truite des lacs, en petits barils 700 

A TORONTO 

Les marchands en gros sont d'avis 
que le nouveau tarif des Etats-Unis au- 
ra pour effet d'augmenter la demande, 
de l'autre cote de la frontiere, pour 
l'helbut et le saumon de mer, et expli- 
quent ainsi la hausse des prix. La truite 
saumonnee continue a arriver en gran- 
de abondance des lacs de l'interieur. 

Huitres. — La situation est a peu 
pres la meme que la semaine preceden- 
te; la demande est soutenue; les appro- 
visionnements reguliers et de tres bon- 
ne qualite. On s'attend a des comman- 
des tres importantes a l'approche de la 
semaine des huitres, du 25 au 30 cou- 
rant. Les marchands en gros et en de- 
tail attendent. avec interet de voir les 
effets de la campagne internationalc. 
Les prix sont inchanges. 



Poisson gele— 

Frai d'alose, poids 3 lb. chacun. . 1 00 1 25 

Lavaret blanc, la lb 010 

Poisson frais pris— 

Egrefin, la lb ib% 007 

Helbut, la lb 11 012 

Hartng.lalb og 

Maquereau.pesanti^— 3lb.chac. 015 035 

Brocheton, jaune, la lb .- 012 

Brochet.lalb 006 008 

Saumon C. A., la lb 015 016 

Filets de morue, la lb 009 

Truite, la lb ,, I2 

tavaret blare, la lb 012 

Poisson fumfi — 

CarreletB o8 

Filets d 'egrefin 012 

Egrefins Finlandais, l a lb 08 

Saumons nouveaux. boite de 40 

et 5°lb 1 30 

Hareng Digby, la boite 009 

Poisson prepare— 

Morue, dessechee sur toast 07 Ji 

Morue, filets o oS'A 

Morue, Imperial paq. de 25 lb 07K 

Poisson «a!6 et en marinade— 
Hareng, Hollande, nouveau — 

takes o 85 

Melanges o go 

Hareng, Labrador, le baril 6 jo 

Hareng, de mer, par seaux 1 25 1 jo 

Maquereau, le seau 225 

Huitres — 

New-York le gal 2 00 

Extra selects, le gal 190 195 

Non choisies, legal 1 65 1 75 

En ecailles, le baril 800 850 

ST-JEAN 

Poissons et huitres. — La saison de 
peche sur les cotes du Nouveau-Bruns- 
wick a ete a peu pres dans la moyenne. 
Les prises ont ete plus importantes que 
d'habitude, au debut de la saison, mais 
au-dessous de la moyenne vers la fin. 

Dans presque tous les restaurants on 
a eleve de 10c a 15c le prix de tous les 
"clam chowders". 

HALIFAX 

Le poisson. — Pendant la derniere se- 
maine le temps a ete defavorable a la 
peche. Les arrivages de poisson frais 
ont ete relativement faibles. L'helbut 
est rare. L'espadon est assez abondant, 
mais se vend mal ici. 

Les bons harengs sales sont rares. 
On met en vente des quantites de petits 
harengs, mais ce genre ne plait guere. 



32 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



RESOLU 




A 

Parafme Lined 

"THE EMPIRE" 

Assure le maniement sur et hyg'ienique des 
Huitres et Marchandises Liquides 

par sa construction unique, qui empeche lecoulement du contenu, quelle que soit la position 

du contenant — meme s'il est sens dessus dessous. 

Le recipient "Empire" empechj le gaspillage provenant de la surmesure ; elimine la perte 

resultant du renversement du contenu et la deterioration des autres marchandises. II empeche 

d'avoir l'embarras de risquer de salir avec des liquides les vetements de vos clients. Vous 

pouvez l'envelopper comme une boite ds saumon. 

Ces seaux sont mis dans des boites en carton puis dans des caisses a claire voie. Les prix 

comprennent les cartons et caisses F.O.B. a la manufacture, a Sombra, Ontario, et sont les 

suivants : 

Demi-chopines $12.00 le mille 

Chopines 14 00 

Pintes 16.00 

Connecticut Oyster Company 

AGENTS EXCLUSIFS DE VENTE 

50 RUE JARVIS, - - - TORONTO 






VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. , 33 

Avez-vous, comme les autres marchands, 
des ennuis en tenant des huitres et des 
marchandises liquides de divers genres, 
tels que les melasses, les sirops, les vinai- 
gres et les pickles ? 

Vous etes-vous jamais arrete a considerer les fuites dans votre 
commerce ? Si vous ne l'avez pas fait, on peut parier a coup sur 
que vous remplissez le petit seau a huitres ordinaire, en papier (en 
croyant que c'est la une mesure exacte) et que vous rejetez par 
la le meilleur de vos profits sur toutes les marcliandises que vous 
vendez dans ces petits seaux, car presque tous ces seaux contien- 
nent bien plus que ne le demande la mesure Imperiale — - plus 
que vous n'en recevez quand vous achetez. Vous avez eu aussi 
des ennuis pour la livraison des huitres, des pickles et des mar- 
chandises liquides dans ces seaux, en verre ou en poterie. 

Leurs contenus oat et£ renverses ou brisks et non-seu^M riiais ont me me gate leurs 

autres marcliandises dans le panier : ils ont tache.^B Brehors, les vetements de votre 

client, tandis qu'il emportait ces marchandises chafl seau-: vous ont cause des ennuis a 

vous comme a d'autres. En plus de lincomm^B Haspillage, les seaux, de 1'ancien sys- 

teme, sont antihygieniques. 

Vous etes vous jamais arrete a penser au sujet dew 03 seaux qu; t^us lej seaux sont pro- 
teges, sauf celui que vous allez employJB Bau est expose a toute la poussiere et la 
salete de votre etablissemsnt. La capsufl Vu "EMPIRE' est aj us tee a la machine, 
a la manufacture et nest pas retiree Jul Iquon ait besoin d'emplir. L' EMPIRE est 
double en paraffine et absolument hygfl H dans tous les sens du terme. L'hygiene 
devrait etre le "mot d'ordre" de tous les marchands. 

Connecticut Oyster Company 



AGENTS EXCLUSIFS DE > 

JARVIS^^^ - 



VENTE 

50, RUE JARVIS, W - TORONTO 



34 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



LA CLAUSE SUSPENSIVE 



Est declaree illegale par la Cour Supreme 

Uu jugement qui interesse hautement tout Ie Commerce de Liqueurs 



La Cour Supreme vient de rendre dans une cause 
de M. Paul L. Turgeon, es-qualite, contre M. F. X. 
St-Charles, es-nom et es-qualite, une decision qui est 
d'e la plus haute importance pour tous ceux qui sont 
engages dans le commerce de liqueurs, gros on detail. 
II s'agissait de faire prononcer les tribunaux sur 
la legalite de la fameuse Clause Suspensive. 

En 1906, MM. St-Charles et Paquette cedaient 

par contrat notarie a M. Jos. Coderre un restaurant 

licencie sis au No. 24 Craig Est, pour le prix de $11,500. 

La vente etait conditionnelle et contenait la clause 

suivante : 

" Faute par M. Coderre d'observer toutes les con- 
ditions qu'il a ci-dessus assumees, ou faute par lui de 
payer, trente jours apres echeance, un seul des verse- 
ments qu'il s'est ci-dessus engage de payer, MM. St- 
Charles et F. Paquette auront le droit de reprendre 
possession immediate du dit fonds de commerce de res- 
taurant licencie, avec accessoires, tel que ci-haut defini, 
comprenant la licence pour la vente des liqueurs spiri- 
tueuses attachee au dit fonds de commerce et les re- 
nouvellements de cette licence, avec le droit d'avoir 
telle licence transporter au nom de toute personne de- 
signee par eux, et ce, sans etre tenus de donner aucun 
avis a cette fin a M. Coderre, ni d'user d'aucuns prece- 
des judiciaires, ni de donner aucune indemnite a M. 
Coderre, les sommes d'argent jusqu'alors payees par 
ce dernier devant demeurer la propriete de MM. Pa- 
quette et St-Charles et de M. Thibault, a titre de dom- 
mages-interets liquides, etant specialement convenu 
que le present contrat est fait sujet a la condition sus- 
pensive que tout ce que cede et transports ici, demeu- 
re et demeurera la propriete de MM. St-Charles et Pa- 
quette jusqu'a ce qu'ils n'aient ete integralement payes 
du prix qui forme la consideration du present contrat, 
ce contrat n'etant qu'une promesse de vente et les par- 
ties etant d'accord pour convenir que 1'article 1478 du 
Code Civil de la Province de Quebec, n'aura pas lieu de 
s'appliquer ici." 

La legalite de cette clause fut confirmee successive- 
ment par la Cour Superieure et la Cour d'Appel. 

Toutefois, l'Hon. M. Archambault, juge en chef de 
la Cour d'Appel, avait presente l'observation suivante, 
lors du jugement : 

"Je dois dire que la question du droit de negocier une 
licence pour la vente des liqueurs spiritueuses, en est 
une qui n'est pas absolument sans difficultes dans mon 
opinion. 

Mais nous avons une jurisprudence qui existe depuis 
plusieurs annees sur cette question. 

Le gouvernement semble avoir accepte cette juris- 
prudence, puisqu'il n'a pas juge a propos d'amender la 
loi depuis qu'elle a ete interpretee par les tribunaux 
dans le sens de l'existence du droit de transport. 



Des transactions ont eu lieu sur la foi de cette in- 
terpretation de la loi. 

Je ne croirai pas notre Cour justifiable, dans les cir- 
constances, de changer la jurisprudence etablie. 

Si un tribunal plus eleve donnait une interpretation 
differente a la loi, j'accepterais, pour ma part, la nou- 
velle interpretation sans aucune repugnance. II y au- 
rait beaucoup a dire en faveur de la pretention de l'ap- 
pelant sur ce point." 

Or, une depeche d'Ottawa annonce que le Cour Su- 
preme a casse les arrets de la Cour Superieure et de la 
Cour d'Appel et statue que la clause suspensive est il- 
legale et que la licence, engagee dans ce litige apparte- 
nait bel et bien a M. Jos. Coderre, en depit des dispo- 
sitions de la clause citee plus haut. 



NOUVELLES CHARTES. 



La "Gazette du Canada" publie les nouvelles char- 
tes accordees sous le sceau du Secretaire d'Etat du 
Canada. Voici celles qui ont trait aux nouvelles com- 
pagnies ayant leur principale place d'affaires dans la 
province de Quebec : 

"Roediger and Quarch, Limited," pour preparer, 
teindre, tanner, nettoyer et arranger des fourrures, 
peaux, cuirs de tous genres. Capital-actions, $50,000, 
a Montreal. 

"La Compagnie des Pouvoirs d'Eau Valleyfield. 
Limitee," pour faire des affaires comme compagnie 
d'eclairage, chauffage et de force motrice. Capital- 
actions, $1,000,000, a Salaberry de Valleyfield. 

"Quebec Development Company, Limited," pour 
acheter, acquerir, louer, exploiter des pouvoirs d'eau, 
etc. Capital-actions, $2,500,000, a Montreal. 

"Simplex Construction Company, Limited," pour 
faire des affaires de construction generale, etc. Ca- 
pital-actions, $150,000, a Montreal. 

"Scroggie Furniture Company, Limited," pour 
faire des affaires comme manufacturers d'ameuble- 
ments, etc. Capital-actions, $100,000, a Montreal. 

"Valois Lands, Limited," pour faire des affaires 
comme agents d'immeubles et financiers. Capital- 
actions, $90,000, a Montreal. 

"The Pierson Gas Producer Plant Co., Limited," 
pour importer, fabriquer et installer des gazogenes 
"Pierson" avec moteur et toutes machines, accessoires. 
etc. Capital-actions, $100,000, a Montreal. 

"Biens-Fonds Saint-Leonard, Limitee," pour faire 
le commerce d'immeubles ou de biens immobiliers, etc. 
Capital-actions, $100,000, a Montreal. 



U U U J- {• U K h |- K j- K >- >- N U U \- K K U U U J- ^ U (- N jf b I 

!- jr !- !- le I- b !- !- 1- b r ^ Hr 1- r r r r !- r r r 5 s r r r r r r ■ 



- f * f f >r V V !- f >r k >r b k k •!- '• ' 



LE PRIX COURANT 

REVUE HEBDOMADAIRE 
Commerce, Finance, Industrie, Assurance, Etc. 



EDITEURS 

La Compagnie de Publications des Marchands Detaiileurs du 
Canada, Limitee, 



Telephone Bell Est 1185. 
ABONNEMENT ; 



MONTREAL. 



Montreal et Banlieue, 
Canada et Etats-Unis, 
Union Postale, - Frs. 



$2.50 

2.00 

20.00 



PAR AN. 



Bureau de Montreal : 80 rue St-Denia. 

Bureau de Toronto : Edifice Crown Life, J. S. Robertaon & Co., repriaentanta. 
Bureau de Chicago : 215 rue South Market, Emmet C. Boylea, repreaent&nt. 
Bureau de New-York : 903-904 Tribune Bid*.. F. F. Olmsted, repreaentant. 



II n'est pas accepte d'abonnement pour moini d'une annee 

A moins d'avia contraire par ecrit, adresse directement 
a nos bureaux, 15 jours au moins avant la date d'expiration, 
I'abonnement est continue de plein droit. 

Toute annee commenced est due en entier. 

L'abonnement ne cesse pas tant que les arrerages ne »oni 
pas payes. 

Tout cheque pour paiement d'abonnement doit etre fait 
payable " au pair a Montreal." 

Cheques, raandats, bons de poste doivent etre faits payables 
a 1'ordre de " Le Prix Courant ". 

Priere d'adresser les lettres, etc., simplement cornice suit ; 
" LE PRIX COURANT ". Montreal. 



Fonde en 1887. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 




La plus ancienne province de la confederation ca- 
na dienne est a la verite la porte d'entree du Dominion. 
Elle s'eterid sur les deux rives du majestueux Saint- 
Laurent, sur une distance de pres de mille milles, de- 
puis Blanc Sablon a l'entree du detroit de Belle Isle, a 
I'est, jusqu'au lac Temiscamingue a l'ouest. Son ter- 
ritoire est borne au nord par la Baie d'Hudson, et au 
sud par la frontiere americaine. La province de Que- 
bec est la premiere du Canada comrae anciennete, elle 
fut aussi la premiere colonisee ; mais elle est la se- 
gonde au point de vue de la superficie et de la popula- 
tion. Seule la Colombie Britannique est plus etendue 
que la province de Quebec dont la population n'est 
depassee que par celle de la province d'Ontano. 

Baignee par les eaux de l'Atlantique et traversee 
entierement par le fleuve Saint-Laurent, la province 
de Quebec possede tons les avantages d'un pays a la 
Fois maritime et d'interieur. Non seulement elle ren- 
Ferme les plus grandes villes et la metropole commer- 
ciale du Canada, mais ses grandes rivieres et ses ports 
magnifiques, sont en quelque sorte comme les porti- 
ques de cette immense partie du Dominion qui s'etend 
d'au-dela les provinces maritimes dans l'extreme est. 
et a l'ouest jusqu'aux Montagues Rocheuses et l'ocean 
Pacifique. C'est elle qui, par consequent, fournit la 
plus grande partie du commerce interieur et exterieur 
du Canada, et la multiplicity de ses ressources variees 
la placent au premier rang dans la confederation ca- 
nadienne. 



Richesse naturelle. 

Le sol de la province de Quebec est d'une tres 
grande fertilite et s'adapte a tous les genres de cul- 
ture; ses forets presque inepuisables de bois a pulpe 
et de commerce constituent une richesse. Ses res- 
sources minieres relativement pen developpees ; ses 
abondantes rivieres, ses lacs et ses pouvoirs hydrauli- 
ques ; ses pecheries marines et rivieres qui comptent 
parmi les meilleures du monde ; ses attractions spor- 
tives sans egales ; la salubrite de son climat; la diver- 
site et le pittoresque de ses paysages ; la vaste etendue 
de ses terres inoccupees et bien faites pour attirer des 
millions de colons industrieux, tout cela et ses mines 
inepuisables de richesses naturelles lui ouvrent un 
horizon de progres et de grandeur. 

Si Ton ajoute a ces avantages la proximite des 
marches anglais et americain ; son systeme de gouver- 
nement autonome, d'education et de lois qui assurent 
la protection de la vie et de la propriete, on peu dire 
que la province de Quebec est une veritable Terre 
Promise, se pretant admirablement au placement de 
capitaux, aux entreprises commerciales et industriel- 
les. en meme temps qu'elle ouvre un champ tres vaste 
a l'energie des immigrants, lesquels pourraient aller 
beaucoup plus loin et faire beaucoup moins bien. 

La proximite de Quebec par rapport a l'Europe, 
n'est pas la moindre de ses recommandations. Notre 
province est plus rapprochee de l'Angleterrc, de 



36 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913 



VOL. XLVI — No 43. 



l'Ecosse et de l'Irlande que toutes les autres colonies 
de l'Empire Britannique et ses communications avec 
la mere-patrie sont plus frequentes et plus directes. 

Le climat de la province de Quebec est le plus sa- 
lubre qui soit connu, et les medecins de toutes les par- 
ties de l'Amerique envoient leurs patients tuberculeux 
au sanatorium de Ste-Agathe, dans les montagnes au 
nord de Montreal, ou a celui de Lac Edouard, a 100 
milles au nord de la ville de Quebec. 

Durant les cpiatre mois les plus froids de l'annee, 
la moyenrie de la temperature est de 15 degres Faren- 
lieit en decembre, 10 en Janvier, de 10 a 15 en fevrier, 
et de 20 a 2^ en mars. II arrive quelques fois que le 
mercure descende a 20 ou 30 degres au-dessous de 
zero: mais l'atmosphere est tellement sec qu'on en est 
a peine incommode. 

L'epaisse co.uche de neige sert a proteger l'herbe 
et les grains semes l'automne, contre les gelees, et tout 
comme en Angleterre, les tulippes et les safrans restes 
en terre durant tout l'hiver, montrent hardiment leurs 
pousses vertes aussitot que le printemps a fait dispa- 
raitre la neige. 

La rapidite de la vegetation est tout bonnement 
merveilleuse. Les pois et les feves murissent dans les 
six semaines de la semence des graines. Au mois de 
mai, le therm ometre marque souvent 70 degres et da- 
vantage. A Quebec, au commencement du mois de 
juin 1911, le mercure s'est maintenu a 80 durant plu- 
sieurs jours, et cette temperature s'etablissait en per- 
manence pour tout le mois d'aout. 

Dans les grands centres agricoles de la province, 
non seulement dans les Cantons de l'Est, qui touchent 
aux Etats-Unis au sud du St-Laurent, et qui sont sur- 
nommes "les jardins de la province", mais aussi dans 
les nouveaux cantons du nord, defriches tout recem- 
ment, le sol est d'une richesse extraordinaire. 

L'Agriculture. 

Les grains de toutes sortes donnent d'excellents 
rendements. L'avoine, le foin et les patates fournis- 
sent d'abondantes recoltes. 

II n'est peut-etre pas surprenant que les merveil- 
leux progres du Nord-Ouest canadien depuis une ving- 
taine d'annees, aient laisse dans rombre les recents de- 
veloppements des ressources naturelles dans les pro- 
vinces de l'Est, et relegue au second plan — dans une 
certaine mesure - - les magnifiques possibilites de la 
plus ancienne partie de la Puissance. La province de 
Quebec est peut-etre celle qui a le plus souffert de cet 
etat de choses. Toutefois, depuis quelques annees, 
depuis dix ans surtout, elle a fait des efforts soutenus 
pour reprendrc sa place. Son developpement agricole 
minier. laitier et manufacturier a depasse toutes les 
previsions, et, lorsque seront publics les chiffres du 
recensement agricole, commercial ct industriel, il y 
aura des surprises tres agreables. 1) est admis que le 



rendement total de l'industrie laitiere de Quebec re- 
presente trente millions de dollars. Ses differentes va- 
rietes de beurre out obtenu les premiers prix dans les 
concours internationaux, et, sur le marche de Mont- 
real, son fromage commande les prix les pllus eleves 
aux exportateurs en Europe. Les melons cultives en 
plein air dans le district de Montreal se vendent a des 
prix variant de deux a cinq dollars dans les restaurants 
de New-York, et les prommes de la province de Que- 
bec trouvent prenant aux plus hauts prix, soit en An- 
gleterre, soit aux Etats-Unis. 

Les jardins maraichers fleurissent pres des villes, 
surtout dans les environs de Montreal et de Quebec. 
Dans ces districts, comme dans celui des Cantons de 
l'Est, on compte de nombreux vergers ou de grandes 
quantites de pommes, de poires, de cerises et autres 
fruits sont produites chaque annee. Le district de 
Quebec est celui ou Ion trouve le plus grand nombre 
de riches vergers. On y cultive aussi avec succes la 
betterave et le navet de Suede, dont la demande aug- 
mente de jour en jour sur les grands marches de 
Montreal et de Quebec. 

Dans plusieurs comtes de la province, on a fait un 
succes de la culture du tabac ; les princinaux comtes 
producteurs sont Montcalm et Joliette. 

La Colonisation. 

De l'enorme etendue de terre propre a l'agncul- 
ture, dans la province de Quebec, plus de six millions 
et quart d'acres sont deja arpentes et subdivises en 
lots de ferme ouverts a la colonisation. Les terres 
sont pour ainsi dire donnees aux colons de bonne foi, 
car ils peuvent les obtenir a des prix variant de 20 
cents a 60 cents l'acre, et en lots de 100 acres chacun. 
De sorte que le plus pauvre des colons peut toujours 
esperer devenir proprietaire d'un ou plusieurs lots. Un 
cinquieme seulement du prix d'achat est payable au 
comptant; la balance est payable en quatre versements 
annuels. II y a bien aussi quelques conditions a rem- 
plir, mais elles sont des plus faciles. II faut que lie 
colon construise dans les 18 mois une maison d 'habi- 
tation mesurant au moins 20 pieds par 16 pieds, et 
l'occupe jusqu'a ce que les lettres-patentes soient 
emises, cinq ans apres l'achat, auquel temps le colon 
devra avoir defriche et mis en culture 15 acres de ter- 
rain, et erige une petite grange et une etable. Avant 
remission des lettres-patentes, le colon n'a pas le droit 
de vendre d'autre hois que celui abattu en defrichant. 
Beaucoup de colons ayant pris des terres selon cette 
methode, sont aujourd'hui parmi les fermiers les plus 
a l'aise de la province. Des fermes en partie ou en- 
tierement liberees, avec ou sans betail, avec ou sans 
batiments, peuvent etre acquises par de nouveaux co- 
lons, les vendeurs ayant en vue.de s'etablir dans d'au- 
tres districts. Dans deux provinces seulement du Do- 
minion, on trouve des "ferm.es phis avantageuses epie 



VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



37 



celles de la province de Quebec. L'annuaire du Ca- 
nada dit toutefois que, si la moyenne des terres agrai- 
res du Canada est evaluee a $38.50 l'acre, celles de la 
province de Quebec sont cotees a $42.50. 

Les Cantons de l'Est. 

Le Mil, dans les Cantons de l'Est, est generale- 
iiK-nt fertile et facile a degager. Les cereales et les 
legumes donnent de forts rendements. Grace aussi 
aux accidents de terrain, et aux nombreux cours d'eau 
formes par les lacs, les rivieres et les ruisseaux, les 
Cantons de l'Est possedent 11011 seulement d'exeellents 
moyens d'irrigation pour les fermes, mais aussi, et en 
plusieurs en droits, de puissants pouvoirs hydrauli- 
ques. Plusieurs de ces derniers sont deja utilises pour 
des scieries et autres etablissements industriels. 

Les Cantons possedent encore de superbes patu- 
rages, De fait, on y pratique l'elevage et exploite l'in- 
dustrie laitiere sur une grande echelle, deux occupa- 
tions qui out amene l'aisance, et quelquefois la ri- 
chesse tics interesses. 

Le betail se vend depuis $20 jusqu'a $50 par tete ; 
les chevaux, depuis $100 jusqu'a $150; les moutons, 
depuis $4 jusqu'a $6. Les prix des instruments ara- 
toires varient comme suit: cbarrues, de $13 a $16; 
moi&sonneuses-lieuses, de $110 a $140; faucheuses, de 
$60 a $80; rateaux a chevaux, de $25 a $30; charrettes, 
ge $20 a $60. 

Le gouvernement fait de grands efforts pour pro- 
mouvoir les interets de l'agriculture. Cheque comte a 
sa societe d'agriculture qui regoit une allocation an- 
nuelle de $600 a $700. La contribution annuelle de 
chaque membre est hxee a $1.00 seulement. Le gou- 
vernement pave encore des conferenciers agricoles ; 
achete des animaux de race pour l'elevage et des 
graines de semence ; tient des expositions, des con- 
cours de labour, etc. 

L'industrie laitiere est devenue l'une des princi- 
pales occupations des fermiers de la province de Que- 
bec; elle est tellement remuneratrice, que bon nombre 
d'agriculteurs ne cultivent plus que juste ce qu'il faut 
pour leurs propres besoms, et leurs champs ne sont 
plus que des paturages. 

Industries. 

Depuis 1901, il a ete impossible d'obtenir une 
evaluation complete des industries etablies dans les 
diverses provinces du Dominion, mais celle que con- 
tent le recensement de 1911 demontrera a l'evidence 
que. si la province de Quebec n'est pas la premiere de 
la confederation au point de vue industriel, elle suit de 
pres la province d'( Mitario. 

Le recensement de 1901 donnait aux industries de 
Quebec une valeur de $158,287,994, mais, au cours de 
la derniere decade, leur progression a ete pheno- 
menale. 



11 serait "presque impossible de trouver une popu- 
lation plus beureuse et plus prospere que.celle de la 
province de Quebec. 

L'histoire de sa formidable puissance est vieille 
de qtlinze ans a peine, mais elle a deja opere une veri- 
table revolution dans le monde industriel. Disposant 
des forces incommensurables (pie le genie de 1'bomme 
est parvenu a diriger a son gre, la "houille blanche", 
puisque e'est ainsi que Ton designe le pouvoir hydrau- 
lique, est destinee a detroner et remplacer le charbon 
noir cache dans les entrailles de la terre. Sur son con- 
current, il a un avantage tres marque: celui d'etre 
beaucoup plus economique. Sa superiority s'est sur- 
tout affirmee lorsqu'il a etc demontre (pie l'energie 
pro duite par la force hydraulique, pouvait se trans- 
porter a d'immenses distances sans eprouver aucune 
perte appreciable. De ce moment, son triomphe fut 
assure, et les resultats out, depuis, demontre que les 
petites, comme les grandes industries, ne sauraient 
plus s'en dispenser. 

II est vrai que l'Europe a ete la premiere a recon- 
naitre l'utilite de ces sources d'energie si longtemps 
negligees ; mais l'Amerique, et le Canada en particu- 
lier, plus abondamment favorise sous ce rapport que 
le vieux monde, n'a pas ete lent a emboiter le pas et a 
experimenter la nouvelle decouverte. 

Au Canada, ou l'on trouve les plus belles forets 
du monde, et plus particulierement l'admirable region 
d'epinettes, la limite forestiere n'est determinee que 
par la frontiere geographique du pays lui-meme. Pour 
sa part, la province de Quebec possede plus de deux 
cent millions d'acres de concessions forestieres, dont 
la j)lus grande suj)erficie est boisee d'epinette noire, 
que Ton considere comme le meilleur bois pour la fa- 
brication de la pulpe et du papier en general. Main- 
tenant, pour liquider toute cette immense richesse; 
pour convertir ce bois en pulpe et en papier; pour 
eclairer nos villes et nos districts ruraux; en un mot, 
pour produire rapidement et a bon marche, nous 
avions besoin d'un agent d'unc puissance ehorme, et 
cet agent, nous l'avons trouve et nous l'utilisons. 

Les premieres tentatives n'ont pas manque de ren- 
contrer bien des obstacles. Mais la science aidant, les 
efforts repetes et soutenus out fini par tout aplanir et 
les difficultes out ete surmontees. La nature, qui 
avait seme, a\ec taut de prodigalite sur notre sol, ces 
forces inesperees, s'est vue puissamment secondee, et 
de partout dans le pays out surgi ces immenses usines 
maintenant mues par des filets d'eau s'echappant du 
sommet des montagnes, ou decoulant de puissants 
rapides. 

\"u rinmensite du pays, dont certaines parties 
n'ont pas encore ete sufhsamment explorees. i! n'a pas 
etc possible, jusqu'ici, de determiner exactement la 
valeur ou la capacite des forces reunies de tons les 
pouvoirs hvdrauliques du Canada. Nous avons nean- 
moins des donnees suffisantes pour nous permettre 



38 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



d'affirmer sans crainte qu'aucun autre pays au monde 
ne possede un corps aussi imposant de forces actives. 
On n'a qu'a consulter la carte geographique pour s'en 
rendre compte. 

Si, aux Etats-Unis, les grands fieuves comme le 
Mississipi, le Missouri et l'Ohio ne possedent pas de 
puissance hydrauliques, parce qu'ils coulent sur des 
lit- presque uniformes, au Canada c'est tout le con- 
tra ire qui existe. 

I.e St-Laurent et ses tributaires, de meme que la 
plupart des autres rivieres courant de Test a l'ouest, 
sont brises par des rapides et d'imposantes cataractes. 
Depuis le detroit de Belle-Isle jusqu'a Montreal, et de 
la. en remontant le St-Laurent. les tributaires de ce 
dernier et ceux de l'Ottawa passant dans la region des 
Monts Laurentides, sont eleves de 1,000 a t,8oo pieds 
au-dessus du niveau de la mer, et, dans de nombreux 
cas. ces rivieres ont lenr chute principale tout pres de 
leur embouchure. 

On estime que, dans son ensemble, le St-Laurent 
renferme une puissance pouvant developper 10,000,000 
de chevaux. 

II y a quelques annees, le Board of Trade d'Ot- 
tawa ay ait organise une exploration dans le but de 
faire determiner la puissance des forces hydrauliques 
de la riviere Ottawa et de ses tributaires. Les explo- 
rateurs affirmerent que, dans un rayon de 50 milles, 
l'Outaouais et ses tributaires pouvaient developper 
une force egale a pres de 900,000 chevaux. 

Les remarquables ressources forestieres de la pro- 
vince de Quebec. 

L T ne etroite bande de terre s'etendant du bas St- 
Laurent jusqu'au Lac Temiskaming et d 'une largeur 
moyenne de moins de cinq milles represente approxi- 
mativement la partie habitee de la province de Quebec 
au nord de la riviere St-Laurent sur cette meme bande, 
la plus grande longueur, de beaucoup est d'une lar- 
geur de moins d'un mille et a des certaines de milles 
en dessous de Quebec les seuls vestiges d'habitation 
sont quelques petits groupes isoles de baraques. Mais 
pendant des vingtaines de milles les forets commen- 
cent juste au bord de l'eau. La plus grande partie de 
I'etendue peuplee est situee de Quebec a Ottawa; 
dans la seule \ ille de Montreal, il y a le quart de la 
population de toute la province. On peut de plus re- 
marquer que meme dans la plus vieille region agricole, 
entre Quebec et Montreal, la bande cultivee n'est au 
plus que d'une largeur d'environ quarante milles. 

Au nord et au-dela de cette bande mince, s'eten- 
dent sur des centaines de milles vers la Baie lames et 
I'Ungava les plus grandes forets de sapins du monde. 
De fait, on a deja declare, avec autorite, que si ses 
forets etaient bien entretenues et protegees, la pro- 
vince de Quebec est capable de fournir par an cinq 
millions de tonnes de papier; ce qui represente. plus 
que la moitie de la demande du monde entier. On 



peut ressentir une vive satisfaction du fait que le de- 
frichement se poursuit depuis plus de cent ans le long 
de FOttawa, du St-Maurice et du Saguenay, on n'a pas 
encore remarque le manque de bois dans aucune de ces 
regions, bien que depuis quatre ou cinq ans l'alarme 
ait ete jetee d'une maniere si persistante que le citoyen 
est devenu en general d'un pessimism e terrible en ce 
qui concerne ses vues au sujet des forets de ce pays. 
Naturellement, un tel effet est tres salutaire, car l'agi- 
tation produite a eu pour efifet d'empecher bien des 
incendies desastreux. 

Bien que des etendues considerables de forets de 
la province de Quebec aient ete devastees par le feu 
de temps a autre, les precedes de replantation natu- 
relle des arbres ont maintenu a une proportion relati- 
vement basse I'etendue devastee. En plus des eten- 
dues ravagees par le feu, il y a naturellement des ma- 
recages et des tourbieres, mais il n'y a pas lieu de s'a- 
larmer quand on publie des declarations suivant les- 
quelles un tiers du nord de Quebec et d'Ontario n'est 
pas boise ni productif. Des conditions de ce genre ont 
toujours existe dans les forets les mieux connues du 
sud de ces deux provinces et personne ne s'est indu- 
ment alarme, car la croissance sur les bonnes etendues 
contrebalance suffisamment le tiers appele improduc- 
tif. Meme en admettant qu'un tiers des forets du nord 
n'est pas boise, l'enorme etendue des parties bien boi- 
sees renplirait d'etonnement n'importe quel marchand 
de bois. Mais l'expert en forets qui n'a pas le temps 
ou l'energie de quitter son canot ou sa voiture pour 
s'enfoncer, loin des rivieres et chemins de fer, dans les 
forets, n'a absolument pas le droit de formuler une 
opinion sur les forets de la province de Quebec, car 
les parties avoisinant les voies ferrees ont eu plus ou 
moins a souffrir de la negligence et du feu et les ex- 
perts en forets devraient savoir que le bon bois ne 
pousse jamais pres des bords d'une riviere, sauf dans 
les localites bien abritees. 

Tl y a des centaines de milles carres de la "zone 
d'argile", maintenant bien connue du nord de Quebec 
et d'Ontario. Cette zone comprend certaines des par- 
ties les plus boisees de toute la province, qui peut etre 
considered comme plus convenable pour l'elevage du 
betail que n'importe quelle autre partie du Canada, car 
sur un arpent dans cette region il poussera plus de 
fourrage que sur n'importe quels deux arpents dans 
l'( )uest canadien. 

Dans Quebec, la "zone d'argile" est penetree par 
le G. T. P. et s'etend a plusieurs milles de chaque cote 
de la voie ; elle s'etend depuis la frontiere de l'ouest 
jusqu'a Bell River, soit sur une distance de 140 milles. 
II y a fort a faire pour def richer la terre pour la cul- 
ture, mais des qu'un bon marche aura ete cree pour le 
bois dc charpente et le bois de pulpe, on peut s'atten- 
dre a un enorme influx de colons et de grandes eten- 
dues vont etre cultivees. En plus de la zone d'argile, 
qui va du Labrador a 1'Abitibi et de la Riviere Princi- 
pale de l'Est au Saint-Laurent, on traverse pendant 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



39 



des mois en canot ct en voiture dans toutes les direc- 
tions des forets vierges, des lacs, des rivieres et de 
puissantes chutes d'eau. Nombre de ces lacs et ri- 
vieres sunt navigables et fournissent des voies de com- 
munication naturelles pour le developpement econo- 
mique. Ce qu'on pent considerer aujourd'hui comme 
des forets de sapins riches et permanentes s'etend dans 
la Reserve Forectiere d'< )ttawa, pres du St-Maurice et 
du Saguenay et par ticulierement dans la region du 
Peribonca Superieur, de la Reserve du Saguenay. De 
ccs vastes regions une petite partie seulement des fo- 
rets du Saguenay peut etre livree a l'agriculture, les 
i s Mint absolument impropres a l'agriculture, bien 
qu'idt'ales pour l'arboriculture. II faut remarquer ce- 
; endant que les forets de la zone septentrionale d'ar- 
!\!e sunt tout aussi epaisses que les reserves fores- 
tieres qui se trouvent sur les versants du St-Laurent. 
Mais puisque la terre est si propre a la culture, on ne 
peul pas considerer les forets comme permanentes. 

A deux cent cinquante milles au nord de la zone 
de l'argile se trouve l'East Maine River, qui prend sa 
source dans le sud de l'Ungava et va se jeter a l'ouest 
dans la Baie James. 

An nord de l'East Main River il ivy a pas de bois 
de charpente de valeur. Ce qu'il y a de mieux dans 
cette region ce sont des sapins rabougris dans les val- 
lees. Mais au sud, dans la region Mistassini, les coni- 
feres continuent a etre assez hauts et d'une certaine 
valeur jusque dans les environs des lacs Mettagami, 
W'aswanipi et de la riviere Chibougamoo ; dans ces 
regions le sapin, jusqu'a cent cinquante milles au nord 
du Grand Tronc Pacifique, atteint, ainsi que le balsa- 
mier, une bonne taille et cela meme jusqu'a une dis- 
tance de quarante milles du G. T. P. 

Toute cette region boisee du nord de Quebec est 
tres bien arrosee et les travaux de deboisement pour 
la partie qui se trouve au sud du chemin de fer sont 
simples, mais au nord, le fait que les cours d'eau se 
deversent vers la baie James et s'eloignent de la voie 
ferree, empeche d'exploiter d'une maniere profitable 
cette partie du pays taut qu'il n'y aura pas d'embran- 
chements, vers le nord, descendant les vallees des 
grandes rivieres, telles que le Nottaway et le Harri- 
cana vers la baie James. 

Dans toute la region au nord de la region elevee 
qui separe le versant de la Baie James de celui du St- 
Laurent, il n'y a pratiquement pas de pin blanc, mais 
juste au sud de la region elevee du Haut Ottawa, avec 
des milliers de milles carres de foret vierge, il y a 
d'enormes quantites de pin blanc et de pin rouge de 
premiere qualite qu'on pourra exploiter quand les 
voies ferrees seront installees; les ressources en bois 
de pulpe et en force hydraulique de cette meme region 
sont enormes. Meme dans la vallee inferieure de l'Ot- 
tawa, le long des rivieres telles que la Noire, la Cou- 
longe, la Gatineau et la Lievre, on a a peine diminue, 
apres cinquante ans de travaux de deboisement, aux 
ressources de la region en fait de bois de pulpe. On 



pent en dire autant de la region du St-Maurice, mais 
a la source de cette riviere il y a une large etendue 
brulee qui, bien que se couvrant rapidement de sapins, 
ne produira pas suffisamment d'ici au moins soixante 

annecs. 

Le long des rivieres de moindre importance se 

jetant dans le St- Laurent, entre le St-Maurice et H >1 
tawa, il v a des limites a hois a quatre heures de 
voyage de la ville de Montreal qui, en raison de leur 
proximite de la metropole, sont certainement, comme 
richesse, les plus etonnantes. 11 y a maintenant de 
vastes regions tres boisees, avec du pin blanc de 
deuxieme croissance, excellent, mesurant jusqu'a 15 
pieds de diametre a une hauteur de 60 pieds, et du 
sapin de premiere qualite mesurant de 10 a 12 ponces 
en haute. Le rapport est en general de 40 de ces sa- 
pins par arpent. A Test du St-Maurice, au sud de la 
region elevee, separant le St-Laurent de la Baie James 
et s'etendant jusque vers la riviere Manicouagan, qui 
se jette dans le St-Laurent, il y a une etendue, y com- 
pris les forets du Saguenay, de plus de 75,000 milles 
carres dans laquelle les pertes provenant d'une region 
brulee on autrement improductive sont minima. Meme 
a la source de la Peribonca, de la Bersimis et de la 
Manicongan, a 250 milles du lac St- Jean, la quantite 
et la qualite du sapin est insurpassee dans n'importe 
quelle region de la province de Quebec. Comme il n'y 
a jamais eu de coup de hache donne dans la majeure 
partie de ces 75,000 milles carres, on peut se former 
une idee de la richesse forestiere de cette region. Dans 
certaines parties de ces forets le rapport est de 40 
cordes de bois de pulpe par arpent. 

A partir de la riviere Manicouagan jusqu'a la cote 
du Labrador, a l'est, les conditions se modifient ce- 
pendant. On ne trouve plus le sapin que dans les 
vallees des rivieres ; ce sapin est de la meme grosseur 
et de la meme qualite que dans l'ouest de la province. 
I'n coup d'oeil sur la carte montrera cependant que le 
long de la rive nord du St-Laurent, sur une distance 
de 50 a 75 milles la multiplicity des rivieres forme des 
vallees et constitue des conditions favorables pour une 
grande production de sapin et de balsamier. La quan- 
tite de bois de pulpe le long de ces rivieres est enorme. 
De fait, le long de presque toutes les rivieres au nord 
jusqu'a la riviere Hamilton, il y a dans les vallees 
etroites du bois de sapin d'une longueur de 60 a 70 
pieds et de 10 ponces de diametre au haut. Mais ccs 
conditions n'existent que jusqu'a une distance de deux 
on trois milles a partir des bonis de la riviere et sou 
vent moitie moins, car les vallees sont tres encaissees. 
C'est pourquoi en parlant des limites a bois du La- 
brador, quoiqu'il s'agisse d'etendues de centaines de 
milles carres. il faut bien se souvenir du fait que la 
surface boisee est tres restreinte. De plus, le fait que 
nombre de ces rivieres du Labrador et de la Cote Nord 
se jettent precipitamment dans le golfe du St-Laurent, 
empeche qu'on exploite les forets avoisinantes de ces 



40 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



rivieres avec profit, car on ne peut retirer les billots 
de hois a Pembouchure des dites rivieres. 

La colonisation de l'lle d'Anticosti. 

On a annonce, il y a quelques temps, la mort de 
M. Henri Menier, le grand industriel franqais. 

A ce propos, rappelons a nos lecteurs cette belle 
histoire qui leur tut contee jadis, qui enchanta les ima- 
ginations, et qui fut une tentative a la fois singuliere- 
ment bardie et curieusement pratique ■ — l'experience 
l'a prouve — de M. Henri Menier. 

Done, il y aura bientot vingt ans, M. Henri Me- 
nier acbeta une ile: e'etait Anticosti, dans l'estuaire du 
Saint-Laurent, a la porte de ce Canada, jadis terre 
franchise, et qui gar.de si religieusement le souvenir 
francais. Avec ses cinq cent trente milles carres, Anti- 
costi etait plus grande qu'un departement de France. 
Mais si elle etait inexploree presque depuis que Jac- 
ques Cartier l'avait decouverte au seizieme siecle, et 
quasi deserte, puisque quelques pecheurs miserables 
l'habitaient seuls, elle etait boisee, riche, baignee d'un 
climat favorable. Bientot le cargo boat "Savoy" par- 
tait du Havre, emportant dans ses flancs tous les ba- 
gages de Robinsons modernes: fusils, charrues, outils, 
boites de conserves, provisions en sacs, palissades, 
pi nitres, mobilier, embarcations, et jusqu'a un cbemin 
de' fer a voie etroite. 

Le pavilion de M. Henri Menier flotta sur Anti- 
costi. Et depuis, jour par jour, son plan admirable de 
colonisation a ete applique, la colonie a grandi, et la- 



bas, pres des brumes, une petite .terre, franchise de 
coeur et d'intelligence, connait la richesse. Soumise 
au code civil canadien, on peut dire qu'Anticosti ne 
connaissait que la bienveillante dictature de M. Henri 
.Menier et les lois qu'il lui avait donnees. C'etait une 
terre libre, mais fermee a toute invasion. On n'abor- 
dait point sans une autorisation speciale. Et tout ha- 
bitant s'engageait a ne point boire d'alcool, a ne point 
chasser. 

Peu a ])eu, au milieu de la foret s'eleva un petit 
village. D'annee en annee, on batit une eglise, des 
hopitaux, des ecoles, des usines. On defrichait, on 
construisait des routes. Un port etait organise que le 
"Savoy" reliait a la terre. 

Et aujourd'hui, a l'heure ou son fondateur dispa- 
rait, Anticosti est en pleine prosperite. La foret est 
penetree par un chemin de fer: vingt-cinq kilometres 
de voies ferrees sont construits. Les arbres abattus 
sont achetes par les Etats-Unis, mais deja des usines 
fonctionnent sur place pour transformer le bois en 
pulpe a papier, et le papier sur lequel ces lignes sont 
imprimees vient peut-etre d'Anticosti. 

Cette exploitation des forets n'est elle-meme 
qu'une des ressources de la colonie ; il faut ajouter 
l'agriculture, Pelevage, la pecbe. Et par exemple, 
M. LI. Menier a installe une bomarderie modele, qui 
peche et met en boites 500,000 bomards par an. Et 
l'admirable organisation de l'ile d'Anticosti assure a 
sa colonie l'avenir de prosperite que son fondateur 
revait pour elle. 



LE CANADA 



Tous ceux qui ont visite l'exposition de Gaud out 
ete frappes du succes obtenu par le Canada, dont le 
pavilion attire tout specialement la foule. Cette af- 
fluence s'explique et elle est parfaitement justifiee, car 
tout est reussi dans l'enceinte reservee au Dominion 
pour flatter les yeux et exciter l'interet. Jamais on n'a 
vu autant de fruits d'or et de pourpre reunis et pre- 
sentes a\ec plus d'art. Les pommes du Canada rap- 
pellent celles des tlesperides et pourraient les rempla- 
cer. Elles forment des montagn'es aux couleurs chau- 
<les et varices. C'est reellement une feerie pour les 
yeux. 

En face des fruits, s'etale la faune si riche de 
l'Amerique septentrionale, avec les plus belles four- 
rures. La encore, Part est associe a la nature pour 
mettre en valeur les produits du j)ays. Comme ensei- 
gne.nent on ne peut faire mieux et c'est la une veri- 
table leqon de choses pour les pays surpeuples du 
vieux monde. Le gout francais n'a pas abandonne 



cette terre meconnue et delaissee par ceux qui l'avaient 
conquise. Si Ton y joint le sens pratique des anglo- 
saxons, qui la possedent depuis plus d'un siecle, on 
aura une idee tres exacte de ce magnifique territoire 
ou ne manquent que les habitants, car les arpents de 
neige peuvent en recevoir par millions encore. 

II ne sera certainement pas inutile de placer a cote 
de cet expose quelques considerations economiques 
dont l'Europe peut faire son profit. 

Le Canada, en effet, couvre un espace immense au 
nord des Etats-Unis dont il a l'etendue. Sa superficie 
est de 9,324,106 kilometres carres, a peu pres celle de 
l'Europe. D'un ocean a l'autre la distance est de 
6,000 kilometres. 

Neanmoins, le Canada est tres peu peuple. II n'a 
pas un habitant par kilometre carre, puisque sa popu- 
lation totale est a peine superieure a 7 millions d'ha- 
bitants. 

Depuis quelques annees, 1'augmentation est con- 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



41 



siderable: mais, pendant tout le dix-neuvieme siecle, 
le Canada a ete presque completement neglige. Son 
turbulent et actif voisin lui a certainement fait grand 
tort, en absorbant par millions le (lot des emigrants 
envoyes par 1'Europe. Maintenant le courant est, 
sinon detourne, tout au moins divise. 

Une partie des colons est venue du vieux monde, 
mais il faut bien reconnaitre que ce renfort est encore 
tres faible. La masse va dans l'autre hemisphere et 
peuple PArgentine apres le Bresil. Nous ne devpns 
pas nous en etonner, car le Canada a une reputation 
des plus mediocres. Pour le vulgaire e'est toujours la 
neige qu'on y voit le plus, quoique la partie sud du 
Canada suit sous la metne latitude (pie le nord de l'Es- 
pagne et de l'ltalie, au-dessous de la France. Au nord, 
e'est la hauteur de la Norwege ; mais la cote ouest est 
rechauffee par les courants du Pacifique, et Vancouver 
est fertile en primeurs. On compare son climat, pour 
la douceur, a celui des lies Britanniques. 

1 /agriculture est la grande industrie du pays et 
die n'en est qu'a ses debuts, car les surfaces incultcs 
et cependant fertiles semt immenses. Pour les mettre 
en valeur, il faut des bras et des moyens de transport. 
* )r, depuis dix ans, la population a augmente de plus 
de -'5 pour cent et la ligne du Canadian Pacifique, qui 
traverse tout le pays, de l'Ouest a l'Est. a un reseau 
total de 25,000 kil. La Compagnie qui l'exploite pos- 
sede 75 vapeurs, 1,637 locomotives, 2,007 wagons de 
voyageurs et 52,602 wagons de marchandises. 

En une annee, il a passe sur ce merveilleux reseau 
12 millions de voyageurs, 111,169,000 boisseaux de 
grains. 8,469,000 livres de farine, et 5,759,000 tonnes 
de produits manufactures. Les importations et expor- 
tations representent une somme totale de 3 milliards 
j. Ce mouvement d'affaires a ete favorise par trente 
banques dont l'actif a triple depuis dix ans. I/epargne 
privee s'eleve a 306 millions, soit a 757 fr. 50 par habi- 
tant. C'est le chiffre le plus haut que Ton constate 
dans le monde. Et cependant le Canada ne manque 
pas d'initiatire ni meme d'audace. L'industrie y est 
tres active. 

La fabrication des machines agricoles, des chaus- 
sures, du beurre, du fromage, du materiel des chemins 
de fer, etc.. s'y developpe sans cesse. Mais l'agricul- 
ture grandit plus encore et, depuis dix annees, elle a 
marche a pas de geant. Les chiffres suivants en 
font foi. 

\ oici les principales des productions agricoles au 
Canada : 

1901 191 1 

Froment 20,005,920 hect. 00,027.840 

( >rge 8,000,640 " 19,943,280 

Woine 54,538,920 " 127,247,960 

Foin 7.^53.000 tonnes 11,877,000 

Pommes de terre .... 19,930,680 hect. 35,571,320 



La plus-value est considerable e1 depasse certai- 
nement celle des autres nations du monde. Elle es1 
d'environ 1 50 pour cent. 

L/elevage progresse aussi. En dix ans, le gain a 
etc de : 

635,706 chevaux. 

[,538,463 bovins. 

88,000 moutons. 
40,000 pores. 

La population du Canada, pendant cettc meme pe- 
riode, s'est accrue de deux millions d'habitants, et la 
production agricole ira grandissant plus vite encore, 
car les terrains a cereales ne manquent pas et on pent 
leur demarider cent fois ce qu'ils donnent actuelle- 
ment. Or, demain, I'Amerique du Nord aura besoin 
de ble et 1'Europe absorbera tout ce (pie le nouveau 
monde pourra produire, car elle ne se suffit plus depuis 
longtemps. La culture canadienne a done un grand 
avenir et, si la main-d'oeuvre ne lui fait pas defaut, elle 
atteindra des taux de production magnifiques. 

Les richessc minieres sunt deja considerables. Le 
Canada possede les plus riches gisements du monde en 
nickel, en amiante, en coridons. Les champs d'or du 
Yukon out produit, depuis dix ans, 600,000,000 de 
francs d'or. Les mines de Cobalt out donne J^, mil- 
lions, 60 pour cent de plus que les mines des Etats- 
Unis. 

Les forets contiennent des reserves immenses et 
inconnues, que Ton estime a 2 millions J/ > de kilome- 
tres, mais qui ne comprennent pas les wastes forets du 
Nord encore inexplorecs. 

Enfin le Canada possede une ressource inepuisable 
dans la peche. Ses etablissements sont les plus vastes 
du globe et s'etendent sur 20,448 kilometres de cotes, 
sans comprendre les rivieres et Its lacs qui sont en 
grand nombre. Les principales especes de poissons 
sont: le saumon, le homard, la morue, le hareng, le 
maquereau, la truite, etc. En 1909, la production re- 
presentait une somme de 156 millions T j. Elle a aug- 
mente encore. Tons les ans le frai distribue depasse 
800,000,000 d'alevins et les pares a homards sont nom- 
breux. Les fabriques de conserves fabriquent et ex- 
pedient 10 millions de boites annuellement. 

Cette statistique pourrait etre enrichie encore, car 
les richesscs naturelles et industrielles du Canada sont 
innombrables et paraissent illimitees. Le developpe- 
ment du reseau ferre en assure les progres, car tons 
les jours deux kilometres viennent s'y ajouter. Les 
regions traversees par le Canadian Pacific sont les plus 
peuplees naturellement, mais l'extension constante du 
reseau ouvre a la culture des horizons immenses el 
feront du pays le grenier de 1'Europe. 

II serait ridicule de predire a la population du Ca- 
nada de brillantes destinees. Les resultats acquis, de- 
puis lc commencement du siecle, sont les garants de 



42 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL, XLVI — No 43. 



1 avenir. Si lc vieux monde se lasse de cultiver des 
terres epuisees, s'il a trop de bouches a nourrir, les 
grandes steppes du Nord de l'Amerique lui fourniront 
du Ide et de vastes espaces ou lie climat est remarqua- 
blement sain et ou la terre se vend dans les meilleures 



conditions de prix par lels soins du Dominion. On ne 
peut souhaiter que l'Europe envoie ses enfants au Ca- 
nada, mais voici une partie du monde ou les ressources 
abondent et ou l'hospitalite est assuree aux travail- 
leurs. — (Moniteur Industriel.) 



LES RECOLTES AU CANADA 



Un bulletin publie par le Bureau des Recense- 
ments et Statistiques du Ministere du Commerce, 
donne une evaluation preliminaire du rendement des 
principales recoltes de cereales, ainsi que la qualite 
moyenne de ces recoltes, a l'epoque de la moisson. 

Durant le mois termine le 30 septembre, on a eu, 
par tout le Canada, une temperature ideale pour l'en- 
grangement du grain. Dans la plus grande partie 
d'< )ntario et dans les provinces maritimes, les travaux 
de la moisson etaient termines vers le milieu de sep- 
tembre, et il n'y avait que dans quelques parties de 
Quebec et des provinces maritimes, ou le printemps 
commence plus tard, que la moisson s'est poursuivie 
jusqu'a la fin du mois. 

Les evaluations donnees il y a un mois sont un 
peu plus elevees que cedes qui sont publiees actuelle- 
ment et qui sont, coit-on, plus ou moins basees sur les 
resultats du battage des grains. Les evaluations de- 
finitives, basees sur les resultats du battage, de meme 
que calculees sur les superficies exactes des recoltes, 
seront publiees, comme de coutume, le 15 decembre. 

Pour le ble de printemps, les evaluations, a la fin 
de septembre donnaient 188,468,000 boisseaux, contre 
182,840,000 boisseaux, l'an dernier. Pour le ble d'au- 
tomne, ['evaluation etait de 19,107,000 boisseaux, con- 
tre 16,396,000 boisseaux l'annee derniere, et 18,481,000 
boisseaux donnes par revaluation preliminaire de 
cette annee. On estime done la production totale du 
ble de cette annee a 207,575,000 boisseaux, contre 199,- 
236,000 boisseaux produits l'annee derniere, soit une 
augmentation de 8,339,000 boisseaux, ou 4% pour cent. 
Le rendement par acre, pour tout le ble, a ete de 21.15 
boisseaux. contre 20.42 boisseaux, l'annee derniere. 
L'avoine a donne un rendement total de 391,418,000 
boisseaux, une production moyenne de 40.57 boisseaux 
par acre, contre 361,733,000 boisseaux et une produc- 
tion moyenne de 39.25 boisseaux. L'orge donne un 
rendement total cvalue a 44,348,000 boisseaux, et une 
moyenne de 31 boisseaux par acre, contre 44,014,000 
boisseaux, et une moyenne de 31.10 boisseaux, et 1912. 
Pour cette annee, la production totale du seigle est de 
2,559,000 boisseaux, cede des pois a ete de 3,974,000 
boisseaux, cede du sarrasin de 7,600,000 boisseaux, 
cede du lin, 14,912,000 boisseaux, cede du meted, de 
17.178,000 boisseaux, cede du mais a decortiquer, de 
14,086,000 boisseaux, cede des feves, 989,500 boisseaux, 
contre un total, pour l'annee derniere, de 2,594;ooo 
boisseaux pour le seigle, 3,773,500 boisseaux pour les 



pois, 10,193,000 boisseaux pour le sarrasin, de 21,681,- 
500 boisseaux pour la graine de lin, de 17,952,000 bois- 
seaux pour le meted, de 16,569,800 boisseaux pour le 
ble d'Inde a grains, et de 1,040,800 boisseaux, pour 
les feves. 

Dans les trois provinces du Nord-Ouest, le rende- 
ment total du ble de printemps est evalue a 183,852,000 
boisseaux; celui du ble d'automne, a 5,264,000 bois- 
seaux ; celui de l'avoine a 239,595,000 boisseaux, celui 
de l'orge, a 27,904,000 boisseaux, celui du seigle, a 
686,000 boisseaux et celui du lin a 14,808,000 bois- 
seaux. 

La qualite moyenne de ces recoltes, calculee sur 
une base de pour cent, representant un grain a beaux 
epis bien remplis, bien conserves et n'ayant regu au- 
cune atteinte appreciable de la gelee, de la rouille du 
cbarbon, etc., est comme suit: ble de printemps, 89.17; 
avoine, 90.52; orge, 88.25; seigle, 85.41; pois, 81.71; 
feves, 78.48; sarrasin, 73.40; meted, 90.59; lin, 82.68; 
mais a grains, 75.16; sur ces grains le ble, l'avoine, 
l'orge et le seigle sont au-dessus de la qualite moyen- 
ne, pour les deux annees dernieres. 

Les recoltes de pommes de terre et des racines 
continuent a accuser des chiffres encourageants, com- 
me condition moyenne pendant la periode de crois- 
sance. L'etat des pommes de terre est de 83.59, celui 
des navets, de 82.62, celui des betteraves fourrageres, 
de 83.64 et celui des betteraves a sucre, de 82.63. 



VOS VITRINES VALENT DE L'ARGENT. 



Nous venous de recevoir de la National Casb 
Register Company, de Dayton, Obio, une tres inte- 
ressante brochure intitulee "There is Money in Your 
Window". 

Franchement, cette brochure contient plus de ren- 
seignements precieux sur la maniere de faire les eta- 
lages de vitrines, que tout ce que nous avons encore 
lu sur ce sujet. 

La Compagnie National Cash Register enverra 
gratuitement un exemplaire du livre a tous les lecteurs 
du "Prix Courant" qui lui en feront la demande. 

A tous ceux qui se rendent compte de la valeur 
d'une vitrine bien faite, nous recommandons instam- 
ment de se procurer "There is Money in Your Win- 
dow". La brochure ne coute absolument rien, et elle 
est remplie de precieuses suggestions. 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913 



43 




L'EPICIER EST BON ENFANT 

COMMENT ON LE TOND ! ! 




Tous ceux qui vivent ou s'occupent de publicite 
vous diront que celle-ci est Fame du commerce, et ils 
n'ont pas tort. Mais il faut s'entendre : i° sur ce qui 
est necessaire an point de vue du fabricant, du com- 
merce et du consommateur; 2° sur ce qui peut consti- 
tuer tin exces de la part du fabricant et devient alors 
nuisible soit aux commergants ou intermediaires in- 
dispensables, soit aux consommateurs. 

Quiconque fabrique ou produit doit vendre. Pour 
reussir, il faut a la fois bien produire et bien vendre. 
Nous n'envisagerons ici que la vente. 

Pour vendre, le fabricant doit faire presenter sa 
marchandise ou faire connaitre sa marque ; pour etre 
bon commergant, il faut etre au courant de sa specia- 
lity, e'est-a-dire connaitre les articles que Ton vend, au 
point de vue de la qualite et du prix, de fagon a ne pre- 
senter au consommateur que des produits de bonne 
fabrication, a des conditions normales et laissant au 
commerce un benefice net apres paiement des frais 
generaux. 

De la, l'utilite des organes corporatifs indepen- 
dants pouvant se specialiser pour l'examen des inte- 
rets professionnels et, notamment, pour faire connaitre 
a tous les interesses, par voie d'annonces ou d'inser- 
tions, les avis des producteurs ou fabricants, ainsi que 
la situation reelle des marches qui les concernent. 

Cela etant dit, nous allons exposer brievement ce 
que nous entendons par publicite necessaire. 

A quoi servirait-il de fabriquer ou de produire 
d'excellents articles de consommation, si les commer- 
gants qui doivent les acbeter pour les revendre en 
ignorent l'existence? II faut done, au moins, les en 
aviser: e'est necessaire. 

Mais, passant par-dessus les commergants qui 
peuvent etaler la marcbandise, l'echantillonner et le 
vendre, faut-il absolument que le fabricant s'adresse 
continuellement et directement a tous les consomma- 
teurs? Nous montrerons qu'ici la pratique de la pu- 
blicite sous toutes ses formes a fait naitre de veritables 
execs dolit le commergant est ou devient trop souvent 
la victime complaisante. 

11 convient done epic le fabricant dun nouveau 
produit ou le proprietaire d'une marque annonce son 
entree dans la vie coinmereiale ; e'est la tine depense 
qui peut etre consideree comme etant de premier eta- 
blissement, du moment ou elle est moderee et ne s'e- 
ternise pas en dehors des publications se rapportant a 
la specialite consideree. Si, au eontraire. le fabricant 
d'un article nouveau ou d'une marque deja bien con- 
nue, dans le but de forcer la vente ou d'ecraser toute 



concurrence de produits de menic qualite, base son 
commerce sur tine publicite intensive tres cotiteuse, 
visant a la fois le commergant intermediaire et le con- 
sommateur, il afrecte a cctte reclame la plus grande 
partie du benefice qui devrait normalement revenir au 
commerce, et il se produit alors, entre le fabricant et 
le consommateur, tine veritable compression ou ex- 
ploitation de l'intermediaire qui, au mepris de ses in- 
terets, continue la vente de semblable marcbandise ou 
marque. 

Dans ce cas, le commergant se plaint generale- 
ment, mais il ne fait le plus souvent rien d'utile pour 
se liberer ; et le fabricant, au eontraire, sait comment 
le commergant se prete avec la plus grande complai- 
sance a lui faciliter cette compression, qui cependant 
le ruine. 

"On ne gagne rien, dit l'epicier, sur telle ou telle 
chose," mais si vous allez regarder son etalage, ne 
vous etonnez pas d'y trouver la moitie de la place oc- 
cupee par les reclames postiches de ces diverses mar- 
ques qti'il vend, en realite, a perte. C'est insense ! 

Les grandes maisons se debarrassent le plus vite 
possible des produits des marques dont il s'agit, en 
offrant plus avantageiisement aux clients des articles 
concurrents d'aussi bonne qualite, mais la masse des 
epiciers prete generalement son concours benevole a 
cette exploitation, qu'elle pourrait cependant suppri- 
mer: il suffirait pour cela de s'entendre, pour offrir 
d'autres produits existants de meme qualite et laissant 
au commerce un benefice superieur de 10 a 15 pour 
cent, ce qui represente precisement l'exces de publi- 
cite supplemental que fait le fabricant, pour le con- 
sommateur, grace au benefice qu'il supprime au com- 
mergant intermediaire, dans le but d'ecraser la con- 
currence qui le gene. 

Et que repond le plus souvent l'epicier atiquel on 
fait cette remarque? Tout simplement que les dites 
marques sont vendues ailleurs et qu'elles lui sont de- 
mandees, avouant ainsi naivement qu'il reste dispose 
a acbeter et a revendre, meme sans benefice .net, tout 
ce qu'on lui demandera. 

Dans ces conditions, l'epicier devient le mouton 
que l'on pent tondre, et on le tond tres soigneusement ! 

* * * 

11 s'est tmn ve et il cxiste encore un organisme 
professionnel qui porte a son i)rogramme: 

"Reglementation du prix de vente," ce qui est 
fort bien. 

"Relevement de certa.ns prix de vente," chose que 
nous allons examiner. 



44 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



Abstraction faite des conditions que peut imposer 
la situation du marche pour un produit alimentaire 
quelconque, ce dernier point doit, en principe, etre con- 
sidere comme une heresie eommereiale et un defi aux 
consommateurs, propose a un fabricant par un groupe 
d'intermediaires renongant a remplir convenablement 
leur role en utilisant la concurrence necessaire, tandis 
que le fabricant continue imperturbablement le sien, 
en inserant dans leur propre organe une j/j page d'an- 
nonce! Singuliere faqon de faire bonne garde, en at- 
tendant... sous l'orme et en vendant a perte dans 
leurs magasins. 

Lorsque les prix de revente en detail permettaient 
aux fabricants de reserver aux commerqants un bene- 
fice total de 1 5 a 20 pour cent, il etait inadmissible que, 
an lieu de provoquer des mesures pour obtenir cette 
reduction pour le gros, ce groupe aille demander a un 
producteur un relevement arbitraire de ses prix de 
vente aux consommateurs, e'est-a-dire aux clients. 
Aussi, comprenons-nous facilement que le fabricant 
intcresse, voyant la question ainsi posee et l'examinant 
sous ses differents aspects, en psycbologue et en com- 
mercant experimente, leur ait repondu alors diploma- 
tiquement que, "vu sa complexite et l'importance 
"qu'elle a pour lui, il n'a pu arriver jusqu'ici a une 
"solution definitive, " que les demandeurs attendraient 
sans doute longtemps sous cette forme, si une circons- 
tance ne rendait aujourd'hui inevitable la solution de- 
cree depuis si longtemps: les extraits de viande en 
vrac ayant hausse de 50 pour cent depuis un an, chose 
que les demandeurs ignorent probablement et que 
nous leurs signalons, on concevrait difficilement que 
le gros producteur dont il s'agit s'abstienne, en la cir- 
ci instance, d'augmenter et de reglementer ses prix de 
detail, en majorant eventuellement le moins possible 
ses prix de gros actuels, ce qui repondrait en meme 
temps a la situation du marche et aux voeux du com- 
merce en general. Mais ce n'est pas ainsi que la de- 
mande avait ete justifiee par le groupe, lequel envisa- 
geait exclusivement le benefice a reserver an com- 
merce par le relevement des prix de revente aux con- 
sommateurs, sans egard a l'etat du marche. Ceci re- 
venait a proposer an fabricant de frapper le consom- 
mateur on, s'il voulait eviter cette mesure dont il ap- 
preciait l'importance, de decreter chez lui une petite 
revolution interieure consistant a reserver dorenavant 
aux intermediaires un benefice correspondant aux frais 
de publicite considerables sur lesquels il a base jus- 
qu'ici la vente sous sa marque, tandis que d'antres 
firmes offrent regulierement ce benefice aux maisons 
qui, remplissant leur role, savent faire apprecier la 
bonne qualite des memes produits qu'elles sont ainsi 
en etat de livrer plus avantageusement a leurs clients. 

Cet exemple montre: 

i° Que la concurrence est indispensable dans 
l'interet des intermediaires et du consommateur,. sur- 
tout pour les produits alimentaires ; 2° que si la publi- 



cite en general visait surtout les intermediaires inte- 
resscs a la vente et si ccux-ci exerqaient entierement 
leur role, ils ne se verraient pas si souvent prives du 
benefice normal qui leur est necessaire, non settlement 
pour couvrir leurs frais generaux, mais encore pour 
subsister. 

Apres cela, consacrons encore quelques lignes a 
l'article "Extrait de viande", toujours dans l'interet du 
commerce et specialement de la corporation des epi- 
ciers, dont un trop grand nombre, faute de connaitre 
cette specialite, se laissent fournir et presentent a leur 
clientele (qui, an premier usage, ne manque pas de 
protester), comme extrait... alimentaire declare su- 
perieur a tout extrait de viande, des pots ou flacons 
contenant en realite de la levure assaisonnee. 

Nous pourrions citer une demi-douzaine de mar- 
ques, qui out disparu forcement les tines apres les au- 
tres et qui toutes visaient a substituer des extraits de 
levure aux veritables extraits de viande de boeuf ven- 
dus par des marques serieuses comme Liebig, Bovril, 
Riche, etc., que Ton peut toujours vendre en confiance, 
parce que ces produits succulents — garantis purs a 
l'analyse — ne different entre eux que par les prix de 
vente aux consommateurs et le benefice plus ou moins 
grand reserve au commerce par le proprietaire de la 
marque ou le fabricant. 

Et que pretendaient tous ceux qui se sont efforces 
en vain de remplacer l'extrait de vianre par de la le- 
vure? 

Void un des nombreux articles qui nous le dira : 
"On sait que la levure est produite en enorme quantite, 
"quelle est extremement riche en albumine, au point 
"que la levure pressee en contient plus que la viande. 
"Ce serait done un aliment de premier ordre, de valeur 
"nutritive egale a celle de la viande, s'il etait possible 
"de la consommer en grande quantite. Malheureuse- 
"ment, son gout amer s'y opposait completement. 

"Mais des chercheurs ont decouvert un nouveau 
"procede permettant de retirer de la levure les pre- 
"cieux constituants nutritifs qu'elle contient, sans met- 
"tre en oeuvre aucun reactif chimique, point essentiel 
"en matiere d'alimentation, et cela tout en conservant 
"et en augmentant meme leurs proprietes nutritives, 
"digestives et reconstituantes. 

"Pour cela, la levure est sottmise, dans certaines 
"conditions speciales, a un travail d'autodigestion, qui 
"solubilise les reserves de la levure, transforme d'a- 
"bord les matieres albuminoides en peptones et puis 
"ces peptones en ce que les chimistes appellent des 
"produits abiuretiques. Ceux-ci sont ensuite separes 
"tres simplement des coques des levures et des subs- 
"tances ameres auxquelles ils se trouvent melanges. 

"< )r, ces ])hases du procede. . ." je vous fait grace 
du reste. parce que e'est trop long, et je passe a la con- 
clusion : 

"On \<>it, par ce qui precede, combien sont pre- 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



45 



"cieuses les proprietes de ce nouveau produit, dont la 
"nature et lc gout se preterit parfaitement aux usages 
"culinaires et lui permettent de rivaliser (sic) avec les 
"meilleurs extraits de viaude. Simplement dilue dans 
"1'eau chaude, il constitue un excellent consomme!. . ." 
de levure. 

Comme il y a autant de ressemblance entre les 
difil'erents extraits de levure plus oil moins aromatises 
et les veritables extraits de viande de boeuf qu'entre 
un verre de biere de Munich et un verre de bon vieux 
Bourgogne, vous vous representez facilement la tete 
de la cuisiniere qui, sur la foi de sou epicier, a cru 
pouvoir remplacer par de l'extrait de levure l'extrait 
de viande pur dont elle se servait pour ameliorer ses 
sauces ou ses differents mets ! Soyez certain qu'elle 
n'en usera qu'une seule fois. 

Et si, oubliant de deguster la sauce du poulet 
qu'elle a ainsi preparee, la malheureuse met la sau- 
ciere a table, nous parions cent contre un qu'elle en- 
tendra la... musique de Madame ou de Monsieur 
avant la fin du diner et qu'elle ne recommencera plus. 

Mais l'epicier ayant 12 ou 24 pots, si pas plus, 
dans son rayon, essayera encore de les vendre, a moins 
que, soucieux de la reputation de sa maison, il attende 
le passage du vendeur pour lui proposer de reprendre 
cette marchandise a 50 pour cent du prix de facture, 
chose que le representant se declarera enchante d'ac- 



cepter. . . en principe. Mais jamais plus l'epicier ne 
le reverra chez lui pour reprendre les dits pots. 

L'interet personnel de tons ceux qui' tentent de 
substituer l'extrait de levure a l'extrait de viande de 
boeuf leur fait perdre de vue cette chose essentielle, a 
savoir que le gout en est absolument different et que 
c'est precisement pour son excellent arome special, e1 
noii dans le but d'incorporer plus oil moins d'albumine, 
que les gourmets apprecient et exigent qu'on prepare 
ct bonifie leurs sauces et mets les plus estimes en y 
ajoutant de l'extrait de viande veritable. 

Tons les raisonnements ou plaidoyers soi-disant 
scientihques, tolls les efforts et la reclame out etc jus- 
qu'ici et resteront impuissants pour substituer l'usage 
de la levure a celui de l'extrait de viande de boeuf dans 
toute bonne cuisine. 

Et il convient que les epiciers le sachent et ne se 
laissent pas tenter d'encombrer leurs rayons de pro- 
duits invendables, moins encore d'afifcher comme ex- 
trait de viande des pots ou des flacons ne contenant 
que de la levure preparee. Ceci est absolument into- 
lerable, et cependant on le constate partout. 

Exigez done que votre fournisseur livre des pots 
dont l'etiquette garantit un pur jus de viande, ce qui 
ne permet pas de dissimuler line mixture quelconque. 
— ( Le Moniteur de 1' Alimentation.) 



/VS^l l ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^rw*-^«^^^^^-^^rf^*^•^lrs***•v^# 



jg? M LA PUISSANCE DE L'IMAGINATION & & 



L'homme qui veut reussir ne doit pas oublier qu'il 
possede ime imagination qui constitue un puissant le- 
vier des affaires et il doit savoir en faire usage souvent, 
dans toutes les circonstances de sa vie. Qu'on n'aille 
pas se meprendre sur le mot imagination et lui donner 
le sens de folie, exageration. Non, mais qu'on le con- 
sidere plus justement comme la faculte que nous pos- 
sedons d'edifier dans notre esprit des choses que nous 
desirous. L'imagination est sans contredit la plus 
grande force de l'homme, et cependant il n'est pas de 
faculte dont il sache moins se servir. 

L'imagination ne doit pas avoir pour objet des 
choses vagues et superficielles ; elle doit s'attacher a 
des projets susceptibles d'etre executes et pour la rea- 
lisation desquels on peut envisager la possibility d'une 
action personnelle. 

Que votre esprit s'imagine etre quelque chose, que 
votre pensee se figure etre susceptible de produire de 
Poriginal et du nouveau. voila qui est excellent pour 
votre personnalite. II ne s'agit pas la d'outrecuidance 
ou de pretention, mais cette appreciation latente de la 
valeur de votre esprit developpera en vous une activite 
incroyable et doublera votre capacite commerciale. 



Combien de commerqants, au seuil de la faillite, 
se sont ressaisis, out i^ris conscience de leur valeur, se 
sont dit : "Je suis quelqu'un, il faut que je le prouve", 
et out change leur situation precaire en une position 
brillante et prospere. Tout etre a en lui une certaine 
somme de capacites et il est le seul maitre de leur epa- 
nouissement. L'imagination y pourra contribuer pour 
beaucoup et son action ne sera pas insignifiante com- 
me on pourrait le croire, mais produira, an contraire, 
le plus souvent, des resultats merveilleux. Pour bien 
com prendre le role que joue ['imagination dans la vie, 
et l'influence primordiale qu'elle pent exercer sur une 
existence, rappelons-nous que toutes les inventions ge- 
niales dont s'enorgueillit notre siecle, sont le produit 
de l'imagination. L'imagination est la grande crea- 
trice, e'est elle qui concoit les choses les plus invrai- 
semblables et qui fournit le desir de creer et de pro- 
duire. Elle est une source d'energie. C'est elle qui 
dessine dans l'esprit les plus scientinque.s projets, et 
c'est la volonte qu'elle suscite qui les met a execution. 
Toute pensee constitue une force et par consequent 
peut engendrer du mouvement et de la vie.' 

Comme nous pensons continuellement, nous som- 



46 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL XLVI — No 43. 



mes capablcs de creer de Taction, de developper notre 
capacite, et meme d'avoir du genie. Sans doute il faut 
que l'idee premiere qui jaillit dans notre cerveau soit 
realisee par des actes materiels pour donner un resul- 
tat. Combien ont eu du genie, mais n'ont pas eu le 
courage et la patience necessaire pour en faire la de- 
monstration ! II convient de dire cependant que l'ima- 
gination, en meme temps qu'elle fait concevoir une 
chose, donne le desir ardent de la faire passer dans le 
domaine de la pratique. 

C'est d'ailleurs un trait caracteristique de l'esprit, 
de tendre a reproduirc ce que l'imagination a esquisse. 
L'esprit voit d'une faqon claire, frappante et positive, 
ce que 1'imagination a decouvert ; il en suit les details 
comme il ferait d'un modele et s'acharne a en repro- 
duire exactement la structure. On congoit des lors 
toute la source d'energie que met en nous l'imagi- 
nation. 

II ne faut pas oublier cependant qu'une telle men- 
talite exige une parfaite sincerite, une foi veritable en 
soi. Toute notre vie doit etre consacree a mettre en 
pratique les conceptions de notre imagination ; vous 
ne devez pas vous contenter d'y faire appel seulement 
a de rares intervalles, mais d'une faqon constante. 
Vous devez vous dire chaque jour que vous avez de la 
capacite en affaires et faire concorder vos actes avec 
cette assertion. Lorsque votre imagination vous aura 
repete que vous possedez telle ou telle qualite, vous 
prendrez plus de soin a en assurer le developpement et 
vous vous appliquerez pour en faire usage dans la 
meilleure voie. Vous accumulerez toute votre puis- 
sance d'energie pour realiser ce que vous entrevoyez. 
Et cet etat d'esprit vous conduira a imaginer des cho- 
ses possibles, saines et desirables. 

L'appel que vous ferez a votre imagination la ren- 



dra plus feconde ; les projets auxquels elle donnera 
naissance deviendront plus precis et plus aises a exe- 
cuter. Quelle que soit l'importance de vos affaires, 
figurez-vous que vous conduisez une entreprise beau- 
coup plus considerable. Cette pensee augmentera 
votre valeur et vous amenera tot ou tard a desirer 
l'extension de vos affaires. Et lorsque vous realiserez 
cette extension vous obtiendrez, grace a cet entraine- 
ment imaginatif, de nouveaux succes. 

Ayez en imagination que vous avez la force et la 
vigueur, vous contraindrez votre corps a posseder ces 
qualites. Si vous etes malade, ne vous ecoutez pas et 
reagissez en vous persuadant que vous etes bien por- 
tant, vous aurez fait un pas vers la guerison. Lorsque 
vous etes a deux doigts de la faillite, pensez au succes; 
vous sentirez renaitre la confiance et vous vous prepa- 
rerez de meilleurs lendemains. S'il vous advient de 
subir une perte, ingeniez-vous a decouvrir le moyen 
de la rattraper au lieu de la deplorer. Si vous ne 
jouissez pas de tout le succes desirable, envisagez une 
situation plus brillante et votre effort travaillera dans 
ce sens vers du mieux. Ayez toujours la certitude qu'il 
y a du progres dans votre labeur quotidien, visez sans 
cesse a une situation meilleure que celle de l'heure 
presente, pensez souvent a ce que vous desirez faire, 
cela contribuera a augmenter votre capacite. 

Le juste usage de votre imagination vous aidera 
beaucoup dans la vie, il vous fera decouvrir des pers- 
pectives nouvelles et vous ouvrira le chemin du succes. 

Chaque matin, imaginez-vous que vous avez une 
force nouvelle, que votre esprit est plus perspicace, 
que votre caractere est plus energique, vous vous sen- 
tirez plus d'ardeur au travail et vos affaires s'amelio- 
reront d'une faqon continue. 




Les nouveaux taux de camionnage sont en vi- 
gueur depuis le ier octobre, et, jusqu'ici, il n'y a pas 
eu de protestation. L'augmentation represente un 
demi-cent par cent livres. Cette decision a ete prise 
lors d'une reunion des representants de nos deux prin- 
cipales compagnies de chemin de fer. Ces messieurs 
ont conclu qu'en demandant trois cents par cent livres 
de marchandises, au lieu de deux cents comme prece- 
demment, avec un minimum de vingt cents pour les 
"petits paquets", au lieu de quinze, ils ne faisaient que 
repondre aux exigences des circonstances actuelles. 

Comme question de fait, les compagnies de che- 
min de fer ne tenaient pas du tout a continuer a faire 
le service de livraison en ville; on avait meme dit 
qu'elles avaient Pintention de cesser ce service au 
commencement du mois d'octobre courant. Mais plu- 
sieurs corps publics ayant insiste, les compagnies de- 
ciderent de le continuer jusqu'a la fin de l'annee au 



moins, aux taux que nous venous de mentionner. De 
la part de la majorite des marchands, les Boards of 
Trade de Montreal, Hamilton et Toronto ont consenti 
a cette augmentation, et des circulaires ont, en conse- 
quence, ete adressees a tons les exportateurs et im- 
portateurs faisant affaires avec le Pacifique Canadien 
et le Grand Tronc. 

Mais ce consentement aux nouveaux taux ne regie 
pas finalement la difficulte du camionnage. II n'est 
pas certain que les compagnies de chemin de fer con- 
tinueront leur service l'annee prochaine, car les re- 
cents arrangements ne sont valables que jusqu'a la fin 
de 1913. 

Toutefois, afin de donner aux interesses le temps 
de se pourvoir a temps, il semble que les compagnies 
devraient les aviser definitivement et sans plus de 
retard. 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



47 




La saison qui commence verra se continuer le luxe 
des chaussures. Jamais on ne connut, dans notre in- 
dustrie, autant d'elegance, autant de fantaisie. La 
mode ayant decrete que les jupes se porteront encore 
courtes, la chaussure tiendra done un role important 
dans la toilette feminine. 

Une femme nc peut, en eft'et, paraitre elegante que 
si elle est bien chaussee. Pour la satisfaire, son bottier 
doit deployer beaucoup de talent et de capacites pro- 
fessionnels. 

Aujourd'hui, il faut faire preuve de gout et de sa- 
\oir, si Ton veut reussir; il faut egalement se tenir au 
courant des nouveautes, des changements qui s'ope- 
rent, car la clientele est inconstante ; elle s'attache 
moins que par le passe a son fournisseur et va la oil 
elle est attiree, 011 on sait le mieux flatter ses gouts. 

C'est pourquoi les renseignements comme ceux 
que nous allons fournir sont toujours utiles. 

Les chaussures de fantaisie continueront done a 
jouir de la vogue que nous leur connaissons dans la 
saison on nous entrons. La botte remplacera le Sou- 
lier, surtout si l'hiver est moins clement que ne le fut 
celui de 1912-1913. 

La tige a guetre, a fermeture sur le cote, a perdu 
un peu de sa vogue ; quoique cela, il s'en fait encore 
quelques gracieux modeles. La classique patte droite 
a boutons semble lui etre preferee. 

Le drap joue toujours un role important dans la 
composition des tiges pour chaussures. Les fantaisies 
se multiplient, et les dames demandent encore d'as- 
sortir les tein.tes aux couleurs de leur toilette. Ceci 
n'est pas sans causer de nombreux ennuis a leurs four- 
nisseurs. Ces ennuis se renouvellent quand les clientes 
veulent avoir des chaussures en peau s'harmonisant 
avec leurs robes. On est parvenu a teindre les cuirs a 
dessus dans de multiples couleurs, et pour satisfaire 
toutes les exigences le bottier-chausseur devrait avoir 
un atelier de teinture attenant a son magasin. 

Le chevreau, le box-calf, le daim, l'antilope, le 
veau megisse sont des peaux preparees dans toutes les 
teintes ; le cordonnier les emploie journellement ; il va 
talloir, parait-il, y ajouter les peaux de crocodile, car 
les journaux de mode patronnent en ce moment les 
chaussures faites avec la depouille de cet amphibie. 
Toutefois, nous devons a la verite d'ajouter que bien 
pen de nos faiseurs en renom les emploient actuelle- 
ment. 

Un changement important va tres probablement 
etre apporte aux bouts des chaussures. On parle beau- 
coup des semelages a bout carre, avec pointes vives 



sur les cotes. Cette mode, renovee de celle du dix- 
septieme siecle, dont on voit de curieux specimens au 
musee de Cluny, a des chances d'etre adoptee, car plu- 
sieurs de nos bons chausseurs out recu, en ces derniers 
temps, des commandes qui font croire que, cet hiver, 
bien des chaussures de luxe seront taillees sur cette 
forme. 

Les claques et les empeignes continuent a se faire 
tres basses ; maintenant, elles ne montent pas plus 
haut que le bout rapporte dont on ornementait les 
tiges. Pour cette raison ce bout, qui decoupe le devant 
du dessus, disparait, on le voit moins que precedem- 
ment. Hatons-nous d'ajouter cependant que cette 
mode de claque basse ne s'est pas generalisee et que 
si certains excentriques la poussent a l'exageration, 
suivant ainsi l'exemple des Americans, beaucoup de 
clients lui sont hostiles et continuent a porter des 
chaussures a claques d'une hauteur normale. 

La tournure arquee, dite "forme americaine", est 
toujours demandee pour les chaussures ordinaires ; on 
la voit peu ou pas dans les chaussures de ceremonie ou 
d'habille. La forme francaise la supplante. 

Les talons se portent toujours tres hauts; pour la 
ville, le talon "bottier" domine ; le Louis XV se met 
aux chaussures habillees et de fantaisie. Pour ces der- 
niers articles, on adopte de plus en plus les talons in- 
crustes de strass, de pointes d'acier, de jais noir, de 
perles en cristal de diverses couleurs, de filigranes. 
Les talons sertis sont egalement en faveur. 

Toutes ces chaussures, aux formes exagerees, ne 
sont pas pour reposer les pieds ; aussi, rien n'est veri- 
tablement delassant, en rentrant chez soi, que les pan- 
toufles ou les souliers a talons has qui liberent le pied 
de toute contrainte. On fait, dans cet ordre d'idees, 
de nombreux modeles de formes diverses qu'il nous 
est impossible de decrire ici, tant les genres en sont 
varies. Nous nous contenterons de renvoyer nos lec- 
teurs a l'examen de nos gravures, ou se trouvent tou- 
jours le plus grand nombre de nouveautes pratiques. 

La mode des chaussures pour hommc suit de pres 
celle des chaussures de dame. Les premieres sont 
toutefois de tournure moins excentrique. La bottine 
a boutons, tige drap a grande claque, conserve une 
importante avance dans cette course a la mode. Rien 
a signaler dans la forme des semelages de ces derniers; 
ils se font toujours a talons hauts, aux flancs larges et 
bouts arrondis. 

Voici les quelques renseignements que nous te- 
nions a fournir a nos lecteurs au debut de cette saison. 



48 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 




LE CANAL DE PANAMA 
ET LE COMMERCE 




La moitie du genre humain habite les parties du 
globe baignees par l'Ocean Pacifique; toutes les cartes 
l'indiquent et montrent l'immensite du territoire Pa- 
cifique. La cote americaine, depuis 1'extreme sud du 
Chili jusqu'a l'Alaska, reqoit les caresses de cet ocean. 
II en est ainsi de la Chine, du Japon, de l'Australie et 
de la Russie Asiatique. Au centre de ces pays se 
trouve une multitude d'iles pointillant l'ocean tout 
comme les etoiles dans le firmament. 

II est vrai que le commerce europeen avec l'Orient 
ne retirera aucun avantage du nouveau canal. La 
distance de Liverpool a Hong Kong, par exemple, est 
de 9,783 milles par voie du canal de Suez, et de 13,800 
milles par voie de Panama. De Calcutta a Liverpool 
via Suez, la distance est de 7,910 milles, par rapport a 
17,000 milles via Panama. Mais en commun avec les 
Etats-Umis, le Canada, l'Amerique du Sud, et l'Aus- 
tralie beneficieront enormement de la nouvelle route 
commerciale. 

La Colombie Britannique qui avait jusqu'ici ete 
dans une grande mesure privee de trafic maritime avec 
l'Europe, la cote sud des deux Ameriques et meme 
avec certains pays de l'Amerique du Sud situes sur la 
cote du Pacifique, va sans doute recevoir un elan for- 
midable, car, avec les interieures de l'Ouest Canadien, 
elle va maintenant se trouver sur la route principale 
d'un nouveau monde en cours de developpement. 

Reste a savoir laquelle des deux cotes, Est ou 
Quest du continent de l'Amerique du Nord retirera le 
plus d'avantagcs de la nouvelle route. De New- York 
a San Francisco, par voie du detroit de Magellan, la 
distance est de 13-1135 milles marins. Via le canal de 
Panama, elle sera de 5,262 milles. D'autre part, la dis- 
tance est rapprochee d'autant entre Vancouver et St- 
Jean ou Halifax. 

La route oceanique actuelle la plus courte, et qui 
sert au commerce entre la cote de l'Atlantique et celle 
du Pacifique, est celle qui passe par l'isthme de 
Tehuantepec, a travers lequel la marchandise est trans- 
portee par chemin de fer. Cette route est encore plus 
courte que celle de Panama, mais, meme dans ce cas, 
la superiority economique du canal sur la route de 
Tehuantepec est facile a demontrer. Le voyage en 
chemin de fer sur l'isthme et la double manutension 
de fret content plus de $3 la tonne, depense qui sera 
pratiquement entitlement eliminee grace au canal. 

Les expediteurs du nord du contient americain 
sont peu enclins a utiliser la route de Tehuantepec, 



parce qu'elle n'est pas suffisamment etablie pour as- 
surer un service regulier de vaisseaux marchands. En 
tout cas, il serait difficile de transborder une cargaison 
de bois, et ce sera la le principal produit d'exportation 
de la Colombie par voie du canal. 

Comme question de fait, la cote qui beneficiera le 
plus de la route Panama sera sans doute la cote Ouest 
de l'Amerique du Sud. Jusqu'ici, l'Europe a eu pres- 
que le monopole du commerce avec le Chili, le Perou, 
l'Equateur et la Colombie, parce que la distance au- 
tour du Cap Horn et les dangers du voyage militaient 
contre leur commerce avec l'Est manufacturier de 
l'Amerique du Nord. 

Au cours des dix dernieres annees, le commerce 
exterieur des pays situes sur la cote Ouest de l'Ame- 
rique du Sud a augmente de 100 pour cent, malgre leur 
eloignement des grandes routes mondiales. 

Un fort et precieux tonnage provient de cette cote. 
Le cuivre, le minerai de fer, le bois et les grains for- 
ment un total considerable. Le Chili expedie annuel- 
lement 2,500,000 tonnes de nitrate. 

Les principaux clients de ce pays sont la Grande- 
Bretagne et l'Allemagne, dont la route de Panama va 
le rapprocher davantage. Le chiffre d'affaires de l'Eu- 
rope avec le Chili, le Perou, l'Equateur et la Colombie 
est six fois celui avec la cote Est des Etats-Unis. La 
distance marine entre Liverpool et Guayaquill est ac- 
tuellement de 10,722 milles via Magellan; par la route 
de Panama, elle ne sera plus que de 5,603 milles. Mais 
la route du canal de Panama reduira aussi la distance 
de New-York a Guayaquill de 10,423 milles a 2,864 
milles. Ce rapprochement favorable a New- York, 
s'applique aussi aux ports canadiens sur l'Atlantique, 
qui viendront presque en ligne droite par le nord avec 
Callao, Valparaiso, et toutes les villes de la cote occi- 
dentale du continent du sud. 

On peut douter du profit qu'en retireront les pro- 
vinces maritimes ; mais les recents arrangements faits 
dans le but d'etablir un service maritime entre les 
Indes Anglaises et le Canada, venant apres la conclu- 
sion du traite de reciprocite, offrent au Canada de 
grands avantages commerciaux avec l'hemisphere sud. 

A un autre point de vue, l'Est Canadien devrait 
beneficier indirectement de l'usage du canal par les 
vaisseaux d'Kurope en destination du Pacifique. Hali- 
fax et St-Tean devraient profiter du service des vais- 
seaux faisant le "grand cercle" qui court depuits la 
frontiere americaine, en suivant l'Atlantique, jusqu'au 
golf du Mexique. 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



49 



l.rs vaisseaux courant de Liverpool a Colon pour- 
raient s'arreter a Halifax en prolongeant leur course 
de 5< millcs a peine. Ceux charges legerement, ve- 
nant d'Europe ou y allant, pourraient ainsi completer 
leurs cargaisons dans les ports canadiens de l'Atlari- 
tique. 

Montreal semble assure de nouveaux a vantages. 
1 In pent dire que le tonnage prevu <lu canal de Pa- 
nama, pour la premiere annee, se montera a pen de 
chose pour le commerce americain, s'il faut en croire 



les cx])crts. Ceux-ci comptent sur 10,000,000 de ton- 
nes, mais cela ne suffirait pas a defrayer.les depenses 
de la route aux $400,000, ( )< )( ). I.es taux trop eleves, 
et la violation du traite II ay- 1 'auncefote, pour donner 
aux vaisseaux americains libre acces an canal, empe- 
cheront les vaisseaux anglais et allemands d'utiliser le 
canal aussi souvent qu'ils pourraient le faire. 

Mais la question des taux est loin d'etre deja re- 
glee, et le canal pourrait bien encore etre ouvert a con- 
ditions ejjales aux vaisseaux de toutes les nations. 



t^^AA^wv^A^<^nortM^AAA/^AA^^^vs/v^^vvvvvvvvvvv^/^A/w^Al^^^/s/^vvvt/s/^wv^/vvvvvvv^vv^ ww^^A*A/w«/wvwwwv\Av>AAA/v^v«/\A/t/srt/w^ 



M. R-W. ASHCROFT FAIT MAINTENANT PARTIE DE LA 
CANADIAN CONSOLIDATED RUBBER COMPANY, LIMITED. 



^'organisation du service des ventes de la Cana- 
dian Consolidated Rubber Company, Limited, a ete 
renforcee par la nomination de M. Ralph W. Ashcroft, 
comme Gerant de la Publicite et la Compagnie a l'in- 
tention d'etendre sa politique liberale et bien accueillie 
de "cooperation avec le detaillant" par une publicite 
encore plus agressive, dans les journaux et dans d'au- 
tres publications, des souliers de sport et de prome- 
nade du populaire "Fleet Foot" et des marques de 
claques "Jacques Cartier", "Dominion", "Merchants" 
et "Anchor". 

"Les commergants detaillants de tout le Domi- 
nion," a declare dernierement a un journaliste M. Ash- 
croft, "apprecient evidemment la politique large et 
amenant des resultats suivant laquelle nos marchan- 
dises sont manufacturers et mises sur le marche et 
bien des marchands declarent qu'ils s'apergoivent 
d'une maniere tres sensible de l'erfet de ce que nous 
avons deja fait pour familiariser leurs clients — le pu- 
blic en general — avec les noms qui representent les 
plus hauts et'alons de qualite et de valeur dans les 
chaussures en caoutchouc. Ces diverses methodes, qui 
nous sont propres, pour aider le detaillant a vendre 
ii( is marchandises et pour convaincre ses clients du 
Fait que des marques telles que le "Fleet Foot", le 
"Jacques Cartier", sont synonymes de perfection en 
ce genre, seront poursuivies d'une maniere persistante 
et de la fagon la plus intelligente possible et nous ob- 
servons avec reconnaissance, de mois en mois, la ma- 
niere cordiale dont les marchands detaillants soutien- 
nent nos marchandises; cela est evident en raison de 
I'accroissement continuel du volume de leurs com- 
tnandes pour ces articles de vente populaire." 

M. Ashcroft a acquis une grande experience dans 
la publicite, a la fois des marchandises et d'autres 
choses moins prosaiques. Parmi celles-ci se trouvent 
la plus populaire marque d'humour sur le marche au- 
jourd'hui — une marque qu'on vend dans le monde 
entier — celle de Mark Twain. 

"< ■ >ui, e'est vrai," dit M. Ashcroft, "j'ai joue le role 



d'agent de publicite de Mark Twain pendant la der- 
niere decade de sa vie. II etait interesse financiere- 
ment dans une compagnie marchande dont j'etais le 
gerant de publicite. Je calcule, en chiffres ronds, qu'il 
a recti durant cette periode pour une valeur d'au moins 
un million de dollars de publicite par an. Cela ne lui 
coutait pas un sou et cela lui a aide a vendre ses livres; 
ses droits d'auteur out constitue ses revenus et ceux 
de sa famille. Je puis me souvenir, continua M. Ash- 
croft, de nombre d'incidents cofniques de sa vie, qui ne 
sont generalement pas connus. Urn jour, comme nous 
etions a Londres, nous resumes l'ordre du roi Edouard 
VII d'assister a une "garden-party" a Windsor. Mark- 
Twain fut presente a Leurs Majestes par l'ambassa- 
deur des Etats-Unis, M. Whitelaw-Reid. 

"Je suis persuade que nous nous sommes deja 
rencontres," dit le Roi. "( )ui," repondit Mark, "dans 
le Strand. Mais j'etais a l'imperiale d'un omnibus." 

Puis il conversa avec beaucoup de verve avec la 
Reine. Elle souriait et paraissait apprecier l'humour 
de Mark, ce qui lui faisait grand plaisir. Mais en rea- 
lite, il se faisait jouer, car la Reine etait quelque peu 
sourde et elle n'entendit jamais un mot de ce qu'il lui 
disait. Le Due de Connaught, le Prince Arthur, le Roi 
et le Prince heritier de Siam, plusieurs Maharajahs et 
d'autres potentats etaient la et causerent tour a tour 
avec lui. Un des Maharajahs lui demanda s'il etait 
vrai qu'il avait achete le chateau de Windsor et avait 
rintentioii de la faire transporter aux Etatte-Unis. 
"Non," repliqua Mark an prince dont les habits etaient 
somptueux et couverts de pierreries, "ce n'est pas vrai, 
mais j'aimerais bien a acheter vos \etements!" 

M. Ashcroft est un Anglais et il a fait de longs 
voyages en Europe, en Asie, Afrique et Australie. II 
a la distinction d'etre un membre du "Circumnaviga- 
trs' Club", une organisation comprenant environ cent 
personnages residant dans toutes les parties du monde. 
L'ex-president des Etats-Unis, W'.-Il. Taft, et William 
Jennings Bryan et d'autres personnalites bien connues 
>ont membres de ce club.. 



50 


LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43 




DE LA PBOPEETE 



S'il n'est pas toujours possible, — pour raison 
budgetaire. — d'amenager un magasin avec elegance 
et suivant les principes de l'organisation moderne, une 
chose a la portee de tout le monde, et absolument in- 
dispensable, c'est la proprete. 

Combien, pourtant, 11011 seulement dans la loin- 
taine province, mais en plein centre parisien, de bouti- 
ques petites et grandes, semblent, par leur tcnue negli- 
gee ou sordide, riser a rebuter la clientele. 

C'est, ici, une mercerie dont la devanture, aux 
peinturcs craquelees, abrite, derriere une vitrine ter- 
nie, des articles peu'attirants : rubans decolores, den- 
telles jaunies, fanfreluches defraichies. Sur les comp- 
toirs poussiereux trainent, dans un encombrement de 
marchandises heteroclites, des casiers uses et noircis 
par des maniements frequents. 

Plus loin c'est une epicerie, — aux relents mal 
odorants, aux boiseries jaunatres, tachetees par les 
mouches de l'an passe, — ou les marchandises s'entas- 
sent en un desordre malpropre, comme les provisions 
de bord dans la cambuse d'un vieux bateau. 

Et cependant, n'est-ce pas en matiere de produits 
alimentaires que Ton devrait surtout eviter de pro- 
duire chez le consommateur une impression de de- 
gout? 

lis ne semblent pas davantage comprendre cette 
derniere necessite, les restaurateurs peu soigneux qui 
servent des repas sur des nappes douteuses, faisant 



paraitre plus ternes les couverts mal essuyes et les 
assiettes trop souvent ebrechees. Les gens peu deli- 
cats, sans doute, peuvent s'accommoder de leurs salles 
a manger, aux plafonds enfumes, au parquet mal en- 
tretenu et ou du son repandu remplace le brillant de 
1'encaustique. 

Mais savent-ils le nombre des clients qui evitent 
leur etablissement si peu engageant et de ceux, plus 
nombreux encore, cpii se jurent bien de n'y pas re- 
mettre les pieds cpiand ils s'y sont fourvoyes une fois? 

Quelle perte subie pour un manque de soin ! Et 
cette negligence est d'autant plus deplorable qu'il n'en 
coute pas davantage de tenir une maison en bon etat 
de proprete. Souvent meme, il en coute moins parce 
qu'on evite la deterioration du materiel ou des mar- 
chandises causee par le mauvais entretien. 

Qu'on n'objecte done pas la depense ; la salete 
n'est pas plus une economie qu'elle n'est une necessite. 

Ce qui est necessaire, c'est l'ordre et la proprete, 
parce que la delicatesse du client s'affirme chaque jour 
davantage, en meme temps que se repandent dans les 
masses les gouts de luxe et de confort. Et le premier 
devoir d'un commercant est de satisfaire les gouts 
du client. 

Tant pis pour ceux qui ne voudraient pas suivre 
revolution generale et ne comprendraient pas que la 
salete est aussi detestable et funeste que la routine et 
qu'elle doit etre balayee comme elle ! 



A LA CANADIAN CONS OLIDATE D RUBBER COMPANY 

Les Marchands Detaillants, en corps, visitent I'imporlant etablissement 



La Convention des Marchands Detailleurs du Ca- 
nada etant prorogee, les delegues out, jeudi dernier, le 
16, visite la manufacture de la Canadian Consolidated 
Rubber Company. 

Ils furent re<;us par M. J.-M.-S. Carroll, gerant des 
vendeurs dans le district. 

Apres avoir pose pour un photographe, les Mar- 
chands Detailleurs ont appris avec plaisir de M. J.-M.- 
S. Carroll, qu'une copie de cette photographie serait 
envoyee a chacune des personnes presentes en souve- 
nir de leur visite a la manufacture. 

La visite des divers departements de la manufac- 
ture a beaucoup interesse les marchands detailleurs; 
pour plusieurs d'entre eux, cette visite etait une pre- 
miere, et tons se sont declares enchantes tant du tra- 
vail instructif et amusant des employes, que de la 
courtoisie et l'amabilite des autorites de la manu- 
facture. 

Les marchands detailleurs etaient nombreux a 
cette visite, et nous axons pu recueillir les nomssui- 
vants : 



MM. Ars. Bouchard, S. Langlois, E. Meunier, J. 
F. A. Alain, J. G. A. Filion, A. Germain, A. Piquette, 
J. E. Deslauriers, Lariviere Inc., J. W. Leger, H. La- 
niel, J. A. Pinet, H. Pepin, O. Bernier, Aug. Perron. 
Emile Labelle, J. G. Watson, A. Letourneaux, F. X. 
Perrault, W. U. Boivin, A. Laniel, J. A. Milot, Mme 
C. Martineau, Marie-Jeanne Martineau, Raoul Robert, 
J. F. A. Alain, Nap. Mercure, A. Blais, J. H. Joyal, H. 
Langlois, C. Raby, T. Joly, Contant, Monette et Pion, 
A. I. Vallerand, J. E. Bissonnette, E. Leclair, J. A. 
Dion, R. Belisle, L. P. Dion, Jos. Morrier, P. Bayer, 
E. Morrier, Jos. Houle, O. T. Piche, J. A. Beaudry, 
Jos. Picard, E. J. Laurendeau, J. E. Dugas, C. Grenier, 
R. Marion & Cie, A. Perrault, L. Adelstein, Adelstein 
Bros. G. H. Featherston, A. Contant, J. B. Hebert, 
W. Reilly, J. Lesage, A. Brunet, V. Beauvais, A. Du- 
fresne, L. Brosseau, H. Audet, David Brunet, Arsene 
Lamy, L. M. Lefebvre, F. Leroux, V. E. Baril, A. Cas- 
tonguay, L. McCaffrey, Jos. Beaudin, L. C. Monette, 
Raoul Yinette, H. Bastien, O. Gelinas, C. Racine. 



VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



51 



i 



La Compagoie E. W. Gillett, Limitee 



I 'est a feu M. l'.-\V. Gillett que revient l'honneur 
de la fondation de la maison Gillett. II commen^a le 
commerce de la poudrc a pate et des extraits donnant 
de l'arome, d'une maniere tres modeste a Chicago, 111., 
en 1852. 

Dix-huit ans apres ( 1870), cette affaire devint la 
propriete de la Gillett, McCulloch and Co.; l'annee 
suivante ( 1 87 1 ) l'etablissement fut completement de- 



Cie (son pere, A I. P.-W. Gillett, et M. McCulloch 
ayant decide de se retirer) et dirigea cette maison, sous 
n propre nom, pendant un certain nombre d'annees; 



SI I 



enfin la Compagnie E.-W. Gillett lui succeda. 

Au debut de [886, les affaires canadiennes furent 
inaugurees a Toronto par M. Win. Dohie (maintenant 
president), qui faisait partie de Gillett, McCulloch & 
Cie depuis [879. Une compagnie canadienne separee 




M. WM. DOBIE, President. 



truit, lors du grand incendie de Chicago. Bien qu'il ne 
leur restat plus guere que de l'energie et du courage, 
ils recommencerent de plus belle leurs operations com- 
merciales sur une echelle plus grande que jamais 
auparavant et a partir de ce moment les affaires pro- 
gresserent rapidement. En 1882, M. E.-W. Gillett 
acheta le fonds et la clientele de Gillett, McCulloch & 



fut incorporee en 1901 et acquit les affaires le ier mai 
1902. La premiere usinc canadienne fut construite a 
Toronto aux Nos 32 et 34 de la rue Front- Ouest, et 
fut totalement detruite au cours de la grande confla- 
gration de Toronto le 19 avril 1904. La Compagnie 
manufactura ensuite ses produits dans des usines tem- 
poraires pendant plusieurs mois, et en octobre 1904. 



^ <%£ ^§> ^ f^S, ^k ^ ^ ^£ ^S> ^§ ^S> ^£ %fc 



52 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



«^§>^ 



se transporta dans sa nouvelle manufacture au coin 
des rues King, Duncan et Pearl. 

Le nombre total des pieds cubes de cet edifice est 
d'environ 550,000 et en 1904 il semblait etre assez con- 
siderable pour bon nombre d'annees, mais en raison 
du developpement rapide de la Compagnie, cette usine 
fut bientot insuffisante. 

Rien que dans le principal edifice manufacturer 



machines. On a mis a profit toutes les idees les plus 
modernes dans la construction des edifices et le choix 
du materiel, en ce qui concerne l'usine, les ascenseurs 
electriques et les moteurs speciaux a toutes les ma- 
chines. Les dernieres et meilleures machines automo- 
biles fabriquent, en plus de divers articles de menage 
bien connus, toutes les boites en carton et boites en 
fer-blanc, ce qui assure des recipients parfaits ainsi 



*r*** 








* \ 



4! 

E.W. GILLETT COMPANY LIMITED 
TORONTO, ONT. 

Nouvelles usines de E. W. Gillett Co., Ltd., a Toronto, Ont. 



de la nouvelle usine (representee dans notre photogra- 
phic et erigee en 1912), il y a plus de 3,000,000 de pieds 
cubes d'espace. Commele montre la photographie, on 
a construit un edifice separe pour l'administration ; il 
est relie par un pont a l'edifice manufacturier prin- 
cipal. La raison de la construction de cet edifice, c'est 
d'assurer la tranquillite dans les bureaux, ou Ton n'est 
pas derange par le bruit et la vibration produits par les 



que des marchandises parfaites. 

La chambre a secher le levain a une capacite de 
plus de 25,000,000 de tourteaux de levain. On a cal- 
cule que chaque fournee de Royal Yeast fabriquee 
produit a peu pres 3,000,000 de pains. 

Le rayon de la Poudre a Pate a une capacite mi- 
nima de 25 tonnes par jour; cette capacite peut etre 
augmentee presque indefiniment. 



^^««^^^^^*^^^^& 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



53 



^ && S^ 4 



y+L 



Les machines automatiques et accessoires les plus 
recemment approuves sont employes pour cet ouvrage, 
de telle sorte qu'un melange i)arfait est assure et l'u- 
sage de remplisseurs automatiques empeche la possi 
bilite de la contamination qui pourrait se produire, si 
1'. .11 procedait d'une maniere moins scientifique. 



bonne menagere - insiste pour avoir <les articles ma- 
nufactures par des maisons de bonne reputation, dans 
les meilleures conditions hygieniques, plutot que ceux 
qui sont fabriques par certains marchands dans des 
sous-sols sales, ou dans des locaux aussi peu convena- 
bles, dans des conditions antihygieniques. 




Terrasse d'expedition, voie d'evitement, usine du pouvoir et garage. 



Les produits alimentaires qui proviennent de ma- 
nufactures propres, hygieniques, meritent naturelle- 
ment la preference. 

Le public en general n'accorde pas assez d'atten- 
tion a cette importante question. II y a cependant 
bien des preuves du fait que le public acheteur — la 



La nouvelle usine est. sans aucun doute, la plus 
grande, la plus propre et la mieux equipee qui soit 
consacree a la production de cette sorte de marchan- 
dises dans ce pays ou a l'etranger. Toutes les mar- 
chandises sont fabriquees, tout l'ouvrage est fait dans 
des conditions sanitaires absolument parfaites. 



$j& ^ i$fc ^k ^ ^§ $j£ l^k -$& Sg£ ^ ?$& Z& » 



54 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



11 



Le systeme telephonique est completement mo- 
derne, et comprend tin poste central et plus de 30 te- 
lephones, en plus d'un systeme d'appels automatiques 
comprenant 32 sonneries. Ce dernier systeme permet 
a l'employe, a qui est confie ce poste, d'appeler tout 



Dans l'edince de la manufacture, ainsi que dans 
l'edince 011 se trouvent les bureaux, on a installe pour 
les employes des douches, des salles a manger, dernier 
genre, des cuisines dans lesquelles on se sert de four- 
neaux electriques, des lavabos, etc. Des jardins sur 




Un coin du refectoire pour les employes du bureau. 



officier, surintendant ou contremaitre au telephone 
presque instantanement. 

Les machines pourvues des ameliorations les plus 
modernes pour la mise en paquets, l'etiquetage, le pe- 
sage, l'emballage et le clouage sont employees. 



le toit, surmontes de dais et separes, ont ete amenages 
pour les employes des deux sexes. Comme l'usine 
est situee pres du Lac Ontario, on a une belle vue du 
lac a la fois des fenetres des etages superieurs et des 
jardins sur le toit; ces derniers constituent une belle 



•&&L 



&*> 



1 ^\^ 



VOL. XLVI — No 43 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



55 



^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^m^m 



place de repos, a l'heure de midi, quand la temperature 
s'3 prete. Parmi les autres ameliorations modernes, 
mi remarque im salon de coiffure dans l'Edifice de 
l'Administration, des jeux de boules et de tennis qui 
ont ete amenages sur la grande pelouse entre les edi- 
fices pour le bien-etre et ramusement des employes. 



Les bureaux de la manufacture, le laboratoire de 
chimie, les chambres d'essais sunt, pour la commoditc, 
installes dans le principal edifice de la manufacture, 
pres du bureau central. L'usine est desservic par deux 
voies ferrees d'evitement, e'est-a-dire par des voies 
qui peuvent etre utilisees par tons les chemins de fer. 




Un coin du bureau general. 



Le systeme d'eclairage de tous les edifices est le 
meilleur et le plus moderne; le systeme indirect n'est 
employe que dans l'Edifice de l'Administration. 

Pour la publicite de nuit, on se sert avec grand 
avantage d'un certain nombre d'enseignes electriques 



Tous les arm-ages, toutes les expeditions se font au 
moyen de ces voies d'embranchement et le charbon. 
servant a produire la force motrice, est livre en wa- 
gons. A l'usine d'autrefois, cela demandait presque 
un jour d'ouvrage pour decharger, par equipes, le con- 



56 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



tenu d'un wagon de marchandises dans les hangars, 
tandis qu'avec les ameliorations actuelles on peut 
charger 1111 wagon en moins d'une lieure. 

II n'y a probablement pas d'articles de menage 
aussi bien connus an Canada que les Royal Yeast 



d'agents speciaux de publicite pour representer la 
Compagnie dans tout le Dominion. 

Chaque anhee, a lieu a Toronto une convention de 
representants ; a cette epoque on discute les meilleures 
methodes pour promouvoir les interets de la Compa- 




Bureau prive de M. Dobie. 



Cakes, la Lessive Gillett et la Magic Baking Powder, 
lis sont annonces tres intensivement et tous les mar- 
chands les considerent comme les articles de leur stock 
se vendant le plus facilement. 

On a besoin d'une grande quantite de vendeurs et 



gnie et de ses clients ; on echange des idees generales 
sur la vente et la publicite. Ces conventions produi- 
sent d'excellents resultats et ont certainement une in- 
fluence notable sur la necessite d'augmenter les faci- 
lites de fabrication. 



VOL XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



57 



<*&£- 



55> 



"* »•* 



&4* 







L'edifice Gillett, a Montreal. 



5»$»*" a 



W? ^fit> 3&£ %& ^^ ***■ *** 



58 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43 



T.e bureau de Montreal, situe a Tangle des rues 
Craig ( >uest et St-Antoine, est le centre de distri- 
bution des produits de la compagnie dans la province 
de Quebec et les Provinces Maritimes. Sous la direc- 
tion eclairee de M. W. C. Murray, cette succursale a 
connu des jours d'une prosperite auparavant inconnue, 
et le nom de E. W. Gillett s'est introduit et fait con- 



distributeur dans le territoire de TEst. Son esprit 
d'initiative, ses hautes qualites d'homme d'affaires, son 
energie indomptable, lui ont d'abord valu la confiance 
de ses chefs, puis de tous ceux qui, dans le cours ordi- 
naire des affaires, ont eu l'avantage d'entrer en rela- 
tions avec lui. Amides voyageurs de commerce, dont il 
est l'une des tetes dirigeantes, il a su etendre constam- 




Representants de la E. W. Gillett Co. Ltd., a la convention annuelle tenue a Toronto 

en Janvier 1913. 



naitre dans les coins les plus recules des provinces de 
l'Est. 

Le travail accompli par M. Murray vaut mieux 
qu'une simple mention, il lui vaut la reconnaissance de 
tous ceux qui, aujourd'hui, profitent des avantages qui 
decoulent de l'emploi des produits dont il est le grand 



ment ses connaissances pour le benefice de l'importante 
maison qu'il represente avec tant d'autorite. Avec un 
personnel absolument competent, le bureau de Mont- 
real de la E. W. Gillett Company, Limited, complete 
l'une des plus belles organisations commerciales et in- 
dustrielles du Canada, 



$» S» « z$& Z8& ^ $» 3& s%& » 3^^^^ 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



59 







Neuvie me Convention Annuelle pour la Province de Quebec 










£ 

X 






de T Association des Marchands Detailleurs 






,♦ 


du Canada, Incorporee. 


♦ 














M. A. LANIEL, nouveau President Pro- 
vincial de l'Association. 



PREMIERE JOURNEE, 
MERGREDI, LE 15 OCTOBRE 1913 



SEANCE DU MATIN 



La neuvieme conven- 
tion annuelle pour la pro- 
vince de Quebec de l'Asso- 
ciation des Marchands De- 
tailleurs du Canada, Incor- 
poree, s'est ouverte a Mont- 
real, mercredi, le 15 octo- 
brel9I3, a 10 30 hrs a.m., 
dans la Salle de PArsenal 
du 65ieme Regiment, sous 
la presidence de M. A. La- 
niel, vice-president,enl'ab- 
sence du president, M.L-F. 
Falardeau, de Quebec, re- 
tenu chez lui par la mala 
die. 




M. J. P. GERVAIS, Tresorier Provin- 
cial de l'Association. 



La seance de l'avant-midi a ete consacree a l'en- 
registrement des delegues, et les personnes suivantes 
K sont enregistrees : 

MAT. Ulric Caron, St-Eugene de Grantham, Que.; 
Joseph St-Onge, St-Liboire; Magloire Paquin, St- 
Boniface de Shawinigan ; Raoul Robert, St-Alexis des ' 
Monts; J. N. Turcotte, Drummondville ; A. Joseph 
Aumais, Mme Jos. Aumais, Coteau Landing; O. Four- 
nier, David Deschamps, J. D. Boileau, J. A. Dore, 
J. O. Gareau, W. U. Boivin, A. Laniel, G. A. Archam- 
bault, Jos. Gascon, J. O. Pesant, J. P. Gervais, J. G. 
Watson, J. E. Deslauriers, J. A. Labonte, Jos. Moquin, 
Thos. Currie, P. Daoust, F. C. Lariviere, Montreal, 
T. Beland, Jos. Picard, Quebec; Louis Dionne, Mont- 
magny; V. Gingras, Mont-Lauricr ; J. A. Lefranc,ois, 
Sherbrooke; U. Bilodeau, Quebec; A. Perron, Saint- 
[oseph de la Eeauce; J. G. Gigueres, St-Germain ; J. 
'•■'■■ Rheault, D'Israeli; R. M. Balchelder. Magog; Jos. 
Croisetiere, Ste-Justine; P. J. Cote, Louis Deschesnes, 
Quebec; ( ). T. Piche, Drummondville; Francois Bour- 
ret, N. Lemieux, O. Martin, Quebec; M. Paquin, St- 
Paulin;M. et Mme Bernard, N. Lacroix, Sherbrooke ; 



R. Mercure, Daveluyville ; E. Boucher, St-Hyacinthe. 

L'on proceda ensuite a la formation des divers co- 
niites qui a donne les resultats suivants : 

Comite Federal. — President, M. J. O. Gareau, de 
Montreal; M. Louis Dionne, de Montmagny ; Mr. V. 
Gingras, de Mont-Laurier, et M. J. P. Gervais de 
Montreal. 

Comite Provincial. — President, M. Jos. Picard, 
de Quebec ; M. J. A. LeFranqois, de Sherbrooke ; M. 
U. Bilodeau, de Quebec, et M. J. O. Pesant, de Mont- 
real. 

Comite de Section. — President, M. G. A. Ar- 
chambault, de Montreal; M. A. Perron, de St-Joseph 
de la Beauce; M. J. G. Giguere, de Ct-Germain, et M. 
O. Founder, de Montreal.. 

Comite General. — M. J. E. Rheault, d'Israeli, 
president; M. Jos. Gascon et M. Deslaurver^, de Mont- 
real, et M. R. M. Balchelder, de Magog. 

Comite Special. — President. M. A. Laniel, de 
Montreal; MM. \Y. U. Boivin, J. A. Dore. J. D. Boi- 



60 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



lean, de Montreal, et M. Jos. Croisetiere, de Sainte- 
Justine. 

Le coniite charge de suggerer les noms de ceux 
devant faire partie des divers comites etait compose 
de M. J. G. Watson, de Montreal, president; MM. A. 
Laniel, Jos. Picard, G. A. Archambault et J. A. Beau- 
dry, de Montreal. 

L'on proceda ensuite a la reception des resolu- 
tions. 

SEANCE DE L'APRES-MIDI. 

La seance de l'apres-midi s'est ouverte a 2.30 hrs. 
sous la presidence de M. A. Laniel, qui souhaita d'a- 
bord la bienvenue aux delegues dans les termes sui- 
vants : 

Messieurs : — 

Nous vous apportons encore une fois, avec le plus 
yif ])laisir les salutations fraternelles de l'Association 
des Marchands Detailleurs du Canada, Inc. 

Je suis charge de vous exprimer nos sentiments 
d'estime profonde et d'affection veritable et de vous 
presenter les voeux que nous formons pour votre bon- 
heur et pour la prosperite de vos affaires. 

Apres nous etre acquittes de cette tache, permet- 
tez-nous d'ajouter que nous nous associons de tout 
coeur a ces compliments et a ces voenx en y ajoutant 
nos sinceres remerciements pour l'accueil si bienveil- 
lant que vous voulez bien nous reserver. 

Ceci (lit, je me sens tout a mon aise. Quand une 
amitie commence, quand une entente est sur le point 
de se conclure, il est necessaire de disserter un peu et 
de developper publiquement les raisons qui militent en 
faveur de cette amitie, ou de cette entente. 

Ces conversations ont un but pratique ; elles per- 
mettent a ceux qui les tiennent de rallier a leurs idees 
la generalite de ceux qui les entourent, et dont il est 
important de conquerir l'adhesion, de facon a transfor- 
mer ce qui d'abord n'etait qu'une opinion imprecise en 
une belle et forte realite. 

Depuis longtemps, nous avons passe l'ere des pre- 
liminaires ; nous nous connaissons non pas superficiel- 
lement pour avoir penetre les uns chez les autres, et 
pour avoir surpris ces petits secrets qu'on ne laisse 
voir qu'a ses amis ; a cause de cela, nous nous estimons 
mons chaque annee davantage. 

Les visites que nous nous rendons mutuellement 
ont pour but de maintenir une tradition, et je ne vous 
apprendrai rien en vousdisant que rien de serieux, rien 
de durable ne saurait exister sans la consecration du 
temps, le maitre a tous. 

Les negociants en detail represented en effet 
d'immenses interets ; leur chiffre d'affaires equivaut a 
un budget de grand Etat. Leur adhesion a telle ou 
telle methode, a telle ou telle entente n'est done pas ne- 
gligeable. Elle peut au contraire etre tres profitable a 
1'interet general de notre pays. 



Et, Messieurs, 1'interet de notre pays, n'est-ce pas 
ce qui doit dominer l'effort de tout homme au coeur 
droit, conscient de sa valeur, et soucieux de ses de- 
voirs et de ses droits ? 

Certaine ecole dont nous subissons les assauts 
semble s'etre donne pour but de rendre la collectivite 
forte, en appauvrissant les individus. 

Nous sommes d'un avis different, et j'estime que 
nous avons raison. 

En travaillant de toute notre energie, a faciliter au 
plus grand nombre de citoyens possible l'acces de la 
propriete et la possession de la fortune, qui donne l'in- 
dependance, nous avons conscience de travailler a 1'in- 
teret general, a l'accroissement de la valeur du patri- 
moine national, et par consequent a. rendre notre patrie 
plus forte, et partant plus capable de se faire respecter. 

Voila ce qu'il importe de faire ressortir, afin que 
les representants de la nation ne pensent pas et ne di- 
sent pas que nous recherchons uniquement a conserver 
jalousement quelques privileges, et meme de les eten- 
dre a notre seul profit particulier. 

Quelque respectables que soient les interets parti- 
culiers, ils doivent toujours plier devant 1'interet gene- 
ral ; il ne faut pas que, sous pretexte de justice sociale, 
l'equilibre general soit rompu au detriment des situa- 
tions acquises, e'est-a-dire du travail accumule au pro- 
fit de certains appetits. 

Notre federation s'emploie justement et sagement 
a empecher que la machine legislative qui fonctionne 
rapidement, ne fasse parmi nous trop de victimes. 

Nous voyons avec plaisir en lisant les divers or- 
ganes corporatifs, que sagement, mais aussi ferme- 
ment, vous savez opposer une barriere solide aux en- 
treprises trop hardies et aux provocateurs trop auda- 
cieux. Et e'est la qu'apparait l'absolue necessite pour 
notre pays, de garder, au point de vue professionnel, 
des points de contact tres grands. 

Les distances tendent de jour en jour a disparai- 
tre ; les temps sont peut-etre proches ou il nous sera 
possible de nous visiter par la voie des airs ; il n'est 
meme plus besoin de contact pour que la pensee 
s'achemine d'un bout de l'univers a I'autre. II n'y a 
done rien de surprenant a ce que les idees soient iden- 
tiques et les tendances semblables. 

Les victoires que vous remportez nous servent 
d'argument de meme que nos succes nous encouragent 
et nous servent. 

Nous avons suivi, vous le voyez, le chemin que 
vous nous avez montre. 

Le commerce de detail, vous le voyez encore, est 
prevoyant, et dans toutes les spheres de l'activite hu- 
maine, il entend tenir et maintenir sa place. 

II me reste encore une fois a. vous remercier de 
votre aimable attention, et a vous dire que nous comp- 
tons pour les jours heureux de notre vie, ceux pendanr 
lesquels il nous est donne de recevoir ceux d'entre vous 
qui nous font le tres grand honneur de nous visiter, et 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



61 



ceux aussi 011 nous pouvons venir dans notre grand et 
beau i)ays, serrer vos mains {"ranches et loyales. 

Je forme des voeux pour que se maintiennent tou- 
jours plus etroits, toujours plus amicaux, les liens qui 
nous unissent. 

M. Jos. Picard, dc Quebec, repondit a ces souhaits 
de bienvenue, an 110m des delegues, dans les termes 
suivants: 

Chers confreres : — 

Monsieur le President nous a dit dans des termes 
11011 equivoques le plaisir que lui cause notre presence 
ici en aussi grand nombre, et je me crois autorise a par- 
ler au nom de tous pour le remercier sincerement pour 
le chaleureux accueil qu'il vient de faire aux delegues. 

Nos amis de Montreal sont toujours d'une hospi- 
talite tres large, et c'est pour tous les marchands de la 
Province de Quebec une occasion precieuse qu'ils ne 
sauraient manquer chaque fois qu'il leur est donne de 
venir gouter la cordialite si franche de leurs confreres 
de la Metropole. 

Mais comme les affaires sont les affaires, au senti- 
ment qui les pousse a venir rencontrer des amis verita- 
bles, s'en joint un autre plus grand qui leur est inspire 
par le besoin, la necessite de defendre des interets com- 
muns. 

La grande assistance a cette reunion ; les nom- 
breux delegues de toutes les parties de la Province 
sont la pour demontrer les interets qu'ils ont pour leur 
Association, qui est la grande sauvegarde de la stabi- 
lity de leur commerce. lis sont la encore pour mani- 
fester de leur force contre les adversaires qui seraient 
tentes d'empieter sur leur territoire, contre tous ceux 
qui pourraient essayer de s'introduire clandestinement 
sur le marche canadien a l'encontre du commerce lega- 
lement etabli. 

Mais si les niarchands detaillants veillent jalouse- 
ment a. leurs interets particuliers, il ne faut pas croire 
qu'ils negligent ceux du public. D'ailleurs, cette con- 
duce de leur part n'est que rationelle, attendu que les 
conditions des uns dependent absolument de celles de 
l'autre, de la communaute toute entiere. Tous savent 
que toute amelioration apportee au commerce en detail 
ajoute au bien-etre de la clientele qui se recrute dans 
toutes les classes de la societe. 

Monsieur le President l'a bien dit, il y a un ins- 
tant, nos reunions ont un but pratique, puisqu'elles 
permettent a ceux qui y assistent de rallier a leurs 
idees la generalite de ceux qui les entourent. 

Comme lui, nous dirons qu'il est important de con- 
querir l'adhesion de tous, afin de transformer en rea- 
lite ce qui, dans l'esprit de chacun, n'etait qu'une opi- 
nion imprecise. 

A mesure que notre pays tend a se developper da- 
vantage, les obstacles surgissent plus nombreux, et 
comme a plaisir sur le chemin du marchand detaillant. 



11 importe done que nous augmentions nos forces, 110- 
tre puissance de resistance et nos moyens de defense. 
11 importe aussi que nous nous assurions les moyens 
de repondre le plus efficacement possible aux besoins 
de plus en plus pressants de la generation, qu'une cer- 
taine aisance, dans la classe moyenne surtout, rend 
plus exigeante. 

Tout cela represente autant de besoins que nous 
devons etudier ensemble, afin d'arriver a trouver le 
meilleur moyen d'exploiter sagement notre commerce 
respectif, si nous voulons atteindre au succes. 

" L'Union fait la Force." Cet adage est vieux com- 
me le monde, et ne disparaitra qu'avec lui. 

Aussi l'avenir est-il a ceux qui savent se grouper 
pour l'effort commun. Dans la lutte engagee et que 
nous devons soutenir chaque jour, celui qui s'isole est 
voue a une perte certaine. Au contraire, la force du 
nombre defie toutes les puissances. 

Nous sommes ici en nombre, tous venus animes 
d'un meme esprit et d'un meme desir, celui de tra- 
vailler a l'amelioration de la situation du commerce en 
general, et du commerce de detail en particulier. Vous 
ne manquerez pas de nous faire part de vos sugges- 
tions qui, comme autant de graines jet.ees dans un ter- 
rain fertile, germeront rapidement et ne tarderont pas 
a porter de beau fruits. 

L'Association des Marchands Detaillants du Ca- 
nada compte sur le travail des delegues pour la solu- 
tion adequate des grandes questions commerciales du 
moment. Nous nous efforcerons tous de faire oeuvre 
utile, et je remercie par avance tous les delegues pour 
le precieux concours qu'ils sont venus nous preter pour 
assurer le succes de cette Neuvieme Convention. 

A la suite de M. Picard, M. T. Beland, de Quebec, 
ex-president provincial ; M. J. O. Gareau, de Montreal, 
ex-president provincial ; M. G. A. Archambault, pre- 
sident de la Section des Epiciers de Montreal; M. J. E. 
Deslauriers, president de la Section des Marchands de 
Chaussures de Montreal ; M. David Deschamps, pre- 
sident de la Section des Marchands de Fer de Mont- 
real, ont aussi pris la parole et se sont appliques a de- 
montrer l'importance qu'il y a pour les marchands en 
detail de la province de Quebec de s'unir afin de pou- 
voir proteger les interets du commerce en detail. 

L'on proceda ensuite a l'appel des officiers et a. la 
lecture des minutes de la derniere convention, qui ont 
ete adoptees telles que lues. 

Le secretaire fit ensuite son rapport dans la forme 
suivante : 

M. le President et MM. les Membres du Bureau Pro- 
vincial : — 

Permettez-moi de presenter aussi brievement que 
possible le rapport de la Neuvieme Convention An- 
nuelle du Bureau Provincial pour la Province de Que- 
bec, de l'Association des Marchands Detailleurs du 
Canada, Inc. 

A la derniere Convention, une resolution avait ete 
adoptee demandant au Gouvernement de la Province 



62 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



de Quebec d'etablir un Bureau de Renseignements 
sous le surveillance d'un Ministry de la Couronne, afin 
de rendre la legislation commerciale qui lui est sou- 
mise aussi utile et pratique que possible. Copie de 
cette resolution a ete envoyee a qui de droit, mais au- 
cune action n'a ete prise a ce sujet, et les officiers exe- 
cutifs n'ont pas cru devoir entreprendre une campagne 
d'education a ce sujet encore pour le moment. II sera 
sans doute necessaire de reiterer notre demande dans 
le cours de la presente Convention. 

Au sujet des Societes Cooperatives, je dois dire 
qu'un projet de Loi a ete presente a la derniere Ses- 
sion du Parlement Federal, a peu pres sur les memes 
bases que ceux qui ont ete presentes precedemment, et 
je dois dire que les officiers du Bureau Federal joints 
aux circonstances qui ont prevalues dans le cours de 
cette Session ont empeche l'adoption de cette mesure. 
Cependant je crois devoir avertir les membres de cette 
Convention qu'il est plus que probable que ce projet 
de Loi sera presente de nouveau au cours de la pro- 
cbaine Session, et qu'il est de la plus haute importance 
pour le commerce de detail de se preparer immediate- 
ment a offrir une opposition serieuse a cette mesure 
afin d'empecher que des privileges speciaux ne soient 
accordes a un certain nombre de personnes dont le but 
est de faire une concurrence deloyale aux marchands 
en detail aussi bien qu'aux marchands en gros. 

Au sujet de la resolution adoptee a. la derniere 
Convention, concernant le maintien des prix des arti- 
cles portant une marque de commerce, je dois dire que 
cette idee semble faire des progres, car dans le cours 
de l'annee ecoulee, un plus grand nombre de manufac- 
turiers se sont informes des sentiments des detaillants 
sur ce sujet ; cependant, il est bon de continuer ce tra- 
vail, et de repandre cette pratique, dont l'effet est de 
proteger le public en meme temps que le marchand en 
detail. 

A la derniere Convention, le Bureau Federal de 
l'Association avait ete requis d'etablir un service de 
renseignements destine a faire connaitre aux membres 
de l'Association fes noms et adresses des personnes qui 
font une pratique de ne pas payer leurs fournisseurs. 
Sur ce sujet, je dois dire qu'il a ete possible d'organiser 
a. Montreal un Departement de renseignement de ce 
genre : afin de pouvoir faire un essai serieux de cette 
proposition, nous avons cru devoir l'appliquer au com- 
merce des materiaux de construction. Ce Departe- 
ment fonctionne depuis le mois de mai, 1912, et a pro- 
duit les meilleurs resultats. II serait peut-etre oppor- 
tun pour les membres de cette Convention de conside- 
rer l'opportunite des maintcnant d'etendre ce systeme 
de renseignements a d'autres lignes de commerce, qui, 
nous en sommes certains, ne sauront manquer d'en be- 
neficier. 

La loi connue sous le nom de " Loi Lacombe " 
cree beaucoup de disatisfaction dans le commerce, et 



il serait important que cette loi soit amendee sur plu- 
sieurs points : elle ne semble pas atteindre en pratique 
le but cherche par le legislateur. Les autres corps com- 
merciaux sont oublies egalement, et il sera.it peut-etre 
bon que les representants de notre Association rencon- 
trent les representants des autres corps commerciaux, 
en vue de preparer des suggestions qui pourraient etre 
presentees lors de la prochaine Session Provinciale. 

La resolution adoptee concernant l'inspection des 
poids et mesures a ete referee au Bureau Federal, et je 
dois dire que celui-ci n'a pas trouve opportun de faire 
les demarches necessaires pour obtenir le changement 
desire. Les Membres se rendront compte facilement 
que cette mesure a cree beaucoup d'interet parmi les 
commerqants des diverses provinces, et qu'il n'est pas 
facile de demander ce changement avant que toutes les 
Provinces du Canada soient representees dans l'Asso- 
ciation des Marchands Detailleurs ; mais comme vous 
le constaterez tout a l'heure, nous avons maintenant 
affilie les marchands des Provinces de la Colombie An- 
glaise, de la Saskatchewan, de l'Alberta et du Mani- 
toba, qui, avec la Province d'Ontario et la Province de 
Quebec, representent environ 95 p. c. du commerce en 
detail du Canada. Le Bureau Federal espere mainte- 
nant etre en mesure de pouvoir demander bientot ce 
changement. 

L'idee de former un Comite compose de represen- 
tants de marchands en gros et de marchands en detail 
a fait certains progres sans cependant avoir ete reali- 
see ; il sera done necessaire de revenir sur ce sujet et 
de reiterer le voeu deja enonce. 

Au sujet de la resolution concernant le travail des 
femmes dans les magasins, et de limiter le nombre des 
heures de travail, nous devons dire que grace aux re- 
presentations faites par notre Association aux autori- 
tes competentes, la proposition classant les employees 
dans les magasins sous une loi semblable a celle re- 
glant les employees de manufactures a ete rejetee : il 
a ete relativement facile aux representants de l'Asso- 
ciation de demontrer que l'adoption de cette proposi- 
tion causerait des ennuis assez serieux aux employes 
en meme temps qu'aux patrons. 

L'annee 1913 est sur le point de se terminer, et je 
ne voudrais pas anticiper sur le rapport qui vous sera 
presente couvrant le travail de l'annee 1913, mais je 
puis assurer que les marchands ont eu entierement rai- 
son de s'organiser, car des questions de la plus haute 
importance ont du etre traitees cette annee, et autre- 
ment, il aurait ete impossible d'obtenir raison sur cer- 
tains sujets vitaux pour le commerce de detail. Je vous 
invite a continuer d'ameliorer l'Association, afin d'etre 
plus en mesure encore dans l'avenir de pouvoir prote- 
ger l'interet du commerce en detail. Je dois remercier 
les Officiers et les membres qui ont bien voulu donner 
autant de leur temps, et ont bien voulu se devouer 
pour le bien commun de leurs confreres. 

Le rapport du secretaire est adopte sur proposi- 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



63 



tion dc M. G. A. Archambault, seconde par M. Jos. 
Picard. 

Le rapport Iinancicr*est ensuitc lu et adopte sur 
proposition do M. David Deschamps, seconde par M. 
J. E. Deslauriers. Le rapport financier est juge tres 
satisfaisant, car il demontre une amelioration conside- 
rable do la situation financiere de 1' Association. 

1/on proceda ensuite a la formation des comites 
provinciaux pour les Marchands de Nouveautes, les 
Marchands dc Chaussures, les Epiciers et les Mar- 
chands de Ferronnerie. 

Le Comite Provincial dc la Section des Mar- 
chands de Nouveautes est forme des messieurs sui- 
\. -mts: President, M. J. O. Gareau, de Montreal; M. P. 
I Cote, de Quebec; M. W. U. Boivin, de Montreal: 
M. J. N. Turcotte, de Drnmmondville, et M. J. A 
Beaudry, secretaire. 

Le Comite Provincial de la Section des Mar- 
chands de Chaussures est compose de M. J. G. Wat- 
son, de Montreal, president; de M. Louis Deschesnes, 
dc Quebec; M. O. T. Piche, de Drummondville; M. J. 
E. Deslauriers, de Montreal, et M. J. A. Beaudry, de 
.Montreal, secretaire. 

Le Comite Provincial de la Section des Epiciers 
est compose de M. Jos. Picard, de Quebec, president: 
de MM. J. D. Boileau et G. A. Archambault, de Mont- 
real ; M. Francois Bourret, de Quebec, M. J. A. Beau- 
dry, de Montreal, secretaire. 

Le Comite Provincial de la Section de Ferronnerie 
est compose de M. F. C. Lariviere, de Montreal, pre- 
sident; de MM. N. Lemieux et O. Martin, de Quebec; 
David Deschamps, de Montreal, et J. A. Beaudry, de 
Montreal, secretaire. 

SEANCE DE MERCREDI SOIR. 

La seance de mercredi soir s'est ouverte a 8 heures 
sous la presidence de M. G. A. Archambault. M. Ar- 
thur Frederick Sheldon, president de l'ecole "Sheldon 
School of Business Science", de Chicago, a fait une 
lerence qui a ete tres appreciee par un grand nom- 
bre de marchands qui avaient tenu a l'entendre. 
M. Sheldon a traite le sujet: "Comment reussir en 
affaires" et a ete fort applaudi. 

SEANCE DE JEUDI MATIN. 

La seance de jeudi matin a eu lieu a. 10.30 heures 
sous la presidence de M. A. Laniel, et les divers co- 
mites qui avaient ete appointes la veille ont presente 
leur rapport sur les diverses resolutions qui leur 
avaient ete confiees, et sur la recommandation des co- 
mites, les resolutions suivantes ont ete adoptees : 

RESOLUTION No. 1— La presente Convention 
emet a nouveau le voeu de voir le Gouvernement de la 
Province de Quebec etablir un Bureau de Renseigne- 
ments sous la surveillance d'un ministre de la Cou- 
ronne, afin de rendre la Legislation Commerciale qui 



lui est soumise aussi utile et pratique que possible. 

RESOLUTION No. 2.— La presente Convention 
se declare radicalement opposee a ce que le Parlemcnt 
Federal accorde des privileges speciaux pour la forma- 
tion de societes cooperatives, ces institutions allant di- 
rectement a l'encontre des interests des detaillants. 

RESOLUTION No. 3.— La presente Convention 
desapprouve les marchands qui, pour attircr la clien- 
tele, distribuent des primes ou cadeaux a l'achat de 
tons articles, ou emploient toute autre manoeuvre dc 
ce genre qui denature la veritable fin du commerce ; 
elle se declare nettement contre cc systeme et propose 
que copie de cette resolution soit envoyee au Bureau 
Federal, a l'effet d'en adresser la teneur a tous les ma- 
nufacturiers et commerqants qui ont adopte cette ma- 
niere de proceder. 

RESOLUTION No. 4.— La presente Convention 
exprime l'opinion qu'il est du devoir et de l'interet du 
marchand detaillant de s'oposer a toute methode qui 
tend a supprimer l'effort individuel dans l'industrie et 
le commerce, le procede de diffusion de la marchandisc 
par le detaillant etant le plus economique qui soit et 
celui qui offre le plus de garanties pour le public. 

RESOLUTION No. 5.— La presente Convention se 
declare en faveur du maintien des prix des articles por- 
tant des marques de commerce, et afin de repandre 
cette pratique, cette Convention demande au Bureau 
Federal de faire application au Parlement du Canada, 
en vue d'amender la loi des marques de commerce de 
maniere a ce que le prix fixe sur tout article portant 
une marque de commerce soit le prix vendu aux con- 
sommateurs. 

RESOLUTION No. 6.— La presente Convention 
preconise et recommande au Bureau Federal, 1'etablis- 
sement d'un service de renseignements destine a faire 
connaitre aux membres de 1' Association le 110111 et 
l'adresse des personnes qui ne payent pas reguliere- 
ment leurs fournisseurs, de fagon a les mettre en garde 
contre toute pratique deloyale de leur part. 

RESOLUTION No. 7.— -La presente Convention 
reitere au Gouvernement Federal sa demande d'orga- 
niser un Departement de Commerce sur des bases sem- 
blables a celles du Bureau de la Commission des Che- 
mins de fer. 

RESOLUTION No. 8.— La presente Convention 
constate le double prejudice cause aux Marchands de- 
taillants par les Colporteurs dans la Province de Que- 
bec : prejudice materiel en leur enlevant nombre d'af- 
faires qui, sans cette concurrence aurait fatalement 
passe par leur canal ; prejudice moral, en ce sens que 
les ventes faites par les colporteurs donnent rarement 
satisfaction et jettent le discredit sur le commerre en 
general, prevenant le consommateur contre tous nego- 
ciants sans distinction. En consequence, elle desire 
que le Bureau Provincial soit invite a. faire les demar- 
ches necessaires aupres du Gouvernement Provincial 
pour faire augmenter le taux de la licence de sec col- 
porteurs, et pour faire observer rigoureusement la loi 



64 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



<les licences de la PrcN incc de Quebec a ce sujet. Nom- 
bre de colporteurs se disent representants d'uslues et 
echappent ainsi a la taxe provinciale ; il conviendrait 
de les en frapper egalement, qu'ils soient accompagnes 
de leur voiture de marcbandises ou 11011. 

RESOLUTION No. 9.— La presente Convention 
est d'avis que la Loi Lacombe, dans les termes actuels, 
ne repond pas an but vise et qu'elle est une source 
d'ennuis et de pertes pour les creanciers : il convien- 
drait done que les ofliciers executifs provinciaux, te- 
nant compte des suggestions qui pourront etre faites 
au cours de cette Convention pour en redresser la for- 
me presente soumettent un projet d'amendement a la 
Session courante, si faire se peut. 

RESOLUTION No. 10.— La presente Conven- 
tion trouve anormal .epie l'inspection des poids et me- 
sures soit a la cbarge des Marchands ; cette verifica- 
tion destinee a proteger le public devrait incomber au 
tresor public. La Convention emet le voeu que le Bu- 
reau Federal prenne les mesures necessaires pour faire 
amender la Loi Federale dans le sens ci-dessus. 

RESOLUTION No. 11.— La presente Convention 
sefait heureuse de voir se constituer un Comite Provin- 
cial nomme par l'Association des Marchands en gros 
dans les differentes branches de commerce pour tra- 
vailler parallellement avec le Comite Provincial de 
l'Association des Marchands Detailleurs du Canada, 
Iricorporee, a la bonne entente entre ces deux classes de 
commerce et a la cordialite de leurs relations. D'un 
commun accord, ces deux Comites delimiteraient le 
champ d'action de chacune d'elles. 

RESOLUTION No. 12.— La presente Convention 
estime qu'il est de toute necessite de pousser a la codi- 
fication de nos lois commerciales ; les services que 
cette reforme rendrait au commerce seraient des plus 
precieux, et e'est du devoir des marchands detaillants 
de faire tous leurs efforts pour y aboutir. 

RESOLUTION No. 13. - - La presente Conven- 
tion egalement dans le domaine Legislatif estime qu'il 
serait de toute justice d'etablir une loi de faillite uni- 
forme et plus lurmanitaire. II n'est pas equitable 
qu'un homme par suite de revers independants de sa 
volonte soit condamne pendant toute sa vie a payer sur 
son maigre salaire d'employe le taux de rembourse- 
ment d'une faillite qui n'a rien eu de deshonorant. 

RESOLUTION No. 14. — La presente Conven- 
tion estime qu'au degre de developpement ou en est le 
Canada, une Exposition International serait un moyen 
incomparable pour faire connaitre au monde entier le 
progres fabuleux du Dominion et attirer une foule de 
visiteurs venus des quatre coins de la terre. Le profit 
que retireraient les marchands detaillants d'une telle 
manifestation n'est pas a mettre en doute, et leur Asso- 
ciation decide de se joindre au mouvement en faveur 
d'une Exposition Internationale et a en appuyer le pro- 
jet de ses suggestions personnclles. 

RESOLUTION No. 15.— La presente Convention 
estime qu'au degre de developpement ou en est le. Ca- 



nada, une Exposition Annuelle serait uu moyen in- 
comparable pour faire connaitre au monde entier le 
progres fabuleux du Dominion et attirer une foule de 
visiteurs venus des quatre coins de la terre. Le profit 
que retireraient les marchands detaillants d'une telle 
manifestation n'est pas a mettre en doute, et leur As- 
sociation decide de se joindre au mouvement en faveur 
d'une Exposition Internationale et a en appuyer le pro- 
jet de ses suggestions personnelles. 

Resolution No 16. — Que la presente Convention 
desire exprimer l'opinion qu'il ne serait pas dans l'in- 
teret du public ni dans l'interet des epiciers licencies 
que le commerce des liqueurs soit separe de celui des 
epiciers et nous demandons au gouvernement de la 
province de Quebec de bien vouloir maintenir la Loi 
des Licences de la province de Quebec dans sa forme 
actuelle sur ce point, car nous considerons que le pre- 
sent systeme est plus economique et offre plus de se- 
curite au public au point de vue des dangers qu'offre 
le commerce des liqueurs. 

Resolution No 17. — Que cette Convention desire 
exprimer l'opinion que la Loi proposee concernant 
l'institution des colis postaux doit s'appuyer sur deux 
principes fondamentaux : d'abord que le tarif soit eta- 
bli d'apres la distance et ensuite que le tarif soit suffi- 
sant pour payer les depenses encourues par l'institu- 
tion de ce systeme, et nous demandons au Bureau Fe- 
deral de notre Association de porter une attention par- 
ticuliere a cette question et de faire les demarches ne- 
cessaires pour que ces principes soient adoptes par les 
autorites competentes. 

Resolution No 18. — Que cette Convention desire 
exprimer l'opinion que le Code Civil, relativement au 
paiement des materiaux de construction, devrait etre 
amende de maniere a ce que les fournisseurs puissent 
prendre une hypotheque sur la construction dans les 
soixante jours de la livraison des materiaux en don- 
nant les avis necessaires au proprietaire. 

L'on proceda ensuite a l'election des officiers pour 
l'annee courante, qui a donne les resultats suivants : 

President Provincial, M. A. Laniel, de Montreal ; 
ier vice-president provincial, M. Jos. Picard, de Que- 
bec; 2eme vice-president provincial, M. Oscar T. Pi- 
che, de Drummondville ; tresorier provincial, M. J. P. 
Gervais, de Montreal; secretaire provincial, M. J. A. 
Beaudry, de Montreal ; auditeur, M. J. G. Watson, de 
Montreal. M. J.-O. Gareau, de Montreal, a preside a 
l'election. 

La date et l'endroit de la prochaine convention 
provinciale ont ete laisses aux soins des officiers exe- 
cutifs. 

L'on proceda ensuite a l'installation des officiers 
et ceux-ci en prenant leurs fauteuils ont remercie leurs 
confreres de la confiance qu'ils leur avaient temoignee 
et iis les ont assures de tout leur devouement. 

Les delegues elus sur le Bureau Federal de l'As- 
sociation sont AIM. J. O. Gareau, W. U. Boivin, A. 
Laniel, de Montreal; Jos. Picard, de Quebec; Oscar T. 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



65 



Piche, de Drummondville; J. P. Cote, do Quebec; J. 
G. Watson et J. A. Beaudry, de Montreal, etant par la 
Constitution membres a vie du Bureau Federal. ^/ 

U11 vote de remerciement fut ensuite adopte en fa- 
veur des officiers sortant de charge, et particuliere- 
lncnt en faveur tic M. L.-F. Falardeau, ex-president 
provincial. Tous les delegues out appris avec beau- 



coup de regret la maladie qui I'avait retenu chez lui. 

Un vote de remerciements est aussi adopte en fa- 
veur des officiers du Mess du 65ieme Regiment qui ont 
bien voulu mettre leur salon a la disposition des 
delegues. 

La seance est levee. 









IMPOSITION DE PRODUITS ALIMENTAIRES 

Son succes a depasse toutes les esperances 





L'exposition de produits alimentaires cpii s'est 
terminee samedi dernier, apres avoir dure huit jours, 
a remporte un succes qui fera epoque dans les annales 
de l'Association des Epiciers de Montreal, etant donne 
que les resultats obtenus sous tous les rapports ont de- 



n'aurait pu choisir un local qui repondit mieux aux be- 
soins de la cause des exposants. Le commerce d'epi- 
cerie, s'il demande une multitude de distributees en 
detail, ne depend que d'un nombre plutot restreint de 
producteurs, et la derniere exposition en avait reuni 




Vue generale de l'Exposition de Produits Alimentaires tenue a Montreal du 11 au 18 octobre 



passe les previsions meme des plus optimistes. Les 
organisateurs n'avaient non plus rien neglige pour sa- 
tistaire tout le monde et ils peuvent avec droit se feli- 
citer du succes qui a couronne leurs efforts. 

La salle d'exercice du 65ieme Regiment se prete 
a merveille a des demonstrations de ce genre, et on 



environ vingt-cinq qui eussent ete perdus dans une en- 
ceinte plus vaste (pie Farsenal du 6sieme ; la, chacun 
s'est trouve absolument a son aise dans le symetrique 
groupement dessine par les organisateurs ct adminis- 

trateurs. 

Le coup d'oeil que presentait l'eusemble des eta- 



66 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



lages a force I'admiration des milliers de personnes qui 
se sont pressees durant toute la semaine devant les 
boutiques des exposants. De fait, a part les decora- 
tions de la salle, qui comportaient tine multitude de 
drapeaux et de banderoles aux couleurs variees et de 
bon gout, la disposition des marchandises d'etalage 
etait reellement bien faite pour attirer les regards 
111 erne des plus indifferents. 11 y en avait pour tous les 
gouts et tous les besoins, et tous ceux qui se sont 
. . .ne la peine de se deranger pour visiter l'exposition, 
en sont revenus avec leur bagage de connaissances 
considerablement augmente. Les marchands detail- 
lants y out decouvert des produits qu'ils ne connais- 
saient pas, et le public a appris a mieux connaitre l'em- 



tout de meme eprouve le besoin et l'utilite de se faire 
representer a l'exposition, ou elle exhibait, sous la sur- 
veillance de MM. J. H. Howard et D. Foster, un assor- 
tment complet de ses produits, qui consistent en polis 
de toutes sortes, mais qui comprennent plus particu- 
lierement les marques bien connues de "Brasso" et de 
"Zebra. - ' Le premier de ces produits sert a polir les 
surfaces unies comme l'acier, le cuivre et le nickel ; le 
second est bien connu aussi des menageres comme l'un 
des meilleurs polis pour poeles et tuyaux. Pendant la 
duree de l'exposition, les representants de la compa- 
gnie Reckitt & Sons offraient de parier qu'aucun au- 
tre produit destine aux memes fins ne pouvait faire 
aussi rapidement et aussi efficacement le travail que 




Vue de l'exhibit de la "Nugget" Polish Co. Ltd. 



ploi de nombreux articles qui lui etaient deja jusqu'a 
un certain point familiers. 

Enfin, et pour resumer, disons que l'exposition de 
produits alimentaires aura servi les interets des pro- 
ducteurs, des distributees et du public. C'etait la 
son role, et elle l'a rempli a kr satisfaction de tous. 

Nous nous devons de faire une enumeration suc- 
cincte des etalages, et, pour ne blesser les susceptibl- 
lites de personne, nous commencerons par ceux qui 
s'offraient les premiers aux regards des visiteurs des 
leur entree a l'exposition. 

Reckitt & Sons 

Cette maison, universellement connue deja, avait 



Ton peut faire avec le "Brasso." Inutile de dire que le 
defi n'a pas ete releve. Par contre, les representants 
sont heureux de nous declarer qu'ils ont inscrit, du- 
rant la semaine, des commandes pour un chiffre tres 
respectable. 

Lake of the Woods 

La compagnie de minoterie du Lac des Bois, l'une 
des maisons les plus avantageusement connues du 
pays, et dont les valeurs sont des mieux cotees a la 
Bourse, n'avait pas dedaigne prendre part a l'exposi- 
tion ; au contraire, elle a fait les choses royalement. 
Dans l'une des plus vastes boutiques, elle avait fait la 
part egale a deux de ses meilleurs produits : la farine 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



66< 



"Five Roses" et lc tin gruau "Breakfast Food," qui sc 
prepare tout comme la farine d'avoine, mais qui est 
faite (lu meilleur ble. 

Au centre de l'etalage, dans une niche tendue 
d'etoffe bleue, on avait place une sac de farine "Five 
Roses," sur lequel un jeu de lumieres projetait une 
clarte eblouissante, dormant exactement au coton du 
sac la blancheur de la farine y contenue. 

Comme comptoir, une magnifique vitrine tres bien 
eclairee, dans la quelle on pouvait voir un grand 110.11- 
bre de chefs-d'oeuvre culinaires, tous executes au 
un 'Yen de la farine "Five Roses." La compagnic avait 
voulu par la demontrer que cette farine incomparable 
petit servir a toutes fins, et elle a convaincu meme les 
phis sceptiques. 



Stewart qui a eu cette pensee de realiser le reve de 
toutes les menageres. 

Ainsi, le poele Pennant a deux combustibles est 
une realite — deux fourneaux complets en un seul, 
prets a fonctionner au moyen soit du gaz, soit du char 1 
bon 011 bien encore en se servant des deux. Merveille ! 
Pas du tout, e'est simplement le resultat tangible d'une 
pensee superieure qui a reconnu a la fois le besoin et 
la possibility d'une construction de ce genre unique et 
homogene et qui l'a accomplie. 

Gillette Safety Razor Co., Limited 

L'etalage de rasoirs Gillette a attire, comme bien 
Ton pense, des foules nombreuses. I.es amis du fa- 




L'exhibit de la Borden Milk Company, l'un des mieux apprecies a la derniere exposition. 



MM. E. Emery et Ernest Cloutier avaient charge 
de 1' exhibit, et ils se sont depenses sans compter pour 
donner aux nombreux visiteurs tous les renseigne- 
ments concernant les qualites et les modes d'emploi 
des produits de la Lake of the Woods Milling Co. 

The James Stewart Mfg. Co., Limited 

Cette compagnie exposait un poele de cuisine qui 
a ete toute une revelation pour les visiteurs a l'expo- 
sition. Le "Pennant," tel est le nora du poele, agit 
sous Taction du gaz ou du charbon, ou encore sous 
Taction des deux a la fois. 

L'invention ne tient pas du prodige precisement ; 
mais encore fallait-il y penser. Et <:'est la maison 



meux rasoir lui out fait une visite d'amitie, et ceux qui 
ne le connaissaient que de nom out voulu entrer dans 
son intimite. C'est ainsi que les agents Starke-Seybold 
Limited out ete constamment occupes a fournir quan- 
tite de renseignements au sujet du Rasoir de Surete 
Gillette. 

Ces nombreux visiteurs, nous en sommes surs, de- 
viendront des clients reguliers, car le rasoir Gillette 
leur donnera de beaucoup le plus de satisfaction pour 
chaque dollar paye. 

National Cash Register 

La National Cash Register Company exhibait sept 



66b 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



differents genres de caisses enregistreuses, c'est-a-dire 
un nombre suffisant pour permettre d'analyser les 200 
differents styles qu'elle fabrique. Ces machines peu- 
vent servir a toutes fins, et, pour cela, la compagnie est 
arrivee a leur faire subir 300 transformations et a les 
faire fonctionner par l'electricite. Les prix varient, 
selon le genre et le modele, depuis $30 jusqu'a $870. 

La principale manufacture, a Dayton, Ohio, em- 
ploie quelque 12,000 ouvriers, 1,200 vendeurs, et paye 
a ses ouvriers seulement, $128,000 par semaine. 

M. A. Blackwell, gerant du service d'affaires a 
Montreal, qui etait en charge de 1'exhibit, nous a de- 
clare que, en 1912, la compagnie avait fabrique au taux 
d'une machine a la minute et realise un chiffre d'af- 
faires de $15,000,000. 



de les apprecier du fait qu'ils etaient offerts a qui vou- 
lait les gouter. 

Paris-Pate est fait de viandes fines et prepare par 
les meilleurs cuisiniers frangais. 

Creatrice dc cet incomparable produit, aujourd'hui 
consomme partout en France et repandu dans l'Eu- 
rope entiere, " La Societe Frangaise de Specialites Ali- 
mentaires" le fabrique aussi dans son usine modele de 
Montreal, de meme que les Saucisses S. P. A. Comme 
le Paris-Pate, ces saucisses sont fabriquees par des 
charcutiers et cuisiniers frangais, avec les plus grands 
soins et la plus grande proprete. 

L'etalage a ete fort apprecie des visiteurs, et ceux 
qui en avaient charge sont enchantes du resultat des 
affaires durant la semaine d'exposition. 




L'exhibit de la Societe Franchise de Specialites Alimentaires. 



Durant l'exposition, la compagnie a vivement in- 
teresse les visiteurs au moyen de vues cinematogra- 
phiques, disant toute l'histoire de la National Cash Re- 
gister Co., depuis son origine modeste, jusqu'a nos 
jours. 

Societe Frangaise de Specialites Alimentaires 

La Societe, representee par M. Georges Papin, 
s'est declaree absolument satisfaite du resultat obtenu 
a l'exposition. Elle exhibait ses delicieux produits, et 
plus particulierement Paris-Pate et les Saucisses 
S. P. A. a la mode parisienne, et le public a eu occasion 



Maspero Cigarettes. 

II est a peine necessaire de dire que l'etalage 
monte par cette grande compagnie a ete comme le clou 
de l'exposition. Ceux qui ont vu sont seuls a meme de 
juger le travail deploye, et toutes les descriptions que 
nous pourrions en faire ici resteraient encore en-dega 
de la verite. Avec un art qu'on ne croirait pas alliable 
au commerce, on avait confectionne une sorte de palais 
egyptien, sans le secours d'aucun autre materiel que 
des boites des fameuses cigarettes egyptiennes Mas- 
pero. 

La marque, qui n'etait deja pas inconnue, restera 
desormais dans la memoire de tous, car l'exhibit a agi 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



66c 



do telle sorte sur les esprits, que les plus indifferents 
ne sauraient l'oublier. 

I. a compagnie a non seulement, en cela, annonce 
une marchandise de haute qualite, mais elle a donne 
aux commergants qui ont visite l'exposition, une 
grande lecjon dans l'art de faire des etalagcs. Devant 
(.otto boutique merveillcuse, les gens s'arretaient, ins- 
tinctivement, comme on s'arrete devant les monu- 



ment irreprochable comme symetrie, on pouvait voir 
de nombreux echantillons, en tous formats, des soupes 
"Chateau Brand," aux tomates, aux pois verts, a la 
queue de bocuf, a la tortue, aux legumes, au poulet. 
I.es bouillons ecossais, les consommes, les Juliennes, 
etc., ainsi que les Plum Pudding, Mince-meat, Corned 
Beef, Roast Beef, Gelee de Veau, Hachis de Corned 
Beef, Beef Steak et Oignons, Pieds de Cochon, Lan- 




L'artistique etalage monte a la gloire de la fameuse cigarette "Egyptienne Parfaite", Maspero. 



ments d'une villc que Ton visite pour la premiere fois. 
La vignette ci-contre ne donne qu'une tres faible idee 
de ce qu'etait l'exhibit meme. 

Wm Clark, Limited 

La maison deja universellement connue aVait re- 
tenu double espace, a l'exposition, pour etaler devant 
le public ses differents produits, Dans un arrange- 



gues de Boeuf, Boeuf Fume, en tranches ; les viandes 
en pots, les Feres au Lard, le jambon, etc. 

Un nombreux personnel s'est empresse a faire le 
service au public, et les clients de passage n'ont pas 
manque d'aller gouter ces delicieux produits offerts 
avec une grande courtoisie. Le soir surtout, les sou- 
pes chauffees bien a point ont etc l'objet d'une vogue 
bien meritee. 



66d 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



H. J. Heinz 

Tout le monde a voulu voir les " 57 Varietes," qui, 
mues par tin pouvoir electrique, defilaient devant les 
regards. I. a generation connait bien certains des pro- 
duits les plus populaires de Heinz, mais bien peu de 
personnes etaient an courant de la grande variete de 
ces produits. Aussi 1'etalage a-t-il fait s'ouvrir grands 
bien des yeux ahuris. De fait, la maison Heinz pre- 
pare tout ee qui pent se consommer sous forme de 
pickles, sauces, catsups, etc. 

Laporte, Martin, Limitee 

La grande maison d'importation qu'est celle de 



qui leur etaient faites concernant les produits a la mon- 
tre. M. Martin s'est declare tres satisfait des resul- 
tats obtenus, ainsi que de 1'administration de l'expo- 
sition. 

Borden Milk Company. 

M. O. Lalonde, qui avait charge du magnifique 
exhibit de la compagnie, nous a confie qu'il etait des 
plus satisfaits des resultats obtenus. La part qu'il a 
prise a l'exposition lui a permis de faire, sinon mieux 
connaitre, du moins mieux apprecier ses produits. 

De fait, les quelque 20,000 personnes qui ont vi- 
site l'exposition au cours de la semaine, ont eu l'avan- 
tage de goutter le riche lait que la compagnie distri- 



BRASSOTrZEBRA 




L'un des exhibits qui ont ete les plus achalandes durant la semaine d'exposition. 



Laporte, Martin, Limitee, de Montreal, par les soins 
de M. Charles Martin, avait mis bien en evidence 1111 
exhibit de tout premier ordre, comportant, outre les 
articles generaux en epicerie, des produits dont elle a 
le controle exclusif au Canada, e'est-a-dire les legumes 
varies, asperges geantes, macedoines, haricots, petits 
]>ois des marques "Soleil," "Frs. Petit" et "Lecourt" ; 
l'huile d'olive "•Minerva," l'extrait de malt "Miller," 
tons les vins toniques, vieux Bourgogne et Quinquina, 
la limonade "Savoureuse," de Vichy, etc., etc. 

Le public commercant et consommateur s'est 
porte en foule a 1'etalage, et MM. Charles Martin et 
W. Imbleau, qui avaient charge de l'exhibit, se sont 
multiplies pour repondre aux demandes d'informations 



hues a ses abonnes, de meme que le fameux Cafe au 
Lait de la marque "Reindeer", que Ton trouve chez 
tous les detaillants. Les produits de marque Borden 
sont prepares dans les conditions les plus hygieniques 
possible. Le lait est propre, riche, pur, sans danger et 
tres nourrissant ; il est refroidi immediatement apres 
la traite, et maintenu sur la glace, loin de toute con- 
tamination, jusqu'a ce qu'il soit livre aux consomma- 
teurs. 

M. Lalonde declare avoir fait des affaires precieuses, 
durant l'exposition, et ne tarit pas d'eloges a l'adresse 
des organisateurs. A 1'etalage, il etait assiste de MM. 
"Wilfrid Laurin et M. Hembdt, lesquels etaient char- 
ges de voir au service qui a ete parfait. 



VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



66e 



N. K. Fairbank & Co. Limited. 

ML ]. Robinson, gerant de la publicite pour la 
Compagnie Fairbank, et qui avait charge de sun exhi- 
bit, est aussi au nombre des heureux qui out ete des 
plus satisfaits des resultats de l'exposition. 

La compagnie exhibait un assortiment complet 
de ses produits qui consistent en "Cottelene", "Fairy 
Soap", "Sunny Monday Soap", "Boar's Head Lard", 
"('.iild Dust", "Polly Cream Cleaner". 

M. Robinson a enregistre, durant la semaine, de 
ties nnmbreuses commandes, dont la bonne partie lui 
vient de nouveaux clients. 

Nugget Polish Co. 

MM. Parsons et Hart, qui representaient leur 



tes sortes, en montrait une cinquantaine de varietes a 

l'exposition. L'arrangemcnt etait bien distribuc, et 
bien fait pour attirer l'attention des visiteurs qui out 
tenu a se rendre compte de la valeur des produits. 

The T. A. Lytle Co. 

Cette importante maison exhibait plus de 50 pro- 
duits divers, consistant en "Pickles", Sauces, Gelees, 
Sirops, Vins, Moutardes, Saindoux, Savons, et le fa- 
meux compose culinaire "Crisco". MM. Forbes et Na- 
deau, les agents a Montreal, et qui out leurs bureaux 
au No 449 rue St-Paul, sont enchantes des resultats 
obtenus, car ils out fait, a l'exposition, une grande se- 
maine de belles affaires. II convient de dire qu'il n'y a 




Le magnifique exhibit de la maison N. K. Fairbank Co. Limited. 



compagnie a cette exposition, y ont fait des affaires 
d'or. C'est leur expression. Non seulement ils ont en- 
registre de bonnes commandes de la part du commer- 
ce, mais ils reconnaissent avoir fait connaitre leurs 
produits au public sous leur vrai jour. 

lis ont, par des demonstrations pratiques, con- 
vaincu les visiteurs de la superiorite du Poli "Nugget", 
ce cirage que ni l'eau ni la boue n'affectent ct qui nc 
se deteint pas sur les vetements. 

La semaine leur a ete profitable sous tous les 
rapports, et ils en sont tres satisfaits. 

D. S. Perrin & Co. Ltd. 

Cette maison bien connu pour ses biscuits de tou- 



rien d'etonnant en cela, car les produits de T. A. Lytle 
sont bien connus pour leur qualite superieure, et il 
suffit de les montrer pour en assurer la vente. 

M. Forbes, Jr., etait en charge de l'exhibit et a 
donne un excellent service. 

Toledo Scale Co. 

La "Balance Honnete", sans ressort, et calcula- 
trice Toledo avait sa place toute marquee a l'exposi- 
tion d'epicerie. La compagnie en avait expose 10 mo- 
deles differents, destines a des fins diverses, et chacun 
de ces modeles a emerveille la foule par sa'justesse, sa 
precision et sa sensibilite. La balance Toledo a servi 
un double but: celui d'annoncer la puissante compa- 



6&f LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



gnie manufacturiere, et celui de donner an public l'as- 
surance d'une pesee juste et equitable chaque fois 
qu'il se fournit chez un marchand qui emploie les ba- 
lances Toledo. 

La preuve en est que depuis que le Service des 
Colis Postaux est etabli aux Etats-Unis, le gouverne- 
ment de la Republique, pour s'assurer un service irre- 
prochable, a cotnmande plusieurs de ses balances a la 
Toledo Scale Co. Ces balances sont maintenant tres 
repandues, et, pour conserver leur clientele, tous les 
marchands devront les adopter tot ou tard. 

McCaskey Account Registers. 

Les representants de cette compagnie a l'exposi- 



tion se sont arretes a ses comptoirs, desireux de se 
faire servir une bonne tasse de Cacao par la "Petite 
Chocolatiere" en costume. Le personnel nombreux 
qui assistait cette derniere a eu fort a faire pour re- 
pondre a tous. Toutefois, il a pu y parvenir grace au 
service systematique regie par les directeurs de la 
maison. Et maintenant, le nom de Baker est grave 
pour longtemps dans la memoire de tout le monde. 

"Le Prix Courant". 

Toujours desireux de servir les interets du com- 
merce et du public en general, "Le Prix Courant" 
avait installe, a l'entree merae de la salle d'exposition, 



jrlVE ROSES ELQUR * r *™ a/ar 



Not Blended 




Vue du comptoir de la Lake of the Woods Milling Co., a l'exposition. 



tion, quoique nombreux, ont ete tres occupes toute la 
semaine a expliquer le fonctionnement de leurs regis- 
tres de comptes a tous ceux que cela interessait, et 
ils etaient nombreux. Pour eux comme pour tous les 
autres exposants, la semaine a ete fructueuse. 

Walter Baker & Co. 

La fameuse maison qui fabrique le 11011 moins 
fameux chocolat Baker a connu la gloire au cours de 
la semaine d'exposition. Elle exhibait toutes les va- 
rietes de ses produits et tous les visiteurs a l'exposi- 



un bureau de renseignements qui a amplement de- 
montre toute son utilite. 

Nous avons pu repondre a des milliers de deman- 
des d'informations concernant les exposants, les arti- 
cles a l'etalage, et une multitude d'autres details. En 
plagant la un bureau de ce genre, nous avions la ferme 
conviction d'etre utiles a quelqu'un. La verite est que 
nous avons fait plus que nous n'avions escompte, et 
nous en sommes doublement heureux. Les temoigna- 
ges nombreux de contentement que nous avons recus 
fie toutes parts nous sont une douce compensation 
pour le travail que nous nous etions impose. 






VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



66g 




Le bureau installe a l'exposition par "Le Prix Courant", l'organe des Marchands-Detaillants dans 

la Province de Quebec. 



S .^^VVV.-.A^'^^VwVwV^VAA*^^A/^^VW^WV*^^V^^^^^^Vw^y^V^WS^W>A/Vv~ 



L'Enseignement, la Note Dominante du Progres Commercial Moderne 



Enseigner aux employes a bien penser vaut cent 
Fois mieux que les reprimander et corriger leurs er- 
reurs. 

Enseigner — Etudier — Apprendre — c'est une 
bonne devise pour tout homme d'affaires et le mar- 
chand qui fait de cette devise le principe de ses affaires, 
n'aura pas a se gratter la tete et a se tracasser parce 
que sa clientele et ses profits diminuent. 

Une des grandes causes des faillites, dans le com- 
merce de detail, c'est le manque d'entrainement de la 
part des employes. Les marchands qui ont passe nom- 
bre d'annees dans le commerce, en gagnant, au prix de 
quantite de rudes chocs et de desappointements, cette 
chose inestimable : l'Expcrience, engagent trop sou- 
vent un jeune homme, tout neuf en affaires, le mettent 
derriere un comptoir et comptent qu'il va se debrouil- 
ler sans aucun entrainement prealable, rien qu'avec les 
quelques avis qu'on lui a donnes, le matin oil il s'est 
mis a sa besogne. L'experience est un professeur qui 
coute cher et suivant cette vieille loi, le jeune commis 
paic cher pour acquerir l'experience qui finalement en 
fera un employe ayant une reelle valeur pour son pa- 
tron. Le cout de cet apprentissage doit par la force 
meme des choses, etre deduit des profits du patron. Si 
le comptable, dans presque tous les magasins, pouvait 



connaitre exactement les prix coutants et faire ses en- 
trees en consequence, le plus fort item du cote du debit 
serait l'Experience. Rien n'eliminera cette perte qui 
reduit les profits des marchands d'une maniere aussi 
efficace que les ecoles pour les employes. Ceci est vrai 
pour la marchandise comme pour la science ou pour 
toute autre entreprise. Le commerce est une evolution 
et chaque annee il faut de nouvelles methodes. Les 
conditions des affaires changent sans cesse, ce qui 
exige de nouveaux efforts de la part du marchand et de 
ses employes. 

L'homme qui etudie et qui enseigne aux gens qu'il 
emploie comment on arrive a resoudre les problemes 
de chaque nouvelle annee, est l'homme dont le magasin 
attire et garde la clientele du public. 

II s'est manifeste un reveil dans 1 cehamp de tou- 
tes les entreprises en ce qui concerne rinstruction in- 
dustrielle. 

Dans toutes les sections du pays les agriculteurs 
s'organisent et etudient les moyens d'obtenir un rende- 
ment plus fort de leurs arpents de terrain. 

Dans le monde manufacturier, il y a un mouve- 
ment qui s'accentue de jour en jour, en faveur de l'ins- 
truction industrielle. 



66h 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



Des ecoles sont fondees ou Ton apprend aux em- 
ployes a mieux faire leur besogne et par suite a elimi- 
ner les pertes provenant de l'inexperience, a augmen- 
ter leur efficacite et a gagner davantage a la fois pour 
eux et pour leurs patrons. Cette idee de l'ecole a ete 
mise a profit avec autant d'efficacite pour l'homme qui 
coule du metal en fusion dans la fonderie que pour son 
frere d'armes dans la ehambre des dessinateurs au bu- 
reau et vendant sur la route. 

Le mot " Ecole " ne fait plus songer a des jambes 
nues, a des blouses, des habits de guingan, et des sou- 
taches. 

La cloche de l'ecole du vingtieme siecle resonne 
au-dela de la ehambre des enfants et se fait entendre 
dans la manufacture, le bureau, le champ et le maga- 
sin. La recente Convention du "Hundred Point Club," 
a Dayton, fait souvenir des debuts de l'enseignement 
industriel en Amerique et dans le monde entier. Ce 
club se compose de vendeurs de la National Cash Re- 
gister Company, qui ont atteint un certain chiffre d'af- 
faires pendant une annee. On y voit des representants 
de la Compagnie venant de toutes les parties du 
monde. Le but de cette convention est d'enseigner 
des methodes ameliorees de vente, de discuter les pro- 
blemes du magasin, du bureau et de la manufacture, et 
d'indiquer comment on peut les resoudre par l'usage 
du produit de cette entreprise. On assure que l'hon- 
neur de faire partie de cette convention est un des 
principaux huts poursuivis par chaque vendeur durant 
toute l'annee. On met en relief de nouvelles idees, on 
suggere de nouveaux points de vue pour rendre l'ou- 
vrage du vendeur plus effectif et de plus haute valeur 
pour le marchand. 

Parmi les plus importantes questions discutees a. 
l'Ecole du "Hundred Point Club," on remarque celle 
de la meilleure methode d'entrainement pour les corn- 
mis. L'instruction des commis dans les magasins de 
detail est la note dominante du progres commercial 
aujourd'hui. C'est pourquoi ce sujet important a ete 
l'objet d'une tres grande attention aux seances de cette 
Ecole a Dayton- de telle sorte que les representants du 
National Cash Register seraient en mesure de fournir 
aux marchands, dans leurs territoires respectifs, des 
idees pratiques sur la maniere de diriger des ecoles 
pour les employes, sur la facon d'entrainer leurs com- 
mis en ce qui concerne la vente des marchandises et de 
rendre leurs services plus utiles a leurs patrons. 

Le Hundred Point Club n'est que l'agrandisse- 
ment de la petite ecole frequentee vers 1880 par les 
cinq premiers vendeurs de la Compagnie. Le presi- 
dent de la Compagnie etait l'instructeur. II apprenait 
a ses hommes la maniere d'expliquer l'usage de leur 
produit et il n'a jamais cesse de professer depuis ce 
temps-la. Pratiquement chacun des departements de 
cette entreprise est organise sur la base d'une ecole, il 
y a des reunions regulieres pour etudier et apprendre 
la maniere d'ameliorer le travail et d'augmenter l'effi- 
cacite de ses membres. 



Aux Etats, aussi, certains des principaux colleges 
ont organise ou Ton y considere la question d'etablir 
des cours d'etude specialement adaptes aux besoins 
des marchands. Ceci indique que la necessite des 
ecoles commerciales se fait sentir aujourd'hui plus 
fortement que jamais. Le marchand qui reussit et qui 
reussira sera non pas l'homme dont le magasin est le 
lieu de predilection des oisifs, mais l'homme qui etudie 
et met en pratique des idees relatives a la tenue d'un 
magasin — la meilleure maniere d'assurer un prompt 
service — la valeur de records exacts en affaires - — la 
meilleure maniere de stimuler l'ambition de ses com- 
mis, de satisfaire ses clients et les nombreux autres 
problemes dont la solution determine soit le succes 
soit les revers en affaires. 

II n'est pas besoin d'avoir des centaines ou des 
milliers d'employes pour constituer une ecole commer- 
ciale interessante. De fait, on s'occupe surtout dans 
nos ecoles superieures et dans nos colleges de mainte- 
nir assez faible le nombre des eleves. Plus la classe se 
compose de peu d'eleves, plus efficace est le travail 
d'enseignement. 

Le marchand qui n'a que quelques commis dans 
son magasin, qui est anxieux de progresser et de faire 
a son magasin le plus prospere de son quartier, ne peut 
guere mieux faire que d'ouvrir une ecole pour amelio- 
rer les methodes de vente de ses commis, developper 
leurs attitudes, les exercer a etre attentifs et exacts 
lorsqu'ils manient de l'argent, pour creer des stimulants 
qui fassent augmenter le volume des ventes de chaque 
commis, href, pour obtenir les resultats que tout com- 
mercant est en droit d'attendre de ses affaires. 

Les marchands peuvent tirer profit de l'exemple 
donner par les entreprises industrielles. lis etudient 
de nouvelles methodes et adoptent de nouvelles idees 
constamment ; ils exercent leurs employes a gagner de 
1'efticacite ; ils stimulent leur ambition ; ils leur font 
sentir qu'ils ne sont pas simplement des "rouages" 
comme on dit, mais des facteurs importants et effectifs 
qui assurent partout le succes commercial et industriel. 
Comme le facteur humain en affaires exige plus 
d'attention que jamais, les marchands en viennent par- 
tout a se rendre compte que les hommes et les femmes, 
leurs commis et leurs employes sont des elements aussi 
importants de leur succes que le stock de marchan- 
dises qu'ils tiennent, ou l'emplacement de leur maga- 
sin. Un bon emplacement et un bon stock de mar- 
chandises sont des facteurs de succes commercial sur 
lesquels il n'est pas besoin d'insister. Le troisieme ele- 
ment — les emplopyes entraines et efficaces — le chai- 
non qui relie le magasin, les marchandises et les clients 
— exige plus de soins de la part du patron que jamais. 
Le negociant, qui veut ne pas se laisser distancer, sui- 
vra les maitres de l'education industrielle ; il eduquera 
et exercera ses employes en appliquant des methodes 
definies — au moyen d'une ecole fondee pour ses em- 
ployes — pour atteindre les divers buts qu'il poursuit 
en affaires. 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



67 



3F 



]| 



>1\2 



i«^;i»£^ 



il< 



•11' 



ro 






L»J 



VOUS ETES SUR D'UN POIDS EXACT QU AND on se SERT des BALANCES TOLEDO 

Quand vous achetez vos marchan- 
dises, regardez s'il y a l'enseigne 



TOLEDO 



PAS DE RESSORTS 
POIDS JUSTE 



Des centaines de m.lliers d'ar- 
ticles de publicity, avec les mots 
ci-dessus, sont distribues annuelle- 
ment par la TOLEDO SCALE 
COMPANY et le public acheteur 
est mis au courant du fait 
qu'il y a 

JUSTICE DE CHAQUE 
COTE DU COMPTOIR, 

chaque fois qu'on emploie ces ma- 
chines. 




Les marchands qui emploient les 
Balances Toledo b^neficient de cette 
publicity. Demandez a n'importe 
lequel de nos repr^sentants de vous 
expliquer pourquoi nous garantis- 
sons de fournir une meilleure ba- 
lance calculatrice pour moins d'ar- 
gent que n'importe quelle autre 
compagnie. 



TOLEDO SCALE Co., - 55 Rue Notre-Dame Est, Montreal. 

TELEPHONE : MAIN 5157. 

MANUFACTURE - - - WINDSOR, ONT. 



Approbation 



Apres avoir fait une enquete pratique sur tous 
les autres genres de balances qu'on peut employer 
pour cet objet, le Gouvernement des Etats-Unis a 
donne sa commande pour 200 Balances Toledo des- 
tinies au service des Colis Postaux, en octobre 1912. 

II a 6te si satisfait de son achat que, le 9 avril 
1913, il a donne" une commande de 500 autres ba- 
lances, ce qui donne un total, jusqu'a present, de 700 
balances achetees pour le service des Colis Postaux. 
II reconnait le m£rite superieur de la balance. "Pas de 
Ressorts — Poids exact," et ce magnifique achat est la 
preuve la plus ^clatante du fait qu'il n'y a dans le 
monde aucune balance rivalisant avec la TOLEDO. 



r«i 



TV 



I 

1 

I 

l 



5? 

I 

5 



68 LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



r CTC S<. 

> <*> < 



8 •:><♦>•: :■<• 





£^ 



Les attaches de 

GREENING 

pour vaches 



sont les plus legeres, les plus 
solides et les meilleures chai- 
nes sur le marche. 

Fabriquees en six grandeurs 
et six genres. 

Nous avons aussi les laisses, 
chaines d'attaches pour les 
chiens, chenils. chaines d'at- 
taches pour betail, ainsi que 
longes. 



TOILE METALLIQUE 

T01LE METALtlQDE A PASSER LE SABLE. 

TOILE METALLIQUE A VANNER. 

TOILE METALLIQUE REGALVANISEE. 

Toutes especes de toile 
met allique et t r e i 1 1 a g e. 
Cable metallique. Garni- 
tures de cable metallique. 

Manufactures par 

The B. Greening Wire Co. 

LIMITED 

HAMILTON, Ont. MONTREAL, Que. 




VOL. XL VI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



69 



m 

I 



s 

5S 



I 



1 



Materiel a Toiture Black Diamond 



De meme que le Dia- 
mant est considere 
comme le Roi des 
Jovaux; de meme 
le MATERIEL A T01= 
TUBE "BUCK IIIA= 
M0ND" fc 5est le Roi 
des Maleriaux a 
Toiture. 




Le materiel a toiture 
BLACK DIAMOND 
est le resultat d'an- 
nees d'efforts faits 
pour atteindre la 
perfection. Une ma- 
nufacture bien outil- 
lee et de* ouvriers 
competent*, experi- 
mented, produisent 
des milliers de rou- 
leaux de ' BLACK 
DIAMOND" chaque 
annee et vous pouvez 
etre sur, M. le Mar 
chand, que vous re- 
commandez un arti- 
cle de premier ordre. 
Nous vous soutien- 
drons et assumerons 
tous les risques a ce 
sujet. 



ALEXM?ARTHUR&COj 

LIMITED. 



^^ 



LA MARQUE QUE VOUS POUVEZ TOUJOURS RECOMMANDER- 

Pour le commerce du printemps, laissez-nous vous coter nos prix 

sur (es articles suivants : 

Papier a doubler Gtis et Paille. 

Papiers de construction goudronnes et sees, "Cyclone" et Crown". 

Goudron et Ciment a Toitures. 

Papiers pour murs, Journaux, Livres et Papiers de Couleurs. 

Papiers d'emballage Manille, Bruns, Fibres et Gris. 

Feutre a Tapis, Etc. 

Laissez-nous vous coter nos prix du Materiel a Toiture tout prepare. Nous avons de 
bons arguments pour la vente de toutes les marchandises qui vou; indiqueront la maniere d'expliquer 
les nombreux usages de notre papier special et de nos feutres goudronnes pour Toitures. 

Une de nos specialites est notre Materiel a Toiture en Feutre Goudronne et Gravier. 

Nous avons des listes de toitures qui ont dure beaucoup plus de vingt-cinq ans. Ce materiel est 
absolument a l'epreuve du feu et est dun prix raisonnable. 

NOUS FERONS TOUTE LICNE SPECIALE DEMANDEE. ECRIVEZ POUR RENSEICNEMENTS. 

ALEX. McARTHUR S COMPANY, LIMITED. 

82 RUE McGILL 

MONTREAL - - QUEBEC. 



»^« 1 «*>; 1 -*£>^£4« 1 :<*«3i^»5i^«£! & 



di 



70 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



'ft 

i 



9*&ZS? 






I 



E 



Is 



i 



$ 



w 



SI VOUS DESIREZ AVOIR DES CLIENTS SATISFAITS, 

VENDEZ UN1QUEMENT DES MARCHANDISES PORTANT LE NOM DE 



JAM IE SON 



VERNIS 



POUR TOUS USAOES COMPRENANT NOTRE 
VERNIS "COPALLINE" ET NOS TEINTURES 
AU VERNIS. 



PEINTURES Mar 9 ues :— CROWN & ANCHOR-ISLAND CITY 

— RAINBOW. Des centaines de clients sont prets a 

PRfiPAREES PURES temoigner que leur emploi doone une satisfaction 

parfaite. 

f^ f\ III p* I [ D C Notre maison est une du petit nombre des nianufac- 

turiers fabriquant des couleurs seches, et nous sommes 
# m O r p II rj» o ainsi en mesure de savoir que des couleurs broy^es a 
*• ^ la laque (Japan), ou a lHuile de lin pure raffin^e, 
sont d'une purete incontestable. 



R. C. JAMIESON & CO. 



ETABL1S EN 1858 



MONTREAL etVANCOUVER 

PROPRIETAIRES ET DIRECTEURS DE LA COMPAGNIE 

P. D. DODS & CO., LIMITED. 



NOUS AVOJMS PLUS D'UN DECQI-SIECLE D'EXPE- 
RIENCE CO0D0QE GARANTIE DE NOS PRODUITS. 



LIMITED. 



1 
I 
I 
I 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913 



71 



«r'^P 



■■ J ^.f.sj~<'.j<:^ \vWi ■■■>?■■ ,jh\,. ■ ,.,:,. &<■$ 




Les Cartouches a fusil de chasse (shot shells) DOMINION sont chargees de poudres 
sans fumee, les meilleures du monde, et les plombs sont refroidis deux fois. 



72 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



'i<&3*sissg«iEi$3>j!S 

W 



E 



re 






i 



I 

5§ 



i 

i 



ie 



A 



W 








Wi 






Batisse Gillette 



gig ate t 



Batisse Vineberg 

Construite pendant l'hiver 1911-12. 



The Atlas Construction Company, Limited, 

ENTREPRENEURS DE CONSTRUCTIONS EN BETON 
ET B£TON ARM£ 



Nous executons des batisses en beton durant toute l'annee, 
en ete comme en hiver, et notre travail est craranti. 



Pour tous renseignements s'adtesser a 

ATLAS CONSTRUCTION COMPANY, LIMITED 

37 rue Belmont : : MONTREAL 



>]l 



SKggsiaiEsssaig 



arc 



ir«^ 



&M 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



73 




LS.GALT, 



*m 



NOUS MANUFACTURONS LES 



Haches, Ciseaux a Froid, Marteaux, 

Rabots, Outils pour bois de Char- 

pente, Herminettes, Etc., 

De la Plus Haute 
Qualite. 

Nous employons le MEILLEUR 
ACIER convenant a chaque outil. 









ECRIVEZ POUR AVOIR 
NOTRE CATALOGUE. 



IRotte (Sarantie 



|\OUS garantissons que nous remplacerons, 

sans aucun irais, tous les outils qui seront 

reconnus defectueux comme matiere ou facon. 

ALLAN HILLS EDGE TOOL CO. 

LIMITED 

Gait, Ontario, Canada. 



74 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



±£<^2l5*£5>:j|»£HI£*= 

w 



CFnr/.^. 



I 

I 
I 



ft 



Cette eternelle note de charbon 

peut etre maintenue dans des limites raisonnables. 



i 

5S 



i 

i 

1 

i 






No. 460 



No 452 



w 



Le chemin le plus court pour atteindre 

le Contort et I'Economie, 

Chauffer rapidement et a peu de frais. 

Les gens de VOTRE VILLE consentiraient tres volontiers a fermer leur fournaise ou leur poele a 
charbon et a s'epargner les traeas, la salete et les depenses resultant de leur fonctionnement, quand on 
n'a besoin de chaleur qu'au debut de la matinee et de la soiree, si vous attiriez leur attention sur le 

Moyen Plus Simple, Plus Rapide et Bien Moins Couteux 

d'obtenir de la chaleur juste au moment voulu et sans encourir la depense de combustible, quand ell<s n'est 
pas utile. 

Les Chaufferettes a l'Huile de Miller 

Sans Fumee ni Odeur, 

Produisent une chaleur intense sans fumee ni odeur. 

Pourvues d'un Indicateur pour l'Huile et d'un Extincteur Automatique : fonte de Laiton. 
No. 452 — 4 Pintes, Garniture Nickelee. No. 460- 4)^ Chopines, Garniture Nickelee. 
Commandez ou ecrivez-nous tout de suite pour renseignements. 



rs 



m 



re 



I 

I 

I 



LEWIS BROS, Limited, 



OTTAWA, 



TORONTO, 



Montreal. 

VANCOUVER. 



I 



I 

is 



Ikr 



I 



^«4HIW*Hia*«IB 



K< 



VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



75 



I 
I 



I 



I 



s 



$ 



R" 



LES MANUFACTURIEBS 

Qui desirent ardemment augmenter leur pros- 
perity Industrieile devraient s'etablir a 

MAI80INNEUVE 

" LA PITTSBURG DU CANADA " 

Contigiie a la Ville de Montreal et s'etendant le long du Fleuve St-Laurent. 



CI DESSOUS, 

CERTAINS DES 
FABR1CANTS 
DE CHAUSSU- 
RES DEJA 
ETABUS. 

Kingsbury 
Footwear. 

Dufresne 

& Locke. 
Invictus Sboe. 
Rideau Shoe. 
Muir & Son. 
Smardon Shoe. 
Parisian Shoe. 
Dupont & Frere. 
McDermot Shoe. 
Dufresne Shoe. 

DES BANQUES 

Montreal. 

Commerce. 

Toronto. 

Molsons. 

Provinciale. 







■■■z&?>K?x%&s>zaxss0!!&*e 




Bains Publics. 











*ip&£# 




Gare. 

POUR DETAILS COMPLETS, PLANS ET RENSEIGNEMFNTS CENERAUX. S'ADRESSER A 



VOICI CER= 
TAINES DES 
MANUFACTU- 
RES GENERA= 
LES DEJA 
ETABLIES. 

Maxim- Vickers 
Shipyards and 
Drydock. 

St. Lawrence 
Sugar. 

Canadian 

Cotton. 

Warden King 
Foundry. 

United Shoe 
Machinery Co. 

American Can. 

Watson=Foster. 

Shawinigan 

Water & Power. 

Dominion Light 
Heat & Power. 

La Societe d'Air 

Liquide de Paris. 

United Soap. 

Viau Freres. 

National 

Licorice. 

King Paper Box. 

Dominion,Dye. 

ATb. Stove. 



M. G. ECREMENT, Sec.-Tres. 

Hotel-de-Ville, MAISONNEUVE. 



i 



w 



m 



a^aia^>:i5^y/^^i«ir<ge«i:< 



1 



SIK£*K 



I 
1 

I 

I 

we 



76 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 



43- 




Qui a le plus haut record pour la journee? 

Quand vos commis s'interessent a savoir qui a vendu le plus de march andises, 
vous avez fourni le meilleur aiguillon pour faire augmenterle volume des ventes. 

En outre d'etre une sauvegarde pour chaque transaction, la Caisse Enregistreuse National 
donne un rapport complet du travail de chaque commis. Le commis sait qu'il recoit 
positivement credit pour tout l'ouvrage qu'il fait. 

Ceci l'encourage a faire preuve d'habilete, d'honnetete et de vigilance et entretient une Emu- 
lation amicale dans le but de vendre plus de marchandises et par suite d'elever le chiffre de 
vos affaires. 

Rendez-vous compte de ce que fera la Caisse Enregistreuse 
fabriquee pour un magasin de l'importance du votre. 

The National Cash Register Company 

Quartiers Generaux pour le Canada ; Bureaux a Montreal : 

285 Rue Yonge, • Toronto. 1-3 Rue Notre-Dame Quest. 




VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



77 



LES DISQUES A VALVE "VICTOR 200" 

Convenablei pour valves du type Jenkins. Fabriques en cuivre avec ame d amiante, ce qui permet 
la dilatation et la contraction. Un disque "Victor 200'' durera plus longtemps qu'une douzaine de 
disques en caoutchouc vulcanise ou en composition. 

UN FORT TEMOIGNAGE. 

Ce que dit l'ingenieur en chef da vapeur "Stanley" du gouvernement au sujet des Disques a Valve "Victor 200. " 
Messieurs T. McAVITY & FILS, Ltee, 

a St- John, N. B. 
Messieurs : Ci-inclus je vous envoie un disque a valve "Victor 200" que j'ai employe constamment pendant a peu pr£s 
quatre amines dans une valve d'eau au fond de mes bouilloires sous une pression de 160 livres. Vous pjui/ez constater qu'il est 

en tres bon £tat relativement au temps d'usage, et il parait bon pt ur un an ou deux de 
plus. Quant aux disques de Jenkins, je me suis trouve dans li n£cessit£ de les renouveler 
tous les trois ou quatre mois. 

II n'y a pas de doute que le "Victor 200'' est. le meilleur disque a. valve sur le march£, 
specialement pour lean r,al£e ou les acides. Je ne peux pas le trop vanter, surtout pour la 
grande economie de temps et de travail qu'il assure aux ingenieurs ; il rend aussi les 
valves absolument etanches en tout temps. 

J'ai l'honneur de vous presenter, Messieurs, mes salutations empresses, 

(Signe) JOHN T. MEREDITH, ingenieur en chef. 




II 



Ces disques 4, VICTOR200'' ont une haute valeur; si vous 
ne vous en servez pas, cela vous rapportera de les connaitre. 
II vous sera avantageux de refuser tout substitut. II n'y a rien 
|I] "d'aussi bon". Si votre marchand ne peut pas vous les four- 
=— ™^ Ml nir, ecrivez nous directement. 

T. McAVITY & FILS, Limitee. 

ST-JOHN, N. B. 



MONTREAL. 



WINNIPEG. 



i *^*\**SSS**S*SSSSV+**S^>S*S>*S*»*S**^ 



POSEZ DES QUESTIONS. 



CeU 



("'"est la raison d etre de notre Bureau de Renseignements que de repondre a vos questions. ^,ela nous 
coute des milhers de dollars par an---mais les reponses ne vous coutent rien. 

Quand vos clients veulent savoir quelque chose a piopos du beton---quand lis demandent qu'on les 
aide a calculer les proportions dun silo ou d'une allee ou meme d'un montoir et que vous ne pouvez donner 
la reponse " a brtile-pourpoint *, adressez-nous la demande de renseignement ; nous y repondrons com- 
pletement et promptement. 

Ce service de Renseignements est un des secours qui aident a la vente du 

Canada Portend cement 

L'interet que nous portons a la vente du Ciment Canada ne s'arrete pas quand le ciment vous 
est vendu. Nous neleconsideronspas comme VENDU tant que votre client ne 1 a pas melange conve- 
nablement pour en faire du beton et ne la pas employe de la facon qui lui donnera le plus de satis- 
faction. Le Ciment Canada est probablement le produit lemieux annonce au Canada. Vous pouvez 
en faire la ligne QUI RAPPORTE LE PLUS parmi cellesque vous tenez Et une fagon d'y arriver, 
c'est de vous adresser a notre Bureau de Renseignements, chaque fois qu un client a besoin d'aide. 

Adressez toutes lesdemandes au 

BUREAU DE RENSEIGNEMENTS 

CANADA CEMENT COMPANY LIMITEE. 

MONTREAL. 

BUREAU DE VENTES A 

MONTREAL. TORONTO. WINNIPEG. CALGARY. 

Commandez du Ciment au plus proche Bureau de Ventes. 




78 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



ZPourquoi ne pas /aire i/n petit paiai's de voire magasin en utitisant /es cases TlSat/cGr ? 




ELZEAR TURCOTTE, AU COIN DES RUES DES FOSSES ET GRANT A QUEBEC, P- Q. 
La vignette dans le coin en bas, a gauche, montre l'aspect de 1'ancien magasin et les trois autres vignettes 

montrent ie magasin remodele. 

Les Dependances (Fixtures) a Walker Bin ,, 

font un arrangement ideal de magasin. Elles font economiser 25% de votre surface de plancher, permettent de 
faire un etalage interieur propre et attrayant. facilitent Ie deplacement rapide des marchandises, augmentent 
par la le volume de vos affaires, vos profits et votre prestige. Les facilites modernes qu'elles procurent pour le 
maniement du stock d'epicerie sont des auxiliaires etonnants dans n importe quel magasin. 

Parmi les nomb eux commercants qui utilisent les "Walker Bins'', a Montreal et aux environs, nous 
pouvons mentionner : 



MM. Walter Paul 
O. Gratton 
S. Girouard 
" D. J. Munro 
" W. Brouillet 
T. Waldron 
J. F. Longtin 
H. Longtin 



MM. W. Biltcliffe 
T. K. T. Stone 

;; Z. Rivet 
O. Dionne 
E. Le Boeuf 

,f J. O. Mailhot 
Louis Bois 
O. Fournier 



MM. W.J. Falle 
" A. Dewitt 
" H. Ward 
" C. Beausoleil 
" J. Robertson & Son 
Goodwins, Limited 
" P. J. Guay 
" D. Hamilton 



MM. P. Charest 

" A. Dubuc 

" B. Ram 

" R. W. Hadley 

" J. O. Pesant 

" J. E. Groulx 

" Ged. Monette 

" Wm. Hawthorne 



Envoyez le plan du plancher de votre magasin et demandez notre catalogue et nos estimes. 

THE WALKER BIN & STORE FIXTURE CO., LIMITED 

Dessinateurs et Manufacturiers d'Installations de magasins modernes. 

BERLIN, ONTARIO. 

Agents: W. S. SILCOCK, R. R. RANKINE, 

33 Rue St-Nioolas, Montreal. 4 Rue Wright, St -Jean, N.B. 



VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



79 






►]| 



^1& 



V&r^A&tt&ZZJ^Al*^^ 



I 
I 

I 

I 

I 



i 



I 
I 
I 



2 3 




Varque ds Commerce 



La Qualite fiag ne et Relient les Clients 

La Coutellerie de la marque "TREE" de H. Boker 8t Cie, 
est pleine de qualite combinee avec le plus beau fini. 
Fera plus que satisfaire vos clients les plus difficiles. 




f'arque de Comme.co 




"EDELWEISS" La plus haute qualite, le meilleur fini qu'il soit possible de piotluire. Caranti raser 
parfaitement et durer toute la vie si Ton en prend soin comme il faut 




Les Canifs "KING CUTTER" sont tres demandes parce que leur qual.te est bien superieure 

a celle des canifs ordinaires. 




Les Couteaux "RADIUM" ont gagne leur haute reputation par leur taillant etonnant, et leur 

main d'oeuvre est de premier ordre. 





Les petits ct grands ciseaux "TFIPLUS" rempliront d'aise vos clientescarils coupent nettementsur 
toute leur longueur. Les petits et grands ciseaux "TRIPLUS" de Boker dureront deux fois plus 
longtemps que les ciseaux de n importe quelle autre fabrication. 



Marqie de Commerce 



Demandez a votre fournisseur en gros de vous mon- 
trer tout I'assortiment de Coutellerie Marque "Tree" de 

H. BOKER & CIE. 

•' [ En vente dans toutes Us grandes maisons de Quincailhrie en gros. 




Marque de Commerce 



M 



6jj^g^ai^3r«^ir<feSr«iKjgt5ia^aaT. 



80 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. VOL. XLVI — No 43. 



Cette vignette fait 
voir une de nos 




Fournaises a Air Chatid 

Ces fournaises forment une - k p£cialite par elles-menies. 

Soyez assures qu'elles vous donneront satisfaction. 

Nous garantissont toutes le* fournaises qui sont installees par nous ou 
d'apres nos instructions. 

Ne payez pas avant d'etre satisfaits. 

Vous trouverez plus loin une liste des endroits oil nous avons install^ 
nos FOURNAISES A AIR CHAUD. 



PRENEZ DES INFORMATIONS VOUS-MEME. 

Sp^cialit^ de Poeles en acier de toutes grandeurs pour Couvents 
ges et Presbyt£res 

Edifices pourvus de nos 

Black Lake, Que\, £glise. 
Bois- Francs, Que\ , 6glise. 
Carleton Place, Que\, £glise. 
Compton, Que\, Eglise. 
East Hereford, Que\, £glise. 



Colle- 



Fournaises a Air Chaud" : 

Roxton Pond, Ou£., couvent. 
Roxton Pond, Que\, presbytere. 
Sabrevois, Qu£ s Eglise. 
St-Louis, Richelieu, eglise et presby- 
tere. 



East Stanbridge, Que\, Eglise et sa- St-Basile le Grand, Que\, e'glise 



cristie 

East Stanbridge, Que\, presbytere. 
Fermount, Eglise m^thodiste. 
He Dupas, Que\, presbytere. 
Lac Bouchette, Qu£. , Eglise. 
Lac-aux-Ecorces, Qu6, e'glise. 
La Tuque, Que\, Eglise. 
Montcerf, Qu6., Eglise. 
Notre- Dame du Portage, Eglise. 
Outremont, Eglise baptiste. 
Rapide de l'Orignal, Que\, Eglise. 
R pide de l'Orignal, presbytere. 
R pide de l'Orignal, Que\, £cole. 
Richelieu, Que;., £glise. 
Roxton Pond, Que\, Eglise. 



St-Claude, Que\, Eglise. 
St-David, Que\, Eglise. 
St-Faustin, Qu6., Eglise. 
St-Frs-Xavier, Brompton, Q., 6glise. 
St-Henri de Mascouche, Q., college. 
St-Jovite, Que., eglise. 
St-Mathias, sur Richelieu, Eglise. 
St-Nazaire, Que\, Eglise. 
St-Nazaire, Qu6., presbytere. 
St- Pascal Bay Ion, kussel, Ont., Eglise. 
St -Thomas d'Aquin, Qu£., presbytere. 
Sorel, Que\, Eglise. 
Villeray, Que\, Eglise. 
Yamaska, Qu6 , etc , etc. 



RECORD FOUNDRY & MACHINE CO. 



Tel. Vic, 146. 



17, Rue Mill, MONTREAL. 

Usines a Moncton, N. B. 



LES OUTILS DE BUGHERON 

DE PINK 

Les outils Etalons dans toutes les provinces 
du Dominion, en Nouvelle Zelande, Aus- 
tral ie, etc. 

Nous manufacturons toutes sortes d'outils 
de bucheron — Legers et de Bonne Dur^e. 

TELEPH. LONGUE DISTANCE, No 87 

Demandez notre catalogue et notre liste de prix. 

Vendus dans tout le Dominion par tousles 
Marchands de ferronnerie en gros et en 
detail. 

The 

THOS. PINK Co., Limited 

Manufacturiers d OUTILS de BUCHERON 

PEMBROKE - ONTARIO fabriques au Canada 




VOL. XLVI — No 43. 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 








GODENDARDS 

A DENTS DE LANCE 
PERFECTIONNEES 



Reconnus Les Meilleurs 

La superiority de ces scies provient de 
I emploi de I'Acier a Rasoir, notre propriete 
personnelle, et de notre procede secret de 

trempe. 

Les "Godendards" Maple Leaf ont un 
tranchant plus vif, qui dure plus longtemps 
que tout autre obtenu par tout procede de 
trempe ordinaire. Si vous en doutez pre- 
nez deux scies — une "Maple Leaf et une 
scie d'une autre fabrication, faites-en l'essai 
dans les memes conditions. Ouand l'epreu- 
ve sera terminee, vous serez convaincu que 
nos avances sont parfaitement fondes. 
Chaque scie Maple Leaf est absolument 
garantie. C'ett maintenant le moment 
de placer vos commandes pour les 
"Godendards" MAPLE LEAF. Exigez 
cette marque a la prochaine commande, 
Nous fabriquons austi des Scies a ruban 
circulaires, a bardeaux, concaves, a ra inu- 
res, a onglet, "Gang", a chariot, a glace, 
egoines, scies a montures ( buck , de bou- 
cher, a emonder, ainsi que tous les acces- 
soires. Nous avons en magasin un grand 
assortiment de scies pour l'Ouest Canadien 
a notre succursale de Vancouver. 

Demandez par lettre nos listes de prix 
et catalogues. 



Shurly - Dietrich Co. 
Limited. 

GALT, - Ontario. 

- ET — 

1642, Rue Pandora, 

Vancouver, C. A. 





No. 44 
Scie a dos convexe. 



No. 55 
Scie a dos droit aminci. 



82 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



mmmm 



mwh.jn i . ii 




VOL. XLVI — No 43. LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



83 



Table Alphabetique des Annonces 



Atlas Construction Co.. 72 

Allan Hills Edge Tool Co. . 73 
Assurance Mont- Royal 85 



Baker & Co. (Walter) 22 

Banquede Montreal 88 

Banque Nationale 88 

Banque Provinciate 88 

Banque Molson 88 

Banque d'Hochelaga 88 

Ilarr Register Co 16 

Belleville Hardware & 

Lock Mfg. Co., Ltd 99 

Berry Bros 94 

Bell Telephone Co 87 

Brodie & Harvie 22 

Belanger & Bglanger 86 

Bowser, S F. & Co 23 

British Colonial Fire Ass 15-85 

BokerH. & Co 103 

Clare Bros 94 

Canada Life Assurance Co. . 85 

Canada Starch Co 24 

CinadianSaltCo 27 

Can. Fairbanks Morse Co. . 26 

Canada Wire & Iron Goods 103 
Canadian Consolidated 

Rubber Co 104 

Church & Dwight 10 

Cie d'Assurance Mutuelle 

du Commerce 85 

Clark, W"i 22 et com ert 

Connors Bros 20 

Cottam Bart 86 

Conillard Auguste 86 

Crothers W. J., Ltd 12 

Connor J. H. Sons Ltd 100 

Connecticut Oyster Co 32-33 



Chaput L. Fils & Cie 8 

Canadian Pacific Ry 100 

Cowan & Britton 101 

Continental Bag& Paper Co. 27 

Cour du Banc du Roi 87 

Dalley F. F. Co 29 

Dalton Adding Machine Co. 21 

Dom. Cartridge Co 71-95 

Desmarteau Alex 86 

Dom. CannersCo., Ltd.... 3 

Dougall Varnish Co 100 

Epicerie a vendre 87 

Esiuhart & Evans 84 

Essex Canning Co 29 

Fairbank N. K 27 

Federal Life Assurance Co. 84 

Fels & Co 87 

Fontaine Henri 86 

Fortier Joseph 86 

Frontenac Brewery 18 

Gagnon, P. -A 86 

Gendron Mfg. Co 92 

Gillette Co. Ltd., [E. W.] 21 

Gonthier Geo 86 

Greening Wire Co 68 

Grand Trunk Railway 92 

Gunn Lsnglois & Cie 21 

Garand, Terroux & Cie... . S6 
Gillette Safety Razor Co. Couv. 
Gorman, Eckert & Co., 

Ud 23 

Grabb & Co 82 

Halj Coal [Geo] 28 

Hotel St-Maurice 87 

Hudon, Hubert & Cie 6 

Hudon & Orsali, Lt£e 4 

Hutton Jas 83 



Imperial Tobacco Co.... Couvert 
International Stock Food Co. 10 
International Varnish Co. 23 

Jamieson R. C 70 

Jonas & Cie, Henri 25 

Lewis Bros 74 

Lundy Shovel & Tool Co. . 102 

LytleT. A. & Co 14 

Lacaille, Gendreau & Cie.. 22 

Leslie & Co., A. C 92 

Liverpool & London & Globe 84 

Luf kin Rule Co 102 

La Prdvoyance 85 

La Sauvegarde 84 

Laporte, Martin & Cie, 

Limited 9 

Les PreVoyants 84 

Lelievre A. J 86 

Maisonneuve Ville de 75 

Meaford Wheelbarrow 106 

Marion & Marion 86 

Mathieu (Cie J. L.) 28 

Metropolitan Life Ins. Co.. 84 

Montbriand, L. R 86 

Montreal-Canada Ass. Co. . 85 

Mooney Biscuit Mfg. Co.. 22 

Mft, John P.. &Co 87 

Martin-Senour 96 

Morrow Screw, Ltd,, The 

John 103 

Montreal Dairy Co 28 

Matthews-Laing Co 26 

McGill Cutlery Co 103 

McLaren & Co. (D.K. ) 28 

Mc Arthur, A 69-92 

Maxwell & Sons (David) .. 102 

McAvity Sons Ltd 77 



National Cash Register Co. 76 

Nova Scotia Steel Co 88 

Nugget Polish Co. Ltd 20 

O'SheaJ. P g 2 

Pink Thos. Ltd 80 

Quebec Steamship 88 

Rolland & Fils, J. B 86 

Record Foundry 80 

Richards Pure Soap Co 12 

Salada Tea 7 

Standard Sanitary Mfg. Co. 13 

Shurley & Dietrich 81 

Smith E. D 5 

Snap Co 10 

Sun Life of Canada 85 

St. Lawrence Sugar Co ... 1 1-28 

Sapho Mfg Co 30 

Sherwin Williams 91 

Socidte: des Eaux Purgati- 
ves Riga 87 

Smith Sales Co. H. E 30 

St- Vincent Arrowroot 5 

Tippet & Co., A. P 10 

Taylor Forbes Co. Ltd 97 

Toledo Scale Co 67 

Union Mutual 85 

Upton & Co. (The T.) 22 

United Shoe Machinery Co. 

Ltd 19 

Western Ass. Co 84 

Wilks & Burnett 86 

Wagstaffe Limited 17 

Walker Bin 78 



* /s ' , 'WWW.i'vyVWi^»/WWW«»*«W^WWVW^ WVVV*/>^./VV^»«/VVVVVVV><N/VS/VVVVVVVN/WVVVVV»»VVVVVVV*'V^^^ 



JOSEPH RODCERS & SONS, I™ 



Sheffield, Aug. 

Evitez les imitations de notre 

COUTELLERIE, 

en vous assurant que cette MARQUE ^1^ ^I^A 

[ACTB se trouve sur chaque"TameT~ J^- 



gftSttMMUDEJHH 



SflAHED *#■ 



Seals Agents poor le Canada : 



JAMES HUTTON & CO., Montreal. 



AVIS PUBLIC 



AVIS PUBLIC est par les prdsentes donne" par la succes- 
sion de la feue Anna Kelly, veuve de Patrick John Durack, 
quelle va adresser une requete pour obtenir un acte special 
a la prochaine session de la Legislature de la Province de 
Quebec en vue d'autoriser la vente de la propri£te" de ladite 
succession ainsi que de cellcs de sa sceur, la feue Catherine 
Kelly et de son pere, feu William Kelly et dans le but 
d'eclairer tous les doutes au sujet de Veffet de leurs testaments 
ainsi que d'autres questions. 

BLAIR, LA.VERTY et HALE, 
Procureurs pour les Demandeuis. 

Montreal, 15 octobre 1913. 



84 



LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. 



VOL. XLVI — No 43. 



METROPOLITAN 

Life Assurance Co'y 
:-: of New-York :- 

(Compagnie a Fonds Social) 

Actlf $397,965,341.31 

Polices en vigueur au 31 de- 

^mbre 1912 12.837,042. 

Kn 191a, la compagnie a #- 

mis au Canada des poli- 
ces pour -• 32.185,993 

Bile a depose entre les 

mains du Gouvernemeut 

Canadien et de fidei-com- 

mis canadiens, exclusive- 

ment pour les Canadiens, 

environ $16.OO0.0C0 

II y a plus de 532.008 Canadiens assures 
dans la METROPOLITAN. 



Assurances 



WESTERN 

ASSURANCE CO. 

INCORPOREE EN 1861 
A.CTIP, au-dela de . - - $3. 2 84, 179-93 

Bureau Principal: TORONTO, Oat. 

Hon. Geo. A. Cox, President. 
W. R. Brock, Vice-President. 
W. B. Meikxe, Gerant-General. 
C. C. Foster, Secretaire. 
4 nee nr sale de Montreal : 
61 RUE ST-PIERRE. 
ROBT. Bickerdike, Geran 



THE FEDERAL LIFE 

assurance co. 

Bureau-Chef : Hamilton Can. 

CHIFFRES D 'AFFALREgJglg 

ACTIP AUGMENTS DE $440,648.30 

SURPLUS REALISE $107,050.90 

ASSURANCE EN VIGUEUR $25.555> 26 7 °° 

C. L. SWEENEY, Gerant Provincia 
Montreal, Quebec. 



Telep hone : Main 553 

ESINHART & EVANS 

Courtiers d'Assurance 

>eu, Vie, Accident, Cambriolage, 

Bris de glaces, Automobiles, 
Responsabilit£ des Fonctionnaires 



Agents principaux pour : 

The Scottish Union & National' is. Co. 

d'Edinbourg. 

German American Insurance Co. 

de New- York. 



Bureau : EDIFICE LAKE of the WOODS 
3* rue St-Sacrement, 

MOTREAL 



L'ASSISTANCE QUE PROCURE 
L'ASSURANCE-VIE 



L'assurance-vie est une banque d'e- 
pargne si vous voulez la mettre sur une 
base d'affaire des plus simples et des 
plus claires, a declare l'Hon. John Wa- 
namaker, dans une allocution qui a fait 
sensation a la recente convention des 
agents de la Fidelity Mutual Life Insu- 
rance Co. Un interet tout particufier se 
manifestait en faveur de M. Wanamaker 
qu'on avait hate d'entendre parler; M. 
Wanamaker comptait autrefois parmi 
les gents ayant les plus forts montants 
d'assurances aux Etats-Unis, et son fils, 
M. Rodman Wanamaker, tient aujour- 
d'hui la tete parmi les assures. II ajou- 
ta: "Non seulement c'est une banque 
d'epargne mais elle est collaterale. Je 
n'aurais pas ete pret a entreprendre la 
construction de mes magasins, au mo- 
ment ou je le fis, si je n'avais pas eco- 
nomise deux millions et demi, peu a 
peu. Je ne me rendais pas compte de ce 
que je faisais. Je pense que je ferais 
bien le voyage de San Francisco r:en 
que pour serrer la main a l'homme qui 
m'a lance, s'il vivait encore. Je tiens a 
vous dire que je ne connais pas d'hom- 
mes plus dignes que ceux qui se sont 
engages dans une compagnie d'assuran- 
ce-vie pour faire du bon ouvrage. C'est 
une chose differente de l'assurance con- 
tre l'incendie. A force de travail, un 
homme peut refaire une fortune, mais 
quand il s'agit de la vie humaine, vous 
enchainez votre temps a un fidei-com- 
mis qui prend soin de la mere si le fils 
est parti, qui prend soin et assiste d'une 
maniere pratique ceux qui ont ete kis- 
ses par leurs parents. 

''J'ai dit que l'assurance-vie est une 
banque d'epargne. J'ajouterai que cer- 
taines de mes polices etaient redigees 
de telle facon que quand vous ne pou- 
viez emprunter aucune somme d'argent 
aux banques ou sur les bons du gouver- 
nement, pendant la panique de 1907, les 
compagnies d'assurance m'en preterent 
la-dessus. Vous voyez done que prendre 
une police est tout autre chose que de 
se preparer a la mort. II vous appartient 
d'agrandir votre entreprise. II vous faut 
comprendre que cela signifie autant et 
meme plus a l'homme que vous assurez 
qu'a vous. Vous pouvez obtenir un em- 
ploi d'un genre ou de l'autre et gagner 
votre vie; mais quelle perte pour l'hom- 
me. qui, parce r/j'il n'a pas un fidele 
ami qui le renseigne, quitte ce monde 
sans pourvoir aux besoins des siens ou 
au x causes charitables qu'il aurait a sou- 
tenir. Aucune classe d'hommes d'affai- 
res n'a une vocation plus pratique. Vous 



ASSUREZ VOUS 



DANS 



Lft $HUUe6flRD€ 



Ses Taux sont aussi avantageux 

que ceux de n'importe quelle 

compagnie. 

Ses polices sont plus liberates 

que celles de n'importe quelle 

compagnie. 

Ses garantlaa sont auperleu- 

rea a la generality de celles des 

autres compagnies. 

I.a aagasaa et I'experlonoe de 

sa direction sont une garan- 

tie de succes pour les annees 

futures. 

Par-dessus tout, elle est une 
compagnie Canadlenne- 

Francalae et ses capitaux res- 

teut dans la Province de 

Quebec pour le benefice daa 

notraa. 



Siege Social t 7 Place d'Armea 

MONTHBAL 



1o PARCE 
QUE 

2o PARCE 
QUE 

So PARCE 
QUE 

4o PARCE 
QUE 



So PARCE 
QUE 






LIVERPOOL 
LONDON 

AND 

Globe 



INSURANCE COM PAN v 



^^^P 



^IF 9 " 



Snccnrsale an Canada. Bnrean Chef a Montrea 
DIRECTEURS 

Sir Alexandre I^acoste.M. Chevalier, Ecr.,WiHiam 
Uolson Macpherson, Ecr., T. J. Drummond Ecr 

J. Gardner Thompson, Gerant. 
J. W Binnie, Assistant-G6ran». 



Les Prevoyants do Canada 

Aeaurance Fonda de Penalon 
CAPITAL AUTORISE $500,000 

Achetex dea Parta dea Prevoyants 1 

Parce que c'est nn placement sans 
pareil ' 

Parce que c'est, avec la pins petite 
prime, la plus gross e rente ; 

Parce que c'est la seule compagnie 
a "Fonds Social" faisant nne sp^ciali- 
t^ dn Fonds de Pension 

Total de l'actif du Fonds de Pension 
seulement : 1384,936. 39. 

Bureau a Montreal : 

Chambre 22, 

Edifice "La Patrie" 

Bureau • Chef, 

85, rue Dalhousie, 

QUEBEC. 



VOL. XLVI — No 43- LE PRIX COURANT, VENDREDI, 24 OCTOBRE 1913. , 85 



Union Mutual Life Insurance 
Company, * w 

FRED. E. RICHARDS, 
President. 



Valeur acceptee de Garanties Ca 
nadiennes. detenues par le Gouver- 
nement Federal pour la protection 
des Porteurs de Police, $1,206,576 

Toutes les polices emises avec 
Dividendes Annuels sur pak ment 
de la prime annuelle de deuxieme 
annee. 

Ouverture exceptionnelle poor 
Agents dans la Province de Quebec 
et l'Est d'Ontario. S'adresser a 

WALTER I. JOSEPH, Ger